Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Famille et éducation en Espagne et en Amérique Latine

 | 
Jean-Louis Guereña

III. Modèles et contre-modèles

L'enfant dans la littérature régionale salmantine de la fin du XIXe siècle

Jean-Claude Rabaté

Texte intégral

  • 1 Ce découpage est notamment celui adopté par José María Jover Zamora dans son dude politico-sociale (...)

1La fin du XIXème siècle -et plus précisément l'ultime période de la Restauration qui s'étend, selon les historiens, de 1890 à 1902- est marquée par des événements notables : la Rerum Novarum de Léon XIII, les guerres (Melilla Cuba, les Philippines, les Etats-Unis), "la question sociale" et ses répercussions dans a presse (les émeutes de la faim, les grèves, l'essor du mouvement ouvrier, le développement du parti socialiste, la violence anarchiste), la question régionale ou encore les manifestations anticléricales de 19001.

  • 2 Pour de plus amples renseignements sur la presse de l'époque, on peut se reporter au livre de Jesús (...)

2Les nombreux journaux salmantins ne manquent pas en effet de refléter ces événements en accordant une attention particulière à "la question sociale", au monde du travail et au labeur des enfants. La rédaction de ce travail se base presque exclusivement sur des récits brefs ou contes parus dans les pages littéraires des journaux WIS : El Adelanto (1887). Combate (1899-1901). La Concordia (1897) El Criterio (1891-1892), El Fomento (1881-1897), La Información (1892-1897)'El Lábaro (1897-1906), La Libertad (1891), El Noticiero Salmantino (1898-1904) La Opinión (1892-1893), La Región (1890-1892)2. A Salamanque, comme dans d'autres capitales de province, les journalistes ne cessent de dénoncer cette véritable calamité qu'est le manque d'hygiène accompagné d'une dramatique et excessive mortalité infantile. Son corollaire sur le plan moral, las malas costumbres" -le juron, les vols, une mendicité envahissante- sont vigoureusement et fréquemment dénoncées dans les premières pages de la presse catholique et conservatrice.

3En liaison étroite avec ces articles et ces éditoriaux, le conte dont le développement coïncide avec la renaissance de la littérature régionale salmantine liée à l'essor de la presse, offre au lecteur des images contrastées de familles citadines et paysannes. Tenter de les analyser peut nous permettre de mieux comprendre comment l'enfant devient un acteur essentiel de la vie publique, un enjeu d'importance pour les intellectuels et l'Eglise de la ville du Tormes.

La ville de Salamanque

  • 3 Luis Cortés Vásquez, Salamanca en la literatura, Ed. Cervantes, Salamanca, 1973, p. 266.
  • 4 El Adelanio, n° 1.571, 5-III-1891.

4A cette époque, Salamanca "vista extra muros es un breve caserío apretado con los salientes de sus torres monumentales"3. Les dénominations solennelles de "Reina del Tormes" ou de "Roma la chica" contrastent avec les surnoms terrifiants attribués par la presse locale qui la qualifie de "Ciudad de la muerte ou de "Necrópolis de Castilla". El Adelanto s'écrie : "¡Qué horror ! Defunciones 96, nacimientos 51"4. Malgré tout, l'essor de la population est permanent. Alors que l'on recensait en 1877 18.000 habitants, la ville en compte plus de 25.000 en 1900.

  • 5 Cf. Carlos Serrano et Serge Salaün (Eds.), 1900 en Espagne (Essai d'histoire culturelle), Bordeaux, (...)

5Il est indéniable que, en cette fin du XDC™ siècle, l'essor des villes s'explique plus par les effets de l'exode rural, les conséquences du désamortissement et la vente des terres municipales que par leur propre dynamisme. Tel est le cas de nombreuses capitales de province dont la majeure partie de leurs habitants n'est pas née dans la ville5. Cependant, l'excessive mortalité infantile dans la ville de Salamanque est un authentique drame dont est victime une couche importante de la population aux logements insalubres.

  • 6 Fernando Araujo Gómez, La Reina del Tormes, Guía histórico-descnptiva de la ciudad de Salamanca, Sa (...)

6Fernando Araujo Gómez, nous offre en 1844 un tableau statistique de la population des moins de quinze ans classée par tranches d'âge et par sexe. Soit au total, 4.644 enfants de moins de 15 ans (2.415 garçons et 2.229 filles) par rapport à une population totale de 18.000 habitants, c'est-à-dire presque 26 %6.

  • 7 "La prensa suele identificar Salamanca con un poblado africano y estimar su caserio como auténticas (...)
  • 8 Tells sont les constatations qui se dégagent de l'article de P. Robertson, "El hogar como nido . la (...)

7En relation étroite avec le thème du manque d'hygiène, la presse dénonce les conditions de vie déficientes dans des logements qui ressemblent fort à des cabanes du Rif marocain7. Dans des conditions si inhumaines d'insalubrité et d'entassement, on comprend parfaitement que les gamins passent le plus clair de leur temps dans la rue ; le concept de "nid" leur était inconnu tout comme l'impression de posséder un chez soi8. Enfants de journaliers agricoles, ils ont fui, comme leurs parents, la grave crise agraire pour tenter de trouver un refuge dans la ville du Tormes ; d'autres sont les enfants de familles d'artisans aux conditions de vie précaires. Leurs "malas costumbres" seront vivement stigmatisées par la presse salmantine unanime.

Enfance et "mala vida"

  • 9 El Nuevo Progreso, 8-II-1890.

8Inlassablement, la presse vilipende "el abominable vicio de la blasfemia", et demande aux différents maires de Salamanque de publier des arrêtes mais en vain…9 Toute la presse catholique demande au maire d'imposer des amendes de plus en plus fortes, tandis que le journal républicain El Combate demonte avec beaucoup de logique le mécanisme de l'engrenage qui conduit les familles les plus humbles à la misère extrême :

  • 10 El Combate, n° 5, 16-VIII-1899, "La blasfemia", titre d'un article polémique : "¿Pues cómo quitamos (...)

"Y cuando el obrero salga de la cárcel y vea que le han despedido del taller que se ha deshecho su familia, porque los hijos han escapado de una casa donde sólo había hambre, y que todo ha sido por blasfemar, ¿qué hará?"10.

  • 11 Cf. l'article de Mariano Esteban de Vega et de Jesú López Santamaria, "La condición obrera en Salam (...)

9Malgré l'évident dramatisme excessif de la scène, le journaliste républicain suggère un fait essentiel, à savoir la catastrophe qu'entraîne pour un enfant une éventuelle maladie grave, un accident de travail susceptible de survenir au chef de famille La famille représente "l'unique instrument de protection sociale alors efficace" et sa dislocation incite de nombreux jeunes a vivre dans la rue ou mendient11.

  • 12 Cette même mendicité jugée excessive affecte toutes les villes y compris Madrid, comme en témoigne (...)

10La dénonciation de la mendicité infantile est répétée à satiété dans la presse salmantine de la fin du XIXème siècle qui se plaint des proportions inquiétantes que prend la mendicité dans la ville du Tonnes12. Chaque hiver réapparaissent les mêmes articles qui évoquent les mêmes enfants de la rue.

  • 13 El Adelanto, n° 1.965, 9-XII-1892.

"[…] Empiezan a verse ya por esas calles niños medio desnudos ateridos de frío y estenuados de hambre, que mendigan por necesidad o por mandato de sus padres, jornaleros sin trabajo en su mayor parte, y que molestan materialmente con su insistente pedir y moralmente con su lastimoso aspecto"13.

11La presse catholique et conservatrice se désole du spectacle offert par la mendicité publique et ces hordes de gamins dépenaillés, La Semana Católica de Salamanca propose quant à elle un remède plus facile à proposer qu'à réaliser.

  • 14 La Semana Católica de Salamanca, n° 225, 19-IV-1890, p. 281.

"La asistencia a clase donde se les enseñarán las ideas fundamentales de la virtud, de la honradez y del trabajo"14.

12Suite à l'augmentation du nombre de mendiants, le journal intégriste La Información de Manuel Sánchez Asensio condamne avec force "la vagancia" sous tous ses aspects en termes sensationnels susceptibles d'inspirer la crainte à ses lecteurs :

"Ese montón de infelices harapientos muchachos que pululan en el arroyo, abandonados de sus familias, como bandada de infecundos pardales pueden convertirse mañana en los que esgrimen el puñal sangriento, la tea incendiaria o el explosivo terrible con que amenazan los desheredados del cielo y de la tierra a la manada de modernos epicúreos".

  • 15 La Información, n° 155, 20-II-1894.

13Dans la même veine sensationnelle, Manuel Sánchez Asensio dénonce le cas isolé d'une fillette qui, les jours de la foire de septembre, "repartía a las gentes de Salamanca, una tarjeta en la que una mujerzuela ama de casa de lenocinio ofrecía su establecimiento y servicios, aunque sin tarifa"15.

  • 16 Ibid.

14Pour empêcher que ces mêmes enfants ne deviennent les anarchistes de demain, pour lutter contre cette "lèpre sociale", le directeur de La Información réclame de sévères châtiments afin d'instaurer et d'entreprendre une véritable campagne d'hygiène sociale16. En contact précoce avec le monde du travail, ces enfants représentent un danger ; la presse suggère donc de les renfermer dans une école, et cette idée prend encore plus de force dans la période qui suit le désastre colonial, quand on se plaint du manque d'éducation du peuple et de son ignorance :

  • 17 El Lábaro, n° 1.278, 13-IV-1901. Cf. également El Adelanto, "Sin educación", n° 5.428, 29-VIII-1902

"A la escuela van los muchachos en tanto no sirven para nada, y aun muchísimos no van ni en ese tiempo, y en cambio prefieren andar pidiendo o vendiendo periódicos, que dicho sea de paso, es la peor educación de una criatura. Asisten a la escuela unos cuantos meses salteados, y aquí paz y después infierno"17.

  • 18 El Lábaro, n° 486, 5-XI-1898.
  • 19 A un respetable Canónigo de esta Catedral hiriéronle ayer en la mejilla izquierda.", El Lábaro, (...)
  • 20 El Fomento, n° 1.279, 7-ΧΙΙ-1891.

15Chaque automne, ces enfants deviennent des feuilles mortes, hojas caídas" "pequeñas hojas caídas en el arroyo donde las agita la marea social, hasta que dan quizá en el pudridero"18. Descendants des célèbres Rinconete y Cortadillo ou de Lazarillo de Tormes, ils sont passés maître dans l'art de "sacar una perra. Ils commettent de petits larcins qualifiés de scandaleux par la presse conservatrice et libérale qui oublie que l'enfance est aussi l'âge du jeu : El Lábaro se plaint des formidables batailles à coup de pierre qu'organisent chaque après-midi des ganuns qui transforment la calle de la Rúa en champ de bataille19, et La Legalidad blame ceux qui jouent au taureau sous les arcades de la Plaza Mayor et réclame aux agents de l'autorité une surveillance accrue. Comme solution, la presse catholique préconise la discipline, la sévérité, la charité, la moralité et l'instruction, tandis que le journal conservateur El Fomento hésite à proposer "la creación de una ley de vagos"20. El Adelanto souhaite la création d'un orphelinat et veut multiplier les initiatives charitables tandis que El Lábaro met une restriction

  • 21 El Lábaro, n° 238, 10-1-1898.

"Para socorrer a los pobres no hay más que la caridad cristiana, ni hay más amigos del pueblo que los amigos de Jesucristo Nuestro Señor"21.

16La charité chrétienne s'oppose donc à la charité officielle des "modernes rédempteurs" que sont, aux yeux de l'église, les socialistes et les républicains. L'enfant est donc au cœur du problème social et devient le sujet d'une controverse idéologique dans des articles pessimistes, noirs ou sensationnels source d'inspiration pour des conteurs qui publient leurs récits chaque semaine dans les pages littéraires de la presse locale.

L'enfant de la ville dans les contes

17Avant l'essor impressionnant du conte dans les premières années du XXème siècle la presse ne publiait que quelques contes ou poèmes à l'occasion des fêtes religieuses -Noël, les Rois, la Semaine Sainte- qui régissent la vie quotidienne espagnole. Sous l'impulsion de Miguel de Unamuno nomme recteur en 1900, renaît la littérature régionale avec l'apparition dans la presse de récits brefs dont certains seront publiés sous forme de volumes ultérieurement.

18On affirme généralement que l'étroite interdépendance entre le contenu des contes et le thème des articles de presse est l'illustration de ce que les informations ont fini par imposer aux narrateurs la nature de leurs intrigues. Quand les victimes sont des enfants sans défense, "la question sociale" avec toutes ses manifestations négatives (l'analphabétisme, le travail infantile, la mendicité, la mortalité excessive) ne manquera pas d'inspirer de nombreux conteurs qui se contenteront d'extraire des éditoriaux la matière première de leurs brèves narrations.

  • 22 El Adelanto, 22-IV-1901, "Plana Literaria".

19Dans un conte intitulé Los olvidados, le narrateur décrit ainsi l'humble école primaire et surtout le moment de la sortie pour souligner la solitude de certains enfants que personne ne viendra chercher22.

  • 23 "¡Ay calorcito de los corazones, cuanto más vales que el de las alfombras y las estufas !", "Plana (...)
  • 24 "Plana Literaria" de El Adelanto, 17-VI-1901.

20Dans un autre conte, Calor de los corazones, l'éducation d'un enfant de la haute société de la ville par une humble nourrice d'un village perdu verra le triomphe de la Campagne sur la Ville avec le retour définitif de l'enfant à la maison de ses parents adoptifs, à la pauvre maison villageoise préférée à "la casa rica con alfombras y estufas de la Ciudad"23. Quant au conte de Juan Barco, Mamá, dont l'héroïne, une contesse, envoie également sa fille à la campagne pour être élevée par une nourrice, puis à un collège de jésuites à l'étranger jusqu'à l'âge de quinze ans, avant de se marier avec un cousin issu de germain ; la morale de l'épilogue. si fue tres veces mamá, la Sra. condesa, madre no lo fue ninguna" renvoie plus ou moins au dénouement édifiant du conte précédent24.

  • 25 "¡Despedido !", "Plana Literaria", à propos des enfants et le monde du travail, on peut consulter l (...)

21Un bon exemple d'un conte inspiré par la question ouvrière est celui de Pedro del Valle intitulé "¡Despedido !"25. Le lecteur ressent une profonde indignation face au dénouement aussi violent qu'injuste : le patron vient de licencier un de ses ouvriers qui s'octroyait, le temps d'une collation, un bref instant de repos sur les lieux de son travail en compagnie de sa femme et de son nouveau-né. L'ouvrier réagit vivement à la décision patronale en brandissant littéralement son tout petit :

  • 26 "Plana Literaria", El Adelanto, 18-XI-1901.

" [...] El obrero retrocedió entonces y tomando el niño de los brazos de su madre, gritó muy fuerte, con tono de desafio : ¡no me importa...! Tengo un hijo, tengo un hijo [...] y levantaba por encima de su cabeza, con el mismo orgullo con que el "otro" había descendido de su coche, aquel rebujón de cosas blancas por entre el cual se descubría apenas una carita borrosa, muy sonrosada"26.

  • 27 Le père jésuite Juan José Lecanda a été le confesseur et le confident du jeune Miguel de Unamuno. C (...)
  • 28 Dans ce cas précis, comme dans beaucoup d'autres, la fiction rejoint ou dépasse même la réalité com (...)

22Un autre récit, beaucoup plus long, de Juan José Lecanda semble condenser tous les aspects les plus visibles du drame social à travers un enfant appelé Sindo, abréviation de Gumersindo27. Vieilli prématurément alors qu'il n'a que huit ans, victime de la malnutrition dès sa naissance, Sindo ne va pas à l'école. Celle-ci apparaît comme superflu : la mère ne peut comprendre pourquoi son fi s apprendrait à lire ou à écrire si elle-même est analphabète !28. Toujours sale, le gamin a peur de l'église parce qu'un jour, en compagnie d'autres enfants vagabonds, il en fut chassé avec violence pour y avoir semé le désordre et fait du tapage. L'été suivant le gosse parcourt les campagnes "para espigar" mais un garde intervient et le brutalise. Malgré sa maladie, il va, l'hiver, ramasser des décombres de coke près d'une décharge ; le jour de son anniversaire, par un temps glacial, il pénètre dans un souterrain mais il ignore qu'il creuse sa propre tombe. Victime d'un éboulement son corps ne sera découvert par sa sœur aînée que quelques jours plus tard. Il peut sembler étrange qu'un homme d'église traite de façon si "tremendista la question sociale" et exploite par la fiction littéraire la misère extrême lors d'un dénouement susceptible de glacer d'horreur les âmes les plus trempées de ses lecteurs.

  • 29 "Plana Literaria", El Adelanto, 31-III-1902.

"Antes que se arrojara el cadáver de Sindo a la fosa común, los tablajeros matarifes de la ciencia, esto es, los médicos forenses, procedieron a sajarlo y cortarlo a guisa de una res cualquiera. ¿Que hacer, si la existencia toda del pobre muchacho pasó como la vida de un animal?"29.

  • 30 Pour de plus amples informations sur la réception en Espagne de la Rerum Novarum, cf. Feliciano Mon (...)

23Mais le dénouement est aussi exemplaire et édifiant puisque, parmi les centaines de badauds qui accourent voir le cadavre de l'enfant, se trouvent les responsables d'une fin si atroce, ceux-là même qui ont manqué chante chrétienne et commis des abus irréversibles. Il est incontestable que ce conte subit l'influence de la Rerum Novarum et porte l'empreinte de ce catholicisme social qui stigmatise de pareils abus30.

  • 31 Cf. par exemple, Historia Vulgar de Filiberto Villalobos, "Plana Literaria" de El Adelanto, 25-XI-1 (...)
  • 32 Mesonero Romanos affirmait que, pour susciter l'intérêt du lecteur, "el autor costumbrista tenía qu (...)

24D'autre part, la mendicité infantile capable d'impressionner et d'émouvoir des lecteurs sensibles alimente de nombreux contes31 ; le caractère descriptif de ceux-ci est primordial et ils deviennent de véritables "cuadros de costumbres. Le héros est d'habitude le gosse de la rue minutieusement observe comme dans le conte de Cándido Rodríguez Pinilla, La muñeca vendida32. Le portrait de la fillette seule au milieu des mouvements incessants de la foule contraste avec la description détaillée d'une vitrine de jouets parmi lesquels une poupée élégamment habillée attire l'attention de la petite. Cette poupée offerte et refusée à la fois à l'enfant ne manque pas de provoquer chez elle une profonde émotion commentée par le narrateur :

  • 33 Cándido Rodríguez Pinilla, op. cit.

"Yo miraba alternativamente a la chicuela y a la muñeca, que se contemplaban mudamente y que estaban como encantadas y fascinadas la una por la otra..."; "Los ojos de la mendiga se iluminaron a la par con una claridad extraña y una sonrisa de placer y entusiasmo entreabrió sus labios delgados y pálidos..."33.

25De spectateur, le narrateur, vaincu par une intense émotion, devient acteur et intervient dans le cours du conflit :

"No pude resistir más y cediendo al impulso de la idea generosa que bullía en mi mente, penetré en la tienda, pedí el precio del juguete...".

26Et il finit par offrir le jouet à l'enfant. La force des descriptions renfermées dans ce conte relègue au second plan la trame et le dénouement, somme toute, originaux : la sœur du narrateur lui apprend qu'elle vient d'acheter une poupée à une mendiante accompagnée de sa fillette. Une morale très naturelle clôt le conte ;

  • 34 Ibid.

"Con muy buen sentido la madre declaró que su chica tiene más necesidad que de muñecas... comprendí con amargura cuán difícil es hacer la felicidad de los niños que no tienen zapatos"34.

  • 35 Citons par exemple Ramón Barco, ¡Ay de mi hijo !, "Plana Literaria" de El Adelanto, 17-VI-1901 ; A. (...)

27Une ultime et extrême conséquence dramatique de "la question sociale" est la mortalité infantile dont le ressort dramatique alimente la trame de nombreux contes35. Celui intitulé Tonny el payaso non seulement renvoie au monde du cirque, des comédiens ambulants, mais exploite aussi la veine dramatique du nouveau-né qui vient de mourir dans son berceau et de la mère qui suivra la même destinée. Obsédé par cette double mort toute récente, le clown se laissera tomber du haut du chapiteau durant son numéro. Il est inutile de dire le profit que tire le conteur de la confrontation entre la douleur d'un père, d'un époux et le métier de Tonny : faire rire... Les poèmes de Cándido Rodríguez Pinilla confirment toute la force suggestive que tirent les narrateurs de si funestes événements : à un enfant convalescent, ses parents lui offrent un cheval en carton, jouet mortel puisque du haut de cet animal, leur unique enfant chutera mortellement mais le père gardera toute sa vie "aquel hermoso y pintado / caballejo de carton". Où ira le père, il emportera partout avec lui ce jouet maudit...

  • 36 Autre sujet sensationnel est le traitement de l'enfermement ou les derniers moments de la vie d'un (...)

28En conclusion, nous nous rendons compte que "la question sociale" est la source constante d'inspiration de nombreux récits brefs. Non seulement ils reflètent une image de la réalité sociale commentée dans les articles de presse mais ils la déforment en exagérant les manifestations excessives et dramatiques de la misère extrême de l'enfant doublement victime : victime de sa condition et des circonstances sociales36. Les enfants de la rue sont des enfants qui vivent au jour le jour -Engels parlait de "l'incertitude de l'existence"- et leur image littéraire est lugubre noire et désespérante puisque le décor protecteur de l'enfant -la famille- est absent. Il nous reste à étudier quelques contes ruraux, mais auparavant nous nous efforcerons d'évoquer la situation des campagnes de Salamanque même si les articles de presse sur la situation agraire sont nettement moins nombreux que ceux sur la question sociale urbaine.

L'enfant des campagnes dans les contes

  • 37 Cf. par exemple El Fomento, n° 1.737, 12-12-1890, El Adelanto, n° 1.350, 23-III-1891, n° 1.339, 2-5 (...)

29De temps en temps, la presse dénonce en effet les conditions de vie du paysan37 :

  • 38 La Información, n° 32, 20-I-1893. A la même époque, la composition par Luis Maldonado de Las Querel (...)

"Sobre la agricultura y ganadería salmantinas pesan como losa de plomo los préstamos usurarios, los múltiples impuestos, siempre crecientes y nunca equitativos, los arrendamientos a corto plazo y el desequilibrio en los cultivos [...]"38,

30Parfois la presse attire l'attention sur une classe de paysans oubliés, "los obreros del campo" écrasés par les impôts, le travail du lever au coucher du soleil, les calamités naturelles qui sont sur le point de détruire

  • 39 El Noticiero Salmantino, n° 640, 19-XII-1899.

"La vida de labranza que nuestro Fray Luis de León dice ser la más perfecta vida del obrero cristiano"39.

31Une campagne menacée par l'immoralité et l'ignorance, la crise agricole, l'exode rural. Les premières victimes en sont les enfants :

  • 40 La Información, n° 505, 30-IV-1894.

"¿Quién no ha visto pequefiuelos que por su escaso desarrollo cubiertos de pieles, apenas si se distinguen de las ovejas lanudas que custodian en los desamparados campos de nuestra región, expuestos a los rayos de sol o azotados por la ventisca?"40.

32Le retard dans l'instruction des enfants, le père Cámara, évêque de Salamanque, le justifie lors d'un retour d'une visite pastorale :

  • 41 Boletín Eclesiástico del Obispado, n° 19, 31-X-1895, p. 410. Alejandro Tiana Ferrer exprime la même (...)

"Por un utilitarismo egoísta, cuando los nifios apenas sí tienen el desarrollo físico conveniente, disponen de ellos sus padres para emplearlos en tareas impropias de su temprana edad"41.

  • 42 Avant d'être réunis en un volume dont la première édition est de 1903 (Del campo y de la ciudad, Sa (...)
  • 43 Comme preuve de cette richesse, la thèse de Maria Lourdes García-Macho, El Léxico de Luis Maldonado(...)
  • 44 Luis Maldonado, op. cit., p. 98.
  • 45 "Plana Literaria" de El Adelanto, 7-IV-1902, ou Luis Maldonado, op.cit., p. 119.
  • 46 Ce thème est fréquent dans l'œuvre de Luis Maldonado, notamment dans les Querellas del Ciego de Rob (...)

33Il est évident que le meilleur conteur du "campo charro" est Luis Maldonado42, dont le langage se caractérise par une grande richesse lexicale qui a su captiver les lecteurs de la capitale43. Plusieurs de ces récits évoquent le monde de l'école et de l'enseignement. Des souvenirs du narrateur emplis de nostalgie se dégagent des portraits d'instituteurs -el domine Lupus-, à la fois si sévère et si généreux, "la señora doña Francisca, la más bondadosa de todas las maestras de primera enseñanza"44, qui entretient avec ses élèves des relations à la fois sévères et tendres. Ces enfants sont tous des enfants heureux de vivre, enfermés dans les quatre murs de l'école, à la chaleur d'un poêle. Un des contes de Luis Maldonado intitulé los Hijos del tío Rejero relate le dialogue intéressant entre un paysan du "campo charro" et l'instituteur du village45. El tío Rejero a deux enfants : Benjamín, borné et de santé fragile tandis que son frère José est intelligent et solide comme un roc. Le sujet du conte est la dispute à propos de l'avenir des deux enfants. Le paysan souhaite que Benjamin aille étudier à Salamanque et que José soit laboureur, ce qui provoque le désespoir de l'instituteur. Cette discussion est le prétexte d'une sévère critique du monde corrompu de la ville et des politiciens46. La morale du conte, empreinte d'ironie et de sagesse populaire, est toute entière contenue dans cette question du père qui apostrophe l'instituteur :

  • 47 Luis Maldonado, op. cit., p. 121.

"¿Qué quiere usté que haga con él, más que hacerlo deputao, senaor, prestamista u marqués?"47.

  • 48 Voir le compte-rendu de Crotontillo dans l'article "Escritores Salmantinos", "Plana Literaria" de E (...)

34Sans aucun doute, le succès des contes de Luis Maldonado, qualifié par la critique littéraire de "Pereda salmantino"48, s'explique par les goûts du lecteur de la ville qui fuit la triste et préoccupante réalité sociale de la ville (indiscipline, vols, relâchement des moeurs, multiplication des grèves à Salamanque à partir de l'été de 1900, manifestations...) pour se réfugier dans un monde rural idéalisé. De façon plus générale, Carlos Serrano voit dans ce climat d'exaltation de la campagne :

  • 49 1900 en Espagne, op. cit., p. 163

"Une protestation contre l'industrialisme... mais cette protestation se produit de plus en plus depuis la ville et pour un public de la ville, qui rompt ses attaches autres que mythique avec cette campagne dont l'idéalisation progressive est à la mesure de son éloignement grandissant"49.

  • 50 Luis Maldonado, op. cit., p. 84. Cf. María Lourdes García-Macho, op. cit., p. 46 : "Mesiquín, n. su (...)

35Les lecteurs de la ville ont un besoin vital de récits agréables au parler paysan qui est celui par exemple de la fille du médecin de campagne Don Lionardo, qui, tout ému, lui fait remarquer en entendant de sa bouche le mot "comía" : ¡la comía! (...) charrota del alma, cuando querrás tu hablar en ciudadano?", et l'enfant de répondre en proclamant : "-Nunca, porque no soy ninguna mesiguina-"50.

36Luis Maldonado aurait pu avoir recours à la situation dramatique engendrée par la crise agraire ; au contraire, le futur recteur de l'université de Salamanque tourne le dos au misérabilisme des campagnes pour nous offrir une image idéalisée de l'enfance à la campagne : ses jeunes protagonistes fréquentent régulièrement l'école, courent, rient, et... jouent. La personnalité rassurante de l'instituteur rural est évidente et la famille est présente pour jouer à fond son rôle protecteur. Personne ne mendie, aucun enfant ne meurt de faim. Comment expliquer une telle coupure d'avec la réalité sociale ?

  • 51 Cf. le livre de Lily Litvak, Transformación industrial y literatura en España (1895-1905), Madrid, (...)
  • 52 Citons par exemple les récits, Como vivía yo en el campo y vagando por el campo de Sileno, El Adela (...)

37Lui-même enfant d'une classe privilégiée, Luis Maldonado imprègne parfois ses récits de souvenirs intimes mais la véritable explication est ailleurs. A la même époque, on valorise la campagne pour de nombreuses raisons historiques, économiques et sociales, et se développe dans bon nombre de provinces une abondante littérature de dénonciation de la ville et de l'éloge de village51. La résurgence du motif de Fray Antonio de Guevara s'impose à nouveau dans la littérature de la fin du XIXème siècle. Le petit paysan doit être exemplaire puisque ses parents connaissent la plus parfaite des conditions que l'homme marié puisse mener ici-bas. Luis Maldonado écrit donc pour des citadins nostalgiques de coutumes qui disparaissent peu à peu, des "buenas costumbres" incarnées par la campagne. Une profonde insatisfaction de l'homme de la ville angoissé par l'avenir, menacé par "la question ouvrière" explique le plaisir que procure la lecture de récits dans lesquels le charro et ses enfants deviennent des objets lyriques et pittoresques. Vers ces années 1900, juxtaposés aux contes de Luis Maldonado que publie chaque semaine la page littéraire de El Adelanto, apparaissent des récits que nous pourrions qualifier de "memorias"52, sans oublier les chroniques de campagne de Mariano Domínguez Berrueta dans El Lábaro de chaque lundi et les nombreux poèmes de José Maria Gabriel y Galán qui exaltent les vertus de la vie paysanne.

38Ce thème de l'idéalisation de l'enfance sorte de paradis comme un moment privilégié de la vie de l'homme et où l'oisiveté de l'enfant contraste avec le dur labeur des villageois est ainsi présent à cette idéalisation :

  • 53 "Plana Literaria" de El Adelanto, 16-VI-1902.

"Todo vibraba alrededor mío, todo me sonreía. Mis padres me trataban a cuerpo de rey, me dejaban gozar y se miraban en mis ojos, que irradiaban el éxtasis de una infancia soñadora, arrullada por barruntos oscuros de algo grande, hermoso, que subía hasta mi alma de aquellos campos, por donde pasaba el soplo de una vida potente, de aquellos caminos tortuosos vestidos de yerba, de aquellas charcas de un cristal apacible, que parecían nacidas en el mismo terreno"53.

39Est intimement liée à la description de la nature assimilée à un refuge de paix d'où le narrateur tire des forces pour affronter les futures difficultés de l'existence.

  • 54 Vagando por el campo, "Plana literaria" de El Adelanto, 28-IV-1902.

"Algo grande, hermoso veía yo en aquella vagabundez salvaje; la soledad arisca y tétrica me embriagaba con su silencio, y allí, ya de niño, me veía yo a mí mismo, y me sentía fuerte, libre, independiente"54.

40Bien que jeune étudiant en ce début du XXème siècle, Fernando Filiberto Villalobos se souvient avec nostalgie et émotion des veillées campagnardes au coin du feu durant les longues d'hiver :

  • 55 El serrano, "Plana literaria" de El Adelanto, 16-VI-1901.

"Así que el invierno llega y las noches son largas y el frío intenso y los quehaceres escasos, se reúnen cada tres o cuatro familias en la casa de aquella que tenga más grande la cocina, más leña en la tenada y más aceite en el candil"55.

41Au lieu d'être abandonnés à leur triste sort comme les enfants des villes qui tremblent de froid dans les rues balayées par la bise glaciale, les petits paysans se reposent et dorment au coin de l'âtre entourés de leurs parents. Parmi les sujets de conversation :

  • 56 El serrano, op. cit.

"Las mujeres de edad recuerdan los buenos tiempos de su juventud, la pureza de las costumbres antiguas y la maldad de las gentes de ahora que no tienen religión ni a Dios temen"56.

42Dans ces dernières lignes, transparaît une caractéristique inhérente à la plupart de ces récits : la nostalgie d'une époque perdue, quand la campagne n'était pas contaminée par les vices de la ville. Manuel García Blanco commente en ces termes les contes de Luis Maldonado :

  • 57 Manuel Garcia Blanco, "Don Luis Maldonado cuentista", in Antología de las obras de Luis Maldonado, (...)

"A los que vamos para otros tiempos nos gusta recordar estas cosas que hicieron nuestras abuelas y nuestras madres y que acaso llevamos aún en germen en nosotros mismos, sin damos cuenta o resistiéndonos a confesarlo"57.

43Un éditorial du journal catholique El Lábaro regrette la disparition du costume charro :

  • 58 El làbaro, n° 1.276, 11-IV-1901.

"¡El traje de charro desaparece!... El traje de charro desaparece. Como desaparecen los modismos con que matizan sus conversaciones. Como van desapareciendo poco a poco las seculares encinas que sombrean nuestro campo, que refrescan nuestro ambiente y que animan el paisaje de esta tierra de la charrería"58.

44Les contes de thème rural sont donc le contrepoint heureux des nombreux récits inspirés par la "question sociale" avec la ville comme toile de fond. La campagne résiste à la ville mais il s'agit d'un combat d'arrière-garde comme l'illustre l'exode rural massif vers les capitales de province.

45En fin de compte, si "la question sociale" est omniprésente dans la presse de 1900 les contes qu'elle inspire renforcent et dramatisent une vision pessimiste et désespérée des enfants de la ville livrés à eux-mêmes et victimes avant tout des maladies ou des épidémies. En revanche, les contes d'inspiration rurale s'éloignent du contexte social et nous offrent l'image idyllique d'une enfance a l'abri de la misère.

46En ces dernières années de la Restauration, les politiciens et les intellectuels prennent conscience des dures conditions de vie de ces enfants comme le confirme la promulgation de plusieurs lois sur la protection de l'enfance, début d'une authentique législation sociale. Parmi ces lois, figurent celle du 13 mars 1900 qui interdit le travail des enfants de moins de dix ans en termes généraux, à moins qu'ils ne sachent lire et écrire et la disposition du 26 juin 1902 qui stipule que la journée de travail pour les femmes et les enfants ne peut dépasser onze heures.

47Toutes les forces vives de la ville du Tormes, en une attitude consensuelle, mais poussées par des intérêts très divergents, accordent une attention particulière aux enfants oubliés des rues. D'une part, l'Eglise incarnée par l'évêque de Salamanque, le Père Cámara, a entrepris une véritable croisade contre le manque d'hygiène intimement lié à une impureté morale dont les manifestations extérieures -"las malas costumbres"- ont pour antidotes l'Ecole et l'Instruction pour les plus jeunes ; elle a multiplié les initiatives caritatives et de bienfaisance avec la création d'un Cercle Catholique Ouvrier. D'autre part, la presse libérale, El Adelanto et les intellectuels "progressistes" de la ville (Miguel de Unamuno, recteur depuis l'automne 1900, Pedro Dorado Montero, Zeda, Crotontilo) s'efforcent de susciter une véritable régénération morale de la jeunesse par l'instruction. Le discours traditionnel d'ouverture de la rentrée universitaire de 1900 prononcé par Miguel de Unamuno eut de profondes répercussions dans la presse nationale. S'adressant directement aux étudiants, il proclame ; "España está por descubrir... et il ajoute.

  • 59 Miguel de Unamuno, Obras completas, Madrid, Escelices, 1961, t. IX, p. 60.

"Tenéis que descubrir a nuestro pueblo tal como por debajo de la historia vive, trabaja, espera, ora, sufre y goza..."59.

  • 60 "El árbol de navidad", El Noticiero Salmantino, n° 638, 17-XII-1901.

48De fait, la lutte pour le controle idéologique de l'enseignement devient vive entre les deux secteurs qui rivalisent d'attention face à l'enfant. Ainsi, en décembre 1901, les petits salmantins ont droit à deux arbres de Noël : celui du Cercle Catholique Ouvrier et celui de la récente Unión Escolar de Filiberto Villalobos60. Aux côtés du président de l'association estudiantine, le jeune recteur de l'Université de Salamanque, Miguel de Unamuno, face aux petits orphelins, aux exclus de la société un avertissement au monde des adultes toujours d'actualité :

  • 61 "Plana Literaria" de El Adelanto, 30-XII-1901.

"Se convertirán en padres mañana, y si no procuramos evitarlo, serán sus hijos los vengadores de nuestras injusticias [...]"61.

Notes

1 Ce découpage est notamment celui adopté par José María Jover Zamora dans son dude politico-sociale sur la Restauration (1875-1902) contenue dans Revolución Burguesa, Oligarquía y Constitucionalismo (1834-1923) Barcelona, Ed. Labor (Historia de España dirigida por Manuel Tuñón de Lara), 1990.

2 Pour de plus amples renseignements sur la presse de l'époque, on peut se reporter au livre de Jesús María García García, Prensa y Vida Cotidiana en Salamanca (Siglo XIX), Salamanca, Universidad de Salamanca, 1990, pp. 139-224, ou au catalogue spécialisé de Teresa Santander, Publicaciones periódicas salmantinas existentes en la Biblioteca Universitaria (1739-1981), Salamanca, 1986.

3 Luis Cortés Vásquez, Salamanca en la literatura, Ed. Cervantes, Salamanca, 1973, p. 266.

4 El Adelanio, n° 1.571, 5-III-1891.

5 Cf. Carlos Serrano et Serge Salaün (Eds.), 1900 en Espagne (Essai d'histoire culturelle), Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 1988, pp. 85-103.

6 Fernando Araujo Gómez, La Reina del Tormes, Guía histórico-descnptiva de la ciudad de Salamanca, Salamanca, Caja de Ahorros, 1984 (1a éd., 1884).

7 "La prensa suele identificar Salamanca con un poblado africano y estimar su caserio como auténticas chozas morunas" affirme Jesús López Santamaría dans un article intitule : La ciudad de Salamanca a finales del Siglo XIX, Señora de Gran Nobleza a la que le huelen los pies", Stvdia Histórica, Ha Contemporáneo, Salamanca, Ediciones Universidad de Salamanca, vol. IV, n°4, 1986, p. 91

8 Tells sont les constatations qui se dégagent de l'article de P. Robertson, "El hogar como nido . la infancia de la clase media en la Europa del Siglo XIX, L. de Demause (ed.) in Historia de la Infancia, Madrid, Alianza Editorial, 1982, et de celui de Juan Antonio Cieza Garcia "Mentalidad y educación en España durante el primer tercio del siglo XX", Historia de la Educación, n° 5,1986, pp. 299 316.

9 El Nuevo Progreso, 8-II-1890.

10 El Combate, n° 5, 16-VIII-1899, "La blasfemia", titre d'un article polémique : "¿Pues cómo quitamos la blasfemia? - Quintando otras cosas que son las causas de ella".

11 Cf. l'article de Mariano Esteban de Vega et de Jesú López Santamaria, "La condición obrera en Salamanca durante la Restauración", qui souligne l'extrême précarité des conditions de vie de la classe ouvrière, Congreso de Historia de Salamanca, Salamanca, Graáficas Ortega, 1992, pp. 61-62.

12 Cette même mendicité jugée excessive affecte toutes les villes y compris Madrid, comme en témoigne l'article "Mendicidad y paro en el Madrid de la Restauración" de Angel Bahamonde Magro et de Julián Toro Mérida, Estudios de Historia Social, n° 7, octobre-décembre 1978, pp. 353-384 ("Es dificil esstablecer los limites entre vegancia y mendicidad derivada del pauperismo", p. 358). Après un hiver particulièrement froid, El Adelanto se réfère à l'article 2° de la Mairie qui proclame : "quede así mismo prohibida la mendicidad a todos los menores de edad, sean o non residentes en esta capital", arrêté qui restera, comme les autres, lettre morte (El Adelanto, n° 3.495, 17-IV-1897).

13 El Adelanto, n° 1.965, 9-XII-1892.

14 La Semana Católica de Salamanca, n° 225, 19-IV-1890, p. 281.

15 La Información, n° 155, 20-II-1894.

16 Ibid.

17 El Lábaro, n° 1.278, 13-IV-1901. Cf. également El Adelanto, "Sin educación", n° 5.428, 29-VIII-1902.

18 El Lábaro, n° 486, 5-XI-1898.

19 A un respetable Canónigo de esta Catedral hiriéronle ayer en la mejilla izquierda.", El Lábaro, n° 1.139, 3-ΧΙ-1900.

20 El Fomento, n° 1.279, 7-ΧΙΙ-1891.

21 El Lábaro, n° 238, 10-1-1898.

22 El Adelanto, 22-IV-1901, "Plana Literaria".

23 "¡Ay calorcito de los corazones, cuanto más vales que el de las alfombras y las estufas !", "Plana Literaria" de El Adelanto, 15-IV-1901.

24 "Plana Literaria" de El Adelanto, 17-VI-1901.

25 "¡Despedido !", "Plana Literaria", à propos des enfants et le monde du travail, on peut consulter le dossier élaboré par l'Ateneo de Madrid pour la Commission de Réformes sociales (Información escrita practicada en virtud de la Real Orden del 5 de Diciembre de 1883, Madrid, t. II, 1890). Ce dossier souligne l'âge précoce (6 ans), les journées intensives (entre 12 et 14 heures), les conditions insalubres et les bas salaires qui présidaient au travail des enfants en usine ou dans les petites industries. Juan Antonio Cieza affirme que "los niños, a pesar de su escasa fuerza productora, tenían para el capitalista la doble ventaja de costar poco en el mercado y contribuir con su presencia en él a abaratar el precio de alquiler del trabajo adulto" (op. cit., p. 313).

26 "Plana Literaria", El Adelanto, 18-XI-1901.

27 Le père jésuite Juan José Lecanda a été le confesseur et le confident du jeune Miguel de Unamuno. Ce premier avait particulièrement apprécié la compagnie des frères Barco durant des excursions à La Alberca et àlas Hurdes dont il garde un souvenir inoubliable "Una victima de las minas de carbón" (relaciones de Castilla), "Plana Literaria" de El Adelanto, 17-III-1902, 24-III-1902, 31-III-1902 (conte dédié à Juan Barco).

28 Dans ce cas précis, comme dans beaucoup d'autres, la fiction rejoint ou dépasse même la réalité comme le remarque de façon pertinente Juan Antonio Cieza : "El problema de la escuela se había identificado con el problema social : no se puede exigir al que tiene hambre que se intruya… La escuela era muchas veces un lujo innecesario" (op. cit., p. 311). De là, les limites à la Loi Moyano qui réglementait un enseignement obligatoire et gratuit pour tous les enfants entre six et douze ans.

29 "Plana Literaria", El Adelanto, 31-III-1902.

30 Pour de plus amples informations sur la réception en Espagne de la Rerum Novarum, cf. Feliciano Montero García, El Primer Catolicismo Social y la "Rerum Novarum" (1889-1902), Madrid, CSIC, 1983.

31 Cf. par exemple, Historia Vulgar de Filiberto Villalobos, "Plana Literaria" de El Adelanto, 25-XI-1901 ; Hojas caidas, "Plana Literaria" de El Adelanto, 21-X-1901 ; Cándido Rodríguez Pinilla, La muñeca vendida, "Plana Literaria" de El Adelanto, 18-III-1901.

32 Mesonero Romanos affirmait que, pour susciter l'intérêt du lecteur, "el autor costumbrista tenía que ser dotado del genio de la observación, narrar es transcribir observaciones".

33 Cándido Rodríguez Pinilla, op. cit.

34 Ibid.

35 Citons par exemple Ramón Barco, ¡Ay de mi hijo !, "Plana Literaria" de El Adelanto, 17-VI-1901 ; A. F. Arias, Tony el payaso, "Plana Literaria", El Adelanto, 18-V-1901 ; El caballo de carton, "Plana Literaria", El Adelanto, 21-IV-1902 et La cuna deschecha, "Plana Literaria" de El Adelanto, 5-5-1902.

36 Autre sujet sensationnel est le traitement de l'enfermement ou les derniers moments de la vie d'un prisonnier avec toutes ses conséquences sur la famille. Cf. les contes Pena de vida, "Plana Literaria" de El Adelanto, 22-X-1901 ; La peor pobreza, El Adelanto, n° 4.532, 3-3-1900.

37 Cf. par exemple El Fomento, n° 1.737, 12-12-1890, El Adelanto, n° 1.350, 23-III-1891, n° 1.339, 2-5-1891, El Noticiero Salmantino, n° 483, 15-VII-1899, La Información, n° 32, 20-I-1893, n° 34, 23-I-1893, n° 35, 24-I-1893…

38 La Información, n° 32, 20-I-1893. A la même époque, la composition par Luis Maldonado de Las Querellas del Ciego de Robliza est un témoignage des conditions de vie du "gañán charro" et des abus dont il est victime. Cf. notre article, "Las Querellas del Ciego de Robliza (1894) de Luis Maldonado o el Etemo Conflicto entre el Bien y el Mal", Salamanca, Revista Provincial de Estudios, Salamanca, nos 29-30, 1992, pp. 319-334.

39 El Noticiero Salmantino, n° 640, 19-XII-1899.

40 La Información, n° 505, 30-IV-1894.

41 Boletín Eclesiástico del Obispado, n° 19, 31-X-1895, p. 410. Alejandro Tiana Ferrer exprime la même idée, bien que de façon différente, dans "Educación obligatoria, asistencia escolar y trabajo infantil en España en el primer tercio del Siglo XX", Historia de la Educación, Salamanca, n° 6, 1987, p. 52.

42 Avant d'être réunis en un volume dont la première édition est de 1903 (Del campo y de la ciudad, Salamanca) ces contes furent publiés dans les pages littéraires de El Adelanto entre mars 1900 et avril 1902. L'édition qui nous sert de référence est la troisième et comporte cinquante trois contes (Salamanca, Ed. Cervantes, 1973, avec un prologue de Miguel de Unamuno). Nous avons choisi cinq contes dont les personnages secondaires ou principaux sont des enfants de la campagne : Oficio Nuevo, p. 29 ; El domine Lupus p. 31 ; Don Lionardo, p. 83 ; Lu nube negra, p. 97, Los hijos del tío Rejero, p. 119.

43 Comme preuve de cette richesse, la thèse de Maria Lourdes García-Macho, El Léxico de Luis Maldonado Madrid, UNED, 1990, et les commentaires de Miguel de Unamuno dans le prologue à Del campo y de la ciudad, op. cit. : "El es de lo más brioso, robusto y castellano que conozco. Como el de Pereda, tiene dos fuentes principales, el Quijote y los clásicos, y la lengua del pueblo..." (p. 13).

44 Luis Maldonado, op. cit., p. 98.

45 "Plana Literaria" de El Adelanto, 7-IV-1902, ou Luis Maldonado, op.cit., p. 119.

46 Ce thème est fréquent dans l'œuvre de Luis Maldonado, notamment dans les Querellas del Ciego de Robliza. "Las querellas" étaient avant tout des "querellas" contre la ville.

47 Luis Maldonado, op. cit., p. 121.

48 Voir le compte-rendu de Crotontillo dans l'article "Escritores Salmantinos", "Plana Literaria" de El Adelanto, 27-V-1901.

49 1900 en Espagne, op. cit., p. 163

50 Luis Maldonado, op. cit., p. 84. Cf. María Lourdes García-Macho, op. cit., p. 46 : "Mesiquín, n. sust. M. y f. salmantinismo. Señorioto(a) de la ciudad, afectado, gomoso".

51 Cf. le livre de Lily Litvak, Transformación industrial y literatura en España (1895-1905), Madrid, Ediciones Taurus, 1980. On peut songer, à la même époque, au succès des romans de Pereda, et plus précisément, à Peñas Arriba, chef-d'œuvre du retour à la terre.

52 Citons par exemple les récits, Como vivía yo en el campo y vagando por el campo de Sileno, El Adelanto, 16-VI-1902 et 28-IV-1902, et El serrano de Femand Villalobos y González, El Adelanto, 15-IV-1901.

53 "Plana Literaria" de El Adelanto, 16-VI-1902.

54 Vagando por el campo, "Plana literaria" de El Adelanto, 28-IV-1902.

55 El serrano, "Plana literaria" de El Adelanto, 16-VI-1901.

56 El serrano, op. cit.

57 Manuel Garcia Blanco, "Don Luis Maldonado cuentista", in Antología de las obras de Luis Maldonado, p. 33.

58 El làbaro, n° 1.276, 11-IV-1901.

59 Miguel de Unamuno, Obras completas, Madrid, Escelices, 1961, t. IX, p. 60.

60 "El árbol de navidad", El Noticiero Salmantino, n° 638, 17-XII-1901.

61 "Plana Literaria" de El Adelanto, 30-XII-1901.

Auteur

Université d'Angers

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540