Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Famille et éducation en Espagne et en Amérique Latine

 | 
Jean-Louis Guereña

III. Modèles et contre-modèles

Un modèle précoce d'ouvrière chrétienne ? À propos d'un feuilleton éducatif de La Escuela del Obrero (Barcelone, 1876-1877)

Michel Ralle

Texte intégral

  • 1 Apparemment seul l'Institut Municipal d'Histoire de la Ville de Barcelone (IMHCB) conserve des trac (...)
  • 2 Les chiffres de Cerdá pour l'année 1856 montrent une féminisation certaine du personnel qui travail (...)

1Un modeste bulletin catholique de Barcelone, La Escuela del Obrero1, publie en 1876, sous le titre "Cartas a Carmen", un bref feuilleton auquel la vie d'une ouvrière du textile sert de thème central. Il est surprenant qu'une des sensibilités de l'Eglise ait essayé de construire, dès le milieu des années 1870, un tel modèle alors que l'industrie catalane ne semble pas encore employer massivement des femmes2. En outre, le passage par la fábrica n'y est pas provisoire puisque la protagoniste continue à y travailler malgré son mariage. Si la fonction d'édification exclut que le personnage ait été choisi par hasard, celui-ci est bien à la confluence de plusieurs questions que la société catalane des années 1860-1870 pose à la connaissance historique. La première concerne la proportion de la main-d'œuvre proprement féminine -adulte ou enfantine- dans l'industrie textile. Cette présence conduit à s'interroger sur l'évolution des projets patronaux d'organisation du travail et sur la portée des pratiques paternalistes qui semblent largement présentes dans les relations avec les ouvriers avant 1880.

La escuela del obrero et le catholicisme social

  • 3 Pour la chronologie genérale des cercles, cf. J. A Gallego, Pensamiento y acción social de la Igles (...)

2Après le choc du sexenio et l'irruption de l'Internationale, la création d'organisations manipulables, comme les cercles catholiques d'ouvriers, dont La Escuela del Obrero serait un exemple, a-t-elle été un recours fréquent ? Cette dernière interrogation est vraisemblablement anachronique en 1876. Même dans les années 1880, les cercles ouvriers d'inspiration chrétienne sont rares, voire inexistants, car ce modèle étranger n'apparaît pas forcément comme un instrument plus efficace que les hermandades, pourtant touchées par une désaffection que les années du sexenio ont accentuée3. Mais les vieilles fraternités intéressent-elles toujours une institution ecclésiastique qui se contente de gérer leurs aspects cérémoniels ? Dans cette ambiance, les initiatives de quelques prêtres ou laïcs, soucieux de limiter de manière plus concrète la déchristianisation des milieux ouvriers, demeureraient isolées. La durée de la plupart d'entre elles -au nombre limité- n'a pas dû dépasser celle de La Escuela del Obrero puisqu'elles ont laissé encore moins de traces.

  • 4 Il n'y a pas de modification dans les en-tête des numéros conservés.
  • 5 La tentative est, il est vrai, déjà ancienne.

3Ce n'est qu'au milieu de la décennie 1890 que le catholicisme social prend la forme plus structurée d'une fédération de cercles ouvriers, dont les plus connus sont l'œuvre du Padre Vicent. Mais avant la fin du siècle leur influence ? est encore limitée. Il est donc logique qu'une de leurs rares et brèves prémisses barcelonaises n'ait pas laissé beaucoup de traces, tout au plus les modestes numéros de l'organe d'un Instituto Catalán de Artesanos y Obreros, qui déclare être publié sous les "inmediatos auspicios" de l'évêque Lluch y Garriga. Ces références officielles cachent mal la maigreur de l'activité et, sans doute, des moyens. Le fondateur de ce "periódico semanal"4 est apparemment un prêtre, Francesc Renau, mentionné comme directeur, mais qui n'est pas cité dans l'Enciclopedia Catalana ni apparemment répertorié dans les archives diocésaines5. La publication pourrait indiquer cependant que des secteurs catholiques plus attentifs au problème ouvrier ont essayé, malgré le caractère nettement plus rassurant du nouveau pouvoir, d'être davantage présents dans le monde des salariés de l'industrie. Sans doute parce que, malgré l'interdiction de l'Internationale, la mobilisation ouvrière -autre réalité encore mal connue aujourd'hui- persistait ici et là, au moins sous des formes de défense professionnelle. Parmi les indices de ces premières années de la Restauration notons la poursuite de la publication de La Revista Social par les dirigeants des Tres Clases de Vapor ou encore la création, assez formelle, en 1876, du Centro Federativo de Sociedades Obreras de Barcelone.

4La Escuela del Obrero diffuse en tout cas la même thématique que les futurs cercles d'ouvriers d'inspiration religieuse : assistance au culte, pratique régulière de la prière, respect des autorités politiques traditionnelles, communauté d'intérêts des patrons et des ouvriers, condamnation des prétentions de la raison et de l'esprit de liberté, moralisation des comportements... Le propos est souvent explicitement pédagogique, mais la mise en œuvre des préceptes est aussi suggérée par des évocations plus concrètes dont les "Cartas a Carmen", avec le recours à la fiction feuilletonesque, est la plus ambitieuse. Il est vrai que la publication ne vise pas en priorité les ouvriers déjà ancrés dans la protestation sociale ou politique derrière laquelle elle met les membres des secteurs de l'artisanat et de l'industrie les plus habitués à l'action collective.

  • 6 Divers exemples de cette diversification des activités dans S. Castillo (Ed.), Solidaridad desde ab (...)
  • 7 L'"Institudo" dont La Escuela del obrero se veut l'expression vise déjà à rapprocher ouvriers et ar (...)

5Comme les futurs círculos, en plus de l'accompagnement dans les grandes épreuves de la vie, l'essentiel de l'activité des hermandades -accident, invalidité, enterrement-, vise à de toucher un public plus vaste par des initiatives pratiques -bienfaisance et secours mutuel- auxquels s'ajoutent des loisirs contrôles et des enseignements généraux, professionnels ou artistiques6. Les "cercles" chercheront également à mettre en contact le milieu proprement ouvrier et les couches moyennes -notamment les artisans7- de manière à éviter l'enfermement dans la solidarité ouvrière susceptible d'alimenter l'hostilité à l'égard des patrons et des institutions. Dans les années 1870, la situation fort composite des salaries de l'artisanat et de l'industrie pouvait donner de la crédibilité à ce type de réponse. Même le textile catalan, malgré son caractère industriel, reposait sur un salariat diversifié puisque la "montagne" et, tout particulièrement, les colonias utilisaient une main d'œuvre qui n'avait pas perdu les réflexes hérités d'origines rurales.

  • 8 Dans le journal des "Tres Clases de Vapor", El Obrero, c'est un thème assez courant. Pour la fémini (...)
  • 9 J. Sallarés y Plá, El trabajo de la mujer y de los niños. Estudio sobre sus condiciones actuales, S (...)

6A ces nuances territoriales s'ajoutait un facteur plus global de diversification : l'augmentation, surtout mentionnée à partir des années 1880 et difficile à cerner8, de la présence de main d'œuvre féminine ou enfantine. Si les organisations ouvrières se plaignent alors du travail des femmes, des responsables patronaux le justifient au nom de la nécessité d'augmenter des ressources familiales oui réduites au seul salaire du chef de famille, seraient insuffisantes. Pour certains, un peu plus tard, cela pourrait même être un moyen d'intégrer l'ensemble de la vie sociale des catégories ouvrières à l'activité professionnelle, en installant par exemple, à proximité de l'établissement industriel école et garderie pour les enfants des ouvrières mariées9. De leur côté, les prêtres préoccupés par la question sociale n'étaient pas insensibles à la possibilité, que leur offrait la présence des femmes, de reprendre pied dans le milieu ouvrier. Certes, la moralité des jeunes femmes employées dans les établissements industriels courait des risques et, éloignées de leur famille, leur présence assidue aux offices n'était guère assurée, mais l'Eglise pouvait espérer en contrepartie encadrer plus directement une partie du personnel des fábricas et, donc, reconquérir une partie du terrain perdu.

Un modèle pour les ouvrières du textile

  • 10 La Escuela delObrero, 29-10-1876 et 5-11-1876.

7Dans "Cartas a Carmen", la modalité choisie -les conseils épistolaires d'une religieuse à une jeune ouvrière aux diverses étapes de la vie de celle-ci : entrée à l'usine, loisirs, mariage, éducation des enfants, veuvage, etc.- permet de jouer sur le procédé de l'identification pour proposer, dès 1875-1876, un modèle spécifique pour la main d'œuvre féminine du textile. La place centrale de cette fiction confirme qu'elle ne vise pas qu'à distraire. Elle est d'ailleurs encadrée par des articles didactiques. Ainsi, après le dernier épisode du feuilleton, commence une autre série épistolaire -incomplète- sous forme de conseils à une femme10. Mais c'est le récit de la vie de la jeune ouvrière, plus riche d'exemples et de potentialités allusives, qui est le plus révélateur des interrogations du catholicisme social à l'égard du travail féminin dans les fábricas.

8La thématique est d'emblée celle d'une éducation puisque les différents épisodes du feuilleton sont constitués par les lettres que Carmen reçoit de la supérieure du couvent, dont elle a été une élève sérieuse de l'école dans son enfance, et qui veulent la guider au long de sa vie. Le lecteur devine sans peine les questions et les angoisses de l'ouvrière à travers les réponses de la religieuse qui évoquent les situations auxquelles la première se trouve habituellement confrontée, le quotidien ouvrier, professionnel et familial, constituant, sous sa forme féminine, l'objet essentiel de cet échange fictif de correspondance. Et comme Carmen ne quitte pas son travail d'ouvrière, elle passe, jusqu'à son veuvage, par les diverses échéances du parcours attendu d'une mère de famille. La religieuse évoque ainsi l'emploi du temps où une meilleure répartition des tâches domestiques entre la mère de Carmen et ses filles permettrait une présence plus assidue aux offices du dimanche. Un sort particulier est fait aux économies de la jeune fille qui vont, d'une part, lui permettre une légère coquetterie et, de l'autre, alimenter une réserve pour les jours difficiles.

9Des conseils tout aussi circonstanciés concernent l'attitude à adopter face à l'ambiance particulièrement grossière des lieux de travail -on retrouve le souci de lutter contre les jurons et les blasphèmes- ou aux désordres de la sortie de la fábrica, ce moment de tous les dangers. Une part évidemment importante est consacrée au choix du mari. A l'ouvrier joueur ou au révolté athée, Carmen sera incitée à préférer un compagnon terne et analphabète, Jaime, dont elle essaiera de corriger avec doigté les défauts et les lacunes. De ses efforts naîtra un peu d'affection pour son époux, ce qui est suffisant aux yeux de sa conseillère, qui l'a mise en garde contre les effets incontrôlés de la passion. Avec la participation à une grève perdue et la naissance de deux enfants, Jaime, qui a accepté de fréquenter une école dominicale, devient un "hombre juicioso". Mais les moments de répit sont forcément brefs. Il tombe malade et meurt. Pas d'autre issue désormais pour Carmen que de se consacrer entièrement à ses enfants et de continuer à travailler à l'usine sans aucune perspective de la quitter un jour.

10Si la jeune ouvrière n'a pas envisagé d'entrer dans un couvent, ce n'est pas par simple ruse du récit qui trouverait ce moyen de s'adresser aux femmes privées de la grâce de se consacrer entièrement à leur foi et empêchées d'atteindre l'idéal suprême de vie chrétienne que la religieuse paraît incarner. La supérieure écrit, en effet, à sa correspondante que :

"[una] joven destinada a ser una buena esposa y excelente madre de familia, será una mala religiosa si sus padres, por una devoción mal entendida, la fuerzan a tomar el velo".

11Mais elle évoque surtout à plusieurs reprises la place décisive que tient la mère de famille ouvrière dans la "rédemption" du monde ouvrier :

  • 11 Ibid., 15-7-1876.

"¡Y yo que aspiro a redimir esa clase de la esclavitud del vicio y de la ignorancia, difundiendo en ella el gérmen de la civilización por medio de personas como V., que han recibido una educación cristiana, una instrucción suficiente para una madre de familia del pueblo!"11.

12L'importance de la tâche -et son ampleur- apparaissent en particulier lorsque la religieuse parle du monde des fábricas, peuplées d'ouvriers imprévoyants, irrévérencieux, qui en veulent à leurs patrons et qui sont influencés par les idées de l'Internationale. Les femmes qui travaillent à leurs côtés mutent ces attitudes au risque de perdre tout caractère féminin.

"Modales y costumbres libres, descocadas, que tienen algo de varonil y mucho de grosero".

Le travail féminin

  • 12 Ibid.

13Quelle valeur documentaire accorder à cette évocation ? Elle nous renvoie à notre ignorance sur le monde ouvrier de la Restauración, notamment dans sa phase la moins étudiée, celle précisément des années qui suivent l'échec de la Première République A en croire la religieuse, les ouvriers des usines auraient déjà nettement rompu avec le respect à l'égard de l'Eglise, et leur esprit serait rempli des idées de révolte sociale12. La grève, évoquée à plusieurs reprises, affectera le foyer de Carmen qui devra puiser largement dans les économies qu'elle avait réunies peu à peu Mais la noirceur du bilan, notamment lorsqu'il évoque les attitudes à l'égard de la religion correspond-elle à la réalité ordinaire où à une dramatisation voulue par l'intention pédagogique du feuilleton qui obligerait d'autant plus Carmen à suivre les conseils de son guide que l'état moral du monde ouvrier -c'est-à-dire aussi ses comportements politique- serait fort préoccupant ?

  • 13 "(...) Tiene ud. demasiadas amigas para que todas sean buenas (...)" : conseil donné dans une premi (...)

14Cet objectif n'est pas circonstanciel puisqu'il est nourri par la crainte systématique à l'égard de tout ce qu'une ouvrière est amenée à fréquenter et où la religieuse voit constamment des dangers. On vient de parler de l'effet contagieux des comportements grossiers des hommes, des attitudes de celles qui ont été contaminées et qui influencent celles qui ne le sont pas encore. Mais il n'y a pas que les heures de travail qui soient dangereuses. La religieuse évoque aussi la tentation du luxe, les mauvaises compagnies féminines13, les exigences des parents, la faiblesse de caractère des maris, etc. Bref, la femme chrétienne doit trouver sans cesse des moyens de se défendre. Il lui faut donc des refuges solides : une famille pieuse, les écoles chrétiennes, le contact régulier avec des personnes de l'Eglise, qui, pour le feuilleton, sont d'abord des femmes.

  • 14 La Escuela del Obrero, 8-7-1876
  • 15 Ibid., 15-7-1876

15Au cours de la vie de Carmen apparaissent donc les diverses conduites à tenir dans les difficiles circonstances du travail industriel puisque sa réalité concrète peut se trouver en contradiction avec ce que l'on entend habituellement comme une existence chrétienne. La première de ces tensions tient, bien évidement, à l'acceptation du travail salarié des femmes mariées. De manière significative, la religieuse ne mentionne pas son caractère pénible ni la pression qu'il exerce sur les salaires masculins mais sa double nécessité pour la famille. En allant travailler à l'usine, Carmen, encore célibataire, complète la rémunération de son père et subvient à quelques modestes dépenses d'habillement, car elle n'est pas tentée par le luxe "un vestido de lana para los días de fiesta y un pañuelo de seda para la cabeza" constituent l'idéal que lui propose la religieuse14. Le poste qu'elle occupe dans une fábrica de "esta capital" -Barcelone, donc- ne permet pas davantage. Elle fera en revanche quelques économies lorsque la famille se déplacera dans une autre localité, "la villa de S..." -Sabadell ?- où les salaires sont un peu plus élevés et les conditions d'habitation meilleures, ce qui signifie que tous les emplois ne se valent pas et, donc, que certains peuvent procurer une vie moins difficile15. Si le salaire d'une jeune fille est nécessaire au ménage de ses parents, celui de la femme mariée l'est tout autant pour son couple. Ainsi c'est avec l'approbation de sa conseillère que Carmen ne renonce pas à son emploi. Il est vrai que le récit tarde à lui accorder une première maternité. Mais la venue d'un premier enfant puis celle d'un second ne changeront rien. D'ailleurs le feuilleton ne la fera quitter sa fabrique que de manière provisoire, et non par une décision volontaire, parce qu'elle en a été licenciée à la suite d'une longue absence due à la maladie de son mari.

  • 16 Cf. Histoire de la famille + Rule.
  • 17 La Escuela del Obrero, 30-9-1876.

16Le récit répugne ainsi à assumer une interruption sans ambiguïté de l'activité en usine. En outre, dès son départ provisoire de la fábrica, Carmen va coudre chez elle des chemises à façon, ce que la religieuse approuve sans faire allusion au problème, souvent constaté par les observateurs sociaux, de la lourdeur du travail que les fabriquants imposent à ceux et à celles qu'ils emploient à domicile16. Le retour à l'usine -plus précisément "al honroso trabajo de un taller"17- se fait tout naturellement puisque Jaime, toujours malade, n'a plus de salaire ce qui met entre parenthèses l'éventuelle solution du travail à domicile. La conseillère de Carmen croit en effet possible de concilier la double journée de travail de la mère de famille :

  • 18 Ibid.

"La noche es también un recurso para la mujer hacendosa, y especialmente para la madre de familia obrera: conozco algunas que peinan y lavan a sus hijos con el mayor esmero antes de meterlos en la cama, y así por la mañana no tienen más que lavarles la cara y las manos.... Penosa y dura es esta vida pero Dios le dará fuerzas"18.

17La nécessité de toucher un salaire fait donc loi. Le problème du temps à trouver pour assister à la messe du dimanche -car l'ouvrière doit observer scrupuleusement ses obligations- trouve ainsi une solution facile. D'ailleurs le feuilleton avait déjà donné la réponse en évoquant la vie de Carmen chez ses parents : c'est une question d'organisation des travaux domestiques et de renoncement à quelques distractions dominicales.

  • 19 Dans son plaidoyer en faveur du travail des femmes mariées l'industriel J. Sallarés y Plá, conclut (...)
  • 20 D. del Pozo, Consejos a las sivientes cristianas y jóvenes obreros, Barcelona, 1899, p. 91.

18Le travail en usine de la mère de famille s'impose donc comme une évidence concrète sans qu'il soit besoin de recourir au type d'arguments et aux comptabilités utilisés plus tard par ses défenseurs19. Pour le moment, le fond de la justification tient à la nécessaire résignation devant les épreuves que le destin réserve aux hommes et, surtout, aux femmes. Les transformations du travail engagées par les entrepreneurs, ces nouvelles autorités de fait pour le peuple chrétien, en font partie. En outre il n'y a pratiquement pas d'allusions à la possibilité d'échapper à l'état d'ouvrier, grâce au commerce par exemple, ritournelle de tant de manuels d'éducation destinés aux jeunes filles pauvres20. La supérieure n'en parle qu'au moment où il s'agit d'éloigner Jaime des ouvriers aux idées radicales et seulement pour que Carmen fasse diversion en l'entraînant a rêver :

  • 21 La Escuela del Obrero, 16-9-1876.

"Indiqué a ud. la posibilidad de que no teniendo hijos (aun cuando uds preferirían tenerlos) trabajando los dos como hasta aquí llegasen a reunir un pequeño capital, que después empleado en algún negocio lucrativo les elevase a una posición desahogada. Vaya V. sobre esta hipótesis haciendo castillos en el aire, en cuyos trabajos arquitectónicos regularmente le ayudará él, porque es ocupación muy grata hasta que lleguen a considerarse relativamente neos; y entonces, con mucho tino [...] hágale notar que a Uds. no les gustana entonces ser blancos de la envidia [...] y que serían tan criminales los socialistas que aspirasen a repartírsele..."21.

Le mariage

  • 22 La Escuela del Obrero, 22-7-1876.

19Avec le mariage, seconde échéance de sa vie et de loin la plus attendue, Carmen se trouve confrontée aux encouragements à donner à ses "prétendants". Les trois que le récit mentionne sont ouvriers, deux tisseurs et un menuisier-charpentier : Carmen restera donc dans son milieu au sens strict. En outre, la religieuse la conduira à un choix raisonné où ni la passion ni même le sentiment n'auront leur part. Les deux ouvriers qui seront écartés ont un niveau d'instruction comparable au sien. L'un est un fils unique gâté par des parents faibles et qui, surtout, s'adonne au jeu. La religieuse l'a appris en se renseignant sur lui, la démarche suggérant tout l'avantage qu'il peut y avoir à demander à l'institution religieuse confirmation de l'intuition sentimentale. Un joueur ne pouvant s'amender, il faudra, donc, oublier le menuisier qui semblait avoir retenu l'attention de Carmen. Un homme qui a des idées "peligrosísimas", c'est-à-dire celles de l'Internationale, n'est pas davantage capable de changer. C'est le cas du tisseur qui avait bonne apparence. Pour la supérieure, un homme qui ne croit pas en Dieu ne peut être arrêté de pêcher qu'imparfaitement par le code pénal et il exposera sa famille à tous les dangers, même si pour l'instant il se comporte bien : "No me inspira confianza su buena conducta"22.

  • 23 Ibid.

20La fiction attribue donc à Carmen le tisseur analphabète Jaime, dont la suite du récit confirmera l'absence de personnalité. A priori, la religieuse n'est pas favorable à un mariage où l'homme "sabe menos que la mujer"23. En outre les ignorants sont influençables. Le lecteur sent bien que Carmen n'éprouve pas le moindre enthousiasme pour ce parti. Mais la conseillère fait valoir qu'un homme si peu formé peut être façonné, même en ce qui concerne son caractère, si sa femme sait s'y prendre. Une fois Jaime accepté, une grande partie du feuilleton va être consacré aux efforts de l'épouse pour améliorer son mari. Ainsi la religieuse rappellera à Carmen, un peu déçue par les premiers moments de sa vie de femme mariée, que :

"Vd., Carmen amiga, no puede encontrar la dicha absoluta ni en su matrimonio con Jaime, ni en ninguna otra situación de la vida".

21Du mariage, on ne doit espérer ni passion -dangereuse comme on l'a vu- ni même des échanges affectifs profonds :

  • 24 La Escuela del Obrero, 9-9-1876.

"Es necesario que se contente con ese afecto tranquilo, sin exageraciones ni transportes..."24.

  • 25 La Escuela del Obrero, 16-9-1876.

22Par contre les changements de comportement de son mari et l'influence déterminante qu'elle acquiert dans la famille constitueront pour Carmen une consolation de nature à lui faire oublier sa déception. Elle arrivera ainsi à le convaincre d'assister aux cours d'une "escuela dominical" religieuse -autre intervention possible de l'Eglise dans la vie des pauvres- puis d'abandonner la fréquentation de ses amis -la religieuse avait souligné qu'il n'y a pas "dicha mayor que la de un matrimonio en que ni el marido ni la mujer tengan amigos"25. Ce premier contact avec une ambiance chrétienne finira par ramener le mari au respect de ses devoirs religieux.

23Selon la religieuse, le parcours dont Carmen s'acquitte de manière exemplaire a été fort instructif :

  • 26 La Escuela del Obrero, 23-9-1876.

"Ha reducido a la práctica con tanto tino y prudencia las vagas y generales teorías que yo [la religieuse] tuve el gusto de exponer"26.

  • 27 La Escuela del Obrero, 16-9-1876.

24Elle doit être fière du résultat au lieu de regretter de ne pas avoir partagé joies et peines avec son mari et de l'avoir souvent manipulé. Ainsi, pour le maintenir dans la cellule familiale, elle a été incitée à "profiter" du chagrin de Jaime lorsqu'il a perdu sa mère "una preciosa coincidencia ayuda nuestros planes dit la religieuse27. Les sentiments du mari sont secondaires, en l'occurrence, puisqu'il ne fait pas partie des personnes qui peuvent souffrir profondément d'un deuil :

  • 28 Ibid.

"No se preocupe V. demasiado del estado de aflicción de su esposo, pues en esa edad y con un espíritu ligero, como el suyo, los dolores no imprimen profimda huella"28.

25On peut attribuer au caractère extrêmement démonstratif de la fiction ce sacrifice de l'affectivité. Mais, de même que le propos du récit, il a une cause plus fondamentale : pour être une bonne chrétienne, la femme, et tout particulièrement la femme ouvrière, doit mettre son existence au service de son rôle socio-religieux. Carmen l'a abordé avec un grand avantage, celui de son intelligence qui lui donne le sens du moment et de la forme de son intervention, en évitant, en outre, de heurter la susceptibilité d'un mari qui lui est inférieur. Elle a également reçu une bonne éducation. Elle sait lire, écrire, calculer, y compris les fractions :

  • 29 La Escuela del Obrero, 8-7-1876.

"V. cuando se separó de mi lado leía bien, sabía escribir correctamente una carta, y resolvía cualquier problema de Aritmética, ya fuese de quebrados comunes, ya de decimales, de regla de tres etc."29.

  • 30 La Escuela del Obrero, 29-7-1876.

26Son sens moral et religieux a été également bien formé, car dans les écoles on inculque "los deberes religiosos, morales y sociales de un modo más racional, más práctico"30. "Cartas a Carmen" est un éloge de la bonne école et celle-ci entre dans la vie des divers personnages, Carmen et Jaime, bien sûr, mais aussi la sœur de Carmen, celle de Jaime et enfin les enfants à propos desquels la supérieure défend les maîtres d'école contre les parents qui leur font des reproches injustes. On voit que le feuilleton correspond tout à fait au titre de la publication, La Escuela del Obrero, car il fait à la fois allusion à l'école de la vie, au rôle éducatif de l'épouse et de la mère mais aussi à l'institution scolaire tenue par les religieuses dont la fréquentation est inséparable de l'acquisition des critères indispensables pour mettre l'existence quotidienne des femmes hors d'atteinte de la partie de la société, les ouvriers, dont la nature semble être de les offenser dans leur féminité.

27La démonstration atteint là une de ses limites. Alors que les institutions chrétiennes -et le couvent de la conseillère de Carmen en premier lieu- sont capables de former des épouses et des mères accomplies, celles-ci doivent faire taire leurs sentiments et même, au prix d'efforts difficiles, modérer leurs interventions en public. Nous avons déjà mentionné ceux de Carmen à l'égard de son mari qu'elle doit convaincre par l'exemple. De la même manière, la religieuse la dissuade fermement de s'opposer de manière frontale aux idées et aux comportements des hommes et des femmes qui travaillent dans la même fabrique qu'elle. Là encore, les raisons ne sont pas seulement d'ordre tactique -il est plus efficace de prêcher par l'exemple- mais renvoient à un modèle de comportement qui ferme l'espace public a l'ouvrière chrétienne. Alors qu'elles pourraient être des militantes de la bonne parole Carmen et ses semblables sont contraintes d'adopter une attitude réservée sur les lieux de travail et, hors de ceux-ci, dans le refuge familial d'où, d'ailleurs, la fréquentation des amis est bannie, comme nous l'avons vu. Est-ce une perspective séduisante ? La rupture de la famille de Carmen, par la mort de Jaime, est, de ce point de vue, un aveu du récit. La jeune ouvrière dont la vie allait avoir un sens plus large se retrouve paradoxalement seule. Son influence ne peut plus s'exercer que sur ses enfants et non à travers un mari qu'elle avait modifié. Apparemment, il est tout aussi impossible à une femme de condition modeste d'avoir une vie de couple que d'avoir un rôle public.

  • 31 D. del Ροzo, Consejos a las sirvientes, op. cit., est écrit vingt ans plus tard.

28Faut-il pourtant ne retenir de l'existence exemplaire de Carmen que le souci d'enfermer la femme ouvrière dans le cercle domestique, de ne lui donner que la compensation cachée de diriger sa famille ? Pouvait-il en être autrement dans un contexte où ce modèle n'était pas remis en cause, même par la pensée démocratique ? C'est cela qui rend intéressante la tentative de La Escuela del Obrero de prendre en compte, même à travers une fiction, les changements sociaux provoqués par l'industrialisation de la Catalogne. On ne s'attendrait pas à trouver en 1876 l'acceptation par une sensibilité catholique du travail salarié des femmes hors de leur domicile ou l'insistance sur la nécessité de les instruire31.

29Les réflexions qui prennent un caractère public vers la fin des années 1880 ont donc agité bien avant certains secteurs de l'Eglise. Il serait instructif de reconstituer la continuité de cette interrogation. L'attitude de La Escuela del Obrero suggère ainsi l'importance des changements que le développement des "fábricas" en Catalogne provoque dans les situations sociales et dans les réponses qui y sont apportées. Etant donnée l'ignorance de l'historiographie en ce qui concerne les réalités et les représentations de cette période, vouloir en dire plus ferait courir le risque de regarder l'Espagne des débuts de la Restauración comme s'il n'existait pas de spécificité de son développement. Il n'en demeure pas moins que "Cartas a Carmen" est un indice que ne peuvent négliger ni une histoire de l'éducation ni même une étude de la société espagnole.

Notes

1 Apparemment seul l'Institut Municipal d'Histoire de la Ville de Barcelone (IMHCB) conserve des traces de La Escuela del Obrero, du n° 6 (8-7-1876) au n° 35 (27-1-1877), qui doit plus ou moins correspondre à la fin de la publicaiton.

2 Les chiffres de Cerdá pour l'année 1856 montrent une féminisation certaine du personnel qui travaille sur des machines (Monografía estadística de la clase obrera de Barcelona, Madrid, 1867, pp. 587-616). D'autres témoignages sur la main d'œuvre féminine de Barcelone dans J. Benet et C. Martí, Barcelona a mitjan segle XIX, Barcelona, Ed. Curial, 1976, pp. 134-141.

3 Pour la chronologie genérale des cercles, cf. J. A Gallego, Pensamiento y acción social de la Iglesia en España, Madrid, Ed. Espasa Universitaria, 1984, pp. 159-217 ; La Cuestión social en Valencia de Perez Pujol, Valaicia, 1872, montre que sous le sexenio il reste à Valence pas mal d'hermandades mais à la vie assez routinière.

4 Il n'y a pas de modification dans les en-tête des numéros conservés.

5 La tentative est, il est vrai, déjà ancienne.

6 Divers exemples de cette diversification des activités dans S. Castillo (Ed.), Solidaridad desde abajo, Madrid. Ed Centro de Estudios históricos-UGT, 1994.

7 L'"Institudo" dont La Escuela del obrero se veut l'expression vise déjà à rapprocher ouvriers et artisans.

8 Dans le journal des "Tres Clases de Vapor", El Obrero, c'est un thème assez courant. Pour la féminisation un peu plus tardive de la main d'œuvre, cf. A Smith, "La guerra de las continuas, Cambio tecnológico y estrategias sindicales en la industria algodonera catalana, 1889-1914", Sociologia del Trabajo, Madrid, n° 24, printemps 1995, pp. 121-151.

9 J. Sallarés y Plá, El trabajo de la mujer y de los niños. Estudio sobre sus condiciones actuales, Sabadell, 1893, p. 87.

10 La Escuela delObrero, 29-10-1876 et 5-11-1876.

11 Ibid., 15-7-1876.

12 Ibid.

13 "(...) Tiene ud. demasiadas amigas para que todas sean buenas (...)" : conseil donné dans une premières lettres de la religieuse, La Escuela del Obrero, 15-7-1876.

14 La Escuela del Obrero, 8-7-1876

15 Ibid., 15-7-1876

16 Cf. Histoire de la famille + Rule.

17 La Escuela del Obrero, 30-9-1876.

18 Ibid.

19 Dans son plaidoyer en faveur du travail des femmes mariées l'industriel J. Sallarés y Plá, conclut ainsi l'examen des budgets familiaux des ouvriers : "[...] se ve que pocas son las familias que cubran sus gastos si no vienen reforzados los ingresos con el producto del trabajo femenit", El trabajo de la mujer, op. cit., pp. 27-28.

20 D. del Pozo, Consejos a las sivientes cristianas y jóvenes obreros, Barcelona, 1899, p. 91.

21 La Escuela del Obrero, 16-9-1876.

22 La Escuela del Obrero, 22-7-1876.

23 Ibid.

24 La Escuela del Obrero, 9-9-1876.

25 La Escuela del Obrero, 16-9-1876.

26 La Escuela del Obrero, 23-9-1876.

27 La Escuela del Obrero, 16-9-1876.

28 Ibid.

29 La Escuela del Obrero, 8-7-1876.

30 La Escuela del Obrero, 29-7-1876.

31 D. del Ροzo, Consejos a las sirvientes, op. cit., est écrit vingt ans plus tard.

Auteur

Université de Paris IV

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540