Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Robert Beck
, 
Anna Madœuf

I - Dimensions identitaires

Espaces de loisirs de la société cosmopolite parisienne. L’influence de l’élite voyageuse, 1855-1937

Joanne Vajda

Texte intégral

  • 1 Voir Daniel Roche (dir.), La ville promise. Mobilité et accueil à Paris (fin xviie-début xixe sièc (...)

1À partir de la seconde moitié du xixe siècle, Paris devient une destination privilégiée pour l’élite voyageuse. Le tourisme culturel incarné par le Grand Tour (qui représente l’apogée de l’éducation aristocratique) se transforme progressivement en un tourisme de plaisirs1. Cette métamorphose est due à l’arrivée d’une génération pour laquelle le voyage est une occasion de dépenser son argent en débauches de tous genres.

2Mais que doit Paris à cette élite voyageuse ? Les nouvelles formes de sociabilité de la société cosmopolite influencent-elles les divertissements ? Comment l’architecture installe cette société dans l’espace parisien ?

3Les loisirs deviennent une pratique sociale qui participe à l’affirmation de l’identité de l’élite voyageuse, représente un élément d’intégration à la vie sociale parisienne et constitue un facteur de distinction sociale. La société cosmopolite devient une des causes d’évolution de l’espace parisien, qui marque la culture matérielle, les structures sociales et les lieux de sociabilité de l’époque.

  • 2 Thorstein Veblen, Théorie de la classe de loisir, Paris, Gallimard, 1978 [1ère éd. américaine, 189 (...)
  • 3 Je tiens à remercier Roxane Debuisson, Florence Quignard et Goulven Guilcher qui m’ont permis de p (...)

4Les lieux de rencontre destinés aux divertissements et aux loisirs prennent des formes très diverses : cafés, restaurants, brasseries de femmes (lieux où l’on est servi par des dames costumées que l’on peut emmener avec soi à la fin de la soirée), bains, maisons de rendez-vous et maisons closes, lieux de rencontre pour homosexuels, mais aussi, cercles, skating-rinks (patinoires) et attractions. Ouverts pratiquement au tout venant, ces lieux sont créateurs de sociabilités particulières, qui se distinguent de celle de salon, car c’est ici que l’on fait des rencontres « intéressantes » et que l’on goûte à la vie de loisir de la capitale. C’est également là qu’un étranger peut étaler sa puissance financière et se forger une réputation en consommant de manière ostentatoire2. Pour préciser l’image de « Paris, capitale des plaisirs » on évoquera certains aspects moins connus de ces lieux3 : la relation du milieu cosmopolite au milieu interlope à travers les cercles, l’implication des étrangers dans la multiplication des skating-rinks et le rôle joué par un seul homme, Joseph Oller, dans la création des attractions parisiennes.

5C’est en croisant l’histoire de l’architecture, l’histoire sociale et l’histoire culturelle qu’il est possible de saisir l’impact des loisirs sur le développement urbain, leur poids économique, la manière dont ils sont commercialisés et la façon dont ils se professionnalisent.

LES CERCLES

  • 4 Édouard Brasey, La République des jeux. Enquête sur l’univers secret des jeux d’argent et de hasar (...)
  • 5 Archives de la Préfecture de Police (APP). BA 349, Cercle de France International.

6Entre 1870 et 1890, les cercles se multiplient dans la capitale (on en dénombre 200 en 1885)4. Une véritable industrie naît, liée à la pratique illicite des jeux, malgré les intentions (louables) affichées par les règlements et les statuts de ces établissements, organisés en vue de distractions de société. Les fondateurs s’appliquent à démontrer, que les relations tissées entre les membres profiteront au développement des rapports de commerce et d’amitié avec différents pays et que les cercles peuvent être une source importante de revenus grâce à l’apport des voyageurs étrangers5.

  • 6 APP BA 356, New York Club.

7C’est à travers ces établissements que l’accointance de la société cosmopolite avec le milieu interlope se trouve facilitée. Les noms de certains cercles sont spécialement conçus pour attirer l’élite voyageuse masculine : Cercle Franco-Américain (ancien Washington-Club), Tourist-Club, Cosmopolitan Club (ancien City-Club), Cercle de France International (provenant de la fusion du Cercle de France avec le Grand Cercle International de Paris), Cercle des Deux Mondes (résultant de la fusion du Cercle Américain avec le Hunting Club), etc. Il existe des cercles créés par des étrangers pour des étrangers, tel le New York Club, situé 19, rue Scribe et approuvé le 16 novembre 1872, dont les fondateurs sont quatre Américains (un médecin, deux rentiers et un fabricant de canons) et qui ne comprend que des sujets américains6.

  • 7 APP BA 348 et BA 349, Cercles.

8La préfecture de police s’évertue à démasquer les maisons de jeux, ce qui n’est pas chose aisée, car parmi les fondateurs figurent souvent des aristocrates ou des personnalités parisiennes jouissant d’une grande notoriété et membres de cercles fameux, comme le Jockey Club ou créateurs d’autres cercles. C’est le cas, par exemple, de Loubat, fondateur du Cercle Franco-Américain et du Cercle International de France, riche Américain, originaire de Bordeaux, ayant fait fortune à la Nouvelle Orléans, ami et parent du Ministre de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts de l’époque. D’autres Américains, parmi lesquels le dentiste de Napoléon III, Thomas Evans, figurent aussi parmi les fondateurs du Cercle Franco-Américain, tandis qu’Arsène Houssaye et le prince Alphonse de Chimay font partie des fondateurs du Cercle International de France. Des aristocrates, parmi lesquels les princes Radziwill, Galitzin ou d’Orange acceptent de se faire payer par ces cercles pour prêter leurs noms ou pour contribuer activement au recrutement des membres7.

  • 8 Archives du Ministère des Affaires étrangères, Grèce, Carton 6, 129.

9Les exploitants des cercles (en grande majorité Français) sont souvent connus des services de police comme des joueurs douteux. De nombreux tricheurs, appelés « philosophes » ou « grecs » (terme qui fait l’objet d’une plainte en juillet 1885, adressée par le Ministre grec au Ministre des Affaires étrangères)8, connus aussi dans les villes d’eaux, sont là pour dépouiller les crédules, en particulier le riche étranger. On y rencontre aussi les « rastaquouères », terme par lequel on désigne à l’époque les étrangers aux allures voyantes affichant une richesse suspecte.

  • 9 APP BA 2204, Noblesse étrangère.

10L’accès des « grecs » aux cercles est souvent facilité par leur appartenance à l’élite voyageuse et c’est ce qui les rend difficilement repérables. On n’ose pas porter plainte contre eux, d’une part pour ne pas s’avouer dupé, d’autre part à cause des hautes relations qu’ils entretiennent. Par exemple, le prince de Formosa y Aragona, italien de Naples est expulsé du territoire français le 13 février 1908 pour cause de tricherie au Traveller’s Club. Son dossier9 révèle les multiples liaisons qui existent entre l’élite voyageuse et la société parisienne. Le prince loge au 224, rue de Rivoli chez son amante, la comtesse de Castries. Au Traveller’s Club, où se côtoient aristocrates étrangers, membres de familles royales, gros banquiers, négociants et industriels, le prince de Formosa entre en combinaison avec les « grecs » du grand monde, le marquis de Rudini, le marquis del Monte et le comte Leontieff, ex-gouverneur de l’Abyssinie.

  • 10 APP BA 348. Cercle Franco-Américain.
  • 11 Archives du Ministère des finances. B 33241, Activités des étrangers dans les milieux financiers, (...)

11Lors de l’Exposition Universelle de 1878, beaucoup de cercles s’ouvrent en prévision de l’arrivée des étrangers. Les propriétaires du Cercle Franco-Américain, malgré des problèmes de fonctionnement, affirment leur volonté « de marcher jusqu’à l’exposition, car avec leur titre et les Anglais qu’ils ont dans le comité, ils espèrent gagner beaucoup »10. Pour attirer les étrangers de passage à Paris, de nombreux cercles font la chasse aux joueurs en envoyant des invitations nominatives aux nouveaux clients des grands hôtels. Au City-Club on donne de fréquents dîners pour coopter les nouveaux joueurs. Le métier de racoleur existe et se pratique dans les grands cafés, au Café Américain, au Café de la Paix, au Café Riche et sur les boulevards. Cette pratique du recrutement perdure encore cinquante ans plus tard, ainsi que témoigne un rapport de 1932 au sujet d’Israël Khiat, dit Hai-Khiat, d’origine tunisienne, considéré comme joueur professionnel et racoleur de cercles, qui fait des longs séjours à Paris depuis 1905 et descend au Grand Hôtel, se faisant passer pour un journaliste11.

  • 12 Jules Maurille, « Les cercles et les casinos », in Les Échos de Paris, n°19, septembre 1885, p. 49 (...)
  • 13 Voir par exemple la faillite du City Club, Archives de Paris. D11U3-953, Faillite 7709.

12La tolérance au sujet des jeux dans les cercles, tout comme dans les casinos, s’explique par les intérêts économiques de cette pratique qui contribue à la prospérité nationale par l’intermédiaire des énormes revenus perçus par le fisc12. Les jeux de hasard sont une distraction très recherchée par la société cosmopolite. Leur suppression risque d’éloigner cette clientèle oisive, qui alimente par ailleurs d’autres branches de l’économie française (le commerce, les industries du luxe et l’hôtellerie). La plupart des cercles dont nous avons pu suivre le parcours ont une durée de vie assez courte (environ cinq ans), leur fermeture étant généralement ordonnée par la préfecture de police pour cause de grosse tricherie13.

13Les étrangers de passage dans la capitale sont facilement admis dans les cercles, à l’exception des grands cercles fermés, tels le Jockey Club. C’est ce qui rend fluctuant le nombre de membres. Le Cercle Franco-Américain compte en 1889, 351 membres permanents et 141 membres temporaires. Quelques années plus tard on dénombre 450 membres permanents et 900 membres temporaires. On vient au cercle en début d’après-midi pour faire son courrier et lire la presse, on y dîne et on reste jusque tard dans la nuit pour jouer aux cartes. Les cercles délaissés par la société cosmopolite périclitent.

  • 14 Le Cercle Franco-Américain se trouve 4, place de l’Opéra, le Tourist-Club est au 31, av. de l’Opér (...)

14La plupart des cercles se trouvent dans les quartiers les plus fréquentés de la capitale14 et sont aménagés de manière somptueuse. L’exploitant du Grand Cercle International de Paris envisage de l’installer rue du Faubourg Saint-Honoré dans l’hôtel particulier des Pereire et de le doter d’un cabinet de lecture pourvu d’une bibliothèque cosmopolite, de fumoir, restaurant, café, salle d’escrime, billards, jeux d’adresse, grande salle de fêtes, etc. Ne pouvant louer ce lieu, il établit le cercle au 1er étage du 6, boulevard des Capucines, où les travaux d’aménagement durent cinq mois, de mai à octobre 1878, ce qui laisse supposer que l’aménagement est tout aussi somptueux que celui projeté pour le Faubourg Saint-Honoré.

LES SKATING-RINKS

  • 15 BHVP, Actualités, Série 106, Coupure de presse sans titre, 12 janvier 1914, Le costume de « lancie (...)
  • 16 Paul Bonhomme, Les sports pour tous. Le patinage à glace et à roulettes, Paris, Nilsson, s.d. [191 (...)
  • 17 Le terme est directement repris de l’anglais où rink désigne plus précisément une patinoire, à la (...)

15Déjà en 1813, la Glacière (derrière la gare du chemin de fer de Sceaux) est très recherchée par les amateurs de glisse. « Pas d’étranger qui traversât Paris sans aller la visiter […] ; on y revêtait des costumes originaux, exotiques pour la plupart ; le polonais y était en faveur »15. Sous le Second Empire le patinage est à la mode. On patine sur les lacs gelés du Bois de Boulogne et du Bois de Vincennes, sur le bassin de la Villette ou dans les bassins gelés des jardins publics (aux Tuileries, au Palais-Royal ou au Luxembourg). Mais c’est pendant la IIIe République que ce sport prend toute son envergure16. On construit des espaces spécialement destinés à la pratique du patinage sur glace ou du patinage à roulettes, les skating-rinks17. Lieux de plaisirs très recherchés, aujourd’hui oubliés, ils se caractérisent par une architecture éphémère.

16C’est vers 1870, à l’initiative de la colonie américaine de Paris, que l’on établit un rink, rue Jean Goujon, pouvant contenir de 600 à 800 patineurs. Lieu de rendez-vous de l’élite des Américains, Canadiens et Russes, c’est surtout un endroit où l’on se rend pour flirter.

  • 18 Henry Mouhot, La rinkomanie, Paris, Amyot, s.d. [2e éd.,1876], p. 91.

17Entre novembre 1875 et décembre 1876, une frénésie s’empare de Paris ; on aménage une quinzaine de skating-rinks dans toute la ville et pour toutes les classes, ce qui est peu comparé à Londres qui en possède une quarantaine, sans compter ceux des faubourgs (une vingtaine)18.

18Parmi les établissements les plus connus s’adressant à une clientèle aisée, où les étrangers de distinction dominent, on compte le Skating du Cirque des Champs-Élysées, celui de la place d’Eylau (future place Victor Hugo), le Skating Palais (av. Bugeaud 30-34, 55, av. du Bois de Boulogne et rue Picot), le Skating Rink du Faubourg Saint-Honoré (au n°130) et celui de la Chaussée d’Antin (15, rue Blanche, 16, rue de Clichy).

  • 19 L’Américain James Plimpton possède dès 1865 un brevet d’invention pour la fabrication des patins à (...)
  • 20 Archives de Paris. D11U3 - 859. Faillite 3396.
  • 21 Il est aussi l’inventeur des locomotives à vapeur qui portent son nom et fonctionnent à partir de (...)

19Les étrangers, notamment Anglais et Américains, sont pratiquement toujours impliqués dans la création de ces lieux. Des sociétés se constituent, parfois même en dehors du territoire français, pour les gérer, les directeurs, les employés et même le matériel étant souvent d’origine étrangère19. Les noms de quelques hommes d’affaires d’origine étrangère, déjà présents à Paris dans d’autres industries, reviennent régulièrement. Charles Goodwin, d’origine américaine, fabricant de machines à coudre mais aussi de patins, fait partie des sociétés qui exploitent le skating du Cirque et celui du Luxembourg20. Harding, concessionnaire de tramways21 est aussi fondateur de la société qui gère le skating de la place d’Eylau, tout comme William Morris, propriétaire de plusieurs skating-rinks en Angleterre qui figure aussi parmi les commanditaires de la société qui exploite le Skating-rink du Cirque des Champs-Élysées.

20Le voisinage immédiat n’accueille pas toujours favorablement la construction de ces lieux. Le Skating-Rink de la place d’Eylau, qu’une compagnie anglaise souhaite ouvrir sur le terrain de l’ancien hippodrome, fait l’objet de protestations de la part du curé de la paroisse Saint-Honoré. La préfecture de police, soutenue par deux conseillers municipaux (Deligny et Denis) et par le vice-président du Sénat (Duclerc) est favorable au projet, sous prétexte que :

  • 22 A.P.P. DA 129. Skating Rink des Champs-Élysées, Rapport du 15 mai 1876.

« Le quartier désire la création de ce dernier établissement. Presque uniquement traversé par de larges avenues, et par suite, un peu désert, un peu mort, il compte que le Skating Rink lui apporterait un peu d’animation, un peu d’activité commerciale »22.

  • 23 L’emplacement correspond à celui de la Folie Richelieu (1730), du Deuxième Tivoli (1811-1826) et à (...)

21L’installation des patinoires nécessite généralement la location ou l’achat de surfaces importantes de terrain dans la capitale. Le skating-rink de la Chaussée d’Antin est ouvert le 30 décembre 187623 par une compagnie anglaise qui paie environ 850 000 F à la Ville de Paris pour l’acquisition d’un terrain de 4 200 m² et une somme équivalente pour les travaux. Les sociétés gérantes se lancent généralement dans d’énormes dépenses d’installation, ce qui mène paradoxalement à la faillite, puis à la disparition de ces lieux.

  • 24 La Semaine des Constructeurs, n°3, 29 juillet 1876, p. 30-32, « Skating-rink du Faubourg Saint-Hon (...)

22Les espaces sont luxueux et confortables, généralement conçus par des architectes, qui participent à la création d’une architecture spécifique répondant à ce nouveau programme. Le Skating-rink du Faubourg Saint-Honoré est l’œuvre d’architectes français (Chatenay et Roux). Les constructions sont en pans de bois apparent et vernis et « les enduits extérieurs sont décorés de bandes peintes simulant des assises alternées de briques »24. La salle est en style russe et parmi les espaces annexes (qui font 800 m²) on compte des cabinets de lecture et des salons d’une grande élégance (Ill. 1 et 2).

23C’est l’architecte Ydée, secondé par Sotty, qui conçoit le rink de la Chaussée d’Antin d’une surface de 1 482 m². La construction, d’une grande hardiesse, rappelle les projets d’Hector Horeau : entièrement métallique, d’une hauteur qui atteint 15,40 m, elle comprend 110 colonnes en fonte creuse et est exécutée en moins de quatre mois (Ill. 3 et 4). La ventilation se fait à l’aide de châssis mobiles situés dans les combles. Un promenoir large de 3,20 m sépare la piste d’une rangée de loges. Un bar à l’anglaise permet aux patineurs de se faire servir debout, sans quitter le rink. Sous une rotonde ornée de glaces se trouve un café. La décoration, sobre, à cause de la rapidité d’exécution, rappelle le décor de théâtre, étant peinte sur toile. L’orchestre est à mi-hauteur des colonnes, au-dessus de l’entrée de la rue Blanche.

  • 25 Archives de Paris. D11U3 – 877, Faillite 4027.

24Des entreprises très connues participent à la construction de ces lieux : la Compagnie Générale des asphaltes de France réalise le rink du Skating Palais, les Grands Magasins du Louvre et les Magasins de la Paix procurent l’ameublement du Skating du Luxembourg, tandis que Walcker, fabricant d’articles de voyage, 3, place de l’Opéra, fournit les nattes qui ornent les murs des salons du Skating Palais, les tables en bambou, les sièges en rotin et les billards chinois25. Voici comment on présente cet établissement, considéré comme l’un des plus beaux du monde, lors de sa réouverture le 9 mai 1877 :

  • 26 BHVP, Actualités. Série 106, Lettre aux abonnés, mai 1877.

« Le Rink entièrement refait, la création d’un salon fumoir, d’un salon de conversation et d’un salon spécialement affecté à MM. les abonnés, salon où la richesse de l’ameublement le disputera à la décoration artistique et à la profusion d’objets d’art qui seront exposés, nous donnent la certitude que le Skating Palais sera le seul établissement de Paris digne du public d’élite qui avait bien voulu le prendre sous son puissant patronage »26.

  • 27 Henry Mouhot, op. cit., p. 13.

25On ne pratique guère le patinage pour des raisons médicales, malgré ce que l’on veut faire croire, mais pour la distraction qu’il procure, « pour les rapports sociaux qu’il engendre et l’occasion de parader »27. C’est le nouveau remède contre l’ennui, évitant à ceux qui le pratiquent la tyrannie de la flânerie monotone sur les boulevards. C’est pourquoi, les skating-rinks deviennent un complément des bals. Le bal Bullier (carrefour de l’Observatoire) (Ill. 5), mais aussi Mabille (av. Montaigne), le Casino (rue Cadet) ou encore les Folies Bergère en possèdent un. Cette association fonctionne toujours à l’Élysée-Montmartre (bd. Rochechouart) entre 1908-1916. L’orchestre est un ingrédient indispensable de ce type de distraction. Au Skating Palais, par exemple, se produit en 1878 un orchestre de 65 musiciens sous la baguette de Jules Javelot.

Illustration 1 : Skating-Rink rue du Faubourg Saint-Honoré. Façade

Illustration 1 : Skating-Rink rue du Faubourg Saint-Honoré. Façade

La Semaine des constructeurs, 1876

Illustration 2 : Skating-Rink du Faubourg Saint-Honoré. Plan

Illustration 2 : Skating-Rink du Faubourg Saint-Honoré. Plan

Recueil d'architecture, 1877, F°42

Illustration 3 : Skating-Rink de la Chaussée d'Antin

Illustration 3 : Skating-Rink de la Chaussée d'Antin

L'Illustration, 23 décembre 1876

Illustration 4 : Skating-Rink de la Chaussée d'Antin

Illustration 4 : Skating-Rink de la Chaussée d'Antin

La Semaine des constructeurs, 1876

Illustration 5 : Skating-Rink de la Closerie des Lilas Établissement des bals Bullier

Illustration 5 : Skating-Rink de la Closerie des Lilas Établissement des bals Bullier

Illustration, 15 avril 1876

  • 28 APP - DA 130, Skating Palais, Rapport 6 juillet 1876 et lettre du baron Baillot, 10 juillet 1876.

26La police estime à 8 000 et 10 000 le nombre de personnes venues à l’inauguration du Skating Palais le 23 avril 1876. Entre 1 000 et 2 500 personnes sont présentes les jours habituels. Son public appartient à l’aristocratie, à la bourgeoisie et au grand demi-monde. Les rapports de police notent la présence du ministre des Finances, du ministre de l’Agriculture et du Commerce, ou encore d’Émile de Girardin et de Don Carlos. Les fêtes, une constante des skating-rinks, se succèdent, comme le bal de charité organisé par la princesse Rattazzi, le 15 juillet 1876, dont les billets sont en vente, entre autres, au Grand Hôtel. Lors d’une fête américaine on enregistre 950 entrées. De nombreux membres, Anglais et Américains, du Comité de l’Union Franco-Américaine - fondé dans le but de réunir les fonds nécessaires à la construction de la Statue de la Liberté - sont présents28.

  • 29 APP - DA 130. Skating Palais, Rapport 13 juin 1876.

27Les grandes demi-mondaines, dont Cora Pearl, Blanche Hardy, Gabrielle Wiart et Hortense Dorsay, fréquentent assidûment le lieu. Lors d’une grande fête de nuit, c’est Adeline Mettais, femme galante qui gagne la première course de vitesse des dames29.

  • 30 APP-DA 130. Skating Palais, Rapport du 1er août 1876.

28Par ailleurs, les rapports de police mentionnent la présence de nombreux étrangers de passage, que les publicités qui paraissent dans les guides (Ill. 6) incitent à s’y rendre seuls ou accompagnés de leurs familles, amenés par des équipages luxueux. Parmi eux, « deux hindous vêtus de leur costume national et appartenant à la suite du prince Yung, ont chaussé des patins et se sont lancés sur le rink, mais peu habitués à ce genre d’exercice, ils ont dû y renoncer aussitôt »30.

Illustration 6 : Publicité pour le Skating Palais

Illustration 6 : Publicité pour le Skating Palais

Guide Conti, Belgique en poche, 2e éd. 1877

  • 31 L’Illustration, 28 décembre 1889.

29Dans les années 1890, la Gran Plaza de Toros (60, rue Pergolèse), après les courses de taureaux, attire les patineurs par sa glace artificielle. Le sol a été creusé, une cuvette en béton cimenté a été coulée et 16 km de tuyaux de fer réfrigérants placés dessus. La couverture provisoire de l’espace est un chef d’œuvre de charpente, avec des fermes en bois de 56 m de portée31.

  • 32 BHVP - Actualités, Série 106, Notice sur Paul Bernard.

30En 1893 est créé le Palais de Glace (Ill. 7), aux Champs-Élysées, une salle circulaire de 40 m de diamètre et 14 m de haut. Durant l’été la salle fonctionne comme salle de concerts et spectacles ou manège vélocipédique. En 1897, Paul Bernard est nommé directeur, après avoir assuré pendant près de 20 ans la direction d’autres lieux d’amusements : l’Eldorado, l’Éden Théâtre, les Montagnes Russes et le Moulin Rouge32.

Illustration 7 : Palais de Glace, saison 1922-1923

Illustration 7 : Palais de Glace, saison 1922-1923

BHVP, Actualités, Série 106

  • 33 Le Temps, 29 décembre 1892, L’Éclair, 5 janvier 1893, et Le Petit Journal, 30 décembre 1899.

31Parallèlement, on patine sur de la glace naturelle au Bois de Boulogne, au Vésinet ou à Versailles. La Ville de Paris devient entrepreneuse de patinage à partir de 1893, accordant une concession sur le lac supérieur du Bois de Boulogne pour l’aménagement d’une enceinte de patinage, dont une partie des recettes lui revient. Des traîneaux de style russe sont mis à la disposition du public, constituant également une source de revenus pour la Ville. C’est visiblement une affaire profitable, puisque les concessions sont adjugées en 1900 pour cinq ans contre 37 100 F par an33. Les Parisiennes et les étrangères y affluent et rivalisent d’élégance. Parmi les noms cités par Le Figaro du 19 janvier 1914 : le prince et la princesse Wolkonski, la baronne de Gunzbourg, la marquise de Pomereu, le duc de Morny, le prince de Kapurthala et Porfirio Diaz.

  • 34 BHVP - Actualités, Série 106, Invitation.

32Les patins à roulettes ne sont pas pour autant oubliés, comme preuve, l’ouverture le 21 décembre 1892 du Columbia Elite Roller Skating-Rink, tenu par Ridgely et Simmons, dans le Palais des Beaux-Arts, au Champ de Mars, avec une entrée par la Galerie Rapp34. Le parquet s’étend sur 3 500 m² et l’aménagement coûte plus de 250 000 F.

33Autour de 1910, de nouveaux établissements apparaissent, dont on retrouve souvent les publicités dans les guides touristiques. Ces lieux possèdent les ingrédients désormais indispensables des loisirs parisiens : le bar américain et le tea-room.

  • 35 BHVP -Actualités, Série 106, Lettre, s.d. signée Crawford et Wilkins.

34L’Hippodrome Skating Rink (boulevard de Clichy) est inauguré le 1er octobre 1909 par C. P. Crawford et F. A. Wilkins, selon lesquels c’est l’endroit « où les touristes et voyageurs de toutes les parties du monde civilisé affluent et jettent à pleines mains leur or »35. C’est probablement ce qui les décide à ouvrir en janvier 1910 un second établissement l’American Skating-Rink (39-41, rue Saint-Didier, place Victor Hugo). Le Luna Park possède aussi un skating-rink, dont on parle beaucoup dans la presse lors de sa réouverture en novembre 1910.

  • 36 Cité par Henri Mouhot, op. cit., p. 121.

35Il semble que la Première Guerre mondiale met fin à la construction des patinoires, mais un article paru dans le Figaro en 1876 prévoit la tournure que prendra cette distraction36 :

« Pour peu que cette mode continue, j’entrevois même le jour où l’asphalte de nos rues et de nos boulevards sera sillonné par les skatineurs…Chaussés de patins à roulettes et se tenant à la main, nous verrons chaque soir des bandes de gommeux et de gommeuses se rendre au Bois… ».

LES ATTRACTIONS

36Les attractions connaissent un grand succès auprès du public parisien et auprès des étrangers de passage. Un nom, aujourd’hui oublié, ne peut pourtant être séparé de l’histoire des spectacles parisiens. C’est celui de Joseph Oller, espagnol d’origine catalane, arrivé en France en 1841 à l’âge de deux ans. La capitale française lui doit l’invention du PMU (Pari Mutuel Urbain) en 1867, mais aussi un certain nombre de créations, et non des moindres, qui représentent aujourd’hui encore l’image de Paris aux yeux des étrangers.

37Le Pari Mutuel étant déclaré illicite en 1875, l’agence, située au 28 boulevard des Italiens, est aussitôt transformée par Oller en une salle d’attractions où le public se presse, les Fantaisies Oller. En 1878, l’endroit devient le Théâtre des Nouveautés où triomphe Feydeau.

  • 37 Installé à l’emplacement du cirque Franconi, puis du Bal Valentino.

38En 1885 Oller ouvre la Grande Piscine Rochechouart, 600 m² et 500 cabines. L’année suivante il inaugure une autre piscine rue Saint Honoré,près de la place Vendôme. À l’emplacement du Panorama de Reichshoffen37, dont la façade, le vestibule et l’escalier sont dus à Garnier, Oller, conservant tout ceci, installe les Arènes nautiques, qui devient le Nouveau Cirque, cirque en hiver, piscine en été. Un mécanisme compliqué fait descendre la plate-forme du cirque pour donner passage à l’eau que toutes sortes de dispositifs ingénieux chauffent ainsi que la salle. Un décor de glaces et de lustres, des moulures dorées et des tapisseries pourpres font que l’endroit passe aux yeux de ses contemporains pour la 8e merveille du monde.

  • 38 Archives de Paris, D1P4-185, Calepins de cadastre, Bd. des Capucines.
  • 39 Ferran Canyameres, L’homme de la Belle Époque, Paris, Éd. Universelles, 1946, p. 68.

39Il élève en 1888 au 28, boulevard des Capucines, dans le centre de Paris, à proximité du Grand Hôtel et de l’Opéra, une « vaste halle ayant entrée sur rue par une barrière mobile à claire-voie et couverte à hauteur d’un 3e étage »38 qui abrite les Montagnes Russes, véritable parc d’attractions originales pour Parisiens et touristes. Les journaux le présentent comme un des endroits les plus trépidants de Paris. Outre les montagnes russes proprement dites, construites en Angleterre39, on y trouve : chevaux à ressort, tir au javelot, débit de bière, orchestre, tir oriental, théâtrophone, labyrinthe mauresque, silhouette suédoise, oracle parisien, nègre automatique, miroirs grotesques, etc. Oller remplace la construction démolie en 1892, par la première salle de music-hall parisienne, l’Olympia, installée au rez-de-chaussée et une grande salle au sous-sol où se trouve le musée Oller, un cabinet de figures de cire.

40Entre temps, en 1889, Oller construit le Moulin Rouge, qui devient très vite pour beaucoup d’étrangers le symbole de Paris. La salle de bal est transformée en music-hall en 1903. Les personnalités étrangères qui le fréquentent sont trop nombreuses pour être énumérées.

41En 1892, il ouvre le Jardin de Paris (Ill. 8), un parc d’attractions pour clientèle distinguée, relié par un service d’omnibus spécial avec le Moulin Rouge.

42Si certains des lieux crées par Oller existent toujours, son étonnante capacité à multiplier les loisirs parisiens a un peu été oubliée aujourd’hui.

Illustration 8 : Les Anglais au Jardin de Paris, dessin de Couturier

Illustration 8 : Les Anglais au Jardin de Paris, dessin de Couturier

Le Rire, n°246, 22 juillet 1899

43On s’aperçoit à travers une telle analyse que les lieux de loisirs, souvent liés au cosmopolitisme relèvent non seulement de la frivolité et du voyage mais aussi de la spéculation foncière et de l’activité économique. Les entrepreneurs répondent à la demande de l’élite voyageuse qui exige une ville conforme à ses attentes nées des récits de ses prédécesseurs. C’est ce qui peut expliquer le fait que l’initiative de multiplier les loisirs appartient souvent aux étrangers. Ces espaces de rencontre, où les conventions sont beaucoup moins rigides, donnent aux touristes l’impression de goûter à la vie parisienne. Paradoxalement, ces lieux, dont la naissance et l’existence sont souvent dues aux étrangers, participent à la construction de l’identité parisienne, certains d’entre eux devenant l’emblème de Paris, capitale des plaisirs.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE :

Cercles :

Yriarte Charles, 1864, Les cercles de Paris. 1828-1864, Paris, Librairie parisienne, 311 p.

Cavaillé Augustin, 1875, Les filouteries du jeu, révélations, Paris, Ghio, 353 p.

Agulhon Maurice, 1977, Le cercle dans la France bourgeoise. 1810-1848. Étude d’une mutation de sociabilité, Paris, A. Colin, 107 p.

Skating-rinks :

Chapus Eugène, 1854, Le sport à Paris, Paris, L. Hachette et Cie, 316 p.

Dolivet Charles, 1876, Le skating-rink. Ouvrage sur l’art du patinage et tous les exercices et agréments qui se rattachent aux plaisirs de cette récréation, Paris, Impr. du Skating-Rink, 48 p.

Mouhot Henry, La rinkomanie, Paris, Amyot, s.d. [2e éd. 1876], 175 p.

Bonhomme Paul, Les sports pour tous. Le patinage à glace et à roulettes, Paris, Nilsson, s.d.[1911], 125 p.

[Exposition. Paris, Mairie du XXe arrondissement. 1984]. Deux siècles d’architecture sportive à Paris, piscines, gymnases…, Paris, Délégation artistique à la Ville de Paris, 1984, 81p.

Attractions :

Canyameres Ferran, 1946, L’homme de la Belle Époque, Paris, Éd. Universelles, 161 p.

Notes

1 Voir Daniel Roche (dir.), La ville promise. Mobilité et accueil à Paris (fin xviie-début xixe siècles), Paris, Fayard, 2000, et Harvey Levenstein, Seductive Journey. American tourists in France from Jefferson to the jazz age, Chicago & London, The University of Chicago Press, 1998.

2 Thorstein Veblen, Théorie de la classe de loisir, Paris, Gallimard, 1978 [1ère éd. américaine, 1899, 1ère éd. française, 1970].

3 Je tiens à remercier Roxane Debuisson, Florence Quignard et Goulven Guilcher qui m’ont permis de puiser des informations dans leurs précieuses collections et m’ont signalé un certain nombre de documents, ainsi que le personnel des Archives de la Préfecture de police et de la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, et particulièrement Geneviève Morlet, que j’ai beaucoup sollicitée.

4 Édouard Brasey, La République des jeux. Enquête sur l’univers secret des jeux d’argent et de hasard, Paris, R. Laffont, 1992, p. 156.

5 Archives de la Préfecture de Police (APP). BA 349, Cercle de France International.

6 APP BA 356, New York Club.

7 APP BA 348 et BA 349, Cercles.

8 Archives du Ministère des Affaires étrangères, Grèce, Carton 6, 129.

9 APP BA 2204, Noblesse étrangère.

10 APP BA 348. Cercle Franco-Américain.

11 Archives du Ministère des finances. B 33241, Activités des étrangers dans les milieux financiers, 1920-1946.

12 Jules Maurille, « Les cercles et les casinos », in Les Échos de Paris, n°19, septembre 1885, p. 498-501, et Archives de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris. V,1.00 (2), Maisons de jeux. 1805-1933.

13 Voir par exemple la faillite du City Club, Archives de Paris. D11U3-953, Faillite 7709.

14 Le Cercle Franco-Américain se trouve 4, place de l’Opéra, le Tourist-Club est au 31, av. de l’Opéra, le City-Club au 11, bd des Italiens, le Cercle des Deux Mondes s’installe 30, rue de Grammont, etc.

15 BHVP, Actualités, Série 106, Coupure de presse sans titre, 12 janvier 1914, Le costume de « lancier » polonais est décrit dans L’Autorité, 1er janvier 1888.

16 Paul Bonhomme, Les sports pour tous. Le patinage à glace et à roulettes, Paris, Nilsson, s.d. [1911], p. 17.

17 Le terme est directement repris de l’anglais où rink désigne plus précisément une patinoire, à la différence du ring qui est une enceinte où se déroule une activité sportive. Le mot « patinoire » apparaît en français en 1897, mais le terme skating-rink continue à être employé, ainsi que ses dérivés : skatiner, skatinage et skatineur.

18 Henry Mouhot, La rinkomanie, Paris, Amyot, s.d. [2e éd.,1876], p. 91.

19 L’Américain James Plimpton possède dès 1865 un brevet d’invention pour la fabrication des patins à roulettes employés au Skating Palais et au Skating du Faubourg Saint-Honoré. Conclusions pour la Compagnie Paris Skating-Rink (limited) demanderesse Delacourtie contre Frederick-Adolphus Spiller défendeur Caillet, Tribunal Civil de la Seine, 3e Chambre, [Factum], Paris, A. Hennuyer, [1880].

20 Archives de Paris. D11U3 - 859. Faillite 3396.

21 Il est aussi l’inventeur des locomotives à vapeur qui portent son nom et fonctionnent à partir de 1876 sur les lignes de la compagnie Tramways Sud, dans la banlieue sud de Paris. Cf. D. Larroque, M. Margairaz, P. Zembri, Paris et ses transports xixe-xxe siècles. Deux siècles de décisions pour la ville et sa région, Paris, Recherches/AHICF, 2002, p. 103 et 370.

22 A.P.P. DA 129. Skating Rink des Champs-Élysées, Rapport du 15 mai 1876.

23 L’emplacement correspond à celui de la Folie Richelieu (1730), du Deuxième Tivoli (1811-1826) et à celui du Casino de Paris (1890).

24 La Semaine des Constructeurs, n°3, 29 juillet 1876, p. 30-32, « Skating-rink du Faubourg Saint-Honoré, MM. Chatenay et Roux, architectes » par Roux.

25 Archives de Paris. D11U3 – 877, Faillite 4027.

26 BHVP, Actualités. Série 106, Lettre aux abonnés, mai 1877.

27 Henry Mouhot, op. cit., p. 13.

28 APP - DA 130, Skating Palais, Rapport 6 juillet 1876 et lettre du baron Baillot, 10 juillet 1876.

29 APP - DA 130. Skating Palais, Rapport 13 juin 1876.

30 APP-DA 130. Skating Palais, Rapport du 1er août 1876.

31 L’Illustration, 28 décembre 1889.

32 BHVP - Actualités, Série 106, Notice sur Paul Bernard.

33 Le Temps, 29 décembre 1892, L’Éclair, 5 janvier 1893, et Le Petit Journal, 30 décembre 1899.

34 BHVP - Actualités, Série 106, Invitation.

35 BHVP -Actualités, Série 106, Lettre, s.d. signée Crawford et Wilkins.

36 Cité par Henri Mouhot, op. cit., p. 121.

37 Installé à l’emplacement du cirque Franconi, puis du Bal Valentino.

38 Archives de Paris, D1P4-185, Calepins de cadastre, Bd. des Capucines.

39 Ferran Canyameres, L’homme de la Belle Époque, Paris, Éd. Universelles, 1946, p. 68.

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : Skating-Rink rue du Faubourg Saint-Honoré. Façade
Légende La Semaine des constructeurs, 1876
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/621/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Illustration 2 : Skating-Rink du Faubourg Saint-Honoré. Plan
Légende Recueil d'architecture, 1877, F°42
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/621/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Illustration 3 : Skating-Rink de la Chaussée d'Antin
Légende L'Illustration, 23 décembre 1876
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/621/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Illustration 4 : Skating-Rink de la Chaussée d'Antin
Légende La Semaine des constructeurs, 1876
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/621/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Titre Illustration 5 : Skating-Rink de la Closerie des Lilas Établissement des bals Bullier
Légende Illustration, 15 avril 1876
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/621/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Titre Illustration 6 : Publicité pour le Skating Palais
Légende Guide Conti, Belgique en poche, 2e éd. 1877
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/621/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Titre Illustration 7 : Palais de Glace, saison 1922-1923
Légende BHVP, Actualités, Série 106
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/621/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Illustration 8 : Les Anglais au Jardin de Paris, dessin de Couturier
Légende Le Rire, n°246, 22 juillet 1899
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/621/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 551k

Auteur

EHESS, Paris

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable