Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stéréotypes culturels et constructions identitaires

 | 
Florent Kohler

La construction sociale de la peur parmi les mineurs asturiens. La deuxième moitié du XXe siècle

Jorge Uria

Texte intégral

1La notion de peur n’a pas de profil assez net dans les sciences sociales. Contrairement à ce qui arrive dans des domaines comme celui de la psychologie individuelle – où des manifestations pathologiques tels que la phobie ou la panique sont bien établies -, en sociologie ou en anthropologie on peut difficilement citer des œuvres de référence solides ou des lignes de débat consistantes dans ce domaine.

2Pendant le régime du général Franco, cette association de la mine à la peur est à peine ébauchée dans le cadre de la forte répression des mouvements comme celui des grèves de 1962, ou bien quand on tient compte des difficiles conditions de travail à l’intérieur des puits. Bien au contraire, l’image du mineur est généralement à l’opposé, jusqu’au point de dessiner un vrai stéréotype de vaillance, de courage et valeur presque téméraires, qui restent subjacents et accompagne indéfectiblement son prestige à l’intérieur du mouvement ouvrier ; et qui contribue à renforcer la vision d’un collectif combattant, tenace dans ses demandes, et avec la détermination suffisante pour être à la tête, si se produit l’occasion, d’une sortie insurrectionnelle ou révolutionnaire pour les tensions sociales. (Delmiro del Coto, 2003 ; Erice, 2002)

3L’image du mineur comme type courageux se transmet, invariablement, à travers la création littéraire jusqu’à déboucher sur un lieu commun très fréquent qui, d’un point de vue esthétique, a suscité qui plus est des créations d’une remarquable qualité. La recherche ethnolinguistique ou le folklore, à leur tour, renforcent le stéréotype avec leur travail de champ, par leurs enquêtes sur le vocabulaire spécifique du métier, ou grâce aux images issues de la littérature populaire. Même l’histoire sociale et politique du métier, enfin, avec des épisodes renommés comme la Grève Générale de 1917, l’Octobre révolutionnaire asturien de 1934 ou la Grève de 1962 nourrissent avec des faits la preuve de ce courage dans sa praxis sociale en tant que collectif. Dans le même sens, la police partage une vision similaire sur le courage des militants. (García García, 1997 ; 1994)

  • 1 Les conclusions concernant les auto-mutilations sont basées sur les données des différentes infirm (...)

4Même si le stéréotype est persistant et puissant on peut argumenter, de façon concluante, que cette image coexiste avec la réalité incontestable de son contraire, celle de la peur, à travers les traces abondantes qui imprègnent la vie quotidienne. En fait, dans le quotidien du langage du travail, par exemple, l’étude ethnolinguistique montre des remplacements curieux des salutations par des codes de prudence, et parfois le « salut, bonjour, ça va ?... » apparaît remplacé par un « quoi de neuf ? » ou « bonne chance ! ». Dans le temps social du travail, l’exercice du métier est accompagné de tension et solennité. La descente dans une obscurité totale à l’intérieur de la jaula (la cage, soit l’étroit ascenseur) est souvent silencieuse et il n’y a pas de plaisanteries ou d’histoires drôles comme on peut l’observer parfois, dans d’autres métiers, quand la journée commence ; l’extraction du charbon, d’ailleurs, se développe habituellement dans une ambiance de cordialité et une harmonie remarquables ; cela donne une forte cohésion au groupe malgré parfois les disputes, surtout avec les supérieurs, qui peuvent provoquer des conflits d’une certaine violence à propos de questions importantes – les résultats de productivité, l’évaluation des travaux au forfait, le respect des règles de la discipline, par exemple. En réalité, au long des années 40, 50 et 60, des conflits disciplinaires de cette sorte, jalonnent constamment le quotidien du travail du mineur. Mais dans l’exercice du métier, la manifestation probablement la plus dramatique de la peur est constituée par les automutilations. Un examen détaillé de la documentation d’infirmerie de ces mêmes années nous montre un degré considérable de violence sur soi-même exercée de la part des mineurs afin, le cas échéant, d’éviter par tous les moyens la descente dans la mine, parfois en recourant à l’auto-mutilation spectaculaire aux extrémités. On voit consigné par exemple le cas d’ouvriers dont d’énormes lambeaux de peau et de muscle avaient été arrachés, blessures provoquées par des techniques suffisamment élaborées pour éviter la détection par les services sanitaires. La peur éclate enfin de façon évidente dans les cas d’accidents et de mort : il règne un silence absolu parmi la foule qui attend la remontée des cadavres à l’entrée de la mine.1

5Bien que du point de vue individuel les réactions devant la peur sont partagées par d’autres collectivités de travailleurs – tout comme d’autres caractéristiques collectives - il est certain que la répétition et l’intensité de celles-ci, et son importante signification parmi les mineurs, nous oblige à un examen de ces images alternatives de courage et de peur comme étant caractéristique de la collectivité des travailleurs de la mine. Les raisons profondes de ce type de comportement, en fait, nous renvoient nécessairement au métier ; une catégorie peu travaillée depuis l’historiographie espagnole jusqu’à ces derniers temps.

6Traditionnellement on insiste chez les mineurs et dans leur environnement social proche (celui des vallées minières) sur le caractère dangereux du métier, ce qui fait que la peur, ainsi considérée, soit une sorte de réponse presque naturelle aux dures conditions de travail. Cependant il n’y a pas vraiment de différences remarquables par rapport aux niveaux d’accidents de travail d’autres métiers, comme ceux du bâtiment et chantiers publics, dans lesquels ces images de vaillance presque épique ne sont pas présentes. La différence ne se situe donc pas dans le niveau réel de risque mais dans sa perception sociale ; et surtout, dans l’image de la possibilité de la mort à l’intérieur de la mine - l’une des plus terribles, générant une peur permanente à travers l’histoire de l’humanité : celle de rester enseveli vivant. La panique devant cette possibilité est évidente, en effet, dans la littérature populaire de la région, de même que dans la création littéraire générale – comme il arrive avec le thème de Dracula - et même dans la conduite craintive des ouvriers ; il apparaît ainsi que le premier élément de refus du métier dans les années 40 et 50 était bien cette peur spécifique.

7Le courage, d’une part, mais aussi la solidarité et la cohésion interne du groupe dans le métier, ont été parmi les réponses traditionnelles à l’éventualité d’affronter le péril. La vaillance est codifiée au moyen de rituels téméraires qui, sur le plan linguistique, provoquent une rupture des conventions d’ordre familial, religieux ou encore l’honorabilité sexuelle ou ethnique des individus ; c’est en ce sens il faudrait interpréter aussi bien le blasphème que l’insulte, connus assez largement dans d’autres groupes sociaux ; mais jamais avec l’intensité, la fréquence ni même l’inopportunité présentes dans le discours des travailleurs de la mine. L’irrespect, y compris celui de l’ordre social en général, qu’on manifeste par ces pratiques est, en même temps, un élément de cohésion interne du collectif de la mine face à d’autres alternatives d’ordre social ou de cohésion du groupe.

  • 2 Sur les vocabulaires des mineurs voir C. Rubín, 1985.

8C’est ce qui constitue une solidarité interne qui se manifeste par des renforcements de l’identité de genre, très forte dans un collectif masculin comme celui des mineurs : c’est ainsi que les images de masculinité et le refus de la féminité dans le lexique vont devenir un lieu commun. Il n’est pas rare enfin que la solidarité, faisant partie du noyau fondamental du métier, soit présente dans les relations de travail et nous montre une typologie de conflits qui, dans les moments de généralisation dans le collectif, prenne des caractéristiques singulières de cohésion, de détermination et d’unité interne. La peur du mineur, de cette façon, est indispensable pour que la vaillance devienne l’élément nécessaire qui la vaincra et pour que la solidarité et la cohésion interne se consolident comme traits singuliers de la mine2.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

DELMIRO DEL COTO Β., 2003, Literatura y minas en la España de los siglos XIX y XX, Gijón, Trea

ERICE F., 2002, “Entre el mito y la memoria histórica: las huelgas de 1962 y la tradición épica de la Asturias roja”, in VEGA R. (coord.), Las huelgas de 1962 en Asturias, Gijón, Trea

GARCÍA GARCÍA J. L., 1997, “Utilización diferencial del leguaje en distintos contextos de identidad”, in RODRÍGUEZ CAMPOS J. (Ed.), Las lenguas y las identidades, Santiago de Compostela, Universidad

—, 1994, “Mineros, conflictos y violencia”, dans FIDALGO J. Α., SIMAL X. (eds.), La cultura de la violencia. Cuadernos do Laboratoiro Ourensán de Antropoloxía social, 4

RUBIN C., 1985, Diccionario minero-astur, Oviedo, RIDEA

Notes

1 Les conclusions concernant les auto-mutilations sont basées sur les données des différentes infirmeries consignées dans les Archives d’HUNOSA.

2 Sur les vocabulaires des mineurs voir C. Rubín, 1985.

Auteur

Université d’Oviedo

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable