Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Texte et Image dans les Mondes hispaniques et hispano-américains

 | 
Jean-Pierre Castellani
, 
Monica Zapata

I. Rapports texte/image dans les médias

L'imagerie d'El Sinarquista : de l'ombre à la lumière

Marjorie Pouquet-Janer

Texte intégral

  • 1 Les chiffres demeureront toujours approximatifs. Si la U.N.S. manifeste une frénésie du recensemen (...)

1Le Synarchisme est un phénomène mexicain des années 30 et 40 bien difficile à définir, tant l'ambiguïté semble faire partie de sa nature. Nationaliste radical, teinté d'une idéologie d'action catholique laïcisée prônant l'ordre social et moral, il a pour particularités un anticommunisme exacerbé et une attitude non violente. À tendances fascisantes, le Synarchisme mexicain s'inscrit à la fois dans la perspective de l'implantation d'un nouvel ordre moral dans le monde et dans le lignage d'organisations mexicaines, toutes préoccupées par la politique anticléricale des gouvernements issus de la révolution. La naissance de l'Union Nationale Synarchiste (U.N.S.) en 1937 correspond à une montée globale de la droite au Mexique dont cette dernière fut la partie la plus visible, de par sa fonction et sa nature même de mouvement officiel d'opposition, de par son ampleur aussi, puisqu'elle fut un groupement subversif de masse (jusqu'environ 500.000 membres)1 (MEYER, 1977 : 44 et VEGA LEINERT, 1973 : 247). Sur fond de guerre mondiale, elle préoccupe le gouvernement et est étroitement surveillée par le F.B.I.

  • 2 Journal officiel de la U. N. S., il est publié sous ce nom du 7/01/1939 au 20/06/1946 et comptera (...)

2El Sinarquita2 est l'hebdomadaire officiel du Mouvement. Une particularité frappe le lecteur d'aujourd'hui lorsqu'il feuillette ce journal : le texte prime de loin sur l'image (à l'exception de la huitième et dernière page sur laquelle nous reviendrons). Les articles peuvent être d'une longueur extrême, les rubriques se composent de colonnes et de colonnes de texte qui s'enchaînent, souvent imprimées en des caractères si petits qu'ils sont à la limite d'une possible lecture.

  • 3 La présidence de Lázaro Cárdenas (1934-1940) est considérée comme la plus progressiste de l'histoi (...)

3Or le Mexique de cette période, s'il est sur le point d'entrer dans la modernité, grâce à des transformations de fond socio-économiques et politiques qui concrétiseraient enfin les projets de réformes de la révolution3, est un pays essentiellement paysan, et en grande partie analphabète. Selon l'historienne Victoria Lerner, le taux d'analphabétisme au Mexique, qui était de 53 % de la population globale en 1900, passe à 48 % en 1921, puis à 42 % en 1930 (LERNER, 1979 : 123). Pour Rafaël Ramirez, directeur des Missions Culturelles de 1927 à 1935, le taux s'élève cependant à 60 % si l'on considère la population âgée de plus de dix ans (RAMIREZ, 1936 : 6). Certaines sources avancent même 70 % (ROCHELI, 1974 : 101). L'analphabétisme est probablement encore plus élevé dans les campagnes (Rafaël Ramirez l'estime à 80 %) où les contingences matérielles rendent difficile l'accès à l'éducation : manque d'écoles, éloignement de celles qui existent et mauvais état des voies de communication, des priorités plus impératives comme celle de travailler pour subsister (LERNER, 1979 : 131). On ne connaît pas le taux d'analphabétisme au sein du Mouvement, mais on sait que le milieu rural est précisément le terrain le plus réceptif aux travaux de prosélytisme de la U.N.S. Les synarchistes sont les contemporains des paysans européens mobilisés par les fascismes à partir de 1920. Des campagnes successives d'alphabétisation sont lancées sous les présidences d'Álvaro Obregón, Lázaro Cárdenas et Ávila Camacho. Malgré une politique éducative volontariste, les chiffres demeurent accablants ; la croissance démographique ne fait qu'aggraver le problème.

  • 4 Jean Meyer, qui a eu accès aux archives du Mouvement, avance, lui, un chiffre maximum de 97.500 ex (...)

4Le constat précédemment établi sur la présentation d'El Sinarquista apparaît paradoxal lorsqu'on le rapproche de nos considérations sur le niveau d'instruction des militants synarchistes. Il l'est d'autant plus, si l'on considère que cet organe de presse prit un essor pour le moins surprenant au fil des ans pour atteindre un tirage de 96.000 exemplaires par semaine en décembre 19414 (Correspondance et entretien ABASCAL, 1998a, 1998b et MEYER, 1977 : 36), un chiffre remarquablement élevé par rapport à celui des autres journaux de l'époque.

5Comment expliquer un tel choix rédactionnel : accorder une place minime à la communication par l'image, dans un journal adressé à des lecteurs majoritairement analphabètes ? Comment comprendre le succès de ce journal si difficile d'accès (la question porte bien évidemment sur la forme et non sur le fond) ? Cette présentation de l'information n'a-t-elle pas rebuté les militants ? Ce tirage considérable reflétait-il de leur part un véritable engouement ou était-ce le résultat d'une pression coercitive dirigée sur l'acte d'achat ? Ces questions ne trouveront de réponses que replacées dans leur contexte socio-politique.

6L'éducation est une des priorités de l'Union ; elle fait partie de la politique même de la U.N.S. Pour comprendre l'obstination revancharde qu'elle manifeste en la matière, il convient de resituer le sujet dans le contexte national de la politique éducative depuis la Constitution de 1917 jusqu'aux années quarante. Nous nous bornerons ici à évoquer les grandes lignes de la problématique afin de cerner la réaction synarchiste. Des années vingt à quarante la question de l'éducation a fait l'objet de controverses et de débats enfiévrés sur la scène publique à chaque fois que le gouvernement a songé à effectuer des réformes en la matière, où toutes les organisations et courants idéologiques prirent part, charriant les intérêts et préoccupations des divers groupes. L'agitation traduit la sensibilité d'un domaine éminemment politique. Le système éducatif est un puissant instrument de diffusion idéologique, qu'il convient de considérer, au Mexique, dans la perspective de construction de l'État mexicain (construction nationale puis transformation sociale) depuis la présidence d'Âlvaro Obregón (1920-1924) jusqu'à celle de Lâzaro Cárdenas (1934-1940) (RABY, 1989 et RABY, 1984).

  • 5 Cette Base ou O. C. A., qui fait suite à une autre organisation appelée les «  Légions », est diri (...)
  • 6 Le radical qu'est Salvador Abascal aurait souhaité, lui, donner le monopole de l'Éducation à l'Égl (...)
  • 7 II suit la voie déjà tracée par son prédécesseur Octavio Véjar Vázquez en 1942.

7On s'accorde à donner comme une des principales raisons de la création de la Base5 (cf. ORTOLL, 1986 et entretien ABASCAL, 1998b), c'est-à-dire de l'organisation secrète dont le remaniement devait aboutir à la naissance de la U.N.S., la volonté de la hiérarchie ecclésiastique de mobiliser les laïcs pour qu'ils fassent pression sur le gouvernement contre l'article trois de la Constitution de 1917, qui prévoit une éducation laïque (VEGA LEINERT, 1973 : 466-475 et SERRANO ÁLVAREZ, 1992 : 245-248). La contestation est encore plus farouche contre l'amendement dudit article, promulgué en décembre 1934 et appliqué par le président Lázaro Cárdenas, qui remplace la terminologie « éducation laïque » par celle d'« éducation socialiste » (SERRANO ÁLVAREZ, 1992 : 134-139). Il s'agit d'une des dernières mesures de l'anticléricalisme virulent et démagogique du général Plutarco Elias Galles. Ce dernier déclarait qu'il était temps d'entrer dans la « période révolutionnaire psychologique », d' « entrer et de [s'approprier les consciences des enfants [...] parce qu'elles sont et doivent appartenir à la révolution » (CALLES, 1934). Pour Lâzaro Cârdenas, il s'agit de mettre en place une école de la révolution, agent de promotion du changement, poursuivant des objectifs sociaux, économiques et politiques. Le projet est ambitieux. Il vise l'émancipation du peuple laborieux, la construction d'une société égalitaire, l'augmentation de la production, le progrès matériel des grandes masses, la consolidation et la légitimation de l'idéologie de la révolution... Ces divers axes doivent faire entrer le Mexique et l'ensemble de ses citoyens dans la modernité. L'éducation «  socialiste » veut faire table rase des obstacles que représentent l'éducation religieuse, les superstitions et les préjugés afin de «  créer chez la jeunesse un concept rationnel et exact de l'Univers et de la vie sociale ». Cette socialisation de l'enfant est à replacer dans une démarche globale de laïcisation de la société. Les synarchistes, ulcérés par ces idées, se joignent notamment à la Union Nacional de los Padres de Familia (qui défend les intérêts de l'Église) pour revendiquer la liberté des parents en matière d'éducation (Entretiens ABASCAL, 1997 et 1998b) et s'insurger contre l'instauration d'un monopole éducatif de l'État : manifestations, absentéisme scolaire organisé... (cf. MARTÍNEZ REDING, 1982 : 625 ; LERNER, 1979 : 188-192 ; AGUILERA AZPEITIA, s. d. : 132-136). Ils demandent l'abrogation pure et simple de l'article trois constitutionnel6 (AGUILERA AZPEITIA, s. d. : 180). Puis, changement de politique, des priorités nationales différentes, mauvais résultats, l'éducation socialiste fut abandonnée en 1939. En 1944, est promulguée la «  Loi d'Urgence pour la Campagne Nationale contre l'Analphabétisme ». Le Ministre de l'Éducation Jaime Torres Bodet invite alors l'initiative privée à participer à l'effort éducatif7. L'État, dans l'incapacité matérielle de répondre à la demande éducative qu'il avait lui-même nourrie, doit accepter de céder une partie de son contrôle sur le système éducatif (LOAEZA, 1984 : 98). La famille et l'Église regagnent ainsi une partie du terrain perdu en la matière.

8L'arrivée d'Ávila Camacho au pouvoir allait signifier l'apaisement des conflits sociaux et idéologiques au nom de l'unité nationale et accentuer ce processus de récupération. Les écoles privées sous contrôle ou influence du clergé (les confessionnelles étaient les plus répandues) (TORRES SEPTIÉN, 1984 : 346) fermées en 1935, 1936, 1938 sont réouvertes, les particuliers en mesure d'en créer sont invités à le faire.

  • 8 Ce sont : le Manifiesto del Comité Organizador al pueblo mexicano, les 10 normas para los sinarqui (...)
  • 9 « Nuestro periódico [...] tiene por finalidad informar, orientar, hacer critica de lo viviado y es (...)

9C'est dans ce contexte national, brossé ici à grands traits, que dès 1942, les écoles synarchistes pour tout âge et tout niveau scolaire, « centres d'alphabétisation » et autres «  cercles d'étude » se multiplient (AGUILERA AZPEITIA A s.d. : 226-227, 507 ; El Sinarquista, 26/11/1942 : 2), réaffirmant les critères socio-économiques et idéologiques de la U.N.S. (« Sólo quedan dos caminos : ο los errores del comunismo ο la verdad de Cristo ») (TORRES BUENO, 7/05/1942 : 4,7). Utilisant l'élan de la croisade officielle contre l'analphabétisme, les synarchistes, qui s'affichent champions du civisme, intègrent totalement le projet éducatif à leur activisme local. Éducation, propagande et culture se confondent. Ils développent les films « éducatifs », les bibliothèques, favorisent les chants traditionnels et le folklore... et créeront même un Secrétariat National de l'Éducation. Quels sont les supports idéologiques qui vont permettre d'endoctriner et de « formater » les militants ? Leurs quatre textes idéologiques de base8 et le journal El Sinarquista. Ce dernier se définit lui-même comme un organe d'information et d'orientation9.

  • 10 « Desde luego El Sinarquista era una lectura obligada ». Entretien Salvador ABASCAL du 4/07/1997.

10Le support de lecture sans conteste le plus courant est aussi El Sinarquista. Il est un manuel d'apprentissage de la lecture. Et c'est, je le crois, cette volonté éducative de la « Jefatura », qui explique la suprématie du texte sur l'image. Quant au succès du journal, sa lecture fait, certes, partie des activités obligatoires des militants10, mais l'engouement de ces derniers pour cet hebdomadaire est bien réel ; on peut parler de véritable réussite.

  • 11 II se spécialisera dans la réalisation de films-reportages sur les activités de la U.N.S. et tourn (...)

11Ceci dit, certains chefs, comme Juan Ignacio Padilla, qui est un passionné de communication par l'image11, connaissent le pouvoir de cette dernière. La Direction du journal a, elle aussi, conscience de l'importance de l'image dans la communication. Elle explique même à ses lecteurs : « No basta lo escrito. Parte muy importante, aun por via de propaganda, es la gráfica, el grabado, la fotografía » (Orden, 31/07/1947 : 4). Il est bien évident que l'image véhicule de l'information, et que son utilisation reste utile lorsque l'écrit fait obstacle parce que le lecteur n'a pas la compétence nécessaire pour accéder au sens. Intéressons-nous à présent au rapport qu'entretiennent le texte et l'image dans le journal. Les quelques photos de la première page, comme il est d'usage, illustrent les gros titres, le dessin de la rubrique « Figuras y episodios de la historia patria » reprend le thème de ces véritables leçons d'histoire orientée, longues et ardues, en même temps qu'il permet, sans doute, de mieux mémoriser l'information. On peut trouver enfin quelques caricatures éparses. Nous constatons que la fonction première de toutes ces représentations iconographiques est l'illustration.

  • 12 On le lit chez soi, entre amis ou en famille, après la journée de labeur. On le lit toujours lors (...)
  • 13 Ex. : « Los valientes muchachos de "Juventudes" han seguido saliendo a las calles a vocear nuestro (...)

12Considérons à présent l'exception qui confirme !a règle : la dernière page, entièrement iconographique. Elle est invariablement constituée de photos de groupes relatives aux manifestations et autres actes synarchistes et montre les effectifs des comités locaux. La date et le lieu sont toujours mentionnés. La photo domine et le texte devient légende. Ces photos remplissent diverses fonctions. Elles sont des indices de la progression géographique du Synarchisme et de sa progression numérique. De même que El Sinarquista est un lien informatif et presque social entre les dizaines de comités qui existent à travers tout le pays (il ne faut pas oublier que le Mouvement eut une ampleur nationale), ces photos permettent au lecteur de prendre connaissance de l'autre, de sortir de son isolement et donc de se sentir plus fort. Tout comme celles de la première page, elles sont accessibles aux auditeurs, une fois le journal déplié et tenu à bout de bras. En effet, la lecture d'El Sinarquista a ceci de particulier qu'elle est essentiellement une lecture de groupe12 (Correspondance ABASCAL, 1998a et entretien 1997). Les synarchistes sachant lire font la lecture à voix haute à un auditoire compose, en partie, d'analphabètes. Ces photos, qui attirent l'attention, contribuent grandement à faire d'El Sinarquista, un des meilleurs instruments de propagande de l'Union13 (El Sinarquista, 22/05/1941 : 1).

13Nous rencontrons évoquée dans une note, en 1947, une préoccupation esthétique concernant ces photos : elles doivent être belles et réussies techniquement (Orden, 24/04/1947 : 4). Cette note est une consigne adressée aux lecteurs, car ce sont eux, les militants locaux, qui collectent les informations et les font remonter sous forme de rapports illustrés par ces photos, à la Direction du journal située à Mexico, D. F. Dès 1942, il est même conseillé aux comités de veiller à ce qu'un de leurs membres apprenne le métier de photographe, afin d'obtenir de bons clichés (El Sinarquista, 22/01/1942 : 7). Certains militants possèdent bien un appareil, mais leurs photos sont trop mauvaises pour être publiées. Ils ne sont pas formés. Ils ne savent pas prendre de photos parlantes. La communication par l'image doit s'acquérir.

  • 14 II assure la Direction Nationale de la U.N.S. du 6/08/1940 au 12/12/1941.

14La note d'avril 1947 développe ces considérations esthétiques de la sorte : «  Se llegarâ fâcilmente a entender que [...] en las sociedades, cuando se busca lo mejor, se tiende también por necesidad hacia lo más bello en las manifestaciones de la vida humana » (Orden, 24/04.1947 : 4). La note est intitulée « Educación Sinarquista ». Ces idées renvoient directement à celles d'un autre projet éducatif, plus personnel cette fois-ci, celui du troisième chef national synarchiste : Salvador Abascal14. Ce sont des méthodes d'éducation qu'il expose clairement dans ses mémoires (ABASCAL, 1980 : 209), et qui, je le comprendrais plus tard, à la lumière d'une conversation avec le « caudillo », une fois de plus, allaient être mises au service d'un projet politique.

  • 15 Partido Demócrata Mexicano.
  • 16 Chef National au faîte de son pouvoir, il est destitué par son «  Alto Mando » au lendemain de l'a (...)

15L'importance du ressenti est fondamentale dans le système synarchiste. Le Mouvement s'applique à émouvoir ses membres, à créer en eux des émotions. Il va s'employer à solliciter l'affectif de la personne. On se targue d'avoir touché « el corazón » ou « la entreña » des membres. Ce sont deux termes récurrents dans les rapports d'activité. José I. Valencia, aujourd'hui dessinateur officiel de l'organe de presse du P.D.M.15, corollaire politique de la U. N. S., connaît bien cet aspect des choses puisqu'il a participé, à l'époque, à l'action militante. Il m'explique que lui aussi dessinait « avec le souhait de toucher » le peuple, que les responsables « avaient toujours fait attention à cela » (Entretien VALENCIA, 1998c). Plus Salvador Abascal que tout autre. Ce dernier dit s'inspirer des méthodes employées par les missionnaires. Abascal le mystique, Abascal l'ancien séminariste, a étudié ces procédés et les admire. Pour lui, la « Madré Hispanidad » a éduqué son peuple à « l'école du Beau » et de l'harmonie : architecture et sculpture, chant et musique, danses religieuses et folkloriques, fêtes populaires et costumes typiques, représentations théâtrales, art pictural, solennité des cérémonies et liturgie quotidienne (ABASCAL, 1980 : 209). Cette éducation, nous rappelle en bien des points, celle proposée quelques années auparavant par José Vasconcelos (VAZQUEZ MANTECON, 1984 : 19-32). Certaines convergences idéologiques comme leur mysticisme et leur paternalisme hispanique, leur mission civilisatrice et rédemptrice par l'élévation spirituelle, le savoir et la vertu s'opposant aux idées antipositivistes, sont indéniables. Ceci peut expliquer la bienveillance de l'écrivain philosophe envers la U. N. S. (El Sinarquista, 24/10/1940 ; ABASCAL, 1980 : 195). L'éducation que propose Salvador Abascal passe par les sens. Les défilés qu'il organise sont le terrain de prédilection de ses expériences éducatives (POUQUET, 2001a). L'homme souhaitait reprendre à son compte l'expérience missionnaire pour mener à bien son propre plan. Lors d'un de nos entretiens en février 1998, il me dit avoir songé à prendre le pouvoir, mais en douceur, « du genre Agustin de Iturbide » (Entretien ABASCAL, 1998b) et rêvé d'« un gouvernement apostolique, catholique, chrétien » (Entretien ABASCAL, 1998b). Une fois le peuple conquis, il aurait attendu le moment opportun envoyé par la « Providence » et « le coup d'état aurait été automatique, sans effusion de sang ». Il s'agissait, pour ce faire, de former des hommes nouveaux, avant de changer les structures et les institutions, et non l'inverse. Il fallait donc commencer par éduquer le peuple. En 1947, même si Salvador Abascal a rompu avec la U.N.S. depuis longtemps16, ses idées sur l'éducation perdurent.

  • 17 Surnom que leur avaient donné les militants du P. A. N. (Partido de Acción Nacional). Car même si (...)
  • 18 Poésie et théâtre se développeront au fil des ans en milieu synarchiste. On trouve également trace (...)
  • 19 Les dirigeants du Comité National appartiennent à des familles qui n'ont pas forcément beaucoup d' (...)
  • 20 La situation est quelque peu différente pour le «  corrido », qui était traditionnellement imprimé (...)

16L'image ne fut pas, comme on aurait pu s'y attendre, le vecteur privilégié de la transmission des savoirs et du discours synarchiste. La « Jefatura » lui a préféré le texte, même s'il rend plus ardu l'accès au message doctrinal. Cette politique synarchiste fut gagnante puisque, loin de décourager les lecteurs potentiels, la communication de leur idéologie s'est effectuée par ce biais au-delà de leurs espérances ; les synarchistes participaient dans un même temps à l'effort national d'alphabétisation de la population et par là même, servaient leur civisme démagogique. C'est de la surprise et de l'émerveillement, de la fierté, aussi, que je perçois dans l'intonation de Salvador Abascal lorsque cet érudit, élitiste passionné par le texte, se remémore le succès d'El Sinarquista : « ¡Fue una cosa fabulosa! ». Ceux qui étaient surnommés sur un ton moqueur ou avec mépris « los nazifascistas de huaraches » ou « los primarios »17 considéraient ce résultat avec grande satisfaction. C'est en partie, je crois, ce complexe d'infériorité qui fera, au mépris du bon sens et au risque de mettre en péril l'acheminement du message, par excès de prétention, que les synarchistes privilégieront comme vecteur de l'information le support textuel, pour un destinataire majoritairement analphabète. Cette idée pédagogique n'est pas nouvelle ; elle a même un temps de retard. On pense bien sûr à certaines idées pédagogiques de José Vasconcelos, qui avait lui aussi tenté d'éduquer et d'intéresser le peuple, en distribuant dans les campagnes Homère, Platon ou Goethe (pour plus de détails sur la vaste entreprise pédagogique de José Vasconcelos, cf. VÁZQUEZ MANTECÓN, 1984 : 19-32). Dans cette révérence que les dirigeants de la U.N.S. portent au texte et à la littérarité18, ces hommes cultivés19 atteindront le paroxysme du paradoxe, lorsqu'ils s'emploieront à consigner par écrit les centaines de chants engagés synarchistes, composés sur des structures populaires de la tradition mexicaine, qui par nature, sont des supports oraux du discours20 et qui, par tradition, sont modifiables et modifiés par tout un chacun, ce qui permet l'appropriation de la composition en question (POUQUET, 2001b).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ABASCAL, Salvador (1980), Mis recuerdos. Sinarquismo y María Auxiliadora (1935-1944) con importantes documentes de los Archives Nacionales de Washington, Mexico, Tradición.

AGUILERA AZPEITIA, Juan (s.d.) (compil.), Historia Gráfica del Sinarquismo (1937-1947), s.l., U. N. S., tome I.

CALLES, Plutarco, Elías (1934), « Grito de Guadalajara », discours du 20 juillet.

— (1982), « La educación poscardenista (1940-1953) », in MARTÍNEZ REDING, Fernando (compil.), Historia de Jalisco desde la consolidación del porfiriato hasta mediados del siglo XX, Mexico, Secretaria General del Gobierno de Jalisco, tome IV.

El Sinarquista (1940), n° 88, 24/10.

LERNER, Victoria (1979), Historia de la Revolución mexicana (periodo 1934-1940). La educación socialista, Mexico, Colmex.

LOAEZA, Soledad (1984), « La educación nacional entre 1940 y 1970 », in LECHUGA SOLIS, Graciela (dir.), Ideologia educativa de la Revolución mexicana, Mexico, Universidad Autónoma Metropolitana.

MEYER, Jean (1977), Le Sinarquisme, un fascisme mexicain ? 1937-1947, Paris, Hachette.

ORTOLL, Servando (1986), « Algunas reflexiones históricas a raiz de la publicación del libro de Manuel Romo de Alba : El gobernador de las estrellas », Encuentro (Guadalajara), n° 3, avril-juin.

POUQUET-JANER, Marjorie (1997), Entretien personnel avec Salvador ABASCAL Mexico, 4/07/1997. Inédit.

— (1998a), Correspondance personnelle avec Salvador ABASCAL (troisième Chef national de la U.N.S.), 12/07. Inédit.

— (1998b), Entretien personnel avec Salvador ABASCAL, Mexico, 3/02. Inédit.

— (1998c), Entretien personnel avec José I. Valencia (ancien militant de la U.N.S.), Mexico, 12/02. Inédit.

— (2001a), « Cuando el movimiento sinarquista se lleva a la escena : una teatralidad militar, métodos misioneros », in Le théâtre et le troisième millénaire. Rite, fête et théâtralité en Amérique hispanique. Actes du V Colloque International sur le Théâtre, CRILAUP-CERTM, Perpignan, 4-6 octobre. Publication à venir.

— (2001b), Le mouvement synarchiste mexicain. A propos de «  las canciones de lucha », Thèse 3ème cycle, Études Ibériques et Latinoaméricaines, Perpignan.

RABY, David (1989), «  Ideologia y construcción del Estado. La función politica de la educaciôn rural en México (1921-1935) », Revista Mexicana de Sociologia (Mexico), n° 51, avril-juin.

— (1984), « La educación socialista en México », in LECHUGA SOLIS, Graciela (dir), Ideologia educativa de la Revolución mexicana, Mexico, Universidad Autonóma Metropolitana.

RAMÍREZ, Rafael (1936), « Nuestro analfabetismo », El Nacional, 14/08.

ROCHELI, Abraham (1974), Lázaro Cardenas. Ideologia y politico educativa (la escuela socialista), Thèse 3ème cycle, UNAM.

Sans nom (1942), «  A todos los que reclaman porque sus fotos no aparecen », El Sinarquista, 22/01.

— (1947), « Education sinarquista », El Sinarquista, n° 89, 24/04.

— (1947), « Educación sinarquista », Orden (Mexico), n° 102, 31/07.

— (1941), « Noticias de toda la República. «  Irapuato, Gto. », El Sinarquista, n° 118, 22/05.

— (1942), « Noticias de toda la República. Santa Cruz de Galeana, Yucatan Mérida, Salamanca », El Sinarquista, n° 196, 26/11.

SERRANO ÁLVAREZ, Pablo (1992), La batalla del espiritu. El movimiento sinarquista en el Baj'io (1934-1952), Mexico, Consejo Nacional para la Cultura y las Artes.

TORRES BUENO, Manuel (1942), « El problema educativo », El Sinarquista, n° 168, 7/05.

TORRES SEPTIÉN, Valentina (1984), « Algunos aspectos de las escuelas particulares en el siglo XX », Historia Mexicana (Mexico), n° 33, janviermars.

VÁZQUEZ MANTECÓN, Veronica (1984), « El intento redentor de José Vasconcelos », in LECHUGA SOLÍS, Graciela (dir), Ideologia educativa de la Revolución mexicana, Mexico, Universidad Autónoma Metropolitana.

VEGA LEINERT, Anne-Marie de la (1973), Histoire du Mouvement Sinarquiste 1934-1944. Contribution à l'histoire du Mexique contemporain, Thèse 3ème cycle, Histoire, Paris I.

Notes

1 Les chiffres demeureront toujours approximatifs. Si la U.N.S. manifeste une frénésie du recensement, cette comptabilité sera toujours partielle et donc approximative.

2 Journal officiel de la U. N. S., il est publié sous ce nom du 7/01/1939 au 20/06/1946 et comptera de 4 à 8 pages. À la suite de dissensions internes, il prend en 1946 le nom définitif de Orden.

3 La présidence de Lázaro Cárdenas (1934-1940) est considérée comme la plus progressiste de l'histoire du Mexique.

4 Jean Meyer, qui a eu accès aux archives du Mouvement, avance, lui, un chiffre maximum de 97.500 exemplaires (MEYER, 1977).

5 Cette Base ou O. C. A., qui fait suite à une autre organisation appelée les «  Légions », est dirigée par un groupe de riches conservateurs et orientée par des jésuites. Elle a pour objectif de renverser l'ordre postrévolutionnaire et d'obtenir un renouveau chrétien intégral.

6 Le radical qu'est Salvador Abascal aurait souhaité, lui, donner le monopole de l'Éducation à l'Église. Entretien Salvador Abascal du 3/02/1998.

7 II suit la voie déjà tracée par son prédécesseur Octavio Véjar Vázquez en 1942.

8 Ce sont : le Manifiesto del Comité Organizador al pueblo mexicano, les 10 normas para los sinarquistas et les 10 normas de conducta para la mujer sinarquista ο Pentálogos, les 16 puntos básicos de la doctrina sinarquista.

9 « Nuestro periódico [...] tiene por finalidad informar, orientar, hacer critica de lo viviado y estimular lo bien hecho y lo bien determinado » in : «  Educación sinarquista ». El Sinarquista, 24/04/1947 : 4.

10 « Desde luego El Sinarquista era una lectura obligada ». Entretien Salvador ABASCAL du 4/07/1997.

11 II se spécialisera dans la réalisation de films-reportages sur les activités de la U.N.S. et tournera même un film, intitulé El sueño de José Antonio Urquiza, le chef fondateur mythique de la U.N.S.

12 On le lit chez soi, entre amis ou en famille, après la journée de labeur. On le lit toujours lors des réunions de travail, dans les locaux des comités.

13 Ex. : « Los valientes muchachos de "Juventudes" han seguido saliendo a las calles a vocear nuestro semanario con magn ficos resultados, especialmente para la propaganda de nuestro Movimiento ».

14 II assure la Direction Nationale de la U.N.S. du 6/08/1940 au 12/12/1941.

15 Partido Demócrata Mexicano.

16 Chef National au faîte de son pouvoir, il est destitué par son «  Alto Mando » au lendemain de l'attaque de Pearl Harbor, et donc écarté de l'échiquier politique. La U.N.S. est soutenue par bien des intérêts (notamment nord-américains) jusqu'en 1941. Mais l'entrée en guerre des États-Unis et du Mexique à leurs côtés sonne l'heure des consensus. Le conflit mondial change la donne. Le dernier élément insurrectionnel, incontrôlable et incontrôlé par la Base, Salvador Abascal le putchiste, sera alors mis sur la touche par des pressions ecclésiastiques. Le péril fasciste s'éloigne avec lui du Mexique mais aussi des États-Unis, où le Synarchisme avait percé dans la population des mexicains exilés.

17 Surnom que leur avaient donné les militants du P. A. N. (Partido de Acción Nacional). Car même si P. A. N. et U. N. S. appartiennent au même front conservateur (voire ultraconservateur), la clientèle du premier, composée d'intellectuels, étudiants, propriétaires et industriels de la classe moyenne aisée et de l'élite dirigeante, diffère des masses laborieuses de la seconde.

18 Poésie et théâtre se développeront au fil des ans en milieu synarchiste. On trouve également trace de «  festejos literario-musicales » ou de «  veladas de carâcter literario ».

19 Les dirigeants du Comité National appartiennent à des familles qui n'ont pas forcément beaucoup d'argent, mais dans lesquelles les hommes font des études supérieures ; ce sont souvent des juristes : avocats, juges, notaires.

20 La situation est quelque peu différente pour le «  corrido », qui était traditionnellement imprimé par le «  corridista » sur des feuilles volantes qu'il vendait à son public.

Auteur

Université de Perpignan, CRILAUP

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540