Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Famille et éducation en Espagne et en Amérique Latine

 | 
Jean-Louis Guereña

III. Modèles et contre-modèles

Juan León Mera : La Escuela doméstica. Un projet éducatif pour l'équateur ?

Emmanuelle-Rébecca Sinardet

Texte intégral

1Juan León Mera, surnommé le père du roman équatorien, sans doute l'homme de lettres équatorien le plus connu, écrit dans la Escuela doméstica que : "la famille est l'école primaire de la société", posant ainsi la famille comme éducatrice, la dotant d'une fonction sociale que nous nous proposons d'étudier.

  • 1 Ces articles ont été rassemblés dans un ouvrage de Juan León Mera, La Escuela Doméstica, Quito, Imp (...)
  • 2 Juan I,eón Mera, La Escuela Doméstica, Madrid, Librería de Femando Fe, 1908.
  • 3 Carlos Paladines (Ed.), Pensamiento pedagógico ecuatoriano, Quito, Banco Central del Ecuador-Corpor (...)

2Ce texte est en fait une série d'articles publiés dans la revue El Fénix1. N'ayant pas retrouvé les originaux et ignorant la date exacte de parution nous travaillons sur la réédition de 19082, de la Librería de Fernando Fe, de Madrid et sur l'anthologie Pensamiento pedagógico ecuatoriano3. Cependant, nous pouvons les situer autour des années 1875-1880, pour des raisons historiques sur lesquelles nous reviendrons plus tard. Ces articles traitent des différents rôles que joue la famille dans la société, des effets pervers qu'un dysfonctionnement de sa part entraîne, et ce plus particulièrement dans le domaine de l'éducation, thème auquel Juan Léon Mera consacre quatre chapitres que nous nous efforcerons d'éclairer le premier "Ideas preliminares" ; le second, "La familia católica", qui décrit une éducation réussie ; le troisième, "Dentro de casa - Caracteres opuestos", qui brosse le portrait de deux familles échouant dans leur fonction éducatrice, et enfin, le quatrième chapitre, "Fuera de casa - Varios grupos", qui met en scène les enfants de ces trois familles, afin d'observer les effets de leur éducation sur leur comportement en société.

3Plus précisément, il s'agira de cerner le projet éducatif de Juan León Mera. Quel rôle y tient la famille ? Cette approche de l'éducation se base-t-elle sur une préoccupation d'ordre pédagogique, ou bien s'agit-il de proposer un projet idéologique ? Si ces deux intentions sont présentes, comment lune et l'autre s'articulent-elles ?

4Afin de répondre à ces questions, nous procéderons en trois temps. Premièrement, à une échelle globale, l'étude du contexte politique, économique et social posera le cadre indispensable à la compréhension des enjeux du texte. Deuxièmement, il conviendra d'analyser les notions d'éducation et de famille, telles que Juan León Mera les comprend, et d'évaluer leurs différentes dimensions. Enfin, nous nous concentrerons sur la teneur purement éducative de la pensée de Mera, et sur la fonction concrète de transmission de valeurs et de savoirs que la famille, comme le titre l'indique, doit assurer.

Conservateurs et libéraux

5La lutte politique entre conservateurs et libéraux caractérise la vie politique et intellectuelle de l'Equateur du XIXème siècle. Schématiquement, parmi les conservateurs l'on retrouve les grands propriétaires agraires de la Sierra, aux pouvoirs hérités de l'époque coloniale. Leur hégémonie politique, économique et sociale, est remise en cause dès la seconde moitié du XIXème par l'avènement d'une nouvelle oligarchie, côtière, précapitaliste, vivant de la culture et de la commercialisation internationale du cacao.

6Il est évident que des propositions politiques servent un dessein social, un projet d'Etat devant permettre le maintien, voire l'expansion de l'hégémonie. Ainsi, si l'aristocratie andine s'appuie sur l'Eglise et l'ordre social traditionnel qu'elle consolide, les grands commerçants de la côte veulent au contraire accélérer l'intégration de l'Equateur dans le marché économique international. Ils exigent le "progrès", à savoir des réformes de modernisation indispensables à l'adaptation au système de marché mondial.

  • 4 Cité par Gonzalo Ortiz Crespo, La incorporación del Ecuador al mercado mundial (1875-1895), Quito, (...)

7Cet antagonisme connaît une trêve lorsqu'un gouvernement est à même de satisfaire les exigences des deux parties. Tel est le cas de la présidence de Garcia Moreno, de 1859 à 1875. Le dictateur veut "lancer l'Equateur d'une main vigoureuse par le chemin de la prospérité"4, et fortifier l'Etat, le dotant de structures administratives efficaces, construisant des voies de communication, satisfaisant par des réformes financières et monétaires la nouvelle oligarchie cacaoyère de Guayaquil. Mais ces transformations s'accompagnent du renforcement des prérogatives de l'Eglise.

8Cette ambiguïté est visible dans les réformes éducatives. Conscient que le progrès passe par la création d'un système éducatif digne de ce nom, susceptible de former les cadres du nouvel Etat, García Moreno multiplie les écoles primaires, les collèges, les universités. Le budget de l'enseignement est décuplé pendant la dictature. Mais cet enseignement est dans sa totalité confié à l'Eglise : les écoles primaires aux Frères des écoles chrétiennes, le secondaire et le supérieur aux Jésuites, l'éducation des filles aux religieuses du Sacré-Cœur de Jésus. Car pour García Moreno, les ordres religieux représentent la garantie d'une modernisation respectant la morale, les valeurs traditionnelles héritées de l'époque coloniale. Le président s'exprime de cette manière :

  • 5 Gabriel Garcia Moreno, Escritos y discursos, Quito, Imprenta del Clero, 1888, p. 275.

"La enseñanza divina [de la Iglesia católica], que ni los hombres ni las naciones reniegan sin perderse, es la norma de nuestras instituciones y la ley de nuestras leyes"5.

9Or l'Eglise, qui est aussi le premier propriétaire terrien des Andes, est soucieuse de préserver un ordre social et économique traditionnel, basé sur le huasi pungo notamment.

10L'oligarchie cacaoyère, dont le besoin en main-d'œuvre s'accroît avec le développement de l'exportation agricole, a des intérêts divergents. La trêve est de courte durée et la lutte d'idées reprend, s'intensifiant durant les décennies qui suivent. Le débat se radicalise même, autour du thème principal qui oppose les deux parties : la place de l'Eglise dans la société équatorienne. Prérogative de l'Eglise, l'éducation se trouve ainsi au cœur du combat. A l'enseignement religieux, les libéraux opposent un enseignement laïque, qui développe l'étude des sciences appliquées et, chez l'élève, les capacités de raisonnement et de réflexion. Bref, l'éducation est la clé de voûte du changement, car elle est le moyen d'une transformation des esprits. D'ailleurs, une fois arrivés au pouvoir, en 1895, les libéraux s'empresseront de laïciser les structures de l'Etat, et avant tout celles de l'enseignement.

11La place que la religion doit occuper dans la société équatorienne est définie par Juan Léon Mera dans la Escuela doméstica. Le texte est représentatif d'un projet éducatif qui se veut aussi un projet social conservateur, une vision de la société idéale.

12Né dans la petite ville provinciale d'Ambalo, dans les Andes, en 1832, Juan Léon Mera est forcé d'y passer sa jeunesse en raison des difficultés financières de sa famille. Autodidacte, il se nourrit notamment des classiques espagnols et de littérature mystique. Produit de son milieu, il hérite de ses parents un sens religieux fervent et devient rapidement un catholique militant, antilibéral, s'opposant ainsi à l'autre grand homme de lettres de l'époque, Juan Montalvo.

13Le danger libéral n'est pas seulement perçu comme une menace d'ordre économique et social, conséquence du développement des structures capitalistes dans le pays. Il est diabolisé, il est synonyme de corruption intellectuelle et morale. Juan Léon Mera se sent investi de la mission spirituelle de lutter contre ces "mauvaises doctrines" dans ses articles et essais.

Famille et Education

14Cette position idéologique permet de comprendre l'articulation des thèmes Famille et Education. Car elle les revêt d'un sens particulier. En effet, de quelle éducation l'auteur parle-t-il ? S'il évoque le terme d'école dans le titre de cet ouvrage, c'est parce qu'il affirme comme nous l'avons vu que "la famille est l'école primaire de la société". Mais si l'école est une institution appartenant au domaine public, la famille est d'ordre privé. En fait, l'auteur se place d'emblée dans le domaine privé de la vie familiale, avec les chapitres II (la familia católica), et III ("Dentro de casa"). Il ne s'intéresse au domaine public que dans la mesure où le domaine privé, la famille, forme l'enfant et en conditionne la socialisation. La vie publique est le résultat de la vie privée, comme en témoigne le titre du chapitre suivant ("Fuera de casa"). Dans le chapitre IV, sont en effet montrés différents comportements de l'enfant, qui s'expliquent par le type d'éducation reçue dans la famille.

15Ainsi, derrière la notion d'éducation, se trouve celle de vie sociale. L'éducation est à comprendre dans le sens large de processus de socialisation, dont la fin est la formation d'honnêtes hommes, de bons citoyens, responsables et patriotes

16La Escuela doméstica propose bien un projet qu'il faut ici décrypter. La société à construire est définie par l'auteur comme vertueuse, morale, s'appuyant sur les valeurs évangéliques. Le citoyen se consacre à un travail sain, qui n'ambitionne ni l'accumulation de richesses, ni le profit, comme le font les libéraux. Car les biens matériels, le luxe, conduisent au vice et à la corruption de l'âme. La base de cette dynamique morale est la foi chrétienne, encadrée par les institutions de l'Eglise. Cette foi, pour être vivace, doit être inculquée dès la naissance. Cultiver la religion est donc une priorité absolue.

17Quel est le lieu privilégié de la transmission de la foi ? Pour Juan Léon Mera, c'est la famille. La famille devient ainsi un rempart social, politique, idéologique contre les effets pervers des "mauvaises doctrines". La famille, investie de cette mission, est à comprendre dans sa double acceptation, restreinte comme plus large. Dans son acceptation restreinte, celle de noyau formée par les parents et les enfants, la famille a pour but de fabriquer des "cristianos para el cielo, ciudadanos para la patria". Les parents sont ainsi des éducateurs à part entière, chargés de transmettre les valeurs évangéliques.

18Mais Juan Léon Mera conçoit également la famille comme la Maison, qui inclut les domestiques et les employés. Cette conception est le reflet d'une organisation sociale encore imprégnée de féodalisme colonial. Les parents éducateurs sont aussi des maîtres éducateurs. Cette famille disparaît évidemment des régions côtières, où la relation contractuelle employeur-employé prédomine. Le modèle familial traditionnel, au sens large, est en cela un rempart supplémentaire contre le libéralisme. Elle représente en effet un microcosme aux valeurs et surtout à l'organisation hiérarchique opposée au modèle libéral. La relation contractuelle y est remplacée par une relation de service mutuel où le maître est aussi un père, un éducateur, pour la domesticité. La famille se voit donc investie par l'auteur d'une mission de sauvegarde de la patrie entière menacée de "barbarie".

19Les notions d'éducation et de famille s'articulent ainsi autour d'un axe qui peut se résumer en deux mots, catholicisme et patrie.

  • 6 Carlos Paladines (Ed.), Pensamiento pedagógico ecuatoriano, op. cit., p. 324.

"De la escuela doméstica sin regla ni orden, irreligiosa, inmoral o cuando menos viciada de indiferencia en materia de fe y costumbres, provienen la demagogia turbulenta y el apostolado de las ideas antisociales; de allí el material e infame sibarilismo y la ignorancia; [...] de allí el vicio y la prostitución que apestan el mundo; [...] de allí la pereza ; [...] de allí los matrimonios satánicos, [...] los ciudadanos que ignoran sus deberes, [...] los empleados ineptos para sus cargos, [...] los pueblos, por último, que no aciertan a ser virtuosos y libres […]6".

20Le texte revêt ainsi une double dimension. La première renvoie au rôle éducatif de la famille. La seconde est la dimension idéologique du discours. Et la première doit servir la seconde. C'est d'ailleurs celle seconde dimension, politique, qui s'impose dès les premières lignes. Dans le premier chapitre, l'auteur expose ses "Idées préliminaires", qui sont en fait une dénonciation du libéralisme. commence ainsi :

  • 7 Ibid., p. 319.

"Hay quienes ven la civilización en los triunfos de las ciencias naturales y exactas, con el gran cúmulo de conocimientos prácticos que de ellas emanan, [...] con el aumento de comodidades para la vida, [...] los placeres para los sentidos, [...] el brillo [...]"7.

  • 8 Ibid., p. 320.

21En fait, le libéralisme se place sur un plan strictement horizontal, celui du monde terrestre et de ses valeurs matérielles. La quête du concret, pratique et confortable ne se limite pas à la vie quotidienne, mais envahit l'espace intellectuel et spirituel, pour devenir une fin en soi. C'est pourquoi cette course vers la soit-disante civilisation est pour Juan León Mera "un ruido que ensordece, atolondra a los pueblos y naciones". Le Dieu de l'Eglise est remplacé par le dieu Progrès. L'auteur décrit ainsi des êtres aliénés, "afilosofados, idólatras de los modernos adelantos"8.

  • 9 Id.
  • 10 Ibid., p. 321.

22Par opposition, il dresse le portrait des conservateurs, qui sont définis, dans la radicalisation du débat de l'époque par rapport au sujet religieux, comme ceux qui "rejettent les idées antireligieuses"9. Pour eux, la religion est un principe d'ordre et d'organisation sociale, car elle est la seule vérité et ne peut donc que mener au Bien et conduire au "bienestar individual o común, privado o público"10. L'auteur oppose ainsi :

  • 11 Ibid., p. 320.

"El principio religioso con el principio revolucionario e impío, (con) la ceguera de los hombres a quienes éste embauca, (con) el rodar y precipitar de la sociedad a los abismos de la barbarie"11.

L'enseignement familial

23Juan León Mera finit par inviter le lecteur à participer à une sorte de croisade contre les mécréants. Cette croisade peut devenir l'œuvre quotidienne de tout Equatorien. En effet, elle concerne chaque père ou mère de famille, car elle commence au sein même de la famille, avec l'éducation.

24Le lecteur peut donc s'attendre à recevoir des recommandations, des conseils d'ordre pédagogique, une méthode, même succincte, de transmission du savoir et des valeurs. Comment Juan León Mera envisage-t-il l'enseignement familial, d'un point de vue plus concret ? Nous entrons ainsi dans ce que le titre, la Escale domestiqua, présente comme le vif du sujet.

25Apparemment soucieux de la clarté de son exposé, Juan León Mera construit son discours en s'appuyant sur des exemples vivants, parlants, qui soient aussi d'une lecture agréable et amusante. Il propose ainsi au lecteur d'entrer dans trois foyers équatoriens pour en observer les mœurs et les valeurs, avant de constater les effets de ces ambiances familiales sur la conduite des enfants. Il invite le lecteur à participer à une observation scientifique, à se transformer en médecin qui ausculte son patient avant de produire son diagnostic. D'où la construction du texte en deux temps : la vie privée d'abord, la vie publique et sociale des enfants ensuite.

26L'observation de la vie privée familiale se construit elle-même en deux temps, qui sont les deux éléments d'une opposition. La famille catholique, étudiée dans le chapitre II s'oppose aux familles à la foi hypocrite ou mal appliquée du chapitre III. A l'éducation réussie de la première s'opposent les échecs de la seconde. Analysons comment se construit ce jeu d'exemples et d'oppositions.

  • 12 Ibid., pp. 325-331.

27Comment la famille catholique du chapitre II est-elle présentée ?12 Là encore, Juan León Mera procède méthodiquement en observant d'abord les parents, puis les enfants et les domestiques. Les parents sont eux-mêmes présentés à travers différents aspects de leur vie qui semblent déterminants aux yeux de Juan Léon Mera. Ils sont en premier lieu des croyants sincères, dont les sentiments d'amour, de piété et de respect mutuel sont l'application des préceptes évangéliques. L'amour guide leurs actions. Puis l'auteur nous les présente de manière lapidaire dans leur vie quotidienne. Nous n'apprenons que peu de choses. Ils se lèvent tôt, sont soucieux de leur hygiène et mangent frugalement mais sainement. La journée est rythmée par les prières et le travail. Et Juan León Mera passe aussitôt à la description de leur humeur, toujours égale et joyeuse. Il précise enfin que ces parents sont d'excellents éducateurs, car ils ont trouvé l'équilibre parfait entre amour et autorité.

  • 13 Ibid., p. 330.

28Après ce portrait sommaire, le lecteur est en droit de s'attendre à un exposé des principes et méthodes éducatives de ces parents. Or il n'en est rien, si ce n'est que les parents ne doivent être ni trop permissifs, ni trop autoritaires. Juan Léon Mera enchaîne aussitôt sur la description des enfants, dans une construction identique du portrait. Ils sont également de sincères croyants, et aiment et respectent leurs parents. Dans leur vie quotidienne, eux aussi se lèvent tôt, sont propres et travailleurs. Ils partagent les mêmes sentiments de joie et de contentement. Ils sont physiquement beaux, forts, sains, et leur visage reflété honnêteté et intelligence. Quel processus éducatif permet un résultat aussi brillant ? Le lecteur n'en saura rien, car pour l'auteur la clef du succès est dans l'imitation. La seule vraie pédagogie est d'être, parents, un exemple de vertus. L'exemple a valeur d'éducation, quels que soient l'enfant, sa personnalité, sa psychologie : "Los hijos imitan a sus padres"13.

29Nous comprenons alors pourquoi Juan León Mera procède ensuite à la mise en scène de contre-exemples, avec une famille permissive d'une part, et une famille despotique d'autre part. La démonstration ne passe pas par une argumentation, mais par l'accumulation d'exemples. Plus exactement, l'exemple a valeur d'argument. En fait, le but du texte n'est pas de prouver mais de persuader ; persuader le lecteur que seul le catholicisme sauve, qu'il est à lui seul un principe d'éducation.

30Juan León Mera quitte sa neutralité d'observateur dès qu'il commence à présenter les deux contre-exemples. Il ridiculise les deux familles. L'onomastique est l'un des moyens employés. Le père permissif et faible s'appelle Homobono, et les parents tyranniques don Severo y dona Severina Cáscaragría.

  • 14 Ibid., p. 340.

31Pour les décrire, il reprend une construction identique : d'abord le portrait des parents puis celui des enfants, démontrant ainsi que ces derniers sont les produits des valeurs des premiers. Les Homobono sont des catholiques peu fervents, et par conséquent faibles moralement, négligents dans leur vie quotidienne Toute leur maison se caractérise par un laisser-aller, voire une anarchie générale. Les enfants sont sales, turbulents, violents, irrespectueux envers les parents comme envers les domestiques. Prétentieux et sots, ils croient néanmoins tout savoir. Ils finissent, par exemple, par idolâtrer le progrès. Bref, ce sont "un par de sans culottes en almácigo"14, de futurs libéraux. Quant aux filles, elles sont coquettes, dépensières, ignorantes et superficielles. Elles feront des épouses volages et des mères irresponsables.

32Les enfants Cáscaragría sont le portrait de leurs parents : tristes, jaunes et desséchés. Toujours réprimandés, ils ont appris à mentir et tricher. Ils portent en eux les germes du vice et de l'hypocrisie. Les filles feront de mauvaises épouses, désagréables et médisantes, si elles ne deviennent pas des femmes perdues, tant elles sont fascinées par le péché.

33Juan León Mera semble à un moment du texte sur le point de donner des recommandations éducatives plus précises : Mais ces directives se limitent aux lectures à donner aux parents comme aux enfants, lectures qui se résument au Catecismo Católico. El l'auteur de conclure :

  • 15 Ibid., p. 331.

"En esa familia (católica), los niños son verdaderamente aprendices de hombres. Con el Catecismo Católico en la mano, y delante el buen ejemplo paterno, se preparan a ser ciudadanos y patriotas, libres y honrados"15.

34Les filles feront soit des épouses exemplaires, soit d'excellentes religieuses. Bref, l'éducation familiale se résume à l'Evangile, le livre scolaire au catéchisme.

35Ce n'est pas le processus éducatif qui intéresse Juan León Mera, mais seulement les effets de l'éducation. C'est pourquoi il s'attache à décrire les enfants dans la rue ou le parc, amenés à partager l'espace social avec autrui, dans le chapitre VII "Fuera de casa". Il présente l'aboutissement du processus éducatif comme la conclusion de sa démonstration. Cette conclusion doit aussi apporter la preuve ultime que le mauvais catholique peut devenir un danger social. Procédant toujours de la même manière, l'auteur met en scène les personnages dans leur milieu, présentement dans leur ville. Les enfants de la famille catholique jouent calmement, restent polis en toute occasion, et leur bonne éducation suscite l'admiration de tous. Les "Homobonitos", au contraire, sont turbulents et impertinents. Ils manquent même de respect envers les personnes âgées. Ils font de ce fait l'objet de nombreuses critiques de la part des passants. Juan León Mera insère ainsi dans son observation le point de vue de concitoyens, dont les commentaires viennent appuyer l'opinion de l'auteur lui-même. Là encore, pas d'argumentation mais des exemples qui ont valeur de preuve.

36A ce stade de l'étude du texte, nous sommes en droit de nous interroger. Même si les "Ideas preliminares" du chapitre premier ont une teneur idéologique, le titre du texte pose le thème de l'éducation comme un enjeu essentiel. Or. ce dernier est peu développé, ou du moins l'est sous la seule thématique du catholicisme. Est-ce un souci d'ordre éducatif qui pousse Juan León Mera à écrire La Escuela domestica ? Dans ce cas, à quel genre de texte avons-nous à faire ?

37Les enfants mal éduqués sont de futurs vandales, de mauvais citoyens, les agents de la décadence nationale. En revanche, les enfants bien éduqués sont l'espoir de l'Équateur. Or, qu'est-ce qui différencie la famille dont les enfants sont des "appendices de ombres" des deux autres ? La différence est la place qu'occupe la religion dans leur vie. Chez la "familia católica", la religion occupe une place centrale, aussi bien en esprit qu'en actes. Bref, par ce jeu d'exemples et de contre-exemples le lecteur conclut que la foi catholique dol guider la vie du pays tout entier, comme elle peut le faire dans celle de la famille. Nous savons pourtant ce qu'implique la défense de l'influence cléricale dans les domaines politique, économique et social. S'affirmer pro-clérical, c'est se poser en conservateur. Par un ¡eu de syllogismes, Juan León Mera cherche à convaincre le lecteur que seuls les conservateurs sont à même de diriger le pays. En effet, la famille catholique est la seule capable de diriger correctement sa maison. La famille est une reproduction de la société à une échelle différente. Donc, la société catholique seule peut conduire à la "civilisation". Par ailleurs, les conservateurs sont de vrais et sincères catholiques. Les conservateurs sont donc ceux qui doivent guider le pays vers la "civilisation

38La Escuela doméstica est avant tout un texte idéologique. La dimension éducative n'est que très secondaire. Elle n'est qu'un élément des syllogismes un "argument" supplémentaire dans la défense des valeurs traditionnelles. Nous pouvons même aller plus loin, et voir dans ce texte un pamphlet. L'emploi sophiste d'exemples comme arguments, l'observation partiale des personnages mis en scène sont les recours traditionnels de la démonstration pamphlétaire. Le style également relève du pamphlet, avec ses exclamations et interpellations, avec son ton emporte et passionné, avec son goût des images frappantes et excessives. L'exagération est d'ailleurs omniprésente dans le texte. Citons, à titre d'exemple, un passage qui décrit l'entreprise libérale :

  • 16 Ibid., p. 322.

"La barbarie cunde, pues, por el mundo ; [...] brota del seno de la civilización divorciada de la moral evangélica, como brota la mala hierba en un jardín abandonado del jardinero; barbarie más feroz que la de los Vándalos y Hunos, más devastadora que la de los Tártaros y Mongoles del siglo ΧΠΙ; barbarie que en lo material tiende a no dejar huella ninguna de los triunfos de las Artes, y en lo moral e intelectual ni un solo rayo de luz, ni una leve ráfaga de aire vivificador"16.

39L'auteur ne cherche pas à convaincre, à faire appel à la raison du lecteur ; il cherche plutôt à le séduire en sollicitant ses sentiments. Nous pouvons conclure que l'aspect éducatif et familial n'est développé dans ce texte que dans la mesure où il permet de défendre la position idéologique catholique des conservateurs. La Escuela doméstica présente un intérêt indéniable pour l'histoire équatorienne. Mais on peut s'interroger sur sa présence dans une anthologie comme celle de Pensamiento pedagógico ecuatoriano, éditée par le "Banco Central del Ecuador à Quito en 1988. Cette anthologie s'intéresse à la pédagogie dans le sens plein du terme. Or, ici nous n'avons pas à faire à un texte pédagogique. Si le rôle éducateur de la famille est exalté par Juan León Mera, c'est bien uniquement parce qu'il permet d'exalter la vision d'une société conservatrice, dont il est l'ardent défenseur. Il meurt en 1894, un an avant l'instauration de la Révolution libérale. Mais ce texte sert encore de référence aux cléricaux du début du XXème siècle. Il témoigne ainsi de la survivance d'une pensée traditionaliste, décalée dans un Equateur parfaitement intégré dans le marché capitaliste international. C'est encore par cette postérité qu'il devient un document capital pour l'étude de l'évolution des idées politiques et sociales en Equateur.

Notes

1 Ces articles ont été rassemblés dans un ouvrage de Juan León Mera, La Escuela Doméstica, Quito, Imprenta del Clero, 1880.

2 Juan I,eón Mera, La Escuela Doméstica, Madrid, Librería de Femando Fe, 1908.

3 Carlos Paladines (Ed.), Pensamiento pedagógico ecuatoriano, Quito, Banco Central del Ecuador-Corporación Editora Nacional, 1988, pp. 319-346.

4 Cité par Gonzalo Ortiz Crespo, La incorporación del Ecuador al mercado mundial (1875-1895), Quito, Banco Central del Ecuador, 1981, p. 234.

5 Gabriel Garcia Moreno, Escritos y discursos, Quito, Imprenta del Clero, 1888, p. 275.

6 Carlos Paladines (Ed.), Pensamiento pedagógico ecuatoriano, op. cit., p. 324.

7 Ibid., p. 319.

8 Ibid., p. 320.

9 Id.

10 Ibid., p. 321.

11 Ibid., p. 320.

12 Ibid., pp. 325-331.

13 Ibid., p. 330.

14 Ibid., p. 340.

15 Ibid., p. 331.

16 Ibid., p. 322.

Auteur

C.I.R.E.M.I.A., Université François Rabelais, Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable