Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stéréotypes culturels et constructions identitaires

 | 
Florent Kohler

Stéréotypes et construction identitaire dans Cantares Gallegos de Rosalía de Castro : le « nous » galicien face à « l’autre » castillan

Jorge Cagiao y Conde

Texte intégral

1L’œuvre poétique de Rosalía de Castro, à la fois l’une des plus grandes figures du romantisme espagnol au XIXe siècle et « mère fondatrice » (tenue pour telle) de la nation et des lettres galiciennes, ne va pas sans présenter - justement de par la double revendication filiale évoquée ci-dessus - des difficultés d’interprétation, des zones d’ombre qui, frôlant l’espace de la subconscience, nous invitent à la suivre dans ce qui peut être considéré comme une quête identitaire ou une lutte pour la reconnaissance. Cette identité, dans son processus de construction, s’affirmera en l’espèce en brisant la frontière artificielle entre l’individuel et le collectif, soulevant dès lors la question du collectif (Espagne ou Galice) dans lequel s’enracinera le « je » poétique (politique).

  • 1 Cela ne veut pas dire, cela va de soi, qu’il faut à tout prix être galicien pour apprécier Cantare (...)

2C’est en tout cas à partir de ces clairs-obscurs que peut prendre sens le questionnement permanent du chercheur sur les éventuelles lectures à faire de la poésie rosalienne. On pourrait ainsi se demander : peut-on lire Cantares Gallegos autrement qu’en langue galicienne ? Peut-on saisir la profondeur des mots rosaliens quand on n’est pas galicien ? Peut-on en être véritablement touché quand on ne connaît pas l’univers culturel de la Galice ? Autrement dit, n’y a-t-il pas quelque chose d’excluant dans le procédé poétique rosalien ? D’aucuns trouveront que ces questions ne se justifient pas vraiment, qu’au-delà de la langue, de l’intention de l’auteur, du contexte et du message, demeurent le texte, le style, le réel qui est, la subjectivité du lecteur, etc. Or, en dehors de la langue, obstacle (difficilement) surmontable par le biais d’une bonne traduction, il reste ce qui est dit et la manière dont cela est dit, et à ce titre il est évident que Cantares Gallegos – recueil de poèmes, rappelons-le, écrit en langue galicienne – peut se révéler aussi peu parlant pour un Castillan, un Catalan ou un Basque, que percutant, limpide et émouvant pour un Galicien1.

3En ce sens, on peut dire que la démarche de Rosalía de Castro est culturaliste, au sens herdérien du terme (la langue comme fondement premier de la nation), car l’emploi de la langue galicienne et la surabondance de référents sociaux, historiques, culturels, etc., spécifiques du pays galicien, rendent le texte (en galicien) presque inaccessible pour un étranger. Inutile de dire que Rosalía cible parfaitement son lectorat.

4Disons également qu’il est important de faire une approche sociologique et politique de Cantares qui soit capable d’enrichir l’approche purement littéraire : c’est à notre sens le seul moyen d’en extraire un sens qui demeure caché quand on passe sous silence le contexte historique ou idéologique dans lequel l’ouvrage – tout ouvrage - est conçu. Ecrire en galicien dans l’Espagne du XIXe siècle était assurément un engagement politique en soi, pas nécessairement politique au sens que l’on veut lui accorder aujourd’hui, mais politique en ce sens que cela exprime un engagement, une attitude de révolte face à l’acculturation provoquée par le politique, l’économique et le social produits par l’Etat espagnol. C’est pourquoi il n’est pas abusif, tant s’en faut, de faire une lecture politique de Cantares, approche qui a en l’occurrence l’avantage de révéler le caractère indéniablement nationaliste du discours poétique rosalien.

5Il nous semble donc tout d’abord nécessaire d’expliciter de ce que nous entendons par nationalisme et nation, ainsi que le rôle des stéréotypes dans le discours nationaliste.

6Ensuite, la dialectique identitaire de Cantares Gallegos montrera l’affirmation du « nous » galicien par la négation d’un « nous » national espagnol, suivant la dialectique hégélienne du conflit ou dépassement des paires antinomiques dans la synthèse.

Construction nationale et stéréotypie

7La nation en tant que réalité à déterminer ou à définir, objet d’étude, source idéologique où les courants politiques modernes puisent leur inspiration, pose de nombreuses questions sur sa véritable nature et sur le bien-fondé de son rôle dans les démocraties modernes et contemporaines.

8Les analyses traditionnelles, dans leur approche de la nation et du nationalisme, avaient (et ont) tendance à la considérer comme une entité réelle, homogène dans sa composition et essentiellement une et immanente dans son devenir historique. L’expression politique de la nation, le nationalisme, devenait de la sorte l’extériorisation de ses valeurs préexistantes et consubstantielles, s’affirmant comme volonté collective, groupe ethnique et culturel, sujet collectif du droit d’autodétermination, en fonction duquel il serait en position de développer et de protéger ses intérêts économiques et politiques. Cette manière de présenter le phénomène national comme une réalité ethnique et culturelle hors du temps est à l’origine de bien des impasses, laissant miroiter l’indépendance politique et l’autodétermination à tous les particularismes (et ils ne sont pas peu nombreux) souhaitant donner libre cours à leurs « identités » groupales, sans forcément tenir compte de la légitimité et des conséquences d’une telle demande. Donner à la nation une existence inconditionnelle est aussi inexact que nier l’objectivité culturelle, ethnique et historique de certaines communautés territoriales et identitaires (nationales ?) sans Etat.

9Considérons donc que la nation n’est pas, mais qu’elle se construit (de manière artificielle donc), se forme à l’aide d’un matériau objectif et intrinsèque (race, religion, territoire, langue, Volksgeist, etc.), qui permet une théorisation discursive par une intelligentsia, servant à mettre en exergue des spécificités qui légitiment la mise en œuvre d’une politique orientée vers la promotion et vers la défense d’intérêts économiques et sociaux. Le rôle de ces intellectuels dans la construction du discours identitaire semble en ce sens capital. Outre la théorisation et la mise en valeur de la nation à partir de données plus ou moins empiriques et objectivables (sans quoi tout mouvement à prétention nationaliste est voué à l’échec), les intellectuels nationalistes doivent configurer un discours esthétique capable de générer les mythes et les symboles qui soient les référents naturels de l’imaginaire identitaire collectif (Máiz, 2002 : 132-133). Ainsi, la représentation esthétique du moi collectif se présente comme une affirmation du « nous » face à toute altérité éventuelle. L’exposition des caractéristiques nationales du groupe (généralement positives) contraste avec la présentation péjorative de « l’autre », en même temps qu’elle délimite la frontière symbolique nationale et établit un code moral servant à expliquer ce qu’un « bon patriote » doit et ne doit pas faire, cette contrainte cherchant à s’attirer le plus d’adhérents possibles sous le poids d’un discours majoritaire (quand c’est le cas), qui aurait tendance à discriminer tous ceux qui se conduiraient en « mauvais patriotes ».

  • 2 « En passant de l’histoire à la nature, le mythe fait une économie : il abolit la complexité des a (...)
  • 3 L’irrationalisme nationaliste, ou, si l’on préfère, l’absence d’une logique rationnelle, dans ses (...)

10Dans cet article, nous nous intéressons tout particulièrement au rôle des stéréotypes dans la construction identitaire du discours nationaliste galicien au XIXe siècle, en tant que réponse au discours nationaliste espagnol. Le stéréotype fonctionne souvent comme vulgarisateur, de sorte qu’il rend intelligibles les idées, généralement abstraites, du discours politique. Dans la mesure où les nationalismes sont des mouvements politiques populaires, ils doivent exposer leurs revendications avec un plus de clarté, voire de simplisme, ce qui fait du stéréotype un outil quasi indispensable à la bonne mise en œuvre de leur discours identitaire. La dialectique nationaliste du bon national et du méchant étranger est en ce sens aussi efficace que caricaturale (Delannoi, 1999 : 168-171). La stéréotypie selon le Petit Robert (1996) reste étroitement liée aux psychopathologies, s’expliquant comme une tendance à conserver la même attitude, à répéter le même mouvement ou les mêmes paroles inlassablement. La force signifiante du stéréotype se trouve ainsi dans la répétition d’images, créant des symboles qui deviennent, à force d’être répétées, une réalité irréfutable, porteuse de ce que Barthes aimait à qualifier de « clarté heureuse »2. Le stéréotype, devenu porteur des valeurs de la nation, représente son paradoxe principal, le sens et le non-sens qui l’habitent, son trop-plein de signification et son irrationalisme invétéré. Il ne serait pas complètement erroné de comparer la logique nationaliste à celle de la stéréotypie3.

11Ajoutons que si l’existence de la nation est pour le moins difficile à soutenir, Ramón Máiz ne se trompe sans doute pas quand il suggère que ce sont les mots qui créent la réalité (2002 : 120) ; ou de façon plus nuancée, si l’on préfère, les mots qui façonnent une réalité en constant devenir. De la sorte, la nation politique se fait, quoi que l’on dise, par le biais simultané de son affirmation (ethnique, historique, politique, socio-économique) et la négation-opposition d’une altérité rivale (Beramendi, 1999 : 181-182).

Identité nationale dans le premier galicianisme

12Dans sa formation idéologique, le nationalisme galicien est l’héritier du romantisme allemand et du libéralisme post-révolutionnaire. Au XIXe siècle le galicianisme s’articule autour du courant libéral démocrate. Si d’une part on rêve d’une Galice nationale historiquement indépendante et lointaine, d’aube part, on assume une idéologie libérale individualiste au nom du progrès économique et social. La Galice au XIXe siècle est une région économiquement attardée et socialement immobile. Dans son développement idéologique, le rationalisme galicien s’est focalisé sur deux plans : d’une part, la récupération d’une matière première empirique (histoire, langue, mœurs, race, etc) autour de la race celte, de la langue galicienne, de l’indépendance de l’ancien Royaume de Galice, etc., servant à légitimer sa condition d’entité nationale différenciée ; d’autre part, la mise en relief du retard économique de la région (sorte de colonialisme intérieur), argument qui servait à critiquer l’Etat centraliste espagnol et à revendiquer une réforme politique d’ordre fédéraliste.

13Les premiers intellectuels galiciens à porter un regard critique de groupe sur les problèmes politiques et économiques de la Galice s’organisent à partir des années 1840 autour de l’Academia Literaria de Saint Jacques de Compostelle (Barreño Fernández, 1981 : 324-334 ; Beramendi, Núñez Seixas, 1996 : 18-26). La génération dirigée par Faraldo s’insère dans une dynamique où historicisme et libéralisme s’entremêlent pour donner à la Galice ses lettres de noblesse. C’est à cette période que l’on doit les Historias de Galicia de Verea y Aguiar (1838) et Martínez Padín (1849), premiers essais historiques à chercher l’essence nationale galicienne dans un passé glorieux et dans un celtisme encore en germe, qui sera repris et transformé par Manuel Murguía comme l’élément central de l’idéologie nationaliste post-provincialiste. Cette première génération d’intellectuels vécut son apogée politique, et sa fin aussi, avec le soulèvement de 1846 (Barreiro, 1976). Toutefois, Beramendi remarque l’absence d’un référent national galicien dans ce premier provincialisme, qui garderait pour la Galice le terme « région » ou « patrie », tandis que l’Espagne était considérée comme une « nation » (1985 : 389).

  • 4 L’image péjorative du Galicien et de la Galice est un topique dans la mentalité espagnole depuis l (...)
  • 5 Cf. Gobineau, 1884 ; Poliakov, 1971 ; Todorov, 1989 ; Sur la Galice cf. Máiz, 1984 ; Pereira Gonzá (...)

14En raison de la répression du gouvernement Narváez (1846-1854), la génération suivante dut se focaliser davantage sur un plan culturel, délaissant de la sorte la lutte proprement politique. Aussi le développement du discours identitaire galicien passait-il forcément par la codification d’un ensemble de valeurs capable de créer une prise de conscience sociale par rapport au statut national de la Galice et des réformes nécessaires à son redressement. Dans une telle conjoncture, l’activité des intellectuels galiciens fut tournée vers une récupération culturelle, historique et ethnique, qui produisit très tôt un discours essentialiste autour de la race celte et d’un Volksgeist galicien (Máiz, 1984 ; Villares, 2000 : 157-181). L’Histoire de la Galice de Vicetto (1865-1872) en sept volumes, mais surtout celle de Murguía en cinq volumes (1865, 1866, 1888, 1891 et 1913), en plaçant l’ancêtre celte au centre de l’imaginaire national galicien, redonnait des couleurs à l’image stéréotypée du Galicien, considéré dans l’Espagne du XIXe siècle comme quelqu’un d’ignorant, ivrogne, cynique, méfiant, sauvage, fainéant, etc.4. De plus, Murguía mettait à profit une tradition européenne très en vogue dans l’Europe du moment, qui voulait que la race celte, liée de parenté avec la race aryenne, se trouvât dans le haut de la pyramide des races répertoriées5. Ainsi, le galicien serait un peuple supérieur au castillan, mais il se trouverait opprimé politiquement et économiquement au sein de l’Etat espagnol. Bien entendu, cela venait réhabiliter l’image du Galicien et de sa culture, fortement atteints par le discours national espagnol, faisant en sorte que ce qui était vu par le Galicien comme un marqueur identitaire négatif (Beramendi, 1997 : 287) - sa langue, ses mœurs, etc. - devienne la pierre angulaire de son affirmation en tant que peuple différencié. Dans ce contexte, le rôle joué par Rosalía de Castro s’avère capital. Murguía savait que le travail érudit auquel lui et d’autres s’étaient adonnés depuis des années créerait les fondations empiriques de la nation galicienne. Néanmoins, à ce discours scientifique manquait une âme, un porte-parole populaire qui établisse des symboles reconnaissables et auxquels le peuple puisse adhérer et considérer comme siens. En ce sens, ce retour vers le peuple (paysan), comme essence et porteur des valeurs primaires de la nation, devint un recours stratégique de première importance, dans lequel il ne s’agissait pas seulement de revaloriser l’image du peuple, mais de s’adresser à lui dans une langue qu’il comprenne et qui soit acceptée comme la sienne (Nairn, 1979 : 88-89).

15Le rôle de Rosalía de Castro et de sa poésie dans la construction identitaire de l’imaginaire collectif acquiert son plus haut degré avec Cantares Gallegos (1863), œuvre-référence qui représente le point de départ du Rexurdimento pleno, dans laquelle la poétesse galicienne crée un maillage identitaire où les stéréotypes occupent une place importante. Les pages qui suivent nous aideront à comprendre ce phénomène.

Le « nous » rosalien, stéréotype de la Galice6

  • 6 L’édition de Cantares Gallegos, d’où nous tirons nos citations est celle de Rodriguez Baixeras, X. (...)

16On ne soulignera jamais assez l’importance de Manuel Murguía dans l’œuvre de Rosalía de Castro. Dès 1858, date de leur mariage, Murguía connaissait l’importance de la poésie dans la construction identitaire d’un peuple. En 1859, le patriarche des lettres galiciennes publiait un petit manuel scolaire avec lequel il prétendait amener le fait différentiel galicien à l’école (Murguía, 2e éd., 1868). Dans ce manuel, il était question de souligner et mettre en valeur la langue, la culture et l’histoire galiciennes, afin de faire comprendre aux enfants la nécessité « d’aimer la mère patrie, cette Galice malheureuse » (1868 : 2). Plus tard, en 1886, quand il rendra hommage aux « précurseurs », parmi lesquels se trouvait sa femme décédée un an plus tôt, il n’hésitera pas à parler d’Aurelio Aguirre et d’Eduardo Pondal en soulignant l’importance « des poètes au service de la patrie galicienne ». (Murguía, 1886 : 137)

  • 7 Thiesse, A.-M., 2001 : 23-43 ; Blas Guerrero, 1999, cf. « romanticismo », « identidad nacional », (...)

17Au XIXe siècle, le Romantisme, dans son retour aux sources populaires en quête d’authenticité, s’était inspiré des chants et ballades ossianiques de Macpherson en Ecosse, puis en Irlande et au Pays de Galles, dont le modèle fut « exporté » et propagé ensuite très rapidement dans le reste de l’Europe7. Murguía, qui n’était pas étranger à ce phénomène culturel et linguistique, incite sa femme, comme il le fera plus tard avec Pondal, à développer le genre lyrique populaire en langue galicienne (Carballo Calero, 1981 : 129 ; Barreiro Fernández, 2000 : 55), afin de donner à la Galice une voix poétique qui exprime sa douleur en même temps que l’essence de son âme, son caractère singulier national. Selon Giner de los Ríos, c’est la personnification de la nation dans le poète :

La poesía popular, riquísima elaboración del sentimiento de un pueblo en lo que tiene de más personal y característico [...], la más alta manifestación que hacen de sí las naciones [...]; en ella, el poeta es la patria [y] reúne en la santa comunidad del pensamiento a todos sus hijos, vivificando sus tradiciones, perpetuando su pasado... (1863: 122)

18Cantares Gallegos peut être considéré comme une continuation du travail des premiers galicianistes, en ce sens qu’il reprend une problématique largement traitée par la génération précédente : le constat déplorable de la situation économique et sociale de la Galice, qui provoquait chez les Galiciens un sentiment d’abandon de la part de l’Etat espagnol et qui était vécu par certains comme un outrage à leur dignité personnelle et collective (en tant que peuple différencié). Or, Cantares Gallegos représente aussi une œuvre de rupture, car Rosalía réussit à fixer un référent national propre en même temps qu’elle lui oppose un référent national de négation dans l’image de la Castille. Cette opposition, qui se développe tout au long de Cantares, est mise en avant dès l’introduction à l’ouvrage, où elle déclare le mobile qui l’a poussée à écrire son recueil :

Cantos, bágoas, queixas, sospiros, seráns, romerías, paisaxes, devesas, pinares, soidades, ribeiras, costumes, todo aquelo en fin, que pola súa forma e colorido é dino de ser cantado, todo o que tuvo un eco, unha voz, un runxido por leve que fose, con tal que chegase o conmoverme, todo esto me atrevin a cantar neste homilde libro pra desir unha vez siquera, i anque sea torpemente, ós que sin razón nin conocemento algún non despresan, que a nosa terra é dina de alabanzas, e que a nosa lingua non é aquela que bastardean e chapurrean nas màis ilustradísimas provincias cunha risa de mofa, que a desir verdade (por màis que ésta sea dura), demostra a iñorancia máis crasa i a màis imperdoable inxusticia que pode facer unha provincia à outra provincia irmán, por probe que ésta sea. Máis he aquí que o máis triste nesta cuestión é a falsedade con que fora de aquí se pintan ós fillos de Galicia como a Galicia mesma, a quen xeneralmente xuzgan o máis despreciable e feio de España, cando acaso sea o máis hermoso e dino de alabanza. [...] Foi éste o móvil principal que me impeleu a pubricar este libro... (Castro, 2001: 66-68)

19Le galicianisme, dans son projet culturel de récupération et de réhabilitation des valeurs galiciennes devait imposer son point de vue face au discours majoritaire espagnol, qui, comme Rosalía le dénonçait, tendait à marginaliser la Galice et ses habitants, de sorte que tout trait culturel galicien visible, comme la langue, l’accent, la façon de s’habiller, etc., était voué à disparaître sous le poids d’une vie sociale stéréotypée à la castillane, selon les valeurs supérieures et naturellement positives de la Cour madrilène. Disons, en d’autres termes, que le Galicien (mais il n’y avait pas que lui !) avait tout intérêt à être le plus lisse possible, autrement dit, le moins galicien possible. C’est contre ce discours oppresseur, que Rosalía tente d’agir, tout d’abord en lavant l’image de la Galice et de ses « fils », ensuite, en dénonçant une marginalisation qui était vécue par les Galiciens comme une injustice et une humiliation qui leur étaient imposées par l’Etat espagnol. De la sorte, outre l’utilisation de la langue galicienne, dont le niveau est manifestement populaire selon l’intention de la poétesse de reproduire le véritable parler paysan, tous les marqueurs culturels galiciens vont être exaltés et comparés systématiquement aux castillans, qui agiront comme contre-exemple et comme référent de négation nationale. Ainsi, face à cette image stéréotypée des Galiciens en Espagne comme des individus « barbares », « stupides », « insensibles », des êtres « méprisables » et « laids », et de la Galice comme une « porcherie immonde » (2001 : 65-69), dont l’auteur dresse un aperçu dans le prologue, l’opposition galicien-castillan va s’opérer et tourner à l’avantage du premier selon une stéréotypie qui va se prolonger tout au long des trente-cinq poèmes qui composent le recueil.

20Outre l’emploi du galicien couramment parlé dans les villages et les campagnes, Rosaba de Castro fait du peuple le vrai protagoniste de ses romances. Au fil des poèmes, les couturières, les pêcheurs, les paysans, les meigas, les gaiteiros, les danses populaires (muiñeiras), l’émigrant, les épouses ou les fiancées abandonnées, etc., tous les types populaires de la société galicienne inondent les vers de Cantares. A travers ces personnages, Rosalía raconte, souvent sous une forme dialoguée, leur vie mélange de tristesse et de joie. Néanmoins, cette Galice que Rosalía nous donne à découvrir, ou à redécouvrir selon le cas, est présentée comme une terre magique, mystique, où tout est « digne de louange » (2001 : 67). C’est dans les descriptions des paysages, dont la présence est quasi constante du début à la fin, que Rosalía met l’accent sur le potentiel incomparable, mais inexplicablement non exploité, de son pays :

[...] e voume á Galicia hermosa
donde en xuntanza ma agardan
o que non tendes, señora,
i o que en Castilla n’achara,
campiños de lindas rosas,
sombra na beira dos ríos,
sol nas alegres montañas,
caras que nacen sorrindo
e que sorrindo vos aman,
e que inda mesmo morrendo
en sonrisiñas vos aman. (2001 :159)

21Cette supériorité naturelle de la Galice, idée déjà mise en évidence dans le prologue de Cantares (p. 67), revêt une importance capitale, car dans tous ses chants, les personnages nous sont livrés au premier degré dans leurs occupations quotidiennes (chants IV, V, VI, VII, etc. par exemple), tantôt au travail, tantôt a l’amour, tantôt à la fête du village, etc., entourés d’une nature bucolique qui semble être en symbiose totale avec eux, les rassurant, les comprimant, leur parlant même dans une sorte de relation fusionnelle. Deux Galices s’opposent dans Cantares, une Galice joyeuse, à l’image des « romerías » et des « gaiteiros », où la musique prend une importance toute particulière avec les « muiñeiras » (chants VI, VIII, XVII, A Gaita Gallega, etc.), et une Galice mélancolique, sentiment de tristesse exprimé soit par l’éloignement, l’émigration (chants XV, XVII, XIX, XXIV, etc.) ou par une détresse économique ou sociale : une vieille fille qui demande un mari à saint Antoine (chant XIII), la solitude de la femme dont le mari a émigré ou est parti à la guerre (chant XIX), la femme qui travaille toute la journée et ne peut pas allaiter son bébé (chant XX), etc.

  • 8 La réponse ne visait ni n’était personnellement adressée à Ruiz Aguilera.

22La Galice est donc présentée sous les traits grossiers que l’image de la vie de tous les jours nous délivre. Dans cette radiographie, la Galice montre son côté spontané, brut, comme une terre où la variété, la beauté et la rudesse coexistent en harmonie. La variété de couleurs fait d’elle, selon Rosalía, un « jardin ». Néanmoins, l’auteur n’est pas dupe du sentiment de délaissement que la Galice et les Galiciens avaient vis-à-vis des classes gouvernantes. Bien que ce sentiment s’efface quelque peu pour laisser place à cette affirmation nationale galicienne, caractérisée par une positivité idéale, la blessure demeure au plus profond de l’âme de la poétesse, qui n’hésitera à faire ressortir sa colère en réponse à un poème de Ruiz Aguilera, intitulé « La gaita Gallega » (2001 : 189-192)8. Dans ce poème de 1860, dans lequel l’auteur reprend le stéréotype de la cornemuse, emblème de la Galice, il ne réussit pas à comprendre ce qui se dégage du son mystérieux de l’instrument :

¡Pobre Galicia!... Tus hijos
huyen de ti o te los roban,
llenando de pena
tus entrañas amorosas
[...] Por eso, aunque en son de fiesta
la gaita gallega se oiga,
no acierto a deciros
si canta o si llora. (Italiques de l’auteur ; 2001 : 191)

23Rosalía répond de manière concluante dans son poème « A gaita gallega » : « elle ne chante pas, mais elle pleure » (la cornemuse, et par conséquent la Galice – 2001 : 193-196). Si l’image idyllique que Rosalía crée de Galice sert l’objectif premier de l’auteur de contrer l’image négative des Galiciens dans l’Espagne du XIXe siècle, les maux de la « patrie » (économie et société féodales, émigration, caciquisme, etc.) seront mis en avant, non pas comme une carence inhérente à la Galice, mais comme un effet direct de l’action (ou plutôt la désaffection) politique du gouvernement espagnol.

24De la sorte, cette affirmation du « nous » galicien dont Rosalía se fait l’âme et l’interprète, fortement soulignée par l’emploi récurrent du possessif (« Miña terra, miña terra » chant XV, « airiños da miña terra » chant XVII, etc.), se forge par le biais de stéréotypes à connotation positive, où la Galice va être assimilée à un havre de paix, une terre fertile, belle, sauvage, fraîche, en définitive, un jardin. Dans ses traits culturels et historiques, la poétesse relève la langue, cette langue douce et câline dont elle faisait l’éloge dans le prologue ; l’histoire, bien que délaissée au profit d’une vision naturelle et idyllique de la Galice, fait l’objet de plusieurs allusions, dans lesquelles la Galice a « un héritage propre », « une coutume qui conserve la fraîcheur patriarcale et primitive » (2001 : 66). Paradoxalement aucune référence explicite n’est faite à la filiation celte du Galicien, thème développé avant Cantares, qui prendra une place décisive dans le discours nationaliste galicien de la main de Murguía. Dans cette (re)création nationale de la Galice, c’est l’élément culturel, au sens large du terme, qui donne sens au discours esthétique identitaire de Rosalía.

  • 9 Déterminisme climatique et géographique qui bénéficie d’une tradition littéraire très solide ; cf. (...)

25Le déterminisme rosalien fait en sorte que le Galicien type, que l’on pourrait identifier au paysan, se trouve indéniablement imprégné par le caractère immuable de cette Galice bucolique et éternelle9. Le Galicien serait un individu honnête, joyeux, mélancolique, attaché aux valeurs de la terre, pauvre, courageux et très catholique ; comme pour le pays, tout serait variété et spontanéité chez lui. Enfin, Rosalía deviendra la personnification de la nation-martyre galicienne, au même titre que voix et essence du peuple, exemple et stéréotype principal de l’être galicien.

« L’autre » castillan, une négation pour s’affirmer

  • 10 Cf. Fichte, J. G., ibid. ; Renan, E., ibid.

26Les processus de création identitaire ont autant besoin d’une affirmation et d’une explication du « nous » national que d’un référent national opposant autour duquel faire valoir la dialectique nationaliste du bon patriote contre l’ennemi étranger. Parce qu’il serait trop facile de dire ce que l’on est ou ce que l’on n’est pas, et qu’autrui pourrait, lui aussi, se définir selon des caractéristiques plus au moins similaires, le référent national d’affirmation ne suffit pas à construire l’identité nationale. Et si, à cette identité née d’une altérité négative, on ajoute quelques étincelles... En effet, jamais les discours nationalistes n’ont autant eu de force mobilisatrice que lorsque la nation s’est trouvée soit menacée, soit sous le joug d’une autre nation (invasion, colonisation, etc.). Les Etats-Unis d’Amérique ont ainsi créé leur unité et leur identité nationales sous la menace coloniale britannique ; l’Allemagne et la France se sont construites, l’une et l’autre, en se prenant chacune à son tour comme référent national d’opposition10. L’Espagne, quant à elle, ne s’est peut-être jamais sentie aussi unie que sous l’occupation napoléonienne. Plus récemment, les attentats du 11 septembre 2001 ont donné aux Etats-Unis l’occasion de resserrer les liens nationaux face à l’ennemi intégriste musulman.

27Le discours identitaire galicien n’échappe bien évidemment pas à cette spirale dialectique. Pendant de longues années (jusqu’à nos jours, pourrions-nous dire), le nationalisme galicien a adopté la stratégie des nations colonisées et opprimées sous la domination d’un Etat (Nairn, 1979 ; Hetcher, 1975 ; Hroch, 1985). En ce sens, au XIXe siècle, une bonne partie des écrits journalistiques, littéraires ou autres, à mis en évidence l’impossibilité structurelle de la Galice de pallier ses maux, et donc la responsabilité du gouvernement espagnol dans sa situation économique et sociale. Dans cette conjoncture, le recours à l’ennemi castillan, détenteur du pouvoir et tyran, ne relevait que de l’évidence.

28C’est ainsi que Rosalía introduit – avec une partialité non dissimulée - tout naturellement le référent d’opposition castillan dans Cantares Gallegos, avec pour rôle celui de lui faire charger le lourd fardeau des malheurs de la Galice.

  • 11 « Dans la détermination d’être à ses yeux, en tant que chose qui est pour soi, l’essence, elle est (...)

29De la même façon que Rosalía avait, dès le prologue, fixé les termes dans lesquels l’affirmation galicienne allait se manifester dans ses poèmes, l’image stéréotypée de la Castille sera livrée au même moment et sous la forme dialectique hégélienne de l’opposition des paires de contraires11, afin de donner tout le sens nécessaire à la précédente affirmation du « nous » collectif :

[...] eu que atravesei repetidas veces aquetas soledades de Castilla, que dan idea do deserto; eu que recorrín a feraz Estremadura e a estensa Mancha, donde o sol cai a promo alomeando monótonos campos, donde o cor da palla seca presta un ton cansado ó paisaxe que rinde e entristece o esprito, sin unha herbina que distraía a mirada que vai perderse nun ceo sin nubes, tan igual e tan cansado como a terra que crobe; eu que visitei os celebrados arredores de Alicante donde os olivos, co seu verde escuro, sembrados en fila de raro en raro parecen chorar de verse tan solitarios, e vin aquela famosa horta de Murcia, tan nomeada, e tan alabada, e que, cansada e monótona como o resto de aquel paise, amostra a súa vexetación tal como paisaxes pintados nun cartón con arbores postes simétricamente... (2001: 67 - nous soulignons).

30L’opposition de termes, jardin-désert, variété-monotonie, frais-sec et joyeux-triste, par exemple, tend à renforcer le discours exaltant de la patrie rosalienne. Bien que les allusions à la Castille soient beaucoup moins nombreuses que celles qui chantent les merveilles de la Galice, elles ne seront que plus acerbes lorsqu’il s’agira d’accuser. Ainsi, les chants XVII, XXIII et XXVIII reprennent la stéréotypie négative des terres de Castille, où elle devient « étrangère » et « maure » (Ch. XVII), « désert » (Ch. XXIII) et « plaine », « désert », « laideur » et « enfer » (Ch. XVIII). Par le même procédé utilisé pour définir le profil type du galicien, Rosalía fait dépendre le caractère castillan des conditions climatiques et physiques du relief, procédé qui lui sert à mettre en avant la « bassesse » d’esprit des Castillans, leur infériorité naturelle : « personne ingrate et fière », « âme bâtarde », « sauvage » (Ch. XXIII) ; « cœur en fer », « fils du désert », « cœur en acier » ou « prétentieux ».

31Cet emploi abusif et répétitif des stéréotypes opposés aboutit à une double finalité, largement explicitée dans ses chants XXVIII « Castellanos de Castilla » et « A Gaita Gallega ». D’une part, le Galicien serait supérieur au Castillan en fonction de sa filiation raciale ; en ce sens, le qualificatif de « maure » pour se référer au Castillan n’est pas gratuit et sous-entend l’opposition celte, qui, bien que non mentionnée, apparaît dans le renvoi signifiant de l’adjectif « maure », sans lequel celui-ci ne fait pas sens. D’autre part, le discours identitaire rosalien mène à une négation de l’Espagne, car, malgré le fait d’être considérée comme une « province sœur » (2001 : 67), elle devient l’ennemi à combattre :

Castellanos de Castilla
tratade ben ós galegos
cando van, van como rosas,
cando vén, vén como negros
[...] Permita Dios, castellanos,
castellanos que aborreso,
que antes os gallegos morran,
que ir a pedirvos sustento. (2001: 185-186)

Probe Galicia, non debes
chamarte nunca española,
que España de ti se olvida
cando eres ¡ai! tan hermosa
[...] Naide porque te levantes
che alarga a man bondadosa;
naide os teus prantos enxuga,
i homilde choras e choras,
Galicia, ti non tes patria... (2001: 195)

32Néanmoins, l’ennemi castillan le serait moins en raison de sa soi-disant infériorité raciale ou de sa différence culturelle, que d’un traitement méprisant des classes gouvernantes « castillanes », ce qui laisse entrevoir dans le discours identitaire galicien un élément progressiste, qui se veut au-delà des différences ethniques et culturelles, s’articulant aussi, de la sorte, sur des facteurs socio-économiques.

33La dialectique du discours identitaire galicien aboutit ainsi, par le biais d’une stéréotypie caricaturale, à une affirmation de la Galice comme une entité nationale à part entière et culturellement différenciée, mais qui se pose en martyr, objet et victime d’un colonialisme intérieur, qui ne va pas sans rappeler le cas de l’Irlande ou de la Pologne à la même époque.

Conclusions

34Tout d’abord, et pour répondre aux questions que nous avions avancées en introduction, il est évident que la démarche poétique (politique) de Rosalía est holiste. Sur ce point, nous ne pouvons que penser à un Fichte, lorsqu’il annonçait dans son Discours à la nation allemande, « je parle pour des Allemands, rien que pour des Allemands, et je leur parle d’Allemands, rien que d’Allemands ». Eh bien, implicitement au moins, on peut trouver l’écho du maître allemand chez Rosalía : cet ouvrage, ou plutôt la lecture positive de cet ouvrage est adressée aux Galiciens, rien qu’aux Galiciens. Ainsi, la négation espagnole sert l’objectif principal, à savoir, la création d’une conscience nationale (d’un être galicien) et d’un maillage identitaire symbolique, capables de générer un heu de mémoire commun, un idéal politique inspiré par des valeurs naturelles et que tous les Galiciens puissent embrasser au-delà des différences de classe. Cette idée de la naturalité de la Galice face à l’artifice de l’Espagne est à mettre en relation avec la naturalité de la nation (galicienne) sans Etat et l’artifice de l’Etat espagnol (sans nation). A ce sujet, on l’a déjà vu, tout l’arsenal d’adjectifs concernant la Galice renvoie à la vie et à la lumière (nature, vie), tandis que, en ce qui concerne l’Espagne, ce sont les adjectifs renvoyant à la mort et à l’obscurité (à la matière inerte), qui donnent une idée de l’artificiel.

35Le discours poétique de Rosalía fait appel aux sentiments, au côté émotionnel véhiculé par le sens de la patrie, cette « terre des parents » assimilée naturellement chez Rosalía à la petite patrie, et non à une grande patrie artificielle qui renverrait à l’Espagne. Ainsi, dans son versant émotionnel, par rapport au discours nationaliste plus scientiste (histoire, linguistique, etc.), et donc plus « rationaliste », les stéréotypes excellent dans leur double rôle d’affirmation et négation, créant en outre une ambiguïté irréversible, gommant ainsi les nuances pour aller au plus simple. Cette ambiguïté fait en sorte que le double caractère de la nation (voulu et cherché par les nationalistes), son caractère réel et mythique ou sacré, devienne réalité irréfutable par le simple jeu de contraires nationalistes. Ainsi, la Galice devient mythe-martyr et réalité nationale par le biais d’un « nous » symbolique et l’opposition d’une altérité rivale. A une première négation (celle de la Galice), répond une autre et même négation (celle de l’Espagne).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BARREIRO BARREIRO J. L., 2001, Pensar en Galicia. Identidade na diferencia, A Coruña, éd. do Castro

BARREIRO FERNÁNDEZ X. R., 1981, Historia de Galicia, vol. IV, Vigo, éd. Galaxia

—, 1976, El levantamiento de 1846 y los orígenes del galleguismo, Santiago, éd. Pico Sacro

—, AXEITOS X. L., 2000, Manuel Murguía. Vida e obra, Vigo, éd. Xerais

BARTHES R., 2001, Mythologies, Paris, éd. du Seuil

BERAMENDI J., 1999, La historia política: algunos conceptos, Santiago de Compostela, éd. Tórculo

—, 1985, « Os referentes nacionais en Rosalía e no provincialismo galego », in Actas do Congreso internacional de estudios sobre Rosalía de Castro e o seu tempo, vol. III, Santiago, Universidade de Santiago de Compostela

—, 1997, « Conciencia étnica e conciencias nacionais en Galicia », in O feito diferencial galego. A Historia, Santiago de Compostela, Museo do Pobo Galego, vol. II, 1997

—, NÚÑEZ SEIXAS X. M„ 1996, O nacionalismo galego, Vigo, éd. Xerais

BLAS GUERRERO A. de (dir.), 1999, Enciclopedia del nacionalismo, Madrid, éd. Alianza

CARAMÉS MARTÍNEZ Xesús, 1993, A imaxe de Galicia e os galegos na literatura castelá, Vigo, éd. Galaxia

CARBALLO CALERO R., 1981, Historia da Literatura Galega Contemporánea, Vigo, éd. Galaxia

CASTRO Rosalía de, 2001, Cantares Gallegos, éd. RODRIGUEZ BAIXERAS X., Vigo, 6e édition, éd. Xerais

DELANNOI G., 1999, Sociologie de la nation, Paris, éd. Armand Colin

FICHTE J. G., 1981, Discours à la Nation Allemande, (conférences de 1807-1808), Paris, éd. Montaigne

GINER DE LOS RÍOS F., 1863, « Poesía erúdita y poesía vulgar », Museo Universal, 19 avril, apud DAVIES C., 1987, Rosalía de Castro no seu tempo, Vigo, éd. Galaxia, p. 210.

GOBINEAU, Α., 1884, Essai sur l’inégalité des races humaines, Paris, 2e édition, éd. Frimin-Didot

HEGEL G. W. F., 1991, Phénoménologie de l’Esprit, Paris, éd. Aubier, 1991

HETCHER M., 1975, Internal Colonialism: The Celtic Fringein British Nationalism Development 1536-1966, Londres, Routledge and Kegan Paul

HROCH M., 1985, Social Preconditions and National Revival in Europe. A Comparative Analysis of de Social Composition of Patriotic Groups among the Smaller European Nations, Cambridge, Cambridge University Press

MÁIZ R., 2002, « Las ideologías nacionalistas contemporáneas: funcionalidad, estructura y tipología », in MELLÓN (coord.) Las ideas políticas en el siglo XXI, Barcelona, éd. Ariel Ciencia Política

—, 1984, O Rexionalismo galego: organización e ideoloxía (1886-1907), A Coruña, éd. Do Castro

MONTESQUIEU, 1995, De l’Esprit des lois, vol. I, Paris, éd. Gallimard

MURGUÍA M., 1868, La primera luz, Lugo, 2e éd., Lugo, éd. Soto Freire

—, 1886, Los Precursores, La Coruña, éd. Latorre y Martínez

NAIRN T., 1979, Los nuevos nacionalismos en Europa, Masso, P. (trad.), Barcelona, éd. Península (traduction de l’anglais du titre original The Break-Up of Britain).

PEREIRA GONZALEZ F., 2001, Raza e alteridade, A Coruña, Deputación da Coruña

POLIAKOV L., 1971, Le Mythe Aryen, Paris, éd. Calmann-Levy

RENAN E., 1992 (1882), Qu’est-ce qu’une nation ?, (1882), Paris, éd. Agora

ROUSSEAU J. J., 1964, Fragments politiques, in Du Contrat Social, Paris, éd. Gallimard

THIESSE A.-M., 2001, La création des identités nationales, Paris, éd. du Seuil

TODOROV T., 1989, Nous et les Autres. La réflexion française sur la diversité humaine, Paris, éd. du Seuil

VILLARES R., 2000, « Naissance et déclin du celtisme dans l’histoire de la Galice », in Carlos Serrano, Nations en quête de passé, Paris, éd. Ibérica, p. 157-181.

Notes

1 Cela ne veut pas dire, cela va de soi, qu’il faut à tout prix être galicien pour apprécier Cantares Gallegos ou même s’en émouvoir. Nous essayons de décrire un processus d’identification, de création d’une identité culturelle et politique à laquelle adhérer, et qui ne peut pas fonctionner (ou alors d’une manière totalement déficiente) auprès d’un non-Galicien.

2 « En passant de l’histoire à la nature, le mythe fait une économie : il abolit la complexité des actes humains, leur donne la simplicité des essences, il supprime toute dialectique, toute remontée au-delà du visible immédiat, il organise un monde sans contradictions parce que sans profondeur, un monde étalé dans l’évidence, il fonde une clarté heureuse ; les choses ont l’air de signifier toutes seules » (Barthes, 2001 : 217).

3 L’irrationalisme nationaliste, ou, si l’on préfère, l’absence d’une logique rationnelle, dans ses exemples les plus acerbes, peut et doit être assimilé à l’irrationalité psychopathologique des processus de stéréotypie. Ainsi, dans le contexte politique international actuel, l’instrumentalisation des stéréotypes (le Bien, le Mal, foi, mécréance, etc.) dans les discours politiques nord-américain et iraquien, pour prendre un exemple récent, montrent à quel point ils sont farfelus et insensés, mais efficaces.

4 L’image péjorative du Galicien et de la Galice est un topique dans la mentalité espagnole depuis le Moyen Age. La remarquable étude de Xesús Caramés Martínez (1993) cherche les origines et les causes de cette image et retrace ses manifestations dans la littérature castillane. D’ailleurs, l’image du Galicien est souvent assimilée à celle du Portugais, cf. Barreiro Barreiro (2001 : 101-116).

5 Cf. Gobineau, 1884 ; Poliakov, 1971 ; Todorov, 1989 ; Sur la Galice cf. Máiz, 1984 ; Pereira González, 2001.

6 L’édition de Cantares Gallegos, d’où nous tirons nos citations est celle de Rodriguez Baixeras, X., Vigo, 6e édition, éd. Xerais, 2001.

7 Thiesse, A.-M., 2001 : 23-43 ; Blas Guerrero, 1999, cf. « romanticismo », « identidad nacional », « Gran Bretaña », « Irlanda », « Herder ».

8 La réponse ne visait ni n’était personnellement adressée à Ruiz Aguilera.

9 Déterminisme climatique et géographique qui bénéficie d’une tradition littéraire très solide ; cf. Montesquieu, 1995 : 443-465, 567-568 ; Rousseau, 1964 : 351-355 ; Fichte, 1981 ; Renan, 1992 (1882).

10 Cf. Fichte, J. G., ibid. ; Renan, E., ibid.

11 « Dans la détermination d’être à ses yeux, en tant que chose qui est pour soi, l’essence, elle est la négativité de l’autre » (Hegel, 1991 : 253 ; italiques de l’auteur). Selon ce raisonnement, l’affirmation nationale de la Galice entraînerait la négation de l’Espagne comme une entité nationale cohérente et naturellement constituée, dont ferait partie la Galice.

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540