Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Texte et Image dans les Mondes hispaniques et hispano-américains

 | 
Jean-Pierre Castellani
, 
Monica Zapata

I. Rapports texte/image dans les médias

Le journal télévisé : image et/ou écriture télévisuelle

Vicenta Castellanos Folgado

Texte intégral

1La télévision fait partie de notre famille au même titre que ses membres constituants. Grâce à son écran télématique, cette fenêtre, ouverte sur le monde, établit une communication groupale (un seul locuteur pour une masse d’interlocuteurs) ou individuelle (chacun se sent unique quand il reçoit l’information) avec le (s) téléspectateur (s). Ce lien étroit se tisse au fil des nombreuses représentations visuelles qui investissent l’espace télématique vingt-quatre heures sur vingt-quatre.

2Le journal télévisé (J.T.) occupe une place privilégiée dans le cœur des téléspectateurs car il leur permet de voyager et de se tenir au courant des actualités régionales, nationales et internationales en activant une télécommande. Cette préférence s’explique sans doute par le fait que le J.T. ancre les événements présentés dans la réalité immédiate.

3Comment ce média transpose-t-il la réalité afin de la transformer en un miroir sociologique ? Il dispose de divers procédés pour rendre réelles les nouvelles transmises : le support visuel via l’image, le support sonore via le langage, les bruits, la musique, etc. et le scriptural.

4Penser le J.T. comme un récepteur d’images doté de la parole serait quelque peu réducteur et simpliste. Il semble donc important de s’interroger sur la représentation et la portée du J.T. dans nos sociétés modernes.

5S’agit-il d’un média (re)transmettant une ou des vision(s) de monde(s) qui prennent forme à travers l’image, s’étoffent par la parole et se légitiment par l’écrit(ure) ou d’une construction discursive qui éveille l’ethos et le pathos des téléspectateurs pour orienter leur appréhension de l’information transmise. En réponse à ce questionnement, nous nous proposons de percer à jour les dispositifs communicationnels mis en œuvre par les concepteurs du J.T. Nous prendrons donc en compte : la mise en scène pour (re)créer le monde réel dans un espace fictionnel (le plateau T.V.) et la scénarisation de l’image et de la parole.

6Nous nous appuierons sur divers faits de société, du plus grave au plus anodin, extraits de trois J.T. espagnols différents dans leur édition du soir :

7L’assassinat du juge Lidón, J.T. du 7 novembre 2001 sur la chaîne publique T.V.2, 13 minutes.

8L’attentat du 11 septembre 2001 aux USA, J.T. du 12 novembre 2001 sur la chaîne privée A3TV, 8 minutes.

9Avant-première de Harry Potter, J.T. du 7 novembre 2001 sur la chaîne privée Telecinco, 1 minute 30.

10Certaines questions nous viennent à l’esprit avant d’aborder les points qui nous intéressent :

11Que signifie communiquer? Transmettre ou échanger l’information ?

12Qui dit quoi et à qui ? Le journaliste joue le rôle du communicateur qui introduit les contenus du J. T auprès du téléspectateur.

13Par quel biais ? La nouvelle est divulguée par un média dont les incertitudes ne donnent pas au récepteur tous les savoirs auxquels il s’attendait.

14À quel effet ? Le J.T. veut donner une sensation d’authenticité à la nouvelle qu’il communique. Mais il s’agit d’une réalité supposée car le téléspectateur reçoit l’information avec ses propres codes et cette dernière serait simplement le mimétisme du réel.

15Pour les concepteurs du J.T. produire de la réalité passe par une véritable mise en scène. Ils tournent une sorte de court-métrage informatif dont le scénario est ancré dans la réalité. La présentation des contenus suit trois phases : la phase d’initiation (mise en place des contenus), la phase de transformation (exposition, développement des faits), la phase finale (le dénouement).

16Voyons, à présent, comment se déroule le scénario des faits de société livrés dans chacun des J.T de notre corpus. Nous commencerons par l’assassinat du juge Lidón dont la mise en scène est digne des meilleures séries du genre policier. Les images d’une population choquée par la violence de cette mort introduisent la nouvelle du jour. Les mots (Por primera vez un juez en el Pais Vasco...) qui viennent se greffer sur ces images insistent sur le caractère exceptionnel de l’assassinat imputé à l’ETA. L’irruption du présentateur, Lorenzo Milá, dans le champ télématique initie la phase de transformation. La mise en abyme des écrans télévisés en profondeur de champ offre une multiplication de l’information et souligne ainsi sa gravité. Lorenzo Milá, filmé en plan rapproché, apparaît comme un énonciateur-médiateur qui organise le processus événementiel en balisant le parcours du récepteur. L’image, considérée au départ comme le témoignage d’une réalité, devient narrativisation. Le récit est conté par le journaliste. Une voix over marque l’ordre chronologique des faits. Les images atteignent le seuil de visibilité et rendent le discours verbal convaincant. Elles commencent par retracer les derniers instants de la victime et se terminent par des inserts sur ses objets personnels. De l’agitation qui règne dans la rue, nous passons à celle du garage où gît le corps inerte du juge. Les faits sont commentés en mettant l’accent sur l’intégrité, le charisme de ce juge exemplaire. Des proches, des étudiants et de hautes personnalités du monde de la justice témoignent de leur attachement à cet homme en condamnant l’acte barbare qui lui a coûté la vie. Nous assistons à une mise en narration de l’action par un témoin qui devient sujet montrant. L’effet d’authenticité, de vérité est alors atteint. L’apparition de la chapelle ardente à l’écran donne à l’événement une dimension supérieure et joue sur le pathos du téléspectateur. Enrique Mínguez (Porte-parole du Conseil du pouvoir Judiciaire) réaffirme la volonté de la justice espagnole d’en finir avec la lacra terrorista pour sauvegarder une démocratie encore bien fragile.

17Le présentateur donne un nouvel éclairage au drame du juge Lidón. Il établit un lien direct avec le Comando Madrid qui a déjà frappé à plusieurs reprises en Espagne. Les images diffusées (des photos de membres présumés de l’ETA. L’appartement refuge ou arsenal d’armes, la déflagration d’un engin explosif et ses conséquences) permettent de découvrir le visage des coupables et de mettre en évidence leurs dispositifs. En passant du cas particulier (l’assassinat du juge Lidón) au cas général (les attentats perpétrés dans les rues de la capitale), l’information dépasse son rôle communicationnel, elle met en garde le citoyen contre la violence terroriste. Cette stratégie informationnelle vise à influencer le récepteur qui devient juge et partie dans cette affaire.

18Le dénouement arrive avec l’histoire de Juan Junquera (Secrétaire de la Politique scientifique) un miraculé de cette vague d’attentats. Son chauffeur raconte comment il a déjoué le complot. La caméra fixe en gros plan le visage de cet homme qui relate les faits d’un ton pathétique. L’émotion joue sur l’affect du récepteur qui ne peut plus se montrer indifférent à l’information, il se doit d’y participer.

19Le témoignage de ce chauffeur sert de synthèse aux événements racontés précédemment. Le présentateur et tous ceux qui interviennent lors de la mise en scène événementielle créent des émotions issues d’une réalité factuelle. Ils ébranlent la sensibilité du téléspectateur qui fait appel à son pathos pour interpréter les images diffusées et le discours qui les accompagne.

20Le scénario écrit autour de l’assassinat du juge Lidón rappelle les films du genre noir américain où le bien l’emporte sur le mal. Le savant mélange de l’ethos et du pathos a un effet immédiat sur le téléspectateur qui accède à une information modelée par l’équipe de rédaction. L’illusion de réalité fait partie intégrante du J.T, le récepteur devient prisonnier de ce miroir aux alouettes qui ne lui laisse guère de libre arbitre.

21Le second J.T. qui nous intéresse utilise une mise en scène similaire pour rendre compte de la situation aux Etats-Unis deux mois après l’attentat du 11 septembre 2001. La façon de communiquer l’information diffère cependant quelque peu. Antena3 (A3TV) a recours aux NTIC (Nouvelles techniques de l’information et de la communication) et au direct télévisé pour informer son public.

22Une entrée en matière musicale annonce la phase initiale du reportage. La musique choisie traduit la gravité des événements qui se produisirent le 11 septembre 2001. Des images sont diffusées en boucle comme s’il s’agissait d’un calendrier dont on tourne les pages pour en extraire les faits les plus marquants (explosion des avions contre les tours jumelles, guerre chimique à l’antrax). Nous assistons à la monstration narrative scénarisée d’une guerre qui perdure. Il s’agit là de micro-histoire dans une macro-actualité au sein de laquelle l’image devient un langage visuel ayant une valeur d’archivé et de mémoire.

23L’apparition de Pedro Piqueras, journaliste connu, déclenche la phase de transformation et accrédite l’événement. Il porte un costume cravate et parle d’un ton grave. Ces signes visuels donnent encore plus de sérieux à son personnage et confirment l’aspect tragique de la situation évoquée. L’ébullition de la salle de rédaction, espace ouvert à l’information par excellence, est montrée en profondeur de champ. Force est de constater que la préparation d’un J.T. se fait en équipe. Le passage à l’écran est cependant l’affaire d’un seul homme qui organise l’événement pour le récepteur du message informationnel. À ce titre, il exerce plusieurs fonctions si l’on se réfère à Charaudeau. Le présentateur du J.T. est d’abord un guide qui explique comment aborder la nouvelle. Puis, il se transforme en organisateur de relais qui donne la parole aux envoyés spéciaux. Il tient enfin le rôle d’orientateur qui prend la parole pour faire un commentaire ou pour donner une conclusion. Ces fonctions sacralisent aux yeux des récepteurs le message émis, car l’informateur véhicule par sa parole une vérité puisée dans la réalité.

24Avec A3TV, le J.T. acquière une dimension supplémentaire dans son rapport au vraisemblable grâce au « direct » qui transmet des faits d’actualité pris sur le vif. Le téléspectateur croit en l’authenticité de l’information divulguée puisque les événements sont tournés dans la continuité de leur déroulement. De plus, le suspense créé par le caractère approximatif des révélations conduit à une empathie qui provoque une relation fusionnelle à l’événement. Une mise en scène à la manière d’Hitchcock donne au récepteur l’illusion du réel sans qu’il s’aperçoive de la manipulation dont il a été victime.

25Voyons à présent comment tout ceci se vérifie dans le J.T de Pedro Piqueras. Depuis le plateau télévisé, Pedro Piqueras établit une liaison directe avec New York pour l’hommage rendu aux victimes du World Trade Center. Une image sur laquelle on peut lire duplex Madrid/New York nous laisse découvrir le visage grave de l’envoyée spéciale qui commente la cérémonie en direct. G.W. Bush, Kofi Annan et des vétérans de la guerre du Vietnam sont les principaux acteurs de cet événement. Chacun d’eux intervient pour dénoncer l’abomination de l’attentat. Le président Bush se lance dans une violente diatribe contre Ben Laden, Annan se veut pacificateur et les vétérans renvoient à une guerre stérile. Une voix over transmet les faits en s’appuyant sur l’effet de simultanéité des images. La scénarisation ne devrait pas exister. Mais, le eut brutal entre les différents moments du reportage sélectionne les informations en fonction de ce que l’on veut montrer. Le discours en voix over est un discours de preuve qui vise à faire ressortir la vérité émanant de l’image. La parole corrobore le discours visuel qui joue sur le pathos et l’ethos du récepteur. Les plans (demi ensemble, rapprochés, travellings, inserts) utilisés visent à manipuler la perception des faits afin de conduire le téléspectateur vers une information « formatée ».

26Par la suite, Pedro Piqueras reprend le flambeau et effectue un va-et-vient continuel entre le plateau d’A3TV et les lieux (Londres, l’Afghanistan, le Pakistan) qui ont un lien quelconque avec l’attentat du 11 septembre 2001. Dans un premier temps, le public est guidé par le journaliste qui commente lui-même l’hommage se déroulant simultanément à Londres. Les procédés visuels et discursifs relèvent d’une mise en scène identique à la précédente. L’événement revêt un caractère plus officiel par la présence de tout l’establishment britannique (la famille royale au grand complet, les membres du gouvernement et les autorités religieuses). La marche funèbre rythme cette commémoration et alourdit l’atmosphère. Nous assistons à un retour sur le plateau qui devient un point d’ancrage pour le public. Dans un deuxième temps, Pedro Piqueras conduit le téléspectateur en Afghanistan, source de certains conflits mondiaux. Il se livre à une véritable scénarisation du regard pour arriver aux yeux dans les yeux de Eliseo Véron. Le téléspectateur pense « il est là, je le vois, il me parle » (VERON, 1983) et il a l’impression d’être le seul à recevoir l’information. En réalité, il s’agit d’un leurre car le présentateur fixe soit la caméra, soit le prompteur. Il donne l’illusion de s’adresser directement au récepteur du message afin de capter toute son attention. Par un geste rapide de la main, il établit une connexion téléphonique avec l’envoyé spécial sur place. Un spectacle de désolation se fait jour. Un effet webcam des images diffusées donne au spectateur l’impression de vivre « in vitro » ce qui se passe « in vivo ». Toutefois, le décalage existant entre les images (re)transmises et le son en différé rend bien compte de la manipulation qu’exerce au quotidien ce média sur ses fidèles. La grande messe du J. T désinforme bien plus qu’elle n’informe.

27Une nouvelle incursion sur le plateau télévisé annonce la phase finale et permet à Pedro Piqueras d’établir le lien avec le Pakistan, pays qui apporte son aide à l’Afghanistan. Les images, montées comme celles d’un film d’action, rendent compte de cette coopération humaine et militaire. Le héros, une sorte de James Bond, vient prêter main-forte à ses frères de sang. Ce justicier s’aventure sur les chemins les plus escarpés pour secourir les guerriers tapis dans les montagnes. Des images à la limite du supportable montrant toute la misère humaine succèdent à ces tribulations. Une voix over commente le désarroi de mères, filmées en gros plan, dans l’impossibilité de nourrir leur progéniture. Fane apparaître à l’écran des enfants déshydratés, blessés, amputés de leurs jambes représente le moyen le plus sûr d’alerter l’opinion internationale sur la déchéance d’une société au bord de l’implosion. Cette aventure cauchemardesque connaît son dénouement avec l’arrivée de l’envoyé spécial. Celui-ci révèle l’extrême générosité d’un peuple dont l’ultime richesse est son propre sang. En arrière plan, nous pouvons lire :

BLOOD CAMP FOR AFGHAN INJURES-AFGHANISTAN COMMISSION FOR HUMAN RIGHTS

28Le recours à l’anglais, langue universelle, pour souligner la situation critique des populations concernées cherche à sensibiliser le monde sur les terribles retombées d’un tel conflit.

29L’information n’est pas livrée à l’état brut, elle se veut une cérémonie au cours de laquelle le présentateur joue sur l’ethos du téléspectateur afin de mieux manipuler son pathos. Le J. T. s’inscrirait donc dans le cadre de La télévision cérémonielle si chère à D. Dayan et E. Katz devenant ainsi,

[...] l’équivalent d’un chœur qui soulignerait à sa surface les messages qui s’énoncent en son sein. Le public est alors invité à se livrer à un travail d’interprétation, à s’interroger sur le signifié des «  indices » que l’on a disposés pour lui. (DAYAN & KATZ, 1996 : 89)

30C’est pourquoi, le J.T. d’A3TV scénarise l’image par le biais du direct. Plusieurs scénari sont offerts au récepteur :

31Scénario du présent et du passé : la simultanéité du présent se voit enchâssée d’événements passés qui se sont déroulés hors caméra et qui pourtant ont un lien direct avec les faits présents dans l’éternel recommencement d’un conflit sans issue).

32Scénario du futur : l’événement est prévu, il va se produire.

33Scénario de l’hypothétique : il existe une possibilité de réalisation, mais on ne connaît pas la forme de représentation des faits.

34L’interpellation du récepteur est immédiate car il est considéré « comme un participant privilégié dans le sens quasi sacralisant du terme : ici on considère qu’il participe d’un même espace imaginaire » (ALVAREZ GARCIA, 1985 : 209).

35Passons, à présent, au troisième J.T. de notre corpus. Tout comme dans les deux précédents, nous assistons à une mise en scène de l’avant-première de Harry Potter. La phase d’initiation correspond à l’ouverture du J.T La présentatrice insiste sur le caractère exceptionnel du raz-de-marée cinématographique provoqué par cette sortie. Son discours s’appuie sur des chiffres précis qui laissent augurer l’immense succès de ce film Des extraits sont diffusés en guise de monstration descriptive et illustrative. La phase de transformation nous fait entrer dans le vif du sujet avec l’interview du jeune acteur qui tient le rôle de Harry Potter. L’étonnement se lit sur son visage par le biais de la caméra qui fixe ses émotions en gros plan. Le nouveau Petit Prince du cinéma est très lucide sur cette réussite fulgurante, il est conscient que tout peut s’arrêter du jour au lendemain. Des images nous transportent ensuite vers le monde fantastique et surnaturel de Harry Potter, ouvrant ainsi la porte du rêve. Un eut interrompt la fiction pour faire place à la réalité d’une librairie où un enfant est absorbé par la lecture de Harry Potter. Ce va-et-vient entre l’imaginaire et le réel crée une confusion dans l’esprit du spectateur. En effet, le héros de papier prend vie sur la pellicule devenant ainsi la matérialisation du rêve. Le récepteur s’identifie par cette sacralisation de l’événement à son héros. La face cachée de cet univers onirique se révèle avec le marchandising salvaje qui entoure la sortie de Harry Potter. L’enfant est manipulé par les images. Le J.T ne remplit plus sa fonction informationnelle, il devient une vitrine publicitaire qui promeut les produits dérivés du film et pousse à la consommation. Le J.T se termine avec l’image d’une jeune journaliste et de sa chouette qui invite son public à venir la rejoindre dans le château magique d ‘Harry Potter, l’illusion de réel refait surface et la tromperie atteint son climax.

36À travers l’étude de ces trois événements dont la durée et la teneur sont différentes, nous avons constaté que le J.T est un plateau télévisé sur lequel on ritualise l’information. Rien n’est laissé au hasard, tout est minutieusement préparé pour faire jouer l’affect du récepteur. Le J.T devient une sorte de cérémonie qui débouche sur la vraisemblance des faits. Ce média communique via le message envoyé aux téléspectateurs des modes de pensée jouant sur l’ethos et le pathos. Nous pouvons parler alors de visions de monde multiples car le récepteur adapte le message à ses propres codes qui se différencient de ceux de l’émetteur. Selon Charaudeau ce dernier problématise, élucide, évalue l’information et sensibilise le récepteur par son discours aux faits.

37Mais peut-on parler de réalité informative dans le J.T? L’espace (plateau télévisuel) et le temps limité (environ 30 à 45 minutes deux fois par jour) rendent le réel difficilement accessible. Le J.T transpose donc la réalité pour refléter dans le miroir télématique un semblant de vérité grâce à une mise en scène communicationnelle qui scénarise l’image et le discours.

38Nous terminerons par cette belle image de Philippe Marion : « il faut en effet que l’émotion et l’information, (l’affect et la cognition) s’interpénètrent- ou mieux se confondent- pour que la pâte narrative puisse lever et être consommée par le spectateur ou le lecteur. » (MARION, 1994 : 322).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ALVAREZ GARCIA, L. (1985), Poétique du discours télévisé, Louvain-La-Neuve, Ciaco Editeur.

CHARAUDEAU, Patrick (1997), Le discours d’information médiatique, Paris, Nathan, 1997.

DAYAN, D. & KATZ, E. (1996), La télévision cérémonielle, Paris, PUF.

MARION, Philippe (1994), « L’AFFECT TELEVISUEL. Les funérailles du roi Baudoin », HERMES 13-14, Université catholique Louvain-La-Neuve.

VERON, Eliseo (1983), « Il est là, je le vois, il me parle », Communications, n° 38, Paris, Seuil.

Auteur

IUFM de Lorraine/Université de Nancy 2

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable