Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Texte et Image dans les Mondes hispaniques et hispano-américains

 | 
Jean-Pierre Castellani
, 
Monica Zapata

Avant-propos

Jean-Pierre Castellani et Mónica Zapata

Texte intégral

1Dans le cadre d’un travail lancé depuis longtemps, au sein de l’équipe du CIREMIA, sur la question de La transmission des savoirs, il nous a semblé nécessaire et opportun de réfléchir sur la place et le rôle de l’image dans cette transmission, en proposant une perspective aussi large que possible, englobant aussi bien les champ du cinéma, des médias et de la littérature que celui des ouvrages pédagogiques.

2Les textes réunis dans ce volume sont issus, pour la plupart, des communications présentées lors du colloque qui s’est tenu à Tours du 14 au 17 mars 2002, organisé par l’équipe. Cela explique, par exemple, que certains corpus analysés – les articles de presse notamment – portent une date antérieure à celle de la présente publication. En revanche, les références bibliographiques ont souvent fait l’objet d’une mise à jour par les auteurs des travaux, de sorte qu’aujourd’hui elles reflètent davantage l’état actuel de leurs recherches.

3Ces réflexions, qui visent une approche culturelle et historique de l’image au sens iconique du terme, concernent aussi bien l’image fixe (peintures, gravures, enluminures, illustrations de manuels scolaires, publicité, graffiti) que mobile (cinéma, télévision) dans les mondes hispanique et hispano-américain, du Moyen Age à nos jours.

4L’image, présentée de façon autonome, ou associée à d’autres éléments, constitue, en effet, un vecteur de plus en plus utilisé et privilégié dans la transmission des savoirs, des connaissances et des informations. S’il est presque impensable de concevoir une image seule, le texte qui l’accompagne lui donnant son sens ou du moins un sens, par la légende ou le commentaire, il est de plus en plus difficile d’offrir un texte sans image, du moins dans le champ de la communication.

5Pour couvrir ce champ nouveau, aux spécialistes qui se sont depuis toujours intéressés à l’image : historiens de l’art, de l’histoire religieuse, du cinéma, de la télévision, se sont donc joints des chercheurs spécialistes de linguistique, de sociologie, d’histoire, de littérature, de politique. Tous envisagent les rapports qui peuvent et doivent s’établir entre texte et image, dans des domaines aussi divers que l’éducation, les médias et la littérature.

6Les articles ont été regroupés suivant les corpus traités et la chronologie : presse et médias, cinéma, outils pédagogiques, fiction littéraire, discours politiques et identitaires, chroniques. Dans les médias écrits et audiovisuels, qui sont étudiés dans une première partie, l’image constitue, à elle seule, un moyen de communication puissant qui, en outre, oriente l’information et participe à son dosage. Les rapports qui se nouent, en effet, entre le visible et le lisible, parfois sur le mode agonistique, constituent un champ d’investigation très vaste, source de débats et de diagnostics divers (Manuel Gonzalez de Ávila). Là où certains constatent la révolution copernicienne opérée par le monde des images dans la culture occidentale de l’après-guerre («  le média est le message », postulait Mac Luhan en 1968), d’autres voient purement et simplement l’apocalypse de la culture (et du culte) du discours linguistique : c’est ce que Jean-Pierre Castellani s’efforce de montrer dans ses analyses de divers quotidiens espagnols. José Miguel Delgado Idarreta et Robero Fandino étudient, de leur côté, la presse sous le franquisme, tandis que Marjorie Pouquet-Janer prend comme objet d’analyse un hebdomadaire mexicain. Selon sa nature et son style, l’image peut même évoluer jusqu’à devenir un vecteur de la satire politique (Mortadelo y Filemón, dans l’étude de Roselyne Mogin-Martin, entre autres), un modèle d’intertextualité parodique, ou alors, épouser les avant-gardes esthétiques, mises en avant par le discours linguistique : c’est la cas des nouvelles d’Azorín, parues dans Blanco y Negro et étudiées par Pascale Peyraga. On ne peut donc plus aujourd’hui construire et donc analyser les médias (la télévision par exemple dans l’exposé de Vicenta Castellanos Folgado) sans prendre en considération le statut visuel de l’information.

7Dans une deuxième partie, portant sur les relations qui se nouent entre texte écrit et discours filmique, après l’approche théorique d’Antonio Gil Gonzalez, les contributions du présent volume privilégient l’adaptation pour l’écran de la fiction littéraire, romanesque ou théâtrale. C’est ainsi que sont abordés divers exemples à travers les contributions de Juan Carlos Garrot Zambrana, Gregoria Palomar et Antoine Fraile. Ces transferts aboutissent parfois au détournement de la visée pragmatique de l’original, comme le montre, notamment, l’analyse de David George pour le roman El beso de la mujer araña, de Manuel Puig.

8Mais c’est surtout dans une troisième partie, consacrée aux espaces scolaires et outils pédagogiques, que la portée pragmatique – didactique, en l’occurrence – de l’image et du texte est étudiée. Qu’il s’agisse des couvertures des manuels scolaires, des photographies ou des dessins illustrant les leçons (selon Azucena Rodriguez Alvarez), les images entrent ici en rapport direct avec une éthique – et une politique – qui varie selon le contexte historique et culturel du moment : du XIXe siècle espagnol à l’Argentine des années 1910-1960 (comme le montrent les contributions de Jean-Louis Guerena, Francisco Canes Garrido ainsi que l’étude d’Edgardo Ossana et de Maria del Pilar López). Parfois le but est de transmettre au jeune public des écoles et des lycées une morale en accord avec les objectifs des régimes en vigueur (Marie-Angèle Orobon).

9Déjà effleurée dans ses rapports avec le cinéma, la fiction littéraire est plus amplement analysée dans la quatrième partie de cet ouvrage, à travers les liens qu’elle entretient avec les images fixes : emblèmes et devises (dans les travaux de Christian Bouzy et de Françoise Vigier), gravures (Jean-René Aymes), couvertures et dessins sur commande (Sarah Legros et Monica Zapata), commentaires de tableaux dans le texte même (Marie-Madeleine Gladieu). Les auteurs de fiction (et/ou les éditeurs) n’ont cesse de recourir aux illustrations et il arrive qu’ils soient eux-mêmes artistes peintres, essayistes et romanciers. Luis Felipe Noé, dont les travaux sont présentés par Néstor Ponce, en est un bon exemple. Il arrive également que l’écrit et les images se confondent en des formes idéogrammatiques, comme le montre Claude Le Bigot chez des poètes espagnols du XXe siècle. Le critique, enfin, peut lui aussi être à la fois peintre, dessinateur et poète : c’est le cas d’André Bansart, dont le texte clôt la quatrième partie du volume.

10« Discours politiques, constructions identitaires, chroniques » : cet intitulé recouvre, dans une cinquième partie, des travaux dont l’objectif est de montrer la portée de l’image, souvent au-delà des textes, dans la transmission du message historique et politique, selon les analyses de Fernando Casanueva et Marie Véronique Martinez. L’identité d’un groupe passe par l’image, au sens figuré comme au sens propre, qu’il donne de lui-même, de manière volontaire ou non. Le pouvoir, qu’il soit incarné en la personne du roi, du dictateur militaire, ou représenté par le missionnaire et le conquistador (Isabel Ibanez, Lionel Bar, Emmanuelle Sinardet, Fernando Casanueva), laisse des traces visibles à travers des œuvres d’art : fresques, tableaux, statuaire (Catherine Gaignard). Il suscite aussi des réactions de révolte qui s’expriment parfois dans l’art de la rue (Valérie Joubert-Anghel). L’iconographie a trait forcément à la stéréotypie, et les arts plastiques, par leur vocation à livrer du beau – ce qui est perçu comme tel à un stade précis d’une culture – permettent à l’observateur attentif comme au public distrait mais noyé par la profusion d’images, de se forger des images des autres (Coral Delgado). C’est pourquoi les travaux de cette dernière partie, malgré les aspects spécifiques de nos cultures hispaniques qu’ils abordent, touchent au plus près aux préoccupations générales de l’équipe du CIREMIA : la transmission des valeurs culturelles et des savoirs, la constitution des images identitaires.

11Nous espérons, en définitive, que les trente-cinq contributions que nous publions aujourd’hui et qui sillonnent ce vaste champ d’étude des rapports entre le texte et l’image à partir d’approches pluridisciplinaires, permettront de mieux éclairer la complexité mais aussi la richesse d’une problématique de plus en plus vivante dans notre société.

Auteurs

Université François-Rabelais, Tours, C.I.R.E.M.I.A

Université François-Rabelais, Tours, C.I.R.E.M.I.A

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540