Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Robert Beck
, 
Anna Madœuf

I - Dimensions identitaires

Les loisirs dans le compagnonnage au xixe siècle*

Jean-Marie Moine

Texte intégral

  • * Mes plus vifs remerciements vont au Musée du compagnonnage de Tours pour son appui documentaire et (...)
  • 1 C’est un thème du reste marginal dans l’historiographie de la classe ouvrière. Voir par exemple le (...)
  • 2 Le compagnonnage, son histoire, ses coutumes, ses règlements et ses rites, Paris, Librairie du Com (...)
  • 3 Les compagnons en France du Moyen Age à nos jours, Paris, Éditions Ouvrières, 1966 ; dans le chapi (...)
  • 4 Le compagnonnage en France, Paris, Payot, 1978, p. 191-192, 243, 257-258. Cinq occurrences sur la (...)
  • 5 Histoire du compagnonnage, Lyon, Horvath, 1992, p. 55-57, 74.
  • 6 Ils voyageaient la France, Vie et traditions des compagnons du tour de France au xixe siècle, Pari (...)

1Évoquer le compagnonnage ne conduit pas à envisager d’emblée le loisir et la distraction. Le compagnonnage est un type d’association dont les modes de fonctionnement sont étroitement liés au travail : formation professionnelle en suivant les étapes d’un cursus (accession à des grades pendant le Tour de France), sélection d’une élite ouvrière sur les critères du bel ouvrage. Le tout s’incarnant dans des formes et pratiques sociales fortement marquées par les traditions. Dans l’historiographie du compagnonnage les loisirs occupent la portion congrue1. Étienne Martin Saint-Léon, en 1901, a consacré trois lignes aux distractions : « Le soir on se retrouve, on devise gaiement, on fume, on joue aux cartes ou aux dominos. Parfois quelque ténor ou baryton improvisé se fait entendre et l’heure du repos arrive… ». Complétées par une note opposant la « conduite beaucoup plus régulière » et les « mœurs plus honnêtes » des compagnons aux « tentations dégradantes » auxquelles cédaient « la grande majorité des autres ouvriers », surtout les célibataires ; et une page sur la chanson pour en souligner l’importance2. Dans la même ligne Émile Coornaert, qui a cité les trois lignes de son prédécesseur, s’est limité au côté bien ordonné de la sociabilité compagnonnique : on buvait « en règle » tant dans les circonstances solennelles qu’à l’improviste. S’il s’est étendu un peu plus c’est aussi sur la chanson3. Semblable orientation : brièveté du propos, accent sur les loisirs codifiés, chez Jean-Pierre Bayard4 et Abel Poitrineau5. Il n’y a guère que Pierre Barret et Jean-Noël Gurgand qui ont accordé une place importante aux loisirs avec un chapitre spécial : « Les habits du dimanche », tout en demeurant dans la tradition par la caractérisation globale de la distraction chez les compagnons : « modeste et éprouvée »6.

2L’originalité de cet ouvrage, à la perspective quasi ethnologique, c’est qu’il est fondé sur une utilisation beaucoup plus copieuse des mémoires et autobiographies. Qui ont été aussi ma source essentielle. Les informations relatives aux loisirs y sont nettement plus abondantes qu’on ne pourrait s’y attendre a priori et elles permettent de brosser un tableau, impressionniste certes, mais plus par une multiplicité de petites touches que par de grands coups de pinceau. Qui restitue les aspects négligés par une historiographie généralement focalisée sur les loisirs organisés et ritualisés : les distractions et amusements plus spontanés, plus libres, plus laissés à la fantaisie de l’individu et du groupe.

LE TEMPS ET L’ARGENT : DES CONTRAINTES ?

  • 7 Agricol Perdiguier (Avignonnais la Vertu), Mémoires d’un compagnon, 1854-1855, Paris, Librairie du (...)

3Les compagnons mémorialistes ont souligné la pénurie de l’un et de l’autre. « Le matin, à l’établi à cinq heures précises, le soir n’en sortant qu’à huit heures sonnées », soit treize heures de travail, « […] l’hiver, l’été et toujours ! et toujours », « […] par conséquent font peu de loisir. Cette existence est bien rude », soupirait le menuisier Agricol Perdiguier7.

  • 8 Francis Laget et Jean-Michel Mathonière (documents réunis et présentés par), Ferdinand Flouret et (...)
  • 9 Jean-Baptiste Arnaud (Libourne le Décidé), Mémoires d’un compagnon du Tour de France, Rochefort, A (...)
  • 10 Alexandre Victorien, Lettres du Tour de France, dactylographié, Archives du Musée du compagnonnage (...)
  • 11 Abel Boyer, Le Tour de France d’un compagnon du devoir, Paris, Imprimerie du Compagnonnage, 1957, (...)
  • 12 Pierre Morin, Compagnon du devoir au xxe siècle, Paris, Librairie du Compagnonnage, 1994, p.16 et (...)

4À Marseille en 1871 la journée du charron Ferdinand Flouret n’était que de dix heures, de sept à dix-huit heures, avec une coupure d’une heure à midi ; mais quelques années plus tard à Paris il travaillait douze heures8. À Tours en 1842 le boulanger Jean Baptiste Arnaud se félicitait du peu de travail qu’il avait à l’Hôpital général ce qui lui laissait plus de temps libre que partout ailleurs9. C’était une exception. À l’inverse le bourrelier Alexandre Victorien dans une lettre du 1er août 1894 se plaignait qu’il n’avait guère l’occasion de jouer du piston tant il avait de travail10. Souvent il fallait faire des heures supplémentaires, parfois de nuit (témoignage de Perdiguier). À Mèze dans les années 1900 le maréchal-ferrand Abel Boyer ferrait encore après le souper, au terme d’une journée de douze heures, les chevaux de halage du canal du midi11. La durée du travail ne s’est réduite que lentement. Vers 1925 Pierre Morin, apprenti menuisier, travaillait encore onze à douze heures ; il n’a connu la journée de huit heures qu’en novembre 1931 quand il est arrivé en Algérie12.

  • 13 « […] un seul ! C’était peu ! eh bien ! il suffisait à nous rendre heureux » Agricol Perdiguier, o (...)
  • 14 Pierre Moreau, De la réforme et des abus du compagnonnage et de l’amélioration du sort des travail (...)
  • 15 Auguste R. Batard, Souvenirs d’un apprenti bourrelier-harnacheur compagnon du Tour de France 1887- (...)
  • 16 Abel Boyer, op. cit.
  • 17 Témoignages de François-Joseph Fourquemin, Souvenirs d’un menuisier nivernais au xixe siècle, Autu (...)

5Les compagnons jouissaient-ils du dimanche, « notre jour de repos, de récréation » sous la plume de Perdiguier13 ? Pas toujours ! Le serrurier Pierre Moreau, de Château-Renault, citait un de ses camarades de Vendôme qui lui avait dit : « Nous voyons beaucoup de maîtres qui exigent que leurs ouvriers travaillent pendant les sept jours de la semaine »14. Le dimanche matin, à Nantes au milieu des années 1880, le bourrelier Auguste Batard allait réparer les harnachements dans les administrations ; à Marseille il était pris pendant presque tout son dimanche15. À Nantes et Agde vers 1900 les maréchaux jouissaient de leur dimanche mais à Bordeaux et Toulouse c’était seulement de l’après-midi et à Saint-Nazaire ils travaillaient jusqu’à seize heures à cause du service des forges de Treignac16. C’est quand le travail pressait que les compagnons devaient y occuper une partie du dimanche. En revanche les apprentis semblent avoir été couramment assujettis ce jour-là au nettoyage des ateliers et boutiques, en particulier les menuisiers17.

  • 18 Ph. Minard (prés.), Typographes des Lumières, suivi des anecdotes typographiques de Nicolas Contat(...)
  • 19 Gabriel Désert, « Les mémoires d’un travailleur bas normand. Première moitié du xixe siècle », Ann (...)
  • 20 Abel Boyer, op. cit., p. 121.
  • 21 Pierre Morin, op. cit., p. 18 et 58.

6Les compagnons ne se soumettaient pas à d’aussi longues journées et semaines de labeur sans résistance et sans s’octroyer certaines libertés. C’était une vieille tradition. Au xviiie siècle les typographes présentés par Philippe Minard n’hésitaient pas à s’absenter pour aller boire un pichet ; ils fêtaient la saint-lundi18. « L’ouvrier choisit évidemment le jour qui lui convient le mieux » notait le « pays » de Pierre Moreau, sans consentement du patron bien sûr. En 1840 Arnaud a passé deux mois à Paris presque sans travailler et pas seulement en raison du chômage qui frappait alors les boulangers, nombreux à traîner « au tournant de la halle au blé », leur lieu de rencontre. À Lyon la même année il a profité encore de deux mois d’oisiveté, en partie consacrés à taquiner les muses, grâce aux bontés d’un compagnon. À Carcassonne, à la fin des années 1830, le chaudronnier Pierre Ameline s’est offert quatre jours de liberté pour participer au carnaval19. À Nîmes dans les années 1900 Boyer arrivait souvent en retard à l’atelier parce qu’il faisait la fête tous les soirs20. À Fouras (près de La Rochelle) pendant l’été 1925 Morin embauchait à cinq heures mais à dix heures il allait « jouer au baigneur ou manger des huîtres sur les rochers » ; le patron fermait les yeux et rejoignait parfois ses ouvriers avec un litre de vin blanc… Son employeur lyonnais en 1931 a été moins libéral : il l’a mis à la porte parce qu’il s’était octroyé une semaine de congé pour visiter l’Exposition coloniale à Paris21.

  • 22 Pierre Barret, Jean-Noël Gurgand, op. cit., p. 142 et 297.
  • 23 Agricol Perdiguier, op. cit, p. 61, 76, 131.
  • 24 Leur suspension pendant l’été lui a permis de participer aux répétitions d’une harmonie.

7Cet appel du temps libre et du loisir contre l’imperium du travail entrait aussi en compétition avec les obligations du perfectionnement professionnel. Les jeunes compagnons étaient tenus à un effort de formation continue, en tout cas dans certains métiers : ils suivaient des cours, dispensés par des compagnons chevronnés, en général de dessin. Barret et Gurgand indiquent que les plus studieux, qui passaient soirées et dimanche à « travailler le trait », étaient rares22. À un Perdiguier, fort assidu aux cours quand il était apprenti à Avignon puis pendant son Tour de France, en particulier à Marseille ou Bordeaux où la journée s’achevait à sept heures du soir23, ou à un Morin qui a suivi des cours du soir à Grenoble, Lyon24 et Tours, où il occupait ses dimanches à dessiner des escaliers -mais à quinze ans il séchait les leçons de l’instituteur pour jouer aux cartes chez la buraliste -, on peut opposer un Fourquemin qui préférait à l’école de trait les promenades dans Paris, un carnet de croquis à la main il est vrai.

  • 25 Denis Poulot, Question sociale. Le sublime ou le travailleur comme il est en 1870 et ce qu’il peut (...)
  • 26 Joseph Voisin, Histoire de ma vie et cinquante ans de compagnonnage, Tours, Imprimerie du Progrès, (...)

8La prolongation du savoir-faire professionnel dans le loisir, à la manière de « l’ouvrier vrai » décrit par Denis Poulot25, qui, les soirs, « [bibelottait] une invention qui souvent [réussissait] », semble avoir concerné certains compagnons sans avoir été généralisée. Le charron Flouret créait des modèles réduits de véhicules hippomobiles. À La Rochelle, selon le témoignage de Morin, les compagnons passaient leurs soirées à tailler des maquettes. On n’hésitait pas à sacrifier les loisirs au chef-d’œuvre. Ainsi le charpentier Joseph Voisin, devenu entrepreneur à Tours dans les années 1880, a occupé pendant trois ans tous ses dimanches et toutes ses soirées à une telle réalisation avec ses fils26.

  • 27 Agricol Perdiguier, op. cit., p. 55 et 58.
  • 28 François-Joseph Fourquemin, op. cit., p. 108.
  • 29 Gabriel Désert, art. cité, p. 157-158. Il a passé ensuite six à sept mois à Nantes sans se faire d (...)
  • 30 Francis Laget, op. cit, p. 18 et 21. Il prenait soin d’ajouter qu’un tel incident était demeuré ex (...)
  • 31 Toussaint Guillaumou (Carcassonne le bien aimé du tour de France), Les confessions d’un compagnon, (...)

9Les loisirs supposaient des moyens financiers. Or nous ne sommes « pas riches » constatait Perdiguier. Apprenti à Avignon à partir de 1822 il ne recevait « pas la moindre pièce de monnaie pour passer son dimanche », ce que son père compensait un peu en lui donnant dix sous. L’année suivante il touchait son premier salaire en changeant de maître : dix sous par jour ce qui représentait, puisqu’il était nourri et logé, trois francs par dimanche, une « somme énorme »27, qui semblait promise à s’offrir bien des agréments. Le premier mouvement des compagnons, qui étaient des hommes jeunes, voire encore des adolescents, n’était pas d’épargner mais de dépenser sans trop compter. Fourquemin, dès qu’il a gagné quelque argent, en 1817, s’est empressé de rendre des visites à son grand-père « pour le faire boire un coup »28. Ameline, apprenti chaudronnier à Rennes, noçait régulièrement avec quelques camarades, « de sorte [qu’il ne travaillait] que pour [ses] fins plaisirs »29. Même son de cloche chez Flouret : aspirant il gagnait 4,25 F à 4,50 F par jour, sa pension lui en coûtait trois, « le reste on le dépensait joyeusement ». En faisant étape à Angers pendant son tour de France, il a gaspillé en deux jours avec les compagnons de la ville toutes ses économies et la « mère » a dû lui payer son omnibus pour Tours30. À Marseille en 1834 ou 1835 le cordonnier-bottier Toussaint Guillaumou et ses amis sont partis en excursion au château d’If en dépit du faible viatique trouvé au fond des poches : quatorze francs ; le tenancier de la guinguette où on déjeuna accepta de faire crédit jusqu’au dimanche suivant31.

  • 32 Daniel Roche (prés.), Journal de ma vie. Jacques Louis Ménétra compagnon vitrier au xviiie siècle, (...)
  • 33 Abel Boyer, op.cit, p. 215.
  • 34 Jean-Baptiste Arnaud, op. cit., p. 186-187 et 195.
  • 35 Abel Boyer, op. cit, p. 41, 84-86.
  • 36 Pierre Morin, op. cit., p. 39 et 97.

10La tendance à la prodigalité poursuivait une tradition largement répandue. En commentant le journal du vitrier Ménétra, Daniel Roche a souligné que la sociabilité des compagnons, au xviiie siècle, accumulait toutes sortes de pratiques qui étaient « autant d’aubaines pour manifester une symbolique de l’appartenance et du don, pour afficher spectaculairement les valeurs de la consommation libératrice et condamner la lésine »32. Au début du xxe siècle les maréchaux qui ferraient la « cavalerie aristocratique » dans le quartier des Champs-Élysées et se laissaient dévorer par la passion des courses demeuraient bien dans cette lignée33. Le cas limite semble avoir été représenté par ces « Enfants de la jubilation », cinq compagnons boulangers fréquentés par Arnaud lors de son séjour parisien. Ils ne travaillaient presque jamais, préférant vivre de « bonnes fortunes ». Arnaud a passé avec eux trois jours à Versailles, à « dépenser agréablement », les cinquante francs envoyés par ses parents. Il y est retourné peu après : cette fois c’est un compagnon qui venait de toucher l’indemnité prévue pour un remplacement dans l’armée, qui l’a flambée dans un « copieux déjeuner » avec la bande34. Souvent le désir et le goût de la dépense étaient bridés par la dure réalité de l’impécuniosité. Venait le temps de la frustration. « Un seul jour de fête me gêne » soupirait Victorien dans une lettre du 20 mai 1895, écrite à Bordeaux. Dans cette même ville en 1899 Boyer fréquentait des brasseries « sans rien consommer » : « Notre pécule ne nous permettait pas de nous offrir même un bock, mais on s’asseyait tout de même, on crânait et finalement on déguerpissait […] pour recommencer le même manège ailleurs ». À Toulouse ses 25 francs de salaire mensuel ne faisaient pas long feu ; la blanchisseuse payée il ne restait pas grand chose pour « aller dans le monde ». Aussi évitait-il les cabarets et refusait-il les invitations pour n’avoir pas à les rendre car « la moindre tournée vidait [son] escarcelle ». En chemin pour Béziers, la ville où il a été reçu compagnon fini, il a renoncé à visiter Carcassonne car « l’écu de cinq francs qui [lui] restait en poche limitait [ses] moyens de tourisme […] »35. En 1930 à Grenoble, Morin a dessiné pendant les trois jours de repos dont il disposait pour le Nouvel an parce qu’il n’avait presque plus d’argent ; après une excursion à Albi, le 15 août, deux ans, plus tard, il a renoncé à toute nouvelle sortie par nécessité d’économiser avant son départ pour Montpellier36.

LES COMPAGNONS TOURISTES37, EXCURSIONNISTES ET PROMENEURS

  • 37 Le terme ne se trouve que sous la plume de Boyer et de Morin, les deux plus récents (début xxe siè (...)
  • 38 Expression de Jean-Baptiste Arnaud.
  • 39 Expression de Daniel Roche, op. cit, p. 315.
  • 40 Par exemple Catherine Bertho-Lavenir, La roue et le stylo. Comment nous sommes devenus touristes, (...)
  • 41 En revanche ils n’ont pas tous fait le pèlerinage à la Sainte-Baume, emplacement légendaire du tom (...)
  • 42 Ameline y a aussi assisté.

11Les compagnons étaient des ouvriers géographiquement très mobiles, en tout cas pendant les quelques années de leur Tour de France. Il ne s’agissait pas d’une errance à la recherche d’emplois successifs, fréquente dans la classe ouvrière du xixe siècle, ou de la migration saisonnière caractérisant certains métiers, tels les maçons de la Creuse, mais d’une mobilité organisée, fondatrice de l’identité du compagnonnage. À la faveur des étapes du Tour de France se manifestait un véritable désir de découverte des « curiosités remarquables », des « beautés admirables »38, des lieux et monuments pittoresques des villes et régions traversées ou habitées temporairement. Cette « attraction touristique »39, qui semble avoir échappé aux historiens du tourisme40, était déjà présente chez Ménétra à fin des années 1750 : en Provence il a visité Avignon, le tombeau de Nostradamus à Salon-de-Provence, a excursionné au mont Ventoux, à la fontaine de Vaucluse, au pont du Gard, est allé voir les ponts de bateaux à Arles. Elle est présente chez tous les compagnons mémorialistes41. Elle est très marquée chez Perdiguier. En 1825 entre Béziers et Bordeaux on le voit consacrer une demi-journée à la visite de Toulouse, l’année suivante entre Bordeaux et Nantes il a visité Rochefort, puis Angers lors de son voyage jusqu’à Chartres. À Paris en 1827 il s’est abandonné à une sorte de boulimie touristique : Père Lachaise, Louvre et Tuileries, Panthéon, Invalides, Hôtel de ville, Palais de justice, Palais royalet Palais du Luxembourg, Bourse, École militaire, arcs de triomphe, ponts, fontaines, places, statues équestres, Champs-Élysées et autres avenues, musées, bibliothèques, théâtres, jardins publics… Parti de Rochefort en juin 1837 dans l’intention de gagner la capitale, Arnaud a fait la découverte successive de La Rochelle, Marans, Luçon, Bourbon-Vendée, Nantes, où il s’est attardé plusieurs jours… Les Souvenirs… de Batard ont des allures de guide de tourisme. À Carcassonne il a acheté une carte portant l’inscription « Voir Carcassonne et mourir ». Mais il a survécu et à Nîmes il a été impressionné par les courses de taureaux42 et les costumes chamarrés des toréadors. À Tarascon il a été spectateur du défilé de la Tarasque comme Perdiguier du carnaval de Béziers avec ses « paillades », saynètes mettant enscène des maris bernés. À Pâques 1890 (trois jours de congé !) il a arpenté Paris et vu la tour Eiffel, toute neuve.

  • 43 Le monopole de l’embauche exercé par les sociétés compagnonniques ne mettait pas leurs membres à l (...)

12Le jour de l’arrivée d’un compagnon dans une ville était fréquemment occupé en partie par un premier tour. La découverte se poursuivait les dimanches suivants et si on n’en avait pas eu la possibilité on essayait de se rattraper avant le départ pour une autre cité. Ainsi Fourquemin en 1820 a tenu à voir le tombeau en marbre blanc du duc de Montmorency avant de quitter Moulins. Un aléa du Tour de France : le chômage, assez fréquent43, constituait une circonstance favorable pour la découverte touristique par le temps qu’il libérait. Les compagnons chômeurs étaient d’ailleurs désignés par le terme de « flâneurs ». Fourquemin a visité Paris avec son frère, avant de repartir pour Nevers, leur ville natale, parce qu’ils avaient perdu leur emploi. Dans les débuts de son périple c’est le refus de plusieurs embauches, qui ne lui avaient pas convenu, qui lui a fourni les « loisirs » pour la visite de Lyon, réitérée lors d’un passage ultérieur faute d’avoir trouvé du travail. Pour la même raison Ameline s’est attardé une journée à Toulouse avant de reprendre la route. À Bordeaux, Batard a patienté plus longtemps, sans davantage de succès, alternant sa recherche d’embauche avec des retours sur la place des Quinconces ou sur le grand pont de pierre aux 17 arches ; il a visité Lyonquand son patron s’est séparé de lui. À Toulouse Morin a mélangé lui aussi la quête d’un emploi et la promenade « en touriste ». À Marseille, où sévissait un chômage complet, Boyer s’est retrouvé parmi une « ribambelle de flâneurs » à Notre-Dame de la Garde…

  • 44 François-Joseph Fourquemin, op. cit, p. 122.
  • 45 Abel Boyer, op. cit, p. 27. À Saint-Nazaire il est allé admirer les voiliers dans le bassin de Pen (...)
  • 46 Ibidem, p. 30.

13Cette célèbre église, comme Notre-Dame de Fourvière à Lyon, faisait partie de ces monuments qui étaient pour les compagnons des points de passage presque obligés par leur situation dominante et leur célébrité. D’autres, tels le pont de Gard, qui a laissé Arnaud « muet d’admiration », les vestiges romains à Arles et à Nîmes, le grand théâtre de Bordeaux, le pont-canal d’Agen… étaient appréciés parce qu’ils témoignaient du savoir-faire de ceux qui les avaient bâtis. On y gravait parfois un graffiti. Les « pays » étaient attentifs aux chefs-d’œuvre laissés par les compagnons des générations précédentes. Au musée de Lyon, Fourquemin a observé, sur les indications d’un compagnon se trouvant là, les châssis des vitrines fabriqués par des menuisiers du Devoir44. Morin s’est précipité au musée Borely pour admirer la Serrure de Marseille, sortie elle aussi des mains d’un devoirant. La curiosité technique conduisait le bourrelier Batard à se faire expliquer le fonctionnement des écluses alors qu’il longeait à pied le canal du Midi ; il a aussi visité les chantiers de La Ciotat et le port de Toulon. Les navires à Bordeaux ont fasciné Victorien en 1895, Boyer en 1900 : « Mon plus grand plaisir pendant les quelques heures de loisir dont nous disposions était d’aller voir entrer et sortir les bateaux du port, voir les bricks chargés de toiles, les terre-neuvas tourner sur leurs ancres en marée montante et descendante »45. On était aussi attiré par des lieux plus étranges tel le musée d’anatomie de l’école de médecine à Montpellier. Ou par le spectacle offert par la richesse commerciale des grandes cités : « Les ai-je léchées les vitrines, ces devantures où tout m’éblouissait » s’exclamait Abel Boyer à propos de Nantes46.

  • 47 Agricol Perdiguier, op. cit, p. 229.
  • 48 Abel Boyer, op. cit, p. 93-94.
  • 49 Quelques exemples : « Conseil aux affiliés », de Perdiguier :
    Extrait du couplet 3 : « D’une riche (...)

14Les compagnons mémorialistes ont multiplié les commentaires élogieux sur les villes visitées. Perdiguier s’adressait directement à Paris : « Le voyageur dès qu’il arrive dans tes murs, court à tout ce que tu renfermes d’intéressant, de beau, de sublime, et te connaît mieux, en dix jours, que le Parisien dans toute sa vie »47. Il trouvait Châlon sur Saône « fort jolie » ; pour Arnaud, Nantes était « superbe » et Tours, sa « ville de prédilection », « une riante cité ». Aux yeux de Morin, Toulouse était « très agréable », Nîmes « admirable » et il s’extasiait aussi devant Alger. « Nîmes fournit à ma capacité d’admiration un trésor inépuisable » notait Batard dans ses Souvenirs. Boyer a résumé l’opinion générale : « Vraiment le Tour de France était une belle chose… »48. Un thème qu’on ne s’étonnera pas de trouver dans les chansons compagnonniques49.

  • 50 Rencontré à l’occasion de son travail à l’Hôtel du Saint-Esprit où demeurait le philosophe.
  • 51 Agricol Perdiguier, op. cit, p. 96. Il les recommandait aux compagnons qui selon lui les négligeai (...)
  • 52 Une excursion que fera aussi Morin presque un siècle plus tard.

15L’excursion ou plus modestement la promenade étaient parmi les loisirs favoris des compagnons, le dimanche ou en soirée. Au xviiie siècle Ménétra s’était acheté un petit bateau, amarré sous le Pont-Neuf et, pendant un temps, le canotage jusqu’aux îles du côté de Charenton, vers Saint-Cloud ou Sèvres en compagnie de quelques amis et de leurs maîtresses, a égayé bien des dimanches. Plus tard, marié et installé, il a fait plus volontiers des promenades, certaines en compagnie de Jean-Jacques Rousseau50, ou avec ses enfants, aux Tuileries, aux Champs-Élysées, au Pré Saint-Gervais, au Mont Valérien, à Saint-Denis ou à Meudon. Perdiguier affectionnait tout particulièrement les promenades champêtres avec d’autres compagnons, ou parfois seul quand il sentait le besoin d’ » un peu de rêveries ». Il a décrit ses impressions avec des accents rousseauistes : « Ces beaux lieux ont toujours remué mon être, les beautés de la nature ont eu plus de puissance sur mon âme que les beautés de l’art auxquelles je ne suis cependant insensible ; je leur dois mes plus vives, mes plus profondes jouissances »51. À Marseille ses promenades ont été souvent en mer, à Nîmes le jardin public non loin des arènes l’accueillait tous les soirs, à Montpellier il montait au Peyrou d’où on dominait « le plus vaste, le plus bel horizon »52. Lyon lui offrait les bords de la Saône et du Rhône et une ceinture de « lieux pittoresques » : ermitage du Mont-Cindre, bois de Roche-Cordon, grotte de la Roche-qui-pleure… A Nîmes Guillaumou et ses amis allaient souvent se délasser de leur journée par une promenade, parfois agrémentée d’une baignade dans la « belle fontaine » proche du temple de Diane. À Marseille Flonnet allait déguster des glaces sur la Canebière le dimanche.

  • 53 Abel Boyer, op. cit, p. 93.

16La mer était pleine d’attraits. On allait observer le travail des pêcheurs. Dans sa correspondance Victorien a évoqué fréquemment ses sorties en bateau et ses baignades à Pornic, Arcachon, Gujan-Mestras. Quand il travaillait à Mèze, Boyer s’est promené en barque sur l’étang de Thau ; un dimanche il l’a traversé sur un petit vapeur jusqu’à Sète où il a pu voir des poulpes. À Saint-Nazaire il pêchait crabes et crevettes, à Agde des oursins. « Je ne me lassais jamais d’admirer cette mer bleue qui parfois prenait des tons verts et mordorés »53. Il était aussi attiré par la montagne. De Toulouse il est allé deux fois jusqu’à la frontière espagnole au col du Portillon. Morin a lui aussi largement profité des plaisirs de la mer et de la montagne. À Fouras il accompagnait des pêcheurs, à Royan il fréquentait la plage. Le second dimanche suivant son installation à la Rochelle il est allé à l’île de Ré avec un groupe : on a pris le petit train, après le déjeuner dans un restaurant on est parti à pied vers Saint-Martin-de-Ré en admirant au passage les fortifications de Vauban. Lors de son séjour à Grenoble la majorité de ses dimanches a été occupée par les randonnées et le ski. Il a assisté à un concours international de saut à ski et à une course de bobsleigh. À Toulouse, au moment du 14 juillet 1932 il a pris quatre jours de congé et s’est offert un circuit organisé dans les Pyrénées. Son séjour algérien a été fertile en promenades dans Alger et aux environs, parfois en louant des vélos. Rendre visite à de vieux compagnons était assez souvent un but de promenade, ou tout au moins l’occasion d’une pause. Certains mémorialistes (Perdiguier, Arnaud) ont souligné qu’ils préféraient les promenades aux bals ou aux attractions. Il n’en demeure pas moins que ces lieux étaient fréquentés assidûment par les compagnons.

UNE SOCIABILITÉ RÉCRÉATIVE DE BANDE. COMMENSALITÉ ET LIBATIONS

  • 54 Les bals de compagnons ne se limitaient pas à ceux des fêtes patronales, plus solennels.

17Entre certaines formes de la sociabilité organisée et coutumière du compagnonnage et les loisirs spontanés et libres, il n’y avait pas de solution de continuité, en raison d’un caractère festif commun. La fête patronale, qui pouvait s’étaler sur plusieurs jours, son défilé jusqu’à l’église en habits du dimanche, avec les cannes et les rubans, précédé par une musique militaire, le banquet et le bal avec ses danses très codifiées (guilbrette, chaîne d’alliance)54, étaient d’abord un rituel symbolisant la cohésion de groupe. Elle était aussi un temps de réjouissance et de détente, évoqué par tous les compagnons mémorialistes. Chansons et libations étaient au programme. Le commentaire contemporain de François Icher :

  • 55 François Icher, Les compagnonnages en France au xxe siècle : histoire, mémoire, représentations, P (...)
  • 56 Agricol Perdiguier, Le livre du compagnonnage, Paris, Pagnerre, 1841, p. 64-65.

« Dans la suite monotone des travaux et des jours, la fête patronale s’inscrit comme une rupture de l’ordre banal, une transgression […] Pour le Compagnon, homme de métier par excellence, prendre tout son temps pour manger signifie qu’on s’affranchit provisoirement des contraintes du labeur ; c’est se situer dans le monde non du labeur et du chantier, mais du plaisir et du bonheur de se retrouver entre frères autour d’une bonne table »55, fait écho aux propos de Perdiguier : « […] les imaginations s’exaltent, chacun est vraiment heureux et se voit transporté dans un paradis »56.

18Le tour de France par lui-même suscitait bien d’autres instants de commensalité et de convivialité avec les repas d’accueil des arrivants, les banquets lors des départs avant la « conduite » de ceux qui s’en allaient « battre aux champs ».

  • 57 Jean-Pierre Bayard, op. cit, p. 191-192.
  • 58 Toussaint Guillaumou, op. cit, p. 62.
  • 59 Ménétra a lui-même improvisé de petits spectacles. À Versailles il a installé, avec des tonneaux e (...)
  • 60 Une pratique semble-t-il déjà bien trop répandue. Avant son départ pour Bordeaux le père de Batard (...)
  • 61 Abel Boyer, op. cit, p.121.
  • 62 Marguerite Duguet, Mémoires d’une mère en Devoir, Paris, Librairie du Compagnonnage, 1979, p.14.

19D’une manière générale à cette sociabilité de groupe fermé se superposait une sociabilité de bande. Les compagnons étaient de jeunes hommes, ils en avaient l’instinct grégaire. Ils aimaient se retrouver ensemble dans une « atmosphère communautaire », de « chaude et virile amitié »57, et multiplier les occasions de rire et de faire la fête. Voici en quels termes Guillaumou se souvenait de son séjour à Marseille en 1834-1835 : « […] notre société était si nombreuse et si tapageuse et je n’avais pas vingt ans ! Je fus bientôt entraîné dans toutes les parties »58. Dans le Paris de la fin du xviiie siècle les typographes ou les vitriers comme Ménétra, leur journée terminée, applaudissaient ensemble aux spectacles de la rue : comédiens, marionnettistes, danseurs de cordes59… Dans les villes de province au xixe siècle les compagnons se rassemblaient le soir à la « cayenne », l’auberge qui était le siège de leur Devoir et où certains étaient logés, pour manger, bavarder, « casquetter » (Flouret), jouer aux cartes, aux dominos ou au billard, fumer60, chanter. Jules Vallés a évoqué dans L’enfant l’atmosphère joyeuse qui régnait chez la « mère » des menuisiers du Puy où l’emmenait parfois son oncle Josephentre 1837 et 1839. À Nîmes chez celle des maréchaux-ferrants « […] tous les soirs c’était la petite bombe », aux dires de Boyer61. Marguerite Duguet, « mère » de compagnons du devoir à Lyon, a témoigné de la « saine gaieté » qui régnait dans l’établissement tenu par sa tante dans les années 192062.

20On pratiquait, au xviiie et au xixe siècle, toutes sortes de jeux collectifs :paume-une, longue-paume, battoir, barres, boules, roulettes… À Montpellier Perdiguier et les compagnons menuisiers se poursuivaient avec un chiffon roulé en boule et trempé dans l’eau :

  • 63 Agricol Perdiguier, Mémoires…, op. cit, p. 97.

« Nous folâtrions […]. Celui qui tenait la balle mettait tout en fuite ; il ne trouvait personne d’assez gentil pour la recevoir de bonne volonté soit dans ses mains, soit sur une partie quelconque de son individu. La balle m’arrive, je m’en saisis et Vivarais le Cœur content (Morel) est atteint à son tour. L’arme terrible est dans ses mains […] Il se met à me poursuivre. Je tourne à droite, m’empare d’une pelle, saute sur l’abreuvoir […] Voilà mon homme qui débouche par la porte, sansprévoir l’accueil qui lui est réservé […] Un déluge tombe sur sa tête […] Étourdi, désorienté, il recule, il se sauve ; et tous de rire et de me déclarer vainqueur… »63.

  • 64 Toussaint Guillaumou, op. cit, p. 84-88.

21On s’amusait comme des grands gosses. Ménétra a fait des « niches » aux « malheureux » habitants de la juiverie de Carpentras. Voici le genre de farces qui « faisaient toujours pouffer de rire » les cordonniers à Marseille dans les années 1830 : « Tantôt c’est un globe plein d’eau qui tombait sur la tête de celui-ci, tantôt c’était le lit de celui-là qui se détraquait lorsqu’il croyait se coucher tranquillement ». Les bottines qu’un compagnon devait livrer étaient remplacées par un bonnet de laine. Au retour de la virée au château d’If, Guillaumou a subtilisé les vêtements de ses camarades en baignade après que ceux-ci l’aient laissé s’épuiser à rattraper la barque à la nage : « Nous rentrâmes en ville les meilleurs amis du monde »64. En 1900 à Nantes, Boyer a été emmené à la chasse au « daren », un animal imaginaire ; il ne s’est pas laissé prendre. Il a raconté, qu’à Lyon, les compagnons au chômage tuaient le temps en s’amusant des passants avec un porte-monnaie relié par une ficelle. À Saint-Laurent-du-Chamousset la distraction favorite, avant de se coucher, consistait à décrocher à coups de pieds les gros saucissons suspendus au plafond de la chambre.

  • 65 Daniel Roche, op. cit, p.171 et 181.
  • 66 Agricol Perdiguier, Mémoires..., op. cit, p. 96 et 285.

22Les compagnons étaient des habitués des restaurants, guinguettes, auberges, aux barrières à Paris, ou dans les environs des grandes villes, tels Les Volets verts près de Marseille ou La Mère l’Équipé sur les bords du Cher non loin de Tours. Ces établissements étaient des buts pour les promenades vespérales et dominicales. Ménétra était « très connu et toujours en bonne compagnie » dans les cabarets de la Courtille, sur les pentes de Belleville, de Champigny, de la Nouvelle France, de la Petite Pologne ; « […] l’on voyait tous les riboteurs et riboteuses de Paris dans tous ces cafés et chaque table était une parade et il était de mon goût pour voir et entendre les farces »65. À Montpellier Perdiguier allait au faubourg de Boutonot manger la gibelotte de lapin « qui nous laissait, pour toute la semaine, un si bon souvenir ». À Bordeaux une journée dans un parc des environs, avec volières, fleurs et statues, en compagnie d’une vingtaine de compagnons, s’est terminée aucabaret. À Lyon, avant d’être élu premier en ville, Perdiguier fréquentait régulièrement un estaminet de la Guillotière : « Là nous chantions, nous dansions sans musique, nous sautions par dessus les tables, nous franchissions des rangées de tabourets »66.

  • 67 Daniel Roche, op. cit, p. 372.

23La sociabilité compagnonnique était une sociabilité bachique. Le vin en était un élément de base tant dans ses aspects officiels que dans les activités récréatives plus libres. Les beuveries étaient incorporées dans le rituel. « Le Tour de France [était] un tour des vins »67. Arrivées et départs étaient inévitablement accompagnés d’ » arrosages ». On débouchait des « bouteilles d’arrivants » lorsque des compagnons se présentaient dans une « cayenne » avec leurs lettres de recommandation. On emportait verres et bouteilles lors des conduites. Le topage, quand il était amical, s’accompagnait d’un échange des gourdes mais s’il y avait un débit de boisson à proximité on ne s’en tenait pas là. La chanson de Pierre Dupont : Les deux compagnons du devoir mettait en scène deux devoirants qui :

  • 68 Poursuivant ensemble leur chemin ils « […] laissaient dans chaque hameau
    Rires francs et bouteilles (...)

« […] s’étaient rencontrés
À l’embranchement d’une route.
Et comme ils étaient altérés
Sous la tonnelle on but la goutte »68.

  • 69 Agricol Perdiguier, Mémoires…, op. cit, p. 101. Ce qui était aussi une façon de prouver qu’on rési (...)
  • 70 Gabriel Désert, art. cité, p. 162.
  • 71 Aagricol Perdiguier, Mémoires…, p. 96. Le bon marché du vin expliquait la fréquentation des cabare (...)

24Un samedi soir à Montpellier, le premier en ville, qui avait mal porté une santé, fut taxé de deux bouteilles par Perdiguier et un groupe de compagnons réunis pour boire « en règle, dans les formes, avec de certains mots que chacun doit prononcer sans balbutier, sans se tromper d’une syllabe »69. On peut voir une transposition de cette manière de payer les amendes, tout ce qu’il y a de plus habituelle, dans ce « divertissement » pratiqué tous les dimanches à Saintes selon Ameline : « tirer le roi ». Celui qui trouvait la fève en était pour ses dix ou douze francs afin de « rafraîchir les dames »70. Le vin était omniprésent. Pour se désaltérer dans les « parties de plaisir » le petit blanc avait la préférence mais dans l’Hérault on buvait aussi du muscat, « à si bas prix dans ce département »71. À Tours ou Montbazon en 1874 Flouret et ses camarades allaient tous les soirs vider une « fillette » de blanc avant d’aller souper. Dans ses Adieux de Nancy, Piron célébrait le « joli vin clairet » sablé « plus d’une fois, au bosquet. Avec [ses] amis en goguette ; et dans le Lyon des années 1930 les parties de cartes des dimanches après-midi permettaient ‘de vider un pot’ » (Morin).

  • 72 Abel Poitrineau, op. cit, p. 74.
  • 73 Et même sa responsabilité de premier en ville. T.oussaint Guillaumou, op. cit, p. 114.
  • 74 Abel Boyer, op. cit, p. 148 et 215.

25Les compagnons avaient, de longue date, la réputation d’être de francs buveurs et des piliers de cabaret. Pourtant selon Abel Poitrineau, malgré la fréquence des libations, « l’ivrognerie d’habitude » n’apparaissait pas comme « un problème aigu »72. On peut s’interroger quant à l’optimisme de cette appréciation. Perdiguier remarquait que certains compagnons s’enivraient volontiers, notamment ceux qui étaient originaires des contrées où le vin était cher lorsqu’ils séjournaient dans le Midi. Parmi les raisons qui ont poussé Fourquemin à s’installer à son compte, avec son frère, en 1826, figurait l’obligation de vivre comme les camarades : « aller boire, ne rien faire certains jours. C’était pour nous une vie accablante ». Guillaumou a quitté Lyon pour Châlon parce que la mauvaise influence qu’il retrouvait le soir dans les gargottes avait fini par lui faire délaisser son travail : « on chopine et la journée se perd »73. Boyer notait, pour Lyon également, que les visites dans les ateliers des maréchaux en chômage se terminaient toujours au troquet : « Le métier donne soif ». La situation était pire à Paris : « Que de discours il m’a fallu prononcer sur la tombe des ces buveurs emportés par leur intempérance »74.

  • 75 L’écriture aussi. En 1826 à Nogent-le-Roi, où les possibilités de distractions, hormis la promenad (...)
  • 76 Quatre petits volumes achetés à Bordeaux. S’y ajoutait La Henriade, emportée souvent en promenade.
  • 77 Jean-Baptiste Godin, Solutions sociales, Quimperlé, La Digitale, 1979, p. 427.
  • 78 Citées par Martyns Lyons, « La culture littéraire des travailleurs, Autobiographies ouvrières dans (...)

26La sociabilité récréative de bande, juvénile et bachique semble s’être conciliée assez mal avec les loisirs intellectualisés : la lecture75 et le théâtre. Si l’évocation du vin et du cabaret est omniprésente chez les mémorialistes, celle des plaisirs de l’esprit est moins fréquente. Perdiguier a raconté ses soirées à Bordeaux en 1825-1826 avec un petit groupe de compagnons, passées à écouter l’un deux déclamer Othello, Hamlet ou Phèdre ou à lire « en famille » des « pièces sombres, terribles ». Il est lui-même devenu un habitué des théâtres, à Bordeaux, Nantes, Paris (où il s’entretenait avec des spectateurs aux entractes), Lyon, aux places du paradis, du colombier ou du poulailler. Sa préférence allait aux tragédies, par goût de l’histoire, ensuite aux ballets, enfin à l’opéra. Ce n’est guère qu’à Chartres, où le théâtre, sans troupe, recevait des acteurs en tournée, qu’il a assisté à des comédies. Ses lectures le ramenaient au théâtre puisque ses œuvres favorites, lues et relues, c’étaient les tragédies de Voltaire76 et Racine. Arnaud, en 1840 à Paris, allait au théâtre tous les deux jours. Flouret y a profité de billets de faveur procurés par un machiniste de la salle de la Porte Saint-Martin. Batard, apprenti à Nantes, a fréquenté les matinées du Théâtre de la Renaissance, aux troisièmes galeries pour dix sous, Morin l’opéra d’Alger (répertoire classique et musique arabe) au pigeonnier à deux francs la place. C’étaient les mêmes qui lisaient. À Lyon Arnaud puisait dans la bibliothèque de son employeur des Brotteaux : Dauphiné la Vertu. Flouret trouvait le temps d’absorber « quelques bons bouquins ». On leur ajoutera Jean-Baptiste Godin, qui avant de devenir le grand industriel philanthrope que l’on connaît, a fait son Tour de France (1835-1837) et lisait les philosophes des Lumières depuis l’âge de quinze ans77 ; et Pierre Huguenin, le menuisier imaginé par George Sand dans son roman Le compagnon du Tour de France (1843) qui empruntait clandestinement des livres dans le cabinet de lecture du château solognot où il effectuait des travaux de restauration et connaissait par cœur L’Émile, qu’il lisait à la veillée avec quelques amis compagnons. Ce dossier un peu mince suffit-il à contrebalancer les remarques de Perdiguier selon qui le travailleur amateur de livres était un « objet de railleries », ou d’Arnaud décrivant ses compagnons comme de « crédules ouvriers, aveugles et idolâtres de leurs préjugés »78.

  • 79 La coutume s’en est perdue vers le milieu du xixe siècle. Emile Coornaert, op. cit, p. 231.
  • 80 Lesquels offraient parfois un bal à leur tour le lendemain.
  • 81 Ils lui avaient fait pour la circonstance retarder son départ pour Bagnères-de-Luchon.
  • 82 Qui le traitait comme son fils et en aurait bien fait son gendre. La maison était prêtée aux compa (...)

27Le recrutement élitiste et la forme initiatique du compagnonnage débouchaient-ils sur une société récréative refermée sur les seuls compagnons ? Voire même sur des fractions de ce monde ? Le compagnonnage du xixe siècle était divisé en devoirs rivaux dont les oppositions étaient telles qu’ils ne se mêlaient pas dans les pratiques ludiques. La hiérarchisation des grades et des corps de métier suscitaient aussi des ségrégations. Ainsi les « goûters en société » des typographes parisiens, au xviiie siècle, tous les lundis et même d’autres jours, excluaient-ils les apprentis. À Blois vers 1837, selon le témoignage de Guillaumou, cordonniers et boulangers, c’est-à-dire des « soi-disant » compagnons non reconnus ou mal reconnus par les autres, avaient choisi de passer ensemble les soirées du dimanche en abandonnant la rue aux charpentiers. Avec les employeurs, la plupart du temps des chefs de petites entreprises, souvent issus du compagnonnage, la séparation liée au statut social et à la génération n’était pas totale. En dehors même des manifestations officielles et ritualisées tels des « pâtés de veille », repas offerts par les maîtres79, et les bals de fête patronale où les compagnons faisaient danser patrons et patronnes80, les relations avec les maîtres s’élargissaient au-delà de l’espace-temps du travail et pas seulement dans des occasions aussi exceptionnelles que cette exécution d’un parricide à laquelle Boyer, son patron et ses collègues ont assisté à Toulouse81. À Lyon un dimanche Ménétra a été convié par son « bourgeois » à une promenade en famille jusqu’à une île de la Saône ; lorsqu’il a quitté la ville, le dit « bourgeois » a été invité au souper qui lui a été offert par les vitriers. Un 15 août le patron de Batard l’a emmené à Palavas-les-Flots. Celui de Victorien, un jour où la besogne manquait, lui a fait visiter le grand magasin de la Maison Hennessy à Cognac ; quelques jours plus tard il lui offrait une soirée au théâtre. Ce bourrelier semble avoir été particulièrement proche de ses ouvriers : il lui arrivait de les accompagner au café ; un soir il a accueilli chez lui une soirée crêpes : chacun avait cotisé pour la farine, les œufs, la graisse… et le vin. Les maîtres recevaient volontiers leurs ouvriers dans leurs « campagnes ». Si l’apprenti Jérôme mis en scène dans les Anecdotes typographiques de N. Contat semble avoir été invité surtout à cause de sa « fidélité à se rendre utile » (il ne rechignait pas à aider à la cuisine ou à passer le râteau dans les allées), Perdiguier allait parfois le dimanche « faire la partie aux boules » avec le menuisier qui le logeait dans le jardin qu’il possédait « hors ville ». À Tours en 1839, Arnaud a passé des « moments fort agréables » dans la maison de campagne de son employeur : le boulanger Gasté, de la place du Grand Marché82. Même chose pour Ameline à Saintes : il allait chasser ou cueillir des champignons avec le fils du « bourgeois » ; au retour on buvait du vin chaud en mangeant des châtaignes ou on se rendait chez le grand-père déguster des eaux de vie.

  • 83 Jean-Baptiste Arnaud, op. cit, p. 152.
  • 84 Pierre Ameline, op. cit, p. 71.
  • 85 Pierre Barret et Jean-Noël Gurgand, op. cit, p. 305. D’après J. Loubet, « Souvenirs sur mon père, (...)

28Mais c’est surtout avec la jeunesse locale que se retrouvaient les compagnons. La remarque de Perdiguier à propos de Marseille où elle n’admettait guère « l’étranger au sol » à ses amusements, semble relever de l’exception. Un peu partout les compagnons participaient aux fêtes champêtres et aux bals. Les exemples abondent, chez Ménétra, chez Perdiguier, chez Arnaud dont les trois premiers mois à Château-Renault se sont écoulés « comme un songe de joyeux délire […] les jeunes gens de la localité n’[ayant eu] aucune peine à [lui] faire descendre la pente de la folie […] »83. Chez Ameline qui s’est amusé « au mieux » pendant le carnaval à Carcassonne : « Nous avions le bal paré et masqué, où l’on dansait, et où on pouvait danser le bon et le mauvais »84. Chez Batard qui s’est mêlé assidûment aux réjouissances des habitants de Charlieu, en majorité des soyeux, vers 1889, chez Victorien, chez Boyer qui a joué de l’accordéon dans une fête des conscrits et courait les corridas, à la belle saison dans les villages du Languedoc. À Montpelllier vers 1880, les charpentiers étaient souvent conviés aux bals des étudiants « où leur robustesse élégante, leurs goûts aventureux étaient appréciés »85. Dans l’entre-deux-guerres Morin était un habitué des bals, comme à Fouras, cette station balnéaire proche de La Rochelle où chaque soir la fête était « permanente […] jusqu’à deux heures du matin » au point qu’il a failli y laisser sa santé, ou à Airvault (Deux-Sèvres) où il prenait pension dans un hôtel où se donnait un bal chaque dimanche. Violoniste il était régulièrement sollicité pour faire des remplacements dans les orchestres.

  • 86 Agricol Perdiguier, Mémoires…, op. cit, p. 191.
  • 87 Francis Laget…, op. cit, p.21.
  • 88 Pierre Morin, op. cit, p. 104 et 18. Les loisirs ne sont évidemment pas sans liens avec l’exercice (...)

29La sociabilité compagnonnique étant exclusivement masculine, hormis le rôle tenu par les « mères », les fêtes et les bals réintroduisaient l’élément féminin. Aux « assemblées » de Chartres et de ses environs « nous sautions comme des fous avec les jeunes filles » au son du violon et d’une grosse caisse, se souvenait Perdiguier avec émotion86. Flouret faisait « danser les petites Tourangelles qui n’avaient pas l’air de s’en montrer attristées »87. Celles d’Airvault non plus que Morin trouvait « sans préjugé et même assez aguichantes », ni celles de Fouras avec lesquelles on allait « en équipe sur la plage […] prendre le bain de minuit […] »88.

LA CHANSON

  • 89 Un exemple parmi tant d’autres, ce point final des mémoires de Pierre Morin : « Alors, à votre san (...)
  • 90 Cités par Emile Coornaert, op. cit, p. 237.

30La vie compagnonnique tout entière, depuis les manifestations officielles et ritualisées jusqu’aux loisirs les plus libres, était bercée par des chansons. La chanson était avec le vin, auquel elle était étroitement associée89, un autre élément de base de la sociabilité compagnonnique. Le vin l’irriguait et la chanson la rythmait. Les compagnons écrivains et les historiens sont un animes à le souligner, et avec force. À Perdiguier : « Les chants […] inspirent l’enthousiasme et ont une action incroyable dans la vie du compagnonnage »90, fait écho Pierre Moreau : « C’est pour ainsi dire l’âme du compagnonnage ». Même si chacun ne pouvait mettre en valeur ces belles voix de ténor (Arnaud par exemple) ou de baryton qui rappelaient à Marguerite Duguet les chants dans la forge de son père, même si le « bel canto du Midi et des Pyrénées » (Morin) n’avait pas des équivalents partout, chanter était à la portée de tous comme le soulignait Perdiguier :

  • 91 Agricol Perdiguier, Mémoires…, op. cit, p. 193.

« […] nous ne sommes points savants ; nous ne pouvons nous livrer faute d’une instruction suffisante […] à des entretiens religieux, politiques, philosophiques, littéraires, scientifiques, artistiques, nobles, élevés, variés, intéressants, capables de nous captiver une journée entière… Eh bien ! Que faire ? Chantons, c’est le plus facile. Nous chantions donc »91.

  • 92 Témoignage de Ferdinand Flouret.

31On chantait dans toutes les circonstances : aux réunions les plus officielles, pour la réception aux grades notamment, aux plus informelles, aux fêtes et bals, aux repas et banquets (au dessert), pour accueillir les arrivants, pendant les conduites, en promenade, à la veillée chez la mère, au cabaret, après les enterrements même. A tour de rôle et à l’unisson, et de préférence « à perdre haleine » (Perdiguier). De manière très codifiée, sous la direction du rouleur, avec bans frappés en cadence, ou dans la plus libre spontanéité. En tout cas dans la durée, une chanson en appelant une autre. Ceux qui ne savaient pas de chansons étaient mis à l’amende, d’un litre de vin92 bien évidemment. « Chanter c’[était] notre passe-temps » (Boyer), chanter c’était « une habitude » et une « obligation » (Morin). La chanson était la forme idéale de l’expression de la joie, de la gaieté, du partage, du plaisir d’être ensemble, de la « chaleureuse fraternité » (Coornaert), une « manière de communier » (Poitrineau).

  • 93 Selon Abel Boyer « pas de chansons canailles » à l’Hôtel de la Croix blanche, à Tours en 1903, où (...)
  • 94 Par exemple des chansons bonapartistes dans les premières décennies du xixe siècle selon le témoig (...)
  • 95 Le Musée du compagnonnage, à Tours, conserve une soixantaine de chansons inédites d’Alphonse Menio (...)
  • 96 Qui pendant son Tour de France a écrit une chanson sur la vie à Carpentras et une autre pour remer (...)

32Le répertoire interprété était double. Les chansons profanes et populaires étaient des plus variées : chansons bachiques, sentimentales, grivoises (dans certaines limites)93, humoristiques, humanitaires, patriotiques, politiques parfois94. S’y ajoutait un répertoire spécifiquement compagnonnique, très abondant, réutilisant la plupart du temps des airs connus. Nombreux sont les compagnons qui se sont essayés à écrire des chansons. Certains ont été des chansonniers très féconds et très appréciés, tels Vendôme la Clef des cœurs (Jean-François Piron), surnommé « le Béranger du compagnonnage », le tailleur de pierre Joli Cœur de Salernes (Frédéric Escolle), le cordier Languedocien l’Ami des filles (auteur du Blason et de La Canne, deux des chants les plus populaires du compagnonnage), le boulanger Rochelais l’Enfant chéri (Louis-Pierre Journolleau), le chapelier La Prudence le Bourguignon (Martin Bouchard), etc95. Parmi les compagnons mémorialistes plusieurs ont composé des chansons : Ménétra96, Perdiguier, Guillaumou, Boyer, Arnaud, le plus prolixe, dont le journal L’Indre-et-Loire, alors qu’il se trouvait à Tours en 1839, a publié Le Tour de France en le présentant comme « [sacrifiant] aux muses tous ses instants de loisirs ».

  • 97 P. 95-96.
  • 98 Agricol Perdiguier, op. cit, p. 87.
  • 99 François-Joseph Fourmequin, op. cit, p. 132. Il prenait soin d’ajouter : « [...] je ne donnais nul (...)
  • 100 Dans le meilleur des cas l’entraînement à la violence débouchait sur des combats entre champions.

33La chanson n’avait pas qu’une fonction récréative. Dans la première moitié du xixe siècle, et encore au-delà, le compagnonnage était affecté par des oppositions farouches entre devoirs qui dégénéraient régulièrement en « bourrades », bagarres, violences physiques qui laissaient parfois des morts sur le terrain. Les doleurs, c’est-à-dire les tonneliers, qui n’hésitaient pas à se servir de leurs outils tranchants, avaient la réputation d’être particulièrement dangereux. Dans son Livre du compagnonnage Perdiguier citait un article du Constitutionnel (28 février 1841) opposant l’image jugée trop idéale donnée par George Sand dans son Compagnon du Tour de France à l’affligeante réalité des brutalités innombrables : topages qui n’étaient qu’ » assauts de bâtonnistes le long des chemins », « promenades des barrières ou le bâton joue un si grand rôle »97. Il l’a confirmé dans ses Mémoires : « Le Tour de France était tout belligérant. Les compagnons étaient des guerriers, les compagnonnages des armées ennemies […] »98. Les seules pratiques sportives évoquées dans les autobiographies, hormis la marche à pied et, mais c’est au xxe siècle : le cyclisme, la culture physique, le ski et la natation (Morin), étaient d’ailleurs lesarts martiaux. À Tarare, racontait Fourquemin, aspirants et compagnons allaient tous les dimanches matin prendre les leçons de savate, de chausson, de bâton et de canne99. Perdiguier et Guillaumou l’ont observé eux aussi100.

34Les chansons « guerroyantes », « insultantes » (Perdiguier) participaient à la violence. Si parfois l’affrontement s’arrêtait à un échange de couplets haineux complétés par des grossièretés, elles avaient le plus souvent un effet de provocation et d’excitation à la bataille.

  • 101 Agricol Perdiguier, Mémoires…, op. cit, p. 145.
  • 102 Toussaint Guillaumou, op. cit, p. 119.

« Les compagnons ont des chants dignes des cannibales, les uns hurlent qu’ils veulent trancher la tête et manger le foie des dévorants ; les autres qu’ils veulent arracher la peau du ventre et boire le sang des gavots », se désolait Perdiguier101. Et Guillaumou renchérissait : « […] le Tour de France chantait la gloire en alimentant les prisons et les hôpitaux »102.

  • 103 Jean-Baptiste Arnaud, op. cit, p. 120.
  • 104 Toussaint Guillaumou, op. cit, p. 257. Outre maître Jacques, le père Soubise et le roi Salomon son (...)

35C’est Perdiguier qui le premier, conscient du rôle de la chanson dans la sociabilité compagnonnique, a eu l’idée de l’utiliser comme moyen de pacification en substituant aux « chansons de secte » des « chansons de régénération » porteuses de valeurs d’amour, d’union, de fraternité, de concorde, de réconciliation. Il a fait école. Parmi ses émules on se contentera de citer Arnaud qui, après avoir été séduit « d’une façon extraordinaire » par les chansons « belliqueuses et entraînantes » s’est mis à « [chanter] la réforme » au fil des étapes de son tour de France, en rencontrant un « enthousiasme » qui l’amena à multiplier ses compositions103. Et Guillaumou, beaucoup moins fécond, dont chaque couplet du Rêve, une chanson qui lui avait été inspirée par un orgue de Barbarie jouant sous sa fenêtre, se terminait par : « Embrassez-vous fils de Soubise, de maître Jacques et Salomon »104.

36Au xixe siècle le compagnonnage s’enracinait dans le monde de la petite entreprise traditionnelle et artisanale, dont le poids demeurait très fort dans la France en voie d’industrialisation. Néanmoins il était représentatif de la classe ouvrière préindustrielle donc affectée par un certain déclin. Il était en crise, ses effectifs reculaient tandis que se développaient d’autres formes d’associations ouvrières avec le syndicalisme qui recrutait de plus en plus dans le prolétariat de la grande industrie. Y avait-il, dans ce contexte, une originalité de la sociabilité récréative, ludique, festive du compagnonnage, comme semblent le penser ses historiens, ou bien s’immergeait-elle dans la nébuleuse du loisirs populaire et ouvrier en général ?

  • 105 Voir par exemple Fabrice Laroulandie, Les ouvriers de Paris au xixe siècle, Paris, Christian, 1997 (...)

37Bien des traits décrits dans les mémoires analysés ici se retrouvent dans les autobiographies d’ouvriers qui n’appartenaient pas au compagnonnage, pour ne citer que ce type de source. Les contraintes du temps et de l’argent et les biais pour s’en affranchir, les divertissements offerts par les spectacles de la rue après la journée de labeur à Paris, la fréquentation des cabarets, et des caboulots, des bals-musette, des salles de chanson, la convivialité bien arrosée et s’épanchant dans les chansons, les noces à tout casser et en bande, la promenade ou l’excursion du dimanche, la préférence pour le mélodrame chez ceux qui allaient au théâtre… tout cela n’était bien sûr pas propre aux compagnons105. Écoutons Jean-Baptiste Dumay décrire son séjour à La Ciotat en 1861-1862 :

  • 106 J.-B. Dumay, Mémoires d’un militant ouvrier du Creusot (1841-1905), Paris, Maspero, 1976, p. 94.

« […] j’étais le boute en train de toutes les parties dans les réunions des jeunes gens de mon âge et chaque dimanche, quand ce n’était pas une grande partie de bateau à l’Ile verte (huit fois), où l’on déjeunait et dînait, c’étaient des voyages d’agrément à Marseille ou à Toulon surtout, où je retrouvais là de nombreux Creusotins avec lesquels je faisais de bruyantes parties de plaisirs »106.

  • 107 Rolande Trempé, op. cit, p. 311-312.
  • 108 M. Nadaud, Léonard, maçon de la Creuse, Paris, La Découverte, 1998, p. 59.
  • 109 F. Le Play, A. Focillon, « Charpentiers de Paris. De la corporation des compagnons du devoir d’apr (...)
  • 110 Agricol Perdiguier a anticipé Denis Poulot en opposant le « bambocheur » aux ouvriers « plus sages (...)
  • 111 Norbert Truquin, Mémoires et aventures d’un prolétaire 1833-1887, Paris, G. Tautin, 1974.

38Le goût des maréchaux parisiens (pas tous compagnons du reste) pour les courses de chevaux fait écho à celui des mineurs de Carmaux pour les jeux de hasard : gibier, baccarat, chemin de fer, poule au billard107. La médiocrité de la culture au témoignage de Martin Nadaud sur son garni parisien des années 1830 où n’entraient ni livres, ni journaux : « on peut dire qu’on mangeait et qu’on dormait sans jamais songer à la culture de l’esprit »108. Le compagnon charpentier parisien étudié par Frédéric Le Play en 1856109, qui promenait sa petite famille en habits du dimanche, emmenait ses enfants voir un spectacle une fois par an, allait de temps en temps dîner chez un cousin, banquetait avec ses collègues à la fin de chaque chantier grâce au « pour-boire » alloué par le patron, et élevait un oiseau, fait irrésistiblement penser à « l’ouvrier vrai » décrit par Denis Poulot. Et les Enfants de la jubilation évoqués plus haut au « vrai sublime »110. Certains aspects pourraient sembler plus spécifiques aux compagnons. La fête patronale ? Songeons à la Sainte-Barbe chez les mineurs. L’ » attraction touristique » ? Sans doute oui à cause du Tour de France mais on en trouve des traces chez Dumay ou Norbert Truquin111. La chanson ? En partie parce qu’au répertoire populaire s’ajoutait celui, à contenu identitaire, spécifique au compagnonnage.

  • 112 Jean-Baptiste Arnaud, op. cit., p. 307.

39La crise du compagnonnage a suscité un besoin de réforme. Les préoccupations réformatrices ont d’ailleurs inspiré les récits autobiographiques souvent (et les chansons !), en particulier chez Perdiguier et chez Arnaud lequel a présenté ses mémoires comme le fruit de ses « méditations régénératrices »112. Un rôle a-t-il été assigné aux loisirs dans les projets de rénovation ? C’est incontestable chez Perdiguier où s’exprimait à la fois la revendication du loisir comme activité légitime et un désir de le moraliser :

  • 113 Agricol Perdiguier, Mémoires…, op. cit, p. 98 et 192.

« Les plaisirs les plus simples, les plus enfantins, les moins coûteux, sont ceux qui ont le plus de charme, qui laissent le plus longtemps, les plus heureux souvenirs » ; « […] vivons avec sagesse, avec sobriété, honnêtement, c’est ma pensée ; mais un peu gaiement si possible… Dieu nous a donné la vie, ne la rendons pas malheureuse, ne l’abrégeons pas par des ennuis volontaires […] »113.

  • 114 Pierre Morin, op. cit, p. VI.

40Mais là encore, on remarquera que le souci de respectabilité à travers la moralisation des loisirs n’était pas une originalité du compagnonnage. Au reste le divertissement demeurait subordonné au labeur. Pierre Morin qui, de tous les compagnons mémorialistes, est celui qui a accordé le plus de place aux loisirs et semble leur avoir consacré le plus de temps, tranchait : « Le travail bien fait est le seul valable, et ce travail passe avant tout. Les loisirs c’est du superflu »114.

Notes

1 C’est un thème du reste marginal dans l’historiographie de la classe ouvrière. Voir par exemple les grandes thèses de Rolande Trempé, Les mineurs de Carmaux 1843-1914, Paris, Éditions Ouvrières, 1971 et Yves Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914), Lyon, Presses Universitaires de Lyon 1977 : quelques paragraphes chacun à propos des budgets ouvriers. Georges Duveau semble faire exception dans La vie ouvrière sous le Second Empire, Paris, Gallimard, 1946, avec une soixantaine de pages sur les loisirs dans son chapitre IV sur les mœurs. Le mouvement ouvrier s’est peu interrogé sur la question des loisirs, même après Le droit à la paresse de Paul Lafargue (1883). Voir les communications d’Angèle Kremer-Marietti, « Les avatars du concept de loisir au xixe siècle dans la société industrielle et dans la philosophie sociale » et Alain Garrigou, « Socialisme et loisir au xixe siècle » dans Adeline Daumard (dir. ), Oisiveté et loisirs dans les sociétés occidentales au xixe siècle, Abbeville, Paillard, 1983, p. 31-50, et Robert Beck, Histoire du dimanche de 1700 à nos jours, Paris, Éditions de l’Atelier, 1997, p. 290-304.

2 Le compagnonnage, son histoire, ses coutumes, ses règlements et ses rites, Paris, Librairie du Compagnonnage, réédition 1977, p. 249 et 277. Les compagnons étaient censés être préservés par un encadrement de type familial et « un sentiment remarquable de [la] dignité d’homme ». Étienne Martine Saint-Léon indique avoir assisté à trois bals, digne illustration de cette supériorité morale : « On s’amuse franchement, mais décemment et honnêtement » (p. 267).

3 Les compagnons en France du Moyen Age à nos jours, Paris, Éditions Ouvrières, 1966 ; dans le chapitre V : « La vie des compagnons », p. 228, 231, 236-237, 240.

4 Le compagnonnage en France, Paris, Payot, 1978, p. 191-192, 243, 257-258. Cinq occurrences sur la chanson dans l’index.

5 Histoire du compagnonnage, Lyon, Horvath, 1992, p. 55-57, 74.

6 Ils voyageaient la France, Vie et traditions des compagnons du tour de France au xixe siècle, Paris, Hachette, 1980, p. 289-317.

7 Agricol Perdiguier (Avignonnais la Vertu), Mémoires d’un compagnon, 1854-1855, Paris, Librairie du Compagnonnage, réédition 1977, p. 192 et 112.

8 Francis Laget et Jean-Michel Mathonière (documents réunis et présentés par), Ferdinand Flouret et le compagnonnage, 1991, p. 16 et 22.

9 Jean-Baptiste Arnaud (Libourne le Décidé), Mémoires d’un compagnon du Tour de France, Rochefort, A. Giraud, 1859, p. 307.

10 Alexandre Victorien, Lettres du Tour de France, dactylographié, Archives du Musée du compagnonnage, Tours.

11 Abel Boyer, Le Tour de France d’un compagnon du devoir, Paris, Imprimerie du Compagnonnage, 1957, p. 95.

12 Pierre Morin, Compagnon du devoir au xxe siècle, Paris, Librairie du Compagnonnage, 1994, p.16 et 69.

13 « […] un seul ! C’était peu ! eh bien ! il suffisait à nous rendre heureux » Agricol Perdiguier, op. cit., p. 96. Temps libre ou temps du travail prolongé, le dimanche n’est quasiment jamais évoqué sous l’angle des devoirs religieux par les compagnons mémorialistes, non hostiles à la religion mais souvent critiques du clergé. Il semble que l’assistance à la messe ait été bien souvent limitée aux grandes occasions, telles les fêtes patronales.

14 Pierre Moreau, De la réforme et des abus du compagnonnage et de l’amélioration du sort des travailleurs, 1843, p. 54, cité par Pierre Barret et Jean-Noël Gurgand, op. cit., p. 103.

15 Auguste R. Batard, Souvenirs d’un apprenti bourrelier-harnacheur compagnon du Tour de France 1887-1891 par Nantais la belle conduite, Nantes, Union compagnonnique, 1956, p. 16 et 35.

16 Abel Boyer, op. cit.

17 Témoignages de François-Joseph Fourquemin, Souvenirs d’un menuisier nivernais au xixe siècle, Autun, Éditions du Pas de l’Ane, 1998 ; Agricol Perdiguier, op. cit. ; Pierre Morin, op.cit.

18 Ph. Minard (prés.), Typographes des Lumières, suivi des anecdotes typographiques de Nicolas Contat, Seyssel, Champ Vallon, 1989, p.135.

19 Gabriel Désert, « Les mémoires d’un travailleur bas normand. Première moitié du xixe siècle », Annales de Normandie, juin 1969, p. 162.

20 Abel Boyer, op. cit., p. 121.

21 Pierre Morin, op. cit., p. 18 et 58.

22 Pierre Barret, Jean-Noël Gurgand, op. cit., p. 142 et 297.

23 Agricol Perdiguier, op. cit, p. 61, 76, 131.

24 Leur suspension pendant l’été lui a permis de participer aux répétitions d’une harmonie.

25 Denis Poulot, Question sociale. Le sublime ou le travailleur comme il est en 1870 et ce qu’il peut être, Paris, Marpon/Flammarion, réédition de 1887, p. 38.

26 Joseph Voisin, Histoire de ma vie et cinquante ans de compagnonnage, Tours, Imprimerie du Progrès, 1931, p.19.

27 Agricol Perdiguier, op. cit., p. 55 et 58.

28 François-Joseph Fourquemin, op. cit., p. 108.

29 Gabriel Désert, art. cité, p. 157-158. Il a passé ensuite six à sept mois à Nantes sans se faire d’amis et en a conclu que sa bourse ne s’en portait que mieux.

30 Francis Laget, op. cit, p. 18 et 21. Il prenait soin d’ajouter qu’un tel incident était demeuré exceptionnel : « je n’ai jamais refusé mais toujours dans les limites permises par l’état de mon porte-monnaie […] ».

31 Toussaint Guillaumou (Carcassonne le bien aimé du tour de France), Les confessions d’un compagnon, [1863], 1996, Paris, J. Grancher, p. 87-88.

32 Daniel Roche (prés.), Journal de ma vie. Jacques Louis Ménétra compagnon vitrier au xviiie siècle, Paris, Montalba, 1982, p. 346.

33 Abel Boyer, op.cit, p. 215.

34 Jean-Baptiste Arnaud, op. cit., p. 186-187 et 195.

35 Abel Boyer, op. cit, p. 41, 84-86.

36 Pierre Morin, op. cit., p. 39 et 97.

37 Le terme ne se trouve que sous la plume de Boyer et de Morin, les deux plus récents (début xxe siècle) parmi les mémorialistes étudiés.

38 Expression de Jean-Baptiste Arnaud.

39 Expression de Daniel Roche, op. cit, p. 315.

40 Par exemple Catherine Bertho-Lavenir, La roue et le stylo. Comment nous sommes devenus touristes, Paris, O. Jacob, 1999.

41 En revanche ils n’ont pas tous fait le pèlerinage à la Sainte-Baume, emplacement légendaire du tombeau de Maître Jacques, un des fondateurs mythiques du compagnonnage.

42 Ameline y a aussi assisté.

43 Le monopole de l’embauche exercé par les sociétés compagnonniques ne mettait pas leurs membres à l’abri. Dans les villes étapes du tour de France et pour chaque métier le rouleur centralisait les offres d’emploi et présentait les compagnons qui arrivaient aux employeurs. Parfois les compagnons se débrouillaient par eux-mêmes.

44 François-Joseph Fourquemin, op. cit, p. 122.

45 Abel Boyer, op. cit, p. 27. À Saint-Nazaire il est allé admirer les voiliers dans le bassin de Penhoët.

46 Ibidem, p. 30.

47 Agricol Perdiguier, op. cit, p. 229.

48 Abel Boyer, op. cit, p. 93-94.

49 Quelques exemples : « Conseil aux affiliés », de Perdiguier :
Extrait du couplet 3 : « D’une riche cité, de la belle Marseille
Sous peu vous verrez les clochers
Vous saurez visiter cette antique merveille »
« Les adieux de Touraine », de Tourangeau la Clef des cœurs, couvreur-zingueur du Devoir :
Extrait du couplet 2 : « Adieu place des Halles
Et les quais enchanteurs
Ta longue rue Nationale
La Loire aux flots berceurs
Ta vieille cathédrale
Fait des admirateurs. »
Dans « Les Adieux de Nancy », où il a passé un an bien qu’elle ne figurât pas parmi les villes du Tour de France, Jean François Piron, compagnon blancher-chamoiseur, a vanté les « beaux monuments » de « l’orgueil de la Lorraine », sa « superbe place royale », son « hôtel de ville imposant ».
L’arc de triomphe, la carrière
Près d’elle la pépinière,
Le Palais du gouvernement », etc., ainsi que les « beaux environs ».

50 Rencontré à l’occasion de son travail à l’Hôtel du Saint-Esprit où demeurait le philosophe.

51 Agricol Perdiguier, op. cit, p. 96. Il les recommandait aux compagnons qui selon lui les négligeaient trop souvent.

52 Une excursion que fera aussi Morin presque un siècle plus tard.

53 Abel Boyer, op. cit, p. 93.

54 Les bals de compagnons ne se limitaient pas à ceux des fêtes patronales, plus solennels.

55 François Icher, Les compagnonnages en France au xxe siècle : histoire, mémoire, représentations, Paris, J. Grancher, 1999, p. 433.

56 Agricol Perdiguier, Le livre du compagnonnage, Paris, Pagnerre, 1841, p. 64-65.

57 Jean-Pierre Bayard, op. cit, p. 191-192.

58 Toussaint Guillaumou, op. cit, p. 62.

59 Ménétra a lui-même improvisé de petits spectacles. À Versailles il a installé, avec des tonneaux et des établis, un théâtre devant la boutique de son employeur : le vitrier du roi, et y a joué avec quelques complices la Parade du savetier et celle du tailleur, pour le public des valets de pied et des Cent Suisses. Il avait fait la « folie » de s’acheter une « défroque » d’Arlequin.

60 Une pratique semble-t-il déjà bien trop répandue. Avant son départ pour Bordeaux le père de Batard lui a donné ce conseil, qu’il a suivi : « ne fume pas ». Francis Laget, op. cit, p.17.

61 Abel Boyer, op. cit, p.121.

62 Marguerite Duguet, Mémoires d’une mère en Devoir, Paris, Librairie du Compagnonnage, 1979, p.14.

63 Agricol Perdiguier, Mémoires…, op. cit, p. 97.

64 Toussaint Guillaumou, op. cit, p. 84-88.

65 Daniel Roche, op. cit, p.171 et 181.

66 Agricol Perdiguier, Mémoires..., op. cit, p. 96 et 285.

67 Daniel Roche, op. cit, p. 372.

68 Poursuivant ensemble leur chemin ils « […] laissaient dans chaque hameau
Rires francs et bouteilles vides ».
Pierre Dupont, Chants et chansons, Paris, A. Houssiaux, 1851.

69 Agricol Perdiguier, Mémoires…, op. cit, p. 101. Ce qui était aussi une façon de prouver qu’on résistait à l’ivresse. Le premier compagnon payait double quand il pêchait contre le règlement.

70 Gabriel Désert, art. cité, p. 162.

71 Aagricol Perdiguier, Mémoires…, p. 96. Le bon marché du vin expliquait la fréquentation des cabarets des barrières.

72 Abel Poitrineau, op. cit, p. 74.

73 Et même sa responsabilité de premier en ville. T.oussaint Guillaumou, op. cit, p. 114.

74 Abel Boyer, op. cit, p. 148 et 215.

75 L’écriture aussi. En 1826 à Nogent-le-Roi, où les possibilités de distractions, hormis la promenade, n’étaient sans doute pas très variées, Perdiguier lisait et écrivait, « et tous [ses] instants de loisirs étaient ainsi occupés » (Agricol Perdiguier, Mémoires, op. cit., p. 187). À Tours en 1842 Arnaud a entrepris la rédaction de ses Mémoires ce qui était « un plaisir, en même temps qu’un délassement » (Jean-Baptiste Arnaud, op. cit, p. 324).

76 Quatre petits volumes achetés à Bordeaux. S’y ajoutait La Henriade, emportée souvent en promenade.

77 Jean-Baptiste Godin, Solutions sociales, Quimperlé, La Digitale, 1979, p. 427.

78 Citées par Martyns Lyons, « La culture littéraire des travailleurs, Autobiographies ouvrières dans l’Europe du xixe siècle », Annales Histoire sciences sociales, juillet-octobre 2001, p. 945.

79 La coutume s’en est perdue vers le milieu du xixe siècle. Emile Coornaert, op. cit, p. 231.

80 Lesquels offraient parfois un bal à leur tour le lendemain.

81 Ils lui avaient fait pour la circonstance retarder son départ pour Bagnères-de-Luchon.

82 Qui le traitait comme son fils et en aurait bien fait son gendre. La maison était prêtée aux compagnons pour des assemblées initiatiques.

83 Jean-Baptiste Arnaud, op. cit, p. 152.

84 Pierre Ameline, op. cit, p. 71.

85 Pierre Barret et Jean-Noël Gurgand, op. cit, p. 305. D’après J. Loubet, « Souvenirs sur mon père, compagnon charpentier DD de L », Le Voile d’Isis, décembre 1925.

86 Agricol Perdiguier, Mémoires…, op. cit, p. 191.

87 Francis Laget…, op. cit, p.21.

88 Pierre Morin, op. cit, p. 104 et 18. Les loisirs ne sont évidemment pas sans liens avec l’exercice de la sexualité. À l’exception de ceux de Ménétra, qui s’avouait sans complexe « porté à la bagatelle » et pour qui la chasse au « gibier féminin » (de « toutes espèces » et en partie trouvé parmi les épouses, veuves et filles de maîtres et parmi la clientèle, religieuse y compris) était un souci de tous les instants, tant pendant ses deux tours de France qu’à Paris où il conduisait « ses sultanes » à la « chambre des conquêtes » (tapissée « tout en petites glaces par compartiments »), et qui après son mariage ne s’est pas privé de « donner des coups de canif dans le contrat » quand il trouvait « quelques poulettes à croquer », les mémoires de compagnons sont assez discrets. Le sage Perdiguier qui évoquait pudiquement les désirs éveillés lors des fêtes champêtres : « […] bonheur extrême !… et pourtant incomplet », mais ne voulait pas se « livrer aux femmes perdues » (Agricol Perdiguier, Mémoires…, p. 206), était sans doute moins représentatif que le charpentier couvreur Tourangeau le Sérieux qui, dans l’entre-deux-guerres était client des « bordels de Tours » « où l’on baisait pour cinq sous » (La Nouvelle République du Centre-Ouest, 28-29 novembre 1978, cité par Pierre Barret et Jean-Noël Gurgand, op. cit, p. 105) ou que les deux compagnons qui enrubannaient les filles dans une « maison prostituée », au témoignage de Toussaint Guillaumou (op. cit, p. 211).

89 Un exemple parmi tant d’autres, ce point final des mémoires de Pierre Morin : « Alors, à votre santé, Pays et Coteries : chantons, trinquons, buvons, et bonne route », op. cit, p. 271.

90 Cités par Emile Coornaert, op. cit, p. 237.

91 Agricol Perdiguier, Mémoires…, op. cit, p. 193.

92 Témoignage de Ferdinand Flouret.

93 Selon Abel Boyer « pas de chansons canailles » à l’Hôtel de la Croix blanche, à Tours en 1903, où l’on chantait trois fois par semaine. Pas non plus de vulgarité et de gaudrioles chez la mère Duguet dans le Lyon des années 1930.

94 Par exemple des chansons bonapartistes dans les premières décennies du xixe siècle selon le témoignage de Perdiguier. Le bonapartisme populaire s’enracinait dans les années d’enfance, pendant le Premier Empire, d’une génération de compagnons. Voir notamment sur les jeux militaires et les influences paternelles les mémoires de François-Joseph Fourquemin et A.gricol Perdiguier.

95 Le Musée du compagnonnage, à Tours, conserve une soixantaine de chansons inédites d’Alphonse Meniot (Alphonse le Berry), serrurier à Châteauroux, signées : Le forgeron de la paix.

96 Qui pendant son Tour de France a écrit une chanson sur la vie à Carpentras et une autre pour remercier les compagnons d’Auxerre de leur bon accueil.

97 P. 95-96.

98 Agricol Perdiguier, op. cit, p. 87.

99 François-Joseph Fourmequin, op. cit, p. 132. Il prenait soin d’ajouter : « [...] je ne donnais nullement dans ces sciences-là » qui lui faisaient tenir le compagnonnage « en horreur » au point de ne plus vouloir en gravir les grades.

100 Dans le meilleur des cas l’entraînement à la violence débouchait sur des combats entre champions.

101 Agricol Perdiguier, Mémoires…, op. cit, p. 145.

102 Toussaint Guillaumou, op. cit, p. 119.

103 Jean-Baptiste Arnaud, op. cit, p. 120.

104 Toussaint Guillaumou, op. cit, p. 257. Outre maître Jacques, le père Soubise et le roi Salomon sont les fondateurs mythiques du compagnonnage. En rédigeant ses Confessions en 1863, Toussaint Guillaumou exprimait un certain scepticisme sur les effets bénéfiques du nouveau répertoire compagnonnique : « On parle de progrès dans le compagnonnage ; je ne les vois que dans les chansons, et encore… » (p. 357).

105 Voir par exemple Fabrice Laroulandie, Les ouvriers de Paris au xixe siècle, Paris, Christian, 1997, p. 162-168.

106 J.-B. Dumay, Mémoires d’un militant ouvrier du Creusot (1841-1905), Paris, Maspero, 1976, p. 94.

107 Rolande Trempé, op. cit, p. 311-312.

108 M. Nadaud, Léonard, maçon de la Creuse, Paris, La Découverte, 1998, p. 59.

109 F. Le Play, A. Focillon, « Charpentiers de Paris. De la corporation des compagnons du devoir d’après les renseignements recueillis sur les lieux en avril et mai 1856 », Les ouvriers des deux mondes, tome 1, 1857, p. 20-21. Il s’agissait d’un charpentier né en 1815, marié, qui avait effectué son Tour de France en 1838-1840.

110 Agricol Perdiguier a anticipé Denis Poulot en opposant le « bambocheur » aux ouvriers « plus sages » dans son « Dialogue moral et religieux entre Lyonnais et Bordelais » intégré à son Livre du compagnonnage.

111 Norbert Truquin, Mémoires et aventures d’un prolétaire 1833-1887, Paris, G. Tautin, 1974.

112 Jean-Baptiste Arnaud, op. cit., p. 307.

113 Agricol Perdiguier, Mémoires…, op. cit, p. 98 et 192.

114 Pierre Morin, op. cit, p. VI.

Notes de fin

* Mes plus vifs remerciements vont au Musée du compagnonnage de Tours pour son appui documentaire et logistique.

Auteur

Université François-Rabelais de Tours, CEHVI

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540