Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Famille et éducation en Espagne et en Amérique Latine

 | 
Jean-Louis Guereña

III. Modèles et contre-modèles

Antonio López de Vega et l'éducation : le temps des ruptures

Jean-Michel Laspéras

Texte intégral

  • 1 La contribution de Nieves Baranda ("Escritos para la educación de los nobles en los siglos XVI y XV (...)

1Trois œuvres témoignent de la réflexion tout à fait nouvelle et novatrice que mène Antonio López de Vega sur la noblesse. Heráclito y Demócrito de nuestro siglo occupe tout particulièrement une place à part dans l'ensemble des traités d'éducation qui se sont succédés en Espagne depuis le Moyen Age. La réflexion menée par ce chapelain de Philippe IV rompt sur bien des fronts avec les théories ou les préceptes dominants égrenés au fil des manuels ou des traités dont on ne prétendra pas dresser ici la liste ni faire l'analyse1, mais dont on notera seulement qu'Us se distinguent le plus souvent par leur uniformité, oscillant entre le statut de Traité sur l'éducation du prince et Manuel de savoir-vivre. Beaucoup condamnent la routine médiévale et tentent même une rénovation méthodologique pour ce qui est de la Logique, de la Théologie, de la Médecine ou de la Philologie. Se distingue véritablement le De tradentis discipliniis (1531) de Juan Luis Vives qui fait une large place à une réflexion tant psychologique que pédagogique et ouvre une perspective où viennent se ranger Espejo del príncipe cristiano de Francisco de Monzón (1544), Examen de ingenios de Juan Huarte de San Juan (1575), La Perfecta casada de fray Luis de León (1583), les deux manuels de Juan Lorenzo Palmireno, Instrucción de maestros y escuela de novicios (1580) et El Latino de repente (1584), ou encore Filosofía moral de príncipes de Juan de Torres (1594). Tous ont en commun le même souci pédagogique de subordonner l'éducation à la nature de chacun, au nom le plus souvent de la doctrine chrétienne, en même temps qu'ils tentent -la médecine chez Juan Huarte en est un exemple- d'articuler la connaissance acquise sur une pratique, une "formation professionnelle" dirions-nous aujourd'hui. Aucun ne s'interroge toutefois sur la nature ou la philosophie et moins encore sur l'épistémologie de chacune des matières enseignées.

  • 2 On relira avec intérêt les réflexions de Pedro López de Montoya, Libro de la buena educación y ense (...)

2Par ailleurs, la majorité des traités concernés s'inscrit dans la période de crise du groupe dominant2, et plus généralement de l'institution monarchique. Comme celui de Diego Gurrea, Arte de enseñar hijos de príncipes y señores (Lérida, 1627), ils s'apparentent plus à des manuels de savoir vivre et de se gouverner qu'à d'authentiques traités d'éducation.

  • 3 Emilio Hernández, Las ideas pedagógicas del doctor Pedro López de Montoya, Madrid, 1947.
  • 4 Pedro López de Montoya, op. cit., f. 163. (Pour les citations, l'orthographe a été respectée ; seul (...)

3Aussi, malgré de notables avancées en matière pédagogique3, rares sont les ouvrages qui se sont intéressés au contenu des études, aux matières enseignées, préférant gloser, à quelques nuances près, ce que les prédécesseurs avaient eux-mêmes écrit ou puisé à des sources antiques. Seul un ouvrage, qui connut par ailleurs un succès durable, le Libro de la buena educación y enseñanza de los nobles (Madrid, 1595) de Pedro López de Montoya, apporte une dimension nouvelle, en proposant un plan d'études différent du Trivium et du Quadrivium médiévaux4, et en dévoilant la Philosophie et la finalité de ses propositions. S'étonner de l'absence de ce qui ressort aux concepts modernes de Sciences naturelles, de Physique ou de Chimie relèverait de l'anachronisme ; ces matières n'entraient pas alors dans le champ du savoir. Il reste que la référence méthodique et méthodologique à l'Histoire et aux autres Arts comme la Grammaire, le Latin, l'Astronomie, la Rhétorique, la Didactique, la Philosophie naturelle et morale, la Musique, les Mathématiques et la Géographie, de même que la qualité du jugement sur le rôle de chacun d'eux dans l'éducation des nobles, enseignent que nous sommes au cœur d'un débat en même temps que d'une interrogation à la fois sur l'éducation et sur le monde. Or les quelques décennies qui séparent l'œuvre de López de Montoya de celle de López de Vega montrent le chemin parcouru par ce dernier et la place particulière qui est la sienne dans la Philosophie espagnole du XVIIème Le thème de l'éducation s'inscrit dans l'œuvre de López de Vega dans un ensemble plus vaste où l'objet de ses réflexions concerne la noblesse et "l'homme nouveau" qu'il tente de définir. En effet, non content de remettre en cause l'analyse et les visées pédagogiques de ses prédécesseurs, il mène une réflexion épistémologique sur les matières proposées pour la formation de ce nouvel enseigné, ce nuevo varón à naître, dont nous essaierons d'esquisser les traits.

Un plan d'études

4Placées sous la bannière de la religion, les propositions pédagogiques de Pedro López de Montoya apparaissent somme toute des plus convenues. Certaines critiques fuseraient-elles de ça de là, elles dénoncent davantage des archaïsmes qu'elles n'envisagent de nouveautés à proprement parler : Religion, Histoire (l'éducation morale par l'exemple), Langues latine, castillane, Grammaire (la clef du savoir), Rhétorique, Dialectique, Philosophie, Astronomie, Musique, Mathématiques, Théologie (le savoir suprême).

5La Grammaire et le Latin suscitent force récriminations de la part de l'auteur. Il se plaint de la qualité désastreuse de leur enseignement en des termes particulièrement acerbes :

"Que los Gramáticos enseñan tan asquerosamente, y con tantas impertinencias, que a los nobles les será mucho mejor no saber Latín" (f. 53 v°).

6Sa position ne manque pourtant pas d'être contradictoire. D'une part il se montre critique quant aux vertus pédagogiques de la matière enseignée (f. 54 r°), de l'autre, au chapitre XVI intitulé ¿Qué ciencias se han de enseñar a los nobles ?, il propose comme clé du savoir la Grammaire et la langue latines (f. 75 v°) non sans affirmer que l'apprentissage en serait bien préférable s'il se faisait en castillan (f. 76 v°).

  • 5 "Toda doctrina y enseñança, dire Aristotiles, que ha de proceder de cosas sabidas y claras a las es (...)

7Ces quelques réflexions mettent en lumière deux aspects intéressants qu'il n'est pas possible de développer ici ; l'un concerne les difficultés que devaient éprouver les enseignés et l'archaïsme linguistique qui présidait alors. S'explique alors que López de Montoya en appelle à l'autorité d'Aristote pour suggérer que quantité n'est pas gage de qualité et aussi pour énoncer ce qui n'était nullement acquis à l'époque, à savoir que ce qui se conçoit bien s'énonce clairement5. L'autre question suscitée introduit un débat plus spécifique, un questionnement si ce n'est une remise en cause de la validité du latin comme langue universelle.

8De l'Astrologie, de la Musique et des Mathématiques, il est dit qu'elles recèlent des éléments à la fois plaisants et profitables, "de gusto y provecho", et peuvent non seulement être de quelque utilité mais encore donner le premier essor, la curiosité aidant, à qui voudrait les cultiver ultérieurement.

"El deseo de saber le incitará para procurar el conocimiento de todas las artes liberales, que son la propia ocupación de los nobles" (f. 83 r°),

9écrit López de Montoya de l'Astrologie, non sans mentionner que l'étude de la sphère, la théorie des planètes, le fonctionnement de l'astrolabe ou des pendules sont de possibles avancées dans la connaissance.

10De la Musique il affirme :

"Pero assí como es bien que los príncipes gusten de la música a sus tiempos, assí me parece escusado el ocuparse en aprender el uso della para exercitarla" (ibid.).

11Pour ce qui est des Mathématiques enfin, laissons-les-propose-t-il-à des esprits plus libres et plus ouverts :

"Los que tuvieren más tiempo y dispusición de ingenio para estudiar, y saber las Matemáticas cumplidamente, sin duda alguna les será de mucha recreación y provecho" (f. 84 r°).

12Quand bien même on rapprocherait cette phrase des lignes qui inaugurent ce chapitre de l'œuvre quant aux arts libéraux,

"Para los nobles el tener una breve noticia de todas ellas, aprendiendo las verdades principales, el argumento de que tratan y los principios porque proceden, y el orden que tienen entre sí, pues esto se puede hazer por compendio, y sin dar todo el tiempo y cuydado a estos estudios" (ff. 82v°-83r°),

13on ne peut, en dépit des apparences, arguer d'un dilettantisme ou d'un épicurisme bien entendus. La réflexion sur les Mathématiques se clôture en effet par le conseil ou la prescription suivante :

"Pero si no ay lugar para saberse, no se ha de dexar por ellas el estudio de la Filosofía natural y moral" (f. 84 r°).

14On voit dès lors, à travers ces lignes, que ne sont pas absentes, loin s'en faut, des préoccupations morales et parénétiques. Pour López de Montoya, quel que soit le niveau d'érudition, il doit nécessairement conduire à la vertu. Comme la Grammaire, la Rhétorique doit s'insérer dans ce dessein :

"Es de grande provecho, como se ve claramente en todos los libros de los grandes Filósofos, y de los santos de la Iglesia, en cuya do[c]trina resplandece y se muestra mucho lo que vale el conocimiento desta ciencia" (f. 81 v°).

  • 6 Ibid., ch. XVI, n° 2.

15Mais, si l'on excepte la Théologie, quelle science mieux que l'Histoire est à même et sous toutes ses formes (peintures, tapisseries, statues, histoire sainte, chroniques) d'agir sur l'intuition des élèves en fournissant les exemples qui éclairent la conduite, corrigent les mauvais penchants, incitent au bien, en un mot façonnent le vrai chrétien ? (f. 78 r°). Renchérit López de Montoya, ne dérogeant sur ce point en rien à la primauté et à l'exemplarité sans cesse affirmées de l'Histoire, car, assure-t-il, "Los exemplos de los mayores son muy eficaces para mover los ánimos de la juventud"6. Et d'en appeler à l'autorité (la auctoritas) non seulement de l'Ancien Testament ou de Pères de l'Eglise, mais aussi à celle des historiens latins tels que César, Pline ou Salluste.

16Au reste, malgré ses efforts pour rendre lisible une didactique de l'histoire, notre auteur demeure bien homme de son temps. Prisonnier à la fois du mythe de l'exemplarité de l'Histoire et de la chronologie ainsi que de la référence traditionnelle et obligée à la sphère des événements révolus rapportés par l'historiographie antique ou sacrée, il manifeste, comme ses contemporains, son incapacité à relier les faits entre eux, à en proposer un enchaînement logique.

17La perspective dans laquelle s'inscrit López de Montoya est donc simple, autant il se méfie de l'éducation générale, dont le champ d'application et l'objet sont multiples et le temps consacré à l'étude trop long, autant une éducation pratique risquerait d'aller à l'encontre de l'idée de noblesse et faire perdre au prince le sens de ses devoirs. On se souviendra alors de l'anecdote qu'il rapporte sur Philippe de Macédoine : désirant rivaliser sur un point avec un musicien, le roi se vit opposer cet argument :

"Nunca Dios quiera, o Rey, [...] que tú sepas esto mejor que yo, pareciéndole que quien tenía otras cosas más importantes de saber para el goviemo de sus Reynos, no era bien ser tan curioso, y tan aventajado en saber aquello" (ff. 83v°-84r°).

  • 7 Nul mieux que Juan Pérez de Montalbán n'a su faire le partage traditionnel entre les arts libéraux (...)
  • 8 Ch. III du livre II, "De las cosas que deve saber el principe..., p. 54.

18En 1633, dans Del maestro del príncipe, Jerónimo Fernández de Otero défend l'étude des "arts libéraux" et plus particulièrement des "lettres"7, même si l'Antiquité a montré que parmi ceux qui s'y étaient adonnés avec le plus d'application figuraient Néron, Claude et Tibère8. Il plaide néanmoins pour leur étude afin que le prince puisse faire les bons choix, "saber hacer elección de lo bueno", car, "ornement de l'esprit" :

"Todo esto remedian las letras, ordenando la vida propia, y administrando los consejos y pareceres necessarios para el buen goviemo de las agenas" (f. 57 a).

19Et d'ajouter :

"Bien probado queda, quan importante, y aun necessario es, que el Príncipe sepa, y estudie todo lo que le pueda aprovechar para el goviemo de su persona, y de sus Estados y Señoríos, como es leer y escrivir las lenguas, por lo menos Latina, Griega, Alemana, Francesa y Italiana, que son las más universales, sino para hablarlas, a lo menos para entender a quien le hablare en ellas, y los libros [...] llenos de curiosidades, historias, y exemplares, que le podrán ser de grandíssimo provecho en muchas ocasiones" (f. 58 b).

  • 9 Ibid., f. 58 b, "Como si leyera libros de historias".

20D'autres arts libéraux comme la Dialectique, la Philosophie ou l'Arithmétique sont rapidement évoqués, mais la démonstration est faible, parfois indigente, et le rôle assigné aux arts libéraux, tout comme la réflexion qu'ils sous-tendent, restent bien banals et traditionnels. En dépit des faiblesses qu'il manifeste, ce texte ne manque pas d'être révélateur d'une constante, celle du critère d'utilité. Fernández de Otero y qualifie par exemple l'Arithmétique de "première des Sciences Mathématiques"(f. 59 b) pour la projection militaire qui peut en être faite : "nombres, surfaces planes, solides, lattitude, longitude, altitude" permettent au Prince, de son palais, de guider les opérations. Quant aux lois, dont ce dernier peut faire lecture pour se divertir, elles sont à considérer dans une dimension exemplaire et parénétique ; le seul fait de convoquer le terme "histoires" au pluriel renvoie bien évidemment à toute la tradition des récits exemplaires9.

21Ainsi, quand l'accent est mis sur le concept d'utilité et que ne cessent d'affleurer les survenances de servir, provecho / aprovechar, ejemplar, la parenté avec l'œuvre de Pedro López de Montoya apparaît à l'évidence. Arguer toutefois d'un utilitarisme strictement politique, directement opératoire, à l'usage du prince comme de l'honnête homme -une aurea quisque mediocritas en quelque sorte-, serait un leurre dans la mesure où le concept utilitaire que déclinent les termes cités plus haut ne repose sur rien de tangible ou de pragmatique. Il s'inscrit plutôt dans une visée parénétique où tout ce qui concerne l'éducation et les matières enseignées ou étudiées est comme courbé en avant, calé derrière la référence au Concile de Trente afin d'assurer la formation chrétienne du jeune noble par une élévation morale où s'exalte la vertu.

22A l'examen de la litanie de traités d'éducation du prince ou du noble, l'idée s'impose peu à peu qu'il sont pour le groupe dominant ou ceux qui aspirent à l'intégrer une manière de se défendre en prônant par l'exercice des sciences et des arts libéraux celui de la vertu. Sans doute y aurait-il un travail intéressant à mener sur ce point en considérant de tels recueils moins comme des traités d'éducation stricto sensu que comme un miroir, une version de l'espejo de principes ou, sous la forme d'un plaidoyer, le groupe dominant se justifierait et stimulerait les siens à conserver une image qui peu à peu se ternit et se dégrade. Le pédagogique entrerait alors dans cette sorte de crispation identitaire qui transparaît dans d'autres genres comme la nouvelle, la chorographie, l'histoire des villes.

Antonio López de Vega, la formation et son destinataire

Une pensée nouvelle

  • 10 Juan Huarte de San Juan, Examen de ingenios (1594), Madrid, Cátedra, 1989, p. 400.
  • 11 Antonio López de Vega, Heráclito y Demócrito de nuestro siglo, Madrid, 1641, p. 29.

"La teología escolástica es cierto que pertenece al entendimiento, supuesto que las obras de esta potencia son distinguir, inferir, raciocinar, juzgar y eligir"10.
"Los puntos más serios de las dos filosofías nos suelen dar materia a la conversación. Arrímase lo escolástico. Discúrrese sobre lo sólido"11.

23Ces deux phrases, l'une de Juan Huarte de San Juan, l'autre d'Antonio Lóoez de Vega montrent l'écart qui se creuse en près d'un demi Steele en matière de réflexion sur l'éducation. Ainsi, quand dans Heráclito y Demócrito de nuestro siglo, le premier personnage éponyme défend la théorie contre la pratique :

"Quanto me agradan los que en la Natural Filosofía se aplican a las especulaciones de su Teórica, tanto me lastiman los que se desvelan en algunos costosos devaneos de su Práctica" (p. 203),

  • 12 Ces lignes reprennent les conclusions de l'excellent mémoire de maîtrise préparé sous notre directi (...)

24il inaugure un des débats essentiels de l'œuvre d'Antonio López de Vega où pour la première fois à notre connaissance, la réflexion épistémologique précède la visée pédagogique et formatrice12.

25Dans le Dialogue III intitulé De las letras, la démarche apparaît clairement dans le sous-titre, De los Históricos, Filósofos naturales, i Astrólogas (f. 194 v°). Ranger ces trois catégories sous un même titre revient a signifier que ce ne sont pas les sciences elles mêmes qui sont mises en question mais ceux qui les enseignent ou dissertent sur elles, preuve qu'elles sont intrinsèquement et fondamentalement bonnes et qu'elles sont viciées par l'usage qui en est fait. De la aussi l'économie tenue pour salutaire que l'auteur fait des maîtres et des parents. L'absence de famille, le fait de soustraire la personne réceptrice au poids ou a la pression d'une éducation parentale revient à occulter sinon à faire table rase d'un conditionnement idéologique, religieux surtout, aux mains des institutions ecclésiastiques.

Astrologie, Chimie, Philosophie naturelle : de l'expérimentation

  • 13 Algunos indigestos y desatados principios de Filosofía", p. 207.

26Démocrite remarque que l'occupation délectable qui a pour nom la philosophie consiste à tenter de percer les mystères naturels. Vanité qui s'exerce au détriment des biens et de l'honneur, estime-t-il (p. 204). L'art des docteurs qu'il qualifie d'ignares sert en effet davantage à faire triompher un point de vue emprunté aux Anciens et amplement glosé qu'à nous gouverner et a nous faire vivre plus longtemps et mieux (p. 224). López de Vega ne cesse de mettre en avant l'ignorance ou plutôt la connaissance superficielle de quelques principes de philosophie indigestes et livrés tout à trac13, qui ne permettent pas a l'Esprit e mener à bien l'expérimentation (p. 206).

27Il réfute d'ailleurs pour la philosophie naturelle le terme de science, alléguant avant tout le devoir d'humilité devant les mystères cachés de la providence (p. 222). Pruebas, experimentar, ces termes fondamentaux dont la nouveauté ne sera jamais assez soulignée sont appliqués aussi bien à la Philosophie naturelle qu'à d'autres sciences et s'opposeront donc à ces maîtres mots accusateurs que résume l'expression de tropelías filosóficas (p. 207).

28Par la crédulité qu'elle engendre, l'Astrologie est nocive à la fois pour l'individu et pour la République ; l'appétit de connaître le caché et l'avenir ne peut conduire qu'à l'erreur, à la passivité ou au manque d'esprit d'entreprise (pp. 211-212). La démonstration se base sur les thèmes du désir ou du chagrin non justifiés qui accompagnent tout pronostic, toute vaticination. La négation de la validité d'une science réputée comme telle se conclura au nom du libre-arbitre. Ce n'est pas qu'Antonio López de Vega nie toute influence aux astres, ce qui serait suspect à ses yeux, mais il démonte pièce par pièce l'argumentation des astrologues. S'il commence par l'histoire de l'Astrologie, c'est afin de mieux démontrer que la position des astres, leurs conjonctions et les premières observations qui en furent faites ne peuvent se renouveler au fil des siècles. Ainsi en arrive-t-il, avec cette prescience qui l'honore, à cette interrogation :

"¿Con qué razón nos provarán, que sea regla general en todas las Regiones aquella primera observación que se hizo en una, siendo tan diversas en cada quai las influencias celestes? (p. 214).

29Il pousse même le raisonnement jusqu'à l'absurde en démontrant qu'il est impossible d'énumérer toutes les données astrologiques, car jamais l'observation n'a pu être menée de façon exacte et ponctuelle. Les exemples de la démonstration par l'absurde sont nombreux, d'autant qu'ils révèlent l'inanité des positions et des pronostics (p. 215). Antonio López de Vega se complaît à multiplier les cas (pongamos agora el caso contrario) afin de mener à bien son discours critique de la méthode. Et de citer en exemple ce qui préside à la conception et à la naissance de l'homme (p. 215), ou bien, à partir de la démonstration des astrologues, de pousser le raisonnement jusqu'aux limites de l'absurde.

"Que está en el naufrago la causa de las tempestades, la alteración de los vientos, i descuydo del Piloto. En el soldado que a de morir peleando el origen de la guerra" (p. 216).

30La conclusion qu'il propose demeure toutefois nuancée : les astres ne font pas violence aux passions, ils les inclinent seulement. Et assujettir à la loi des images célestes le libre-arbitre et les accidents de l'existence (cosas fortuitas), n'est qu'ignorance et impiété, (p. 219).

31Les Mathématiques ne trouvent grâce à ses yeux que dans la mesure où elles ont une utilité et ne sont pas exclusivement spéculatives. Certes, spéculer sur les causes et les effets de l'Univers, comme curiosité qui développe l'espnt (un curioso exercicio, o una delectable curiosidad del ingenio, p. 226) ne peut être condamnable, à la condition toutefois que ce ne soit pas l'activité essentielle (p. 225).

32A propos de la Médecine, Héraclite prend son contradicteur au mot, puisqu'il a parlé de conservation de la vie de l'homme. La condamnation est de même sens que les précédentes (p. 227).

33Les termes employés par López de Vega sont on ne peut plus clairs et reprennent la philosophie qui prévalait pour la Chimie et la Philosophie naturelle. Experiencia i practica, comprobar prudencialmente, probabilidad, observaciones s'opposent à teórica, inútil, vano, inútil et nous enjoignent de considérer les maux engendrés par de vaines théories, toutes ces vies sacrifiées a manos de la mal científica violencia fenecidas (p. 228). Le moment fort de la diatribe qui traite les médecins de linaje de Homicidas (p. 228) ne saurait être tenu pour un topique facile qui ne déparerait pas les pages d'un Francisco de Quevedo ; les lignes qui la précèdent prétendent démontrer "scientifiquement" les erreurs dont s'est rendue coupable la corporation.

34En conclusion, l'auteur de Heráclito y Demócrito rejette la spéculation oiseuse et rhétorique de tous ces beaux parleurs de la scolastique (p. 226).

Enfin l'Histoire

35Antonio López de Vega la tient pour partie intégrante des "lettres humaines" (p. 201), sauf pour ce qui est de l'histoire religieuse qu'il traite avec prudence, arguant de l'impossibilité pour l'homme de pénétrer les voies de la providence. La mise en garde de Démocrite est catégorique quant aux effets bénéfiques de la leçon de l'histoire, puisque sont niés les préceptes pédagogiques si souvent et si longtemps édictés avant la publication de Heráclito y Democrito de nuestro siglo :

"Ninguno he visto en quien la Historia humana se pudiesse alabar de aver obrado el milagro de la reducción, o la adquisición de la Cordura" (p. 190).

36Bien au contraire, elle ne sert qu'à briller en société (pompa vana, quando no sea de maligna curiosidad, p. 201) et à transférer sur la mémoire ce qui aurait dû profiter à l'esprit. Quelques sentences, quelques aphorismes seulement peuvent être de quelque utilité pour des juges ou des ministres (p. 201).

37Au Dialogue III, Héraclite et Démocrite s'affrontent dans leur conception de l'histoire "Science la plus importante de l'humanité" (p. 197), proclame le premier parce que précisément elle offre des exemples à imiter. Erreur, rétorque son interlocuteur non sans quelque ironie. Et de développer à cet effet une question méthodologique de premier ordre puisqu'il s'agit rien moins que de remettre en question la valeur du témoignage :

"No creo hallaréis jamás entre los Hombres relación uniforme en todo, aunque [...] se haga por los mismos, que al caso que se refiere se hallaron presentes (p. 189)".

38La démonstration fait état de toutes les circonstances qui peuvent amener à dénaturer la vérité. Comme le démontre Renaud Malavialle, nous sommes en présence d'une analyse épistémologique d'une grande rigueur et d'une grande nouveauté, puisque c'est la première fois véritablement que l'Histoire est considérée et étudiée comme une science exacte et que l'historien est remis en question dans sa démarche. Pour ce faire, Antonio López de Vega s'appuie sur la raison qui permet à l'esprit de douter des causes et des explications de tel ou tel événement. Alors que Pedro López de Montoya et tous les contemporains se contentaient d'alléguer l'Histoire et les faits de façon morcelée, sans lien unificateur, nous avons ici la preuve d'une conscience très moderne qui fait état de l'impossibilité de l'esprit à embrasser la totalité des causes déterminantes (p. 200).

39La richesse et la profondeur de la réflexion se retrouveront plus tard dans ces lignes des Paradoxas racionales que nous ne pouvons manquer de reproduire.

"Por unos muy bachilleres en la lección de la historia lo digo, i más aficionados en ella a lo genealógico, derivaciones, principios, progressos, declinaciones i mezclas de los linajes que a las noticias del goviemo del mundo, de que confiesso que muchos varones graves han hecho no pequeña estimación, aunque a mí, con perdón suyo, nunca me pareció que se le devía otra que la que merecen las artes que piden más memoria que entendimiento, no sirviendo de otra cosa a los que professan vida particular i no tienen a su cargo el goviemo de la repúblicas (para cuyo acierto es estudio conveniente) que de hazerlos habladores, porque aquello de los documentos morales i advertencias o incentivos del exemple que blasonan que de ella se sacan muestran la experiencia cotidiana ser en quanto al efeto de la enseñanza o reformación de sus lectores una aprehensión errada, pues a ninguno de los más doctos en ella vemos por esso ni de mejores costumbres ni de acciones más prudentes, antes notados, muchos que aquí pudiera nombrar, no sólo de menos entendidos que los otros i de poco discursivos en todo lo que se les ofrece, mas también de mucha dissolución en sus passiones i desenfrenamiento en sus antojos". (Paradoxas racionales, p. 27).

Formation et public

40Pedro López de Montoya et ceux qui souscrivaient aux même conceptions éducatives proposaient un guide technique, exhaustif, à des parents soucieux de l'éducation de leur noble descendance. Eugénisme et éducation formaient l'essentiel du Libro de la buena educación de principes y señores, lequel n'avait rien non plus d'un manuel humaniste. Antonio López de Vega élimine a dessein le maître e minimise le poids d'une éducation parentale ; elle apparaît rarement a peine esquissée ou citée pour ce qui est de l'Arithmétique et de la Rhétorique. Contrairement à des traités tels que El Maestro del Principe de Jerónimo Fernández de Otero (1633), l'absence de maître et de famille fait non seulement table rase d'une éducation aux mains d'institutions mais vise à créer un homme mature dont l'accès aux livres et aux savoirs se réalise hors de la contrainte d'un conditionnement idéologique. Néanmoins, dans Héráclito y Demócrito, la difficulté consiste à cerner ce qu'il faut entendre par perfecto señor, nuevo varón. L'homme nouveau, nuevo varón, nuevo filósofo, ou quel que soit le nom qui lui est donne dans le texte, ne peut être que d'élite et appartenir à une conception philosophique idéale d'un nouveau type de noble dans la perspective de son accomplissement. De la sorte, tout ce qui a été dit dans les chapitres ou les dialogues précédents concourt à actualiser cette formation :

"[Quiero] sacar de todo lo razonado en el punto de las letras lo que de ellas pueda convenir a la formación deste nuevo sabio, que propusimos por último" (p. 292).

41Ce modèle de perfection philosophique doit avoir comme qualité première la raison, qu'elle s'appelle juicio, razón ou entendimiento (p. 293). Quand bien même serait-elle le don gratuit de la Nature, elle n'est rien sans l'experimentation, rien n'est comparable à :

"La capacidad, i aptitud, con que sepa, no sólo dicemir lo sólido de lo futil i vano, abraçar la verdad, reconocer lo verosímil, i burlarse de las bachillerías sofísticas; sino también mirar, i reconocer con desengaño quanto se presume saber, i quan poco se sabe (p. 293).

42"Con desengaño" : laissant de côté tout commentaire sur la valeur du terme dans l'Espagne du XVIIème, l'on se contentera de reconnaître dans sa citation une conception prudente du philosophe avisé, d'inspiration socratique dans sa sagesse et qui ne cherche point un savoir encyclopédique et enthousiaste comme le prônaient les humanistes. C'est bien le sage du temps, tel que nous l'a esquisse José Antonio Maravall, un sage empreint de doute, tenu par les limites de la connaissance qu'impose sa condition d'homme. Aussi cette quête de l'essence humaine passe avant l'explication Physique du monde, et la Philosophie naturaliste cède le pas à la Philosophie morale inspirée par Socrate :

"Como tal, sólo el [estudio] de la moral tuvo por digno del total empleo de su entendimiento" (p. 311).

43Le sage doit donc vivre paisiblement et savoir se gouverner, ce qui suppose une formation qui fuit d'abord toute extrémité ("savoir par cœur n'est pas savoir disait Montaigne). A cet effet López de Vega s'en remet pour la première fois a l'Antiquité et à ceux qui de façon erronée tenaient Thaïes et Anaxagore pour très savants, car ils en délaissèrent leurs biens et l'intégrité de leur personne (p. 338). Ensuite doit primer le discernement (pp. 337 et 365).

44Modération donc, instituée comme vertu première bien plus que le savoir encyclopédique, estimable certes, mais teinté d'une soif de considération. Mais modération exigeante qui refuse toute lacune et apparente notre philosophe-le courtisan en moins-à l'honnête homme du Grand Siècle français. Car c'est au nom de la philosophie morale, pour mieux l'appréhender et la cultiver, que López de Vega refuse tout encyclopédisme confus, toute spécialisation réductrice.

"La más legítima disciplina del hombre, y la más digna de su aplicación, es la que hoy tenemos entre manos ; que si es Animal racional, i sociable, esto es civil, [¿] a cuál deberá mayor cuidado que a la que igualmente le enseñará a proceder conforme a la Razón que a vivir y saber portarse en compañía de los demás? De ésta, pues, sólo debe hazer caso nuestro filósofo" (p. 311).

45L'homme est donc animal rationnel et social, et c'est par le discours rationnel, le seul qu'il ait en commun avec ses semblables, qu'il peut se transcender et permettre la cohésion du corps social. Une fois ces concepts affirmés, une fois défini l'objectif de la formation et les conditions de l'émergence de ce nouveau philosophe, de ce nouveau noble qu'il appelle de ses vœux, il reste à López de Vega à définir le type de formation pédagogique qu'il entend lui voir donner. Or, bien qu'il n'accorde à la formation qu'un rôle secondaire, presque d'ornement intellectuel, il ne peut l'éluder complètement, obligé qu'il est de préciser ceci.

"Lo que en orden al exercicio de su instituto más importará haber apréndido, qué estudios deba continuar, cómo y a qué fin deba usar de ellos" (p. 293).

Pour une nouvelle éducation ?

46A la lecture de ce qui précède, un postulat s'impose ; l'éducation que propose López de Vega doit se dispenser sous le règne du juicio, cette faculté de distinguer le bien du mal, le vrai du faux et elle comportera les "arts" que l'on a accoutumé de trouver dans les traités antérieurs.

47Laissons de côté le grec, affirme péremptoirement López de Vega. Il est à ses yeux inutile pour avoir été cultivé par ces "gramáticos permanentes" (p. 297) qu'il a tant décriés. S'il n'y a pas supériorité du latin sur les autres langues, celui-ci continue à remplir de multiples rôles au delà de celui de langue universelle. Il assure d'une part le partage social en permettant de conserver ou d'acquérir ce qu'il nomme "la estimación común" (p. 296). Il permet de l'autre d'accéder aux auteurs de l'Antiquité :

"En ella nos comunican, por la mayor parte, sus tesoros intelectuales".

48Pour les autres langues, il ironise en déclarant : "Los puramente sabios de lenguas me provocan risa" (p. 298). Voilà un programme bien mince et passablement conformiste, même s'il fait la part belle à la langue maternelle.

49Afin que le sage conserve son image dans la société, il doit cultiver l'Eloquence et la Rhétorique classiques qui améliorent les qualités discursives du sujet. Mais celui-ci ne doit pas les étudier jeune pour ne pas devenir pédant ; elles doivent lui venir "naturellement".

50Quant à l'Art poétique, quelques vers lui sont permis, mais, avertit-il

"Séale raro escribir versos; raros por lo perfecto los que escriba, raro y sólo accidente de pasatiempo el comunicarlos" (p. 300).

51Il est aisé de constater que López de Vega passe rapidement sur les matières que nous venons d'énumérer. A son sens, elles participent dans une moindre mesure à la formation. Or s'il a traité très rapidement des lettres et des humanités, les considérant comme "varia lección", il n'en va pas de même des sciences pour lesquelles il réserve une place à part qu'il appartient d'analyser a présent.

52La première, "la Philosophie naturelle", c'est la Physique. Mais de quelle physique s'agit-t-il, puisque la méthode n'est pas encore établie, qu'aucune logique des enchaînements n'anime des cohortes d'ouvrages dénués de rigueur et d'expérimentation, "La copiosa tuiba de libros y tratados que sin añadirnos cosa nueva, ni dar una sola centella de más luz a la verdad escondida, (p. 306) ? Seules la Logique et la Dialectique que le sage a apprises l'autoriseront, une fois informe des fondements, à juger du degré de vraisemblance et de probabilité des theories qui pourront être soumises à son entendement.

53Qu'en est-il par ailleurs des Mathématiques, dont il écrit quelles sont la référence en matière de méthode, de précision, de sûreté de la démonstration ? Démocrite en avait vanté l'utilité dans le développement de la réflexion et il ne les classe plus comme discipline. C'est qu'elles n'ont pas encore acquis a l'époque leur véritable statut, elles ne sont pas un langage commun aux autres sciences. Lopez de Vega estime que les rudiments qui la composent s'intègrent dans la Physique aussi bien que dans d'autres disciplines telles que l'Arithmétique, l'Astronomie, la Cosmographie, la Géométrie, la Musique, auxquelles en général il ne trouve qu'un intérêt pratique et souvent terre-à-terre.

54Pour un "nouveau philosophe" -syntagme privilégié entre tous-, et compte tenu de la richesse de la pensée épistémologique, on pouvait s'attendre à un programme pédagogique plus affirmé et surtout plus soucieux de mettre en avant les qualités de jugement et d'expérimentation. Au lieu de cela le menu est mince, souvent entaché d'un utilitarisme trivial qui rompt avec l'idée alléchante que nous avait proposée López de Vega de ce nouveau noble philosophe. La contradiction se résout en premier lieu dès lors qu'on considère l'impossibilité des sciences de rendre compte de l'anxiété de l'homme du XVIIème lorsqu'il tente par l'esprit de maîtriser le monde, impossibilité-pour ne pas dire impuissance-que trahit l'utilitarisme trivial. Les "sciences" spéculatives sont condamnées pour inutiles et les matières enseignées ne suffisent pas à rendre compte de l'interrogation sur le monde, en un mot à accéder au statut de sciences (sauf peut être l'histoire).

55La contradiction se résout ensuite quand on analyse le discours sur la philosophie naturelle et sur les historiens. A la différence de López de Montoya, pour lequel l'Histoire incite à la vertu par les exemples offerts, López de Vega invalide une telle conception qui veut que les textes sacrés invitent à imiter les Patriarches et l'histoire traditionnelle les hauts faits. Dans Heráclito y Demôcrito de nuestro siglo, il ne prétend pas former les Grands du royaumes, pas plus qu'il ne destine son philosophe à des travaux universels ou devant être retenus par la mémoire des hommes. Il incite seulement à la sagesse, à la sérénité et à la modération. Alors que l'Histoire avait été le fondement de sa démarche épistémologique, elle devient secondaire dès lors qu'elle devient discipline d'étude.

56Au nom du refus de la scolastique et du discours d'autorité, Antonio López de Vega mène donc son combat en faveur de l'exercice de la raison. La meilleure preuve en est le rythme dialectique du discours grâce auquel Démocrite résout rationnellement les problèmes auxquels le confronte Héraclite.

57La modernité qui distingue l'auteur se manifeste dans son désir de s'affranchir d'une théologie surannée, préférant pour le salut de l'âme la médiation de la philosophie morale, alors que Pedro López de Montoya y voyait seulement un élément de préparation, d'initiation à la théologie.

58Antonio López de Vega appartient à ce courant rationaliste qui suppose pour les sciences de nouvelles exigences ; de là ses critiques épistémologiques de la physique et sa lutte contre l'irrationnel, lesquelles l'apparentent au projet cartésien. La finesse de son esprit lui indique les nouvelles problématiques de la connaissance historique. Il ébauche à cette fin une philosophie de l'histoire en refusant son déterminisme linéaire. Et quand bien même il invoquerait l'intervention de la providence, sa raison lui signale les limites de ce déterminisme.

"Sólo a la razón se debe dar autoridad sin que otras autoridades se atrevan en su propio distrito a ocuparle el lugar y a embarrazarle el paso" (p. 363).

Notes

1 La contribution de Nieves Baranda ("Escritos para la educación de los nobles en los siglos XVI y XVII", Bulletin Hispanique, t. 97, 1995, pp. 157-171) apporte une bibliographie indispensable.

2 On relira avec intérêt les réflexions de Pedro López de Montoya, Libro de la buena educación y ensenanza de los nobles, Madrid, 1595, ff. 35 & 63.

3 Emilio Hernández, Las ideas pedagógicas del doctor Pedro López de Montoya, Madrid, 1947.

4 Pedro López de Montoya, op. cit., f. 163. (Pour les citations, l'orthographe a été respectée ; seuls sont ajoutés les accents pour une meilleure lisibilité du texte).

5 "Toda doctrina y enseñança, dire Aristotiles, que ha de proceder de cosas sabidas y claras a las escuras que no se conocen", (f. 75 v°).

6 Ibid., ch. XVI, n° 2.

7 Nul mieux que Juan Pérez de Montalbán n'a su faire le partage traditionnel entre les arts libéraux et les arts mécaniques : Dízense liberales, o porque se exercitan con el entendimiento, que es la parte mas superior del hombre, o porque requiere su exercicio hombres libres y desembaraçados de otros negocios. […] Arte liberal o noble, se llama aquella, en cuyo exercicio prevalece el entendimiento al trabajo del cuerpo y Arte Mecánica, o servil, aquélla donde las manos y el cuerpo tienen más parte que el discurso, y el ingenio, como el Arte del sastre, albañil y çapatero. Juan Pérez de Montalbán, "Discurso de todas las Artes" Para todos, Madrid, 1635, ff. 206 v°-207r°. Dépassant le trivium et le quadrivium médiévaux c'est-à-dire sept arts libéraux, l'auteur range en outre sous ce concept la médecine, la junsprudence et l'art militaire. Ibid., f. 207 v°.

8 Ch. III du livre II, "De las cosas que deve saber el principe..., p. 54.

9 Ibid., f. 58 b, "Como si leyera libros de historias".

10 Juan Huarte de San Juan, Examen de ingenios (1594), Madrid, Cátedra, 1989, p. 400.

11 Antonio López de Vega, Heráclito y Demócrito de nuestro siglo, Madrid, 1641, p. 29.

12 Ces lignes reprennent les conclusions de l'excellent mémoire de maîtrise préparé sous notre direction de Renaud Malavialle, L'Éducation du philosophe selon López de Vega dans Heráclito y Demócrito de nuestro siglo, Université Paul Valéry, 1993.

13 Algunos indigestos y desatados principios de Filosofía", p. 207.

Auteur

Université Paul Valéry, Montpellier III

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540