Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Texte et Image dans les Mondes hispaniques et hispano-américains

 | 
Jean-Pierre Castellani
, 
Monica Zapata

I. Rapports texte/image dans les médias

Les mutations de Mortadelo y Filemón : du divertissement enfantin à la critique de la société espagnole

Roselyne Mogin-Martin

Texte intégral

1Mortadelo et Filemón, les très célèbres personnages de Francisco Ibânez, sont apparus pour la première fois en 1958, dans la revue Pulgarcito, et ils constituent sans conteste un des plus grands succès de la bande dessinée enfantine espagnole (ALTARRIBA, 2001 : 122-126). Lors de leur sortie, ils représentent un nouveau référent, celui du couple de détectives, inspiré de la B. D anglo-saxonne, et traité de façon parodique, Mortadelo et Filemón étant des agents de la « T.I.A. », des « Técnicos de Intervención Aeroterráquea ».

2Cette bande dessinée doit sans aucun doute une partie de son succès à une construction pratiquement immuable, que le lecteur prend plaisir à retrouver. L’action commence toujours dans les bureaux de la T.I.A, où, outre nos héros, évoluent leur chef direct, el Súper, aux colères mémorables, Ofelia, la secrétaire bien en chair au caractère difficile, le profesor Bacterio, prototype du savant fou, ainsi que d’autres agents, plus épisodiques. Le schéma narratif est de même invariable : le Súper envoie par des circuits compliqués une convocation à nos héros, plus ou moins enthousiastes, et il les charge de la poursuite d’un dangereux criminel dont il faut déjouer les projets néfastes. Mortadelo et Filemón sont des incapables et des maladroits, et c’est pourquoi ils échouent pratiquement toujours, causant même d’importants dommages aux installations et personnes qu’ils étaient censés protéger. La fin de l’épisode est donc rituellement la même : sur une vignette occupant toute une ligne, un article de journal résume l’aventure, présentée comme une « gamberrada » de nos héros. Ceux-ci sont représentés à côté, plus ou moins dissimulés par un déguisement, cherchant à échapper aux poursuites vengeresses de leurs victimes involontaires. La « mission » ne semble être qu’un prétexte à développer des situations dont le comique repose sur les gaffes des deux agents, ainsi que sur les déguisements de Mortadelo. Ceux-ci sont imaginatifs et délirants, et contribuent sans doute fortement à fidéliser un public enfantin qui en fait ses délices.

Les débuts du changement

3Alors que les années 70 et 80 supposent pour la B.D. espagnole un renouvellement presque total des auteurs, des publications et des genres (ALTARRIBA, 2001 : 307s.), Mortadelo et Filemón résistent, et tout au plus note-ton une évolution des modes de diffusion de leurs aventures : la revue illustrée a cédé la place à des albums, et les personnages ont été également repris sur d’autres supports : dessins animés, CD-Rom, et plus récemment film et site Web(http://www.mortadeloyfilemon.com). Cette longévité pose le problème du lectorat : le public-cible officiel est toujours le même, à savoir les enfants, mais ceux de maintenant sont logiquement les fils, voire les petits-fils des lecteurs de la fin des années 50, et ils vivent dans un contexte totalement différent. Peuvent-ils donc lire et apprécier les mêmes choses ? De plus, d’après Ibáñez lui-même, les lecteurs des débuts, devenus adultes, sont restés fidèles à leurs héros (IBAÑEZ, 2001). On peut poser l’hypothèse qu’ils ont évolué avec eux, et deux éléments semblent l’étayer : la multiplicité des circuits de diffusion, ainsi que des changements significatifs dans les titres des albums.

  • 1 Un peu plus de 10 € en 2006.
  • 2 Environ 3 € en 2006.
  • 3 Cela pose d’ailleurs un sérieux problème de datation puisque dans chacune des collections la date (...)

4Pendant longtemps, les aventures de Mortadelo et Filemón n’ont été que des épisodes courts, présentés dans diverses revues, la première histoire complète, El sulfate atómico, datant de 1969 (FERNANDEZ SOTO, 2005). La formule a connu du succès, au delà des péripéties de la faillite de la maison d’édition Bruguera et sa reprise par Ediciones B, et depuis la fin des années 80 les aventures de Mortadelo et Filemón sont disponibles en deux présentations. D’abord l’album luxueux1, à la couverture cartonnée et à la présentation soignée. C’est la collection Magos del Humor, éditée par Ediciones B, et sensiblement identique à la collection Ases del humor publiée auparavant par Bruguera. C’est en général le lieu de la première publication d’une nouvelle aventure. Dans la collection ¡Olé Mortadelo! sont publiés des albums brochés, de moindre qualité, mais nettement mois chers2. On y trouve une proportion importante de reprises de Magos del humor3, avec en général un changement de l’image de surface et l’ajout, à la suite de l’histoire principale, d’une série d’histoires courtes sans rapport avec la première. Il y a donc, semble-t-il, deux « clientèles » : l’adulte, amateur de B.D., s’offrira les nouveautés de Magos del humor. Ses enfants ou petits-enfants achèteront en kiosque sur leur argent de poche les albums de ¡Olé Mortadelo !

  • 4 Pour tous les albums cités dans cet article, la date indiquée correspond à la 1° édition dans Mago (...)
  • 5 Les caricatures d’hommes politiques de l’image de surface indiquent clairement qu’il n’y sera pas (...)

5De plus, l’acheteur potentiel découvre, depuis une quinzaine d’années, des titres inhabituels. Citons par exemple : El atasco de influencias (1991)4, qui paraît en pleine « affaire Juan Guerra », El quinto centenario (1991)5, Maastrich ; Jesús ! (1993), Corruption a mogollón (1994) –dans le contexte de l’« affaire Roldán »–, El tirano (1999), -dans celui de l’« affaire Pinochet »-, et enfin Impeachement (1999), en plein scandale Clinton-Lewinsky. Parfois, les titres font référence à des questions de société, dont le lien à l’actualité est moins précis. On peut citer par exemple –et la liste n’est pas exhaustive– : El nuevo cate (1993), Elpinchazo telefónico (1994), El jurado popular (1996), Las vacas chaladas (1997), Llegó el euro (2001), El ordenador... ¡qué horror! (2001), El U.V.A. (Ultraloca Velocidad Automotora) (2003), Prohibido fumar (2005). Ces albums constituent des albums de rupture par rapport aux schémas traditionnels définis plus haut, puisque le ressort du comique y repose, en grande partie, sur la compréhension d’allusions liées à des événements politiques d’actualité. Ils ne peuvent donc pas être vraiment destinés à de jeunes enfants qui, par définition, n’en n’ont pas une connaissance précise.

De nouvelles structures et de nouveaux procédés

6Une des caractéristiques de ces albums de rupture est de retarder l’appartition de Mortadelo et Filemón, en offrant pendant plusieurs pages une introduction didactique qui fait le point sur le thème annoncé dans le titre : le trafic d’influences à travers les âges, la façon de rendre la justice, l’origine de la monnaie, l’évolution des moyens de transport etc... Le discours dans les bandeaux est particulièrement docte et pompeux, mais il est immédiatement démenti par les dessins et par les bulles, ce qui produit bien évidemment un effet comique. Ces introductions renforcent la nouvelle conception des aventures de nos héros : les épisodes indépendants, caractéristiques des revues illustrées, sont devenus, avec le passage à l’histoire complète de l’album, des péripéties d’une même aventure, qui s’enchaînent directement par le retour de Mortadelo et Filemón dans les bureaux de la T.I.A., où le Super les lance sur une nouvelle piste, et ce n’est qu’à la fin de l’album qu’on trouve la rituelle course-poursuite.

7De même, dans ces albums de rupture, les déguisements de Mortadelo ne sont plus un but en soi, mais sont au service des nécessités de l’histoire : lorsque Mortadelo et Filemón doivent échapper à des poursuivants, passer inaperçus, prendre la place de quelqu’un etc... Il semble également que, plus le sujet est ancré dans une actualité grave, et moins on trouve des épisodes nettement découpés et des déguisements. C’est ce qu’on observe par exemple dans El atasco de influencias, ou Corruption a mogollón, qui mettent en images la révélation, dramatique pour les Espagnols d’alors, de la corruption au sein du PSOE. El quinto centenario, sous ses aspects burlesques, touche à l’identité national (MOGIN-MARTIN, 1993), et l’extrême gravité du sujet est une évidence dans El tirano, référence directe à l’affaire Pinochet et aux démêlées du dictateur avec la justice. Quant à Llegô el euro, il traite aussi à sa façon un sujet grave, par ses répercutions immédiates sur la vie quotidienne des Espagnols. Par la diminution du nombre et de la fantaisie des déguisements, il manque à ces histoires un ressort comique important, mais elles en utilisent un nouveau, les allusions à l’actualité politique et sociale. Cependant, ce n’est pas bien sûr le même public qui est visé.

8Ce nouveau ressort consiste en la représentation de personnages connus, qui s’effectue sous plusieurs modalités. D’abord, ces célébrités actuelles prêtent leurs traits à d’autres personnages, à priori sans rapport avec eux, et c’est le cas dans El quinto centenario. Christophe Colomb a le visage de Felipe Gonzalez, le moine qui l’accompagne, celui d’Alfonso Guerra, le ministre des finances de la reine celui de Carlos Solchaga etc.... Dans un album qui se présente comme historique, ces procédés invitent à une lecture au deuxième niveau : l’Histoire, dont Mortadelo et Filemón deviennent des protagonistes via la machine à remonter le temps du prof. Bacterio, n’est qu’un prétexte à la critique du présent, la commémoration discutée de ce V° centenaire de la découverte de l’Amérique.

  • 6 Toute ressemblance entre ces albums et les scandales qui secouent le monde politique espagnol de l (...)
  • 7 Le lecteur de l’époque reconnaît sans peine les hommes politiques ainsi caricaturés.

9Dans tous les autres albums, l’action se situe dans le présent, et les caricatures d’hommes politiques y sont utilisées sous deux modalités. Dans la première, un personnage a un visage identifiable et un pseudonyme transparent. Par exemple, l’escroc de El atasco de influencias poursuivi par nos héros a les traits de Juan Guerra, s’appelle Juanito Escaramuza, puis Juanito Batalla, et son complice ressemble à Alfonso Guerra. Dans Corruption a mogollón, et dès l’image de surface, le criminel, un certain Rulfián, a les traits de Luis Roldán ; il est Director de la Guardia Viril, et il part en emportant les fonds de cette institution6. Dans Maastrich ¡Jesús! on voit défiler les leaders des principaux partis politiques espagnols, aux traits physiques et moraux conformes à l’idée qu’en donne la presse de l’époque : Jesús Pil Pil, obèse et grossier, le représentant du CDS -Cuchitril Solipedo Democrático-, maigre et solitaire, Agostino Manguita, farouchement opposé à la signature de l’accord, Ruiz Mosqueos, qui fait un concours de déguisements avec Mortadelo, et qui devient violent chaque fois qu’il entend prononcer le mot Boyer7.

10Ensuite, et de plus en plus régulièrement, les hommes politiques apparaissent sous leur vrai nom et jouent leur propre rôle. Felipe Gonzalez, puis Aznar visitent ainsi les bureaux de la T. I.A. et interviennent dans certaines affaires. Ils côtoient aussi leurs homologues européens lors de grandes rencontres internationales : Mitterrand, puis Chirac, parlant dans un français presque correct, Kohl puis Schröder, s’exprimant dans un espagnol germanisé. Pour l’Amérique, ce sont Clinton, puis Bush, particulièrement caricaturé dans El ordenador... ¡ qué horror !, et quant au Royaume Uni, il est représenté par le prince Charles, qui est presque un personnage récurrent puisqu’il il est très directement victime des gaffes de nos héros dans quatre albums (El pinchazo telefónico, Bye bye Hong-kong, las vacas chaladas et El tirano). Par ces caricatures, Ibáñez réalise bien sûr une critique des personnages présentés. Elle est plus ou moins féroce, et plus ou moins superficielle, selon les sympathies de l’auteur et elle utilise le ressort comique de Timmédiateté de la reconnaissance du personnage et de la parole ou attitude objet de la satire. C’est ainsi que le Prince Charles a d’immenses oreilles, que Kohl est énorme, que Bush est habillé en cow-boy etc... Bref, c’est le ressort employé par la presse satirique, mais cette presse est destinée principalement à un public adulte, et la nature de son comique pose également le problème du temps qui passe : quelques années, voire quelques mois, plus tard on ne rit plus, car on a oublié une grande partie des référents, ou alors, tout simplement, on ne les a pas connus. Et ce problème commence à se poser au lecteur de certaines aventures déjà anciennes de Mortadelo et Filemón.

  • 8 Sans doute une réédition.
  • 9 Cela lui inspire de nouveaux personnages, Chicha, Tato y Clodoveo, de profesióm sin empleo.

11Les albums de rupture, enfin, attirent l’attention par une présence de plus en plus forte de l’auteur, Francisco Ibáñez, qui, petit à petit, entre dans l’histoire qu’il raconte. Il fait d’abord des apparitions ponctuelles comme narrateur, qui intervient pour apporter un éclaircissement en réponse à une interrogation supposée du lecteur. Ensuite, il devient un personnage secondaire fugitif, croisant ses héros qui ne le reconnaissent pas forcément. Le rôle peut parfois être plus important, faisant de l’auteur un véritable protagoniste, comme dans El pinchazo telefónico : il y est en effet le commanditaire des écoutes téléphoniques dont sont victimes les Ediciones B\On peut voir, dans la chute de cet album, une revendication : Ibáñez déclare avoir agi ainsi pour savoir si ses œuvres se vendaient bien, et, dans l’affirmative, demander une augmentation (IBAÑEZ, 2001). Bref, sur un mode humoristique il fait valoir ses droits, à une reconnaissance, à un statut et aux revenus correspondants. Pour voir l’importance de la montée de cette revendication, il est intéressant de comparer deux albums au thème apparemment semblable, La historia de Mortadelo y Filemón (1987)8 et El 35 aniversario (1992). Dans le premier nous est véritablement racontée l’histoire de Mortadelo et Filemón : leur naissance, leur enfance, leur rencontre et leurs aventures communes, et on reste entièrement dans le monde de la fiction. Dans le deuxième, Ibânez raconte en fait sa propre carrière, dont Mortadelo y Filemón ne sont qu’un aspect. Il n’y dissimule rien de la faillite de Bruguera, qui l’a conduit à envisager la question du chômage9. Il y parle également, sur le ton de l’humour, de la difficile reprise du fonds et des auteurs par Ediciones B, et des discussions aigres-douces qu’elle a provoquée. Bref, en quelques années Ibânez est devenu un auteur de bandes dessinées du post-franquisme, non pas un tâcheron du dessin mais un artiste, qui peut se servir de son art pour dénoncer ce qui ne lui plaît pas.

À la croisée de plusieurs genres et de plusieurs lectorats

12La série de Mortadelo y Filemón, telle qu’elle se présente actuellement, semble hésiter entre plusieurs genres. Certains albums sont, comme auparavant, des albums de pur divertissement, conformes aux analyses d’Antonio Altarriba (ALTARRIBA, 2001) : leur évolution consiste simplement en l’introduction d’engins nouveaux et en une actualisation des décors et des sujets. D’autres albums, publiés en alternance avec les précédents, ont d’autres finalités, et sont destinés à un autre public. Les choses ne sont cependant pas toujours aussi nettes : des points de rupture apparaissent parfois dans des albums d’apparence anodine, ou bien un titre prometteur cache un contenu anodin.

13Peu ou prou, les albums se chargent progressivement de sens, et développent toute une satire, qui pointe les dysfonctionnements de la politique espagnole et/ou internationale. Les hommes politiques sont une cible privilégiée de cette critique, construite à partir des lieux communs que se forge le public, via la presse. Ce qui les caractérise d’abord tous, c’est une soif de pouvoir, une ambition démesurée qui les rend ridicules. Ils veulent être, pour parodier une célèbre BD française, « calife à la place du calife », et de ce fait doivent absolument « chupar cámara » d’où un certain nombre de gags. C’est ainsi que Felipe Gonzalez et Alfonso Guerra rivalisent pour se faire bien voir du président Mitterrand (El pinchazo telefónico), et qu’Helmut Kohl, qui ne supporte pas d’avoir été supplanté par Schroder, hante le palais présidentiel avec des intentions peu amicales (El ordenador, ¡qué horror! Quant aux Jeux Olympiques de Barcelone, ils pourraient avoir comme emblème la pyramide humaine composée de Felipe Gonzalez, Jordi Pujol, Narcis Serra et Pascual Maragall, empilés sur un fauteuil présidentiel qu’ils veulent tous occuper. De même, les hommes politiques européens, réunis à Maastrich ou ailleurs, se battent comme des chiffonniers dès qu’il s’agit de discuter d’un sujet important (Maastrich ¡Jésus! et Llegó el euro). L’inaptitude de certains est dénoncée, comme le prince Charles, que sa mère destitue et traite comme un petit garçon fautif (El pinchazo telefónico) et que dire de Fidel Castro, fou à lier, qui essaye de faire échouer la restitution de Hong-Kong, afin de trouver des débouchés pour les noix de coco cubaines ! (Bye bye Hong-Kong). C’est lui encore le créateur d’un terrible virus, transmissible par ordinateur (El ordendador... ¡qué horror!). Et bien sûr, pires sont les corrompus, plusieurs fois pointés du doigt, qui ne sont surpassés en malfaisance que par les dictateurs. La satire politique semble d’ailleurs de plus en plus fréquente, comme le prouve un des récents albums, El ordenador... ¡qué horror!. Le titre est trompeur, car on s’attend aux classiques mésaventures d’un utilisateur lambda, aux prises avec une machine rétive, et les nombreuses pages d’introduction, qui mettent en scène Ibáñez lui-même, nous entraînent dans cette voie. Mais en fait, la mission confiée à Mortadelo et Filemón est la neutralisation d’un virus, qui, via leur ordinateur, produit des effets bizarres sur les grands de ce monde, chacun étant puni par où il pèche. Chirac, obsédé par la « grandeur de la France » devient tout petit. Le président Bush cherche sur Internet de nouvelles techniques d’exécution capitale quand il est à son tour foudroyé : tous les gens qui le croisent ont alors une envie irrésistible de le tuer ! Et chaque fois qu’Aznar, contaminé à son tour, prononce la phrase « España va bien », une catastrophe se déclenche ! L’administration obligée du médicament par suppositoire les met également tous dans des positions peu conformes à l’idée qu’ils se font de leur prestige : Chirac, redevenu grand, est surpris par une visiteuse illustre le postérieur à l’air, Bush, pantalon sur les chevilles, se retrouve face à une meute de journalistes, etc....

14Il y a donc une intensification de la critique, mais aussi un pessimisme croissant, qui apparaît très nettement tout d’abord dans la comparaison de deux albums au thème semblable, El atasco de influencias (1991), et Corrupción a mogollón (1994). Dans le premier la morale est sauve puisque Juanito Batalla et son complice sont arrêtés et emmenés en prison. Dans le second, Rulfián/Roldán, arrêté, donne la liste de ses complices ; mais lorsque Felipe Gonzalez en prend connaissance il la déchire, car elle comprend trop de noms de gens de son entourage, dont « er Arfonso », Alfonso Guerra, son vice-président et ami de longue date. Il fait simplement déporter Rulfián/Roldán quelque temps sur une île lointaine qui, si on en croit la dernière vignette, ressemble plus à un paradis tropical pour milliardaires qu’à un bagne ! Bref, c’est une critique directe du chef du gouvernement en place, intervenant en tant que tel, et accusé de couvrir la corruption. Il en est de même dans El tirano. Mortadelo et Filemón sont envoyés auprès de Antofagasto Pinocho, président de la République de Chula. Ce qu’ils y voient est si horrible que les jeux de mots deviennent sinistres, et que le comique est presque mis entre parenthèses. Nos héros ont pour mission de liquider le personnage, et bien sûr leur maladresse –même s’ils débordent d’envie de réussir– fait qu’ils échouent. Ensuite, ils suivent celui-ci à Londres, où il doit être opéré d’une sciatique, et ils reçoivent alors la mission de le protéger, afin que le juge Calzón puisse demander son extradition. Ils échouent encore, et leurs gaffes successives font sombrer le tyran dans la folie. Mais alors que le Super va étrangler ses subordonnés, un coup de téléphone de « Su Excelencia » le fait changer d’avis, et il les récompense pour le résultat obtenu. L’interprétation de cette fin est facile : Ibánez laisse entendre que certains –dont sans doute le président du gouvernement de l’époque, J.M.Aznar- ont intérêt à ce que Pinochet soit fou, et ne puisse pas être jugé... Dans un genre où, d’habitude, le happy end est de rigueur, la critique n’en est que plus féroce.

15Outre les hommes politiques, les institutions sont aussi vivement critiquées, particulièrement, l’Eglise et la Justice. Pour la première, les albums Impeachement, et surtout El nuevo cate, nous présentent une galerie de prêtres : au mieux ils sont dans les nuages, uniquement préoccupés de faire réciter des neuvaines à des saints plus pittoresques les uns que les autres, dont ils distribuent abondamment des images ; au pire, ils sont cupides, réactionnaires, obscurantistes et butés, partisans de la peine de mort pour les voleurs de poules, mais du pardon pour les criminels dangereux. De même, comme au meilleur temps du franquisme, ils confondent moralité et longueur des jupes. Ils sont complètement en décalage avec un monde qui, heureusement, ne les comprend plus, et telle est un peu la leçon à tirer de El nuevo cate, où des envoyés successifs de l’église, tous aussi grotesques les uns que les autres, s’épuisent à prêcher sans succès la morale aux agents de la T.I.A. Peutêtre est-il exagéré de parler d’anticléricalisme, mais c’est l’impression qu’en retire le lecteur, tant la caricature peut paraître grosse. Outre la volonté de produire des effets comiques, sans doute avons-nous là la vision d’un auteur qui, comme toute sa génération, a souffert de l’église franquiste et qui, maintenant que c’est possible, se défoule en la caricaturant.

16L’autre institution vivement attaquée est la justice, dans El jurado popular. C’est un thème d’actualité, dans la mesure où cela vient d’être mis en place en Espagne, et Ibânez ne semble pas lui accorder une confiance excessive, comme le prouve la composition du jury que Mortadelo et Filemón sont chargés de protéger : une vieille gâteuse, une institutrice distraite et myope, un vétérinaire étourdi, un truand, et un individu à la vue très basse qui n’est autre que « Rompetechos », un personnage extrait d’une autre série. Ce jury ne comprend rien à rien, il est terriblement influençable et se fait facilement manipuler par des avocats à la rhétorique redoutable et au sens moral inexistant. Bref, ce n’est pas d’un tel jury que viendra la justice !

  • 10 Cet album contient des allusions directes à la construction de la ligne à grande vitesse Barcelone (...)

17C’est enfin la société espagnole tout entière, qui, par petites touches, fait les frais du regard ironique d’Ibáñez. Une société qui se veut moderne, mais où subsistent les pensions miteuses, comme celle où vivent Mortadelo et Filemón, les routes dans un état lamentable, et les campagnes où règnent la crasse et la bêtise. L’exemple le plus parfait en est village où sont falsifiés les euros, pourtant symbole de l’Europe du progrès et de la modernité (Llegó el euro). Et ce qui caractérise encore et toujours cette Espagne qui se veut européenne, c’est « la chapuza nacional ». Les exemples abondent, comme les constructions olympiques dans la Barcelone de 1992, ou alors le prestigieux AVE, rebaptisé U.V.A. (Ultraloca Velocidad Automotora). Ce train qui n’est pas prêt au moment de son inauguration est, selon Ibânez, un concentré emblématique des deux maux qui affligent l’Espagne : la « chapuza » et la corruption des hommes politiques, plus préoccupés de leur intérêt personnel que du bien commun (El U.V.A. (Ultraloca Velocidad Automotora)10. Il est vrai que cette « chapuza » est un ressort comique facile, d’où l’attachement que lui portent les dessinateurs de B.D., mais le fait d’être intégrée dans un contexte d’actualité lui rend toute sa force de dénonciation.

Un genre hybride, à plusieurs niveaux de lecture

18On constate donc que la série Mortadelo y Filemón, sans avoir abandonné l’imagination délirante qui la caractérise, s’est ancrée ponctuellement dans le réel. Elle semble jouer de part et d’autre de la frontière entre la BD pour enfants et la BD pour adultes, la franchissant sans arrêt, dans l’un ou l’autre sens. Cette bande dessinée devient donc un genre hybride, à plusieurs niveaux de lecture, ce qui suppose plusieurs publics. L’un, le public enfantin, sera intéressé par le niveau de l’amusement pur : le comique de situations, les jeux de mots, les déguisements etc... Un autre public, celui des adultes, ou plutôt des ex-enfants lecteurs, aura un autre niveau de lecture, celui de la satire politico-sociale, sans pour autant négliger les éléments qui l’amusaient dans son enfance. Une lecture plus fine permet aussi de déceler, dans des albums « pour enfants » des procédés et allusions qui ne leur sont en principe pas destinés, et la frontière définie ci-dessus semble de plus en plus ténue, et de moins en moins étanche. Un des albums récemment sortis, Mortadelo de la Mancha (2005) en est un parfait exemple. Suite à un dysfonctionnement de la machine du profesor Bacterio, Mortadelo et Filemón se prennent respectivement pour Don Quichotte et Sancho, ce qui permet la réécriture, sur le mode comique, de certains épisodes du roman de Cervantes dans un contexte moderne. Les enfants, certes, apprécieront le comique de situation de chacune de ces aventures, mais comprendront-ils la parodie, et surtout comprendront-ils le langage ? En effet, Mortadelo et Filemón parlent maintenant comme on le faisait du temps de Cervantes, et ce pendant des pages entières, ce qui peut décourager le jeune lecteur. Parfois, dans un album plus accessible, c’est une vignette particulière qui pose problème, comme ce « comunicado de la victoria » qui termine l’album Prohibido fumar (2005) : « En el día de hoy, vencido y derrotado el nefasto vicio, el consumo de regaliz, hierbaluisa y mejorana ha alcanzado sus objetivos. ¡El tabaco ha terminado! ». Peut-on penser que les enfants connaissent assez le communiqué original pour rire de son pastiche ?

19Les enfants sans doute non, mais ils ne constituent maintenant plus qu’une partie du public potentiel, aux côtés des adolescents, et de ceux qui sont devenus adultes, sans pour autant cesser de suivre les aventures de leurs héros favoris. Bref, les albums de Mortadelo y Filemón sont devenus une lecture inter-générationnelle, et ce qui a facilité le changement c’est que les enfants de maintenant ne sont plus semblables à ceux de la génération précédente. Ils vivent en effet dans une société plus ouverte, où les moyens d’information sont plus nombreux et plus accessibles, et aussi une société plus tolérante. De ce fait, des publications « pour la jeunesse », qui ne sont plus soumises à la même censure, peuvent aborder des thèmes plus délicats et deviennent moins radicalement différentes des publications pour adultes. Leurs auteurs ne sont donc plus condamnés simplement à instruire ou amuser, ils peuvent aussi être reconnus en tant que créateurs, et faire preuve de plus d’originalité.

20Mortadelo y Filemón a donc sans conteste changé de style depuis ses débuts, ce qui n’est pas sans poser quelques problèmes, comme celui de son inscription dans la temporalité, et donc de son vieillissement. Mais en même temps il s’est donné une nouvelle mission, plus ambitieuse et plus éducative, mais tout aussi récréative, la critique par l’humour de ce qui ne va pas dans le monde, une critique compréhensible par tous, même si le niveau de compréhension de chacun est différent.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ALTARRIBA Antonio (2001), La España del Tebeo, ed. Espasa Calpe, Madrid.

FERNANDEZ SOTO Miguel (2005), El mundo de Mortadelo y Filemón, Dolmen Editorial, Palma de Mallorca.

IBAÑEZ, Francisco (2001), Interview, La gaceta universitaria, 02/04, reprise sur le site web: www.mortadelovfilemon.com — (1991), Mortadelo y Filemón, Barcelona, Ediciones Β, n° 40 « El atasco de influencias » ; n° 41 « Barcelona 92 » ; n° 42 « El quinto centenario ».

— (1992), Mortadelo y Filemón, Barcelona, Ediciones B, n° 44 « El racista » ; n° 46 « El35 aniversario ».

— (1993), Mortadelo y Filemón, Barcelona, Ediciones B, n° 47 « Maastricht ¡... Jesús! » ; n° 50 « El nuevo cate ».

— (1994), Mortadelo y Filemón, Barcelona, Ediciones B, n° 59 « Corrupción a mogollón ».

— (1996), Mortadelo y Filemón, Barcelona, Ediciones B, n° 65 « El jurado popular ».

— (1997), Mortadelo y Filemón, Barcelona, Ediciones B, n° 70 « Bye Bye Hong-Kong » ; n° 73 « Las vacas chaladas ».

— (1998), Mortadelo y Filemón, Barcelona, Ediciones B, n° 75 « Su vida privada ».

— (1999), Mortadelo y Filemón, Barcelona, Ediciones B, n° 78 « El tirano » ; n° 80 « Impeachment ».

— (2001), Mortadelo y Filemón, Barcelona, Ediciones B, n° 87 « Llegó el euro » ; n° 88 « El ordenador, qué horror ».

— (2003), Mortadelo y Filemón, Barcelona, Ediciones B, n° 97 « El U. V. A. ».

— (2005), Mortadelo y Filemón, Barcelona, Ediciones B, n° 103 « Mortadelo de la Mancha » ; n° 105 « Prohibido fumar ».

MOGIN-MARTIN, Roselyne (1993), « Le V° centenaire en bandes dessinées, ou le regard d’un humoriste espagnol sur les événements de 92, Les langues modernes, n° 3, Paris.

Notes

1 Un peu plus de 10 € en 2006.

2 Environ 3 € en 2006.

3 Cela pose d’ailleurs un sérieux problème de datation puisque dans chacune des collections la date de « 1° édition » est celle de la 1° édition dans la collection en question. Et on trouve de temps en temps des albums qui sont visiblement une reprise du fonds de Bruguera, acquis par Ediciones B.

4 Pour tous les albums cités dans cet article, la date indiquée correspond à la 1° édition dans Magos del humor.

5 Les caricatures d’hommes politiques de l’image de surface indiquent clairement qu’il n’y sera pas seulement question d’Histoire.

6 Toute ressemblance entre ces albums et les scandales qui secouent le monde politique espagnol de l’époque n’a rien d’une coïncidence !

7 Le lecteur de l’époque reconnaît sans peine les hommes politiques ainsi caricaturés.

8 Sans doute une réédition.

9 Cela lui inspire de nouveaux personnages, Chicha, Tato y Clodoveo, de profesióm sin empleo.

10 Cet album contient des allusions directes à la construction de la ligne à grande vitesse Barcelone-Madrid, et les hommes politiques visés sont clairement J. M. Aznar et son équipe.

Auteur

Université d’Angers

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540