Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Texte et Image dans les Mondes hispaniques et hispano-américains

 | 
Jean-Pierre Castellani
, 
Monica Zapata

I. Rapports texte/image dans les médias

La bataille entre l’écrit et le visuel : fonction de la photographie dans le discours de la presse quotidienne espagnole

Jean-Pierre Castellani

Texte intégral

1Observons, tout d’abord, que le premier sens du mot presse est : « machine destinée à l’impression typographique et au tirage des imprimés », ce qui explique que la presse, autrement dit la communication de l’information par l’écrit à un rythme régulier, vienne du livre et ait manifesté, depuis ses origines, une volonté de raconter le présent, qui est son objectif premier, aussi bien par les mots que par l’image, appelée longtemps d’ailleurs l’illustration. On a coutume de parler à propos de la presse écrite d’un support papier, c’est-à-dire imprimé. On sait que l’apparition de l’imprimerie a provoqué, selon l’expression d’Antoine Compagnon, « une fabuleuse mobilisation du texte » (COMPAGNON, 1975 : 235).

2Nous assistons aujourd’hui à un grand débat entre l’écrit et le visuel, autrement dit entre deux systèmes d’expression apparemment concurrents, celui du langage des mots, support de l’écrit traditionnel (qui n’est pourtant pas absent de ce nouvel espace de communication qu’est l’écran) et celui des images (inhérent à la surface écranique au sens large de son utilisation) mais qui nourrit aussi toute la tradition iconographique de l’écrit et est employé par d’autres médias, comme la télévision ou l’informatique. La période contemporaine voit s’affronter deux cultures, celle traditionnelle de l’écrit, considérée comme difficile, voire dépassée, et celle de l’image, perçue comme plus accessible, plus ludique, au point que certains en arrivent même à penser qu’à la dominante des mots a succédé la dictature de l’image. C’est ainsi qu’à l’apparition de chaque nouveau média - la radio, la télévision, Internet maintenant - la presse écrite a redouté cette concurrence susceptible de lui faire perdre des lecteurs et de mettre en danger son existence.

  • 1 On rappellera à ce sujet que le sens premier de l’expression «  faire gémir la presse » est : «  im (...)

3Ce phénomène a commencé à la fin de la1° guerre mondiale et s’est amplifié, après 1945, avec le développement de la radio d’information et, dans les années 50, avec la nouveauté que représentait le Journal Télévisé. Il s’est imposé avec l’irruption dominatrice de l’informatique. En effet, on peut dire que nous sommes entrés dans ce que Claude Imbert appelle une « stratégie de visibilisation » (IMBERT, 1988) dans laquelle le discours iconique joue et jouera un rôle central. Mais rien ne contraint à réserver ce poids de l’image, de l’icône justement (rappelons que le mot icône vient du grec eikon-onos, c’est-à-dire image, d’où l’importance de l’iconographie dans un quotidien moderne) aux médias audiovisuels qui n’en ont pas l’exclusivité, même si leur usage paraît plus évident, plus naturel et plus facile pour eux.

4On ne peut donc plus étudier désormais la presse écrite sans prendre en considération le statut monstratif de l’information et sans l’intégrer dans une réflexion sur la théorie de l’image. Dans la perception du discours de presse, des relations s’établissent forcément entre le lisible et le visuel dans ce que Gérard Blanchard appelle « un langage scriptovisuel ».

  • 2 Pensons à ce sujet au travail de graphiste mené par Roger Massin qui a bouleversé la présentation d (...)

5L’une de ces nouveautés est, entre autres, l’irruption de la photographie dans la communication moderne. Certes, le besoin et le désir de renouveler la présentation des journaux, quotidiens en particulier, sont des caractéristiques constantes dans l’histoire de la presse, comme elles le sont, d’ailleurs, de toute production écrite.2 Cela se traduit par une série de recherches sur la maquette, c’est-à-dire, sur l’aspect extérieur, la forme et la mise en forme de ces journaux. On peut repérer ces points essentiels : les différents types de caractères d’imprimerie, le type de format, la composition horizontale ou verticale, et précisément la place de la photographie qui est l’objet de notre attention aujourd’hui.

6Toutes ces améliorations ont permis et provoqué une lecture plus agréable grâce à une lisibilité facilitée par ces changements. Le souci des lignes, d’une graphie plus parfaite, d’un dessin original atteste que la notion de qualité esthétique, fondée principalement sur la vue, ou même le regard, a autant d’importance désormais que la quête obsessive de l’information exclusive, urgente et prioritaire. Condamnés à être en retard, les quotidiens recherchent moins une lecture informative qu’esthétique. Ils sont tous en quête d’une identité visuelle dans laquelle la photographie joue un rôle essentiel : dans les rapports privilégiés que tout journal essaie d’établir avec son lecteur, elle apporte un élément singulier qu’il convient d’analyser.

7Traditionnellement la couverture des conflits guerriers, des attentats et des faits divers repose, en partie, sur une information graphique qui va fixer les images ou même l’image de ces événements et les graver pour toujours dans notre mémoire visuelle. Rappelons quelques dates et faits essentiels : les photos de Mattew ont été les premières, pour le Illustred London News, à enregistrer un affrontement, celui de la guerre civile américaine. Les célèbres clichés de Robert Capa, saisissant un combattant républicain fauché par une balle ennemie, sont considérés comme des icônes de la guerre civile espagnole. On peut penser que, demain, les images des tours de New York en feu représenteront et symboliseront le drame du 11 septembre 2002, mieux que tous les commentaires écrits, de même que celles des prisonniers afghans, agenouillés à Guantánamo, résumeront la violence impitoyable de la réaction américaine. Elles illustreront parfaitement le dicton selon lequel une photographie + 10 mots = 1010 mots.

8Pourtant, cette première époque dorée de la presse illustrée, avec la transmission à distance des clichés par la photogravure, la mise en place du service photo de l’Associated Press en 1928, le lancement de l’hebdomadaire Vu en 1928 qui jusqu’en 1940 sut imposer une nouvelle façon d’utiliser la photographie, en inventant la fonction médiatique de l’information, le succès de revues comme Life (créée en 1936), ou Paris Match (lancé en 1949), a été perturbée par l’apparition de la télévision qui retransmettait en direct en images les grands événements avec l’émotion que cela suppose. Quand Roger Thérond reprend la direction de Paris Match, en 1976, l’hebdomadaire spécialisé dans le reportage photo est moribond. Il invente alors le fameux slogan : Le poids des mots, le choc des photos qui est, en fait, une tentative d’associer ces deux forces antagonistes que sont l’écrit et le visuel, dans une nécessaire complémentarité entre la qualité exemplaire des photos et la précision irremplaçable des mots.

9En effet, la photographie doit prendre place dans un espace qui est celui de la page, d’où l’importance du format. Aujourd’hui, le format tabloïd s’est imposé majoritairement. Mais c’est une source de confusion possible car, dans les pays anglo-saxons et germaniques, ce format est associé, en général, à la presse à scandale. La notion de presse tabloïd est assez facile à cerner même s’il convient de ne pas la confondre avec la presse populaire. Le tabloïd est, en principe, une publication à scandale, qui le recherche et l’exploite sans grand souci déontologique. Il présente une information nourrie fondamentalement de faits-divers, sanglants de préférence, d’affaires de sexe, d’histoires troubles, voire extraordinaires, de potins sulfureux sur la vie privée des célébrités nationales et internationales. Dans ce cas, l’usage de la photographie racoleuse ou perverse, obtenue à prix d’or ou par des procédés douteux, y est omniprésent. Les articles sont courts, les dérapages nombreux.

10Nous sommes loin de la presse populaire qui s’attache certes à l’aspect spectaculaire ou personnel de l’information mais n’a pas recours, en principe, à ces techniques condamnables. Par exemple, en France, on ne peut pas considérer que Le Parisien appartienne à cette catégorie. Des publications hebdomadaires comme Gala, France Dimanche, Ici Paris ou Voici s’en rapprocheraient plus.

  • 3 En Espagne, deux tentatives relativement récentes ont démontré que le lectorat n’adhérait pas à ce (...)

11Par ailleurs, le traitement de l’information croustillante entre en concurrence directe avec le marché très florissant des magazines du coeur. Les Espagnols, comme les Français, ne sont pas moins friands que les Britanniques ou les allemands de nouvelles à scandale. Il se trouve qu’en France aussi bien qu’en Espagne ce segment de presse est représenté dans la presse hebdomadaire et non dans la presse quotidienne.3. La photographie y règne dans touts sa puissance. En revanche, en Espagne, comme en Italie ou en France, les tabloïds appartiennent souvent à la presse de qualité, dite de référence.

12Au-delà de différences idéologiques et formelles, trois quotidiens : El País, A.B.C et El Mundo appartiennent à ce segment de médias que les britanniques appellent les quality papers, journaux de qualité opposés aux tabloïds, journaux en petit format et à scandale. Tout lecteur du Royaume-Uni fait clairement la différence entre, d’un côté, The Times ou The Guardian qui présentent une information sérieuse et, de l’autre, The Sun ou le Daily Mirror qui privilégient le scandale. De même, le lecteur allemand apprécie l’opposition nette entre Frankfurter Allgemeine Zeitung ou Suddeutsche Zeitung pour la presse de qualité et Bild pour les tabloïds. N’oublions pas que le terme « Bild » signifie en allemand « image », ce que justifie en partie ce quotidien en accordant une place importante à la photographie mais dans un esprit démagogique.

13La notion de presse de qualité est ambiguë et peut être, en effet, subjective et discutable. Par qualité on entend, en général, une information sérieuse, hiérarchisée, complète, avec une attention particulière portée aux problèmes politiques, sociaux, économiques et culturels. La volonté est, selon la vocation profonde de la presse écrite, de raconter les faits, mais aussi de les expliquer et de les juger. Aucun sujet n’est banni mais, dans tous les domaines, même celui des sports ou des loisirs, l’angle est à la fois narratif et explicatif. Le discours sémantique se veut d’un bon niveau et, dans cette perspective, la photographie cherche à associer l’esthétique et le message informatif. L’idée est de former le lecteur en l’informant et non de flatter ses instincts les plus bas.

14Parmi les critères requis par l’ensemble des théoriciens : exactitude de l’information, impartialité et l’esprit d’investigation, prédominance des articles originaux sur les dépêches d’agence, outre un style correct et recherché, adapté à chaque section, on retiendra celui de l’originalité et de la déontologie de la photographie. Cette presse est influente, et par une approche différente des sujets, elle propose donc un traitement intelligent de l’information. Contrairement à ce que l’on a trop longtemps cru en France, elle n’est pas forcément ennuyeuse, triste, archaïque, figée dans un aspect formel désuet. Ainsi est dépassée la dichotomie entre journaux d’information, caractérisés par l’usage du poster, de la photo spectaculaire et du titre agressif, accompagné d’un texte assez court, et les journaux d’opinion où le texte avec ses analyses et ses résumés l’emportait sur la recherche d’un titre original ou d’une belle image.

15Il a fallu attendre la nouvelle formule de 1995 et plus récemment celle de janvier 2002, pour que Le Monde, premier quotidien de référence en France, accepte l’idée que l’iconographie (dessin, photographie, infographie, fac-similé de documents) doit occuper une place de choix dans un grand media moderne. Il est significatif que dans Le style du Monde, véritable Charte du journal et de ses journalistes, publiée pour la première fois à cette occasion, un chapitre entier soit consacré à « L’architecture du Monde ». Le postulat est clair : « La présentation du Monde appartient à l’univers visuel des quotidiens de qualité ». (Le style du Monde, 2002 : 50). Ainsi conçu, le travail visuel est soumis aux mêmes exigences de clarté, de rigueur et de pédagogie que les autres catégories qui constituent cette iconographie. Il est mis au service du contenu rédactionnel et soumis aux mêmes lois, il n’illustre pas, il informe. La Charte parle d’empathie des langages graphiques et rédactionnels, de parité et de nécessaire cohérence, formelle et conceptuelle, entre l’écrit et l’image. La photo est d’autant plus importante que c’est la première chose que l’on voit dans une page.

16Nous nous limiterons, pour illustrer notre propos, à quelques exemples pris, au cours de la première quinzaine de février 2002, dans les trois premiers quotidiens généralistes espagnols, El País, El Mundo et A.B.C. De façon significative, ces trois quotidiens ont tous publié un Livre de style : d’abord El País dès 1977, soit un an à peine après son lancement, ensuite A.B.C en 1993 (Libro de estilo de ABC, 1993) et enfin El Mundo en 1996. El País, sous l’intitulé « Fotos y gráficos » (El País, Libro de estilo, 1977 : 57-70) et El Mundo sous celui de « Información gráfica » (El Mundo, Libro de estilo, 1996 : 30-31) consacrent un chapitre entier aux normes de l’usage de la photographie dans le traitement de l’actualité tandis que ABC, pourtant présenté depuis le début sous forme de revue, ne se réfère qu’aux légendes des photographies, se montrant plus soucieux du texte que de l’illustration.

17El País a montré depuis sa création que l’on peut traiter sérieusement de l’actualité avec des pages de petit format, avec seulement 5 colonnes, et sans l’obligation de titres à caractère sensationnel ou de photographies vulgaires. Sa présentation est systématique : trois informations sont retenues dans l’actualité : en général ce sont deux nationales et une internationale. El País présente une confection simple, symétrique, équilibrée qui ne heurte à aucun moment l’oeil du lecteur. La première page donne des résumés des informations reprises et détaillées à l’intérieur, sorte de contractions de textes chargées de faciliter le travail d’un lecteur pressé. La présence d’un « lead » accentue cette impression de synthèse qui exclut toute émotion ou réaction sensible, même à propos d’événements dramatiques.

18La hiérarchisation des informations est banale, elle s’adresse manifestement à un lecteur fidèle que l’on ne cherche pas à accrocher par un travail quelconque dans l’écriture mais auquel on fournit par ailleurs un sommaire détaillé et précis. La publicité est, elle aussi et curieusement, totalement archaïque occupe le bas de page. Elle ne l’est pas dans le corps du journal, et encore moins dans les suppléments. Cette présentation froide, dominée par un texte d’une grande concision ne peut susciter aucune réaction passionnelle. Elle est d’une parfaite austérité graphique et linguistique si l’on excepte justement la photo placée d’habitude en son centre, assez parlante et de bonne qualité technique et celle que l’on retrouvera à chaque page du parcours de lecture. (DOCUMENT 1) La photographie en couleur n’apparaît qu’en « Une » et dans une dernière page plus proche du magazine que de l’information quotidienne. Actuellement, par exemple, la couleur est présente dans plusieurs suppléments, comme El País de las Tentaciones, et dans son magazine spécial du dimanche El País semanal.

19L’une des raisons de l’accueil favorable reçu par El Mundo, lors de son lancement, en 1989, en particulier chez les lecteurs jeunes, les cadres supérieurs et les professionnels économiques, est le soin apporté au graphisme. El Mundo a été le premier, dans la presse quotidienne espagnole, à adopter de façon massive et systématique la nouvelle technique de l’Infographie, grâce à l’apport de l’américain Jeff Goerzten. Cette technique novatrice qui a révolutionné la représentation iconographique dans la presse écrite a d’ailleurs été adoptée par l’ensemble des médias espagnols, les plaçant dans le peloton de tête des journaux du monde entier. C’est une nouvelle esthétique qui voit le jour, grâce à ces illustrations élaborées à partir du langage informatique, appliquée à tous les secteurs de l’information : politique, faits divers, économie, spectacles, culture, sports etc. L’ordinateur n’a pas seulement bouleversé les conditions de rédaction et de composition des quotidiens, il a transformé aussi, et de façon radicale, leur morphologie. Une fois encore, le cas de El Mundo témoigne des rapports étroits qui se sont toujours établis entre l’histoire de l’art, celle des inventions et l’évolution de la presse.

20Le quotidien ABC, de son côté, possède plusieurs caractéristiques qui en font un cas singulier dans le panorama de la presse quotidienne nationale de référence en Espagne : tout d’abord, il s’agit du doyen des quotidiens édités à Madrid avec une création qui remonte à 1905. C’est donc un titre très ancien, qui a été publié sans interruption depuis le début du XX° Siècle, sous tous les régimes. Il a traversé toutes les vicissitudes historiques de l’Espagne du XX° Siècle, de la République au Franquisme, en passant par la Monarchie, il a réussi à se maintenir sous la démocratie et à se classer aujourd’hui comme l’un des premiers en diffusion parmi les généralistes.

21Les conditions de la naissance du journal sont essentielles pour comprendre l’importance qu’il accorde à la photographie. ABC est issu, en effet, de la revue Blanco y Negro qui, pendant deux ans, fut sa première version. Le sous-titre initial était : Crónica Universal Ilustrada. Cette origine explique plusieurs de ses caractéristiques : le format est, dès le début, celui d’un magazine illustré avec ses normes habituelles, plus petit encore que le tabloïd, une première page où domine une photographie, souvent en gros plan, consacrée à une personne ou à un fait (en privilégiant une photo concernant un événement, à caractère international ou universel, parfois culturel), une dernière page totalement occupée par une publicité unique, des cahiers de photos autonomes en début sous l’intitulé significatif de Imágenes et en fin de journal sous celui de G ente, un exemplaire agrafé, ce qui en rend le maniement pratique. DOCUMENT 2

22De plus, comme beaucoup de revues illustrées de l’époque, ABC a toujours eu un souci de culture, accordant une attention toute particulière à la littérature et aux arts. Ces illustrations abondantes permettent de nuancer la grisaille d’une mise en page qui forme un bloc touffu, très indigeste, avec des publicités souvent ringardes. ABC fournit ainsi l’exemple le plus ancien de l’usage de la quadrichromie, dans son cas depuis 1930. Les quotidiens comme El País ou El Mundo l’utilisent maintenant pour leur « Une » et leur « Der » Elle est fréquente pour les publicités, pour certains suppléments de la semaine et les dominicaux, mais l’ensemble reste en noir et blanc. C’est une grande question que celle de l’utilité de la couleur dans la reproduction du document photographique. Dans un monde où la couleur s’impose, en particulier dans les écrans de la télévision et des ordinateurs qui fournissent des images d’une grande richesse chromatique, il semble difficile, pour la presse écrite, de refuser la couleur. Si elle envahit les suppléments, elle n’est pas encore très présente dans la partie traditionnelle du quotidien pour des raisons techniques et de coût financier. C’est pourquoi, ce quotidien très conservateur sur le plan idéologique, s’est trouvé curieusement moins isolé que d’autres pour affronter les mutations récentes qu’ont dû accepter l’ensemble des quotidiens du monde entier : adoption du format tabloïd, utilisation de l’illustration et de la couleur, pour l’information immédiate comme pour la vie culturelle.

23L’examen de cet échantillon de quotidiens choisis dans une période, certes courte mais présentant l’avantage d’être assez neutre, avec une actualité représentative de l’ensemble de l’époque, en Espagne et dans le monde, permet de dégager les observations suivantes :

  1. La représentation du Roi : remarquons que les photographies du Roi et de la Reine sont assez rares, il n’y a pas de matraquage médiatique de la figure royale pour en imposer la présence aux lecteurs et aux citoyens. Les photographies du Roi sont en général officielles, protocolaires, discrètes. Elles donnent une image de sérieux, de travail et de sympathie. Plus nombreuses dans le quotidien monarchiste A. B. C mais sans exagération, elles n’envahissent pas la mémoire visuelle des Espagnols. DOCUMENT 3

  2. La mise en images des hommes politiques est plutôt négative dans la mesure où ils sont pris, la plupart du temps, dans des situations et comportements institutionnels. Soit par la fameuse photo d’identité, peu valorisante dont abuse A.B.C (DOCUMENT 4) soit par une prise de vue systématiquement limitée à une position figée, assis soit derrière une table de réunion ou en Congrès, soit au Parlement. DOCUMENT 5. Il en ressort une vision d’une vie officielle, peu humaine, prisonnière de normes rigides. Pour certains, le traitement est même nettement négatif : par exemple le catalan Pujol ou le basque Ibarretze, du moins dans la presse nationale. Pour d’autres, comme les personnalités liées au monde de finance ou de l’économie, le traitement est aussi très froid et déshumanisé DOCUMENT 7 à la différence des sportifs ou des artistes (chanteurs, acteurs, musiciens, danseurs, peintres) qui bénéficient d’un traitement très soigné, en particulier les vedettes éphémères de la télévision, à l’instar des jeunes sélectionnés de l’émission « Operación Triunfo. ». DOCUMENTS 6, 8,9.

  3. On peut déceler un grand soin dans le choix de la photographie de « La Une » qui est souvent commune ou carrément divergente, attestant dans ces choix des tendances idéologiques marquées, surtout entre A.B.C d’un côté et El País et El Mundo de l’autre.

  4. L’actualité internationale se caractérise par un traitement assez uniformisé, compréhensible dans la mesure où les quotidiens sont abonnés aux mêmes agences de photos. Prenons comme exemple le procès de Milosevic, même si dans ce cas on peut constater des nuances dans l’angle choisi ou certains événements où El Mundo semble intensifier la représentation plus que El País. DOCUMENT 10.

  5. Contrairement aux exigences proclamées dans les différents livres de style on peut constater, à travers cette étude qui ne porte pourtant que sur quelques jours, que certains des défauts dénoncés ou craints apparaissent : rapport pléonastique entre la photo et la légende qui l’accompagne, distorsion grave entre le document et le texte qu’il est censé illustrer. DOCUMENT 11.

  6. Quelques photographies spectaculaires attestent et confirment une volonté de donner à la photo une place de premier choix dans le traitement de l’information. DOCUMENT 12.

  7. L’absence de photographies sanglantes (dans une actualité qui, pourtant, l’est souvent par ailleurs) ou racoleuses (dans le domaine sexuel par exemple) confirme qu’il s’agit bien d’une presse de qualité pour laquelle la photographie est un élément du contenu rédactionnel dont le but est d’informer au même titre que les textes qui sont présentés à côté d’elles et de rendre plus lisible la perception du message.

24Finalement, le problème posé est donc celui de savoir en quoi cette présence massive de la photographie ajoute un élément indispensable à la qualité de l’information. Si cet apport semble évident pour la représentation des paysages, des reproductions artistiques ou des événements sportifs, il est plus discutable pour un grand nombre d’informations.

25Les questions qui se posent alors sont les suivantes : d’abord, les images disent-elles mieux la réalité que les mots? Ne sont-elles pas une simplification dangereuse, fondée sur l’émotion face à des mots soutenus par la raison et construisant un sens à l’intérieur du chaos de la réalité ? Peut-on décrypter le monde par des images ? L’obligation de mettre une légende à toute illustration, autrement dit de l’accompagner avec des mots, n’est-elle pas la preuve des limites de ce système de représentation ? Ensuite, faut-il tout montrer : les cadavres, le sang, l’obscénité de la mort ? Une sélection est-elle souhaitable, et au nom de quel critère ? L’image de la violence a-t-elle une fonction informative? Enfin, pourquoi la déontologie s’applique-t-elle essentiellement aux images que l’on décide ou non de montrer alors que l’on peut tout dire ou décrire dans un texte ? Le concept d’image désagréable ou insupportable n’est-il pas ambigu ou improbable ?

26Si l’on dépasse ces limites ou ces écueils, la photographie dans ce type de presse, peut constituer une écriture au même titre que le texte sémantique traditionnel. La leçon à en tirer est que, dans le domaine du discours journalistique, tout doit être au service de l’information et de la clarté de la communication. On ne fabrique pas un journal pour se faire plaisir, soit en faisant de la littérature, soit en privilégiant la création esthétique par l’utilisation de l’iconographie. Dans les deux cas, on peut brouiller et même noyer le message. Cette inter-complémentarité est la meilleure réponse à ceux qui craignent la disparition de l’écrit. La photographie n’est pas une fin en soi, elle ne doit pas noyer ou fausser le mot, elle doit l’accompagner au sens musical du terme.

27La presse quotidienne de la jeune démocratie espagnole semble se servir de sa toute récente liberté d’expression dans le but de donner le plus clairement et avec le plus de neutralité l’information graphique et paraît fuir, pour l’instant, les délices de la subjectivité et toute interprétation jugées dangereuses et inutiles, alors qu’une grande partie de la presse française (Libération par exemple, depuis longtemps, Le Monde maintenant) trouve dans ces jeux un plaisir qui lui donne une nouvelle vie face à la terrible concurrence des médias audiovisuels.

28Nous sommes actuellement au coeur de la grande question posée par Mac Luhan : l’écran va-t-il tuer l’écrit? Mac Luhan avait annoncé la fin de l’écrit et l’avènement d’une nouvelle civilisation représentée par les médias audiovisuels, un nouveau mode de pensée « multi sensoriel » (MAC LUHAN, 1968).

29Ce qui n’était que prophétie peut apparaître comme réalisé aujourd’hui avec le déclin des supports écrits, la baisse du taux de lecture de journaux et de vente des livres en général, la disparition progressive du courrier sous sa forme traditionnelle. L’écran semble dominer par l’intermédiaire des télévisions classiques, des réseaux câblés, des autoroutes de l’information, de la télévision interactive, du Minitel, de l’informatique en général avec la multiplication des appareils numériques et des téléphones portables preneurs de photographies. Gutenberg paraît vaincu par ces moyens modernes de communication : «le message c’est le média » disait Mac Luhan (MAC LUHAN, 1968).

30Cependant, il ne faudrait pas confondre le média et le message dont il est le support. L’écran, au même titre que l’imprimé, est un allié du texte écrit : il y a du texte inscrit dans le champ de l’espace télévisuel comme il y en a dans le champ filmique. La télématique est de la télévision, privée de son et d’image. En contrepartie, la presse imprimée a toujours présenté une combinatoire de mots, de dessins, de photographies, d’illustrations en tout genre : caricatures, cartes, schémas. Elle n’a pas le monopole du texte écrit mais elle ne s’est jamais privée d’emprunter au monde de l’image des éléments pour mieux faire passer son message linguistique.

31À la légitimité que l’écrit lui donne, ou plus exactement lui a longtemps donné (il semble justement que cette légitimité soit remise en cause dans la nouvelle civilisation qui se met en place à une vitesse de plus en plus accélérée) la presse écrite a souvent adjoint, avec plus ou moins de bonheur, le pouvoir d’émotion que confère l’image. Ce fut et c’est encore le fondement de la production et de la réception de la photographie dans la représentation de l’actualité. Une image qui est à la fois exacte et précaire, fragile mais indispensable, ambiguë mais désormais inévitable. Donnant raison à l’essayiste américaine Susan Sontag quand elle remarque : « Le musée de la mémoire est de nos jours un musée essentiellement visuel. Les photographies ont l’inégalable pouvoir de définir ce que l’on retient des événements » mais aussi à Michel Frizot qui affirme que « la photo imprimée fait partie de l’histoire de la photographie (FRIZOT, 1994) confirmant ainsi le rôle fondamental joué par les magazines illustrés que sont devenus les quotidiens aujourd’hui dans la perception de l’Histoire.

Document n° 1 : El País, 15/02/2002

Document n° 2 : ABC, 14/02/2002

Document n° 3 : ABC, 14/02/2002

Document n° 4 : ABC, 11/02/2002

Document n° 5 : ABC, 14/02/2002

Document n° 6 : El Mundo, 11/02/2002

Document n° 7. ABC, 15/02/2002

Document n° 8 : El Mundo, 13/02/2002

Document n° 9 : El País, 10/02/2002

Document n° 10 : ABC, 12/02/2002

Document n° 11 : El País, 14/02/2002

Document n° 12 : El País, 16/02/2002

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

COMPAGNON, Antoine (1979), La seconde main ou le travail de la citation, Paris, Seuil.

IMBERT, Gérard (1988), Le discours du journal, CNRS Bordeaux.

El Mundo, Libro de estilo (1996), Madrid, Unidad Editorial, « Temas de hoy ».

El País (1977), Libro de estilo, Madrid Ed. El País.

FRIZOT, Michel (1994), Nouvelle Histoire de la photographie, Paris, Bordas et Biro.

Le style du Monde (2002), Paris, Ed. Le Monde.

Libro de estilo de ABC (1993), Barcelona, Ariel.

MAC LUHAN, MARSHALL (1968), La galaxie de Gutenberg, Paris, Seuil.

Notes

1 On rappellera à ce sujet que le sens premier de l’expression «  faire gémir la presse » est : «  imprimer sans arrêt », conformément à l’étymologie latine du mot.

2 Pensons à ce sujet au travail de graphiste mené par Roger Massin qui a bouleversé la présentation du livre et de l’imprimé en général (avec, par exemple, la création de la collection « Folio » ou « L’imaginaire »).

3 En Espagne, deux tentatives relativement récentes ont démontré que le lectorat n’adhérait pas à ce type de publication, tout au moins si elle se présente à un rythme quotidien : en 1978 le groupe 16 lança Diario Libre. Adoptant un langage direct et percutant, celui de la me, ce quotidien disparut au bout de 69 jours, faute d’avoir trouvé suffisamment de lecteurs.
En 1991, un groupe de presse puissant, avec l’association de Springer en Allemagne et de Prensa Española en Espagne, lança à grand fracas le quotidien Claro qui se voulait une version espagnole de l’allemand Bild. Malgré d’énormes moyens financiers, le projet échoua au bout de quatre mois.

Table des illustrations

Légende Document n° 1 : El País, 15/02/2002
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6297/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Document n° 2 : ABC, 14/02/2002
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6297/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Document n° 3 : ABC, 14/02/2002
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6297/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Document n° 4 : ABC, 11/02/2002
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6297/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Document n° 5 : ABC, 14/02/2002
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6297/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Document n° 6 : El Mundo, 11/02/2002
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6297/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Document n° 7. ABC, 15/02/2002
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6297/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Document n° 8 : El Mundo, 13/02/2002
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6297/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Document n° 9 : El País, 10/02/2002
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6297/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Document n° 10 : ABC, 12/02/2002
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6297/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Document n° 11 : El País, 14/02/2002
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6297/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Document n° 12 : El País, 16/02/2002
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6297/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 470k

Auteur

Université de Tours, CIREMIA

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540