Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Texte et Image dans les Mondes hispaniques et hispano-américains

 | 
Jean-Pierre Castellani
, 
Monica Zapata

IV. Texte et image dans la fiction littéraire

« Novelas inmortales » et « Joyas de la literatura » : présentation de deux collections « populaires » mexicaines1

Sarah Legros

Texte intégral

  • 1 Cette communication a pu être réalisée grâce aux documents et aux informations qui nous ont été grâ (...)

1Dans ce travail, nous aimerions attirer l’attention sur certaines collections de petites bandes dessinées “populaires” et bon marché (appelées aussi « historietas » ou « comics »), publiées au Mexique.

  • 2 « El libro vaquero » par exemple, est tiré à 350 000 exemplaires chaque semaine (il en est de même (...)

2Peu chers (en moyenne 4 pesos), vendus exclusivement dans les kiosques, et à la portée de tous les lecteurs, ce sont plusieurs milliers d’exemplaires2 qui sont produits et qui sont lus par autant de lecteurs (principalement de « la clase media baja para abajo », nous a précisé un de leurs éditeurs).

  • 3 « Mujeres inmorales », « Pecados carnales », « Eróticos anónimos », « Calor entre las piernas », «  (...)
  • 4 Signalons que sur internet, un professeur de l'UNAM (Ulises Mavridis) a conçu un site convivial et (...)

3Du comique au pornographique (surtout, le pornographique – Ejea a plus de 14 collections3), en passant par le fantastique et l’horreur, il est possible de trouver toutes sortes d’« historietas », et même si aujourd’hui, leur nombre et leur variété tendent à se réduire, il y en a pour tous les goûts et tous les publics4.

  • 5 C'est le cas par exemple, de la collection « Hombres y Héroes » de Novedades Editores.
  • 6 Maison qui existait déjà dans les années 50, sous le nom de Herrerias de Novedades, et qui publiait (...)

4D’une manière générale, lorsqu’on s’est intéressé à ces séries, on s’est surtout employé à stigmatiser la violence et la pornographie de certaines d’entre elles. Pourtant, il en est quelques-unes dont on ne parle presque jamais et dont l’étude pourrait être intéressante dans la mesure où elles sont consacrées à la mise en images d’œuvres littéraires classiques et populaires. Il en existe même que certains éditeurs consacrent à la présentation (toujours sous forme de bande dessinée) de grands moments de l’Histoire ou à la présentation de la vie de personnages historiques5. La plupart de ces collections, dont celles que nous allons évoquer, sont publiées par le groupe Novedades Editores6.

5Nous aimerions montrer ici, comment des textes dits “classiques” ou “Littéraires” sont mis à la portée du plus grand nombre des lecteurs et, en particulier, de ces « clases médias bajas para abajo ». Nous aimerions essayer de montrer comment s’y prend l’éditeur pour les attirer vers ces textes.

  • 7 Il semble que ce concept de collection (consacrée à la mise en images d'œuvres littéraires populair (...)

6La collection « Novelas Inmortales » est, en quelque sorte, la grande sœur de « Joyas de la Literatura » (chez Novedades Editores7).

  • 8 Il s agissait de l'adaptation d un roman d'Arthur Conan Doyle, The profesor challenger stories, tit (...)

7« Novelas Inmortales » a été publiée pour la première fois le 13 septembre 19778. Son prix était de 6 pesos ; sa publication a d’abord été d’un numéro tous les 15 jours puis elle est rapidement passée à un numéro par semaine (dès le n° 11, au mois de février 1978). Elle n’était pas en couleurs mais en sépia. Elle a été arrêtée le 15 décembre 1993, au numéro 839 (qui reprend l’ouvrage de Pedro Calderón de la Barca, Los encantos de la culpa). Chaque numéro était tiré à 300 000 exemplaires.

  • 9 Le numéro correspondant reprend Roméo et Juliette de Shakespeare

8« Joyas de la Literatura » est née en 1983 ; sa publication était mensuelle, ses dessins en couleurs et chaque exemplaire coûtait 7 pesos. Puis, la série a été arrêtée au mois d’août 1988 et remise sur le marché le 12 octobre 19989 avec cette fois, un rythme d’un numéro tous les 15 jours, des dessins toujours en couleurs, et un prix de 3,50 pesos (4 pesos en 2000 et 4,50 en 2001). Chaque numéro est tiré à 100 000 exemplaires (sur ces 100 000, il en est vendu entre 70 000 et 80 000 mais il faut préciser que d’après une enquête – évoquée par l’éditeur que nous avons rencontré –, chaque numéro acheté est lu par 5,5 personnes).

9Rappelons maintenant ces quelques mots de Daniel Couégnas :

Une opinion assez couramment répandue tend à reconnaître à la “paralittérature” plus volontiers qu’à toute autre production textuelle son caractère d’objet commercial. Née avec la révolution industrielle, la paralittérature avait pour vocation de se vendre en grande quantité. Qu’elle fût accessible au client potentiel présupposait qu’elle acquît progressivement une identité matérielle, visuelle, parfaitement reconnaissable, repérable. (COUÉGNAS, 1992 : 29)

10Ainsi, ces publications ont une identité éditoriale particulière, et c’est ce que nous allons voir ici.

11Le premier élément que nous souhaitons mettre en évidence se rapporte aux auteurs des romans proposés aux lecteurs de ces collections.

12Dans « Novelas Inmortales », nous trouvons les plus grands noms : Stendhal, Tolstoï, Unamuno, Boccace, Ovide, Tirso de Molina, Shakespeare, Voltaire, Molière...

  • 10 Auteur italien de romans d'aventures, né en 1862 et mort en 1911. Il est l'auteur du cycle Sandokan (...)

13Mais un classement des différents auteurs en fonction du nombre de titres publiés pour chacun d’entre eux est intéressant car il révèle autre chose. En effet, nous constatons que le premier, celui dont le nombre d’ouvrages adaptés est le plus important, est Emilio Salgari10 avec 63 titres (dans la mesure où il nous manque 86 références, ce nombre peut être encore légèrement supérieur).

  • 11 Auteur né en 1866 et mort en 1922. Il est le beau-frère d'Arthur Conan Doyle : « Il paria avec ce d (...)
  • 12 Né en 1878 et mort en 1927, il est, avec Jack London, « l'un des maîtres des récits du Grand Nord » (...)
  • 13 1842-1912. Auteur allemand de romans d'aventures, il a écrit de nombreux « récits d'Indiens, imités (...)
  • 14 Suivent : Balzac (9), Joseph Conrad (9), Ponson du Terrail (9), Sienkiewicz (9), Fenimore Cooper (8 (...)

14Viennent ensuite : Jules Verne avec 49 titres ; Hornung11 (Ernest W.), avec 22 titres ; Jack London (22 titres également) ; James Oliver Curwood12 (21 titres) ; Alexandre Dumas (19 titres) ; Karl May13 (17) ; Walter Scott (13) ; Stevenson (13) ; Shakespeare (12) ; Charles Dickens (11) ; Mark Twain (11), et Conan Doyle, (10)14.

15Notons que nous avons aussi 33 récits mythologiques ou légendaires et 17 récits anonymes (dont un passage de la Bible et deux contes extraits des Mille et une nuits).

  • 15 Dans les premiers numéros publiés, cette collection est présentée comme celle de : « las mejores ad (...)
  • 16 Nous avons 49 références et à la fin du mois de septembre 2001 (le 24), ils en étaient au n° 78.
  • 17 Jack London, El llamado de la selva (n° 6), qui avait été publié sous le titre, La ley de la selva (...)
  • 18 Trois ne figurent pas parmi les 753 références de « Novelas Inmortales » que nous possédons : Edmon
  • 19 Rostand (Cyrano de Bergerac), Sor Juana Inès de la Cruz (Los empeños de una casa) et Manuel Gutiérr (...)

16Pour ce qui est de « Joyas de la Literatura »15, nous avons pu examiner un peu plus de la moitié des titres publiés jusqu’au mois de septembre 200116 et nous pouvons constater que l’orientation prise est la même. Nous ne retrouvons pas les mêmes ouvrages (à l’exception de 14 d’entre eux17) mais les auteurs sont les mêmes : Shakespeare, Gaston Leroux, Molière, Jack London, Alexandre Dumas, Emilio Salgari, Oscar Wilde, Conan Doyle, Cervantes, Aristophane...18. Quant au classement qui suit le nombre d’ouvrages publiés pour chaque auteur, il place également en tête : Emilio Salgari, Alexandre Dumas, les récits légendaires ainsi que Jules Verne, Jack London et Joseph Conrad19.

17Autrement dit, pour l’une comme pour l’autre collection, l’accent est mis, avant tout, sur les récits d’aventures, les romans exotiques et fantastiques, les histoires plus ou moins extraordinaires, voire énigmatiques.

18Le deuxième élément qu’il nous faut évoquer ce sont bien sûr les titres, et cette fois la voie suivie par « Joyas de la Literatura » est légèrement différente.

19En effet, dans la collection « Novelas Inmortales », un certain nombre de titres des œuvres en espagnol ont été modifiés. Il ne semble pas qu’il y ait de règles systématiques, on essaie avant tout de les rendre les plus séduisants et les plus évocateurs possibles (même si un certain nombre de ces ouvrages, romans d’aventures, fantastiques ou policiers, avaient déjà des titres qui s’efforçaient d’être attirants).

20Ainsi, pour donner quelques exemples, El Capitán Fracaso (T. Gautier) est devenu Caminos de amor y de odio ; Colomba (P. Mérimé) –> Venganza corsa ; Ante la bandera (J. Verne) –> Supremo sacrificio ; La sirena (X. de Montépin) –> La mansion del diablo ; Bug Jargal (V. Hugo) –> La rebelión de los esclaves ; El faro del fin del mundo (J. Verne) –> Tierra de espanto ; La Vénus d’Ille (P. Mérimé) –> Boda trágica ; Jane Eyre (C. Bronte) –> Angustia de vivir ; David Copperfield (C. Dickens) –> El triunfo de un alma ; El hundimiento de la casa Usher (Ε. A. Poe) –> Condenados a muerte ; Maria (J. Isaacs) –> Destino sin dicha ; El conde de Montecristo (A. Dumas) –> Enterrado vivo ; Macbeth (Shakespeare) –> Rey sin destino ; Vanina Vanini (Stendhal) –> Amor fatal.

21D’une manière générale, nous avons des titres qui se veulent séducteurs, accrocheurs, marqués par l’emphase et qui, par ce qu’ils connotent, font surtout accéder à un univers rempli de mystères, d’aventures fantastiques et marqué par la justice.

  • 20 C'est le cas par exemple, de : Otelo, El Decamerón, Ana Karenina, Kim, El Rey Lear, La Cartuja de P (...)

22Mais tous les titres n’ont pas été transformés20, nous pouvons même constater qu’à partir du début des années 80, ces modifications sont de moins en moins fréquentes (il n’y en a même presque plus dans les années 90). Peut-être estce là, le résultat d’un changement de directeur de collection ou de stratégie éditoriale.

23Dans la collection « Joyas de la literatura », en revanche, ces transformations ne semblent pas de mise et nous pouvons même remarquer que les romans qu’elle a en commun avec « Novelas Inmortales » et qui étaient sortis dans cette collection avec un titre modifié, ont retrouvé leur titre original espagnol. C’est le cas par exemple, de : El llamado de la selva (J. London), qui avait été publié sous le titre La ley de la selva ; La cazadora de cabelleras (E. Salgari), qui avait été publié sous le titre La vengadora ; Aventuras entre los pieles rojas (E. Salgari) qui avait été publié sous le titre Guerra india ; Cinco semanas en globo (J. Verne) qui avait été publié sous le titre Cielo africano.

  • 21 « AMIGOS LECTORES : JOYAS es una invitation a la lectura. Esperantos que nuestra versión historieta (...)

24S’il est quelques rares exceptions, nous pensons que nous sommes tout de même là, face à la concrétisation de cette volonté de l’éditeur (volonté affichée au cœur de la page légale de chaque exemplaire – au début ou à la fm de ceux-ci), qui est de conduire les lecteurs de cette adaptation à la lecture de la version originale21.

25Voyons maintenant comment la maison d’édition de la collection « Joyas de la Literatura » (dont les titres ne sont – en principe – pas transformés) s’y prend plus précisément pour séduire le public. Et rappelons ici, cette idée fondamentale suivant laquelle littérature “ populaire ” et image sont étroitement liées (COUÉGNAS, 1992 : 45) et suivant laquelle bien souvent (même si maintenant, du fait du marketing, quelques nuances s’imposent), les ouvrages des collections paralittéraires sont des livres que, d’abord, on regarde (COUÉGNAS, 1992 : 31).

26L’éditeur de « Joyas de la Literatura » est animé du souci de présenter à ses lecteurs de beaux objets, voyants – c’est un fait, et dans certains cas, on pourrait même aller jusqu’à dire “ racoleurs ” – mais plutôt soignés.

27Extérieurement, « Joyas de la Literatura », sont de petits livres (13 cm X 14 cm), souples, peu épais (96 pages et ce, quel que soit le roman adapté) mais surtout, ce sont d’attirantes premières de couverture. En effet, l’éditeur leur accorde une attention particulière, il veut avant tout qu’il s’agisse de dessins et de dessins qui frappent le regard (et de là, l’imagination). Ainsi, ces premières de couverture sont toujours entièrement occupées par une illustration très colorée (facilement repérable), aux dessins soignés et au contenu facilement identifiable (bien souvent, on peut noter une certaine outrance dans la/les scène/s représentée/s).

  • 22 Sur Un gran amor d'Ovide, par exemple (n° 65, 26 de marzo de 2001), nous lisons : « Para el verdade (...)

28Le public doit avoir envie d’acheter l’exemplaire ainsi que les suivants et la première de couverture – entre autres – joue un rôle important. Il arrive d’ailleurs que certaines de ces illustrations soient reproduites en quatrième de couverture mais vierges de toute écriture afin que le lecteur puisse les collectionner. Il est alors annoncé – de manière claire et bien visible – sur la première de couverture : « ¡Gratis un bello cromo! » ou « ¡Gratis ! Cromo de colección ». Notons que sur quelques-unes d’entre elles – mais cela reste rare –, quelques mots (dans un style presque toujours emphatique) viennent orienter le lecteur au sujet du contenu22.

  • 23 Fonctions que Gérard Genette reprend pour les titres, à partir de ce qu'ont déjà établi Charles Gri (...)

29Dans l’ensemble, nous pouvons attribuer à ces premières de couverture les trois fonctions habituellement reconnues aux titres23 : identification de l’ouvrage (chaque couverture est différente et donne au roman une identité visuelle), désignation de son contenu et mise en valeur (COUÉGNAS, 1992 : 47).

30A leur sujet, nous pouvons reprendre ce que Daniel Couégnas écrit effectivement à propos des images de couverture : avant la lecture, elles attirent, séduisent, intriguent les lecteurs potentiels, tiennent lieu de miroir de leurs fantasmes (COUÉGNAS, 1992 : 48) (et il serait intéressant ici de connaître la répartition sexuelle des lecteurs de ces collections car nous pouvons remarquer qu’un – ou plusieurs – décolleté féminin, plus ou moins imposant, plus ou moins pigeonnant – d’ailleurs bien souvent “plus” que “moins” –, apparaît assez fréquemment, à un endroit ou à un autre, d’un certain nombre de ces illustrations).

  • 24 Cette page se trouve parfois à la fin du livre (face interne de la quatrième de couverture).

31Pour ce qui est de l’intérieur de ces ouvrages, dans la plupart des cas, le verso de la première de couverture est occupé par les mentions légales24 mais l’éditeur les fait toujours précéder des quelques mots que nous évoquions plus haut, qui rappellent que cette adaptation est une invitation à la lecture du texte original.

  • 25 Et dans les rares cas où l'adaptation n'a pas le même titre que le texte original, le nom de celui- (...)

32Avant les mentions obligatoires, nous retrouvons également toujours cette introduction : « Esperamos que éste, nuestro núméro (X) sea de su total agrado... », suivie du titre de l’ouvrage25 et du nom de l’auteur accompagné de l’année de sa naissance et de celle de sa disparition.

  • 26 Dans le numéro 8 (18 janvier 99), elle est toujours là, dans le n° 11 (01 mars 99) elle n'y est plu (...)

33Dans les premiers exemplaires, un feuillet – souvent placé à la fin du livre – était consacré à l’auteur. Aujourd’hui, cette page a disparu26 toutefois, il est quelques numéros où l’éditeur a jugé nécessaire de la remettre afin de présenter un texte (ou un auteur) particulier. C’est le cas par exemple, du n° 8, Jesús de Nazaret, dans lequel se trouve une présentation des Evangiles, ou encore du n° 23, La huelga de las mujeres, où l’auteur, Aristophane, est présenté aux lecteurs. Autre exemple, le n° 44, Roldán en Roncesvalles, contient une présentation de la chanson de geste et de la légende.

34Enfin, voyons la bande dessinée elle-même.

35Bien qu’il y ait quelques “ratés” (tout dépend du dessinateur), les dessins sont, en principe, clairs et colorés, simples mais soignés. Les textes ne sont pas des adaptations entièrement libres. Si nous comparons avec un roman original nous pouvons constater que la plupart du temps, ce sont bel et bien des extraits du livre qui sont repris. Bien sûr, cela n’est pas toujours le cas ; il y a parfois des ajouts pour la bonne compréhension de la situation, quelques scènes peuvent être légèrement déplacées – toujours pour la bonne compréhension de l’histoire –, des termes plus ou moins compliqués peuvent être remplacés, mais, dans l’ensemble, la logique du texte et celle de l’histoire sont respectées.

36L’adaptation en bande dessinée entraîne d’immanquables pertes par rapport à l’original, un appauvrissement presque inévitable (l’éditeur s’en tient, en principe, à l’action principale), mais la volonté de l’éditeur est de rester le plus fidèle possible au texte de départ. Des erreurs – que celui-ci reconnaît volontiers–ont été commises mais, dans l’ensemble, l’équipe est tenue de faire attention au physique des personnages, aux vêtements, aux décors, aux armes... Il lui arrive ainsi de faire des recherches documentaires afin d’éviter des erreurs grossières.

37Il semble donc que, globalement, l’éditeur s’attache à publier un produit agréable, de qualité relativement correcte, mais surtout, de petits ouvrages que les lecteurs doivent avoir envie de collectionner. Il fait ainsi glisser ce produit du statut d’édition « de consommation » à celui de « conservation » (pour le public concerné) (ESCARPIT, 1970).

  • 27 Et il semble qu’ici, il ne s'agit pas seulement de l'image que la maison d'édition pourrait se publ (...)

38Il est cependant – apparemment – un problème de taille : les exigences des lecteurs correspondants27. En effet, les impératifs commerciaux font que, si l’on veut que la collection vive et donc plaise au public – et de surcroît, un public familial –, certaines “ retouches ” doivent être apportées. Les éditeurs sont ainsi amenés, parfois, à modeler quelques histoires, quelques scènes ; ils peuvent être amenés à gommer certains traits de caractère de quelques personnages.

39Il nous a été difficile d’obtenir davantage d’informations à ce sujet toutefois, nous savons que tout élément se rapportant clairement à l’homosexualité est évité. S’il y a une scène de viol, elle est supprimée. Il n’y a pas de grossièretés, pas de scènes scabreuses, choquantes, pas de cruauté, de sadisme, pas de scènes indécentes ; de l’érotisme, éventuellement, mais rien de pornographique. Lorsque certaines scènes d’amour sont inévitables, ce que certains montreraient avec insistance – voire exagération –, eux, nous a-t-on précisé, font en sorte de l’atténuer ou de le cacher (par exemple, derrière les feuilles de quelques branches d’arbre). Ils masquent, ils dissimulent ou nuancent : là où un « abrazo » pourrait paraître incorrect, une légère retouche remet les amants à leur place et éventuellement, si cela est possible, la scène est rendue « bonita » (plus “ jolie ”, plus romantique).

40Enfin, certaines fins malheureuses peuvent être modifiées mais il ne s’agit pas de transformations systématiques et en un final toujours heureux, certaines sont “ seulement ” légèrement nuancées – à moins bien sûr, que cela soit vraiment impossible.

41En un mot, on ménage donc le lecteur et son éventuelle susceptibilité, on propose des ouvrages « politiquement corrects ».

42Nous terminerons alors, sur une conclusion nuancée et finalement, sur plusieurs interrogations.

43Ce qui peut sembler le plus alarmant (voire le plus grave), c’est ce que pensent certains lecteurs au sujet de ces collections. En effet, une enquête menée pour la maison d’édition auprès de lecteurs et de vendeurs de ces séries, rapporte :

  • 28 Citation extraite d'une enquête qui nous a été communiquée par la maison d'édition.

Esta revista en opinion de los expendedores dicen que son de las pocas revistas que si se mantienen en el mercado de publicaeiones, no tienen eontenido para adultos, y prácticamente no tienen competencia alguna con otro tipo de revistas, son requeridas por las escuelas por su alto eontenido cultural y familiar (« Joyas de la Literature)28.

44Il en est même (parmi ces lecteurs et ces vendeurs) qui souhaiteraient que davantage de publicité soit faite pour elles au sein des établissements scolaires... Ce qui peut d’abord choquer n’est cependant peut-être pas si incroyable, voire saugrenue ou inconcevable. En effet, présentées avec les informations nécessaires (par le biais, notamment, d’un enseignant et/ou d’un avertissement aux lecteurs, clair, honnête et précis) relatives aux modifications apportées aux textes originaux, ces collections ne peuvent-elles pas effectivement conduire les lecteurs vers les versions originales et de là, vers les livres et la lecture ?

  • 29 Les auteurs d'un article para dans La Jornada soulignaient même : « La indiferencia de los mexicano (...)

45Quand, en l’an 2000 encore, on se désespérait du manque de lecteurs au Mexique29, ces petits ouvrages sont-ils vraiment à montrer du doigt et à condamner ? Plutôt que d’être méprisés, ne devraient-ils pas servir de base à une réflexion concrète sur ces lecteurs et leurs envies, sur les lecteurs et leurs goûts, et sur la manière de présenter les collections et les ouvrages ? Ceci afin d’amener le public aux livres et à la lecture, et peut-être surtout à la (re)découverte de cette notion de poids, souvent oubliée, qu’est le plaisir de lire.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Artes de México (La historieta mexicana) (1972), año XIX, n° 158, México, Círculo de Tlacuilos de México.

AURRECOECHEA, Juan Manuel & BARTRA Armando (1988), Puros cuentos. Historia de la historieta en México 1874-1934, México, Grijalbo.

— (1994), Puros cuentos III. Historia de la historieta en México 1934-1950, México, Grijalbo.

COUÉGNAS Daniel (1992), Introduction à la paralittérature, Paris, Seuil, collection Poétique.

« El “ Boom ” de la literatura fácil » (1970) (non signé), Expansion, México, n° 49, 02 de diciembre : 17-29.

ESCARPIT, Robert (1970), « Succès et survie littéraires », in ESCARPIT, R. (sous la direction de), Le littéraire et le social. Éléments pour une sociologie de la littérature, Paris, Flammarion, Science de l’Homme : 129-163.

GENETTE, Gérard (1987), Seuils, Paris, Seuil, collection Poétique.

GUBERN, Roman (1979), El lenguaje de los comics, Barcelona, Peninsula.

HERNER, Irene (1979), Mitos y monitos. Historietas y fotonovelas en México, México, Universidad Nacional Autónoma de México y Editorial Nueva Imagen.

MALVIDO, Adriana (1989), « La industria de la historieta mexicana o, el floreciente negocio de las emociones », Revista Mexicana de Comunicación (Seminario Mexicano de Historia de los Medios), septiembre-octubre.

PAUL, Carlos & VARGAS, Ángel (2000), « México. El analfabetismo funcional, una “ catástrofe silenciosa ” », La Jornada, 15 (o 16) de enero.

VELASCO, Arnulfo Eduardo (1985), La historieta. Enfoque práctico en relación con la enseñanza, Guadalajara (Jalisco), Universidad de Guadalajara (Centro Regional de Tecnología Educativa).

Notes

1 Cette communication a pu être réalisée grâce aux documents et aux informations qui nous ont été grâcieusement donnés par la maison Novedades Editores S. A. de C. V. (México, D. F.), et, en particulier, par un de ses éditeurs (que nous remercions), Emmanuel Hass.

2 « El libro vaquero » par exemple, est tiré à 350 000 exemplaires chaque semaine (il en est de même pour « El libro sentimental » et « El libro semanal »).

3 « Mujeres inmorales », « Pecados carnales », « Eróticos anónimos », « Calor entre las piernas », « Cuentos perversos », « Juegos sexuales », « Encuentros prohibidos », « Pachangueras y reventadas », « Praderas sin ley », « Historias pasionales », « El libro del placer », « Así soy y qué », « La loca historia del sexo », « Sexo servidoras ».

4 Signalons que sur internet, un professeur de l'UNAM (Ulises Mavridis) a conçu un site convivial et intéressant sur Γ « historieta » au Mexique :http://www. angelfire.com/az/monjeloco

5 C'est le cas par exemple, de la collection « Hombres y Héroes » de Novedades Editores.

6 Maison qui existait déjà dans les années 50, sous le nom de Herrerias de Novedades, et qui publiait déjà les fameuses collections « El libro semanal » et « La novela policiaca ». En 2001, les collections publiées par eux étaient : « El libro policiaco », « El libro vaquero », « La novela policiaca », « El libro sentimental », « El libro semanal », « Frontera violenta », « Hombres y héroes », « Joyas de la literatura ». Ces éditions publient également des journaux, dont Novedades et The News (le premier journal en anglais de México).

7 Il semble que ce concept de collection (consacrée à la mise en images d'œuvres littéraires populaires et classiques), avait déjà été exploité dans les années 70 par d'autres éditeurs (les éditions La Prensa publiaient « Clásicos ilustrados », toutefois, il ne s'agissait pas d'une production mexicaine, cette série n'était qu'une traduction de la collection « Classics Illustrated » de la maison d'édition Gilberton des Etats-Unis). Les éditions Novaro ont également publié une série intitulée « Tesoro de cuentos clâsicos », et chez Omarca existait « Lo mejor de los clâsicos ». On pouvait aussi trouver des collections consacrées à la mythologie, comme « Joyas de la Mitologia » (chez Novaro).

8 Il s agissait de l'adaptation d un roman d'Arthur Conan Doyle, The profesor challenger stories, titre qui avait été transformé pour l'occasion en : El hundimiento de la Atlantida.

9 Le numéro correspondant reprend Roméo et Juliette de Shakespeare

10 Auteur italien de romans d'aventures, né en 1862 et mort en 1911. Il est l'auteur du cycle Sandokan, qui a été diffusé à la télévision dans les années 70. Son univers est peuplé de nombreux flibustiers, corsaires et pirates mais il a parcouru les principaux thèmes de la littérature d'aventures : robinsonnades, westerns, récits historiques, récits exotiques, aventures extraordinaires...

11 Auteur né en 1866 et mort en 1922. Il est le beau-frère d'Arthur Conan Doyle : « Il paria avec ce dernier qu'il était possible de créer un personnage de génie du crime qui aurait le même succès que le génie de l'enquête qu'était Sherlock Holmes. Il créa ainsi le personnage de Raffles, le cambrioleur amateur, ancêtre fameux d'Arsène Lupin [...] ». Ces informations nous ont été données par Matthieu Letourneux. Signalons que ce dernier, qui a présenté une thèse de littérature comparée sur la poétique du roman d'aventures et qui est l'auteur de nombreux articles sur la littérature d'aventures et sur les littératures dites populaires, a créé un site internet très riche et très intéressant sur les romans d'aventures:http://www. roman-daventures. info/

12 Né en 1878 et mort en 1927, il est, avec Jack London, « l'un des maîtres des récits du Grand Nord » (Matthieu Letourneux).

13 1842-1912. Auteur allemand de romans d'aventures, il a écrit de nombreux « récits d'Indiens, imités en grande partie de Fenimore Cooper » (Matthieu Letourneux).

14 Suivent : Balzac (9), Joseph Conrad (9), Ponson du Terrail (9), Sienkiewicz (9), Fenimore Cooper (8), Téophile Gautier (8), Hoffmann (7), Dostoievsky (7)...

15 Dans les premiers numéros publiés, cette collection est présentée comme celle de : « las mejores adaptaciones de las obras clásicas de los grandes autores de la Literatura Universal ». Cf. par exemple, le n° 2,26 de octubre de 1998 (Gaston Leroux, El fantasma de la ópera).

16 Nous avons 49 références et à la fin du mois de septembre 2001 (le 24), ils en étaient au n° 78.

17 Jack London, El llamado de la selva (n° 6), qui avait été publié sous le titre, La ley de la selva (n° 164), dans la collection « Novelas Inmortales » ; Alexandre Dumas, Los tres mosqueteros (n° 7), qui avait été publié sous le même titre (n° 211) ; Oscar Wilde, El retrato de Dorian Gray (n° 10), publié sous le même titre (n° 222) ; Bram Stocker, Drácula (n° 13), publié sous le même titre (n° 122) ; Vicente Blasco Ibañez, La barraca (n° 20), publié sous le même titre (n° 738) ; Emilio Salgari, La cazadora de cabelleras (n° 22), qui avait été publié sous le titre, La vengadora (n° 191) ; Aristophane, La huelga de las mujeres (n° 23), publié sous le même titre (n° 677) ; une légende anonyme mexicaine, Los rebeldes (n° 24), publiée sous le même titre (n° 731) ; Emilio Salgari, Aventuras entre los pieles rojas (n° 26), qui avait été publié sous le titre, Guerra india (n° 221) ; Jules Verne, Cinco semanas en globo (n° 28), qui avait été publié sous le titre, Cielo africano (n° 170) ; Joseph Conrad, El fugitive (n° 34), qui avait été publié sous le même titre (n° 610) mais dont le titre original est : El anarquista ; Jack London, El Mexicano (n° 45), publié sous le même titre (n° 209). Il est possible que le titre Mujer en venta (n° 41) d Emilio Salgari corresponde au n° 226, Una mujer en subasta, et au mois de juillet ou juin 2000, la légende écossaise, El rey aventurero, correspond probablement au n° 727 (El principe aventurero)

18 Trois ne figurent pas parmi les 753 références de « Novelas Inmortales » que nous possédons : Edmond

19 Rostand (Cyrano de Bergerac), Sor Juana Inès de la Cruz (Los empeños de una casa) et Manuel Gutiérrez Nájera (Historia de un peso falso).

Notons qu'à partir du mois de juillet 1999, la collection « Joyas de la Literatura » a été enrichie de deux sous-collections : « Amores Inmortales » et « Clásicos de Terror », dans lesquelles nous trouvons des auteurs tels que Irving Washington, Gaston Leroux, Edgar Allan Poe, Shakespeare, Miguel de Unamuno, Leprince de Beaumont.

20 C'est le cas par exemple, de : Otelo, El Decamerón, Ana Karenina, Kim, El Rey Lear, La Cartuja de Parma, 93, La Gran Breteche...

21 « AMIGOS LECTORES : JOYAS es una invitation a la lectura. Esperantos que nuestra versión historieta de la obra del genial autor [nationalité + nom de l'auteur] los anime a conocerla en su versión original. MIL GRACIAS POR SU AMABLE PREFERENCIA ».

22 Sur Un gran amor d'Ovide, par exemple (n° 65, 26 de marzo de 2001), nous lisons : « Para el verdadero amor los sacrificios sólo sirven para fortalecerlo ».

23 Fonctions que Gérard Genette reprend pour les titres, à partir de ce qu'ont déjà établi Charles Grivel et

24 Cette page se trouve parfois à la fin du livre (face interne de la quatrième de couverture).

25 Et dans les rares cas où l'adaptation n'a pas le même titre que le texte original, le nom de celui-ci est indiqué. C'est ce qui se produit par exemple pour : Un gran amor (Ovide) ; il y est précisé : « Basado en la obra Piramo y Tisbe ». De même, pour prendre un autre exemple, dans La huelga de las mujeres (Aristophane), nous lisons : « Basado en : Lisístrata de Aristófanes ».

26 Dans le numéro 8 (18 janvier 99), elle est toujours là, dans le n° 11 (01 mars 99) elle n'y est plus.

27 Et il semble qu’ici, il ne s'agit pas seulement de l'image que la maison d'édition pourrait se public puisque l'éditeur de la collection nous a expliqué que les lecteurs ne manquent pas de leur téléphoner lorsqu'un numéro les a déçus ou choqués.

28 Citation extraite d'une enquête qui nous a été communiquée par la maison d'édition.

29 Les auteurs d'un article para dans La Jornada soulignaient même : « La indiferencia de los mexicanos ante la " literatura de calidad " mantiene inmerso al pais en una progresiva " catástrofe silenciosa " : el analfabetismo funcional » (PAUL & VARGAS, 2000).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6324/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

Auteur

Université François Rabelais, Tours, CIREMIA

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540