Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Famille et éducation en Espagne et en Amérique Latine

 | 
Jean-Louis Guereña

III. Modèles et contre-modèles

Éducation et famille : modèles et contre-modèles dans l'Espagne de la seconde moitié du XVIIIe siècle

Jean-René Aymes

Texte intégral

  • 1 Cf. par exemple, les réflexions générales de Gaspar Melchor Jovellanos au début de sa "Memoria sobr (...)

1Au cours de la seconde moitié du XVIIIème siècle, en Espagne comme dans le reste de l'Europe Occidentale, l'importance extrême que revêtent l'instruction et l'éducation a relevé du domaine des évidences non soumises à discussion1. C'est sur cette idée que s'ouvre, par exemple, le Discurso de la educación, anonyme que Stelio Cro découvrit, il y a une dizaine d'années et qui accompagnait le texte utopique, devenu fameux, intitulé Sinapia. Le premier paragraphe est d'autant mieux venu ici que l'éducation y est mise en rapport, non seulement avec la république, par quoi le texte se situe en plein courant ilustrado, mais encore avec les parents qui ont en charge leur progéniture :

  • 2 Sipapia, a clasical utopia in Spain, edited by Stelio Cro, Mac Master University, 1975, p. 92.

"Es la educación, el mayor beneficio que se puede hacer a un hombre, el mayor servizio que se puede hacer a la república, y la cosa que puede tener en este mundo mayores consequencias. De donde se infiere que no ai cosa en que devan poner mayor cuidado los padres si desean el bien de sus hijos; las repúblicas si desean su propio bien; y todos si queremos nuestra propia utilidad"2.

  • 3 Cf. le "Discurso CLX" de "El Censor" (1781-1787) - Antología, prólogo de José F. Montesinos, edició (...)

2Mais cette impression d'égalité hiérarchique quant à l'importance de l'éducation considérée par rapport à l'individu, à la famille et à la communauté nationale est trompeuse. En réalité, la marque ilustrada de la pensée réformatrice en matière d'éducation tient à la priorité d'intérêt attribuée à la collectivité, quelle s'annelle "patrie", "nation" ou "république", chaque fois qu'il s'agit de mesurer le degré d'urgence des améliorations à apporter ou l'ampleur des bienfaits qu'on peut en attendre3.

  • 4 Josefa Amar y Borbón, le Discurso sobre la educación física y moral de las mujeres (1790), in Escri (...)

3Sauf à imaginer que l'étroite alliance entre Famille et Etat, soit trop manifeste ou indiscutable pour devoir être rappelée, on est tout de même surpris de la relative rareté des réflexions portant sur une solidarité d'intérêt réunissant la famille et la nation, quand il y a recherche du bonheur. Car tel est le maître-mot, marque identitaire de la pensée éclairée : "felicidad", flanqué de celui de "quiétud" ; qui, en terme de politique concrète, équivaut à ordre public. On avancera donc que, sauf en de rares cas, l'enfant pour lequel on préconise une nouvelle éducation, au sein et en marge de la famille, n'est pas vu en soi, à l'intérieur des coordonnées mentales et physiologiques propres à son âge et à son développement, mais plutôt en fonction du citoyen adulte qu'il est appelé à devenir. C'est en quelque sorte la primauté de cet objectif -préparer l'enfant à sa carrière et à ses obligations civiques- qui conduit les pédagogues réformateurs à remonter jusqu'à la famille pour atteindre la jeune créature à façonner ou refaçonner. Ce vigoureux rapprochement de la famille et de l'Etat, en attente d'une réforme éducative, est opéré, notamment par Josefa Amar y Borbón et par l'abbé Lorenzo Hervás y Panduro qui, s'exprimant au cours de la dernière décennie du XVIIIème siècle, donnent à penser que s'amorce le processus laïcisant tendant à rapporter l'éducation plus à l'Etat qu'à l'Eglise4.

  • 5 JuliaVarela, "La Educación Ilustrada o cómo fabricar sujetos dóciles y útiles", Revista de Educació (...)

4Telle est l'une des composantes, non certes la plus importante, d'une axiomatique ilustrada en matière d'éducation parentale : la famille peut servir de creuset, mais seulement dans la perspective d'une propédeutique à l'exercice par l'enfant des droits et obligations qui seront les siens, à l'âge adulte, au sein de la communauté nationale5.

5Le second élément d'une axiomatique suscite plus d'interrogations qu'on aurait pu l'imaginer. Il était logique que l'insistance mise par les ilustrados à développer l'éducation des enfants, au sein ou en dehors du milieu familial, ait pour corrélât la foi de ces personnages-raisonnée ou quasiment illimitée-en la nature réceptive de ces mêmes enfants appelés à être modelés. Or, s'il est bien vrai que les "penseurs pédagogues" s'accordent à estimer que la jeunesse est une période décisive pour l'éducation, en revanche l'appréciation des vertus et des capacités des enfants rompt l'unanimité des intervenants. Semblent s'opposer, grosso modo, une conception optimiste, typiquement ilustrada, et une autre, plutôt pessimiste, dans laquelle on repère la trace de la pensée religieuse issue de l'Ancien Régime. Il va sans dire que le choix de la pédagogie et même la finalité de celle-ci dépendront de ce point de départ.

  • 6 Escritos Pedagógicos, op. cit., vol. II, p. 375.

6On ne reviendra pas sur cette idée depuis longtemps bien établie par les historiens dixhuitiémistes, à savoir que les idéologues ilustrados, découvrent chez l'enfant, avec ravissement, des capacités et d'heureuses tendances qu'on ne soupçonnait pas toujours : la précocité, la curiosité, la droiture des penchants naturels, l'aptitude à saisir des idées.6

  • 7 Instruccions por la ensenyança de minyons escritas per lo Rt Baldiri Reixac, Prevere y Rector de la (...)

7Mais cette conception de l'enfant, qui conduit à solliciter beaucoup son intelligence naissante et à espérer hâtivement des résultats enthousiasmants, η est pas partagée par tous les "penseurs pédagogues" et en particulier par tous-ceux qui n'attendent comme "produit final" d'une pédagogie rigide qu'un enfant obéissant et humble Une pédagogie familiale que l'on qualifiera d'anti-ilustrada ou du moins e non ilustrada sera naturellement préconisée par des ecclésiastiques qui auront surtout en vue le modèle chrétien et la défense de la religion. Alors que sous d'autres aspects, le prêtre catalan Baldiri Reixac pourrait être qualifie de progressiste avant la lettre, par exemple à travers sa revendication d'un enseignement accessible aux paysans catalans, voilà que cet ecclésiastique compte sur les pères de familles, non pas pour contribuer à l'épanouissement intellectuel de leurs enfants, mais pour en faire de petits chrétiens exemplaires7.

  • 8 Pablo de Olavide, El Evangelio en triunfo o historia de un filósofo desangañado (1797-1798), Herman (...)

8Bien que dans El Evangelio en triunfo, écrit à l'extrême fin du XVIII siècle Pablo de Olavide apparaître8 avance quelques propositions pédagogiques de goût ilustrado, sa façon de considérer l'enfant comme un être faible, environne de dangers, exposé à la tentation, conduit à ranger, de ce point de vue, l'ancien hardi "colonisateur de la Sierra Morena" du côté des idéologues rétrogrades, obnubiles par le souvenir du péché originel et absorbés par le souci de ne pas déplaire à Dieu. Pauvre enfant à qui on apprendra à se méfier systématiquement de ses propres jugements à éviter le contact avec les domestiques et qui sera toujours flanque d'un accompagnateur, puisque aussi bien on ne devra jamais le laisser seul c'est-à-dire en tête à tête avec cette sorte de Mal qu'il semble porter en lui, et qu'il faut dompter en permanence....

La religion

  • 9 Jean-René Aymes, "Les "Ilustrados" espagnols face au clergé et à l'enseignement de la religion dans (...)
  • 10 Petit ouvrage publié à Madrid ai 1797, consultable à la Bibliothèque Nationale de Madrid.

9C'est-nous semble-t-il-la place réservée à la religion en milieu familial qui détermine le clivage entre les deux grands modèles éducatifs préconises dans l'Espagne de la seconde moitié du XVIIIème siècle9. Ou bien l'enseignement religieux, réputé essentiel et prioritaire, conserve, comme au cours des siècles passés, une place de choix au sein d'une famille fondamentalement chrétienne, ou bien on passe discrètement sur le sujet, sans que le modèle chrétien de la famille soit récusé ou voit se dresser en face de lui un autre idéal de famille. La particularité du système éducatif dans la famille chrétienne est que l'intervention des parents s'effectue en union étroite avec le prêtre, lequel, en définitive, exerce le plus haut magistère, puisque lui-même, comme conseiller, confesseur, prédicateur..., dirige les parents spirituellement et moralement. Il existe donc, dans la seconde moitié du XVIIIème siècle, des livres, traités et réflexions en rien originaux, qui inscrivent les obligations parentales et les conseils dans les traditions qu'on dirait immuables. C'est ainsi que procède, à l'extrême fin du siècle, le père Matías Sánchez, auteur d'un petit ouvrage, avec une disposition interne de catéchisme, intitulé El padre de familias brevemente instruido en sus muchas obligaciones de padre10. L'auteur reconnaît, à juste titre, que son livre n'offre "ninguna novedad". Et pour cause : il entend s'inspirer de "tratados que remiten a la venerable antigüedad o a la doctrina cristiana". On est là -si l'on peut dire- au degré zéro de l'inventivité et du réformisme, comme au degré le plus haut de l'orthodoxie religieuse (catholique) puisque l'éducation familiale, comme déconnectée de la société politique et civile environnante, a pour but exclusif de préparer l'individu -créature de Dieu- à gagner le Paradis.

10Dans ce système de pensée, invariable et ultra-traditionaliste, la place réservée à l'enseignement religieux est à ce point envahissante que tous les autres enseignements profanes (du savoir-vivre en société jusqu'aux sciences spéculatives) passent pour inutiles, voire pour préjudiciables à l'âme, dans la mesure où ils détournent de penser constamment à Dieu.

Le clivage social

  • 11 Pedro Rodriguez de Campomanes, Discurso sobre la educación de los artesanos, Madrid, 1775 -Edition (...)
  • 12 Francisco de Cabarrús, Cartas sobre los obstáculos que la naturaleza, la opinión y las leyes oponen (...)

11Le deuxième clivage qu'on peut observer en matière d'éducation parentale tient à la nature du destinataire collectif auquel s'adressent les auteurs. Et, de nouveau, le partage s'opère en fonction de l'inspiration et de l'orientation religieuses des textes. En général, les ecclésiastiques et auteurs à la foi fervente s'adressent, de manière indifférenciée, aux parents éducateurs qui forment "le peuple de Dieu, indépendamment des catégories sociales. En revanche, les auteurs qui ont en vue la société ou l'Etat tiennent compte, souvent, des divers statuts (classe, profession, fortune...) des parents appelés à éduquer leurs enfants dans des conditions et à des fins particulières. Il est clair, par exemple, que Olavide, dans El Evangelio en triunfo porte rarement son regard au-delà de la minorité constituée par la classe des aristocrates ; d'où le recours au précepteur, que les utilisateurs doivent avoir les moyens financiers de rétribuer. De son côté -et en conformité, du reste, avec le titre de son ouvrage Discurso sobre la educación popular11-, Rodríguez de Campomanes se penche ici, exclusivement, sur les jeunes gens qui, issus de milieux modestes, sont appelés à devenir des apprentis dont l'éducation est confiée conjointement à leurs parents et aux artisans qui les initient à leur futur métier manuel De même, et bien qu'il mise sur l'école élémentaire beaucoup plus que sur la famille, Francisco de Cabarrus, dans ses Carias12, envisage surtout les reformes éducatives à introduire en milieu populaire et rural, en faisant abstraction des modalités spécifiques d'éducation auxquelles pourraient prétendre les familles d'origine noble, ou bien fortunées. Cabarrús, en cela très moderne et révolutionnaire sans emphase ni débordement, tend à uniformiser son système éducatif, mais à l'inverse du père Sánchez qui, des décennies plus tôt, uniformisait le sien sous l'égide de Dieu, Cabarrús recherche l'uniformisation du cote de la démocratisation et de la laïcisation. Dans le contexte espagnol, Cabarrus probablement influencé par les révolutionnaires français (Condorcet et autres), est en avance sur son temps, dans la mesure où, pour lui, l'éducation scolaire supplante l'éducation parentale, tandis que Olavide, en cela contre-révolutionnaire, comme s'U voulait éviter le "brassage social" scolaire, (ré)instaure l'école au sein de la famille, rendant indispensable, pour ce faire, le recours au précepteur, ce personnage typique de l'Ancien Régime.

Les différents genres d'ouvrages

12Les mentions antérieures des écrits de Olavide, de Rodríguez de Campomanes, de Reixac, de Sánchez..., ont dû donner une impression de disparate en dépit de leur dénominateur commun la prise en considération, approfondie ou ponctuelle, de l'éducation à donner aux enfants en milieu familial. Cette impression reflète fidèlement la réalité ; en effet, ce thème est abordé de multiples façons au cœur de la seconde moitié du XVIIIème siècle, dans des programmes, des projets, des réflexions, des "discours", des traités des pseudo-bréviaires, des décalogues, des utopies... et toutes sortes d'écrits hybrides qui effacent les frontières entre les genres littéraires consacrés.

  • 13 Femando de La Flor, El Semanario Erudito y Curioso de Salamanca (1793-1798), Salamanca, Ediciones d (...)

13Le support lui-même de cette littérature est de nature variée ; ce peut être le livre mais aussi la presse qui s'ouvre à "la problématique domestique que l'on vit alors dans toute sa virulence". C'est ainsi que le Semanario Erudito y Curioso de Salamanca accueille entre 1793 et 1798 -comme l'observe Fernando de La Flor- quantité de "lettres de parents désespérés par les modes de comportement adoptes par leurs enfants"13.

14Cette apparente floraison d'écrits relatifs à l'éducation appelle déjà une première observation : la mention des "utopies" doit venir en fin de liste car, outre la rareté relative de ce genre d'écrits en Espagne, il apparaît que dans la dizaine de textes espagnols qualifiables d'"utopiques", l'éducation en milieu familial occupe une place réduite.

15Cette attitude-réflexe qui porte à préférer le rêve raisonnable et réalisable au rêve enchanteur et irréalisable peut être observée, par exemple, chez la ilustrada Josefa Amar y Borbón, acquise au réformisme "possibiliste" et aussi peu séduite par les "utopies éducatives" que par les ruptures révolutionnaires :

  • 14 Op. cit., vol. I, p. 271.

"No formemos un plan fantástico, tratemos sólo de rectificar en lo posible el que está ya establecido"14.

16L'époque ilustrada, peu propice aux utopies, l'est en revanche, aux réformes qui impliquent que l'on croie en l'homme et en l'Etat. De là la prolifération de textes "prospectifs" en matière éducative, dont le champ thématique s'ouvre considérablement, pour embrasser celui de la médecine, de l'hygiène, de la gymnastique, etc.

  • 15 Cf. par exemple, Paulette Demerson, "Tres instrumentos pedagógicos del siglo XVIII : la Cartilla, e (...)

17Et voilà qu'émerge, sous le regard de qui parcourt ces textes multiformes, une apparente et surprenante anomalie : dans ces textes porteurs d'idées nouvelles, la famille, considérée comme espace et instrument éducatifs, compte peu, en définitive. Il est clair qu'éveillent plus d'intérêt et alimentent plus d'écrits des sujets en rapport avec l'enfant et l'adolescent, tels que les écoles villageoises, les cartillas15, les méthodes d'apprentissage de la lecture et de l'écriture, l'encadrement des expósitos, l'initiation aux métiers manuels, le rôle dévolu au párroco, à l'ayo et à l'ama. En fin de compte, la réforme de l'éducation parentale n'est pas au centre de la pensée réformatrice ilustrada, et ce à une époque où l'enfant est considéré comme malléable et capable, plus qu'on ne le croyait auparavant, de réaliser des progrès considérables, pour peu qu'il soit convenablement encadre. Mais là est justement la difficulté la plus ardue. D'abord, parce qu'il est idéologiquement dangereux de vouloir confier aux parents une direction spirituelle et morale qui, depuis des siècles, revient fondamentalement au prêtre ; vouloir faire du père un substitut-et non plus un délégué-du curé de la paroisse peut passer pour une position antireligieuse ou anticléricale, avec émoi ou protestation des gens d Eglise. N'oublions pas que la famille, pour ce qui concerne l'éducation spirituelle et morale, est, en quelque sorte, un "territoire réservé" de l'Eglise. En raison du taux élevé d'analphabétisme, il est encore inconcevable, en effet, que le livre ou la presse serve d'instrument médiateur entre le pouvoir politique et les parents considérés comme éducateurs. Dans le même temps, les politiciens ilustrados, confrontés à la nécessité d'"éduquer le peuple", adultes et enfants, se heurtent au manque d'écoles et de maîtres, lesquels auraient très bien pu collaborer avec les prêtres, ou se substituer à eux, pour former les parents dans leur rôle d'éducateurs. Le relais indispensable pour la mise en œuvre d'une réforme de l'éducation parentale ne fonctionne pas encore ou n'existe pas, entre le pouvoir politique et la famille. En effet, en dehors des prêtres qui franchissent le seuil des foyers et dont les ilustrados sont loin de penser qu'ils peuvent, eu égard à leur formation et à leurs objectifs prioritaires, être pour les parents des conseillers idéaux, le "relais éducatif" n'est assuré que dans les familles fortunées à travers l'institution du précepteur, peu satisfaisante pour les ilustrados.

18A la limite, on pourrait soutenir que les ilustrados ne se mêlent de l'éducation familiale que parce que leur réforme de l'enseignement primaire (enseñanza de primeras letras) -fondamentale et prioritaire, à leurs yeux-tarde à être mise en œuvre.

19En tout état de cause, en matière d'éducation, la pensée ilustrada classique se définit globalement par l'accroissement du rôle éducateur conféré au maître d'école, éventuellement au détriment des parents : le maître d'école vaut mieux que le père ; celui-ci ne peut être écarté, mais il n'est qu'un palliatif.

  • 16 Beatriz Cienfuegos, Pensadora Gaditana, Cádiz, "Pensamiento XXIII", 1786, t. II, p. 234.
  • 17 Op. cit., p. 86.

20Non seulement, dans cette littérature réformatrice, les rôles éducatifs des parents et des maîtres d'école ne sont pas cloisonnés, mais encore la nature des destinataires appelés à intervenir n'est pas toujours précisée de manière nette et discriminante. Plus d'une fois, la réflexion s'élève à un tel niveau de généralité et de théorie qu'on ne sait plus si les recommandations valent pour le père, le maître d'école, le précepteur... ou le prêtre. Ainsi relève-t-on, dans la Pensadora gaditana que le Pensamiento XXIII s'adresse indistinctement aux padres o tutores16. Rodríguez de Campomanes, quant à lui, place côte à côte padres, parientes y tutores en un endroit de son programme17. Enfin, que lit-on dans la Colección de ideas elementales de educación (...) et, plus précisément, en tête de la lettre écrite par le cura del Sagrario de esta Sta. Iglesia (de Séville) ? Que.

  • 18 Colección de ideas elementales de educación para el uso de una academia de maestros de primeras let (...)

"esta instrucción se dirige a los Maestros de Primeras Letras, se extiende también a los Padres de Familia, a las Maestras de Amigos, Ayos y Ayas"18.

21Cette non discrimination des destinataires retarde l'émergence d'une image nette de la famille-modèle en matière d'éducation.

22L'une des conséquences de cette hésitation quant à la nature des éducateurs impliqués est que se produit aussi un brouillage des frontières des espaces concernés. En principe, on ne devrait avoir affaire ici qu'à l'espace domestique, la maison, le foyer familial. Or casa et escuela se superposent parfois, sans parler de l'espace religieux (l'église, la sacristie, la maison du curé où la catéchèse formelle doit se dérouler) et de l'atelier, parfois conçu comme un prolongement de l'école ou du foyer familial.

Les grands domaines susceptibles d'être affectés heureusement par des changements

23En songeant au destinataire-l'enfant-d'un système éducatif amélioré, on dira, pour faire vite, que sont en jeu son âme (ou son cœur), ses facultés intellectuelles (l'intelligence, la mémoire) et son corps.

L'âme

  • 19 Op. cit., t. I, Libro II, cap. IX.

24Si on laisse de côté l'impératif premier, pour certains, qui est de préparer l'enfant à devenir un bon chrétien, les ilustrados reconnaissent tous l'importance capitale de la "intrucción moral" qui, au dire de Hervás y Panduro, "por su dignidad y excelencia y fin es la principal parte de la educación"19.

  • 20 El Pensador Matritense, s.d., t. I, "Pensamiento VIII".

25Et si les auteurs descendent du plan des généralités pour énumérer les vertus concrètes attendues des enfants devenus grands, ils songent plus volontiers-en se faisant plus exigeants-aux jeunes filles qu'aux jeunes gens, car ils voudraient comme on peut le lire dans El Pensador Matritense que celles-là fassent preuve, tout à la fois, de modestie, sagesse, pudeur et droiture de jugement20, ce qui est beaucoup demander..

Les facultés intellectuelles

  • 21 Comentario de D. José Isidoro Morales al excelentísimo señor don Joseph Mazarredo sobre la enseñanz (...)

26La tendance générale, compte tenu des grandes capacités attribuées aux enfants, va à l'accroissement, parfois démesuré, des efforts nouveaux qui leur sont demandés, mais-il est vrai-plutôt à l'école qu'à la maison où ils sont appelés à rester soumis à l'obligation de s'exercer à des travaux manuels en rien nouveaux. Ainsi, dans son Comentario sobre la enseñanza de su hija, José Isidoro Morales conseille aux mères d'apprendre à leurs filles à couper, monter et broder leurs vêtements21. Un autre énoncé emprunté au même auteur porte peut-être la marque sui generis d'une pensée ilustrada timidement égalitariste et, en tout cas, indirectement antinobiliaire, ce qui est plus courant : pour Morales, les petites filles de la noblesse ne devraient pas être exemptées des tâches manuelles.

Le corps

  • 22 t. I. "Pensamiento VIII".

27L'affaire est à peu près entendue : la maison, aux côtés de l'école, est l'espace où le corps de l'enfant ne doit pas être meurtri et emprisonné, mais, au contraire, rendu sain et robuste par l'accès à une sorte de liberté ou émancipation physique. D'où la campagne engagée par El Pensador Matritense contre les colliers de fer, les baleines et le refus des mères d'exposer les enfants à la lumière22.

  • 23 Cf. par exemple, Agustín Ginesta, El conservador de los niños, Madrid, 1797.

28Une sorte de "politique hygiéniste" -la notion est évidemment anachronique- doit être mise en œuvre par les parents. De là, dans maints textes, des conseils visant le régime alimentaire approprié, les heures de sommeil, les soins de propreté, etc.23

29Mais revient aussi le sempiternel discours sur la vénéneuse beauté du corps -féminin surtout- qui engendre la vanité et peut conduire à la dépravation.

Le rôle du père et de la mère

  • 24 José Agustín Ibáñez de la Rentería, "Discurso segundo sobre la educación de la juventud en punto a (...)

30L'actuelle rengaine sur la "démission des pères" face à leurs enfants n'est décidément pas nouvelle. Entre 1750 et 1800, il est devenu habituel de déplorer, qui l'insouciance, qui la pauvreté des exigences, qui la faiblesse des pères, tant en milieu aristocratique qu'en milieu populaire. José Agustín Ibáñez de la Rentería flétrit leur "pasión e ignorancia"24. De son côté Juan Antonio Gonzalez Cañaveras se lamente que :

  • 25 Juan Antonio González Cañaveras, "Plan de educación" (1767), in Escritos Pedagógicas, vol. II, p. 4 (...)

"Los más de los padres sea por ignorancia, preocupación o capricho, se hallan contentos con que pasen sus Hijos la juventud bien o mal"25.

31Sont tout à fait dans le goût de l'époque d'autres accusations qui visent les abus d'autorité, ceux-ci pouvant conduire, par exemple, à user de châtiments corporels -sujet de réflexion devenu familier sous le règne de Charles III- ou à imposer, plus tard, un époux à la jeune fille qui n'a aucune inclination pour lui.

32Le contre-modèle du père en matière éducative se scinde en trois : le père indifférent, le père trop faible et le père trop autoritaire, jusqu'à se muer en tyran, comme ce personnage imaginaire, conçu par Francisco de Tóxar, auteur de La filósofa por amor : orgueilleux, aveugle, immoral et barbare, il tient, par exemple, à l'adresse de sa fille ce discours odieux :

  • 26 Francisco de Tóxar, La filósofa por amor o carta de dos amantes apasionados y virtuosos que dio a l (...)

"Yo la haré conocer que las voluntades de un padre son leyes inviolables para una hija "26.

  • 27 "Discurso teórico-práctico sobre la educación de la infancia dirigida a los padres de familia (1786 (...)

33L'image du père éducateur modèle a du mal à se constituer complètement, sauf à dire, comme Juan Mariano Picornell y Gomila27, qu'il doit être "virtuoso o ilustrado" et ressembler fort -jusqu'à en être la réplique- au maître d'école, puisque l'auteur attend de lui qu'il forme la raison de l'enfant, qu'il lui inspire de l'intérêt pour la lecture et qu'il lui donne des notions de géographie, d'histoire (sacrée et de la Patrie) et de morale. Bref, si on peut parler d'utopie en matière d'éducation familiale -utopie directement engendrée par le spectacle navrant de la réalité- c'est du côté de Picornell qu'il faut la chercher et, plus précisément, autour de ce père au-dessus du commun en raison de ses vertus morales, de son savoir, de son civisme, de son sens pédagogique et de sa disponibilité... En somme, si les pères pouvaient être ainsi, le recours au maître d'école, pendant les premières années, deviendrait inutile. D'où la conclusion déconcertante qu'on peut en tirer : Picornell, qui compte autant sur les pères que sur les maîtres d'école pour réformer l'éducation de l'enfant n'est pas, en la matière, un ilustrado ou, du moins, un ilustrado appartenant à l'espèce courante.

34L'expression d'"utopie éducative" est également applicable, cette fois, plus normalement, au roman à succès de Pedro Montengón, Eudoxia, hija de Belisario, publié en 1793. Le dernier nommé n'avait-il pas la prétention de faire de sa fille "un particular modelo de educación" ? Pour ce faire, il commence par l'instruire en géométrie, histoire et géographie. La vision utopique de l'éducation parentale conduit ici à convertir le père (éclairé, sage, tendre) en maître d'école. Montengón, comme Picornell, fait silence sur le rôle du prêtre : celui-ci serait-il rendu inutile ? S'il existe et intervient dans son magistère religieux et moral, c'est, en tout cas, en marge et à l'extérieur de la famille.

35Il ne nous paraît pas fortuit que dans l'histoire romanesque de Montengón, le personnage de la mère soit présenté de façon moins favorable que celui du père. C'est que, à notre sens, au long du XVIIIème siècle, et malgré les efforts déployés par d'éminents défenseurs des droits de la femme (Jovellanos, Josefa Amar y Borbón) continue à prédominer une misogynie séculaire. Ainsi, rien n'empêchait Montengón de faire d'Antonina, l'épouse de Bélisaire, "matrona respetable", une femme pondérée et sensible ; or il lui attribue "cierta soberanía de genio que inclinaba a la altivez y severidad", défauts que son époux estime "connaturales al sexo". Par la suite, c'est Antonina qui est chargée de tenir, à la place de son mari tenu provisoirement à l'écart, des propos inacceptables par leur rigorisme ; elle n'est rien d'autre que l'incarnation du principe d'autorité, opposé à la raison et à la nature. Il fallait donc que Montengón inventât un autre personnage féminin pouvant fonctionner comme substitut de la mère en matière d'éducation. C'est Domitila qui va être porteuse du "rêve éducatif" de Montengón. Venant annuler les effets néfastes d'une éducation prisonnière de préjugés et de traditions immuables, imposée par la mère, Domitila, jeune (25 ans) personne sage et vertueuse, a pour rôle d'enseigner à l'adolescente la vertu, par le moyen de l'exemple et de la persuasion ; à cet effet, elle se comporte comme "amiga y compañera", et non comme un chef despotique et redouté. En somme, ce guide spirituel-pas un mot sur la religion-et moral peut être considéré comme la version améliorée et idéalisée du précepteur-femme ("el aya"), qui n'assoirait pas son autorité sur son âge ou ses titres académiques, mais sur le spectacle de son irréprochable sagesse au quotidien. Cependant, le lecteur moderne ne doit pas trop attendre de cette jeune éducatrice : elle n'est pas là pour apprendre à son amie-élève le droit à l'émancipation-, pas plus qu'elle ne va la dresser contre sa mère pourtant déraisonnable ; son discours n'est ni subversif ni moralement hétérodoxe ; la vertu est son concept phare.

36On peut voir de la misogynie dans l'extrême sévérité dont font preuve la majorité des auteurs lorsqu'ils jugent les mères dans leur comportement éducatif. Le défilé des mauvaises mères serait interminable : y figureraient celles qui, par coquetterie ou pour suivre une mode détestable, se refusent à allaiter (Hervás y Panduro) ; celles qui, peu après l'accouchement, se hâtent de rechercher l'amitié (suspecte) d'un riche "compadre", celles qui sont "gastadoras, amigas de visitas y diversiones", celles qui ne surveillent pas leurs filles pendant les soirées mondaines Pensadora Gaditana ; celles qui, trop occupées de l'apparence, préparent leurs filles à devenir des petimetras (Josefa Amar y Borbón) ; celles, de façon plus générale, qui donnent le mauvais exemple, parce qu'elles-mêmes sont ignorantes et peu vertueuses.

37Le mal est profond, héréditaire. De là, des thérapeutiques différentes : les auteurs féministes ou, du moins, qui croient en la possibilité pour les femmes d'accéder au savoir, préconisent des solutions dont les heureux effets ne se feront sentir qu'à longue échéance : les femmes adultes devront -on ne sait trop comment- lutter contre l'erreur, le préjugé, l'ignorance, la routine, pour léguer à leurs filles un héritage dont celles-ci, à leur tour, sauront faire un bon usage. Mais à ces auteurs qui en somme misent sur la femme s'opposent, sans jamais le déclarer ouvertement, ceux qui semblent s'accommoder de ce que les mères, restées au foyer, se bornent à apprendre à leurs filles les travaux d'aiguille, les bases du savoir-vivre et, au mieux, l'art de gérer les affaires domestiques. Il va sans dire que, dans ces conditions, la jeune fille ne parviendra jamais à acquérir -comme le voudrait Josefa Amar y Borbón- "las gracias del entendimiento", pas plus qu'elle ne parviendra à égaler son futur époux en "ilustración y cultura del entendimiento".

Les adjoints d'éducation familiale

Les nourrices

  • 28 Op. cit., t. I, "Pensamiento ΧΠ".

38Après les comadres qui sont les premières à seconder la mère, interviennent les amas de leche qui subissent une attaque en règle, généralisée : ici (Miguel de Aguirre), en raison des erreurs qu'elles colportent ; là (Picornell), en raison de leur parler impur ; plus loin (Hervás y Panduro), en raison de leur absence d'éducation. L'un des plus féroces détracteurs des nourrices s'exprime dans le Pensador Matritense : il les tient pour des êtres durs qui "dénaturent" l'enfant28.

39El ama, malfaisante, est réputée indésirable, tant du point de vue médical (bienfaits de l'allaitement qui incombe à la mère) que du point de vue de l'éducation. Les ilustrados sont résolus à éliminer la nourrice, pour remettre le jeune enfant aux mains de sa mère.

Les domestiques

  • 29 Op. cit., p. 13.
  • 30 Op. cit., Carta XXXVI.

40Les criados, en raison de leur basse extraction et de leur inculture, sont peu recommandables. Reixac en fait rien moins que des agents d'infection morale29. Picornell doit aussi le penser, qui recommande aux pères d'interdire, le plus possible, à leurs enfants de communiquer avec les domestiques. Même consigne donnée par Olavide qui voue les criados à être purement et simplement éliminés30.

41Puisqu'il semble acquis que le Mal incarné dans les domestiques est irrémédiable, la figure, idéale ou utopique, du domestique-éducateur ne se constitue pas, à notre connaissance.

Les précepteurs

42Peut-être y a-t-il quelque abus à évoquer le personnage de l'ayo qui, pas plus que le domestique du reste, n'appartient pas strictement au cercle familial. Mais on a dit plus haut que, dans les textes éducatifs de l'époque considérée, il est parfois étroitement lié au père, au point que leurs rôles finissent par se confondre, au lieu de se compléter.

  • 31 La presse espagnole de 1737 à 1791, Paris, Centre de Recherches Hispaniques, 1973, p. 392.

43Comme l'a observé Paul J. Guinard, la figure du précepteur se scinde : au "mauvais précepteur, ignorant, flatteur, grossier et injuste" s'oppose diamétralement "le bon précepteur, amical et juste"31.

  • 32 Eusebio Madrid, Ed. Sancha, 1786-1788.
    Sur ce roman cf. en particulier : Jeanne Isaac, Les vicissitu (...)

44A plusieurs reprises émerge en effet la figure idéale, à la frontière de l'utopie, du précepteur dont la nature et la fonction ont du mal à se définir car, par exemple dans Eusebio de Montengón, il ressemble fort à un "maître d'école à la maison", qui enseigne au garçon, à partir de 14 ans, la lecture, l'écriture, la langue anglaise, l'arithmétique32, tandis que dans Eudoxia, du même auteur, la préceptrice, Domitila, tient à la fois de l'institutrice-enseignante, de la conseillère et de l'amie.

45On était en droit de penser qu'en matière d'instruction et d'éducation, le milieu familial, aux côtés de l'atelier, de l'école de village, du collège, du colegio mayor et de l'Université, inspirerait quantité de discours foncièrement innovateurs.

46Or on constate que, tout bien pesé, la littérature relative à la famille vue sous l'angle de l'éducation est une littérature plus critique qu'utilement inventive. Tout se passe comme si les observateurs d'une réalité non satisfaisante étaient incapables de dépasser le stade d'une description qui tourne vite, selon le cas, à la déploration ou à la dénonciation. Les écrivains espagnols qui se prononcent sur l'éducation familiale commencent, en toute logique, par analyser les maux et en mesurent ensuite la gravité ; mais ils ne parviennent que rarement à bâtir un système de substitution, pas même à coordonner quelques réformes substantielles, susceptibles d'être mises en œuvre sans retard. Est-ce l'effet d'un manque d'imagination, ou plutôt -et c'est plus probable- d'une prise de conscience des limites étroites du "possible", compte tenu des obstacles et des résistances invincibles ? En définitive, et en contradiction avec une idée générale qui prévaut, à savoir que l'époque ilustrada ouvre une ère d'optimisme raisonné, il apparaît que la réforme touchant à l'éducation familiale en Espagne ne s'accomplira pas dans un avenir proche, pas plus que dans d'autres domaines (la réforme agraire, la décolonisation ou l'élimination de l'obscurantisme).

47On ne peut même pas dire que la réforme, unanimement désirée, de l'éducation familiale se dessine selon des lignes de force claires. Sans doute en est-il ainsi parce que-comme on l'a dit plus haut-toucher à la famille, c'est toucher, en profondeur, à un groupe (le père, la mère et les enfants) sur lequel l'Eglise, depuis des siècles, a une emprise spirituelle à laquelle elle n'entend pas renoncer. De sorte que, s'il fallait à tout prix, allant à l'essentiel, caractériser la réforme de l'éducation familiale envisagée à l'époque des Lumières, on dirait qu'elle s'oriente dans deux directions pas obligatoirement convergentes : l'une, si respectueuse de la tradition qu'on a envie de la rejeter hors du champ de 1'ilustración réformatrice, consiste à vouloir restaurer la famille chrétienne conformément au modèle dicté par les pères de l'Eglise et donc, à en faire la matrice et l'instrument d'une éducation fondamentalement chrétienne ; et l'autre -dans laquelle on inclinera à voir la marque spécifique des "Lumières"- qui conduit à faire la part du feu, c'est-à-dire à considérer qu'il est regrettablement inconcevable ou périlleux de vouloir combattre le magistère qu'exerce l'Eglise sur la famille. Dans cette perspective, le salut collectif en matière d'éducation ne peut venir que de l'école primaire où le maître sera chargé de compléter, redresser ou remplacer l'enseignement et l'éducation que les parents donnent et, hélas, donneront longtemps encore à leurs enfants : l'école pour tous est en vue.

  • 33 Cet ultime énoncé est emprunté à Maria del Mar del Pozo Andrés, auteur d'un article consacré à Trag (...)

48Aussi, l'ilustrado aragonais Joaquín Traggia fait-il preuve d'audace lorsque, à l'extrême fin du XVIIIème siècle, il tire toutes les conclusions du principe du Spartiate Lycurgue, pour qui les fils appartiennent plus à l'Etat qu'à leurs parents : il ose reconnaître la suprématie de l'éducation publique sur l'éducation privée ou domestique33.

49L'audace supplémentaire aurait consisté à écrire que la thérapeutique radicale, pour en finir avec les défauts irrémédiables de l'éducation donnée en milieu familial, devrait conduire, pour le bien de la nation, à limiter au maximum le rôle d'éducateurs confié depuis toujours aux parents. Mais cette audace est encore impensable.

Notes

1 Cf. par exemple, les réflexions générales de Gaspar Melchor Jovellanos au début de sa "Memoria sobre educación pública, o sea tratado téorico práctico de enseñanza con aplicación a los colegios de niños, in Obras, Madrid, BAE, t. XLVI, 1963, pp. 230-232.

2 Sipapia, a clasical utopia in Spain, edited by Stelio Cro, Mac Master University, 1975, p. 92.

3 Cf. le "Discurso CLX" de "El Censor" (1781-1787) - Antología, prólogo de José F. Montesinos, edición de Elsa Garcia Pandavenes, Barcelona, Editorial Labor (Textos Hispánicos Modernos, n° 19), 1972, p. 286.

4 Josefa Amar y Borbón, le Discurso sobre la educación física y moral de las mujeres (1790), in Escritos Pedagógicos de la Ilustración, Ed. de Alejandro Mayordomo Pérez et Luis Miguel Lázaro Lorente, Madrid, Ministerio de Educación y Ciencia, 1989, vol. I, p. 265 ; Lorenzo Hervás y Panduro, Historia de la vida del hombre, t. I, Libro III°, p. 337.

5 JuliaVarela, "La Educación Ilustrada o cómo fabricar sujetos dóciles y útiles", Revista de Educación, Madrid, n° spécial 1988 (La Educación en la Ilustración Española), pp. 245-274.

6 Escritos Pedagógicos, op. cit., vol. II, p. 375.

7 Instruccions por la ensenyança de minyons escritas per lo Rt Baldiri Reixac, Prevere y Rector de la Iglesia Parroquial de Sant Martí de Ollés, Bisbat de Gerona, Edició de l'Associació Protectora de L'ensenyança Catalana, 1923, p. 10.

8 Pablo de Olavide, El Evangelio en triunfo o historia de un filósofo desangañado (1797-1798), Hermanos de Orga, Valencia. Cf. Marcel Defourneaux, Pablo de Olavide ou l'afrancesado (1725-1803), Paris P.U.F., 1959 ; Gérard Dufour, Recherches sur El Evangelico en triunfo de Pablo de Olavide, thèse pour le Doctorat de 3ème cycle, Paris, 1966 ; Gérard Dufour, "Du Plan de Estudios para la Universidad de Sevilla (1768) à El Evangelio en Triunfo (1797) : une même préoccupation d'Olavide", Les Langues Néo-Latines, n° 202, 3ème trimestre, 1972, pp. 34-44 ; Pablo de Olavide, Cartas de Mariano a Antonio (El programa ilustrado de El evangelio en triunfo), Etudes Hispaniques 16, Université de Provence 1988, pp. 5-35 ; Luis Perdices Blás. Pablo de Olavide (1725-1823), el ilustrado, Ed. de Gérard Dufour, 1993.

9 Jean-René Aymes, "Les "Ilustrados" espagnols face au clergé et à l'enseignement de la religion dans les écoles élémentaires et techniques", Jean-René Aymes, Ève-Marie Fell, Jean-Louis Guereña (Eds.), L'enseignement primaire en Espagne et en Amérique Latine, du XVIIIème siècle à nos jours -Politiques éducatives et Réalités Sociales-, C.I.R.E.M.I.A., Série "Etudes hispaniques VI-VII, Publications de l'Université de Tours, 1986, pp. 41-64.

10 Petit ouvrage publié à Madrid ai 1797, consultable à la Bibliothèque Nationale de Madrid.

11 Pedro Rodriguez de Campomanes, Discurso sobre la educación de los artesanos, Madrid, 1775 -Edition consultée, avec un prologue de Francisco Aguilar Piñal, Editora Nacional, Madrid, 1978- Cf. également l'article de Julia Varela, op. cit., pp. 255-257.

12 Francisco de Cabarrús, Cartas sobre los obstáculos que la naturaleza, la opinión y las leyes oponen a la felicidad pública, avec une étude préliminaire de José Antonio Maravall, Madrid, Castellote editor, 1973.

13 Femando de La Flor, El Semanario Erudito y Curioso de Salamanca (1793-1798), Salamanca, Ediciones de la Diputación de Salamanca, 1988, p. 105.

14 Op. cit., vol. I, p. 271.

15 Cf. par exemple, Paulette Demerson, "Tres instrumentos pedagógicos del siglo XVIII : la Cartilla, el Arte de escribir y el Catón", in L'Enseignement primaire en Espagne, op. cit., pp. 31-40.

16 Beatriz Cienfuegos, Pensadora Gaditana, Cádiz, "Pensamiento XXIII", 1786, t. II, p. 234.

17 Op. cit., p. 86.

18 Colección de ideas elementales de educación para el uso de una academia de maestros de primeras letras y padres de familia en la ciudad de Sevilla : presidida por los señores Don Joseph López Herreros del Consejo de S.M. Alcalde del Crimen en su Real Audiencia y Don Francisco Barrera Benavides, Sindico Personero de su Común, ambos de la Real Sociedad Patriótica, s. d. (c. 1782), p. 11.

19 Op. cit., t. I, Libro II, cap. IX.

20 El Pensador Matritense, s.d., t. I, "Pensamiento VIII".

21 Comentario de D. José Isidoro Morales al excelentísimo señor don Joseph Mazarredo sobre la enseñanza de su hija, Imprenta Gabriel de Sancha, Madrid, 1796, in Escritos Pedagógicos, op. cit., vol. I, pp. 279-289.

22 t. I. "Pensamiento VIII".

23 Cf. par exemple, Agustín Ginesta, El conservador de los niños, Madrid, 1797.

24 José Agustín Ibáñez de la Rentería, "Discurso segundo sobre la educación de la juventud en punto a estudios" (1780), in Escritos Pedagógicos, op. cit., vol. II, p. 361.

25 Juan Antonio González Cañaveras, "Plan de educación" (1767), in Escritos Pedagógicas, vol. II, p. 411.

26 Francisco de Tóxar, La filósofa por amor o carta de dos amantes apasionados y virtuosos que dio a luz don Francisco de Tóxar, Salamanca, 1814, (1Ére ed. 1799), p. 35.

27 "Discurso teórico-práctico sobre la educación de la infancia dirigida a los padres de familia (1786), in Escritos Pedagógicos, op. cit., vol. II, pp. 363-398.

28 Op. cit., t. I, "Pensamiento ΧΠ".

29 Op. cit., p. 13.

30 Op. cit., Carta XXXVI.

31 La presse espagnole de 1737 à 1791, Paris, Centre de Recherches Hispaniques, 1973, p. 392.

32 Eusebio Madrid, Ed. Sancha, 1786-1788.
Sur ce roman cf. en particulier : Jeanne Isaac, Les vicissitudes, de 1786 à 1851, d'un roman rousseauiste en Espagne : Eusebio de Pedro Montengón, thèse de doctorat de 3ème cycle, Université de Bordeaux III.

33 Cet ultime énoncé est emprunté à Maria del Mar del Pozo Andrés, auteur d'un article consacré à Traggia : "Pensamiento pedagógico de un ilustrado español desconocido : Joaquín Traggia (1748-1813)", Revista española de Pedagogía, Madrid, n° 166, t. XLII, octobre-décembre 1984, p. 594.

Auteur

Université de Paris III, C.I.R.E.M.I.A.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540