Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stéréotypes culturels et constructions identitaires

 | 
Florent Kohler

Travail, espace et conflits sociaux dans la compagnie royale asturienne des mines

Jorge Muñiz Sanchez

Note de l’éditeur

L’auteur de ce travail est titulaire d’une bourse de la Fundación para el Fomento en Asturias de la Investigación Científica Aplicada y la Tecnología (FICYT) dans le Projet de recherche CN-03-065, développé pour HUNOSA et l’Université d’Oviedo.

Texte intégral

  • 2 Les caractéristiques du charbon dans les Asturies rendent difficiles la mécanisation et la standard (...)
  • 3 Sur la sociabilité et le caractère facilement contrôlable de certaines expressions de sociabilité f (...)
  • 4 Sur le concept de panoptisme, voir Collectif., Jeremías Bentham. El panóptico, 1989

1Aux débuts de l’industrialisation, les patrons asturiens dînent faire face, pour l’essentiel, aux mêmes problèmes que bien d’autres : ils avaient besoin de déraciner les populations préindustrielles, de les lier aux usines et de les habituer aux nouveaux modes de production (Sierra Álvarez, 1984). Dans ce but certaines pratiques patronales connues comme disciplines industrielles se sont mises en marche, et parmi elles la plus étudiée sans doute, le Taylorisme, qui a été introduite dans le monde de la mine de façon partielle et tardive, à cause des conditions naturelles rendant difficile l’exploitation. C’est pourquoi le paternalisme industriel fut très employé comme stratégie pour élargir le contrôle du patron sur la vie privée et garantir une reproduction convenable de la force physique de travail, augmenter la productivité á travers l’amélioration des conditions de vie, et empêcher le développement du socialisme2. Bref, ce fut une manière de garantir une sociabilité conforme aux désirs des patrons, qui ont joué le rôle de pères, pour éviter la consolidation de liens étroits entre ses « enfants », en empêchant une socialisation spontanée parmi les ouvriers3. À côté du paternalisme se développe parfois la pratique du panoptisme ; un mécanisme de domination fondé sur la possibilité d’exercer une surveillance permanente, de manière à ce que ceux qui y sont soumis intériorisent des règles de comportement ajustées à certains modèles préétablis du contrôle social4. On peut normalement distinguer une série de méthodes employées de manière successive, commençant par le panoptisme pour s’achever avec l’implantation de l’Organisation Scientifique du Travail, qui serait “la fin de l’histoire” dans ce domaine particulier. Quelques auteurs tels que Gaudemar, considèrent ainsi que le paternalisme et l’Organisation Scientifique du Travail seraient compatibles (Gaudemar, 1991 : 66). On peut se demander, cependant, si cette compatibilité s’étendrait au panoptisme. En fait, pour que le panoptisme le soit strictement et de toutes pièces, il est nécessaire que l’espace du non-travail, la vie privée, soit aussi impliqué de façon à ce que le paternalisme apparaisse comme complémentaire de celui-ci. Au milieu de ces deux stratégies, en tout cas, se place l’espace, car le patron qui l’a façonné l’a conçu selon ses désirs.

2Mais l’usage qu’en font les ouvriers ne correspond pas toujours aux attentes. José Sierra a adapté à l’espace le concept thompsonien d’expérience, à l’origine lié au temps. D’après lui, les espaces peuvent devenir une chose propre aux usagers, qui les transforment en lieux, s’opposant ainsi aux conceptions des patrons (Sierra Álvarez, 2001-2002). C’est dans cette optique que s’inscrit notre analyse des formes de conflit parmi la population ouvrière d’Arnao.

  • 5 Entretien avec Víctor Muñiz Cires, ancien ouvrier propriétaire de magnifiques archives personnelles (...)
  • 6 Un casino, une équipe de football, un cinéma, une salle de danse, des lectures choisies... Tout cel (...)
  • 7 Entretien avec Víctor Muñiz Cires, 16-7-2004.
  • 8 Lettre du directeur Pedro Pascual de Uhagón à Louis Hauzeur, 28-10-1915, AHAZ, L 1006, p. 493-496

3Un élément fondamental de contrôle de l’espace est celui des accès au village, à la mine ou à l’usine métallurgique ; éléments qui se trouvent très proches les uns des autres. Le centre de la Compagnie Royale Asturienne des Mines (á partir d’ici RCAM) se trouve entre une montagne et la mer, et on est obligé d’y pénétrer par une route étroite qui le relie à la mairie et, de l’autre côté au sablier de Salinas, à travers un tunnel qui donne accès à l’usine et un autre qui va au village. C’est pour cela que l’entrée et la sortie étaient facilement contrôlées au moyen de garde-barrières ; l’entreprise d’autre part était propriétaire de pratiquement tout le terrain y compris la route. Les sentiers sinueux à travers la montagne étaient très utilisés, probablement pour éviter la surveillance constante5. La séquestration de la communauté pour avoir une garantie contre la présence d’éléments perturbateurs provenant de l’extérieur était complétée par l’investissement patronal dans les loisirs des employés, et, bien entendu, dans une éducation soignée destinée aux enfants, futurs employés de l’entreprise très probablement6. Il y eut cependant une certaine résistance à cette politique de loisirs, dont on peut relever comme la plus remarquable le remplacement des soirées dans le casino par des réunions spontanées sous le « réverbère » – le seul illuminé - dans le quartier d’Arancès7. La raison n’est pas difficile à comprendre : certains employés et leurs familles, les moins intégrés dans la culture de l’entreprise, se sentaient ainsi davantage maîtres de leur temps de loisir. La dernière pièce de ce puzzle était l’approvisionnement. C’est pour cela que fut créé un économat qui fournissait nourriture et vêtements aux employés et qui était considéré par l’entreprise, de la même façon que le logement, comme une manière de produire une bonne image, ou de retenir le montant des revenus et d’éviter par la même occasion que l’augmentation des salaires aboutisse dans les bistrots8.

  • 9 La RCAM se développe a partir de 1853, et on commence dès lors à bâtir des habitations (« Inventari (...)

4Dans le village, l’entreprise était pratiquement la seule à donner un logement, intéressée à la fois pour des raisons de quantité de main d’œuvre – le besoin de loger un effectif nombreux d’employés près de l’exploitation, dans un milieu rural offrant peu de possibilités de logement - et pour des raisons qualitatives – réduire la volatilité de ses travailleurs spécialisés grâce à la concession de cet avantage à prix modéré, ce qui favorisait la modération salariale. Une autre utilité du logement a été pour la RCMA le fait que par ses caractéristiques physiques bien étudiées (comme l’absence d’une étable utile pour le gros bétail) il était impossible pour les habitants l’entretien d’une exploitation agricole de dimensions convenables, dont les intérêts étaient souvent opposés à ceux des patrons (particulièrement à cause des absences à l’époque de la récolte ou des semailles). De plus, un certain degré de confort domestique pouvait contribuer à limiter d’autres formes de socialisation ouvrière moins structurées, car un mauvais logement pousse les habitants à développer une vie en dehors, dans les rues ou, encore pire, dans les bistrots, en contact étroit avec les voisins. Finalement, l’entreprise avait pleine conscience des possibilités d’utiliser idéologiquement la construction de logements pour ses ouvriers, en les montrant comme le résultat de la seule préoccupation pour leur bien-être ; et par conséquent créant un réflexe de gratitude favorable à une meilleure productivité sur divers plans. C’est-à-dire que l’on essaie de profiter de ce que Pierre Bourdieu dénomme « capital symbolique »9.

  • 10 Les pourcentages sur les sanctions sont élaborés à partir d’annotations de la « Libreta de castigos (...)

5Â l’usine l’objectif principal pour les ouvriers était, en tout cas, de réduire la durée de la journée de travail, et d’empêcher le contrôle sur les relations interpersonnelles. Les pénalités les plus fortes (31,34 % du total) s’appliquaient aux absences, sans doute en rapport avec les besoins des exploitations agricoles d’une grande partie du personnel. D’autres punitions étaient dues (26,49 %) à des abandons du poste de travail, pour lire, se reposer, bavarder, dormir, jouer, la non exécution du travail commandé ou une faible productivité. Mais il convient ne pas oublier qu’une partie de ces résistances (les conversations, les jeux, l’abandon du poste de travail ou le refus d’occuper le poste assigné) peuvent être interprétées aussi comme expression de l’intérêt du patron à limiter la socialisation des ouvriers. Il y avait aussi des punitions pour des motifs plutôt symboliques, comme les sifflements pendant le travail, qui seraient une façon de réaffirmer l’humanité de ceux que l’organisation patronale voulaient intégrer dans l’ensemble. C’est la même valeur symbolique qu’avait l’occupation de l’entreprise – la subversion la plus directe possible dans l’emploi de l’espace - dans les moments de conflit10.

6On peut conclure donc que la volonté de l’entreprise était de maîtriser tous les aspects de la vie des ouvriers pour les plier à sa convenance, même si ceux-ci ne se soumettaient pas toujours passivement à un tel programme.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

AGULHON Maurice, 1979, « Sociabilité populaire et sociabilité bourgeoise au XIXe siècle », dans G. POUJOL et R. LABOURIE (ed.), Les cultures populaires, Toulouse, Privat

BOURDIEU Pierre, 1977, Razones prácticas. Sobre la teoría de la acción, Barcelona, Anagrama

COLLECTIF, 1989, Jeremías Bentham. El panóptico, Madrid, Ediciones de la Piqueta

GARCIA LOPEZ María Esther, 2004, Las escuelas del Ave María de Arnao, Oviedo, Patronato Municipal de Cultura de Castrillón

GAUDEMAR Jean-Paul de, 1991, El orden y la producción, Madrid, Editorial Trotta

SIERRA ÁLVAREZ José, 1984, El obrero soñado. Ensayo sobre el paternalismo industrial (Asturias, 1860-1934), Madrid, Siglo XXI

—, 2001-2002, “Para una lectura histórico-social de la espacialidad obrera”, Studia Historica. Historia Contemporánea, vols. 19-20, p. 15-33

Notes

2 Les caractéristiques du charbon dans les Asturies rendent difficiles la mécanisation et la standardisation du travail. Sur le paternalisme, voir la caractérisation établie par Sierra Álvarez, 1984 :51-71.

3 Sur la sociabilité et le caractère facilement contrôlable de certaines expressions de sociabilité formelle apparemment populaires cf. Agulhon, 1979 : 90

4 Sur le concept de panoptisme, voir Collectif., Jeremías Bentham. El panóptico, 1989

5 Entretien avec Víctor Muñiz Cires, ancien ouvrier propriétaire de magnifiques archives personnelles sur la RCAM, 16-7-2004.

6 Un casino, une équipe de football, un cinéma, une salle de danse, des lectures choisies... Tout cela était approuvé par la revue franquiste Afán, n° 489 (17-7-1953) et critiqué dans les Cercles ouvriers : “¡Alerta, obreros de Arnao!”, vers 1930, AHAZ, s.n. Sur les écoles religieuses, cf. Garcia Lopez, 2004

7 Entretien avec Víctor Muñiz Cires, 16-7-2004.

8 Lettre du directeur Pedro Pascual de Uhagón à Louis Hauzeur, 28-10-1915, AHAZ, L 1006, p. 493-496

9 La RCAM se développe a partir de 1853, et on commence dès lors à bâtir des habitations (« Inventario » de 1855, AHAZ, L 2344). Sur les caractéristiques des maisons en rapport avec les travaux agricoles, voir entretien avec Victor Muñiz Cires, 16-7-2004. Dans une lettre du directeur à la « Gerencia » en 1913 (AHAZ, L 2004, p.346), est mis en évidence l’intérêt pour le contrôle des bistrots, à cause des bas rendements du travail et de la contamination du socialisme. La même lettre de 1911 met en évidence aussi l’intérêt d’exploiter la promotion immobilière (AHAZ, L 1003, p. 372-373). Sur le concept de « capital symbolique », voir Bourdieu, 1977

10 Les pourcentages sur les sanctions sont élaborés à partir d’annotations de la « Libreta de castigos 1944-1957 », Archivo Histórico de Asturiana de Zinc (AHAZ), 2576. On connaît au moins un cas d’occupation de l’usine par une lettre envoyée au directeur par un ouvrier qui demande sa réadmission en 1935 en alléguant sa non-participation à celle-ci.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540