Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Famille et éducation en Espagne et en Amérique Latine

 | 
Jean-Louis Guereña

III. Modèles et contre-modèles

Éducation et famille dans les saynètes de la seconde moitié du XVIIIe siècle

Patricia Mauclair

Texte intégral

  • 1 Jean Sairailh, La España ilustrada de la segunda mitad del siglo, Madrid, Fondo de Cultura Económic (...)

1Il est inutile de rappeler que la réforme de l'enseignement fut l'un des soucis majeurs de l'élite éclairée en Espagne sous les règnes de Charles III et de Charles IV. Soucieux d'une meilleure "diffusion de la culture"1, ministres, ecclésiastiques, hommes de lettres s'adonnent à la critique des conditions et des méthodes d'enseignement, tant au niveau primaire qu'au niveau supérieur. Une légion de discours se sont inspirés de ce problème social qui anima bien des discussions. Le théâtre est directement concerné par cette vague de polémiques, dans la mesure où ce genre littéraire s'adresse à un public plus vaste et que, par conséquent, sa mission pédagogique est à considérer avec le plus grand sérieux. La censure guette sans cesse, et la rivalité entre différents genres dramatiques est vive.

Une école des mœurs très discutée

  • 2 Leandro Fernández de Moratín, Obras deMoratin, B.R.A.E., t. 2, p. 317

2Le genre mineur de la saynète n'échappe pas aux dards des censeurs et des dramaturges tels que Moratínle fils pour qui le théâtre se doit de corriger les coutumes. Or, l'inconvénient majeur du genre mineur est, dit-on, qu'il se fait vitrine du vice2 :

"Si el teatro es la escuela de las costumbres, ¿cómo se corregirán los vicios los errores, las ridiculeces, cuando las adula el mismo que debiera enmendarlas, cuando pinta como acciones dignas de aplauso las que sólo merecen cadena y remo?".

  • 3 Gaspar Melchor de Jovellanos, "Memoria para el arreglo de la policia de los espectáculos y diversio (...)

3De plus on lui reproche de représenter un divertissement néfaste pour le petit peuple qui préféré laisser l'atelier pour aller se mirer sur scène3 :

"Con todo, para mejorar la educación del pueblo, otra forma parece más necesaria, y es la de aquella parte plebeya de nuestre escena que pertenece al cómico bajo o grosero en el cual los errores y las licencias han entrado más de tropel. No pocas de nuestras antiguas comedias, casi todos los entremeses y muchos de los modernos saínetes y tonadillas, cuyos interlocutores son los héroes de la briba, están escritos sobre este gusto, y son tanto perniciosos cuanto llaman y aficionan al teatro la parte más ruda y sencilla del pueblo, deleitándola con las groseras y torpes bufonadas, que forman todo su mérito".

4Dans ses saynètes dites "de coutumes théâtrales", Ramón de la Cruz, le principal représentant de la saynète de la seconde moitié du XVIIIème siècle, a multiplié les clins d'œil sur ce sujet en réponse à ses détracteurs. Puis, le genre s'y prêtant, il a tout de même pris gare à glisser dans certaines de ses petites pièces une petite morale. Placée en fin de saynète ou insérée souvent de façon malhabile, entre deux répliques, elle synthétise parfois l'idée directrice de la saynète ou reprend simplement les propos réformateurs des Ilustrados. Voici l'exemple type de réplique éducative glissée discrètement dans la bouche d'un personnage populaire et qui résonne comme un sermon :

  • 4 Ramón de la Cruz, "El deseo de seguidillas", in Cinco saínetes inéditos de Don Ramón de la Cruz con (...)

"No quiero; / porque con una peseta / que vas a gastar tenemos / mañana para comer; / y unos probes jornaleros / no se han de divertir más / que los días de fiesta"4.

  • 5 Gaspar Melchor de Jovellanos, ibid., pp. 144-145.

5Il s'agit ici d'une femme du peuple qui souhaite, en vain, empêcher son mari de se rendre au théâtre. Les mots qu'elle emploie sont presque identiques à ceux de Jovellanos lorsqu'il fustige la paresse du petit peuple, mère de cette routine qui entraîne le mauvais fonctionnement économique d'une nation5. Les classes moyennes et supérieures sont également dans la mire des saynétistes qui η hésitent pas à en dénoncer les vices. Mais sur ce point là, l'élite ilustrada ne discute pas l'utilité de la saynète, approuvant par exemple la satire des petimetres sans condamner, en revanche, leur présence au théâtre. Les critiques sont essentiellement préoccupés par l'attitude des personnages populaires et par l'assiduité d'un public également populaire. Il semblerait que leur inquiétude vienne de ce que ce vecteur didactique potentiel fait rire. Satiriser la violence du majo, la coquetterie du petimetre, l'infidélité de la femme, est en soi louable, d'un point de vue réformateur. Le problème est que cette satire n'est pas toujours aussi clairement exprimée, que les vices les plus condamnables et condamnés sont incarnés par des personnages drôles et sympathiques et que, de surcroît, l'accompagnement lyrique par de séduisantes chanteuses comptait tout autant que le jeu des répliques aux yeux du public. Il est clair que les saynétistes n'ont jamais eu la prétention d'être des éducateurs, leur objectif étant davantage de séduire ceux qui, finalement, allaient les faire vivre. Toutefois, si la saynète n'est pas toujours en soi, très enrichissante, il est intéressant de voir que, parfois, cet intérêt pour le thème de l'éducation, heu commun des Ilustrados, a été tout de même perçu comme phénomène marquant de la seconde moitié du XVIIIème siècle par les saynétistes.

Se mettre à l'heure des réformes

  • 6 Juan Ignacio González del Castillo, "El fin del pavo", in Obras completas, Madrid, B.R.A.E., 1914, (...)

"Señores, la educación, / que es el alma de un Estado, / está viciada;y, así, / si la Ley levanta el brazo / para castigar severa / aun los menores resabios, / quedaran pronto desiertos / las ciudades y los campos"6.

  • 7 Jean-René Aymes, Les illustrados espagnols de la deuxième moitié du XVIIIème siècle et l'enseigneme (...)

6Le terme "éducation" est, précisons-le d'emblée, rarissime. Il est ici prononcé par un caporal résigné, devant l'abondance de délinquants, à ne pas arrêter un jeune voleur de dindes. Il est curieux de voir que la réplique de cette saynète écrite dans les années 1780 par l'andalou González del Castillo aille dans le sens inverse de la politique imposée par les réformateurs aux autorités civiles7. Quelques initiatives sont, bien entendu, à mettre au compte des autorités civiles. Par exemple, en date du 12 juillet 1781, un décret royal destiné à combattre le fléau de la mendicité et de l'oisiveté proclame, d'une certaine manière, le caractère obligatoire de l'enseignement. Devons-nous voir dans cette réplique la marque d'une désapprobation de la part du saynétiste à l'égard de cette politique ilustrada. González del Castillo pensait-il séduire quelques tunos présents dans la salle, semblerait bien plutôt qu'il ait ici fait la satire d'une justice locale incompétente.

  • 8 Ramón de la Cruz.

7Les remarques de portée nationale sur l'éducation sont en tout cas exceptionnelles. Aux longs discours prêtés à leurs personnages les saynétistes préfèrent s'amuser à jouer les réformateurs. La forme traditionnelle du "défilé" (déjà empruntée par l'entremés) est évidemment reprise. Cette mise en scène d'une situation artificielle permet ainsi, par exemple, au médecin de El hospital de la moda (par Ramón de la Cruz) de guérir différents types sociaux contamines dans leurs coutumes par la mode, types qui tels des patients défileront sous ses yeux8.

8La mission de ces défilés s'exprime parfois en des termes bien plus surprenants que celui de "guérir". Comme l'indique son titre, la saynète La civilización met en scène un marquis madrilène héritier d'un état peuple de vassaux qu'il se doit de "civiliser". Même si chez ces paysans "resplandecen las ideas / de religion, de verdad / aplicación e inocencia", il reste pourtant selon lui une tache à accomplir :

  • 9 Ramón de la Cruz, "La civilización", in Saínetes de Don Ramón de la Cruz en su mayoría inéditos, (C (...)

"Que toda esta tierra/está por civilizar"9.

9En fait de civilisation, ce marquis aura pour simple objectif celui de vouloir "madriléniser" ces payos en leur faisant adopter les coutumes marquées par le "vice" des habitants de la capitale. Cette même idée de vouloir civilizar en voulant faire des villageois des madrilènes se retrouve également dans El alcalde proyectista. Le marquis échouera, les coutumes paysannes vaincront. Les payos préserveront par là même leur "innocence" qui, chez les Ilustrados va souvent de pair avec l'ignorance.

10Cette satire de la "mission civilisatrice" rejoint celle de l'"utopie rousseauiste" qui a inspiré la saynète La república de las mujeres, elle-même inspirée de Les Amazones modernes de Marc-Antoine Legrand. Prenant pour modèle une littérature très dix-huitiémiste qui prend pour cadre une île déserte où toute société serait à refaire, cette saynète met en scène une sorte de paradis féminin dans lequel les hommes seraient réduits à l'esclavage et soumis aux tâches domestiques. Cette utopie aboutira à la victoire des hommes qui restaureront alors les hiérarchies traditionnelles du monde civilisé.

11Toujours par le biais de l'ironie, les notions d'éducation et de civilisation perdent donc presque systématiquement leur sens véritable. Elles véhiculent les valeurs que les Ilustrados veulent faire disparaître, justement par l'éducation. Ces mots qui deviennent le contraire de ce qu'ils devraient signifier sont comme les représentants eux-mêmes du monde de l'éducation, réduits à de simples fantoches.

Les représentants du monde de l'éducation

12Nous verrons plus amplement par la suite que la question de la scolarité est finalement très peu abordée. De même, élèves et enseignants sont loin d'occuper les premiers rôles dans le théâtre mineur.

  • 10 "Los estudiantes petardistas", in Colección de saínetes sueltos, Valencia, 1791-1847.

13Certes, côté pupitre, nous retrouvons le type traditionnel de l'étudiant, ce tuno affamé toujours prêt à faire les plus mauvaises plaisanteries et se gavant de mots savants pour mieux impressionner son entourage. Ceux de Los estudiantes petardistas, saynète anonyme, se targuent d'être utiles ("gente útil"), qualité chère aux Ilustrados et aux dames10.

  • 11 Ramón de la Cruz, "El maestro de rondar", in Colección de los sainetes tanto impresos como inéditos (...)

14Là encore, cette notion d'"instruction" est vide de sens ; et cet étudiant qui se plaît à utiliser des termes à la mode ilustrada reste dans le fond l'étudiant picaro du Siècle d'or. Il n'est en fait que rarement réactualisé. Celui de El maestro de rondar l'est très nettement. Il n'est pas ce jeune homme malicieux et rusé mais un simple bobo. Et même si son passé ressemble fortement à celui de l'étudiant picaro11, il se retrouve dans la position de celui qui doit apprendre pour pouvoir se marier et de façon plus générale, pour savoir vivre. Et c'est d'un majo, type moderne, qu'il doit recevoir cette éducation. Mais ce cas de figure reste assez rare, car dans la plupart des saynètes, les étudiants ne font que traverser la scène, figés dans leur identité traditionnelle.

15De même côté chaire, les représentants de l'éducation sont plutôt discrets. Il n'est jamais question de précepteurs chez les familles de classe moyenne. Seuls quelques représentants du clergé, abates ou sacristanes, dispensent çà et là des cours de chant ou de musique. Mais ces "professeurs" n'intéressent jamais les saynétistes pour leur rôle de pédagogue. Efféminés, obsédés par leur toilette et les divertissements, ils sont les cibles d'une satire au même titre que les petimetres.

  • 12 Ramón de la Cruz, "Los segadores festivos", in Más sainetes inéditos de Don Ramón de la Cruz, Revue (...)

16En revanche le maestro de escuela, rarissime lui aussi, rappelons-le, est considéré en tant qu'enseignant. Vêtu "en chupa negra, gorro sombrero, con disciplina y palmeta colgadas de un botón, y una caña en la mano, mm serio, derrière "ocho muchachos chicos enfila, con los brazos cruzados"12, il n'intervient que très peu de temps lors de la saynète Los segadores festivos. Faisant réciter les tables de multiplication à ses élèves tout en marchant, il traverse le village avant d'être interpellé par un paysan qui lui demandera en secret un petit conseil. Représentant donc, a priori, un certain savoir aux yeux de ces villageois, ses attributs indiquent que ce maître incarne également ce que les Ilustrados réprouvaient : le châtiment corporel.

  • 13 Juan Ignacio González del Castillo, "El triunfo de las mujeres", in Obras completas, p. 224.
  • 14 "-¿No te produce la Escale / para mantener tus hijos? / -¿Qué producir, si se llena / solo con ello (...)

17Dans l'une des saynètes de González del Castillo, écrite plus tardivement, le maître d'école est encore celui qui "tiene vara"13. Mais derrière cette baguette se dresse un maître finalement très faible. Épuisé de devoir nourrir ses dix enfants qui composent à eux seuls l'effectif total de sa classe14, il réclame à corps perdu le départ de sa femme à l'alcade afin qu'elle ne lui donne plus d'enfant. Nous avons donc à faire à un homme miséreux, épuisé et... complètement désempare sans sa femme dont il revendiquera finalement le départ. Le maître d'école de la saynète d'auteur anonyme El alcalde proyectista a un rôle différent même s'il représente la encore une institution en bien mauvais état. N'intervenant que brièvement, il constate à plusieurs reprises sous la forme de répliques répétitives, la perdition d'un village qu'un madrilène a voulu "civiliser" :

  • 15 "El alcalde proyectista", anó., in Colección de saínetes sueltos, Valencia.

"Llena la taberna, / sin sembrar los campos, / la Iglesia vacía, / y el Maestro holgando / o yo no soy bueno, / o el Alcalde es malo, / o esta es una cosa / que no la alcanzo"15.

  • 16 "De enmendar el mundo / muchos han tratado, / pero por si mismos / pocos empezaron. / Si usted no l (...)

18Ce maître est tout à fait conscient que son inactivité symbolise le mauvais fonctionnement de cette micro-société rurale marquée par la fainéantise, l'absence d'éducation et de foi. Ces trois fléaux, cauchemars des Ilustrados, sont perçus comme tels, et pourtant la civilisation madrilène finira par l'emporter et le maître par se résigner16. Donc, dans les rares saynètes où il apparaît, le maître est toujours violent ou impuissant. Quant à l'étudiant, son savoir est inutile. Aux côtés de ces représentants fantômes d'un système éducatif mal en point, se meuvent quantité de personnages populaires qui font, eux aussi, parfois référence à un système qui leur est pourtant bien souvent étranger.

Souvenirs d'école du petit peuple

  • 17 Ce jeune paysan se révèle dans toute sa naïveté lorsqu'il découvre les corridas madrilènes dont l'e (...)

19Les allusions à une scolarité passée, de la part des types populaires, sont souvent très brèves. Elles illustrent parfois la non assimilation d'un savoir acquis mais devenu alors inutile et ces allusions renvoient le plus souvent au fléau de l'analphabétisme17. Plus encore en milieu rural qu'en milieu urbain, l'analphabétisme est toujours choisi comme source d'humour ; le saynétiste aime confronter son personnage à un texte écrit qu'il doit déchiffrer pour parvenir à ses fins. Qu'il s'agisse de la lecture d'une affiche sur laquelle figurent les dernières décisions du conseil ou une adresse, le déchiffrage relève de la prouesse.

  • 18 Ramón de la Cruz, "Los payos críticos", in Cinco saínetes inéditos de Don Ramón de la Cruz, p. 60.

"Tú eres quien no sabes; / que yo mal o bien entiendo / que la redondita es "o", / y aquella del rabo tieso / hacia abajo es "p" u es "q""18.

20Le personnage, en général un paysan réduit à l'état de bobo, se trouve dans une situation d'échec qui faire rire le menu peuple lui aussi victime de ce problème ainsi que les classes supérieures pour qui ce personnage est ridicule. Et face à cet échec, le paysan nomme presque systématiquement l'école comme coupable.

  • 19 Juan Ignacio González del Castillo, "El payo de la carta", in Obras completas, p. 516.

"Anda a la escuela, / y al bruto que te enseñó / que te vuelva las monedas"19.

  • 20 "Yo en mis niñeces sabía / escrivir y contar; pero / lo que es leer, jamás pudo embocármelo el maes (...)

21Après avoir conseillé à son compagnon de retourner à l'école, Bartolo se vante d'être allé à l'école pendant six ans. Il sera pourtant bien incapable lui aussi de lire l'adresse de l'actrice qu'ils cherchent. Le paysan avoue cependant parfois que l'incompétence du maître d'école n'est pas la seule cause de son ignorance. Il ne nie pas toujours avoir été un très mauvais élève20. Par ailleurs, il faut voir davantage dans ces situations un lieu commun de l'humour propre à la saynete qu'une véritable dénonciation de l'inefficacité d'une institution a combattre l'analphabétisme en milieu rural. Par tradition littéraire, le ridicule risible du paysan a toujours été basé sur le contraste entre leur naïveté et le savoir suppose des gens de la ville.

  • 21 "(…) Leo / y escribo tan felizmente / el español, como el griego", Ramón de la Cruz, "El heredero l (...)
  • 22 Le serrurier de "La boda del cerrajero", cf. Ramón de la Cruz, Sainetes de Don Ramón de la Cruz en (...)
  • 23 Ramón de la Cruz, "El peluquero soltero", in Sainetes de Don Ramón de la Cruz en su mayoria inédito (...)

22Il est intéressant de noter qu'en milieu urbain, les personnages populaires sont plus nombreux à savoir ou à prétendre savoir lire, surtout dans le milieu des domestiques21. Il est toutefois plus rare de rencontrer des artisans alphabetises22. En milieu artisanal, il aurait été plus normal de les entendre parler de formation professionnelle ; or, il semblerait que bien peu de saynetes y fassent allusion. Il est certes parfois question de promotion au sein de la hiérarchie (de aprendiz à maestro) mais jamais véritablement de système d'apprentissage officiel. Seule la saynète El peluquero soltero (de Ramón de la Cruz) met en scène un jeune apprenti à qui l'on conseille de passer l'examen pour être maestro avant de se marier23. Les conditions de l'examen restent toutefois inconnues et Ion ignore s'il s'agit d'un simple contrôle exercé par le maestro en vue de lui délivrer ce nouveau titre ou s'il s'agit d'une formalité imposée par la corporation. Rien ne semble véritablement officiel puisque le maître lui-même a reçu ce titre de... sa femme ! Le contexte soc a dessiné dans les saynètes n'est évidemment qu'un reflet déformé de la réalité de l'époque et l'éducation des artisans ne constituait aucune source importante d'inspiration.

23En fait en milieu populaire, pas seulement artisanal, on ne perçoit pas chez les personnages de désir d'ascension sociale par l'éducation. Hormis quelques domestiques désireuses d'apprendre le latin (Ramón de la Cruz, Quien dice mal de la pera aquel se la lleva) ou la musique (La falsa devota, toujours de Ramon de Cruz) pour devenir religieuses ou señoras, le peuple pense bien plus au manage qu'à l'éducation comme passeport pour une mobilité sociale. Mobilité souvent réduite à néant puisque à une absence de scolarité, pour la plupart, s'ajoute l'éducation d'une autre institution bien plus efficace que l'école, la famille.

L'éducation par la famille en milieu populaire

  • 24 Ramón de la Cruz, "El jardín divertido", Diez saínetes inéditos, Ed. Díaz-Plaja, Madrid, Real Escue (...)

24Nous pouvons déjà préciser que la saynète de la seconde moitié du XVIIIème siècle met extraordinairement peu d'enfants en scène. Les enfants en bas âge sont proportionnellement encore moins nombreux chez Ramón de la Cruz que chez Gonzalez del Castillo. Lorsqu'ils sont physiquement présents sur scène, il s'agit la plupart du temps des enfants de comédiens. Quant aux bébés, tout porte à croire qu'ils devraient être représentés par des poupées. Cette absence prouve un manque certain de réalisme dans l'observation de la société de l'époque. Elle est d'autant plus surprenante que la procréation semble pourtant caractériser les femmes du peuple24.

25Par un procédé régulièrement utilisé dans les saynètes, cette Julianita se fait le porte-parole d'une politique ilustrada destinée à repeupler certaines régions désertes de l'Espagne et non exploitées économiquement. Sa fonction de reproductrice s'oppose bien évidemment à la mentalité d'une petimetra dont les activités ne sont en aucun cas liées à la maternité.

26Dans cette pièce comme dans bien d'autres, il n'est fait qu'allusion aux enfants ; on les évoque mais ils n'apparaissent pas. Dans El peluquero soltero, par exemple, nous savons dès le début de la pièce que le coiffeur a un fils, mais son existence n'est révélée que par une des répliques de sa femme :

  • 25 Ramón de la Cruz, "El peluquero soltero", ibid.

"Vamos, despéchate, Diego; / hazme el chocolate y pon / lo primerito el puchero; / vestirás después al niño"25.

27Ce bébé est toujours objet de discordes entre la femme et son époux, jamais symbole d'union et d'amour. On l'associe souvent à des problèmes matériels :

  • 26 Juan Ignacio González del Castillo, "Los literatos", Obras completas, p. 41.

"Yo señores, soy casado; / y, en seis años, mi mujer / me ha dado doce muchachos. / ¿Conqué cómo podré dar / todos los días a basto / a este escuadrón de quijadas, / si de arbitrios no me valgo?"26.

28Quand il n'apparaît pas comme une bouche supplémentaire à nourrir, il devient un problème éducatif qui engendre, naturellement, des différends :

  • 27 Ramón de la Cruz, "Los majos de buen humor", in Ocho saínetes inéditos de Don Ramón de la Cruz edit (...)

"-Suelta el pandero, Manola, / y dársela a Sebastiana, / que parece que le meten/alfileres por las anees. / ¡El demontre del muchacho! / -Dicen que éstos siempre sacan / la condición de sus padres. /-No seas desvergonzada, / que te crismaré los morros. / ¡Dále de mamar y calla!"27.

29Dans cette saynète comme dans La muda enamorada ou encore dans Los literatos la mère est coupable d'avoir mis ses enfants au monde. Le mari n'est absolument pas disposé à l'aider dans sa tâche éducative. Dans El baile desgraciado y el maestro Pezuña de González del Castillo, le bébé embarrasse la mère qui désirerait que le père s'en occupe plutôt que d'aller boire.

  • 28 Juan Ignacio González del Castillo, "El baile desgraciado y el maestro Pezuña, Obras completas, p. (...)

"-Hombre; toma este muñeco / y no bebas. / -Tenlo tú ;/porque esta noche lo estrello"28.

  • 29 "-¡Que me hubiera yo casado ! / Los primero odio meses, / vaya ; parecía el majo / de mi mujer; per (...)

30Même contexte familial pour l'enfant de El gato qui vit entre un père alcoolique irrité que sa femme lui ait donné un enfant à nourrir29, et une mère qui préfère son chat à son enfant et qui n'hésite pas à avoir recours aux châtiments corporels lorsque celui-ci perd, par exemple, son abécédaire ;

  • 30 Juan Ignacio González del Castillo, "El gato", Obras completas, p. 460.

"Rita-Di, pillastre: / ¿adonde está la cartilla? / Cumllo-Si me la rompió un muchacho... / Rita-No sé como no te ahogo. / Habrá lo menos tres años / que está en el Jesús. ¡Maldito! / ¿cuándo aprendes? (Le da un pellizco) / Currillo-¡Ay mi brazo! (Llora) / Rita-Miren que cara de dogo / pone cuando llora. El diablo / es contigo un Narcisito. Marcha de aquí. (Le amenaza) / Currillo-Ya me marcho; / no me pegué usted (Váse llorando)"30.

  • 31 Ibid.

31L'inhumanité de cette mère pour qui les châtiments corporels sont les bases d'une éducation ira plus loin encore puisque lorsque son mari se décidera à quitter le domicile conjugal en proposant d'emmener son fils avec lui ; la mère approuvera la décision, heureuse de pouvoir enfin se débarrasser de lui : "Me libras de un espantajo"31.

32La mère de famille que Gonzalez del Castillo met en scène dans La cura de los deseos n'est guère plus digne. Sachant que son bébé fait l'admiration dun vieux client fortuné de son mari savetier, elle joue les bonnes mères pour encourager sa générosité et profiter de ses dons accordés au petit pour aller tout dépenser en frivolités. Un autre problème lié à l'éducation en milieu populaire est soulevé dans El café de Cádiz de González del Castillo, celui de la superstition. Dans cette saynète apparaît un enfant au cou duquel est accrochée une amulette :

  • 32 Juan Ignacio Gonzalez del Castillo, "El café de Cádiz", Obras completas, p. 41.

"Tenga usted cuenta / con ese niño; y quitadle / esa higuita de madera / de tinteros, porque temo / que les revienten la jeta"32.

33Par ce simple clin d'œil, Juan Ignacio González del Castillo a certainement voulu mettre en garde contre la naissance d'une génération aussi ignorante que la précédente. Peut-être a-t-il voulu simplement faire part d'une coutume populaire. Quoi qu'il en soit, à travers ces exemples pris çà et là lors de nos observations, le jeune enfant est toujours considéré comme un fardeau révélateur des vices de la cellule de base familiale.

34Lorsque les enfants sont plus grands, cette cellule familiale est très fréquemment monoparentale. Sauf omission de notre part, seule la saynète Las bellas vecinas met en scène un enfant en bas âge élevé uniquement par sa mère et ses sœurs. Leur éducation est un échec puisque le petit brille par son insolence et par ses talents de voleur, talents qu'il a hérités de sa mère.

35Le mari est donc souvent veuf et la mère est également veuve ou simplement séparée de son mari parti on ne sait où. Au bagne peut-être. Lorsqu'il n'y a ni père ni mère, c'est alors une marâtre, un tuteur ou un oncle qui aura les enfants à charge. L'éducation ne sera donc assurée que par une seule personne qui se sentira alors investie d'un pouvoir sans limites.

36Lorsque les enfants sont donc plus âgés, et là nous rencontrons davantage de cas de figure, les défauts attribués à leur éducateur sont différents, même si le type du père alcoolique demeure relativement courant, surtout chez González del Castillo. Et même si l'on ne remarque toujours pas de manifestation d'amour maternel, paternel, filial voire fraternel, les enfants ne souffrent plus de violence m de carence totale d'affection, mais ils deviennent des produits à vendre ou à conserver. Comment l'éducation qu'ils reçoivent les situe-t-elle par rapport à leurs géniteurs ? Quelle conception de la cellule familiale les encourage-t-on à projeter ?

  • 33 "¿Pues qué tirano padre les da estado / contra su voluntad a las doncellas ?, cf. Ramon de la Cruz, (...)
  • 34 Ramón de la Cruz, "La devoción engañosa", Saínetes de Don Ramón de la Cruz en su mayoría..., pp. 15 (...)

37Il semble qu'ils soient élevés pour travailler ou pour se marier ou encore pour être cloîtrés. Le fils peut être victime d'une certaine pression familiale : le fameux Manolo, aussi majo soit-il, que l'on veut absolument marier à la fille de sa belle-mère, en est un bel exemple. Toutefois, ce sont évidemment les filles-et nous retrouvons là encore l'un de ces lieux communs des réformes ilustradas- qui semblent le plus vivre sous le joug d'une autorité parentale despotique. A son retour des galères, Manolo apprend que quatre de ses amies majas se trouvent désormais dans l'hospice de San Fernando, selon la volonté de leur père33. C'est également afin de les éloigner des regards malhonnêtes que le menuisier de La devoción engañosa enferme ses filles toute l'année34.

38Après les avoir élevées comme des religieuses, ce menuisier se décide enfin un jour à organiser une fête afin d'"exposer" ses filles et de leur trouver un mari convenable. Directement inspirée de l'éducation dans la classe moyenne, comme nous le verrons plus tard, cette attitude a des résonances parodiques. Le père n'est pas toujours celui qui exerce cette tyrannie ; il arrive parfois que ce soit la mère comme la Juana de El soldado fanfarrón de González del Castillo qui ne laisse même pas sa fille aller chez la voisine. Dans La bella criada, Joaquina se sait seule pour assurer l'avenir de sa fille et insiste sur le rôle éducatif capital de sa mère :

  • 35 Ramón de la Cruz, "La bella criada", Sainetes de Don Ramón de la Cruz en su mayoría…, p. 434.

"(...) al fin, soy madre, / y una madre siempre es tuerza / que la dé buenos consejos"35.

39Nous apprenons par la suite, au cours de la saynète, que cette mère a basé toute son éducation sur l'apprentissage du vol ; faisant passer sa fille pour une domestique qu'elle introduit dans les maisons les plus aisées. Heureusement, les objectifs de la mère sont rarement aussi vicieux ; mais ils ne sont pas non plus tres souvent dans l'esprit de ce refrain :

  • 36 Ramón de la Cruz "La Petra y la Juana", Saínetes, Ed. F. Lafarga, Madrid, Cátedra 1990, p. 468.

"Dijo una niña a su madre, / porque la mandó coser, / menos coser madre mía, / de todas labores sé. / ¡Cuántas niñas hay en este mundo / que presumen de todas labores, / y con esto escarmientan al bobo, / que casa con ellas sin dote"36.

40Ce refrain chanté par un tailleur introduit la saynète en annonçant d'emblée la morale. Extraite d'une saynète écrite vers 1791, cette réplique montre bien que vers la fin du XVIIIème siècle, le seul destin propose à la jeune fille est de trouver un bon mari et, pour cela, elle se doit d'être agile en travaux manuels. La fainéantise est donc tout à fait condamnable. La femme du peuple exemplaire a pour devoir de se confiner dans son foyer et de s'adonner aux tâches domestiques. Elle est d'ailleurs fréquemment mise en scène en train de coudre ou de préparer le repas, fidèle à une tradition qui doit se perpétuer. Enfin, jeunes filles et jeunes gens sont encouragés à se conformer à l'image négative du mariage :

  • 37 Ramón de la Cruz, "La fineza en los ausentes", Sainetes de Don Ramón de la Cruz en su mayoria..., p (...)

"-¿Oye usted, padrino mío? / Dígame usted ¿cuándo empiezo / a reñir con mi mujer? / -que causa teneis para eso? / -Ninguna; pero yo he oído / que el matrimonio es un pleito / en que se litiga quién / a quién domina primero / y antes que ella me lo gane, / quisiera yo defenderlo. / -Los hombres son las cabezas. / -¿Cabezas de qué? / -Del resto/de la familia. / -Pues muchas/familias hay por el pueblo / degolladas, porque todas / son de carne de pescuezo"37.

  • 38 Ibid.

41Ces informations sur le statut du mari sont données ici par un parrain à un jeune marié. Mais il est amusant de constater que pendant que ce parrain lui apprend à s'assurer les pleins pouvoirs au sein du couple puis de sa future famille, la marraine elle aussi, de son côté, donne la marche à suivre à la jeune épouse pour bien vivre son mariage38.

42Soit on amène ces jeunes gens à adopter le comportement type du couple désuni, soit le mariage n'est pas projeté selon les vœux réels des principaux concernés. Dans ce cas, on parodie le mariage forcé très pratiqué dans la classe moyenne. Car s'il semble que la jeune fille du peuple ait bien peu de chance de choisir elle-même son propre destin et de changer de condition sociale, la demoiselle des beaux quartiers ne connaît pas non plus une éducation très libérale.

L'éducation par la famille dans la classe moyenne

43Nous voyons là aussi que la famille occupe une fonction essentielle dans l'éducation des enfants et que ceux-ci ne sont pas libres non plus de leur avenir, même s'ils ont eu droit à une scolarisation. De même qu'en milieu populaire, la cellule familiale est relativement souvent monoparentale, ce qui engendrera, là encore, une forme d'autorité despotique. Nous retrouvons, bien sûr, le problème de l'éducation des filles :

  • 39 Ramón de la Cruz, "La oposición, a cortejo", Doce saínetes, Ed. Gatti, Barcelona, Labor, 1972, p. 2 (...)

"Ella está muy bien criada / e instruida en un colegio / pero la madre es muy loca; / la ha sacado, y de secreto / la casó con un hidalgo / que tiene muy pocos medios"39.

  • 40 Ramón de la Cruz, "El maestro de música", Colección de los saínetes..., p. 373.

44La mère en question est une petimetra qui regrette amèrement que sa fille n'ait aucune connaissance de la vie, qu'elle ne dispose d'aucun savoir. Elle voudrait qu'elle soit cliente de toutes les boutiques de Madrid, qu'elle aille au théâtre, qu'elle se rende à des tertulias, qu'elle danse, bref qu'elle adopte les manières de la parfaite petimetra, manières qui sont enseignées par des abbés très apetimetrados. Par opposition, sa fille incarne toutes les valeurs à préserver aux yeux des Ilustrados : elle est honnête et fidèle à son mari. Nous retrouvons ce même principe d'opposition dans la saynète La bella madre au cours de laquelle des jeunes filles sont obligées de se cacher pour lire et coudre afin d'échapper au regard de leur mère petimetra. Dans El maestro de música, Figueras inquiète son propre mari ainsi que l'une de ses amies, Joaquina, en inculquant progressivement les manières petimetras à ses filles qui, pourtant, avaient reçu jusque là une éducation convenable. Joaquina la met en garde contre la difficulté pour ses filles, de trouver un bon mari si elles se conduisent en petimetras frivoles40.

45Le père est également parfois coupable de rendre sa ou ses filles petimetras, croyant pouvoir les marier plus facilement. El espejo de los padres oppose ainsi les filles de Espejo, expertes en petimetria, à leur cousine provinciale qui elle, représente la parfaite femme d'intérieur et incarne toutes les vertus chrétiennes.

46Lorsque la jeune fille n'est pas obligée de se soumettre à une éducation qui ne lui convient pas, qui ne correspond pas à ses aspirations et à se goûts, elle doit, de toute façon, se conformer à la volonté des parents concernant le mariage. Cette obstination à vouloir marier sa fille à un vieux ou à un riche inconnu alors qu'elle aime en secret un autre jeune homme depuis fort longtemps est le thème central de quantité de saynètes. Ce thème, très en vogue à l'époque, inspira notamment la comédie de Moratin le fils, El viejo y la niña. Dans ces saynètes, le bonheur de la jeune fille n'est pas une donnée prise en compte par les parents obsédés par l'apparence et la richesse. Ses sentiments amoureux ne sont considérés que dans les saynètes d'inspiration française.

47Pour appuyer cette dénonciation d'une autorité parentale abusive, les saynétistes n'hésitent pas à faire réagir la jeune fille ; dans Los usías contrahechos, elle exprime ouvertement son désaccord par rapport à l'éducation qu'elle et son frère ont reçu de leur père :

  • 41 Ramón de la Cruz, "Los usías contrahechos", in Cinco saínetes de Don Ramón de la Cruz..., pp. 181-1 (...)

"Padre mío, bien sabéis / que os obedezco, y os amo, / sin replicaros en nada; / pero haceros, señor, cargo / que esta boda no conviene / a nuestra familia. / Considerad el sonrojo / que le daréis a mi hermano / el capitán de dragones"41.

  • 42 "(…) Nunca / pasó dem B-A ba. Nunca sus viajes / más allá de Getafe se extendieron. / Fue antaño al (...)

48L'éducation des jeunes garçons est aussi la cible de la satire des saynétistes, même si elle inspire nettement moins de petites pièces. Ces jeunes sur qui devrait reposer l'avenir de la nation passent, hélas, plus de temps à apprendre à devenir des majos. Cette encanaillement des classes supérieures est perçu comme un phénomène alarmant par les Ilustrados. Cette préoccupation est très clairement exprimée dans la Sátira segunda a Arnesto de Jovellanos où celui-ci raille "la clase ilustre" qui fait du majismo son mode de vie et qui, du coup, brille par son ignorance42 Cette préoccupation est tout aussi clairement exprimée par ce père qui se désole de voir son fils aprender a majo :

  • 43 Juan Ignacio González del Castillo, "El maestro de la tuna", Obras completas, op. cit., p. 141.

"¿Tú imaginas que me clavas / con esa humildad? Pues no; / que no has de saín de casa / en un mes. ¡Miren el majo / que me ha echado yo en la cara !"43.

  • 44 "(...) Quien falta / a la obediencia de un padre, / ni es noble ni se le guardan / los privilegios (...)

49Pour Jovellanos comme pour González del Castillo, ce comportement conduit à faire perdre à une classe tous ses privilèges dus à la vertu et doit être sévèrement réprimé par une éducation ferme44.

50Enfin, on condamnera tout autant le jeune homme qui voudra "aprender a petimetre" pour reprendre la même expression. Sa passion pour la coiffure, la toilette, les tertulias, etc... nécessitera des heures d'un apprentissage que les saynétistes dénoncent :

  • 45 Ramón de la Cruz, Cómo han de ser los maridos, Biblioteca municipal de Madrid, 1-153-21.

"Si el tiempo que en los peinados / los petimetres emplean / los emplearan en los libros, / ¡qué doctos, qué sabios fueran!"45.

51Cette remarque est celle d'un domestique, mais elle est directement inspirée de la doctrine ilustrada avec laquelle le saynétiste Ramón de la Cruz était vraisemblablement familiarisé. Les señoritos gâtés à l'excès sont donc raillés et l'éducation basée exclusivement sur la recherche permanente du plaisir dénoncée. L'homme de la classe moyenne doit travailler pour être utile à la nation et se marier avec une jeune fille bien dotée pour assurer la continuité de la tâche entreprise.

  • 46 Ramón de la Cruz, "Los destinos errados", in Saínetes, op. cit., p. 412.

52Enfin, dans un esprit plutôt conservateur, la saynète prône le respect des dispositions ou des goûts des enfants à condition qu'il s'accompagne du respect de la condition sociale de ceux-ci. Le fils du noble devra rester noble en étudiant mais le fils du labrador devra, lui, ne pas perdre son temps à l'université mais travailler utilement la terre46.

53Ainsi, Ramón de la Cruz, González del Castillo, de même que leurs contemporains anonymes, ont été dépendants d'un genre qui ne pouvait guère aller systématiquement dans la même direction que les projets de réforme. Tout en persistant à faire rire un public très hétéroclite, al saynète, mélange de tradition et de divertissement léger a su montrer qu'elle était à l'écoute d'une élite qui ne voulait plus nourrir le peuple d'inepties. Nous devons donc considérer ce genre comme le reflet d'une politique éducative, mais non pas comme un outil fiable de cette politique ; tous ces enfants et toutes ces allusions à l'éducation sont, pour la plupart, finalement assez rares ou sans grande importance pour la saynète d'où tout modèle est pratiquement absent, sauf, peut-être, dans quelques saynètes ne mettant en scène que des personnages de la classe moyenne.

Notes

1 Jean Sairailh, La España ilustrada de la segunda mitad del siglo, Madrid, Fondo de Cultura Económica, 1985, p. 194.

2 Leandro Fernández de Moratín, Obras deMoratin, B.R.A.E., t. 2, p. 317

3 Gaspar Melchor de Jovellanos, "Memoria para el arreglo de la policia de los espectáculos y diversiones públicas, y sobre su origen en España", in Espectáculos y diversiones publicas, Madrid, Cátedra, 1977, pp. 134-135.

4 Ramón de la Cruz, "El deseo de seguidillas", in Cinco saínetes inéditos de Don Ramón de la Cruz con otro a él atribuido, Revue hispanique, p. 122.

5 Gaspar Melchor de Jovellanos, ibid., pp. 144-145.

6 Juan Ignacio González del Castillo, "El fin del pavo", in Obras completas, Madrid, B.R.A.E., 1914, p. 446.

7 Jean-René Aymes, Les illustrados espagnols de la deuxième moitié du XVIIIème siècle et l'enseignement élémentaire", in J.-R. Aymes, E.-M. Fell, et J.-L. Guereña (Eds.), Ecole et Eglise en Espagne et en Amérique Latine — Aspects idéologiques et institutionnels, Tours, Publications de l'Université de Tours, (Série, "Etudes Hispaniques", IV)? 1988, p. 41.

8 Ramón de la Cruz.

9 Ramón de la Cruz, "La civilización", in Saínetes de Don Ramón de la Cruz en su mayoría inéditos, (Colección ordenada por D. Emilio Cotarelo y Mori), Madrid, Casa Ed. Bally Baillère, 1915, p. 95.

10 "Los estudiantes petardistas", in Colección de saínetes sueltos, Valencia, 1791-1847.

11 Ramón de la Cruz, "El maestro de rondar", in Colección de los sainetes tanto impresos como inéditos de Don Ramón de la Cruz, con un discurso preliminar de D. Agustín Durán, Madrid, Yenes, 1843, p. 303.

12 Ramón de la Cruz, "Los segadores festivos", in Más sainetes inéditos de Don Ramón de la Cruz, Revue Hispanique, p. 390.

13 Juan Ignacio González del Castillo, "El triunfo de las mujeres", in Obras completas, p. 224.

14 "-¿No te produce la Escale / para mantener tus hijos? / -¿Qué producir, si se llena / solo con ellos? ¿Acaso / en todo el pueblo se encuentran / otros hijos que los míos?". Ibid.

15 "El alcalde proyectista", anó., in Colección de saínetes sueltos, Valencia.

16 "De enmendar el mundo / muchos han tratado, / pero por si mismos / pocos empezaron. / Si usted no lo entiende / vaya un polvo, Marcos, / que también los burros / toman hoy tabaco". Ibid.

17 Ce jeune paysan se révèle dans toute sa naïveté lorsqu'il découvre les corridas madrilènes dont l'esprit ne coïncide pas avec son savoir scolaire : "Me enseñaron en la escuela / que era el qumto no matar.", cf. Ramon de la Cruz, El simple discreto, Saínetes de Don Ramón de la Cruz en su mayoría inéditos..., p. 320.

18 Ramón de la Cruz, "Los payos críticos", in Cinco saínetes inéditos de Don Ramón de la Cruz, p. 60.

19 Juan Ignacio González del Castillo, "El payo de la carta", in Obras completas, p. 516.

20 "Yo en mis niñeces sabía / escrivir y contar; pero / lo que es leer, jamás pudo embocármelo el maestro", Ramón de la Cruz, "Los payos críticos", op. cit., pp. 60-61.

21 "(…) Leo / y escribo tan felizmente / el español, como el griego", Ramón de la Cruz, "El heredero loco", in Collección de los sainetes tanto impresos…, p 443. Voilà comment se présente un laquais à son nouveau maître fort intéressé par ses connaissances qui pourraient être utiles à ses enfants.

22 Le serrurier de "La boda del cerrajero", cf. Ramón de la Cruz, Sainetes de Don Ramón de la Cruz en su mayoria inéditos…, p. 73, est plutôt exceptionnel: "Tú sé que sabes tal cual / leer, escrbir sin pauta / y algo de cuentas.".

23 Ramón de la Cruz, "El peluquero soltero", in Sainetes de Don Ramón de la Cruz en su mayoria inéditos…, p. 246.

24 Ramón de la Cruz, "El jardín divertido", Diez saínetes inéditos, Ed. Díaz-Plaja, Madrid, Real Escuela de Artes Dramáticas, 1955, pp. 219-220.

25 Ramón de la Cruz, "El peluquero soltero", ibid.

26 Juan Ignacio González del Castillo, "Los literatos", Obras completas, p. 41.

27 Ramón de la Cruz, "Los majos de buen humor", in Ocho saínetes inéditos de Don Ramón de la Cruz editados, con notas autógrafes existentes en la Biblioteca Municipal de Madrid, University of California, Publications in Modern Philology, p. 58.

28 Juan Ignacio González del Castillo, "El baile desgraciado y el maestro Pezuña, Obras completas, p. 69.

29 "-¡Que me hubiera yo casado ! / Los primero odio meses, / vaya ; parecía el majo / de mi mujer; pero luego / que arrojó al mundo un muchacho / que me ensuciara, empecé / a encorvar el espinazo;".Ibid.

30 Juan Ignacio González del Castillo, "El gato", Obras completas, p. 460.

31 Ibid.

32 Juan Ignacio Gonzalez del Castillo, "El café de Cádiz", Obras completas, p. 41.

33 "¿Pues qué tirano padre les da estado / contra su voluntad a las doncellas ?, cf. Ramon de la Cruz, "Manolo", Saínetes I, Ed. J. Dowling, Madrid, Clásicos Castalia, 1981, p. 185.

34 Ramón de la Cruz, "La devoción engañosa", Saínetes de Don Ramón de la Cruz en su mayoría..., pp. 152-153.

35 Ramón de la Cruz, "La bella criada", Sainetes de Don Ramón de la Cruz en su mayoría…, p. 434.

36 Ramón de la Cruz "La Petra y la Juana", Saínetes, Ed. F. Lafarga, Madrid, Cátedra 1990, p. 468.

37 Ramón de la Cruz, "La fineza en los ausentes", Sainetes de Don Ramón de la Cruz en su mayoria..., p. 398.

38 Ibid.

39 Ramón de la Cruz, "La oposición, a cortejo", Doce saínetes, Ed. Gatti, Barcelona, Labor, 1972, p. 226.

40 Ramón de la Cruz, "El maestro de música", Colección de los saínetes..., p. 373.

41 Ramón de la Cruz, "Los usías contrahechos", in Cinco saínetes de Don Ramón de la Cruz..., pp. 181-182.

42 "(…) Nunca / pasó dem B-A ba. Nunca sus viajes / más allá de Getafe se extendieron. / Fue antaño allá por ver unos novillos / junto con Pacotrigo y la Caramba. / Por señas, que volvió ya con estrellas, / beodo por demás, y durmió al raso. / Examíale. ¡Oh idiota!, nada sabe. / Trópicos, era, geografía, historia / son para el pobre exóticos vocables.", Gaspar Melchor de Jovellanos, "Sátira segunda a Amesto, in Poesía del siglo XVIII, Madrid, Clásicos Castalia, 1986, pp. 180-181.

43 Juan Ignacio González del Castillo, "El maestro de la tuna", Obras completas, op. cit., p. 141.

44 "(...) Quien falta / a la obediencia de un padre, / ni es noble ni se le guardan / los privilegios debidos / a la virtud; (…)". Ibid.

45 Ramón de la Cruz, Cómo han de ser los maridos, Biblioteca municipal de Madrid, 1-153-21.

46 Ramón de la Cruz, "Los destinos errados", in Saínetes, op. cit., p. 412.

Auteur

C.I.R.E.M.I.A., Université François Rabelais, Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable