Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Famille et éducation en Espagne et en Amérique Latine

 | 
Jean-Louis Guereña

III. Modèles et contre-modèles

La réforme sociale : la morale, la femme et l'éducation dans la pensée républicaine d'Ernest Bark

Dolores Thion-Soriano

Texte intégral

  • 1 Ernest Bark, Política Social : El Internacionalismo, Socialismo Positivo, La Revolución Social, Est (...)
  • 2 Ernest Bark publiait régulièrement dans El País, El Crisol, La Democracia Social, La República Soci (...)

1Dès son arrivée à Madrid vers 1884, Ernest Bark (Tartu, 1858 - Madrid, 1924 ?) s'est introduit dans les milieux républicains où il a tenté de jouer un rôle d'idéologue et de propagandiste dans les instances directoriales du Parti Républicain progressiste. Féru de positivisme, de sociologie et de socialisme humaniste, Bark a consacré toute son existence à la lutte politique et sociale en faveur de la réforme de l'Espagne en particulier des années charnières de la fin du XIXème et du début du XXème Ecrivain prolixe, divulgateur des idées en vogue en Europe au détriment d'une activité intellectuelle personnelle, originale et innovatrice, Ernest Bark a recueilli, dans une vaste bibliographie presque encyclopédique, articulée notamment autour de sa collection intitulée Política Social1, les doctrines et les projets qu'il défendait dans les célèbres tertulias, les conférences, la presse2, et les pamphlets politiques.

2Mis à part l'incontournable réorganisation des structures économiques et politiques de l'Espagne, Ernest Bark stipulait que la seule garantie de réussite de l'instauration d'une République Sociale était, précisément, la réforme sociale de la nation. Une réforme qui devait avant tout bénéficier non seulement au prolétariat, mais aussi à des êtres encore plus défavorisés, vivant en détresse complète, à la femme dominée et refoulée, aux milliers d'illettrés, et tant d'autres secteurs de la population victimes de la manipulation des intérêts et de la démagogie des sphères de pouvoir : la monarchie, le clergé et ces "grands seigneurs" oligarques que sont les caciques.

  • 3 Jean Piaget, Epistémologie des sciences de l'homme, Paris, Gallimard, 1972, p. 172.

3Dans ce contexte, les stratégies de régénération avancées par Bark étaient fondamentalement la propagande, l'émancipation de la femme et l'éducation intégrale du peuple. Elles devaient permettre d'acquérir non seulement une idéologie politique, mais encore les nouvelles valeurs qui régiraient l'ordre social. Il s'agissait essentiellement des valeurs d'une éthique fondée sur le développement de l'homme en société, autrement dit, la socialisation du peuple dont leurs normes de conduite seraient la coopération, la solidarité et l'altruisme. Dans la pensée républicaine, romantique et utopiste, la stricte application de ces trois stratégies aboutirait à un renversement de l'ordre capitaliste. Curieusement, grâce à ce processus de socialisation que l'on y découvre, en tant que coopération entre individus et développement des sentiments moraux3, l'homme atteindra la maturité comme individu social, libre et responsable ; maturité qui devient, par ailleurs, la condition sine qua non à la construction d'une nouvelle Espagne.

4Dans l'optique de la problématique du colloque, nous allons restreindre notre exposé à l'étude des principes diffusés par Ernest Bark sur la morale sociale, la femme et l'éducation dans ces années clés de l'histoire de l'Espagne contemporaine. Au sujet de la propagande idéologique, je me permettrais de souligner l'importance que Bark lui octroyait. En effet, dans la pratique politique elle était, pour lui, intimement liée au processus éducatif. La propagande s'effectuait principalement en développant des liens d'amitié et de confrérie dans des cercles de sociabilité-pensons à l'appartenance d'un grand nombre de républicains aux loges de la franc -maçonnerie-, lesquels devenaient des structures d'enseignement alternatives aux organismes institutionnalisés et, par ce biais, chaque invité, chaque participant devenait un client politique potentiel.

  • 4 Ernest Bark, Filosofía del placer, Madrid, Biblioteca Germinal, 1907, pp. 10-12.

5Le projet de réforme sociale d'Ernest Bark se construit autour des concepts de bonheur et de morale sociale, nés de sa croyance aveugle dans l'évolution de l'homme en harmonie avec le progrès infini de la science et des grandes idées sociales. Ainsi, chaque individu pourra acquérir une conscience morale d'ordre universel, c'est-à-dire qui soit fondée sur la communication entre les individus, le respect de la liberté individuelle, la tolérance, l'amitié, la solidarité et l'amour ; et qui remplacerait les valeurs individualistes et narcissiques de la société de l'époque4.

  • 5 Le texte de Jean Guyeau, Essai d'une morale sans obligation, Paris, 1896, connut une importante dif (...)
  • 6 Ernest Bark, Filosofla del placer, op. cit., pp. 5 et 156.

6Conscient du caractère égoïste de l'homme, Bark s'inspire du sociologue français Jean Guyeau5 pour situer les origines de la morale sociale dans la satisfaction même de l'intérêt individuel qui devient un contrat tacite entre tous pour se protéger soi-même. Dans une époque où l'organicisme biologique servait de panacée à la pensée philosophique, Bark assure le bon fonctionnement de ce jeu d'intérêts par le caractère social naturel de l'homme qui ne peut pas vivre sans le sentiment d'appartenir à une structure sociale, la famille, la communauté, la patrie, l'humanité. Pour cette raison, ayant prévu les besoins matériels nécessaires au bienêtre de chaque individu, il cherche le bonheur parfait et, donc, par solidarité mais aussi par égoïsme, le bonheur d'autrui. C'est la définition de l'action altruiste6.

  • 7 Ibid., pp. 168-169.

7La morale sociale est une éthique qui s'étaye sur l'ancienne philosophie du plaisir. Ernest Bark, modéré et conciliateur, définit le plaisir comme la jouissance d'une vie saine et équilibrée dans la manifestation des activités naturelles du corps et de l'esprit. Sentimentalement, Bark prône le retour aux valeurs des peuples "primitifs", aux communautés utopiques où, éloignés dans le temps, les individus avaient une conduite naturelle et ne ressentaient pas le poids de la menace, de la punition au du sentiment de culpabilité7 ; en d'autres termes, il réclame la disparition d'un code éthique aliénant, qui s'impose comme obligatoire et qui sanctionne, comme l'était celui de la religion catholique si solidement ancrée en Espagne.

  • 8 Ibid., pp. 107, 132, 260, 263-264...

8En définitive, le processus de socialisation peut être défini comme l'acquisition d'un code éthique qui régit la conduite individuelle de sorte qu'à partir de la recherche de la jouissance égocentrique, l'homme devient un être altruiste et coopératif, en faveur de la société toute entière. Certes, l'être humain, en tant qu'organisme social faisant partie des structures hiérarchisées de la nature, ne peut pas échapper aux problèmes et aux limites imposées par les autres. Afin d'éviter d'être la proie de leur égoïsme et par sa nature sociale même, il est incité à réagir, non seulement par son propre intérêt mais, surtout, par amour, solidarité et fraternité8.

9En ce qui concerne la femme espagnole, la critique de Bark s'oriente d'abord vers la dénonciation de la condition féminine dans la société de l'époque. Se livrant à une sorte de mea culpa il s'écrie :

  • 9 Ibid., p. 113.

"Horrorizarnos, esta es la palabra; debemos horrorizamos y avergonzarnos por no protestar contra las infamias y los crímenes que la sociedad actual comete contra nuestras hijas, esposas y madres"9.

10La femme espagnole est l'esclave de la société ; un objet de luxe et de plaisir et une victime, exploitée dans le monde du travail et au foyer. L'Eglise exerce sur elle une pression coercitive et anéantissante à tel point que, d'après Bark, la population féminine vit une étape de dégénérescence maladive. Dans les textes de Bark on retrouve souvent des passages où il censure comme dans la citation suivante, le pouvoir du catholicisme sur la femme :

  • 10 Ibid., p. 162.

"La inmensa mayoría de la mujeres españolas son histéricas y de carácter erótico-religioso con preferencia, y así se explica la influencia hipnótica del confesionario con su cuchicheo místico, su clarobscuro saturado de misterio y sus tentaciones de mentira, disimulo e intriga, que tanto halagan a las desgraciadas enfermas de esta clase"10.

  • 11 Ernest Bark, Revolución Social, Madrid, Biblioteca Germinal, 1902, p. 168 et aussi dans son autre o (...)

11Sous-jacents à la situation de la femme contemporaine, Bark discerne les problèmes économiques et les problèmes d'éducation, qui, selon lui, font d'elles un être soumis et fanatique. Dans son projet de réforme sociale, le secteur féminin pourra acquérir vis-à-vis de l'homme l'égalité dans le domaine législatif et dans le monde du travail. De même, elle sera libérée du joug clérical qui la condamne à une existence refoulée et à la prostitution dans tous les sens du terme, de sorte que "la mujer encontrará el pan por su trabajo sin necesidad de vender sus caricias"11. Enfin, du fait de son émancipation et de son éducation intégrale dans les nouvelles valeurs de l'éthique sociale, ses rapports à l'amour et à la vie sexuelle changeront de nature et entraîneront des répercussions importantes dans l'ordre et la structure familiale Conséquence de l'instauration de la philosophie du plaisir, les relations entre les deux sexes seront plus sincères et fidèles : les rapports sexuels, le concubinage, le mariage, la famille ne seront qu'un choix d'amour. L'acte sexuel sera démystifié, réduit à un acte physiologique et, dès lors, Bark soutient que :

  • 12 Soulignons l'arrière pensée machiste de Bark en ce "en ciato modo a la mujer", lui qui se prétendai (...)

"Será considerado como una función del cuerpo igualmente natural y necesaria al hombre adulto como en cierto modo a la mujer"12,

12tout en respectant, bien évidemment comme le modérantisme républicain l'exigeait, une conduite sincère et la valeur des grandes idées qui éloignent l'homme de la condition purement et simplement animale.

  • 13 Ernest Bark, Estadística Social, op. cit., p. 186.
  • 14 Ernest Bark, Filosofia del placer, op. cit., pp. 91 et 131-132.

13D'autre part, Bark refuse également la conception du mariage comme institution sociale de nature sacralisée au service de la procréation ainsi qu'un contrat économique et de reconnaissance sociale. Dans la République sociale du futur, peuplée de femmes autonomes et socialement épanouies, chacun doit choisir librement la structure de vie commune qui s'adapte le mieux à ses projets : l'amour libre, le concubinage, le mariage ou la promiscuité13. Cependant, Bark reste extrêmement conservateur face à l'organisation familiale en tant que cellule de la société et lieu d'apprentissage de la sociabilité. Lorsqu'un couple a des enfants, Bark exige la légalisation du mariage afin de sauvegarder la satisfaction des besoins matériels et affectifs des enfants. Selon lui, un enfant doit grandir entouré des deux parents, du fait qu'il ne conçoit pas l'éducation comme un rapport d'intérêt et d'autorité, mais comme le résultat de la coopération et de l'amour des parents, premier modèle et premier cadre de socialisation14.

14Toutes ces considérations sont d'une importance extrême dans la réforme sociale proposée par Bark, qui insiste souvent sur le rôle de la femme comme âme du foyer, celle qui établit les fondements sur lesquels la famille grandit et qui prépare les hommes du futur. Pour atteindre des résultats satisfaisants, il est donc indispensable d'introduire la femme dans une vie sociale active, de l'éduquer pour qu'elle réussisse à s'épanouir de manière intellectuelle, physique, spirituelle et artistique. L'acquisition de cette maturité individuelle et sociale aura des retentissements sur le processus de régénération de la société à travers l'acceptation de l'amour, du coopératisme, de la solidarité et de l'altruisme comme normes de conduite personnalisées et, sera ainsi, l'aboutissement même du processus de socialisation. La femme, à la fois modèle et véhicule de transmission des valeurs pourra enseigner l'union par l'amour dans le cadre de l'intimité familiale, et stimuler l'acquisition d'une conscience collective et solidaire.

15Au sein du Parti Républicain progressiste, Bark, enthousiaste et idéaliste, encourage les femmes à participer aux réunions et manifestations politiques. Elles seront également, très utiles à la réforme sociale :

  • 15 Ernest Bark, La Revolución social, op. cit., p. 168.

"[...] en nuestra universidad libre (donde) ocuparán las cátedras y en nuestro gobierno desempeñarán las direcciones desde donde puedan encauzar la educación femenina; y la mujer española sabrá responder a nuestro llamamiento, inspirando a los hombres la abnegación y el entusiasmo virgen por los ideales redentores y transformando con sus generosos arrebatos a la generación egoísta de hombres metalizados y jóvenes podridos por el virus de la vanidad, haciéndola altruista, noble y grande"15.

16L'éducation était la principale stratégie de réforme sociale revendiquée par les républicains progressistes. Ernest Bark, directeur de l'Université Libre, de la Unión de Padres de Familia et de la Bibliothèque Pédagogique, était un membre actif de la lutte pour la réforme de l'enseignement en Espagne.

  • 16 Ernest Bark, Filosofía del placer, op. cit., p. 105.

17Bark exigeait la démocratisation de la culture et de l'éducation du peuple. Une éducation qui, par ailleurs, se voulait intégrale parce qu'elle se préoccupait autant de la sensibilité, de l'éthique des grandes idées sociales et des modèles de vertu que de l'instruction nécessaire à la compréhension à propos des problèmes de la vie contemporaine16.

18Tout comme la structure familiale, l'école doit transmettre des valeurs directrices de la conduite pour une vie commune en parfaite sympathie avec les autres, selon, encore une fois, les principes de la solidarité et du coopératisme. Le but de la pédagogie moderne est, d'après Bark, d'élever l'homme de sorte qu'il puisse atteindre son bonheur. C'est pour cela que l'école doit canaliser toutes les énergies vers l'action sociale positive. Ainsi, contrairement aux institutions d'enseignement de l'époque, les républicains progressistes déclarent :

  • 17 Ibid., p. 174.

"Nada de reprimir inclinaciones y pasiones, domar arrebatos y predicar abnegaciones, mortificaciones de la personalidad y exigir humildad y mansedumbre. Al contrario, hacen falta caracteres indómitos, voluntades de hierro, individualidades confiadas en su poder"17.

19Ces caractères indomptables, dont l'Espagne encore exténuée avait besoin pour sa régénération, seront prêts, grâce à l'éducation et à la nouvelle morale sociale, à trouver un équilibre au sein d'une existence riche tant individuelle que sociale.

20Malgré les taux élevés d'illetrisme en Espagne, Bark perçoit une intelligence naturelle dans le peuple espagnol, conséquence directe de son caractère aimable et de sa grande sociabilité :

  • 18 Ernest Bark, La Revolución social, op. cit., p. 96.

"[...] efecto del clima, de los países latinos, es un factor civilizador mucho más importante que los tan cacareados maestros alemanes del Norte. He hablado con charros que no sabían ni leer ni escribir, pero cuya cultura general, trato fino y sentimientos cultos, eran muy superiores a la cultura de la clase media en Francia y Alemania"18.

  • 19 Ernest Bark, Modernismo, Madrid, Biblioteca Germinal, Impr. de Pérez y Compañía, 1903. p. 33.
  • 20 Ibid., p. 9 et aussi dans Socialismo Positivo, Madrid, Biblioteca Germinal, 1901, p. 98.

21Pour catalyser les aptitudes innées de tant de jeunes espagnols, il suffirait à ce peuple doté de telles capacités de trouver des structures adéquates. Voilà pourquoi Bark plaide en faveur d'une éducation élémentaire, générale, obligatoire et laïque19. Jusqu'à présent, l'Eglise et l'Etat n'avaient stimulé que la fabrication de "loros acéfalos" afin de manipuler et de préserver intact leur contrôle du pouvoir. Leur consigne n'était autre que la création de citoyens dociles et de paroissiens dévots20.

  • 21 Ernest Bark, Política Pedagógica, Madrid, Biblioteca Pedagógica, 1902.

22Rapprocher l'école de la vie, mettre en valeur le rôle du professeur, renouveler les programmes et les méthodologies obsolètes de la maternelle à l'Université et intéresser les parents aux mouvements qui revendiquaient l'urgence de la réforme sont quelques uns des objectifs de Bark et de son association la Unión de Padres de familia21.

  • 22 Ernest Bark, Modernismo, op. cit., pp. 11 et ss.

23Bark censurait le manque d'un système éducatif proprement espagnol, car les pédagogues s'inspiraient notamment des modèles suisses et allemands sans tenir compte de l'idiosyncrasie du peuple espagnol, habitué à l'autoritarisme des parents et des professeurs. Octroyer la liberté complète à des étudiants du jour au lendemain, sans les avoir préparé à l'avance, c'était une grave erreur. L'éducation espagnole devait se moderniser et adapter ses normes à celles de la morale sociale. Suivant l'exemple du peuple allemand, Bark se prononce en faveur de la reconnaissance des concepts de liberté et d'indépendance individuelle, d'amitié sincère, de fraternité et de toutes les valeurs positives qui remplaceraient définitivement les rapports d'intérêt et d'autorité dominants en Espagne22.

  • 23 Emest Bark, Filosofía delplacer, op. cit., pp. 148 y 166.
  • 24 Ibid., p. 112.

24Si les parents étaient les modèles de sociabilité dans la famille, à l'école, la socialisation devait s'acquérir par l'étude des biographies des grands personnages et, selon les termes utilisés par Bark, par l'admiration des événements historiques majeurs. Bark stipulait que l'éducation artistique des enfants et des jeunes ainsi que l'apprentissage des langues étrangères éveilleraient leur sensibilité et élargiraient leur esprit. Les facultés et la sensibilité de cette façon acquises aimaient une incidence très importante sur les rapports sociaux23. De toute évidence, un adulte particulièrement sensible, réagit, selon Bark, de manière très intense. Cette exacerbation de la sensibilité face à la douleur et à la misère des autres devait diriger les hommes vers une action généreuse et fraternelle qui soulagerait leur propre douleur et, bien entendu, celle des autres24.

25En définitive, la socialisation dans le projet de réforme sociale de l'idéologie républicaine progressiste diffusé par Ernest Bark supposait l'assomption et la personnalisation des valeurs d'une éthique sociale fondée sur les principes de fraternité, de solidarité, de coopératisme et d'altruisme. Ces principes présents déjà dans l'histoire de l'homme vont subir dans le cadre de cette théorie utopique ébauchée par Bark, un processus d'assainissement. La naissance de la nouvelle femme espagnole et son rôle dans le monde social et la famille ainsi que l'éducation institutionnalisée seront les deux stratégies retenues par Bark pour la régénération du pays. Elles auront sur tout le peuple espagnol une incidence directe et serviront le progrès social avec une indéniable efficacité.

Notes

1 Ernest Bark, Política Social : El Internacionalismo, Socialismo Positivo, La Revolución Social, Estadística Social, La Revolución y el arte, Filosofía del placer, Madrid et Barcelone, Biblioteca Germinal, 1900-1907. D'autres ouvrages de l'auteur intéressants pour cette étude sont : Modernismo, Madrid, Imprenta de Pérez y Compañía, 1901 ; El alma española, Madrid, Biblioteca Spanisdi-Deutsche Revue, 1903 ; et La Santa Bohemia, Madrid, Biblioteca Germinal, Ed. Cooperativa de la Sociedad de autores, 1913.

2 Ernest Bark publiait régulièrement dans El País, El Crisol, La Democracia Social, La República Social, Germinal, El Progreso, El Pandemonium, La Lucha y Nuestro Tiempo parmi d'autres.

3 Jean Piaget, Epistémologie des sciences de l'homme, Paris, Gallimard, 1972, p. 172.

4 Ernest Bark, Filosofía del placer, Madrid, Biblioteca Germinal, 1907, pp. 10-12.

5 Le texte de Jean Guyeau, Essai d'une morale sans obligation, Paris, 1896, connut une importante diffusion en Espagne grâce à la traduction à l'espagnol de L. Rodríguez en 1903, d'après José Alvarez Junco, La ideología del anarquismo español, Madrid, Ed. S. XXI, 1976 y 1992, p. 122 de la première édition.

6 Ernest Bark, Filosofla del placer, op. cit., pp. 5 et 156.

7 Ibid., pp. 168-169.

8 Ibid., pp. 107, 132, 260, 263-264...

9 Ibid., p. 113.

10 Ibid., p. 162.

11 Ernest Bark, Revolución Social, Madrid, Biblioteca Germinal, 1902, p. 168 et aussi dans son autre ouvrage Estadística Social, Barcelona, Ed. Lezcano y Diaz, pp. 78 et 180.

12 Soulignons l'arrière pensée machiste de Bark en ce "en ciato modo a la mujer", lui qui se prétendait défenseur de l'égalité de la femme, Ernest Bark, Filosofía del placer, op. cit., p. 98.

13 Ernest Bark, Estadística Social, op. cit., p. 186.

14 Ernest Bark, Filosofia del placer, op. cit., pp. 91 et 131-132.

15 Ernest Bark, La Revolución social, op. cit., p. 168.

16 Ernest Bark, Filosofía del placer, op. cit., p. 105.

17 Ibid., p. 174.

18 Ernest Bark, La Revolución social, op. cit., p. 96.

19 Ernest Bark, Modernismo, Madrid, Biblioteca Germinal, Impr. de Pérez y Compañía, 1903. p. 33.

20 Ibid., p. 9 et aussi dans Socialismo Positivo, Madrid, Biblioteca Germinal, 1901, p. 98.

21 Ernest Bark, Política Pedagógica, Madrid, Biblioteca Pedagógica, 1902.

22 Ernest Bark, Modernismo, op. cit., pp. 11 et ss.

23 Emest Bark, Filosofía delplacer, op. cit., pp. 148 y 166.

24 Ibid., p. 112.

Auteur

Université de Valenciennes

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540