Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Famille et éducation en Espagne et en Amérique Latine

 | 
Jean-Louis Guereña

II. École, famille, socialisation

La littérature éducative au Mexique après la révolution : Gabriela Mistral et José Vasconcelos

Claude Fell

Texte intégral

1Dans un Mexique qui, au terme de dix années de guerre civile presque ininterrompue, repense les modalités de son enseignement, de ses méthodes éducatives et de sa politique culturelle, le rôle et la diffusion du livre, tant dans le contexte scolaire qu'en dehors même de l'école, sont au cœur des débats et vont susciter ce qui ressemble parfois à des polémiques. On peut s'arrêter brièvement sur trois controverses principales.

  • 1 Ainsi le professeur Gildardo Avilés, qui publie En pro del libro mexicano, México, Imprenta Frances (...)
  • 2 El Demócrata, 25 février 1919, p. 3. Sur ce sujet, cf. Josefina Vázquez de Knauth, Nacionalismo y e (...)

2La première éclate en 1919 et elle est liée au contenu, à l'élaboration et à la diffusion des manuels scolaires. Sur les 28 livres de textes qui sont utilisés dans les écoles et dont la presse publie la liste en janvier 1919, 18 étaient composés et édités par la maison d'édition Appleton de New York, qui jouissait d'un quasi monopole en matière de manuels scolaires sur l'ensemble du continent. Cette situation est jugée intolérable par un groupe d'enseignants et de pédagogues, qui considèrent que l'image de la société (et de la famille) offerte dans ces livres n'a rien à voir avec les réalités nationales des différents pays latino-américains et dont certains sont peut-être "chauffés" en sous-main par la maison Bouret, déjà bien implantée, mais qui vise à élargir sa part du marché éditorial1. Face à cette situation, la Sociedad de Autores Didácticos est constituée, afin de protéger et d'affirmer les droits des auteurs mexicains de manuels scolaires, et la presse diffuse largement un "mémoire" rédigé par le professeur Gregorio Torres Quintero, qui dénonce avec vigueur les méfaits de cette "aliénation" éditoriale2. Ce débat ouvrait la voie à l'intervention directe de l'Etat dans l'impression et la diffusion des manuels scolaires, telle qu'elle se produira en 1921, lorsque les Talleres Gráficos de la Nación passeront du Ministère de l'Intérieur à celui de l'Education Nationale.

  • 3 Cf. René Avilés, Ideario pedagógico de Carlos A. Carrillo (anthologie), México, Ed. del Magisterio, (...)
  • 4 Cf. Femando Gamboa Berzunza, "El problema de los libros escolares de texto", Educación, II, 3, juil (...)

3Le second débat concerne le rôle même du livre en matière d'éducation et de culture. Un certain nombre d'enseignants reprennent les fameux anathèmes lancés vers 1885 par un des pédagogues de renom de l'époque porfirienne et grand pourfendeur de l'éducation purement livresque, farouche contempteur de toute brimade physique et ardent défenseur des activités qu'on appellerait aujourd'hui "d'éveil", Carlos a. Carrillo3.les opposants au livre reprennent les invectives de Carrillo et ils finissent par tomber dans un travers fondamentalement condamnable, celui d'un enseignement purement verbal, où le discours du maître tient lieu de réfèrent immuable et catégorique. Aussi verra-t-on paraître dans les revues pédagogiques une série d'articles préconisant une voie moyenne, qui considère le livre comme une source d'information fondamentale et qui soutient qu'il serait d'autant plus absurde de le rejeter que, depuis la reconstitution de la SEP en 1921, celle-ci s'est lancée dans une intense campagne de promotion du livre de qualité4. Ce qu'il faut, c'est établir une sorte de péréquation entre l'enfant, le maître et le livre, en combinant le tempérament de l'enfant, le savoir du maître et le pouvoir informateur du livre, sans que la moindre exclusive ne soit jetée sur aucun des trois facteurs.

  • 5 Max Eastman, Education and Art in Soviet Rusia, New York, The Socialist Publication Society, 1919, (...)
  • 6 José Vasconcelos, El monismo estético, in Obras Completas, t. III, México, Libreros Mexicanos Unido (...)
  • 7 J. Vasconcelos, Discursos. 1920-1950, México, Ediciones Botas, 1950, pp. 7-12.
  • 8 Cf., par exemple : Manuel Puga y Acal, "La obra de Vasconcelos". Excélsior, 7 juillet 1925. Après a (...)
  • 9 Boletín de la SEP, I, 2, p. 177.

4Enfin, la troisième controverse, qui tourne très vite à la polémique, est engendrée par l'initiative prise par José Vasconcelos, alors ministre de l'Education nationale, de publier et de diffuser dans une édition soignée mais bon marché et à grand tirage les fameux "Clásicos". L'idée trotte dans la tête de Vasconcelos depuis longtemps et il a pu constater que les Russes lui avaient donné une application concrète : dès novembre 1917, Lounatcharsky organise une Commission des publications, chargée des éditions à grand tirage, dont Maxime Gorki sera nommé responsable en 1918. Ce dernier entreprend aussitôt l'édition, dans des ouvrages très bon marché, des "classiques" russes (Tolstoï, Gogol, Tourgueniev, etc.) et étrangers (Homère, Dante, Shakespeare)5. A son tour, Vasconcelos, qui dès 1917 traçait les grandes lignes d'une politique éditoriale pour le Mexique6 et qui insistait dans son discours d'investiture au rectorat de l'Université de Mexico sur le rôle capital que devait jouer le livre dans une stratégie nationale d'alphabétisation et de diffusion de la culture7, énumère en janvier 1921 les noms d'auteurs que le Ministère se propose d'éditer en grande quantité et à bon marché : Homère, Eschyle, Platon, Sophocle, Plutarque, Plotin, Dante, Shakespeare, Lope de Vega, Calderón, Cervantes, GoËthe, Tolstoï, Galdós, Romain Rolland, etc. Finalement la collection, supervisée par Julio Torri, comprendra 17 volumes et on peut noter qu'aucun auteur latino-américain n'y figure (par contre, on y trouve Tolstoï, Romain Rolland et Tagore). La grande majorité des journaux se déchaînera contre la collection : on reproche, en vrac, à Vasconcelos, le gaspillage des fonds publics, l'imposition de critères culturels non populaires, une attitude de mépris à l'égard des véritable besoins d'une population analphabète à près de 80 %, l'édition d'œuvres d'accès particulièrement difficile, voire ésotérique8. Ces arguments valent d'être débattus, mais les détracteurs de Vasconcelos oublient que parallèlement à l'édition des "Clásicos" -tirés chacun à environ 20.000 exemplaires-, la SEP a distribué gratuitement près d'un million d'exemplaires du Libro nacional de escritura-lectura et qu'on a diffusé dans tout le pays 100.000 exemplaires de la Historia patria de Justo Sierra9.

5C'est donc sur la toile de fond constituée par tous ces débats qu'il faut situer la publication, en 1924, des Lecturas para mujeres, de Gabriela Mistral, arrivée en 1922 au Mexique sur l'invitation de Vasconcelos. Lors de l'inauguration d'une bibliothèque portant son nom, en août 1922, Gabriela Mistral avait souligné le rôle fondamental que jouait, à ses yeux, le livre dans tout projet culturel, tout en mettant en garde les futurs lecteurs contre la "terrible tiranía de los libros" :

  • 10 Ibid., pp. 407-408.

"Cuidáos bien de tejeros la vida en tomo de ellos. No os encontréis un día padeciendo, amando o juzgando a través del Dante, de France o de Nietszche"10.

Les Lecturas para mujeres de Gabriela Mistral

  • 11 G. Mistral, "Introducción" à Lecturas para mujeres, 2ème éd., México, Ed. Porrúa, col. "Sepan cuant (...)

6C'est précisément, à l'origine, pour les enseignants et pour les élèves -des jeunes filles et jeunes femmes de 15 à 30 ans- de l'école technique -qui jouait également le rôle de centre d'accueil pour jeunes femmes en difficulté-, baptisée elle aussi "Gabriela Mistral" que la poétesse et pédagogue chilienne va élaborer Lecturas para mujeres11. Là encore, la polémique n'est pas loin : comme le rappelle dans sa préface Palma Guillén, qui a accueilli Gabriela Mistral à son arrivée et 1 a accompagnée pendant la majeure partie de son séjour, les rancœurs et les jalousies n'ont pas manqué de se développer autour de cette "étrangère", à laquelle on estimait que Vasconcelos confiait des responsabilités pédagogiques que des Mexicains auraient très bien pu exercer. Si bien que, de façon un peu grinçante, Gabriela Mistral ouvre son introduction par des "Palabras de la extranjera" et qu'elle la signe "La compiladora".

  • 12 Cf. "Informe de las labores ejecutadas por la Dirección de Enseñanza Técnica y Comercial y sus depe (...)

7Mais ce qui importe, c'est l'organisation et le contenu d'un livre spécifiquement destiné à un public féminin, auquel l'Education Nationale mexicaine va s'intéresser, pour la première fois, sous un angle professionnel, en lui ouvrant largement les portes des Ecoles Normales et en créant, dans la capitale et certaines villes de province, des établissements techniques12. Par ailleurs, Gabriela Mistral insiste sur ce point dans sa brève introduction :

"Son muy diferentes los asuntos que interesan a niños y niñas. Siempre se sacrifica en la selección de trozos la parte destinada a la mujer, y así ella no encuentra en su texto los motivos que deben formar a la madre".

8L'ouvrage compte cinq sections qui renvoient à une organisation fondamentalement thématique : "Hogar", "México y la América española, "Trabajo", "Motivos espirituales" et "Naturaleza". A travers les titres de ces cinq divisions, on retrouve, comme entrecroisées, les principales préoccupations sociales, culturelles, éthiques et idéologiques de José Vasconcelos et de Gabriela Mistral, de même qu'on peut y lire des auteurs fréquemment cités dans la revue El Maestro, destinée aux instituteurs et publiée par Vasconcelos entre 1922 et 1924 : Tolstoï, Romain Rolland, Rabindranath Tagore, etc.

9L'ensemble se compose de 232 textes brefs (environ une page par texte), d'écriture soignée et d'accès relativement facile, empruntés pour l'essentiel à des auteurs hispanophones (seulement 78 textes sur 232 sont traduits) et, dans leur grande majorité, contemporains. Les Mexicains (Ñervo, González Martínez, Othón, Urbina, Torri, Reyes, Vasconcelos, Mediz Bolio, Carlos Pereyra, Genaro Estrada, María Enriqueta, Tablada, etc.), présents en nombre, côtoient une pléiade d'écrivains hispano-américains, de Martí, Rodó, Darío et Santos Chocano. à Lugones et Neruda. Les textes ont été choisis en fonction de trois critères :

"Primero, intención moral y a veces social; segundo, belleza; tercero, amenidad".

10Gabriela Mistral commente longuement les deux premiers ; en ce qui concerne le troisième, elle précise :

"En cuanto a la amenidad, creo que hay ya demasiado hastío en la pedagogía fría, seca y muerta, que es la nuestra".

11La première section, "Hogar", est destinée à fomenter chez les lectrices du livre-enseignantes et élèves-cet amour de la famille qui, pour Gabriela Mistral, constitue clairement la cellule de base de la société ;

"Robustecer ese espíritu de familia, ennoblecedor de la vida entera y que ha vuelto grandes a los pueblos mejores de la tierra: al inglés, por ejemplo".

12Il fallait d'ailleurs à Gabriela Mistral un certain courage pour citer à titre d'exemple un peuple non latin et de tradition religieuse non catholique, d'autant plus que cette allusion ne coïncide pas avec ses propres convictions. Elle reconnaît également que la composition de cette partie lui a demandé beaucoup d'efforts, dans la mesure où la représentation de la femme est fréquemment liée à une tradition "galante" :

"Y si pasamos de la literatura general a la española, la pobreza se hace miseria".

13C'est ce qui explique que dans cette section est rassemblé un nombre relativement important de textes d'auteurs non hispanophones : Ruskin, Tagore, Whitman, Hugo, Francis Jammes, Albert Samain, Kierkegaard, l'Italienne Ada Negri.

  • 13 Les notes de voyage recueillies par Vasconcelos à cette occasion constituent le second volet de La (...)

14La seconde section, "México y la América española", est comme une mise en textes de l"'ibéro-américanisme" cher au Ministre et à son invitée chilienne, et consolidé par le voyage officiel que fait Vasconcelos au cours des derniers mois de 1922 à travers le Brésil, l'Uruguay, l'Argentine et le Chili13. De façon symptomatique, cette partie s'ouvre sur un texte du Mexicain Antonio Caso, qui commence par les mots "Patria" et "Raza" et qui s'achève, comme en hommage à José Enrique Rodó, par la phrase suivante :

"Sepamos cumplir nuestro destino en la Tierra y en la Historia, frente al gran pueblo sajón de allende el Bravo, como avanzadas de la Raza del fantasma homérico involucrado en nuestras tradiciones y que sería capaz de llevamos al sacrificio por defender los fueros eternos de la Humanidad

15Il faut également noter que Gabriela Mistral, en incluant dans son livre un nombre important d'auteurs espagnols contemporains (Juan Maragall, Eugenio d'Ors, Eduardo Marquina, Juan Ramón Jiménez, José María Gabriel y Galán, Azorin, Manuel Machado, Santiago Rusiñol, Gabriel Miró), rejoint Vasconcelos dans son désir d'exalter une "hispanidad" dont la péninsule ibérique serait un des piliers-inclusion qui est loin de faire l'unanimité à l'époque-. Enfin, cette longue section consacrée au monde hispano-américain (avec son histoire, ses coutumes, ses héros (Cuauhtémoc, Caupolicán, Las Casas, Vasco de Quiroga, Bolívar, San Martín, Marti), ses "merveilles", ses produits de la terre-sur lesquels Pablo Neruda, présent ici avec un poème, reviendra dans le Canto General-), comme les trois autres parties suivantes, souligne que Gabriela Mistral refuse résolument de cantonner la femme dans le rôle de mère au foyer, comme elle s'en explique dans l'introduction :

"[...] En un libro de Lectura para mujeres no todo debía ser comentarios caseros y canciones de cuna. Se cae también en error cuando, por especializar la educación de la joven, se la empequeñece, eliminando de ella los grandes asuntos humanos, aquellos que le tocan tanto como al hombre: la justicia social, el trabajo, la naturaleza".

  • 14 Tous les discours de Vasconcelos sont marqués, à l'époque, par une volonté constante de dignifier l (...)
  • 15 Lettre de Gabriela Mistral reproduite in Alfredo L. Palacios, Universidad y democracia. Buenos Aire (...)

16Certes, dans la section "Trabajo", on ne trouve aucun texte marxiste ou d'inspiration marxiste, mais par contre deux textes de John Ruskin, empreints de ce spiritualisme social cultivé par Gabriela Mistral et par Vasconcelos14, et prolongés par la section suivante, la plus longue du livre : "Motivos espirituales (section composée de 7 rubriques : "La caridad", "Literatura y artes", La vida superior, "La voluntad", "Los muertos", "La alegría", "Motivos de Navidad"). Plus tard, en 1925, dans un échange de lettres avec Vasconcelos, Alfredo Palacios et Romain Rolland, Gabriela Mistral reviendra sur la nécessité de cet engagement spirituel qu'elle préconise ici à travers les textes proposés et qui pourrait mettre un terme au développement de "esa semicultura vanidosa, incapaz de dar aquella formación moral que tuvieron, a pesar de su racionalismo, ateos ilustres como Reclus y Romain Rolland"15.

Les Lecturas clásicas para niños de José Vasconcelos

  • 16 Lecturas clásicas para niños, 2 Vols de 331 et 395 p., México, SEP, 1924. En 1971, à l'occasion du (...)
  • 17 C'est en particulier à Montenegro que Vasconcelos avait confié la décoration murale des locaux mis (...)

17Lecturas clásicas para niños, composé à l'initiative de Vasconcelos mais publié, après la démission de celui-ci en juillet 1924, par son successeur à la tête de la SEP, Bernardo Gastélum, affichait au départ des ambitions beaucoup plus vastes que l'ouvrage coordonné par Gabriela Mistral16. Il s'agit de deux somptueux volumes, richement illustrés de gravures en noir et blanc et en couleurs signées par deux peintres que Vasconcelos affectionnait particulièrement, Roberto Montenegro17 et Roberto Fernández Ledesma, tous deux très influencés par l'esthétique de l'Art Nouveau. Ces illustrations contribuent évidemment à la "amenidad" dont parlait Gabriela Mistral et elles offrent en quelque sorte un prolongement esthétique et onirique à la lecture des contes réunis dans l'ouvrage.

  • 18 Cf. J. Vasconcelos, Estudios indostánicos, México, Ediciones México Moderno, 1920,373 p.

18La division de l'ouvrage -destiné à un public essentiellement enfantin- est ici géographique et non plus thématique, ce qui explique la présence minoritaire des textes consacrés à l'Amérique latine et au Mexique. Gabriela Mistral, Palma Guillén, Salvador Novo et José Gorostiza ont participé au choix des textes du premier volume, qui regroupe des contes et légendes d'Orient, de Grèce, de la tradition hébraïque et biblique. La première partie, où figurent des extraits des Upanishads, jadis traduits par Vasconcelos18, et de Tagore, s'achève sur un "appendice" destiné aux enseignants, qui inclut une présentation didactique des principales œuvres orientales et une brève bibliographie sur les religions de l'Inde, de la Chine et du Japon. Le second tome, auquel ont collaboré Jaime Torres Bodet, Francisco Monterde, Xavier Villaurrutia et Bernardo Ortiz de Montellano- les fondateurs du futur groupe des "Contemporáneos"-, est paru en juin 1925. Les contes et légendes ici rassemblés viennent d'Espagne, de France, d'Allemagne, d'Italie, d'Angleterre et de l'Amérique hispanique. Les textes hispano-américains se rapportent tous à la période précolombienne ou coloniale, jusqu'à l'orée de l'Indépendance : en dehors de Marti et de Bolívar, les auteurs de ces textes sont Ricardo Palma, mais aussi Manuel Gutiérrez Nájera, Alfonso Reyes, Carlos Pereyra, Antonio Mediz Bolio, Genaro García et Carlos Pellicer, qui propose une biographie de Bolívar.

  • 19 Dans Indología, 1926, Vasconcelos note : "Se concluyó una colección de cuentos infantiles en dos vo (...)

19Quels étaient les objectifs de Vasconcelos, en demandant à ses collaborateurs de composer ce livre dont il reconnaîtra plus tard qu'il était beaucoup trop luxueux et inaccessible aux classes populaires ?19 D'abord répondre au problème de la pénurie de livres produits et circulant dans le contexte latino-américain :

"Todo el que haya comparado nuestro ambiente hispanoamericano y aun español -écrit Vasconcelos dans le prologue-, con la cultura intensa de los países anglosajones, se habrá dado cuenta de lo escaso que son entre nosotros los libros; no tanto por su carestía, sino por lo difícil que comúnmente se hace encontrarlos, entre otras causas porque no existen traducidos a nuestro idioma. De allí que para hacer en nuestra raza obra de verdadera cultura sea menester comenzar por crear libros, ya sea escribiéndolos, ya sea editándolos, ya traduciéndolos".

20Il s'agit de parer au vide laissé par l'abandon d'un projet évoqué au cours du premier Congrès International des Etudiants qui s'était tenu à Mexico en 1921, sous la présidence de Valle Inclán, et où avait été évoquée la possible création d'un centre d'édition à l'échelle du monde hispanique ;

"Que diera a los noventa millones de hombres de habla española, todos los libros de que hoy carecen, escritos en su lengua y vendidos a mínimo precio".

  • 20 Dans une circulaire d'octobre 1921, Vasconcelos conseillait déjà : "Se recomienda a los maestros qu (...)

21Il fallait également répondre à la pénurie de textes dont souffrait en Amérique latine la littérature destinée aux enfants et qui était en partie la cause d'un redoutable analphabétisme fonctionnel, beaucoup d'enfants ayant appris à lire se retrouvant par la suite dans l'incapacité d'appliquer leurs connaissances20. C'est pourquoi ce livre offrait une sélection de textes "classiques", "lo clásico -expliquait Vasconcelos dans la préface- es lo que debe servir de modelo, de tipo, lo mejor de una época".

22Dans les premières semaines de 1924, Bernardo Gastélum, sous-secrétaire à l'Education Nationale, lance une circulaire où il condamnait à nouveau l'usage des manuels de lecture importés de l'étranger et où il conseillait avec insistance le nouveau recueil que l'Université allait publier. Immédiatement, les éditeurs de Mexico crièrent au monopole d'Etat dans le domaine des textes scolaires et extrascolaires. Une passe d'armes particulièrement vive opposa l'éditeur León Sánchez et Vasconcelos, au nom de la liberté du marché et de la protection des intérêts privés. L'éditeur prétendait qu'aux Etats-Unis, en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne :

"Ningún gobierno ha puesto sus prensas oficiales a imprimir libros de escuela para regalarlos o venderlos, dejando este trabajo a las imprentas particulares".

  • 21 "El problema de los libros baratos en México y la SEP", El Libro y el Pueblo, t. III, n° 4-6, avril (...)

23Vasconcelos répondra, que si on voyait dans ce refus de l'intervention de l'Etat une preuve de civilisation, il acceptait de passer "por un salvaje"21. Dans le cas présent, la SEP a joué le rôle éducatif qui lui revient : Lecturas clásicas para niños est :

"Una selección respetuosa de toda la literatura universal, depurada sin empequeñecimientos, rica y amena".

24Le Departamento editorial de la SEP n'a pas voulu lui donner un caractère encyclopédique, ni l'encombrer de notes. Son objectif était d'offrir aux enfants.

"Una vision panorámica ordenada en el tiempo, y la enseñanza profunda que sin duda derivarán de sentirse en contacto con los más nobles sucesos, los mejores ejemplos y las más bellas ficciones que han producido los hombres".

  • 22 Torres Bodet avait pour sa part traduit la légende de Parsiphal, d'après la version moderne de Jose (...)

25Enfin un certain nombre d'écrivains mexicains contemporains avaient tenu à y participer-soit en traduisant22, soit en écrivant des textes originaux-ce qui était une preuve de plus, notait Vasconcelos, de leur volonté de ne pas se laisser enfermer dans une tour d'ivoire.

  • 23 Robert Escarpit, La révolution du livre, Paris, PUF-UNESCO, 1965, p. 12.
  • 24 Ibid., p. 150.

26On constate donc que, dans le Mexique des années 20, un certain nombre de responsables culturels et d'éducateurs s'efforcent de faire passer le livre du statut de "monument" à celui de "véhicule", pour reprendre la terminologie de Robert Escarpit23, en essayant de le délivrer de la tutelle des éditeurs étrangers, de le mettre à la portée du plus grand nombre et d'en faire un instrument de socialisation de l'individu, de moralisation et d'harmonisation de la vie familiale. On voit également que "la diffusion des lectures -distribution et consommation- n'est pas une opération neutre, mais que c'est un geste militant qui doit toujours reposer sur une idéologie, quand bien même il ne s'agirait que d'une idéologie culturelle"24.

  • 25 Anne-Marie Charrier et Jean Hébrard, Discours sur la lecture (1880-1980), Service des Etudes et de (...)
  • 26 Ibid, p. 277.

27Le grand mérite de Gabriela Mistral et de José Vasconcelos est, précisément, de s'être forgé une idéologie et d'avoir décidé de favoriser, à travers la lecture, la promotion culturelle et sociale de "los de abajo", en particulier des femmes. Pourtant, leurs intentions semblent recouvrir un projet pédagogique différent : Gabriela Mistral choisit des extraits d'auteurs classiques ou contemporains -en privilégiant les hispanophones- qu'elle classe selon des critères qui relèvent encore de la leçon de choses et du "modèle encyclopédique des lectures instructives"25. Le livre composé par Vasconcelos et par ses collaborateurs de la SEP -dont certains sont ou deviendront des écrivains confirmés- tend vers ce que les auteurs d'un livre de lectures proposaient en France dans un ouvrage publié dans les toutes dernières années du XIXème siècle, mais qui sera régulièrement réédité jusqu'en 1930, à savoir "une lecture tout à fait désintéressée -non pas sans profit pourtant-, puisqu'elle aura eu cet avantage de faire aimer la lecture au lecteur, de la faire aimer vraiment en elle-même, et non point pour les leçons qu'on en tire, mais pour les jouissances et le délassement qu'on procure"26. De plus, dans le cas présent, le charme de la lecture trouvait un prolongement naturel dans celui des images.

28La lecture est donc clairement associée ici à la notion de loisir et d'élévation de l'âme. La famille ne pourra jouer pleinement son rôle de cellule fondamentale de la société que si elle a accès au monde du travail -conçu non pas comme activité de production mais comme ascèse, selon les préceptes tolstoïens-, mais aussi à la beauté, à la pensée, au "spirituel". C'est pour cette raison que le livre, formidable instrument de connaissance et d'évasion, doit entrer dans tous les milieux. Comme le muralisme qui se développe à l'époque, le livre devra éduquer, rendre responsable et clairvoyant, favoriser le civisme et, peut-être, faire rêver.

Notes

1 Ainsi le professeur Gildardo Avilés, qui publie En pro del libro mexicano, México, Imprenta Francesa, 1919, fait partie du comité directeur de la Maison Bouret et prend en décembre 1919 la direction de la Revista Mexicana de Educación, éditée par Bouret.

2 El Demócrata, 25 février 1919, p. 3. Sur ce sujet, cf. Josefina Vázquez de Knauth, Nacionalismo y educación en México, México, El Colegio de México, Centro de Estudios Históricos, 1970, pp. 137-139.

3 Cf. René Avilés, Ideario pedagógico de Carlos A. Carrillo (anthologie), México, Ed. del Magisterio, 1950, pp. 90-94.

4 Cf. Femando Gamboa Berzunza, "El problema de los libros escolares de texto", Educación, II, 3, juillet 1923, p. 154 ; et Gregorio Torres Quintero, "Los textos y la escuela de la acción", ibid., II, 5, septembre 1923, p. 265 : "En la obra de la educación nada debe ser único : ni el niño, ni el maestro, ni el libro. En ella, todo se realiza por un conjunto de factores hábilmente combinados, y son el niño "activo", el maestro "director" y el libro "comprobador" [...]. El niño siempre pasivo y el maestro contantemente expositor o el texto exclusivamente memonzado : he aquí las lacras de la enseñanza, las que sí deben execrarse, las que sí deben condenarse, hasta decir de la escuela en que eso se haga : "¡maldita sea !"".

5 Max Eastman, Education and Art in Soviet Rusia, New York, The Socialist Publication Society, 1919, pp. 38-40. Le décret de Lounatcharsky instaurant une commission des publications est reproduit dans José ingenieros, Los tiempos nuevos, buenos aires, Ed. Losada, 1961, pp. 105-106. Revenant sur la question des bibliothèques lors du premier congrès de l'enseignement extra-scolaire de Russie, Lénine déplore, comme Vasconcelos le fera quelque temps plus tard, le manque de livres et l'impuissance des maisons d'édition nationales, privées de moyens. Lénine, Œuvres, t. 28, paris, Editions Sociales, 1961, pp. 473-475.

6 José Vasconcelos, El monismo estético, in Obras Completas, t. III, México, Libreros Mexicanos Unidos, 1961, pp. 28-29.

7 J. Vasconcelos, Discursos. 1920-1950, México, Ediciones Botas, 1950, pp. 7-12.

8 Cf., par exemple : Manuel Puga y Acal, "La obra de Vasconcelos". Excélsior, 7 juillet 1925. Après avoir accusé Vasconcelos d'avoir démantelé l'enseignement supérieur, l'auteur ajoute : "Pero lo más curioso del caso era que, al mismo tiempo que trataba de destruir esas enseñanzas, hacía por decenas de miles de ejemplares ediciones de algunas obras que no puede entender quien no las ha recibido, como son las de Homero, Esquilo, Eurípides, Plutarco y [...] Plotino, neoplatónico que por cierto no ha dejado huella ninguna en el desarrollo filosófico de la humanidad".

9 Boletín de la SEP, I, 2, p. 177.

10 Ibid., pp. 407-408.

11 G. Mistral, "Introducción" à Lecturas para mujeres, 2ème éd., México, Ed. Porrúa, col. "Sepan cuantos", n° 68, 1967, p. XVI.

12 Cf. "Informe de las labores ejecutadas por la Dirección de Enseñanza Técnica y Comercial y sus dependencias en el periodo comprendido del 1° de enero al 30 de abril del presente año [1923]". Au début de 1923 s'ouvrent les premiers "centros industriales de cultura popular", qui se proposent de "proporcionar instrucción elemental a las obreras y a la vez enseñarles algún oficio o industria que las habilite para proveer por sí mismas a su subsistencia de manera independiente". 4 centres fonctionnent à Mexico : "1) Centro n° 1 (República de Cuba, 95) : 530 alumnas inscritas. Asistencia promedio : 493. Abierto el 6 de junio de 1923. Actividades : fabricación de cajas y estudies, trabajos manuales, calzado, trabajo en madera y metal, paraguas, confitería, bordado a máquina, taquimecanografia ; 2) Centro n° 2 (Capuchinas, 135). Abierto el 1° de febrero de 1923. 730 alumnas inscritas. Bordado a máquina, corte y confección, encuademación, calzado, cocina, encaje, jabones y perfumes, pequeñas industrias, mecanografía ; 3) Centro n° 3 (Peralvillo, 51). Abierto el 11 de febrero de 1923. 766 alumnas inscritas. Aritmética, lengua nacional, cocina, corte y confección, camisería, jabones y perfumes, industrias divasas ; 4) Centro n° 4 (Ciprés y San Cosme). 750 alumnas insertas. Asistencia promedio : 416. Corte, corsetería, cocina, confitería, jabones, bordados. Boletín de la SEP, II, 5-6, pp. 107-118.

13 Les notes de voyage recueillies par Vasconcelos à cette occasion constituent le second volet de La raza cósmica, 1925.

14 Tous les discours de Vasconcelos sont marqués, à l'époque, par une volonté constante de dignifier le travail, et ceci, dès son arrivée au Rectorat de l'Université : "Trabajo útil, trabajo productivo, acción noble y pensamiento alto, he allí nuestro propósito", J. Vasconcelos, Discursos, op. cit., p. 11.

15 Lettre de Gabriela Mistral reproduite in Alfredo L. Palacios, Universidad y democracia. Buenos Aires, Ed. Claridad, 1928, pp. 105-106.

16 Lecturas clásicas para niños, 2 Vols de 331 et 395 p., México, SEP, 1924. En 1971, à l'occasion du cinquantenaire de sa fondation, la SEP a publié en fac-similé une seconde édition de l'ouvrage qui, malheureusement, oblitère quelque peu la beauté des illustrations de l'édition de 1924.

17 C'est en particulier à Montenegro que Vasconcelos avait confié la décoration murale des locaux mis à la disposition de la "Escuela Nacional Preparatoria". Cf. "Hoy se inaugurará la Escuela de San Pedro y San Pablo", El Universal, 7 juillet 1923.

18 Cf. J. Vasconcelos, Estudios indostánicos, México, Ediciones México Moderno, 1920,373 p.

19 Dans Indología, 1926, Vasconcelos note : "Se concluyó una colección de cuentos infantiles en dos volúmenes, que ya apareció desvirtuada de su objeto, porque se terminó en una edición lujosa y por lo mismo fuera del alcance de los pequeños". Obras Completas, II, op.cit., p. 1252.

20 Dans une circulaire d'octobre 1921, Vasconcelos conseillait déjà : "Se recomienda a los maestros que, una vez que los discípulos puedan leer corrientemente el libro primero que reparte la Universidad, se provean de las ediciones de los clásicos que la misma Universidad procurará suministrarles, y hagan que sus alumnos pasoi desde luego a la lectura de obras clásicas como El Quijote, La Odisea u obras de historia y de geografía, de las que aparecen o aparecerán muy pronto entre las ediciones de la Universidad, no debiendo por lo mismo preocuparse porque carezcan de libros de ledura escolar de segundo o tercer año". El movimiento educativo en México, México, Dirección Tallares Gráficos, 1922. Trois ans plus tard, Vasconcelos reconnaît que cette circulaire est restée sans effet, que l'Université, par manque de moyens, a renoncé à publia une édition bat marché du Quichotte et qu'elle s'est résignée à adida 50.000 exemplaires du livre en Espagne.

21 "El problema de los libros baratos en México y la SEP", El Libro y el Pueblo, t. III, n° 4-6, avril-juin 1924, pp. 126-127.

22 Torres Bodet avait pour sa part traduit la légende de Parsiphal, d'après la version moderne de Joseph Bédier. Cf. Jaime Torres Bodet, Autobiografía, México, FCE, 1961, pp. 286-287.

23 Robert Escarpit, La révolution du livre, Paris, PUF-UNESCO, 1965, p. 12.

24 Ibid., p. 150.

25 Anne-Marie Charrier et Jean Hébrard, Discours sur la lecture (1880-1980), Service des Etudes et de la Recherche. Bibliothèque Publique d'Information. Centre Georges Pompidou, 1989, p. 270.

26 Ibid, p. 277.

Auteur

Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris III

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540