Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stéréotypes culturels et constructions identitaires

 | 
Florent Kohler

Le marquage de l’extranéité linguistique chez des locuteurs francophones : endo-construction d’une phonologie « pan-étrangère »

Eric Beaumatin

Texte intégral

1L’analyse de réalisations phoniques et/ou graphiques de séquences —notamment espagnoles— par des locuteurs francophones fait apparaître un certain nombre de « distorsions » tant au regard de ce que devrait engendrer le système de la langue visée lorsqu’elle est identifiée comme L1 étrangère, qu’au regard des exigences de la langue L0 (ici le français, parlé par tel locuteur noté λ0) identifiant le cotexte discursif dans la linéarité duquel elles s’insèrent.

  • 1 Ce fait particulier devrait évidemment complexifier l’analyse des données d’une réflexion sur le s (...)

2Il s’agit le plus souvent de séquences brèves, où les noms propres tiennent une place importante1. Elles peuvent avoir été réalisées par des apprenants à divers stades ou par des locuteurs non explicitement caractérisés du point de vue de leur connaissance de la langue étrangère en question.

3L’un des problèmes que peut poser une réalisation de type :

1. λ0 : [gaRsja] pour L1 /garθria/ (n.p. esp. García : chez les acteurs des séries et films Zorro en version française).

  • 2 Au sens de Bronislava Ligara, apud Durand & Durand (1994)

4consiste en l’identification du ou des système(s) effectivement opérant(s) jusqu’en surface. On posera en effet que de tels produits, bien que phénoménalement identifiables en tant qu’« interférences de parole »2, n’en sont pas moins redevables d’une explication systématique —et systémique— dépassant de loin le niveau des spécificités idiolectales ou pathologiques du locuteur : c’est en tout cas ce qu’appelle la triple aperception de leur fréquence, de leur récurrence et, comme on le redira, de leur convergence.

5On admet couramment d’attribuer à une compétence suffisante en L1 du locuteur λ0 des performances réputées correctes selon la grammaire phonique de L1, donc de les tenir pour engendrées par L1 ; inversement, c’est à une intervention de la grammaire phonique de L0, en raison d’une insuffisante compétence de λ0 en L1, que l’on convient le plus souvent d’attribuer l’effection de séquences incomplètement correctes selon les exigences de L1. L’hypothèse innovante d’une « interlangue » à statut de système hybridement constitué mais non dénué d’autonomie fonctionnelle, très en vogue depuis une vingtaine d’années, concerne presque exclusivement les situations d’apprentissage ou de diglossie patente et n’a pour l’instant porté que peu de fruits parvenus à maturité dans le domaine phonologique : elle reste en tout cas tributaire d’une certaine idée de tension entre deux systèmes concurrents.

6Lorsque, par ailleurs, sont étudiées les formes d’unités lexicales a priori allogènes en fonction de leur degré d’intégration à la langue d’accueil, on distingue traditionnellement trois stades : celui du Fremdwort (ou mot identifié comme étranger), celui du Lehnwort (ou mot d’emprunt lexicalement intégré mais ayant conservé des traits formels partiellement disconformes à la grammaire recevante) et celui de l’Urwort (mot assez intégré pour avoir perdu toute perceptibilité de traits étrangers). Là encore s’avoue la représentation d’Un processus interférentiel allant jusqu’à la substitution d’un système emprunteur à un système prêteur, systèmes dont les exigences respectives apparaissent satisfaites en raison inverse les unes des autres, segment par segment, à chacune des étapes de l’intégration.

7Depuis Polivanov (1969) et Troubetzkoy (1957) jusqu’à Fries & Pike (1949) en passant par Weinreich (1953), Martinet (1977) et Sala (1998), tous les raisonnements en passent implicitement ou explicitement par ce même présupposé, quitte à affiner la confrontation des règles dues aux systèmes L1 et L0 en construisant de véritables règles de conversion phoniques permettant de résoudre l’un en l’autre ou en dressant la phonologie explicite de quelque système intermédiaire. Ainsi a-t-on pu rendre compte de nombreux cas de figure assez ordinaires :

2. λ0 : [ʃoRizo] pour L1/tʃοriθo/ (esp. chorizo : réalisation comprise dans sa conformité au système L0, donc « interférence » de ce dernier).

3. λ0 : [tʃoriθo] pour L1 /tʃoriθo/ (idem : réalisation conforme, cette fois, aux exigences de L1, la phonologie de cette dernière étant donc considérée comme effectivement car efficacement agissante).

  • 3 Voix off dans Mourir à Madrid (Frédéric Rossif). Exemple similaire : le nom de l’écrivain portugai (...)

8D’autres types de réalisations, moins trivialement catégorisables, trouvent également à se raisonner sans cependant sortir de ce cadre : de l’admissibilité de segments phonologiquement exotiques mais attestés en L0 dans la chaîne parlée (variantes combinatoires ou contacts démarcatifs) à ce que Schuchardt appelait « double interférence », en passant par les interférences « hypercorrectives » de L1 sur elle-même (cas de la jota hyperdifférentielle de [vinaχοθ] pour topon. esp. Vinaroz /binaroθ/)3 et les phénomènes d’interposition de quelque langue « tierce », c’est-à-dire, le plus souvent, d’une langue diglossiquement dominante ou de la première langue seconde acquise sur la suivante etc.

9Pareil traitement ne présente au total rien de vraiment contreintuitif, découle assez prévisiblement de toute scolastique structuraliste et se révèle relativement performant. Mais, outre les diverses questions théoriques qu’il ne manque pourtant pas de susciter en raison de ses propres hésitations, contradictions ou inachèvements internes (il n’entre pas dans mon propos de les détailler ici), un certain type de données empiriques paraissent lui résister, du moins à partir de la configuration particulière {L0 = fr. ; L1 = esp.}.

  • 4 Autres exemples référencés et commentés dans Beaumatin (1994, 1995 et 1996), où des premières appr (...)

10Ces données sont pourtant bien connues et innombrables à défaut d’être seulement prises en compte dans les corpus habituels. Graphiques ou phoniques, voici quelques exemples caractéristiques de ces distorsions rebelles4 :

4. [afitsjonados] pour esp. aficionados /afiθjonados/ (X., France-Culture, septembre 1990. Cf aussi infra, ex. n° 11).

5. [dezamoRtidzatsjon] pour esp. Desamortización /desamortiθaθjon/ (A. Prost, hiver 1992).

6. « il habitait au Plazza » pour le nom de l’hôtel Plaza de Paris, qui reprend la forme graphique correcte et constante de l’espagnol plaza /plaθa/ (Libération, s.d., à l’occasion de la mort de J.B. Doumeng. Extrêmement fréquent par ailleurs).

7. [pladza] (id., réalisation dominante, attestée entre autres chez l’acteur J. Richard en quelque épisode de ses Maigret d’après Simenon, ou chez l’interprète de Sombreros et mantilles, où il s’agit cette fois de « la plaza »).

8. [lodzano], pour n.p. esp. Lozano /loθano/ (X., journal de France-Inter, 6.IX.1988].

9. [kamilodzozetʃela] pour n.p. esp. Camilo José Cela /kamiloχoseθela/ (H. Coudurier, FR3, 19.X.1989).

10. « le général [vaRella] » pour esp. Varela /barela/ (Voix off dans Mourir à Madrid, de Frédéric Rossif).

11. [afisjonnados] (cf. supra ex. n° 4, autre locuteur, même émission).

12. [kadzapepe] pour Casa Pepe /kasapepe/ (s. ref.)

13. [migwεl] pour n.p. esp. Miguel /migel/ (extrêmement fréquent ; réalisation largement dominante dans les commentaires sportifs pendant les années de gloire de Miguel Induráin ; plus récemment attesté dans « Tout le monde », chanson de Zazie).

  • 5 Cet exemple m’a été séparément attesté et transmis par J.-Cl. Chevalier et M.-F. Delport.

14. [gwaRtson] pour n.p. esp. Garzón /garθon/ (X, Revue de presse de France-Inter, deux jours de suite, décembre 1998)5. On a pu entendre aussi [gwaχtson] et [gaRdzon].

15. [rekonkwista] pour Reconquista /rekonkista/ (Cl. Hagège, séance de la SLP, 13.02.1998).

11Si des réalisations de ce type affichent d’évidentes disconformités à ce que requiert la phonologie de L1 = esp. —et ne peuvent donc pas être considérées comme engendrées par elle—, c’est notamment en raison de segments consonantiques de type affriqué ou géminé. Or, il paraît tout aussi difficile de supposer en l’espèce une action interférentielle de L0 au point de les avoir produites, puisque ni ces segments ni les conversions grapho-phoniques dont ils témoignent parfois ne sauraient être tenus pour phonologiques en français. À quoi, dès lors, attribuer le caractère spécifique de telles productions ?

12Car ces productions sont d’abord convergentes, en ce sens que leurs transformations consonantiques remarquables (i.e. aussi clairement que possible non imputables à L0 ou L1) paraissent attirées vers un nombre limité de types segmentaux nettement préférentiels : de là l’intuition qu’elles puissent tout de même résulter de quelque œuvre systématique restant à définir —hors du français et de l’espagnol pour le cas précis.

  • 6 Comme, du reste, certains aspects suprasegmentaux des réalisations, tels que le marquage paroxyton (...)

13De fait, il se trouve que l’ensemble de ces types segmentaux6, comme la plupart des conversions grapho-phoniques patentes en cas d’input écrit avéré, présentent de constantes conformités à une troisième langue, qui est l’italien : cela suffit à ce que, assez spontanément, les locuteurs francophones savants ou semi-savants appelés à commenter ces données proposent d’y voir une interférence tierce par interposition de l’italien, ce que tendrait à confirmer la constatation que les données interprétables, à l’inverse, comme des « hispanisations » de séquences italiennes chez des francophones, sont statistiquement et qualitativement non significatives.

14Cependant : s’il est indéniable que, pour toutes sortes de raisons de distinctivité socio-culturelle, l’italien occupe, du moins en France, « le statut de langue emblématique de la latinité qui ordonne en quelque sorte le paysage linguistique roman » (Billiez, 1996), s’il est non moins incontestable qu’à l’échelle de certaines unités morpho– et même phono-lexicales spécialement fécondes se fixent les fétichisations modéliques de toutes sortes d’identifications culturelles et, partant, de possibles analogies phoniques étendues, il semble d’autant plus prudent de renoncer à faire la preuve d’une telle interférence tierce de l’italien que les outils d’analyse sociologique et cognitive font encore aujourd’hui défaut pour en établir la pertinence de conséquences phonologiques aussi constantes, et qu’il resterait en tout état de cause à raisonner de façon strictement linguistique de système phonologique à système phonologique, ce dont on ne saurait s’affranchir.

15Comment penser ces données en évitant de s’obnubiler devant cette « influence du modèle italien », aussi sûr fétiche métalinguistique que le serait le modèle lui-même sur le plan linguistique ?

16D’abord, peut-être, en observant que ces quelques réalisations-types préférentielles surviennent également à l’occasion de séquences où λ0 francophone tente de restituer des formes a priori engendrées par une L1 autre que l’espagnol, du moins dans le voisinage circumadstratique au sens large du français :

16. [dinoRidzi], pour n.p. ital. Dino Risi /dinorizi/ (X., FR3, journal de 22h.30, 02.09.1991).

17. [ladoltʃevitta] pour le titre du film ital. La dolce vita /ladoltʃevita/ (s. ref.)

18. « voi mi avete lasciatto » pour ital. voi mi avete lasciato (G. Perec, « 53 jours » [1982]. Paris, Gallimard, 1993 [« Folio », 2547], p. 72).

19. [ilskwallo] pour ital. lo squalo /loskwalo/ (sic quant à la forme de l’article : V. Hermitte, journal de 20h., A2, 04.08.1991, lisant à voix haute le gros titre du quotidien gênois Il Secolo : « lo squalo : caccia aperta » qui s’affiche en même temps sur l’écran).

20. [tiRamitsu] pour ital. tiramisù /tiramisu/ (X., serveuse du restaurant Hippopotamus de Paris, 15.ΧII.1995. Interrogée par mes soins, elle savait qu’il s’agit s’une pâtisserie italienne et l’épelle correctement).

21. [Rodzali] et [godzali] pour n.p. ar. régulièrement graphié Ghozali /R∂dza:li/ (Le Monde et Libération, s.d., pour la graphie, et principaux journaux de France-Inter, A2 et FR3 pour les réalisations affriquées).

22. « Hitchem » pour n.p. masc. ar., plus régulièrement graphié Hichem /hiʃԑ:m/ (Le Figaroscope, s. d., automne 1995).

23. [tʃeRonston], pour n.p. angl. Sharon Stone /ʃer∂nstoun/ (X., étudiante de 1e année d’espagnol LCE, Univ. Paris III, 03.11.1995).

17Sauf à imaginer encore que l’italien s’interpose nécessairement comme modèle omniprégnant jusque dans les cas où L1 est tout autre que latine et quelle que soit la fonctionnalité phonologique de l’affrication ou de la gémination dans les langues considérées, on pourrait convenir que de semblables exemples de gémination et d’affrication trouvent d’abord leur cohérence dans leur constante production par des locuteurs indubitablement francophones : il y aurait là de quoi réinterroger le schéma weinreichien dans sa variante la plus simple, à savoir que la langue maternelle L0 s’impose à titre principal comme filtre phonologique. À repartir sur un tel principe, puisque son application paraît insuffire, il faudrait alors se demander quel rôle pourrait jouer exactement cette langue maternelle, en l’occurrence le français.

18Une enquête (Beaumatin, 1995) montre en effet que la proportion de réalisations affriquées sur le nom de Brazza (Savorgnan de –) chez des francophones varie en raison inverse de l’intensité de sa signalisation explicite ou subreptice comme forme allogène dans le co-texte. Ses résultats concourent à formuler l’hypothèse que, dans la plupart des cas dont il est question ici, et quelles que soient par ailleurs les « réussites » diaphonologisantes observables sur certains segments d’une même séquence, les segments « distordus », eux, n’ont pas nécessairement à être lus comme des « échecs » du point de vue d’une francisation ou d’une conformité à la phonologie spécifique dont ils relèvent, mais plutôt comme des indices de reconnaissance, comme des marques positives de l’indistincte extranéité linguistique de cette séquence, lorsque pour une raison ou une autre elle est identifiable comme étrangère. Étrangère, d’ailleurs, ou assez peu française pour mériter un stigmate de ce genre :

24. [yεt] pour n.p. fr. Huet /ye/ (?) (s. ref., réalisation courante pour annoncer le nom d’une présentatrice de journal télévisé).

25. [tulet] pour n.p. fr. Toulet /tule/ (G. Dormann, s.d., France-Inter, février 1999.)

26. [pladzja] pour n.p. fr. Plaziat /plazja/ (environ sept sur dix des commentateurs sportifs à l’heure de gloire du décathlonien français).

19Que les réalisations de l’ex. 23 visent à protéger la peu abondante matière consonantique d’un patronyme monosyllabique ; que celle de l’ex. 24 repose sur la supputation savante de son origine gasconne ou sur un tropisme de locutrice elle-même amenée à préserver un segment consonantique à la fin de son nom au moyen d’une improbable graphie géminée très étrangère ; que, dans l’ex. 25, malgré la finale –at à consonne amuie —et reconnue comme telle— un z interne crée par sa rareté la suspiscion d’allogénéité, c’est tout un : une supposition d’extranéité à quelque degré que ce soit, fournie de l’extérieur de la séquence par quelque donnée co-textuelle ou de l’intérieur par quelque particularité morpho-phonologique ou morpho-graphique, reçoit en réponse, si elle est entendue, la marque de sa reconnaissance sous la forme d’une réalisation phonique ou graphique dérogatoire.

20En d’autres termes, le français, dans les cas évoqués, est moins ce système tantôt abandonné au profit positif d’une autre compétence concrète plus ou moins imparfaitement acquise, tantôt faisant irrémédiablement retour par la contraignante action de ses règles centrales quoique le locuteur en ait, que le lieu même, la condition systématique au sein de laquelle se repèrent, se mesurent et se sanctionnent tout à la fois les données de conformité phonique de telle ou telle séquence.

21Qu’il s’agisse nécessairement de séquences et non de segments isolés n’est au reste pas vain. Car les moyens, même simplement segmentaux, que se donne la langue, non seulement d’apprécier mais également de marquer l’extranéité des séquences pourraient être entre autres à rechercher dans les attestations fournies par l’usage ou dans les probabilités de survenue dans la chaîne parlée : contacts géminatifs (fr. /døzjεmmotif/, /pRœmjεRRεzõ/) et contacts affricatifs (fr. /legrãdzodvεRsaj/ etc.), par exemple, y restent possibles et avérées en contexte démarcatif. Mais on n’a là que deux procédés parmi d’autres : l’un des types attestés des réalisations courantes de esp. chorizo est, en français,

26. /korizo/,

  • 7 Ainsi, plus couramment qu’on ne l’imaginerait parfois, le titre espagnol du poème de Nerval El des (...)

22où l’input digrammatique, concurremment à son interprétation palatale dominante (non marquée) en termes de système graphophonique, est résolument renvoyé à sa valeur que l’on pourrait qualifier de marquée7, en quelque sorte aux bords de la langue. De même, la graphie désormais fixée en France pour le nom (prénom) de tel chanteur originaire d’Afrique du Nord est-elle

27. « Faudel »,

23alors que rien dans la tradition philologique ni dans la pertinence des possibles diaphonologisations positivement conçues ne permettent de prévoir la nécessité d’un tel digramme, dont la fonction est essentiellement celle d’un marquage exotisant de l’intérieur par la distinctivité graphique à l’égard de « o ».

24L’italien, en l’espèce, n’est phonologiquement rien pour lui-même ; pas plus lorsqu’il s’agit pour un locuteur francophone de réaliser des séquences espagnoles que lorsqu’il se mêle d’en réaliser d’italiennes ou d’autres encore : il est en revanche le reflet persistant auquel le français est admis à contempler ce qu’il fut et que partagent encore la plupart des langues de son entourage adstratique, c’est-à-dire des langues à affriquées et à géminées. Français qui, de l’intérieur de sa phonologie, sait ordonner les séquences qu’il reçoit et (re)produit, en fonction et au moyen des hiérarchies systématiques qui lui sont propres : valeurs ou attestations marquées ou dominées, savantes ou rares, variantes concurrentes, segments ou groupes segmentaux à la probabilité strictement contextualisée... Une façon de définir, par ce qu’il est, tout ce qu’il n’est pas ; une manière de contrôler les confins par une certaine intégration du dérogatoire.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ALONSO Α, 1951, « La pronunciación francesa de la ç y de la z españolas ». Nueva Revista de Filología Hispánica, V, 1, p. 1-37

ARCHIBALD J., 1998, Second Language Phonology. Amsterdam, John Benjamins (« Language Acquisition & Language Disorders », p. 17)

BAGGIONI D., 1994, « Schuchardt et la mixité des langues », in TOURATIER, p. 23-37

BALIBAR R., 1993, Le Colinguisme. Paris, PUF

BEAUMATIN E., 1994, « Identité linguistique et filtres phonologiques : à propos de ‘prononciations fautives’ », in J. Stolidi (dir.), Recherches en linguistique hispanique. Actes du colloque d’Aix-en-Provence, 20 et 21 mars 1992. Publications de l’Université de Provence (« Etudes Hispaniques », 22), p. 77-91

—, 1995, « Identité linguistique et filtres phonologiques, 2 : Remarques sur la gémination et l’affrication consonantiques dans la construction d’une phonologie pseudo-castillane chez des locuteurs français », in M. Camprubi (dir.), Permanences et renouvellements en linguistique hispanique. Actes du colloque de Toulouse, 18 et 19 mars 1994. Université de Toulouse-le-Mirail (CRIC), p. 11-20

—, 1996, « Grapho-phonologie des marques d’extranéité : l’hypothèse phi prime et le cas du Ζ en français ». Cahiers du PROHEMIO (Université d’Orléans), 1, p. 85-101

—, 1998, « Identité linguistique et filtres phonologiques, 3 : El català, mare de totes les llengües, un exemple de caricature linguistique », in G. Luquet (ed.), Travaux de linguistique hispanique, Paris, Presses de la Sorbonne-nouvelle, p. 13-30

BILLIEZ J., 1996, « Langues de soi, langues voisines : représentations entrecroisées ». Études de Linguistique Appliquée, 104, p. 401-410

DI PIETRO R..J., 1977 [1971], Lingue a confronto. Ricerche e problemi dell’insegnamento. Ed. de G.R. Cardona. Rome, Armando Armando (« Serie di linguistica teorica e applicata », VII)

DURAND-DESKA A. & DURAND P., 1994, « La forme sonore des emprunts : les mots anglais en polonais et en français », in TOURATIER, p. 79-111

FREI H., 1929, La Grammaire des fautes. Genève, Droz

—, 1936, « Monosyllabisme et polysyllabisme dans les emprunts linguistiques Avec un inventaire des phonèmes de Pékin et de Tokio ». Bulletin de la Maison franco-japonaise, VIII, 1, p. 77-153

FRIES C. & PIKE Κ., 1949, « Coexistent Phonemic Systems ». Language, 25, p. 29-50

GUSMANI R., 1986 [1981], Saggi sull’interferenza linguistica. Florence, Le Lettere

KATERINOV Κ., 1980 [1975], L’Analisi contrastiva e l’analisi degli errori di lingua, applicata all’insegnamento dell’italiano a stranieri. Pérouse, CILA & Edizioni Guerra (« Quaderni di metodologia dell’insegnamento dell’italiano a stranieri », 6)

LLEÓ C., 1997, La adquisición de la fonología de la primera lengua y de las lenguas extranjeras. Madrid, Visor (« Lingüística y conocimiento », 23)

LORENZI F., 1983 (ed.), Gli Errori linguistici. Urbino, Quattro Venti (« Readings », 2)

MARTINET Α., 1977, « La prononciation française des mots d’origine étrangère », in H. Walter (ed.), Phonologie et société. Paris, Didier (« Studia Phonetica », 13), p. 79-88

PAYRATÓ Ll., 1982, « Barbarismes, manlleus i interferències. Sobre la terminologia dels contactes interlingüístics ». Els Marges (Barcelone), 32, p. 45-58

POLIVANOV E., 1969 [1931], « La perception des sons d’une langue étrangère ». Change, 3 : 111-114. Suivi de ROBEL, L. « Polivanov et le concept de surdité phonologique », p. 115-119

SALA M., 1998 [1981], Lenguas en contacto. Madrid, Gredos (BRH, « Estudios y ensayos », p. 409)

SILVI R., 1990, Gli errori dei francesi nell’apprendimento dell’italiano. Analisi compiuta su un gruppo di studenti di terzo anno all’Università di Paris III. Paris, Université de la Sorbonne-Nouvelle (« Monographies du CIRRMI »)

SPA J., 1994, « Les emprunts français en kikongo », in TOURATIER, p. 63-78

TESNIÈRE L., 1964 [1939], « Phonologie et mélange de langues », in [coll.], Etudes phonologiques dédiées à la mémoire de M. le Prince N.S. Trubetzkoy. University of Alabama Press (« Alabama Linguistic and Philological Series », 2), p. 83-93

TOURATIER C., 1994 (ed.), L’Emprunt. (= Travaux du Cercle Linguistique d’Aix-en-Provence, 12)

TROUBETZKOY N. S., 1957 [1938], Principes de phonologie. Trad. fr. de J. Cantineau [1949], Paris, Klincksieck

WEINREICH U., 1953, Languages in Contact. Findings and Problems. New-York (« Publications of the Linguistic Circle of New York », 1)

ZABEL H., 1987 (ed.), Fremdwortotographie. Beiträge zu historischen und aktuellen Fragestellung. Tübingen, Max Niemeyer (« Reihe Germanistische Linguistik », 79

Notes

1 Ce fait particulier devrait évidemment complexifier l’analyse des données d’une réflexion sur le statut linguistique de telles unités. Il n’en sera tenu compte pour l’instant que sous un rapport assez limité.

2 Au sens de Bronislava Ligara, apud Durand & Durand (1994)

3 Voix off dans Mourir à Madrid (Frédéric Rossif). Exemple similaire : le nom de l’écrivain portugais Fernando Pessoa (port. /psoa/) prononcé [pʃoa] par F. Marmande —avec force gloses métalinguistiques destinées à souligner la pertinence de cette palatale aussi « typique » qu’ici impropre en réalité—, lors de la soutenance de thèse d’A.S. de Montsabert, Univ. Paris VII, 1994.

4 Autres exemples référencés et commentés dans Beaumatin (1994, 1995 et 1996), où des premières approches de tels faits ont déjà été présentées.

5 Cet exemple m’a été séparément attesté et transmis par J.-Cl. Chevalier et M.-F. Delport.

6 Comme, du reste, certains aspects suprasegmentaux des réalisations, tels que le marquage paroxytonique des unités au moyen de l’allongement vocalique etc., tous faits vraisemblablement liés.

7 Ainsi, plus couramment qu’on ne l’imaginerait parfois, le titre espagnol du poème de Nerval El desdichado /eldesditʃado/ est-il réalisé par des francophones sous la forme [εldεsdikado] : une belle attestation en est implicitement fournie par le palindrome syllabique qu’en a réalisé Georges Perec, sous le titre « Dos, caddy d’aisselles » [1977] (La Clôture et autres poèmes. Paris, P.O.L, 1980, p. 83).

Auteur

Université de Paris III

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540