Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Famille et éducation en Espagne et en Amérique Latine

 | 
Jean-Louis Guereña

III. Modèles et contre-modèles

L'éducation et la famille dans le Mexique cardéniste

Jacqueline Covo

Texte intégral

  • 1 Jacqueline Covo, "El Nacional de México : instrument du cardénisme, 1935-1936", L'Ordinaire Mexique (...)

1Le 1er décembre 1934, Lázaro Cárdenas assume la présidence de la République mexicaine, amorçant ainsi la fin du Maximato dominé par l'ex-président Calles. Une intense mobilisation des forces nationales rendit la réalité de ses pouvoirs à l'Exécutif élu et relança la dynamique révolutionnaire. J'ai tenté de montrer ailleurs1 comment le quotidien El Nacional, organe du P.N.R créé en 1929, devient sous Cárdenas un impressionnant instrument d'éveil, de rassemblement, de stimulation "inter-active" des différents groupes sociaux -instrument dont l'efficacité reste cependant à démontrer.

2Dès le 16 décembre 1934, un nouveau Directeur est nommé, et, le 1er janvier 1935, avec la "2ème époque" du journal, se met en place une nouvelle structure rédactionnelle : désormais ses trois sections et les suppléments débordent amplement la fonction informative du journal et font de El Nacional une tribune idéologique et didactique et une vitrine des réalisations gouvernementales (2° sección : Doctrina-Cultura·, 3a sección : Acción social, notamment).

3Il apparaît ainsi immédiatement que l'éducation jouera un rôle de premier plan Hans la stratégie cardéniste : le programme de gouvernement pour 1935, publié le 2 janvier, précise les missions "transcendentales" de la Secretaria de Educación Pública : inculquer aux générations montantes une "interprétation rationnelle de l'univers", prendre en compte non les intérêts égoïstes de classe, mais les besoins de la collectivité. Cette tâche est d'une particulière importance s'agissant de la paysannerie, puisque, ajoute le même article, les ruraux, qui forment 66,27 % de la population, vivent sans moyens de culture, à l'écart des instruments éducatifs, dans des conditions hygiéniques, domestiques et sociales "particulares" qui leur communiquent une idéologie "específica".

4Simultanément se dessinent les projets et orientations destinés à pallier cette situation : thème de l'éducation "socialiste" (24-12-1934, puis rubrique régulière dans la 2ème section Doctrina-Cultura), condamnation de l'enseignement clérical (2-1-1935), création prévue de 2.200 écoles rurales en 1935 et davantage pour 1936, etc. Dans le même temps, le journal encourage les pères de famille à envoyer leurs enfants dans les écoles officielles (7-1-1935).

Le milieu familial et le rôle des mères

5Dans la sécheresse des euphémismes cités, se lisent, non seulement l'ampleur de la tâche à accomplir, mais aussi la force des résistances à briser : pour atteindre ces deux objectifs, il faut compter avec l'intermédiaire inéluctable entre l'enfant et l'institution scolaire représentant l'Etat qu'est le milieu familial, collaborateur souhaité mais frein redouté. On trouve cette idée sous-jacente, par exemple dans un article d'une rubrique destinée aux mères de famille ; intitulé "Aprenda a educar a su hijo - el niño en la escuela" (21-4-1935), il regrette la rupture entre le foyer et l'école, l'indifférence des parents à l'égard des tâches éducatives de l'école, et réclame de la famille une étroite collaboration :

"No debemos dejar a la escuela separada del hogar. Debemos unirlos, coordinar ambas fuerzas, haciendo de ellas una sola cosa grande, noble y bella".

6Aux familles soucieuses de contribuer à la formation de leurs enfants, comme plus généralement aux classes populaires avides de culture, et même aux enseignants dépourvus de matériel pédagogique, El Nacional propose aussi de se faire véhicule éducatif, pour répandre parmi les humbles la culture naguère patrimoine des secteurs privilégiés ; les enseignements qu'il diffusera, sous forme de suppléments, dans un langage et une forme simples, pourront être acquis à peu de frais ; c'est ce que résume l'encadré qui sert d'"oreilles" à la page "Cultura-Doctrina" :

"Cada periódico un maestro; cada página una tribuna para el pueblo. Esto debe ser el periodismo moderno ("Nueva estructura de El Nacional", 5-2-1935)".

7C'est dans ce cadre que le supplément du dimanche 30 décembre 1934 publie, pour la première fois, la rubrique spécialisée La mujer y el niño, signée par Carmen Béez. Elle se substitue à la luxueuse page de modes en couleurs encore présente au début de décembre, et manifeste d'emblée des ambitions culturelles (biographie de Jacquart, l'Art et la Révolution Mexicaine, etc.) qui sont aussi présentes dans l'ensemble du supplément : ses huit pages offrent à la "une" un conte illustré en couleurs, une page littéraire, des rubriques "Théâtre et cinéma", "Musique et danse", des caricatures et bandes dessinées, des reportages photographiques.

8Comme l'indique son titre, cette page adopte une orientation familiale et éducative, dont le paternalisme, l'idéalisme et la naïveté, soixante ans après, font sourire. Particulièrement significative par le choix des articles qui la composent est la page du 13 janvier 1935, l'une des premières : un bref encadré, en haut de la page, apostrophe les lectrices "ciblées" :

"Camarada: este periódico es para ti, mujer que trabajas en el campo; para ti, mujer compañera del obrero, del soldado, del labrador; sirvienta que con el trabajo de tus brazos haces muelle la vida de los hogares burgueses; mujer que en el fondo de tu miseria has aprendido a luchar para que tus hijos triunfen; obrerita, maestra, empleada: en esta página encontrarás siempre algo que te interesa porque está hecho especialmente para ti".

9Ces lectrices potentielles peuvent trouver dans cette page des "pláticas sobre alimentación", conseils et recettes pour une alimentation saine, économique et appétissante, qui resteront une constante dans la page, des curiosités de la technologie moderne, Por si Ud no lo sabe, et trois articles qui nous arrêteront davantage parce qu'ils nous semblent, chacun à leur manière, exemplaires de la volonté de prendre en compte la réalité sociologique majoritaire, pour la faire évoluer à partir du noyau familial. Tous trois s'adressent, explicitement ou non, à la mère de famille paysanne. En bas, à droite, illustrée du paysage mexicain archétypique qu'est le jacal ouvert sur des candeleros, une prose signée Carmen Báez, "Motivos de Navidad" : le petit garçon qui cherche l'enfant-dieu ne le trouve pas sur l'autel doré du "temple", parmi la musique, les parfums et la soie ; sa mère lui fait comprendre que cet enfant divin, fils de charpentier nu et misérable, c'est lui-même, et que c'est en lui-même, et non dans les philosophies, qu'il faut chercher la divinité de l'homme.

10L'article intitulé "Lo que la mujer campesina debe saber", signé par un "Doctor", ouvre une longue et riche série thématique ; il y est représenté à la paysanne qu'il ne lui suffit pas d'être bonne et travailleuse ; elle doit aussi, impérieusement "cultiver son cerveau", apprendre tout ce qui est nécessaire pour remplir sa mission, préparer ses enfants à devenir des hommes meilleurs que l'actuelle génération, et qui échapperont ainsi à l'esclavage et à la misère. Dans cette première leçon, la paysanne apprendra les causes des maladies et comment elles peuvent être soignées et surtout évitées ; elle saura ainsi que les choses qu'elle ne voit pas ne relèvent pas pour autant du mystère et du surnaturel :

"Verás cómo, si estudias, las cosas son "todas naturales", y basta con que te fijes un poco para que puedas evitar lo que te perjudica".

11Ainsi, les trois causes principales de la mort sont les parasites ou microbes qui guettent l'homme pour l'attaquer, les poisons comme l'alcool, et la violence.

12Le dernier article de cette page n'est pas sans rapport avec le précédent ; il s'intitule "Diálogo entre la Maestra socialista y la Madre Campesina". Signé par la "Señorita profesora Guadalupe Ramírez", également auteur des conseils alimentaires, il témoigne, chez les pionniers du cardénisme, d'une bonne volonté et d'une inconscience surprenantes. Dans ce dialogue, la paysanne d'un village misérable s'étonne d'abord de l'émerveillement de l'institutrice socialiste venue de la capitale, qui se propose de faire partager à tous les commodités, d'enseigner la propreté, et pour ce faire de "socialiser" l'eau :

"¡Ah! entonces ¿no es usted una maestra socialista de ésas que enseñan muchas cosas malas? Todos en el pueblo tenemos mucho miedo [...] a mi me habían asegurado que socializar es quitarle a uno a sus hijos y entregárselos al diablo, para que se vayan derechitos al infierno".

13Certes, les obstacles, l'opposition des autorités, des propriétaires et de leurs alliés ne sont pas éludés ; mais l'éducation viendra à bout des préjugés, de l'aveuglement et de la crainte entretenus sciemment, et enseignera à tous leurs droits et responsabilités :

"-¿ Y cómo vamos a hacer todo eso las mujeres?
- Yendo a la Escuela, enviando a sus hijos a la Escuela ; no dando crédito sino a lo que vean; tratando de que no haya vicios ni injusticias o denunciándolas tan pronto como se les den cuenta de ellas".

14Cette page pionnière de l'action cardéniste introduit ainsi d'emblée les trois priorités pour lesquelles la collaboration de la famille est sollicitée : l'imposition de la nouvelle Ecole, la transformation des mentalités par une conception matérialiste de l'univers et l'amélioration des conditions de vie ; trois priorités -auxquelles s'ajoute le thème de la résistance à l'exploitation, plus discret- qui s'étayent mutuellement dans la conduite de l'argumentation.

15Prenons, par exemple, l'axe de l'hygiène et de la santé, omniprésent tout au long de la période, à travers les divers avatars de la page familiale et des sections culturelles. L'auteur de la rubrique "Lo que la mujer campesina debe saber", pour décrire à la femme les microbes et leur action, est amenée à exposer le fonctionnement du microscope, schéma d'optique à l'appui. Il peut ainsi souligner :

"Esto que tal vez te parezca maravilloso, no lo es. Es sólo fruto de la inteligencia del hombre, asociado a la habilidad de su mano. [...] Después de esta explicación, te has dado cuenta que estas cosas no son artes del diable, que todo tiene su explicación cuando se la busca con cuidado, y que lo que a primera vista parece sobrenatural o milagroso, es la cosa más natural del mundo" (3-2-1935).

16Le microscope permet alors à l'auteur d'expliquer que les hommes sont faits de matière organique, de cellules, et cette leçon de biologie est une belle occasion pour introduire, en capitales, une incise égalitariste et matérialiste ;

  • 2 Eh majuscules dans le texte.

"estas formado tu, tus compañeros, el adinerado de tu pueblo, el medico, el presidente de la republica, el sacerdote, el general, y tu goto ( ?), tu jerro ( ?), los gusanos, los arboles, el maiz, el trigo, todo, todo ser que vive, está formado de estas celditas que no se ven a la simple vista, pero que con el microscopio se pueden ver muy bien.
todos, todos igualoos, formados de las mismas cosas, porque todos somos hombres, hombres nada mas" (3-2-1935)2.

17On n'est guère surpris, dans cette ardeur à desfanatizar, selon l'expression fréquente, que l'une des chroniques de la page Aprenda a educar a su hijo qui conseille à la mère d'occuper utilement le moment précédant le sommeil, tout en recommandant la lecture (et la couture pour les filles !) écarte comme nocifs et sans utilité pratique les contes de fées (24-2-1935). Les contes proposés dans la rubrique développent tous, en effet, un enseignement moral et souvent social, en fictionnalisant les conflits sociaux dans la perspective des humbles. Dans l'un d'eux, par exemple, intitulé Hambre et ingénument insurrectionnel, le berger indigné de voir l'abondance de pain à la table du patron, alors que ses enfants ont faim, décide d'imiter les loups qui déciment les troupeaux pour apaiser leurs besoins :

"Esta tarde pensó:
-Tienen razón los lobos.
Un día bajaron los pastores hasta la casa del patrón, y la incendiaron. Esa noche sus hijos tuvieron pan para la cena" (3-2-1935).

18Dans ces moments d'intimité familiale, la femme peut aussi apporter son appui aux grandes campagnes gouvernementales, celle de l'éducation sexuelle, par exemple : la journaliste lui explique comment elle a répondu aux questions de son fils de six ans sur la gestation, en comparant la femelle des hommes à celle du kangourou ; les éventuelles inquiétudes enfantines sur la procréation ne reçoivent d'autre réponse, cependant, que : "il faut un papa..." ; le souci est grand de démontrer que cet enseignement n'est pas incompatible avec la morale :

"Quedó mi hijito muy satisfecho de esta explicación. Su mente infantil no sufrió el menor menoscabo y en el terreno de la incierta moral que nos rodea era tan puro como cualquier otro niño que no había sabido esta explicación" (4-8-1935).

19Mieux, une autre chronique de la rubrique sur le même thème, Lecturas para niños, signée Enriqueta de Prodi, montre à la mère que la formation morale de l'enfant est moins menacée par l'éducation sexuelle que par les couvertures al rojo vivo de certaines revues exposées publiquement, et qui font rougir toute personne respectable (19-1-1936).

20Associée sur ce thème à l'œuvre de l'Ecole, la mère de famille est également appelée à s'associer aux campagnes contre l'alcoolisme, l'un des chevaux de bataille du régime. Puisque son premier devoir est de défendre la tranquillité de son foyer, elle doit en éloigner ce vice meurtrier en faisant comprendre à ses enfants son abomination, en construisant un foyer avenant qui éloigne son mari de la cantina, en créant une camaraderie avec son conjoint et en lui préparant des boissons rafraîchissantes. Mais elle a besoin aussi, il est vrai, de l'aide de l'Etat, sous la forme de films éducatifs, de conférences et brochures diffusées dans les zones les plus reculées, avec l'appui de l'Ecole rurale et de ses maîtres, écrit le Dr. Díaz Barriga, qui signe cet article (La mujer proletaria contra el alcoholismo,11-8-1935).

21Ce même article rappelait que, si les sociétés "confessionnelles" avaient pu asseoir leur pouvoir sur la nation, c'est qu'elles avaient su s'emparer des consciences féminines ; or, c'est d'abord par l'intermédiaire de la femme que la famille est appelée à participer à la nouvelle éducation cardéniste, comme le soulignent les titres des rubriques citées. Le journal insiste de façon récurrente, dans la première année de cette période, sur le rôle éducatif que doit jouer la mère (alors que le père reste pratiquement absent de la rubrique, si ce n'est comme alcoolique à amender) ; c'est la mère qui est investie de la responsabilité qu'est la préparation intellectuelle et morale de ses enfants ; El Nacional s'adresse à celles qui croient commettre un péché en envoyant leurs enfants dans les écoles socialistes, les poussant à rompre leurs chaînes pour affronter la raison et la vérité. Il montre à la mère "mexicaine et révolutionnaire" les conflits dus au manque de cohésion entre école et famille, comment le travail patient des maîtres peut être détruit par la résistance des parents et la crainte du châtiment divin, alors que l'Ecole doit unir la jeunesse de demain (16-6-1935).

22Les lectrices visées sont, explicitement ou implicitement, les femmes de milieu rural défavorisé, ce qui amène à constater une certaine absence du sens des réalités ; ainsi cet article qui enseigne aux femmes à aérer les chambres et à faire un lit (arreglo general de la casa, 27-1-1935) précise qu'il est destiné aux :

"Mujeres en el campo (me refiero a aquellas para quienes están escritas estas indicaciones, es decir, mujeres, hijas, hermanas de ejidatarios, de pequeños propietarios o de asalariados)...".

23Il ne se demande pas si ces femmes ont la possibilité matérielle, financière, culturelle de se procurer et lire El Nacional, dans ce pays encore majoritairement analphabète ; le problème est plutôt perçu de façon psychologique, ce qui autorise un ton d'un paternalisme marqué :

"Asi, pues, lee, estudia, sacude tu flojera y apatía y trata de entender lo que te voy explicando y poco a poco irás comprendiendo lo que antes te parecía misterioso (...) Te voy a ir llevando paso a paso, como se lleva a los niños para enseñarlos a andar (Lo que la mujer campesina debe saber" (13-1-1935).

24Cette condescendance ne montre-t-elle pas, cependant, une certaine conscience des limites de l'entreprise, et même la méfiance mêlée aux objurgations ? En tout cas, bientôt la page La mujer y el niño évolue. Son contenu, à l'évidence, envisage des lectrices d'un autre niveau, de milieu urbain, en somme les lectrices alphabétisées que peut effectivement espérer le journal ; elle devient moins puérile et insubstantielle, plus théorique aussi -Freud est cité à l'appui de l'éducation sexuelle (10-5-1936)- et concentre désormais ses efforts sur les conseils d'hygiène et la médecine du foyer, même si c'est encore dans un style terroriste et "révolutionnaire" :

"Si no baña a sus hijos con frecuencia y no los tiene limpios, conspira. (...) ¿Cuida Ud. de que los niños evacúen sus intestinos regularmente?" (15-9-1935).

25Puis, le 7 juin 1936, la page La mujer y el niño disparaît au profit d'une page de jeux pour les enfants, après avoir été remplacée, en avril 1936, par une página femenina, para la empleada, la obrera y el ama de casa modesta, plus conforme aux traditionnelles rubriques féminines, et qui recentre les objectifs du journal vers les femmes des classes moyennes : aux leçons d'hygiène et de puériculture (promener les enfants, les faire vacciner, éliminer les châtiments corporels) s'ajoutent les modèles de couture, les conseils de beauté et les "trucs" ménagers, des informations sur faction sociale" du gouvernement en faveur des femmes, tandis que les appels à participer à l'action éducative de l'Etat disparaissent.

  • 3 Le 7 juin 1936, El Nacional publie un recensement du Ministère de l'Economie selon lequel, sur un t (...)

26Dans le même temps, la femme rurale d'agent éducatif devient objet d'éducation, et les articles sur la nécessité d'élever son niveau culturel, les projets divers dans ce sens, se multiplient : escuela de la madre mexicana destinée à la desanalfabetizaciôn de la femme prolétaire (20-4-35), sociedades amigas del hogar proletario (24-7-1935), défense des mères célibataires et des enfants naturels (3-11-1935)3...

L'enfant

27Cependant, la participation familiale à l'action éducative de l'Etat n'en disparaît pas pour autant des pages de El Nacional·, lorsque la mère doit s'effacer, après constat de son incapacité, un autre agent éducatif apparaît au sein du foyer : l'enfant, non perverti par la tradition, peut diffuser chez lui les enseignements reçus dans les Ecoles de l'Etat :

"Toca ahora a los niños mexicanos emprender la lucha. La Secretaría de Educación Pública, de acuerdo con el Departamento de Salubridad, ha resuelto hacer que cada uno de los pequeños que asisten a las escuelas de México se convierta en un decidido propagandista contra el alcoholismo [...] Los niños de nuestro pueblo están mejor preparados que nuestras mujeres para emprender la lucha. A nuestras mujeres proletarias, sobre todo a las mujeres del campo, es muy difícil prepararlas para que puedan con éxito emprender una campaña consciente contra el vicio. Una gran parte de ellas son analfabetas, y como pasaron su infancia subyugadas por la iglesia, todavía sienten miedo de acercarse a la Escuela Rural. Los niños, en cambio, están todavía exentos de prejuicios y tienen una enorme capacidad para asimilar las enseñanzas". (18-8-1935).

28L'enfant est donc particulièrement sollicité à collaborer aux campagnes anti-alcooliques lancées par El Nacional·, de nouvelles rubriques, La campaña infantil contra el alcoholismo ou Lo que dicen los niños, publient ses textes, dessins et contes édifiants ; citons la narration de la petite Victoria Ruiz, 11 ans, élève de l'école Bartolomé de Las Casas, caractéristique du rôle réformateur assigné à l'enfant dans la famille : le père alcoolique d'un enfant, élevé dans la misère mais néanmoins excellent élève, a tellement honte de le voir recevoir ses prix en haillons qu'il s'amende, ramenant ainsi le bonheur au foyer (21-3-1936).

29Mais la colonne Lo que dicen los niños diversifie le rôle de l'enfant qui se fait, par exemple, agent publicitaire du journal pour vanter sa fonction formatrice ; le journal relate complaisamment les visites de classes dans ses ateliers, accompagnant ces articles de photographies (10-9-1935) ; et, dit la petite Maria Luisa Sáenz, 6ème année de l'Ecole República de Panamá :

"Creo que El Nacional es el periódico que debe llegar a los hogares de los trabajadores, porque es una tribuna. Los niños humildes lo leemos siempre con cariño, porque además podemos orientamos" (5-2-1935).

30Ainsi orientés, notamment par les contes qui leur sont destinés, les enfants peuvent illustrer de leurs dessins nuestras luchas sociales montrant, par exemple, la comida del burgués et la comida del proletario ou les pies de burgués et pies de proletarios (31-3-1935). Le théâtre Guignol peut aussi permettre à l'enfant d'assumer une attitude active ; en lui proposant des saynètes, le journal l'amène à s'identifier aux acteurs sociaux incarnés par les marionnettes qu'il est invité à manipuler : dans l'une d'elles, le petit garçon Comino, le protagoniste, et son compagnon El Negrito, démasquent le patron qui prétend leur faire croire au diable pour les obliger à travailler à son profit (27-1-1935) ; dans une autre, la negrita, servante dans une hacienda, découvre avec stupeur que l'"Indien" qu'elle a malmené n'est autre que le Président Juárez (21-4-1935) ; citons encore cette parodie du Petit Chaperon Rouge, contemporain de la souscription lancée pour indemniser les compagnies pétrolières expropriées (21-5-1938), dans laquelle Comino et Caperucita, qui vont nuitamment porter des remèdes à la grand-mère, rachètent de leurs deniers les robinets qui leur permettront de remplir leurs lampes à pétrole.

31On trouve, dans cette littérature enfantine, toutes les préoccupations du régime, de la réhabilitation des humbles et des exclus à l'incitation à la grève (26-5-1935), comme le souligne un appel à un concours de théâtre pour enfants, dans le but de stimuler cette production, de acuerdo con los lineamientos de la nueva ideología (6-5-1935).

32El Hogar sigue siendo la base de la organización en México, affirme le journal le 7 juin 1936, répondant sans doute ainsi aux craintes soulevées par les orientations de l'"Education Socialiste". Cependant il apparaît de plus en plus illusoire de prétendre lui faire jouer un rôle actif dans la réforme culturelle et idéologique de la société voulue par le régime cardéniste.

33Comme en compensation, la "Fête des Mères" autour du 10 mai, en 1936 et 1937 surtout, est l'occasion d'un Homenaje a las madres destiné à leur dignificación, qui remplit les colonnes du journal d'épanchements d'enfants et d'adultes a su mamita, souvent accompagnés de photographies mièvres, ainsi que d'appels à des concours de contes et de dessins sur le thème de l'Amour Maternel ; et ce monument larmoyant renvoie la abnegada madre mexicana à sa place traditionnelle... base del bienestar del hogar (18-8-1935).

34Certes, les résistances à l'"Ecole Nouvelle" sont encore grandes comme en témoignent les appels réitérés pour convaincre les Padres de familia d'y envoyer leurs enfants (28-7-1936, 16-5-1937, etc.) ; mais la disparition des rubriques familiales au profit de l'exaltation du rôle des instituteurs, avec l'organisation d'un Homenaje al Maestro (16-5-1937) par exemple, ainsi que les nombreux suppléments éducatifs du journal destinés à être découpés et brochés pour former une Biblioteca del Maestro -rural surtout- semblent consacrer l'échec de la collaboration familiale dans l'œuvre éducative cardéniste et renvoyer définitivement cette mission à l'institution scolaire.

Notes

1 Jacqueline Covo, "El Nacional de México : instrument du cardénisme, 1935-1936", L'Ordinaire Mexique Amérique Centrale, GRAL-CNRS-IPEALT - Université de Toulouse-le-Mirail, n° 123, septembre-octobre 1989.

2 Eh majuscules dans le texte.

3 Le 7 juin 1936, El Nacional publie un recensement du Ministère de l'Economie selon lequel, sur un total de 3.317.627 familles, 2.776.784 ont un homme comme chef de famille et 550.843 une femme.

Auteur

CREATHIS, Université de Lille III

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540