Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stéréotypes culturels et constructions identitaires

 | 
Florent Kohler

Stéréotypes galiciens dans Los Pazos de Ulloa d’Emilia Pardo Bazán

Virginie Prioux

Texte intégral

1Lorsqu’elle écrit Los Pazos de Ulloa en 1886, Pardo Bazán se trouve du point de vue de son esthétique littéraire au confluent de deux inspirations : le naturalisme et le régionalisme, et c’est en tant que confrontation de ces deux esthétiques qu’il convient de lire ce roman si singulier. Au cœur d’un scandale qui débuta trois ans auparavant avec la publication de La Cuestión palpitante et La Tribuna, Pardo Bazán ressent le besoin de se tourner vers ses racines afin de s’exprimer non en tant que disciple plus ou moins avouée du naturalisme français, mais en tant qu’espagnole et plus précisément en tant que galicienne. En effet, dès 1884, commence un cycle galicien de quatre ouvrages : Bucólica, El cisne de Vilamorta, Los Pazos de Ulloa et La Madre naturaleza. Par la tension dramatique qui le sous-tend et la richesse de l’inspiration régionale, Los Pazos de Ulloa a dès sa publication était considéré comme l’œuvre majeure de Pardo Bazán. On y retrouve en effet sa passion pour sa région natale et une volonté de réalisme propre à la nouvelle écriture qu’elle défend. Peut-on pour autant parler de « roman galicien » ?

2Ce terme serait à la fois réducteur et impropre puisque, tout en mettant la Galice au cœur du roman, elle n’écrit pas en galicien mais en castillan, ce qui peut sembler paradoxal au premier abord. Ce choix du castillan pourrait d’ailleurs être controversé dans la mesure où la place de la Galice serait d’autant plus importante que la langue elle-même refléterait cette province si particulière ; choisir le castillan est donc une prise de position en soi puisqu’à la vraisemblance linguistique, Pardo Bazán préfère une langue qui assure une plus grande diffusion de son œuvre. Teinté de provincialisme et d’idiolectes locaux, le roman se veut réaliste tout en conservant la possibilité d’être compris de tous. Il ne s’agit pas d’un roman galicien en tant qu’œuvre destinée à la Galice, mais d’un roman avant tout espagnol qui affirme l’identité d’une province mise à mal dans le contexte économique et politique de la fin du XIXème siècle.

  • 1 Les stéréotypes négatifs concernant la Galice ont surtout été véhiculés par la littérature, et ont (...)

3C’est en effet sous le poids d’un rejet social et culturel que la Galice tente ici de s’affirmer dans la littérature et dans la société. Les origines celtes de cette province se heurtent aux origines latines de la majeure partie de la péninsule ; sa langue, ses activités rurales, ses coutumes et ses croyances en font une région ouvertement critiquée. Dès le Moyen-âge, la Galice apparaît en littérature comme l’image de la brutalité, de l’ivrognerie et d’une culture arriérée1 ; elle devient un véritable cliché dans lequel évoluent des personnages archétypaux récurrents. Ainsi, parler de stéréotypie galicienne en littérature n’a rien de nouveau en soi, en revanche, c’est l’usage de stéréotypes par un auteur lui-même galicien qui contraste avec cette tradition littéraire.

  • 2 Ces intellectuels s’organisaient autour de l’Academia Literaria de Saint-Jacques de Compostelle. Vo (...)

4Le XIXème siècle s’éloigne en effet d’une présentation faite d’idées reçues pour s’orienter vers de véritables études sociopolitiques ; il faut attendre les années 1840 pour que les premiers intellectuels galiciens commencent à se pencher sur les problèmes politiques et économiques de leur province2. Issue d’études historiques et politiques, la présentation de la Galice entre avec Los Pazos de Ulloa dans l’univers romanesque. Est-ce à dire pour autant que Pardo Bazán abandonne tous les clichés négatifs véhiculés pendant des siècles ? Non, bien au contraire, elle se refuse à nier tous les stéréotypes propres à la Galice pour en faire une image idyllique ; elle les réutilise, les adapte à l’univers romanesque pour en faire ressortir tous les traits, bons ou mauvais, que la nature lui a conférés. L’image de la Galice telle qu’elle est présentée dans le roman est donc construite autour de ces stéréotypes, de ces idées reçues, voire de ces clichés que Pardo Bazán se plait à reprendre puisqu’ils font finalement partie de l’identité galicienne. Or, c’est bien cette identité qui est au cœur du roman ; le personnage principal n’est pas le chapelain Julián, le marquis ni même Nucha comme il serait tentant de le croire au premier abord ; non, la véritable héroïne du roman qui est à lire en filigrane de la première à la dernière page est bien la Galice, et tous les personnages que le lecteur croise au fil des chapitres n’en sont que les reflets. Telles des créatures modelées par leur milieu, les personnages romanesques ne sont que l’image de la province, de son décor rural, de ses mentalités étroites et de ses croyances superstitieuses.

5Afin de comprendre la place octroyée à la Galice dans le roman, il est donc d’abord nécessaire d’expliciter les nombreuses références faites à cette province, qu’il s’agisse de galicianismes ou de descriptions des décors environnant les pazos. Face aux clichés si ancrés dans les mentalités espagnoles du XIXème siècle, Pardo Bazán crée donc une œuvre de fiction dans laquelle elle s’efforce non pas de les rejeter, mais au contraire de s’en servir afin de mettre l’accent sur la nature animale de cette province encore sauvage. C’est bien une volonté d’affirmer une identité galicienne qui meut tout l’ouvrage, non seulement une identité sociale et culturelle au sein de l’Espagne qui rejette cette terre excentrée, mais aussi une identité littéraire pour cette auteur de La Corogne, qui en tant que naturaliste qui a choqué par ses écrits mais aussi en tant que femme a besoin de se replonger dans ses véritables racines pour s’affirmer avec force.

Stéréotypes d’une province

6Certes Pardo Bazán ne choisit pas d’écrire l’intégralité de son œuvre en galicien mais elle dissémine dans son roman nombre de provincialismes, afin non seulement de renforcer l’effet de réel mais aussi de mieux ancrer les personnages dans les traditions locales. Apparaissent donc des habitudes langagières propres à la Galice comme l’usage de diminutifs par exemple – ainsi aux pazos la vielle femme souhaite-t-elle « buenas nochiñas » à Julián – ou bien des termes affectifs tels « nene » ou « nena » fréquemment employés pour désigner les jeunes enfants. Toutefois, les galicianismes les plus fréquents se rapportent bien souvent à l’univers rural et au monde agricole : les horreos, ses greniers typiquement galiciens montés sur les pilotis en granit sont mis en relief lors de l’énumération des dépendances des pazos, de même, la description de la tenue paysanne insiste sur le tablier traditionnel qui recouvrait entièrement la jupe, quant aux asturuxos, cris gutturaux et aigus, ils font référence à la coutume qui consistait les nuits de fête à crier dans les champs. Ces termes si spécifiques à la culture galicienne participent donc à la création de l’univers que découvre Julián. Ainsi, les termes désignant les éléments typiques du décor rural, les accessoires des costumes traditionnels ou les coutumes locales sont des provincialismes.

7Deux noms propres, le Tostado et le Borde, désignant deux vins galiciens, insistent également sur cet ancrage culturel ; Pardo Bazán évoque ainsi la gastronomie locale et la valeur de ces produits :

Vous allez boire le meilleur Tostado que l’on récolte par ici ... Il vient de la maison de Molende ; le bruit court qu’ils ont un secret pour que leur vin, sans perdre la saveur du raisin sec, n’écœure pas et soit comparable au meilleur Xérès... plus il vieillit, plus il se bonifie, il n’est pas comme celui des autres chais qui devient sirupeux. (1990 : 32)

En bas, à la cuisine, Primitivo régalait ses gens avec du gros rouge de Borde, des tourtes à la morue et des grandes platées de choux au lard. (1990 : 271)

8L’auteur choisit donc des galicianismes lorsqu’elle veut désigner tout ce qui ne peut finalement pas se traduire par un terme castillan.

9Les passages descriptifs des paysages, relativement peu nombreux, mettent également en relief les décors si particuliers de la Galice. Les toponymes de la première page du roman, « Santiago » et « Orense », insistent dès le début sur la géographie de cette province qui, par la raideur même de ses pentes, accueille bien mal le chapelain Julián, annonçant ainsi la suite de ses déboires.

10C’est dans la description de la campagne aux environs des pazos que la Galice semble la plus belle ; dans un tableau proche de la technique impressionniste, fait de touches de couleurs et de lumière, Pardo Bazán présente la nature galicienne dans toute sa pureté :

Ce que la vue embrassait le laissa sous le charme : la vallée s’élevait en pente douce, étalant face aux pazos toute la luxuriance de son versant le plus fertile. Des vignes, des châtaigneraies, des champs de maïs en épis ou déjà récoltés et des rouvraies touffues s’échelonnaient, grimpaient jusqu’à une collinette dont le flanc gris sous le soleil avait des reflets d’un blanc plombé. Au pied même de la tour, le jardin des pazos ressemblait à un tapis vert frangé de jaune au centre duquel était enchâssé un grand miroir circulaire, la surface de la pièce d’eau. L’air vivifiant, riche en oxygène, pénétrait dans les poumons de Julián qui sentit se dissiper soudain une partie de la terreur diffuse que lui inspirait la grande gentilhommière et ce qu’il avait vu de ses habitants. (1990 :40)

11Cette dernière phrase est très révélatrice du paysage galicien dans le roman : il provoque tour à tour admiration et inquiétude, sérénité et angoisse. Deux éléments symboliques récurrents dans le roman expriment cette ambivalence : d’une part l’allusion constante à un riche passé déchu qui met l’accent sur la médiocrité présente. Il est en cela possible que Pardo Bazán ait une certaine nostalgie pour toutes les riches demeures séculaires qui jalonnaient la campagne galicienne, ces vastes propriétés qui étaient encore au XVIIIème des symboles de grandeur et de puissance pour les riches propriétaires terriens, et qui à la fin du XIXème siècle sont réduites à l’état de ruines comme les pazos de Limioso :

D’assez près, le pazo de Limioso semblait inhabité, ce qui augmentait encore l’impression mélancolique que produisait son colombier démantelé. De toutes parts, on voyait des indices d’abandon et de ruine ; les orties avaient envahi une sorte de rond-point ou de cour d’entrée ; les vitres ne faisaient pas défaut aux fenêtres, pour la bonne raison que les châssis n’existaient plus et l’on voyait même pendre, tout tordu, un volet en bois arraché de ses gonds, tel un lambeau de tissu sur un vêtement usé. (1990 : 176)

12A la beauté passée succède l’inquiétude provoquée par ses ruines, symboles d’un âge d’or révolu.

13D’autre part, le second élément du décor récurrent dans tout le roman est la croix qui marque la croisée des chemins. Point de repère pour Julián lorsqu’il arrive, le calvaire réapparaît à de multiples reprises dans le texte, notamment lorsque le chapelain devient la cible du fusil de Primitivo dans les bois de Rendas. Ce détail du décor n’est pas anodin, non seulement il rappelle la ferveur catholique de la province, mais sur un plan plus symbolique il apparaît chaque fois que les personnages se sentent perdus physiquement ou moralement. Cette croix noire à la fois rassurante et inquiétante s’inscrit donc parfaitement dans l’ambiguïté du paysage.

14Le paysage galicien dans Los Pazos de Ulloa est un paysage rural ; seule la visite du marquis chez son oncle de la Lage permet une rapide mention de la ville. De là, naît une véritable dichotomie entre la vie raffinée de Compostelle, son éclairage public, ses spectacles, la bonne éducation des filles de la Lage, et la vie rustique campagnarde, la grossièreté du marquis, son manque de culture et son esprit rustre :

Certes Saint-Jacques possédait trois édifices spacieux, la cathédrale, le Consistoire, Saint-Martin ... mais on y rencontrait, de l’avis du marquis, des œuvres d’art vantées bien à tort, le Porche de la Gloire de la cathédrale par exemple ! Rien que des saints mal bâtis et des saintes maigrichonnes sans formes humaines. (1990 :117)

  • 3 Apparaît ici le stéréotype de l’architecture des pazos galiciens qui peut sembler manquer d’éléganc (...)

15De là naît le contraste avec la vieille bâtisse des pazos, « ce grand édifice rectangulaire flanqué de tours »3, qui semble tellement appartenir au passé qu’il apparaît en rêve à Julián sous la forme d’un véritable château fort sorti du Moyen Age :

Sans cesser d’être lui-même, le bâtiment avait changé de forme : le jardin avec ses buis et sa pièce d’eau était devenu un fossé large et profond, des meurtrières perçaient les murs massifs qui étaient couronnés de créneaux ; le portail s’était changé en pont-levis doté de chaînes grinçantes. En somme, c’était un vrai château féodal auquel il ne manquait même pas la touche romantique : l’étendard des Moscoso flottant sur le donjon. (1990 : 227)

16Si la bâtisse semble vue de l’extérieur l’archétype de la grossièreté architecturale, elle semble tout aussi archaïque vue de l’intérieur. C’est un véritable tableau en clair-obscur que réalise Pardo Bazán lors de la description de la cuisine. Dans cette pièce rien ne semble avoir changé depuis le Moyen Age, les gens comme les objets semblent figés à jamais.

17Paysans, bâtisses et paysages sont donc bien présentés comme de véritables stéréotypes, mais au-delà de leur valeur descriptive qui confère au roman un plus grand réalisme, se donne à lire toute leur valeur symbolique. Pardo Bazán a très vite adhéré à la théorie de l’influence du milieu que Zola expose dans Le Roman expérimental et qu’il adopte dans chacun de ses romans ; or, dans Los Pazos de Ulloa, l’auteur recrée un milieu archétypal de la campagne galicienne en y accentuant à la fois la beauté naturelle et l’inquiétante sauvagerie afin de faire de la Nature l’acteur central du roman.

18Cette Galice présentée à la fois comme l’image d’une campagne magnifique et comme un décor des plus préoccupants, s’inscrit par son ambiguïté même dans toute la lignée des œuvres littéraires qui lui ont été consacrées. Objet de fascination, de légendes et d’idées reçues, cette province a en effet suscité dès le Moyen Age de nombreuses pages dans la littérature espagnole.

La Galice face aux idées reçues

  • 4 « Les stéréotypes se caractérisent par leur stabilité : par définition, leur vie s’étend sur une ou (...)
  • 5 Comme le fait remarquer J. Leyens, les clichés négatifs sont les plus ancrés dans les mentalités. « (...)

19L’image péjorative de la Galice est un topique dans les mentalités et les écrits espagnols depuis des siècles4. Souvent assimilé au portugais, le galicien est l’image d’un ivrogne, sauvage, fainéant et sans aucune culture5. Cette idée perdure dans les esprits encore au XIXème siècle dans la mesure où cette province est très en retard sur les plans culturel et économique. Rejetée par l’Etat espagnol, bien souvent raillée par le castillan, la Galice a besoin de retrouver ses racines afin de mieux affirmer son identité propre. C’est, comme nous l’avons dit, dans la deuxième moitié du XIXème siècle que des scientifiques galiciens commencent à se préoccuper de l’histoire politique de leur province, et c’est à cette même époque que naît l’engouement de la Galice pour la revendication de ses origines celtes. Il s’agissait alors non seulement de revendiquer sa différence au lieu de la subir, mais surtout d’être considérée comme la lignée d’un peuple prestigieux, d’autant plus prestigieux d’ailleurs que l’idée commune à cette époque était que la race celte se trouvait étroitement liée de parenté avec la race aryenne, donc que le galicien surpassait le castillan. Rien d’étonnant alors si Pardo Bazán insiste elle aussi sur l’héritage celte dans le roman, notamment en mettant l’accent sur les coutumes et les croyances locales.

20La vie socioculturelle galicienne est très étroitement liée à la religion ; la danse la plus populaire d’origine celte, la muñeira, fait se rejoindre toutes les classes sociales sur le lieu symbolique qu’est le parvis de l’église. C’est après la messe que les jeunes gens s’adonnent à cette danse traditionnelle rythmée. Cette coutume populaire se trouve quelques pages plus loin lorsque le marquis siffle une riveirana, une variante de la muñeira, en attendant la naissance de son enfant. La musique et la danse ont donc un double ancrage dans l’identité galicienne : elles sont associées à la fois à la religion et à l’héritage celte.

21D’ailleurs, l’instrument récurrent dans tout le roman est bien la cornemuse. Héritage celte par excellence cet instrument se veut donc indispensable aux fêtes galiciennes et semble savoir s’adapter à la fois à la rigueur et à la solennité des événements religieux et aux divertissements folkloriques qui leur succèdent :

Le cornemuseux prodiguait tous ses talents artistiques ; il assurait l’accompagnement avec le flageolet qu’il avait enlevé de son instrument et qui faisait office de clarinette. Lorsque l’orchestre entier devait jouer, il emmanchait à nouveau le flageolet sur l’outre. C’est ainsi qu’il put accompagner l’élévation de l’hostie avec une solennelle marche royale et faire suivre la communion d’une muñeira des plus récentes et des plus entraînantes. (1990 : 71)

22Là encore les stéréotypes sont très présents et touchent tous les sens : Pardo Bazán parvient en quelques phrases de présentation à toucher la vue, grâce à une rapide évocation de la campagne environnante, l’odorat, éveillé par les effluves de fenouil et bien sûr l’ouïe avec les bruyants accords de la cornemuse : toute la Galice semble ici résumée :

Les curés des environs arrivaient déjà et, sur le parvis tapissé d’herbe, on entendait le cornemuseux accorder bruyamment son instrument. Cependant dans l’église, le fenouil, répandu sur les dalles et foulé aux pieds par les arrivants, dégageait sa fraîche odeur champêtre. (1990 : 71)

23La religion est donc bien au centre de la vie et Pardo Bazán, elle-même fervente catholique pratiquante, se plait à insister sur toutes ces traditions. Or, en dehors de ces coutumes liées à la religion elle-même, elle évoque également les croyances superstitieuses de cette province : ainsi, le médecin raconte au marquis comment les femmes enceintes devaient porter autour du ventre un ruban ayant touché la statue de la Vierge afin que leur futur enfant se porte bien – superstition que l’on retrouve dans d’autres contrées d’héritage celte comme la Bretagne par exemple -, ou bien la croyance très enracinée en Galice d’une procession des âmes qui sortent des cimetières la nuit guidées par un vivant. Combattues par l’Eglise, ces superstitions sont néanmoins très ancrées dans les esprits galiciens, et c’est cette ambivalence des croyances locales oscillant entre religion et superstition que Pardo Bazán met en relief dans les propos de Julián :

Señorita ! s’écria le chapelain désolé, c’est contraire à la foi ! Nous ne devons pas croire aux revenants ni aux sorcelleries ! (1990 :232)

24Les croyances locales font donc partie des stéréotypes mis en avant dans le roman ; elles sont à la fois réalistes et polémiques de la part d’un auteur catholique qui, bien loin de faire de son œuvre un roman à thèse, consacre cependant quelques phrases à l’exposition du problème religieux dans sa province.

25Les idées reçues concernant la Galice sont multiples mais elles ont pour point commun l’image négative d’une région arriérée dans laquelle les habitants vivent comme des animaux dans la brutalité et la souillure. Face à ce cliché, Pardo Bazán ne prend pas un contre-pied radical en montrant un galicien bercé par la nature et pourvu de toutes les qualités de l’innocence animale ; cela reviendrait à faire du galicien un bon sauvage tel que le percevait Rousseau, ce à quoi Pardo Bazán se refuse. Si elle ne réfute pas ce cliché qui semble porter en lui une part de vérité, elle en nuance en revanche la portée. Pour ce faire elle étudie trois milieux caractéristiques de la Galice pour lesquels elle analyse le degré de civilisation et d’animalité. Le premier milieu, le plus civilisé, est évoqué lors de la visite du marquis chez son oncle : Compostelle est présentée comme une ville moderne et la maison comme un modèle de raffinement avec ses tentures en damas, et ses doubles rideaux précieux. Or, dans ce milieu si raffiné, l’oncle de la Lage ne semble pas à sa place comme s’il y avait un décalage irrémédiable entre la ville et lui :

Il étouffait dans ses habits de ville ; il ne pouvait pas vivre dans des pièces exiguës ; il soufflait bruyamment dans les fauteuils de théâtre et, à la messe, il jouait des coudes pour avoir plus de place. Ce magnifique spécimen d’une race apte à la vie belliqueuse et sauvage des temps féodaux se consumait lamentablement dans l’oisiveté des petites villes où celui qui ne produit rien, n’enseigne rien et n’apprend rien est un homme qui ne sert à rien. Ô douleur ! ce Pardo de la Lage, de bonne souche, s’il était né au XVème siècle, aurait été un beau sujet d’étude pour les archéologues et les historiens du XIXème. (1990 : 106)

26C’est en effet en historienne que Pardo Bazán analyse l’influence du milieu. Le narrateur juge sévèrement l’incapacité de de la Lage à s’adapter à ce milieu qui lui est si différent, comme l’oncle lui-même jugeait son neveu au début du roman ; ainsi disait-il : «La campagne, quand on y a été élevé et qu’on n’en sort jamais, avilie, appauvrit et abrutit. » (1990 : 37)

27En effet, le deuxième milieu étudié est bien la campagne et les pazos dans lesquels on retrouve le topique de la bestialité galicienne. Les journées de chasse dans les champs révèlent les caractéristiques animales des protagonistes : d’hommes, ils deviennent prédateurs. La scène développée au début de l’œuvre sur l’enivrement du petit Perucho par son propre grand-père insiste une fois de plus sur cette brutalité rurale. Néanmoins, comme tout est mis en perspective dans le roman, un troisième milieu évoque un bien plus grande animalité encore : la région frontalière du Portugal d’où vient la nourrice :

Comme tout est relatif en ce monde, pour la gent domestique de la gentilhommière la nourrice était une sauvage ridicule et divertissante ; on riait d’autant plus de ses balourdises qu’on n’était pas à l’abri d’en commettre de plus grosses. Réellement cette paysanne était une curiosité, non seulement pour les campagnards mais à plus d’un titre pour un ethnologue. (1990 : 210)

28Fidèle en cela aux études scientifiques menées par les naturalistes, Pardo Bazán analyse chacun des milieux et leur influence sur les gens qui y vivent : en distinguant trois strates différentes dans cette Galice si stéréotypée, elle met avant tout l’accent sur le rapport de l’homme avec la nature, nature qui sera d’ailleurs l’acteur principal du second volume consacré aux pazos : La Madre naturaleza.

  • 6 « En quoi le stéréotype remplit-il des fonctions importantes dans la vie sociale ? On a de longue d (...)

29Dans son roman, Pardo Bazán ne combat donc pas les clichés mais au contraire, elle s’en sert pour comprendre l’identité propre de sa province. Chercher à s’en débarrasser, à les démentir, reviendrait en quelque sorte à renier une partie de ses caractéristiques6. Or, écrire sur la Galice, c’est avant tout une volonté d’affirmer son identité et celle de sa province, tant sur le plan politique que sur le plan littéraire.

La quête identitaire

30Tout l’enjeu des stéréotypes dans le roman est bien une volonté de s’affirmer face à un état méprisant. Pardo Bazán veut mettre l’accent à la fois sur la singularité de sa province si différente des autres régions espagnoles et sur l’importance de la Galice en tant que frontière : située au nord de l’Espagne, elle est par sa côte atlantique bien proche de la France admirée de toute l’Europe, excentrée par rapport à la Castille, elle reste en arrière dans son développement économique et technologique, bien plus, souvent associée au Portugal qu’elle jouxte, elle devient même un objet de mépris. A travers les personnages fictifs du roman, l’auteur tente de créer une véritable identité sociale pour que la Galice ne soit plus l’éternelle incomprise de l’Espagne.

31Souvent évoqués sous forme de clichés, les personnages romanesques tentent de rendre compte de l’ensemble de la population galicienne. En effet, toutes les classes sociales sont représentées : les paysans, les domestiques, le curé du village, le régisseur du domaine, les acteurs politiques et le marquis développent la palette de toutes les classes sociales, de la plus basse à la plus élevée. En ce sens nous pourrions dire que l’étude sociologique que mène Pardo Bazán s’organise autour de deux grands axes : le premier est synchronique et se propose de rendre compte de l’ensemble d’une société à une période donnée, la Restauration ; le second est diachronique et tente de prendre toute la généalogie d’une famille comme modèle type de la société des pazos. De là, toutes les indications concernant la lignée des Moscoso se donnent à lire symboliquement comme l’étude minutieuse d’un microcosme familial révélateur du macrocosme de toute la campagne galicienne.

32L’essentiel du chapitre IV est en effet consacré à l’étude de l’arbre généalogique du marquis d’Ulloa, étude qui s’inscrit dans la progression romanesque, légitimée par les archives que doit trier et classer le chapelain. Se pencher sur la lignée du marquis permet de créer une généalogie semblable à celle conçue par Zola dans les Rougon-Macquart afin d’analyser l’évolution de la race. Ces quelques pages permettent par ailleurs d’expliquer le lien entre les Moscoso et les de la Lage ainsi que la grandeur révolue des pazos restés à un fonctionnement féodal :

Le garçon adorait cet oncle jovial, vigoureux et résolu, habile à tous les exercices corporels, grossièrement plaisantin, comme tous les Pardo de la Lage à la fin des banquets. Don Gabriel était une sorte de seigneur féodal, respecté dans le pays et il enseignait dans la pratique à l’héritier des Ulloa le mépris de l’humanité et l’abus de la force. (1990 : 53)

33Une génération aura suffi pour que les richesses comme les titres de noblesse perdent leur valeur. En effet, Julián constate avec effroi la déchéance de cette lignée, non seulement en ce qui concerne les pazos qui connurent une rapide décrépitude comme bon nombre de familles galiciennes à cette époque,

Comme le présumait Julián, c’était une véritable ruine. Etant donné la complication du morcellement excessif qui caractérise la propriété terrienne en Galice, il suffit de la moindre négligence ou d’une mauvaise administration pour miner les fondations de la plus importante des propriétés. (1990 : 56)

34- mais aussi le titre illégitime de marquis que porte Don Pedro : même le titre de noblesse n’a plus de valeur.

Lorsque le domaine des pazos de Ulloa passa à la branche collatérale, le marquisat revint à qui de droit en fonction de l’ordre de succession rigoureux des biens inaliénables, mais les paysans, qui ne comprennent rien à cet ordre là, accoutumés à ce que les pazos et le titre ne fissent qu’un, continuèrent à appeler marquis les propriétaires de la grande tanière. (1990 : 57)

35Ce n’est pas sans ironie que Pardo Bazán insiste sur la décrépitude de cette tanière ; jadis fleuron de la campagne galicienne, les terres, les châteaux et même les titres de noblesse ne valent désormais plus rien. Il est d’ailleurs significatif qu’au début du roman, Julián, perdu dans les papiers et les archives de la famille, marche par mégarde sur un titre de noblesse. Symboliquement, ce papier officiel se retrouve sous sa botte, il n’a plus aucune valeur, ce n’est qu’un souvenir de la grandeur passée.

36Très emblématique de la noblesse galicienne, cette famille conserve toutes les archives de son âge d’or comme à Compostelle de la Lage entasse dans son grenier les restes des grandeurs d’antan.

Avec les vieilleries qui tombaient là en poussière, on aurait pu écrire l’histoire des us et coutumes de la noblesse galicienne des deux derniers siècles. Des vestiges de chaises à porteur peintes et dorées, des lanternes avec lesquelles les pages éclairaient les dames au retour des réunions mondaines du temps où l’éclairage public était inconnu à Compostelle. (1990 :129)

37Derrière l’ironie avec laquelle est analysée cette décrépitude, pointe l’amertume de Pardo Bazán qui constate l’échec de la noblesse galicienne et la perte de sa grandeur. Cette famille devient à la fois un objet d’étude naturaliste où se posent les problèmes d’hérédité et de dégénérescence de la race tels que les envisage Zola, mais elle se donne également à lire comme l’archétype d’une noblesse qui a vu sa puissance s’effondrer.

38Pardo Bazán ne peut donc que constater et tenter d’expliquer la déchéance qu’a connue la Galice depuis le XVIIIème siècle, mais loin de ne s’intéresser qu’à une étude historique de la province, elle propose également une analyse de sa situation contemporaine.

39Le XIXème siècle est marqué en Espagne par la succession des guerres carlistes ; les partisans de Don Carlos s’opposent à l’abolition de la loi salique décidée par Ferdinand VII pour faire monter sa fille Isabel sur le trône ; la première guerre a lieu entre 1834 et 1839, la seconde en 1855 touche essentiellement l’Aragon et c’est la troisième (1870-1876), réveillée par la révolution de 1868, touchant le nord-ouest de l’Espagne, qui est présentée dans le roman. Ce fond historique apparaît en filigrane dans toute l’œuvre, notamment à travers les figures ecclésiastiques qui militent pour la cause carliste et qui, après 1868, n’hésitent pas à organiser des expéditions punitives dans les villages contre les libéraux. La Galice se retrouve donc au centre des conflits durant le dernier tiers du siècle : sa position géographique, proche du Portugal, permet aux Carlistes de se replier rapidement de l’autre côté de la frontière. C’est ce à quoi Pardo Bazán fait allusion au chapitre XXIV :

Les curés, après les cérémonies, les enterrements et les messes solennelles s’attardaient sur les parvis pour commenter avec chaleur quelques faits récents qui en disaient long, comme la première sortie de ces fameux quatre sacristains et autres broutilles du même genre. Le señorito de Limioso traditionaliste invétéré comme son père et son aïeul, avait fait trois mystérieuses expéditions du côte du Miño qu’il avait traversé pour se rendre au Portugal. (1990 :262)

40A cet enjeu politique qui touche toute la Galice s’ajoute la rivalité idéologique locale entre Barbacana et Trampeta. Ces deux personnages très stéréotypés incarnent l’opposition entre les carlistes et les libéraux, et Pardo Bazán insiste sur les enjeux personnels qui priment dans les campagnes alors qu’en ville ce sont davantage les enjeux idéologiques qui mobilisent les candidats. Là tout n’est que tricherie, ruse et mensonge ; les élections sont truquées, des runes remplies de bulletins sélectionnés sont préparées à l’avance tout le village ne vit plus qu’au rythme des menaces, des influences et des rancœurs. Ce sont les haines intestines de chacun qui ressortent sous couvert de campagne politique.

41Durant cette troisième guerre carliste, la Galice n’est plus du tout en marge par rapport au reste de l’Espagne, et bien que Pardo Bazán insiste sur tous les aspects négatifs de ces oppositions politiques, elle rappelle néanmoins le rôle central de la Galice durant cette période. Certes sa province a eu à subir une certaine déchéance, certes la grandeur de la noblesse a bien souvent été balayée, certes les luttes carlistes ont été à l’origine d’ignominies innommables, mais pour une fois, la Galice se retrouve au cœur de l’actualité politique espagnole, elle devient une province vers laquelle les regards se tournent et peut enfin affirmer son identité.

42Si l’identité galicienne lui tient tant à cœur, c’est que Pardo Bazán souhaite revendiquer ses racines, non seulement face à l’hégémonie de la culture castillane comme nous l’avons vu, mais aussi face à la France. Trois ans seulement se sont écoulés depuis la publication de La Cuestión palpitante, or, il est désormais bien difficile pour elle d’affirmer son originalité, sa propre identité littéraire. Adhérer au naturalisme ne signifie pas se montrer servile d’une théorie préétablie ; il ne s’agit pas d’appliquer une recette mais définir une nouvelle littérature justement ancrée dans une culture différente. Il est en cela significatif que Pardo Bazán se moque au détour d’une phrase de l’archiprêtre de Compostelle qui, par snobisme, veut utiliser des mots fiançais sans en comprendre la signification ; ainsi demande-t-il des sobres de enveloppes, ce qui lui vaut les railleries de tous. Ce détail apparemment anodin et concernant un personnage secondaire est en réalité révélateur de ce que revendique Pardo Bazán ; il montre combien tenter d’adopter une culture qui n’est pas la sienne rend ridicule. L’auteur met donc l’accent sur le fait qu’écrire un roman naturaliste – même si les théories naturalistes sont françaises – ne consiste pas à imiter les romans français mais à adapter une esthétique littéraire à une culture qu’elle connaît bien. Insister sur l’identité galicienne dans le roman permet donc par là même d’affirmer sa propre identité littéraire.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

AMOSSY Ruth, HERSCBERG-PIERROT Anne, 1997, Stéréotypes et clichés, Nathan

BARREIRO FERNÁNDEZ X., 1996, Historia de Galicia, vol. IV, Vigo, édition Galaxia

DUFAYS Jean-Louis, 1994, Stéréotypes et lecture, Liège, Mardaga

LEYENS J., YZERBYT V., SCHADRON G., 1996, Stéréotypes et cognition sociale, Liège, Mardaga

PARDO BAZÁN Emilia, 1990, Los Pazos de Ulloa, traduit par Nelly Clemessy, édition Viviana Hamy

Notes

1 Les stéréotypes négatifs concernant la Galice ont surtout été véhiculés par la littérature, et ont prévalu sur la réalité. Comme le souligne Jean-Louis Dufays dans son étude : « Les références socioculturelles ne sont pas toujours aisées à distinguer des références littéraires, car certaines réalités, comme celles des récits biographiques ou historiques, semblent relever à la fois des deux domaines. » (Dufays, 1994 : 66)

2 Ces intellectuels s’organisaient autour de l’Academia Literaria de Saint-Jacques de Compostelle. Voir à ce propos Barreiro Fernández, 1996 : 324-334.

3 Apparaît ici le stéréotype de l’architecture des pazos galiciens qui peut sembler manquer d’élégance face à la finesse de l’art mauresque au sud de l’Espagne.

4 « Les stéréotypes se caractérisent par leur stabilité : par définition, leur vie s’étend sur une ou plusieurs générations, voire sur plusieurs siècles. La pérennité de certaines d’entre elles est telle que certains penseurs (Jung, Bachelard) ont suggéré qu’il pourrait s’agir d’universaux inhérents à la nature humaine. » (Dufays, 1994 : 35)

5 Comme le fait remarquer J. Leyens, les clichés négatifs sont les plus ancrés dans les mentalités. « Il semble bien que notre monde ne soit pas un univers d’indifférence. Souvent les stéréotypes sont confondus avec le préjugé. » (Leyens, 1996 : 49)

6 « En quoi le stéréotype remplit-il des fonctions importantes dans la vie sociale ? On a de longue date reconnu que les représentations collectives figées jouent un rôle fondamental dans la cohésion du groupe et la consolidation de son unité (...) L’adhésion à une opinion entérinée, une image partagée, permet par ailleurs à l’individu de proclamer indirectement son allégeance au groupe dont il désire faire partie. » (Amossy, 1997)

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540