Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stéréotypes culturels et constructions identitaires

 | 
Florent Kohler

« Nos ancêtres les Gaulois » un élément de construction identitaire devenu stéréotype

Claude-Gilbert Dubois

Texte intégral

  • 1 Gustave Flaubert, Dictionnaire des idées reçues. Ce catalogue de stéréotypes langagiers devait acc (...)
  • 2 Alain Rey (s.l.d. d’), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaires Le Rob (...)
  • 3 Nous renvoyons, pour complément d’informations sur ce mot, à nos articles : « Les réseaux symboliq (...)

1Stéréotypes : Flaubert les appelait plus banalement des « idées reçues », et il en a établi un catalogue pour son temps1. Il ne suffit pas de recevoir une idée reçue pour qu’elle devienne stéréotype. Il faut aussi qu’elle soit gravée, pétrifiée, imprimée : c’est du prêt-à-parler quand on n’est pas prêt à penser. L’idée « imprimée » dans l’esprit renvoie le stéréotype à son réseau sémantique premier, celui du « type », de la typographie, qui réintègre le mot dans le vocabulaire de l’imprimerie. Quand l’idée est imprimée, on ne peut plus y toucher. Le « type » devient stereos, solide, pétrifié, immobilisé. Par là, le stéréotype devient aussi sterilis2 ; il n’a plus de futur, sauf si un terreau favorable (un concours de phénomènes historiques circonstanciés) permet de le remettre en course en lui redonnant la vie d’un signe, évolutif et à forte intensité affective, s’enracinant en partie dans l’inconscient, que l’on appelle « symbole »3.

2Prenons par exemple la sainte trinité républicaine : « Liberté, égalité, fraternité ». Elle résulte de la convergence consciemment élaborée de trois concepts philosophiques, à application politique et sociale, accompagnés d’une illustration esthétique, à base d’allégories et d’emblèmes, organisés parfois en compositions symboliques, comme « la Liberté guidant le peuple » sur les barricades », ou « la Liberté éclairant le monde ». Chacun de ces concepts a une longue histoire qui lui est propre, dont la convergence permet de forger une mystique républicaine, à laquelle les hymnes révolutionnaires - comme Liberté, liberté chérie de la Marseillaise, ou Alle Menschen werden Brüder, comme illustration de la fraternité universelle dans le texte de Schiller inclus dans l’hymne européen - donnent une structure quasiment religieuse et permet son insertion dans une liturgie laïque.

3Et puis, avec le temps, va, qui va et qui fait que tout s’en va avec lui, comme le dit l’héraclitéen Léo Ferré, avec l’usage qui crée l’usure, les trois mots réunis en une seule formulation unitaire, finissent par régresser, de symboles chargés d’affectivité à de simples signes dénotatifs, et de signes à de simples marqueurs, qui désignent par exemple un édifice public, hôtel de ville, hôtel des douanes, préfecture, bureau de perception, w.c. publics... Mais si des circonstances particulières font que la patrie est en danger, ou que la démocratie est menacée, elles reviennent avec leur force originelle sur le devant de la scène nationale, dans leur appareil restauré de grandeur passée.

  • 4 La notion d’archétype, d’origine platonicienne, a été exploitée par Cari-Gustav Jung, avec un appa (...)

4Les slogans ont la vie des plantes ou des astres. Poursuivons la métaphore : ils ont leur période de croissance ou leur premier quartier, leur épanouissement ou leur apogée, leur phase de dépérissement ou de déclin. Mais le cycle, saisonnier ou cosmique, peut repartir, et ce sont alors, selon le cas, renaissances, restaurations ou printemps nouveaux des révolutions. Dans leur période de croissance, on peut leur trouver a posteriori une forme historique embryonnaire, lue par l’analyste du fait historique comme annonciatrice d’un futur réalisé : ce sont des « prototypes », sorte de balbutiements élémentaires appartenant à la préhistoire d’un événement. Les prototypes donnent naissance à des types, émergeant comme symptômes du fait en cours de réalisation et permettant sa lecture par intégration dans une logique de l’histoire. Le type passe à l’état d’« archétype », lorsqu’il fait remonter la sève des racines (le sentiment souvent inconscient d’un enracinement identitaire rattaché à un principe vital de la communauté, et accompagné de sacré) à la surface (c’est à dire à la conscience) pour s’élever altièrement vers une proclamation identitaire, dans un objectif de défense (les diverses formes de « résistance ») et d’avenir (la propagation de l’idéal dont on se dit porteur). Dans leur pleine luxuriance et leur plus forte intensité d’expression, stimulés par des circonstances exceptionnelles, comme des guerres ou des révolutions, les archétypes sont les noyaux et les stimulateurs de ce qu’on appelle communément les sentiments identitaires, avivés jusqu’en mystique identitaire ou en fanatisme, lorsqu’ils absorbent la totalité du psychisme. Telle est la force des archétypes4. Ils deviennent stéréotypes lorsque la vie ou la lumière qui les imprègne se retire, et qu’il ne reste plus d’eux qu’une forme, comme un outil d’autrefois qui a servi en son temps et n’est plus désormais qu’une pièce dans un musée des arts et métiers, suscitant seulement curiosité ou ironie. Feuilles mortes, coquilles vides, cendre de flambeaux éteints. C’est en cette fin de course que, selon le cas, ils entrent dans une mort définitive ou peuvent ressusciter.

5C’est cet ensemble d’hypothèses que je voudrais expérimenter à propos d’une autre formule française préformatée : « Nos ancêtres les Gaulois ». On reconnaîtra en elle la dernière phase de l’évolution d’un concept, sous sa forme stéréotypée. Elle n’est guère utilisée aujourd’hui que comme pièce de musée, dans les recherches sur l’origine ancienne du sentiment identitaire français, ou comme prétexte inépuisable à inventions comiques ou ironiques (comme dans la série des Astérix, les chansons de Serge Gainsbourg ou d’Henri Salvador, ou de plus anciennes chansons bachiques : « et ils buvaient comme des trous, morbleu, bien autrement que nous, morbleu, bien autrement que nous »).

  • 5 Sur le rôle des outils pédagogiques pour la diffusion du mythe gaulois fondateur de l’histoire nat (...)

6Cette formule n’est en fait qu’un produit secondaire obtenu par réduction elliptique, un produit de synthèse résultant d’une condensation de propositions diverses en usage dans les classes. Le modèle en est la phrase qui ouvre le « Petit Lavisse », sorte de catéchisme fondateur en usage dans les écoles de la troisième république5. Le manuel d’histoire de France dit : « Autrefois notre pays s’appelait la Gaule et les habitants s’appelaient les Gaulois » (Lavisse, 1931 : 1), ou encore : « Il y a deux mille ans la France s’appelait la Gaule » (Lavisse, 1924 : 5). On remarquera qu’entre ces deux extraits et la formule érigée en devise « Nos ancêtres les Gaulois », une distorsion s’est produite. Les phrases du Lavisse parlent de pays, c’est à dire d’espace géographique, de territoire, et induisent, par continuité de la Gaule à la France, un droit du sol. Le socle de la nation est une aire territoriale. La formulation synthétique parle d’ancêtres, et établit une filiation d’ordre génétique. Elle fonde un droit du sang. On passe directement des Gaulois d’autrefois aux Français d’aujourd’hui par héritage généalogique. Le Petit Lavisse marque une différence culturelle, tout en présupposant la continuité généalogique (comme l’atteste le mot « pères », que l’on peut prendre, il est vrai, comme une image et non une réalité) : « Notre pays a bien changé depuis lors et nous ne ressemblons plus guère à nos pères les Gaulois » (Lavisse, 1931 : 1).

7Comment passe-t-on d’autre part de l’appellation « Gaule » à celle de « France » ? Le changement est constaté, mais non expliqué : « Les évêques et les Gaulois furent très contents du baptême de Clovis. Ils l’aidèrent à devenir roi de toute la Gaule. Dans la suite, la Gaule changea de nom. Elle s’appela la France » (Lavisse, 1931 : 14). Un peu plus loin : « Charles le Chauve eut la plus grande partie de la Gaule. Le royaume de Charles le Chauve s’appela la France » (Lavisse, 1924 : 25). Nulle part il n’est fait mention des Francs, peuple dont le nom est germanique (on le fait venir de frank, libre, pour signifier qu’installés sur la rive droite du Rhin, ils étaient hors du limes de l’empire romain). Les raisons de l’occultation de ce peuple germanique est assez claire, et Lavisse en donne la clé dans une adresse « aux élèves de nos écoles », rédigée en 1919, qui figurera dans les manuels de l’entre-deux-guerres :

Mes enfants, moi qui vous parle et qui suis ému en vous parlant parce que vous êtes l’avenir de la Patrie /.../, depuis près de cinquante ans, depuis le désastreux traité de Francfort, j’ai vécu dans une France vaincue, démembrée, humiliée. J’ai souffert de la défaite, du démembrement, de l’humiliation. J’ai vu que, parce que la France était vaincue, l’Allemagne se croyait tout permis. Son orgueil et ses ambitions menaçaient le genre humain (in Citron, 1987 :29).

8On pourra remarquer l’affinité d’intonation avec le discours de De Gaulle, en août 1944, dans des circonstances similaires, lors de la libération de Paris : « Paris humilié, Paris outragé, etc... ». Une autre correspondance, plus paradoxale quoique parfaitement logique, est la formule « menacer le genre humain », qui ressemble étrangement à celle que les historiens romains utilisaient à l’égard des Juifs, « ennemis du genre humain ». Je ne sais si le rapprochement a été voulu par un historien qui la connaissait certainement, mais le transfert est significatif d’une globalisation des attributs qui désignent 1’« Ennemi » de tout temps de toute communauté nationale.

  • 6 « Tableau synoptique des rois de France de Pharamond à Louis-Philippe Ier », d’après Henault, Leng (...)
  • 7 Chateaubriand, Les Martyrs, Paris, Le Normant, 1809, livre IV. La romanisation de la Gaule, très n (...)

9Et pourtant, pendant des siècles, notre pays s’est appelé la France et les habitants s’appelaient les Francs, devenus, dans les textes du Moyen Age, les « Francies », puis les « Françoys », puis les Français. Et nul n’avait honte de ces ancêtres-là. La France naît en effet avec une double légitimité, religieuse et dynastique. Le baptême de Clovis, en 498, lui donne ce double sceau : par le baptême (catholique, et non arien, à la différence des autres chefs barbares) du prince, elle devient la « fille aînée de l’Eglise » et inclut dans la dynastie royale les aïeux immédiats du mérovingien, jusqu’à Pharamond, décrété premier roi des Francs. Un tableau synoptique des rois de France, publié sous le règne de Louis Philippe, qui a le soixante et onzième rang, nous apprend que Pharamond Ier, bisaïeul de Clovis et grand-père de Mérovée, est le premier roi de France, ayant régné huit ans de 420 à 42 86. Avant lui, l’histoire est celle de Rome, qui est tout, et des Barbares non romainement christianisés, qui ne sont rien. Lorsque François 1er, voulant imiter ce qui se faisait en Italie, fait venir avec lui l’historien Paul-Emile de Vérone, celui-ci commence l’histoire officielle du royaume avec Pharamond. Au delà de ce mur mérovingien, il n’y a pas de France. La Gaule n’est qu’une province romaine : Chateaubriand s’en souvient encore, dans Les Martyrs, lorsqu’il fait d’un Vercingétorix de son invention, descendant de l’autre, un simple auxiliaire des Romains dans la grande bataille contre les Francs, immortalisée par le chant de guerre : « Pharamond, Pharamond, nous avons combattu avec l’épée », qui déclenchera la vocation d’historien d’Augustin Thierry7.

  • 8 Sur la naissance et le développement des mythes nationaux au cours du Moyen Age, voir Beaune, 1985 (...)
  • 9 Cet épisode romanesque, calqué sur l’arrivée d’Enée au Latium, gouverné par le roi Latinus, dont i (...)
  • 10 On ne peut s’empêcher de joindre à tous ces noms (Rhèmes, Rhémus, Reims, Remi) celui de Rémus, le (...)

10Toutefois l’irrépressible passion d’une généalogie glorieuse et le souci aristocratique d’anoblir culturellement ses ancêtres, pousse à aller en amont de l’arrivée des Francs en France, et à poursuivre la recherche, ou à défaut à inventer un brillant passé à « nos ancêtres ». Les diverses renaissances médiévales, qui portaient l’Antiquité au premier plan de l’actualité historienne, ont favorisé l’éclosion de « romans » historiques. Les oeuvres comprises sous le titre de « cycle classique », vont dans ce sens, comme Le roman d’Aeneas, Le roman d’Alexandre, Le roman de Thèbes, et Le Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure8. Robert Wace, dans son Roman de Brut, suivant Geoffroy de Monmouth, auteur d’une histoire des rois de Bretagne, fait remonter l’origine des Britanniques à un certain Brutus, héros troyen, petit-fils d’Enée. A la même époque, Benoît de Sainte-Maure qui, à la demande d’Aliénor d’Aquitaine, avait versifié une histoire des ducs de Normandie, rédige son Roman de Troie. Plus que des auteurs classiques, Homère et Virgile, il s’inspire de deux œuvres, dont les auteurs - Dictys de Crète et Darès de Phrygie - étaient censés avoir été des témoins directs des faits. Il s’agit en fait de recompositions imaginaires faites à partir d’un rassemblement de fragments divers, élaborées entre le IVe et le VIe siècle. L’utilisation de ce type de faux est d’un usage courant (on va en rencontrer un autre à propos des Gaulois) dans l’élaboration des mythes de fondation, mais l’authenticité n’en sera pas remise en cause avant la critique textuelle de l’humanisme philologique, et ils pourront jusque-là jouer à plein leur rôle de référence d’autorité historique. Le poème de Benoît de Sainte-Maure, s’appuyant sur le thème de la translatio imperii ou transfert de la suprématie politique, part de l’idée que l’imperium est passé de l’Empire romain aux Grecs byzantins, et de là aux Francs, pour la fondation du saint empire romain germanique. Un héros éponyme, Francus, fils d’Hector, aurait traversé l’Europe centrale, fondant au passage la ville de Sicambre, sur le site de Budapest, pour aller encore plus vers l’Ouest et s’installer auprès du roi Rhemus, dont il épouse la fille9. Notons au passage que ce Rhemus, prince des Gaulois Rhèmes, a installé son camp sur le site de Reims, dont un évêque devenu célèbre s’appellera Rémi10.

11La légende des origines troyennes des Francs dure, avec des modifications et des embellissements, jusqu’au XVIe siècle. Ronsard l’utilise encore dans sa Franciade. Le héros principal de ce qui veut être une épopée nationale, appelé Francion, a pour modèle l’Enéide, dont il reproduit la trame, en y associant des réminiscences d’Ovide et de l’Arioste. Le livre IV de La Franciade, calqué sur le chant VI de l’Enéide, est l’annonce faite à Francion de sa glorieuse postérité : on y rencontre donc « celui qui d’un grand pas tous les autres devance / et d’olivier se couronne le front ». La Sibylle le présente : c’est le roi Pharamond. Suivent Clodion, qui « l’ocieux courage / des vieux Germains aux armes refera », Mérovée « vaillant et juste », Childéric et Clovis « grand honneur des Troyens ». Voyant qu’il y avait encore une soixantaine de figures de rois à traiter, Ronsard prend peur de la tâche et s’arrête à Pépin le Bref. Il revient plutôt, pour son bonheur et le nôtre, aux Amours, laissant le grand ouvrage interrompu. Le mythe troyen s’était en fait épuisé. On n’y croyait plus guère. La critique philologique et historique s’était mise en place et en avait eu raison.

12C’est alors qu’apparaissent les Gaulois, soit comme ancêtres de substitution, soit comme ancêtres de synthèse, « bébés-éprouvettes » naissant, en laboratoire d’investigations génétiques, d’un amalgame aventureux biblico-gallico-français, excluant les puissances rivales du temps, les Troyens (qu’il faut comprendre comme Romains et Papistes) et Francs (qu’il faut comprendre comme Allemands), ou les agrégeant dans une émulsion complexe biblico-trojano-gallico-franco-française.

13Dans son enquête désormais classique, Roman des origines et origines du roman, Marthe Robert met en valeur deux modèles archétypaux de l’imaginaire relatif à l’enfant : l’enfant trouvé et le bâtard. En faisant le cheminement inverse, suivant la trace d’un fils en quête de parents perdus, on pourrait dire que les Gaulois incarnent à la fois le « père trouvé » et le « père bâtard ». Bâtards, les Gaulois le sont par les descriptions peu enviables qu’en donnent les historiens de l’Antiquité : Polybe, César, Strabon, Diodore. Buveurs, indisciplinés, poussés parfois à la témérité dans des actions un peu folles, querelleurs, se livrant à des sacrifices humains, ils n’ont rien d’attirant. Ils ne deviennent fréquentables que sous l’effet de la civilisation romaine apportée par les vainqueurs. Ce père répudié a besoin d’un sérieux ravalement de réputation pour pouvoir être réintégré dans la famille. On s’y emploiera.

  • 11 Il convient de rappeler que l’exégèse des textes réputés sacrés a fait l’objet, surtout de la part (...)

14Pour l’instant, il s’agit d’établir un lignage et de prouver que l’histoire de la France passe d’abord par la Gaule. Or il existe un livre de témoignages irrécusables, dont la fiabilité ne peut être mise en cause aux XVe et XVIe siècles, sous peine de poursuites pour lèse-divinité : c’est la Bible11. C’est ce livre qui établit la vérité en tous domaines, puisqu’elle est « parole de Dieu ». Il y a d’autre part les témoignages des auteurs anciens, qui ne sont qu’humains, donc contestables et rectifiables, mais dont les témoignages permettent de corroborer en certains cas la vérité biblique, ou de l’exprimer sous une forme cryptée, avec des métaphores et des noms d’emprunt que l’on arrive à faire « concorder » (c’est le terme technique utilisé) avec les noms bibliques.

  • 12 Cette affinité phonétique est développée par Guillaume Postel (1510-1581), érudit hebraïsant, féru (...)
  • 13 Sur le rôle des écrits d’Annius de Viterbe, voir Celtes et Gaulois au XVIe siècle, op. cit., pp. 2 (...)

15La Bible nous apprend, de manière irréfutable, que l’ancêtre unique de l’humanité, seul rescapé, avec sa famille, des « eaux du déluge », ce qui se dit en hébreu gallim, est Noë. La famille originelle de l’humanité était donc « gauloise », au sens de « rescapée des eaux »12. Pour aller de Noë aux Gaulois, on se perd un peu dans la généalogie. Heureusement un moine de la fin du XVe siècle, Giovanni Nanni, de l’ordre des Prédicants, a, dit-il, retrouvé des textes perdus d’auteurs anciens, comme Bérose, le prêtre chaldéen, dont les écrivains de l’Antiquité citent certains fragments13. Deux moines, originaires d’Arménie (le pays du Mont Ararat où a échoué l’arche) lui ont transmis ces textes dont il donne une version en latin. Les Antiquités (De Antiquitatibus) de Bérose et d’autres auteurs anciens sont donc publiés par le moine érudit, qui prend le nom d’Annius de Viterbe. Il s’agit manifestement de faux, savamment contaminés avec des fragments de textes authentiques, mais, comme pour l’élaboration du mythe troyen, ils ne sont pendant longtemps pas perçus comme tels. Il en ressort que tous les peuples d’Europe ont pour héros éponyme et fondateur un descendant de la lignée de Japhet, le fils de Noë auquel est échu le pouvoir temporel.

16C’est à partir de ces apocryphes que va s’opérer la réhabilitation du peuple gaulois, laissé jusqu’ici dans l’ombre, par l’acrimonie et la crainte à l’égard de ces conquérants des écrivains grecs et latins. Les Gallim rescapés des eaux ont essaimé un peu partout en Europe, et on reconnaît encore leur implantation dans la toponymie, comme le prouvent, outre la Gaule, les régions de Galice, du Portugal, de Galatie ou du pays de Galles. On remarquera même que le nom de la famille régnante en France, celle des Valois, est une altération de Gallois ou Gaulois, ce qui autorise Ronsard à dédier à Charles IX un compliment en vers sur son « habit de vieux Gaulois » (1993 : 494-495). Japhet a pour fils aîné Gomer, qui a laissé son nom aux Gumbri, aux Ombriens d’Italie, et également aux Cimbri, aux Cimbres d’Allemagne, de sorte que Guillaume Postel, dans son Histoire memorable des expeditions faictes par les Gaulois (1552) peut dire que « les Gomeriques ou Cimbres et Gaulois » ont un droit de mainmise sur l’univers, qui leur a été donné dès le commencement, « quant Gomeras Gallus, venant de la Scythie Armenique, havoit planté le fondement de son Regne au pays là où les Umbriens ou Toscans ont depuis habité » (Postel, 1552 : f.23, in Dubois, 1972 : 70).

  • 14 Lemaire de Belges fait de Francus, fils d’Hector, le vingt cinquième roi de la « ligne des roys de (...)

17On peut en effet reconnaître l’influence des Gaulois en tous lieux d’Europe. On sait la panique qu’ils provoquèrent à Rome, à Delphes, avant de se rendre en Egypte où, dit toujours Postel, après la défaite de la reine Cléopatre, Octave fit présent de sa garde, composée de quatre cents Gaulois, à Hérode, « dictateur du royaume de Judée » (Postel, 1552, f. 41 v°). Ces pèlerins de l’Europe élargie sont également passés par Troie, récupérant ainsi au passage Francus, fils d’Hector, qui leur a donné son nom14. Voici donc enfin le père retrouvé, dont l’enquête « historique », menée avec les moyens du bord, prouve le vrai droit de paternité sur la France, et dont la bâtardise cède la place à une réhabilitation en bonne et due forme, justifiée autant par la Bible que par des témoignages antiques.

18Le deuxième point sera de démontrer, contre les historiens partiaux de l’Antiquité qui en faisaient des Barbares, comment s’est établi en France l’héritage spirituel, intellectuel et culturel de ces ancêtres replacés en leur lieu originel et réhabilités dans leur apport civilisationnel.

  • 15 Voir la bibliographie des œuvres produites sur le sujet au cours du XVIe siècle in Dubois, 1972 : (...)
  • 16 La notion d’immortalité de l’âme est absente des textes les plus anciens de la Bible et constitue (...)

19Les Gaulois sont un peuple religieux, le plus religieux de tous les peuples anciens. Ce point est fondamental pour leur réhabilitation, à une époque où le sens religieux est la première qualité d’une société, comme le clergé sera le premier ordre de la bipartition d’ancien régime. De Lemaire de belges à Noël Taillepied15, tous les « sociologues » balbutiants du XVIe siècle français sont d’accord sur ce point : la caste des prêtres, les Druides, tenaient la première place dans la société et le peuple suivait d’un seul élan leurs avis. Ces Druides ont gardé en dépôt la foi en son état ancien, avant même la révélation de Moïse, au temps des patriarches hébreux qui lui sont antérieurs. Ils croyaient, avant même les Hébreux, en l’immortalité de l’âme16, et vénéraient un « dieu inconnu » dont ils ont légué l’idée aux Athéniens (ce dont saint Paul porte témoignage). Ce dieu inconnu est en fait le dieu « innommable » des anciens Hébreux, le dieu de la Bible dont ils ont recueilli le plus ancien témoignage d’existence.

  • 17 L’ouvrage de La Boëtie (dont la rédaction semble vraisemblablement dater de 1548) a été partiellem (...)

20Un autre problème résulte du grief qui leur a été fait d’être indisciplinés. L’argumentation, en vue d’un retournement de l’accusation, est ici très ingénieuse et fait l’objet d’une exploitation politique du parti protestant, notamment après la Saint-Barthélemy. La littérature protestante postérieure à 1572 insiste sur le caractère arbitrane de l’institution monarchique de la France, qualifiée de tyrannie en son état actuel, et met en avant un autre type d’organisation politique plus juste. C’est ici que les Gaulois sont sollicités pour fournir un modèle d’état fédératif et de gouvernement collégial, fondés sur un fonctionnement démocratique, qui laisse une très grande place aux initiatives et aux débats. Le Discours de la servitude volontaire d’Etienne de La Boëtie (qui n’est pas protestant) a pu ainsi pour la première fois trouver place, sous le titre de Contr’Un, dans cette littérature pamphlétaire17. La Boëtie met en garde les hommes libres contre ce paradoxe : les sujets, assujettis à un tyran, arrivent à se faire, contre leurs intérêts propres, les défenseurs d’un régime qui les opprime. La Boëtie analyse avec finesse les mécanismes psychologiques qui aboutissent à cet « amour du censeur », et prend pour exemple de la tyrannie qui s’exerce par des moyens cauteleux l’exemple de Jules César. La Franco-Gallia de François Hotman (1573) est beaucoup plus liée à l’actualité immédiate. Hotman imagine la Gaule comme un ensemble fédéral, dans lequel chaque communauté se présente soit comme une république collégialement gérée, soit comme une monarchie élective contrôlée. On y voit apparaître l’idée de la souveraineté populaire : « Pour lors, la Gaule n’estoit sujette à la domination d’un seul, qui la gouvernoit en titre de Roy ». Chaque cité pouvait avoir soit un gouvernement collégial de notables ou encore une « forme de police purement populaire, c’est à dire où le peuple est souveraine puissance ». L’auteur exploite cette diversité qu’il juge féconde pour vitupérer contre un régime monarchique qui, lorsqu’il aspire à la souveraineté totale et à l’absolutisme, « se laisse choir en tyrannie » (Hotman, 1573 : 2).

  • 18 « Toutes les fois qu’on verra tout le monde tranquille dans un Etat qui se donne le nom de républi (...)

21Il s’ensuit que l’indiscipline supposée n’est qu’une apparence, née de l’illusion d’un regard assujetti ou des manipulations désinformatrices d’un régime tyrannique, qui refuse toute confrontation interne et tout débat démocratique, sous prétexte de trouble de l’ordre public. Tout régime démocratique et libéral, dira plus tard Montesquieu à propos des derniers temps de la république romaine, connaît ces confrontations. C’est affaire liée à la nature même du régime qui présuppose la liberté de chacun dans l’expression de ses opinions et de ses intérêts. Les états prétendument ordonnés par l’arbitraire et la loi du silence, n’expriment en fait que l’inertie des peuples tyrannisés et le silence des tombeaux18. Les Gaulois apparaissent donc déjà, pour une fraction de la France du XVIe siècle, comme annonciateurs d’un régime où « la république nous appelle », en renvoyant dans leurs tombeaux de silence les monarques absolus et de droit prétendu divin : « Tyrans, descendez au cercueil ». La Gaule est le chant du départ d’une utopie républicaine, collégiale et libérale, du parti de la Réforme, face au parti catholique, celui de Rome, dont les Gaulois ont eu tant à souffrir, et il convient de replacer derrière la Rome des Césars celle, babylonique, des Papes d’aujourd’hui, et derrière les Gaulois, austères et pieux, le mythe du nouvel homme reformé par l’évacuation des déchets déposés par toutes les tyrannies, celles des Rois usurpateurs et celles des Papes dévoyés. Cette position ne changera (mais seulement pour une partie de l’opinion protestante) que lorsque Henri de Navarre sera candidat à la royauté.

  • 19 Le sonnet de Du Bellay (1560) s’inscrit en fait dans une politique continue de promotion de la lan (...)

22Un autre trait de la Gaule imaginaire inventée par les intellectuels gallophiles du XVIe siècle est son haut niveau culturel, particulièrement sensible en une époque où se répand l’idée d’une « France, mère des arts, des armes et des lois »19. Pour le démontrer, les archéologues de la langue française se livrent à toutes sortes d’acrobaties : la langue originelle des Gaulois est, pense-t-on, le grec, ce qui permet toutes sortes de correspondances ingénieuses : ainsi, dit Jean Bodin, les deux villages beaucerons d’Oucques et d’Ecoman dérivent du grec ouk echomen, qui expriment le non-être et l’avoir, et montrent bien l’implantation de ces Gaulois qui parlaient grec (Bodin, 1566, Cf. Dubois, 1972 : 119-122). Guy Le Fèvre de la Boderie, auteur d’un vaste poème didactique intitulé La Galliade, joue sur le mot de Gallia, la Gaule, et le terme hébreu de Galal, qui exprime un cycle ou un retour. L’esprit des Hébreux est passé en Gaule avant de retourner en France :

Mais qui pourroit parler de Gaule maintenant
Qui enferme en son sein et qui va comprenant
Toutes lettres, tous arts, tous autheurs, toutes langues,
Toutes loix, toutes meurs, tous discours et harangues ?
Dont le petit ruisseau en sa fonteine né
Après s’estre en Itale et Grece pourmené,
Et s’estre enflé des eaux, et de richesse estrange
De Tigris et du Nil, et d’Eufrate et du Gange,
En Gaule est retourné, bruyant, impétueux,
Se decharger au sein de Seine tortueux (Le Fèvre de la Boderie, 1578 : 29)

23Ainsi, un siècle de publications, de 1500 à 1600, a réussi à faire passer les Gaulois, de prototype mal formé, relégué dans les coulisses de l’histoire, à une situation véritablement archétypale, comme mythe fondateur des institutions, de l’état moderne de la France et de la conscience nationale. Il a permis de fonder des revendications d’identité, indépendantes à la fois de Rome et de l’Empire, des Papes et des Habsbourg. La dernière vague de l’humanisme - celle de Jean Bodin, de Claude Fauchet, d’Etienne Pasquier - l’utilise encore pour donner une assise à une histoire en construction de la culture française, qui revendique des traits distinctifs (ni Rome ni l’Empire, gallicanisme et francophonie issus du sol et de l’esprit autochtones), en même temps qu’une insertion (par le rappel de la saga familiale des descendants de Noë) de cette culture dans le concert des peuples de même famille. Il s’agit là de spéculations d’intellectuels, qui ne touchent qu’un cercle restreint. Mais les politiques ont bien vu l’utilisation qu’ils pourraient en faire, le cas échéant, et l’intérêt qu’il pourrait y avoir à une plus large diffusion. C’est ce que confirmera l’évolution future, avec ses bas (l’archétype devient stéréotype) et ses hauts (le stéréotype s’anime et retrouve ses qualités d’archétype).

  • 20 Trois éditions ont vu le jour en 1792, 1797, et 1801. Cette dernière est titrée Origines gauloises (...)
  • 21 Pour la période postérieure au XVIe siècle, on peut consulter l’abondant recueil d’articles et de (...)

24A partir de cette époque d’apogée incandescente, le mythe gaulois redescend à une place plus modeste, sans disparaître totalement. Dans les lettres, le XVIIe siècle voit peu à peu le triomphe de l’antiquité gréco-latine. Les Gaulois, redevenus barbares, ne sont que des faire-valoir, par effet réactif, des bienfaits de la civilisation antique, qui passe par Athènes et par Rome. Il est vrai que l’Astrée, ce roman-fleuve qui ouvre l’âge baroque français, place son lieu d’action dans le Forez du Ve siècle, à l’heure des confrontations entre Gaulois, Romains et Francs. Mais ces bergers gaulois, romanisés et civilisés, appartiennent plus à l’univers de Théocrite ou de Virgile qu’à celui de Gomer, de Francus, de Brutus, d’Askhenaz et de Thuyscon, ancêtres fictifs des peuples d’Occident. Le druide gaulois devient sur scène, au XVIIIe siècle, un philosophe de la nature et le Gaulois moyen est perçu comme un spécimen de ces « bons sauvages » restés de ce côté-ci de l’Atlantique. La révolution française s’est surtout donné pour modèles les figures des vieux Romains de la république, les Junius Brutus, Cincinnatus et Caton, célébrés par les toiles à grand spectacle de David et de son école. Pourtant, « le premier grenadier de la république », La Tour d’Auvergne, écrit sur les Origines gauloises de la France un ouvrage qui sera trois fois réédité au cours des événements révolutionnaires20. L’ouvrage s’inscrit lui-même dans une tradition d’études du XVIIIe siècle, où se signalent les œuvres de Paul Pezron (1703), Simon Pelloutier (1741) et Jacques Martin (1744)21. Les révolutionnaires, récusant la valeur de l’héritage franc, qui aurait formé l’aristocratie française, ont donné les Gaulois pour ancêtres au peuple. Les amis de Vercingétorix sont les Jacques Bonhomme de l’Antiquité. Voici donc les Gaulois remis en chantier dans une nouvelle perspective : celle des origines d’une histoire sociale du peuple de France, qui vient s’apposer comme une ombre à l’histoire officielle, faite de batailles et de conquêtes guerrières, de la noblesse supposée d’ascendance franque. C’est un élément à prendre en considération pour Michelet qui publie Le Peuple juste avant de rédiger l’Histoire de France (Croisille, 1982 : 211-219). Michelet nous renvoie à son disciple, Ernest Lavisse, qui vient boucler la boucle de cette nouvelle « Galliade ». La défaite de 1870 et ses conséquences font que la France rejette ses origines germaniques. On se tourne à nouveau du côté de Rome : la France devient à cette époque un pays « latin » (que développera plus tard le nationalisme méditerranéen de Charles Mauras). Les Gaulois réapparaissent dans cette perspective, mais pour marquer aussi quelques distances avec Rome. Ni Rome ni Berlin, ni sang franc ni importations romaines. Le nationalisme français laïc exalte lyriquement les vieux Gaulois « à tête ronde », qui sont dans la plaine (alsacienne ?), et les Bretons ne sont plus désormais descendants des Britanniques débarqués en Armor, mais des Gaulois de Gaule, bien Celtes, bien de chez nous (Rio, 2002).

25Comment ce ferment des ferveurs nationalistes de jadis a-t-il pu se vider de son sens, tout en gardant évidemment un caractère lyrique d’appel ou de rappel à la résistance, ou un accompagnement ironique, poétique, favorisant de menus contes philosophiques sur la force des faibles et l’astuce pour survivre des minorités résistantes ? Personne n’accorde plus de pertinence historique à la formule « Nos ancêtres les Gaulois » (sauf peut-être quelque secte druidique et quelque groupe celtisant dont l’influence n’excède pas les limites de la forêt de Brocéliande !). Le concept de race, qu’un certain cornant d’origine française au XIXe siècle a colporté, avant qu’il ne trouve, pendant un temps d’orage, un accueil délirant en Allemagne au XXe siècle, a fait long feu. Le culte des ancêtres a laissé place à la culture d’acquisition et à des formes évolutives (hégéliennes, darwiniennes ou marxiennes) de l’histoire culturelle d’un pays. La théorie de la mère-porteuse de civilisation auprès de populations primitives, justificatrice de la présence française dans les territoires exotiques conquis au XIXe siècle pour la formation de l’Empire colonial, a été retournée pendant la période des guerres de décolonisation. Le même stéréotype a servi de justification en sens inverse pour dénoncer les loufoqueries de l’universalisme français enseignant que « Nos ancêtres les Gaulois » vaut aussi pour les petits canaques ou les écoliers sénégalais. Il s’agit bien évidemment là d’une caricature entrant dans un jeu de propagande anticolonialiste. Tous ces retournements entraînent quelques précautions, sous peine de ridicule, dans l’usage de la formule. Le plus simple est de la neutraliser par le rire.

26La formule garde portant un certain poids littéraire, lyrique ou satirique, en exprimant, sous des formes métaphoriques, les revendications d’existence de la plupart des courants revendicatifs non dominants. A-t-on remarqué qu’il y avait en France un culte particulier des vaincus héroïques ? Quelles sont les figures principales du panthéon des « grands hommes » ? Vercingétorix, qui finit sa vie dans les prisons de Rome, Roland, tombé sous les coups des « Sarrasins », Jeanne d’Arc, condamnée par des ecclésiastiques et brûlée vive, Henri IV, échappant dix fois au poignard des fanatiques et des conspirateurs, sauf une dernière fois qui fut la bonne, Napoléon, déchu, exilé et mort à Sainte-Hélène, Jaurès et d’autres, tous perdants à la fin de leur vie et ne gagnant qu’une gloire posthume. Et si de Gaulle (nom prédestiné) a quitté les hauts lieux de l’Elysée en 1969, alors que rien ne l’y obligeait, n’est-ce pas (pourquoi pas ?), pour se conformer à cette image stéréotype du grand homme qui finit mal, mais en beauté, avec un panache digne de Cyrano ? Astérix a réussi à conquérir le monde, ce que n’avait pu faire son ancêtre Brennus : mais c’est qu’il se présente comme chef des résistants dans un combat objectivement inégal. Si José Bové porte moustaches à la gauloise et fume ostensiblement la pipe à la manière d’un calumet d’indien, c’est sans doute aussi pour se conformer à l’idéal faussement stéréotypé, parce qu’efficace, des opprimés contre les Jules César et les Buffalo Bill de l’économie macdonaldienne d’occupation.

27On ne dira donc pas Vae victis, mais « honneur aux vaincus ». Si les Gaulois sont morts en tant qu’ancêtres, ils restent vivants pour eux-mêmes, dans l’imaginaire collectif, avec leurs gauloiseries pour fin de banquets, sur les paquets de gauloises bleues ou blondes (comme les nattes de Micaela, aux nattes blondes et habillée de bleu, une fille bien de chez nous, contre leurs rivales, les Gitanes, revêtues de l’ombre inquiétante de Carmen la bohémienne), dans leur « gueuloiseries » qui tournent aisément à l’engueulade alla francesa, et autres gallomanies qui vont au galop de la fête.

28Voilà quelques idées qu’on peut tirer de la stéréoscopie d’un stéréotype. Vive la Gaule, vive la France, et vive la République que nous ont donné à la fois, si l’on en croit nos auteurs, vieux Gaulois et vieux Françoys.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BEAUNE Colette, 1985, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard

BODIN Jean, 1566, Methodus ad facilem historiarum cognitionem, Paris

CITRON Suzanne, 1987, Le Mythe national : l’histoire de France en question, Paris, Editions Ouvrières

CROISILLE Christian, 1982 « Michelet et les Gaulois », in VIALLANEIX & EHRARD

DUBOIS Claude-Gilbert, La mythologie des origines chez Guillaume Postel : de la naissance à la nation, Orléans, Paradigme, 1994

Celtes et Gaulois au XIe siècle : le développement littéraire d’un mythe nationaliste, Paris, Vrin, 1972

GOULART Simon, 1577, Mémoires de l’estat de France sous Charles neufviesme, Meidelburg

HOTMAN François, 1573, Franco-Gallia, Genève, traduit en français par Simon Goulart sous le titre La Gaule françoise de Francois Hotman, Cologne, 1574, et réimprimé dans les Mémoires de l’estat de France /.../, op. cit., 1577.

JUNG C.G., 1964, L’Homme et ses symboles, Paris, R. Laffont

LA TOUR-D’AUVERGNE-CORRET, premier Grenadier de la République Françoise, 1801. Cette dernière est titrée Origines gauloises, celles des plus anciens peuples d’Europe, puisées dans leurs vraies sources, Hambourg et Paris (rééd., Slatkine Reprints, 1980).

LAVISSE Ernest, 1931, Histoire de France, cours élémentaire, Paris, A. Colin

—, 1924, Histoire de France, coins moyen, Paris, A. Colin

LE FEVRE DE LA BODERIE Guy, 1578, La Galliade ou de la revolution des sciences et des arts, Paris

POSTEL Guillaume, 1552, Histoire memorable des expéditions depuis le deluge faictes par les Gauloys ou Françoys depuis la France jusques en Asie ou en Thrace et en l’orientale partie de l’Europe. A la fin est l’apologie de la Gaule, Paris

RIO Joseph, 2002, Mythes fondateurs de la Bretagne, Rennes, Ed. Ouest-France

ROBERT Marthe, 1972, Roman des origines et origines du roman, Paris, Grasset

RONSARD, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1993, coll. « Pléiade », t. 1

VIALLANEIX Paul, EHRARD Jean (éd.), 1982, Nos Ancêtres les Gaulois : actes du colloque international de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, Publication de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines

Notes

1 Gustave Flaubert, Dictionnaire des idées reçues. Ce catalogue de stéréotypes langagiers devait accompagner la publication de Bouvard et Pécuchet, qui eut lieu, à titre posthume, en 1881, mais sans lui. Π fallut attendre 1923 pour le voir publié.

2 Alain Rey (s.l.d. d’), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaires Le Robert, 1992, t. 2, art. « stéréo » ; A.Emout et A.Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris, Klincksieck, 1951, art. « Sterilis ».

3 Nous renvoyons, pour complément d’informations sur ce mot, à nos articles : « Les réseaux symboliques et leur fonction littéraire », Versants, n°4, Lausanne, L’Age d’Homme, 1983, pp. 6-31 ; « Image, signe, symbole », dans : Joël Thomas (s. l. d. de), Introduction aux méthodologies de l’imaginaire, Paris, Ellipses, 1998, pp. 22-27 ; « Symbole et mythe », dans : Philippe Walter (s.l.d. de), Dictionnaire de mythocritique, Grenoble, Ellug, (à paraître).

4 La notion d’archétype, d’origine platonicienne, a été exploitée par Cari-Gustav Jung, avec un appareil théorique dérivé de la psychanalyse freudienne (et contesté par le freudisme). Cf. Jung,, 1964, « le problème des types » (p. 58-66), « l’archétype dans le symbolisme du rêve » (p.67-82). Nous le reprenons en en excluant les présupposés métapsychiques contestés. L’archétype est le fondement inconscient d’un symbole, donnant naissance à de fortes réactions affectives et renvoyant à un phénomène fondamental du processus biologique individuel ou collectif.

5 Sur le rôle des outils pédagogiques pour la diffusion du mythe gaulois fondateur de l’histoire nationale, voir Citron, 1987 : 15-56.

6 « Tableau synoptique des rois de France de Pharamond à Louis-Philippe Ier », d’après Henault, Lenglet du Fresnoy et Velly (in Citron, 1987 : 288-289).

7 Chateaubriand, Les Martyrs, Paris, Le Normant, 1809, livre IV. La romanisation de la Gaule, très néo-classique, telle qu’elle qu’elle s’exprime dans l’extrait cité, n’empêche pas l’exploitation très romantique du côté mystérieux et ténébreux des Gaulois, telle qu’il s’exprime dans l’épisode de Velléda (livre X), nom d’une déesse germanique devenue, dans le roman, druidesse gauloise, laquelle aura une forte influence tout au long du XIXe siècle (entre autres, dans Norma, l’opéra de Romani et Bellini). Le chant guerrier des Francs, invention de Chateaubriand dans le style des poèmes ossianiques, est, selon Augustin Thierry, qui s’en explique dans la Préface, à l’origine des Récits des temps mérovingiens (1840).

8 Sur la naissance et le développement des mythes nationaux au cours du Moyen Age, voir Beaune, 1985, chap. I « Trojani aut Galli? ».

9 Cet épisode romanesque, calqué sur l’arrivée d’Enée au Latium, gouverné par le roi Latinus, dont il épousera la fille Lavinia, est développé par Jean Lemaire de Belges dans ses Illustrations de Gaule et singularitez de Troie (1509-1524), réédités par Antoine du Moulin en 1549. Sur le développement du mythe gaulois au cours du XVIe siècle, nous renvoyons à notre étude : Celtes et Gaulois au XIe siècle : le développement littéraire d’un mythe nationaliste, Paris, Vrin, 1972.

10 On ne peut s’empêcher de joindre à tous ces noms (Rhèmes, Rhémus, Reims, Remi) celui de Rémus, le frère malheureux du fondateur de Romé, qui entre ainsi dans la lignée, à titre étranger, des héros à la fin tragique, dont nous faisons état plus loin comme image récurrente dans l’imaginaire de fondation de la France.

11 Il convient de rappeler que l’exégèse des textes réputés sacrés a fait l’objet, surtout de la part des autorités du catholicisme, d’un interdit constant. L’étude en commence au XVIe siècle, avec la critique philologique et l’édition des textes originaux. Mais les travaux portent surtout sur la forme et les traductions. Π faut attendre en France (après Spinoza en Hollande qui pose les bases de l’étude critique des textes dans son Tractatus théologico-politicus) Richard Simon (1657-1712), dont le statut ecclésiastique n’empêchera pas la condamnation. Allied Loisy (1857-1940), autre ecclésiastique et exégète moderne, n’a pas échappé à l’excommunication prononcée contre lui en 1908. L’idée que le texte de la Bible est porteur de vérité dans tous les domaines, historique et scientifique inclus, entraîne la répression de toutes les opinions qui ne se conforment pas à elle, et des poursuites pour hérésie, jusqu’au milieu du XXe siècle.

12 Cette affinité phonétique est développée par Guillaume Postel (1510-1581), érudit hebraïsant, féru de Kabbale, et jugé dès son vivant quelque peu délirant par ses collègues, qui associe Galli à Galliah (séparation de la terre et des eaux), à Gallim (les flots), et à Galal (retourner). Voir sur ce point Celtes et Gaulois au XVIe siècle, op. cit., p. 151, et sur l’auteur l’ensemble de nos articles rassemblés dans La mythologie des origines chez Guillaume Postel : de la naissance à la nation, Orléans, Paradigme, 1994.

13 Sur le rôle des écrits d’Annius de Viterbe, voir Celtes et Gaulois au XVIe siècle, op. cit., pp. 25-28.

14 Lemaire de Belges fait de Francus, fils d’Hector, le vingt cinquième roi de la « ligne des roys des Gaulois », et le huitième de la « ligne des roys de Troie » (Dubois, 1972 : 30).

15 Voir la bibliographie des œuvres produites sur le sujet au cours du XVIe siècle in Dubois, 1972 : 177-182.

16 La notion d’immortalité de l’âme est absente des textes les plus anciens de la Bible et constitue une particularité de croyance des Hébreux, face aux Egyptiens et aux Grecs. Celle-ci ne se manifeste, sous influence néo-platonicienne, à l’époque hellénistique, qu’à partir du 3e siècle avant J.C., pour devenir un des éléments essentiels du mouvement des Pharisiens, contre la tradition antérieure véhiculée par les Sadducéens.

17 L’ouvrage de La Boëtie (dont la rédaction semble vraisemblablement dater de 1548) a été partiellement inséré dans le recueil de libelles et documents protestants établi par Simon Goulart et intitulé Mémoires de l’estat de France sous Charles neufviesme, Meidelburg, 1577. Le texte a pour titre De la servitude volontaire ou le Contr’Un (vol. 3, ff. 83-99). Montaigne prendra prétexte de cette récupération partiale pour réfuser de publier le texte original de son ami (qui en fait aurait pu être interprété de la même manière contre Henri III, mais cette fois-ci au bénéfice des Ligueurs).

18 « Toutes les fois qu’on verra tout le monde tranquille dans un Etat qui se donne le nom de république, on peut être assuré que la liberté n’y est pas /.../. Dans l’accord du despottisme /…/, ce ne sont pas des citoyens qui sont unis, mais des corps morts ensevelis les uns auprès des autres ». Montesquieu, Considérations /.../, chap. IX.

19 Le sonnet de Du Bellay (1560) s’inscrit en fait dans une politique continue de promotion de la langue française, depuis l’édit de Villers-Cotterêts (1539) jusqu’à la Deffence et illustration de la langue françoyse (1549), et aux Recherches de la France du très gallophile et gallican Etienne Pasquier, publiées à partir de 156.

20 Trois éditions ont vu le jour en 1792, 1797, et 1801. Cette dernière est titrée Origines gauloises, celles des plus anciens peuples d’Europe, puisées dans leurs vraies sources par La Tour-d’Auvergne-Corret, premier Grenadier de la République Françoise, Hambourg et Paris (rééd., Slatkine Reprints, 1980).

21 Pour la période postérieure au XVIe siècle, on peut consulter l’abondant recueil d’articles et de documents rassemblés dans Nos Ancêtres les Gaulois : actes du colloque international de Clermont-Ferrand (éd. Paul Viallaneix et Jean Ehrard), Clermont-Ferrand, Publication de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines, 1982.

Auteur

Professeur émérite
Université Michel de Montaigne (Bordeaux-III)

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540