Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stéréotypes culturels et constructions identitaires

 | 
Florent Kohler

La mine asturienne pendant le franquisme. L’image d’un métier dangereux

Carlos García Fernández

Note de l’auteur

Cette étude sommaire, comme d’autres travaux concernant l’industrie minière asturienne du charbon, a pu étre réalisée grâce à une bourse FICYT provenant des Fonds de Recherche Scientifique et Technologique de la Principauté des Asturies et grâce à la collaboration offerte par les Archives historiques de HUNOSA « Pozo Fondón » dans le cadre du Project/Contrat CN-03-065 avec l’Université d’Oviedo.

Texte intégral

1Il est rare que des individus isolés soient capables de modifier le cours des événements mais, réunis, ces mêmes individus possèdent un pouvoir très supérieur au simple amalgame de leurs capacités individuelles. Par ailleurs, n’importe quel ensemble de personnes regroupe dans son sein des individus très différents, mais l’Histoire est presque toujours expliquée par allusions à des actions de groupes de personnes apparemment homogènes. C’est pour cela qu’il peut parfois sembler que les classes sociales, les nations, les Eglises... ont leur propre volonté, en marge des volontés individuelles de leurs membres.

2L’unité d’action ou d’opinion dans un groupe ample d’individus peut naître autour de thèmes sur lesquels il n’y avait auparavant que peu de positions possibles. La répétition de ce phénomène dans le temps, autour de sujets divers, tant que les divergences naturelles qui naissent entre les membres d’un groupe n’en finissent pas avec sa cohésion, est un mystère qui demande explication. Il faut surtout expliquer les modes utilisés par certains types de groupes humains pour résoudre les problèmes que représentent, pour la cohérence interne et le fonctionnement du collectif, les traits particuliers divers (professionnels, socioculturels, etc.) des membres du groupe. Ces mécanismes mystérieux sont porteurs d’un intérêt particulier lorsqu’ils amènent ces individus très différents à se sentir fort différents de tous ceux qui ne font partie du groupe. Dans de telles situations on peut en arriver au point où les membres du groupe sont convaincus qu’il est impossible de choisir de faire partie d’un collectif et qu’ils contribuent, par la suite, consciemment ou inconsciemment, à reproduire le processus de conviction et d’annulation de la diversité qu’ils ont vécu.

3Les mineurs asturiens du charbon sont un sujet classique d’études historiques en Espagne. La participation de ce collectif à des processus révolutionnaires- c’est le cas en 1917 ou 1934 - et à de multiples mouvements de grèves, comme en 1962, montre son importance dans l’histoire contemporaine d’Espagne. Traditionnellement, les mineurs ont été observés en partant de la supposition qu’ils forment un bloc monolithique. Cependant il est possible de trouver des types humains très différents parmi les mineurs en se basant sur des critères tels que la catégorie professionnelle, l’âge, le lieu de résidence, l’éducation, la structure familiale, la possession ou non d’un patrimoine agricole, le fait d’être un travailleur issu de l’immigration ou d’être né dans la région, d’avoir des ancêtres qui étaient mineurs, etc.

4Quoiqu’il en soit, ce collectif (les mineurs du charbon), né pour de raisons économiques ou fruit du hasard, a manifesté, pour un regard extérieur, une homogénéité surprenante pendant les cent dernières années. Cette unité dans l’action se retrouve surtout dans le trajet politique des mineurs et laisse entendre que leur inclusion, par hasard ou non, dans une politique concrète, a été la cause fondamentale de leur différenciation comme groupe. En d’autres occasions, Ton a recours à des explications de type socioéconomique qui se centrent sur les modifications milieu rural avec l’arrivée d’un processus de changement dans tous les domaines (économique, social, mental) tel que l’industrialisation.

5Mais sans entrer dans ces polémiques, il est défendu ici que la construction d’un groupe humain – que cette construction repose ou non sur une base préalable objective - a quelques composants qui n’ont rien à voir avec l’économie ou la dynamique sociale, ni non plus avec des mécanismes idéologiques (fondamentalement liés à des intérêts politiques concrets). L’on défendra que tout ce qui a été dit demande une implication dans des processus éminemment culturels et des mécanismes qui échappent à ce qui est explicite. C’est ainsi que des questions telles que les règles de sociabilité d’un collectif peuvent aider à la cristallisation d’une solidarité intense à partir de laquelle se construit une communauté dans le réseau d’échange et de relation. Il en va de même pour l’utilisation de symboles.

  • 2 En marge des images historiographiques – très centrées sur la figure du mineur syndicaliste - la li (...)

6Ce qu’il faudra souligner ici c’est la création de stéréotypes sur une communauté au moyen d’une double intervention. D’une part, les mineurs se sont identifiés à une série de lieux communs – avec ou sans toile de fond sociale - qu’ils ont contribué à reproduire dans le temps envers les nouveaux membres du groupe. D’autre part, il y eut aussi des tentatives, depuis l’extérieur, pour réduire les mineurs à une série d’archétypes.2 Ces visions stéréotypées du collectif ont varié avec le temps mais nous pouvons encore détecter une série de constantes, en particulier le courage du mineur au moment d’affronter un travail très dangereux.

7Qu’y a-t-il donc derrière la mystique du danger dans la mine ? Dans la pratique, pour l’industrie minière asturienne, les principales tragédies ont été celles du puits Maria Luisa en 1949 avec un bilan de 17 morts causées par un coup de grisou alors que la pire tragédie - causée par un autre motif- eut lieu dans une exploitation minière de Aller en 1889.

  • 3 Toutes ces données y compris celles faisant référence à Mieres sont extraites de l’œuvre de Muñiz P (...)

8La première statistique d’accidents dans les mines en Espagne paraît en 1869 et s’appuie sur des données vieilles de deux ans (Santullano, 1978 : 137). Le bilan était de 8 morts sur 4.750 travailleurs mais il y a beaucoup de doutes au sujet de ces données dans lesquelles la mortalité annuelle n’atteignait pas 1,7 sur mille. En ce qui concerne les Asturies nous avons en 1880 un calcul de la proportion de morts dans les mines qui situe la zone de Mieres à 5 décès annuels pour 1000 travailleurs3. En 1908, pour tout le territoire espagnol – sur une population de 54143 mineurs - il y eut 275 morts (soit plus de 5 morts pour mille travailleurs) et 453 blessés graves (Marvá, 1910 : 110). Pour le cas asturien, au début du XIX siècle, nous savons qu’en 1909 il y eut 49 morts dans toutes les autres mines asturiennes (idem : 112), ce qui nous permet de proposer une estimation d’environ 5 morts pour mille par an ; si nous tenons compte du degré de données non révélées à l’époque, il est très possible que le chiffre soit supérieur. Plus tard, dans la commune de Laviana – aux Asturies - entre les années 1916 et 1925 et sur une population légèrement supérieure à 17.000 travailleurs de la mine les chiffres officiels font était de 71 morts, soit 4,23 morts pour mille (Jove y Canella, 1927 : 129). En 1917 l’on parlait d’une proportion de 4 morts pour mille, de 15 invalides pour mille, et de 30 blessés pour mille (Cabiedes, 1987 : 311). Tout cela nous donne des chiffres concordant avec la source d’information antérieure.

  • 4 Sen Rodríguez (1988) étudie la mortalité au travail dans les mines du charbon dans le León entre le (...)
  • 5 Une étude excellente sur des statistiques d’accidents, réalisée par Manuel Suárez Fernández pour l’ (...)

9A partir de ces dates la mortalité dans la mine, toujours très élevée à l’époque, n’a cessé de diminuer et s’est située autour de deux pour mille jusqu’aux années 504 où le déclin de l’activité a entraîné la chute régulière – jusqu’à nos jours- de la moyenne de catastrophes dans le métier, exception faite de quelques accidents mortels qui à eux seuls pouvaient augmenter d’une manière ponctuelle les statistiques5.

10En prenant cette réalité comme base, les mineurs, conscients de la mystique de leur travail, ont toujours revendiqué le caractère supposé terriblement dangereux de leur travail même si avec le temps ce caractère a diminué dans les pays de l’Europe occidentale jusqu’à des paramètres plus ou moins normaux et parfaitement assimilables à d’autres professions moins auréolées d’héroïsme comme celles d’ouvrier du bâtiment ou de pêcheur.

  • 6 Au XIX siècle, l’emploi de main-d’œuvre féminine était fréquent dans les mines. Interdit au début d (...)

11Par ailleurs, on oublie systématiquement que dans l’industrie minière, à l’époque où elle était la plus dangereuse car non réglementée (au XIXe) ou dans les années 40 du XXe siècle, des femmes travaillaient dans beaucoup d’exploitations marginales et qu’elles aussi ont souffert d’accidents mortels6.

  • 7 A la différence d’autres zones semblables mais avec de nombreux puits miniers (où une explosion ou (...)

12Plus encore, la profession minière asturienne ne présente pas de grandes catastrophes dans son histoire – qui sont celles qui élèvent massivement les chiffres statistiques à ce sujet – grâce au faible nombre de puits miniers (lieu plus favorable aux grandes catastrophes minières). Les Asturies s’étaient orientées (pour des raisons économiques et géologiques) vers une industrie minière atomisée qui, sans l’avoir recherché, minimisait les risques potentiels en cas de catastrophe7. Les morts de la profession minière asturienne sont plutôt la conséquence d’une accumulation continue de petits sinistres, normalement isolés, et du grand nombre de travailleurs employés en raison d’une productivité et des investissements de capitaux faibles, caractéristiques de l’industrie minière asturienne.

13Face à tout cela, les mineurs ont été moins intéressés par la diffusion de la situation sanitaire de l’entreprise dans l’industrie minière. De fait, dans les industries minières où la mortalité due aux catastrophes n’est pas exceptionnellement élevée, comme c’est le cas dans les Asturies, ce sont les maladies professionnelles qui sont les grands maux et qui font la différence entre le travail dans la mine et n’importe quel autre métier. L’incidence de ces maladies était effroyable, avant la mise en œuvre de la part de l’Etat d’une politique de couverture sociale, ce qui s’est produit il y a tout juste quelques décennies. Mais contrairement à ce qui s’est passé avec les sinistres, ce fait n’a pratiquement jamais été exploité pour la revendication ou la propagande par le collectif de la mine, peut-être en raison de la moindre « héroïcité » de ce type de situation.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ÁLVAREZ JUNCO José, 1987, « El minero como creación literaria », in FERNÁNDEZ VILLA José Ángel, Mineros sindicalismo y política, Oviedo, Fundación José Barreiro, p. 429-439

CABIEDES Laura, 1987, « Productividad y seguridad en las minas », in FERNÁNDEZ VILLA José Ángel, Mineros sindicalismo y política, Oviedo, Fundación José Barreño

CORRAL FERNÁNDEZ Antonio, GARNACHO ESCAYO Montserrat, 1985, Hombres y carbón, Barcelona, Eds. 505

DELMIRO COTO Benigno, 1993, El trabajo en las minas y su representación en la literatura, Madrid, Akal

GARCÍA PIÑEIRO Ramón, 1990, Los mineros asturianos bajo el franquismo, (1937-1962), Madrid, Fundación 1° de Mayo

GIL Y MAESTRE Α, DE CORTAZAR D., 1910, « Historia del alumbrado en las excavaciones subterráneas », in MARVÁ José, El trabajo en las minas, Madrid, Instituto de Reformas Sociales

JOVE Y CANELLA José Ma, 1927, Topografía médica de Laviana, Madrid, Cosano

MADRID Juan Carlos de la, 2001, « Imágenes en movimiento de los mineros asturianos », Sociología del Trabajo, n° 42, Primavera, p. 65-93

MUÑIZ PRADA Nicanor, 1885, Apuntes para la topografía médica del concejo de Mieres y de su comarca minera, Oviedo

SÁENZ DE SANTA MARÍA José Antonio et. al., 2000, Asturias y la mina, Gijón, Trea

SANTULLANO Gabriel, 1978, Historia de la minería asturiana, Salinas, Ayalga

SEN RODRÍGUEZ Luis Carlos, 1988, La minería leonesa durante la Segunda República (1931-1936). Variables económicas y sociales. León, Ediciones leonesas

Notes

2 En marge des images historiographiques – très centrées sur la figure du mineur syndicaliste - la littérature, la peinture, le cinéma ou la télévision ont contribué à diffuser, y compris parmi les mineurs eux-mêmes, une image topique, codifiée et intéressée, changeante selon les époques, du mineur et de son monde. Sur le mineur dans la littérature, cf. Àlvarez Junco, 1987 ; Delmiro Coto, 1993. Juan Carlos de la Madrid (2001) traite de la formation des stéréotypes sur le mineur et l’industrie de la mine en général, au cinéma. Quant aux autres arts comme la peinture ou la sculpture et même pour l’image du mineur dans la télévision publique en Espagne voir Sáenz de Santa María et. al., 2000.

3 Toutes ces données y compris celles faisant référence à Mieres sont extraites de l’œuvre de Muñiz Prada (1885 : 120) et sont reprises d’un travail de A. Gil y Maestre et D. De Cortázar, “Historia del alumbrado en las excavaciones subterráneas”. D’après cette étude, la proportion de morts dans les mines de charbon pour 100 travailleurs en 1880 serait, en Allemagne de 1,89 ; en Belgique de 2,80 ; en France de 3,10 ; aux U.S.A de 3,20 ; en Angleterre de 4,50 et à Mieres de 0,50 (chiffre surprenant qui doit être contemplé avec prudence car, pour commencer, la comparaison se fait entre données de moyennes de pays entiers et une commune asturienne ce qui ne nous permet même pas d’apprécier le caractère dangereux de l’industrie minière asturienne de l’époque dans son ensemble).

4 Sen Rodríguez (1988) étudie la mortalité au travail dans les mines du charbon dans le León entre les années 1931 et 1935. Quant à García Piñeiro (1990 : 98), prenant comme base des chiffres recueillis par la Direction Générale des Mines et Combustibles du Ministère de l’Economie et de l’Industrie de l’époque, il propose la statistique des sinistres dans les mines aux Asturies pour les années 41 à 59.

5 Une étude excellente sur des statistiques d’accidents, réalisée par Manuel Suárez Fernández pour l’œuvre collective de Sáenz de Santa Maria et al. (2000), recouvre précisément une grande partie de la période qui fait le lien entre la situation actuelle et l’antérieure. Elle couvre les années 1983 à 1999.

6 Au XIX siècle, l’emploi de main-d’œuvre féminine était fréquent dans les mines. Interdit au début du XX siècle, cet emploi allait reprendre pendant les premières années du franquisme. En marge des règlements du travail de 1942 qui imposait que les femmes devaient abandonner leur emploi si elles se mariaient ou du Décret du 26 juillet 1957 sur les travaux interdits aux femmes et enfants ou encore de la Loi des Droits Politiques, Professionnels de la femme de 1961, L’on peut trouver des femmes travaillant dans des mines de montagne (Corral Fernández & Gamacho Escayo (1985 : 94) citent quelques cas). Et il est évident qu’il est possible que certaines aient souffert d’accidents mortels en travaillant à l’intérieur des petites mines ou à l’extérieur de la mine. C’est ainsi qu’à titre personnel, j’ai trouvé des références de plusieurs cas pendant mon travail sur les archives, comme celui de Angeles Arizabalaga morte dans l’exploitation de Juan García Arguelles en décembre 1955, ou celui de Esther García Pérez, travailleuse de la Fábrica de Mieres, morte à une date récente, en 1965. Et nous devons supposer qu’étant donné le caractère normalement illégal du travail de la femme dans les mines, la plupart des cas n’étaient pas déclarés.

7 A la différence d’autres zones semblables mais avec de nombreux puits miniers (où une explosion ou un éboulement condamnaient un grand nombre de travailleurs s’il avait lieu à une profondeur importante) comme au Pays de Galles où moururent 148 travailleurs lors de deux catastrophes en 1892, 276 à Cilfynydd en 1894, 78 morts à Senghenydd en 1901, 439 morts à Nghenydd en 1913, etc.

Auteur

Université d’Oviedo

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable