Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Famille et éducation en Espagne et en Amérique Latine

 | 
Jean-Louis Guereña

II. École, famille, socialisation

Parenté, adoption et éducation dans la franc-maçonnerie espagnole du XIXe siècle

Luis P. Martín

Texte intégral

1La société maçonnique réunit souvent des activités complémentaires qui traduisent les soucis sociaux et politiques d'une sociabilité idéologiquement diverse. Néanmoins, le manque d'uniformité politique que révèle la Franc-Maçonnerie espagnole du XIXème siècle n'exclut pas des actions ponctuelles qui sont directement liées avec la situation de l'éducation en l'Espagne. Pour cette occasion, nous avons travaillé sur des approches nouvelles, en considérant le rôle que la société maçonnique s'octroie dans l'éducation des enfants, mais en le liant avec le rôle qu'elle se donne comme corpus social de base : la famille. D'une part, la famille maçonnique propose un mode d'intégration propre à ses principes et qui se manifeste dans l'adoption des enfants ; d'autre part, cette adoption serait incomplète sans un suivi éducatif. Bien entendu, tant l'adoption comme l'éducation ont une portée symbolique qui se voit insérée dans une démarche plus vaste et avec une portée plus idéologique : l'éducation laïque.

Les enfants dans les loges : les louveteaux

2Malgré un usage rébarbatif du terme de "famille maçonnique", celui-ci possède une réalité : celle de donner aux membres de la Maçonnerie un sentiment d'appartenance qui va au-delà d'une quelconque adhésion sociale, culturelle ou même politique. Dans la Franc-Maçonnerie, dire "famille maçonnique" révèle une connotation certaine avec l'universalité de l'Ordre ; par ailleurs, cette approche reste anthropologique, car les francs-maçons se reconnaissent comme frères. Mais ne poussons trop cette particularité, car il n'y a pas d'autres grades de parenté comme ceux qui existent dans une société semblable à la nôtre.

3Il semble donc naturel qu'une famille ait des enfants ; ainsi la famille maçonnique a conçu et prévu des modalités d'adoption d'enfants dans les loges. Il ne s'agit nullement d'une adoption parentale, mais d'une adoption maçonnique avec des objectifs précis et des fonctions qui ne le sont pas moins. L'origine de cette pratique se trouve dans la Franc-Maçonnerie française du XVIIIème siècle, lorsque les loges instituèrent l'adoption de femmes, puis celle des enfants, comme suite logique. Cette pratique se développa au cours du XIXème siècle, lors des conflits et des luttes idéologiques entre l'Eglise et la Franc-Maçonnerie.

  • 1 R. Frau y R. Abrines, Diccionario Enciclopédico de la Masonería, Ed. La Habana, 1956, vol. I, p. 49 (...)

4La forme la plus courante d'adoption d'enfant demeure celle de fils et filles des francs-maçons, mais la poussée de l'engagement social et politique de ces hommes dans la vie sociale de leur temps nous a donné des cas d'adoptions profanes (d'enfants dont les parents n'étaient pas francs-maçons) qui sortent du schéma maçonnique et deviennent une adoption de type social. Tant dans un cas comme dans l'autre, ces enfants sont appelés "louveteaux"1. La tradition maçonnique différencie deux niveaux : le premier correspond aux enfants de moins de sept ans qui ont été adoptés par une loge (et la cérémonie d'adoption reçoit alors le caractère de "baptême maçonnique") ; le second correspond aux enfants de francs-maçons en général.

5L'introduction des enfants dans les loges revêt une transcendance profonde. En effet, il ne peut être :

  • 2 Gran Oriente Nacional de España (GONE), Ritual de adopción de menores (Ceremonial), Madrid, 1890, p (...)

"Una vana formalidad [y] la logia contrae la obligación de servirle de tutor y guía en las dificultades de la vida"2.

6Le caractère de l'adoption part d'une notion familiale, à la fois protectrice et éducative ; cependant, il ne prétend pas se substituer au rôle des parents naturels, comme le souligne plus loin le Cérémonial :

  • 3 Ibid., pp. 76-77.

"Semejante ceremonia no desliga a la familia o a los padres de los deberes que les imponen las leyes del Estado"3.

7Il peut alors surgir une confusion quant au rôle de l'adoption en soi ; mais il n'y a pas de contradiction de fait, car deux composantes s'additionnent : le symbolique et le social, et ceci en dépit d'un manque de clarté dans certaines définitions :

  • 4 Ibid.

"Debéis tener en presente que el niño que adoptáis, es, en tal concepto, vuestro hijo, y que debéis poseeros de antemano de los más dulces sentimientos en su obsequio"4.

  • 5 GONE, Constituciones del Srmo. Gran Oriente Nacional de España, Madrid, 1890, p. 108.

8Quoiqu'il en soit, il est évident que toute loge qui adopte un enfant doit le protéger, le guider et l'aider5, mais les objectifs et les principes vont plus loin que le simple tutorat protecteur. Ainsi, pour certaines loges, l'objet de l'adoption est :

  • 6 R. Frau y R. Abrines, op. cit., vol. I, p. 22.

"Obligar a los miembros de una logia [...] a vigilar sobre la educación de un niño y al mismo tiempo a proporcionarle una ocupación honrosa, de que pueda subsistir por medio del trabajo"6.

9D'autres auteurs considèrent que l'apport éthique doit être de premier ordre et voient dans l'adoption une façon de :

  • 7 GONE, op. cit., 1890, p. 78.

"Librarle de hoy para lo sucesivo de los males que lo amenazan. Iniciarle en la vida de la inteligencia, quitarle el velo material que cubre sus ojos, y purificando su cuerpo llevar a su espíritu con el amor del estudio, la inspiración de la virtud y la Fraternidad universal para que, ésta, su primera iniciación, le abra el camino de la felicidad"7.

10Ces deux concepts montrent l'importance de l'éducation dans l'adoption, qui est à la recherche du perfectionnement personnel et humain, principes forts de l'esprit maçonnique et qui auront une influence énorme à l'heure de choisir la méthode pédagogique de Fröebel.

11Au long du XIXème siècle, les loges espagnoles ont connu un élan mesuré quant à l'adoption des enfants ; les exemples, tout en étant nombreux, soulignent les importantes carences sociales d'une société traditionnelle et pré-industrielle, comme le montrent quelques cas très explicites. Mais, comme nous le disons plus haut, il y a une composante idéologique forte dans l'adoption. D'une part, les francs-maçons cherchent parfois dans l'Ordre une remplaçante de l'Eglise catholique, car elle s'est déviée des principes chrétiens ; et, d'autre part, face à l'importance des femmes dans l'éducation des enfants, il s'obligent à prendre des mesures afin d'éviter cette "néfaste influence", comme l'illustre si bien un franc-maçon de Valence en déclarant :

  • 8 J. Garrido, El 16 de Abril, consideraciones polltico-religiosas-sociales sobre jornada electoral de (...)

"Se ve señoras ilustres (...) contentarse con vestir el hábito, abrir el diccionario, visitar la capilla de los Desamparados (...). Conviene hacer lo que hacen, pero también conviene no emitir legítima influencia de que gozan cerca de sus esposos y sus hijos"8.

  • 9 Bonifacio Pérez-Rioja, "Una esperanza", Boletín Oficial del Gran Oriente Español (BOGOE), n° 27, 8 (...)

12Néanmoins, il ne faut pas voir dans l'adoption un geste d'une mécanique idéologique précise. La cérémonie d'adoption d'un enfant est un des actes des plus joyeux dans la vie d'une loge. Les rites nous montrent le caractère de l'événement. le temple est décoré avec des fleurs et feuillages, on brûle de l'encens, les parrains offrent des cadeaux, on chante des hymnes ou on récite des poèmes9. Par exemple, lors de l'adoption de deux enfants à la loge Ibérica de Madrid le 28 décembre 1890, chaque parrain récite un poème :

"Mañana será este templo/ para tí, lugar sagrado/ tu asilo de amor y paz/ y te mostrará la ciencia/ en él, sus bellos arcanos/ su cariño tus hermanos/ su ejemplo, el hombre veiza.- Que se deslice tranquila/ tu dilatada existencia/ que de amorosa inocencia/ de un sencillo corazón/ sea siempre el noble impulso/ y la expresión de tu alma/del virtuoso masón. -Que este augusto recinto/ a do el bien quiso guiarte/ juramos todos amarte/ tu apoyo y consuelo ser:/ y la miel de nuestros labios/y del amor la ternura y la doctrina más pura ante tus ojos poner.- No temerás los dolores/ de la condición humana/ no temerás el mañana/el desconocido afán porque hermanos protectores/ con su trabajo fecundo/ y por todo el ancho mundo/ sus dones te ofrecerán".

  • 10 Libro de Actas de la Resp. Log. Federación n° 69, Bibliothèque Nationale de Madrid, Mss. 3.602. Je (...)

13Cette joie se manifeste parfois de façon excessive. L'adoption d'un enfant à la loge Caridad de Madrid en octobre de 1872, rassemble ainsi 127 francs-maçons et 43 dames invitées10. Le vénérable de la loge Hijos del Trabajo de Barcelone la qualifie comme :

  • 11 BOGOE, n° 98, 1 septembre 1894, pp. 90-91.

"El acto de más trascendencia que verifica la Masonería por cuanto [...] acoge en su seno a sus hijos para ser su salvaguardia"11.

14Les adoptions, à la fois un événement marqué et un acte de profession sociale et idéologique, sont souvent très citées dans la presse maçonnique ou philomaçonnique. Tous les bulletins et gazettes officielles nous offrent régulièrement des cas plus ou moins solennels dans toutes les contrées de l'Espagne ; la presse maçonnique régionale diffuse et encourage le développement de ces actes d'adoption, comme La Humanidad d'Alicante, organe de presse de la loge Constante Alona, ou l'hebdomadaire laïc Las Dominicales del Librepensamiento, qui nous informe des adoptions réalisées à Linares (province de Jaén), El Ferrol (La Corogne) et à Alicante.

15Cependant, nous voudrions présenter quelques adoptions qui sortent du cadre traditionnel et qui révèlent le caractère primaire de l'adoption : la protection de l'enfant. En 1890, la loge Nueva Urci d'Aguilas (Murcie) adopte un orphelin, fils d'un franc-maçon décédé. Les cérémonies d'adoption sont tracées dans un document de 41 pages où il est dit que la décision ne se doit pas à :

  • 12 J. A. Ayala, La Masonería en la región de Murcia, Murcia, Ed. Mediterráneo, 1986, p. 171.

"Su orfandad y sus pocos años, sino a su débil y enfermiza constitución, que le ha de imposibilitar en el porvenir para todo trabajo material, haciéndole doblemente huérfano y doblemente desdichado"12.

  • 13 J. A. Ayala, La Masonería en Albacete a finales del siglo XIX, Albacete, Instituto de Estudios Alba (...)
  • 14 M. de Paz Sánchez, Historia de la Francmasonería en Canarias (1739-1936), Santa Cruz de Tenerife, C (...)

16Les adoptions prennent, de temps à autre, une nature cocasse : dans un village de la province d'Albacete, à Villagordo de Júcar, la loge Juventud adopte un nouveau né, dont la rumeur populaire voulait qu'il soit le fils naturel d'un curé. La décision d'adopter cet enfant n'était pas -sans doute- dépourvue d'ironie, mais malheureusement l'enfant mourut peu de temps après13. Un cas similaire se produisit à La Orotava, où la loge Taoro adopta un nouveau-né, en indiquant qu'il serait baptisé selon le rite maçonnique, puis éduqué conformément aux idées de la Franc-Maçonnerie14. Ce genre d'adoption est moins évident dans les centres urbains les plus importants. Ce qu'il nous importe de souligner, c'est l'esprit de ces hommes, qui, dans un milieu hostile, cherchent à mettre en pratique les principes humanistes de la société maçonnique, laquelle, comme l'invoque la loge d'Aguilas :

  • 15 J. A. Ayala, op. cit., 1986, p. 172.

"No es una sociedad exclusivista, ni una sociedad de seguros mutuos de sus afiliados; la Masonería es una familia universal unida por lazos de fraternidad y que extiende su acción benéfica a todos los hombres. Que tiende a formar de éstos un familia de hermanos y para ello los admite en su seno"15.

La famille maçonnique comme repère éducatif

17L'adoption en soi n'est pas conçue sans l'éducation. L'influence krausiste et positiviste, qui régnait parmi les francs-maçons espagnols de la fin du XIXème siècle, interdisait la notion de baptême et d'adoption sans le suivi -logique- de l'éducation du louveteau. Sans présenter les faits d'une façon anthropologique, dans une famille qui se respecte, petite-bourgeoise de surcroît, l'éducation des enfants est primordiale. Par conséquence, la famille maçonnique est vouée à offrir, donner ou orienter, l'éducation des enfants adoptés par les loges.

  • 16 Acta de la tenida de Adopción del 25 Abril 1885, Resp. Log. Almogávares de Zaragoza, in J. A Ferrer(...)
  • 17 BOGOE, n° 71, 15 juin 1890, p. 8.

18Le parrain du louveteau veille à l'éducation de celui-ci, et à défaut du parrain, c'est toute la loge qui prend en charge cette éducation. Il est convenu que l'enfant soit initié à la vie par l'intelligence, en lui montrant la douceur et la pureté du travail et de la vertu. Le parrain doit lui enseigner l'amour du prochain et l'honneur ; mais il doit lui inculquer à ne pas céder à l'ignorance, au fanatisme, au mensonge et à la superstition16. Bien que ces mots soient un peu un trop emphatiques, les loges ont bien rempli leur fonction, et dès qu'elles étaient en mesure de le faire, elles finançaient et aidaient les enfants à suivre des études. La loge Barcelius de Barcelone, en 1890, prend ainsi sous sa responsabilité l'éducation de deux enfants orphelins d'un francs-maçon aragonais et finance d'autre part les études de huit filles et de quatre garçons17.

19Ailleurs, on procède dans le même état d'esprit : la loge madrilène Minerva, lors de l'adoption d'un enfant en 1886, décide d'utiliser une somme fixe afin de contribuer à son éducation. Mais comme dans les loges toute démarche est faite d'une façon démocratique, les débats portent sur la somme à allouer, et il est accordé un versement de 125 pesetas et un don de 50 pesetas à la loge voisine Porvenir. Ce genre d'activités faisaient partie d'une politique éducative. En effet, la loge prévoit la formation d'une commission qui veillera au suivi éducatif de l'enfant et aux engagements financiers décidés ; puis elle essaiera de poursuivre l'adoption avec le concours d'autres loges. Celles-ci l'acceptent unanimement et déclarent :

  • 18 Archives Historiques Nationales, Section Guerre Civile (Salamanque) [AHNS], Section Franc-maçonneri (...)

"Aceptar los compromisos que esta Respetable Logia Minerva tiene contraídos sobre la protección moral del lobetón José González y Sevilla, respetando y siguiendo todos los acuerdos que sobre cualquier proyecto en beneficio del mismo hubiese recaído"18.

  • 19 AHNS, n° 565A.

20Ce souci constant est parfois moins spontané et connaît des objectifs qui vont au-delà d'une adoption classique. L'exemple de la loge Comuneros de Castilla de Madrid est éloquent. D'une part, la loge considère qu'elle peut se substituer aux parents naturels en cas de décès, et, d'autre part, dans la tenue (réunion de la loge) du 24 novembre de 1886, sont décidées une série de mesures d'accompagnement qui résument l'apport social et humain de l'adoption maçonnique. Ces mesures sont l'octroi d'une bourse d'études jusqu'au baccalauréat, la rédemption du service militaire et l'ouverture d'un livret d'épargne au nom des enfants19.

21On saisit mieux le type d'éducation voulu par la Franc-Maçonnerie hors du cadre de l'adoption. En effet, hormis la Catalogne, où les loges ont compris -dès le début de la Restauration- l'importance d'une action commune avec d'autres sociétés ou groupes politiques, le reste des loges espagnoles essaie tant bien que mal de développer l'idéal éducatif toujours et uniquement avec le concours de l'Ordre, de telle sorte que celui-ci demeure la référence éducative. Il y a des causes plus ou moins évidentes qui n'échappent pas aux historiens : le comportement politique des francs-maçons espagnols est plus réformateur que révolutionnaire, et l'école maçonnique ne pouvait être que le maillon préalable à la laïcisation scolaire, donc à une "nationalisation républicaine de l'école".

22Une illustration de ce concept d'école maçonnique nous est offert par la loge Beni Gárnata de Grenade. En 1883, la loge décide de créer la société maçonnique La Protectora de los Niños afin de :

  • 20 J. Gay Armenteros et M. Pinto Molina, La Masonería en Andalucía Oriental a finales del siglo XIX : (...)

"Socorrer esta clase tan importante como necesitada, facilitándoles alimentos, asistencia facultativa y la instrucción que le es tan necesaria"20.

23En réalité, le grave problème de la scolarisation est secondaire ; en s'appuyant sur le contexte, les maçons en profitent pour faire une école où :

  • 21 Ibid.

"El progreso y exaltación de los ideales masónicos, los cuales a manera de antorcha poderosa [...] difunden sus verdades de civilización, caridad y fraternidad para el mejoramiento de la humanidad, la que aún desgraciadamente en parte rinde culto a los apegos del oscurantismo"21.

24Toutefois, face à la dispersion des forces dans de projets irréalistes ou irréalisables, une orientation fait petit à petit son apparition dans les loges : la création-de toutes pièces-de centres éducatifs entièrement gérés par les francs-maçons.

L'"Asile-Collège" : un modèle d'école maçonnique

25Ces institutions sont nées d'une double conviction, sans arriver à départager le rôle bienfaiteur de la Franc-Maçonnerie et le rôle éducatif déjà signalé. Cependant, dans l'esprit des francs-maçons, si la création des Asiles-Collèges répond à ces deux aspects (humanitaire et éducatif), tout les deux se confondent dans une même logique. Ceci sans oublier l'importance que l'Ordre s'octroie en tant que gestionnaire unique des centres d'enseignement propres.

26Le binôme asile et collège est le résultat d'un mouvement qui, auparavant, les séparait puisque les loges distinguaient le domaine philanthropique de l'éducatif. Ce n'est que plus tard -pendant les années 80- qu'elles comprennent l'intérêt de cette fusion asile et collège. Les loges l'assument, mais plus comme une contrainte des temps, que comme le fruit d'une volonté fondatrice profonde et ancrée. Cette remarque ne vaut que sur l'aspect pragmatique et financier des projets, car ce qui ne manque pas aux francs-maçons espagnols c'est l'idéalisme.

27L'Asile-Collège résulte, donc, d'une nécessité de collision des idéaux humanistes les plus élevés et d'une idéologie non exempte d'anticléricalisme, là où les antagonismes sont évidents. Ailleurs, la collaboration est toujours moins idéologique et elle est un fait. Mais rentrons dans l'histoire : pourquoi l'asile ? Dans le projet de création d'un asile par la loge Progreso de Valladolid en 1888, sont invoqués les motifs économiques :

  • 22 L. P. Martín, La Masonería en Castilla y León en el siglo XIX, Salamanca, Diputación Provincial de (...)

"Este Taller teniendo presente la espantosa crisis por (la) que vienen atravesando gran número de naciones [...] no ha podido permanecer indiferente a tan desoladora situación, ni cerrar las puertas a la caridad a aquellos desgraciados que por la causa antedicha yacen en la indigencia careciendo hasta de lo más indispensable que es un albergue donde poder cobijar a sus tiernos e inocentes hijos"22.

  • 23 Sur cette question, cf. Ε. Maza, "Sombras de una ciudad de provincias : pobreza, epidemias e insalu (...)

28La contribution sociale tient du miracle quand on sait les difficultés que trouvent les institutions politiques et privées (catholiques surtout) pour tenter d'enrayer la pauvreté23. Malgré cela, l'asile de Valladolid prévoit des cours pour les enfants de trois à sept ans et au-delà, et si la famille le souhaite, la prise en charge de l'éducation de son enfant par la loge. Dans ce cas, les écoles municipales ou maçonniques les accueilleront. Nous voulions présenter ce cas provincial comme un exemple de l'attitude maçonnique générale : les francs-maçons ne renient pas les problèmes de leur temps. Au contraire, et en dépit de défaillances financières trop évidentes qui cassent presque toujours ces projets, ils essaient de "forcer une société" qui a du mal à se désacraliser et à se moderniser.

29L'Asile-Collège de Getafe (Madrid), parrainé par le Grand Orient National d'Espagne en 1888, est le couronnement du modèle maçonnique de l'école et l'aboutissement de la mouvance éducative de la Maçonnerie ; mais aussi-on le verra-le chant du cygne. En mai, est élu son conseil d'administration qui publie une circulaire dans la gazette officielle où il justifie la création de cette nouvelle institution en ces termes :

  • 24 Boletín Oficial del Gran Oriente Nacional de España (BOGONE), n° 9, 21 mai 1888, p. 64.

"Un magnífico colegio donde los hijos huérfanos de masones puedan hallar no tan sólo el sustento de sus cuerpos, sino el alimento del espíritu, y cuyas enseñanzas ajustadas en un todo a los progresos de la ciencia, sirvan para hacer de ellos miembros útiles de la sociedad y objeto al legítimo orgullo de la franc-masonería"24.

30Le projet est d'une importance capital pour l'obédience (Grand Orient National d'Espagne -branche du vicomte de Ros), et les dirigeants sont conscients des lourds investissements qu'il nécessite. Alors, on fait comme il est d'usage à l'époque : on demande à toutes les loges de promouvoir des soirées théâtrales, des veillées artistiques et littéraires afin de soutenir l'effort financier. L'affaire est menée à bon train et un règlement est rédigé. Les principes relatifs à l'éducation se concentrent dans trois articles qui soulignent le caractère laïc et apolitique du centre (art. 2), l'appartenance à la famille maçonnique (art. 3), et le but recherché (art. 4) :

  • 25 Ibid., p. 65.

"[...] Formar los hombres del provenir, apartándoles desde la niñez de todo lo que puedan desviarles de la verdad y del Bien ideal supremo de la Masonería"25.

31Ces mots fort éloquents présentent la finalité du projet et son cadre : d'un côté, l'indépendance politique et religieuse ; d'un autre, les principes et les vertus maçonniques.

  • 26 Sur l'influence de Fröebel dans la Franc-Maçonnerie, cf. E. M. Ureña, "Orígenes del Krausofröbehsmo (...)

32Les programmes d'études sont ambitieux et à la hauteur du projet. Un subtil mélange des disciplines traditionnelles avec d'autres dites "d'application", ce qui était très en avance par rapport à l'enseignement pratiqué alors en Espagne, comme -à titre d'exemple- l'obligation de suivre une formation artisanale (art. 18 du règlement) qui pouvait être utile pour l'insertion professionnelle. Enfin, la composante morale (art. 20) découle des principes maçonniques qui, comme le fait d'adopter la méthode de Fröebel pour l'enseignement primaire, reflète le souci d'une formation humaniste et respectueuse de l'individu dans le groupe26.

  • 27 BOGONE, n° 9, p. 68.

33Evidemment, ce projet suscita l'engouement de toutes les loges du Grand Orient National d'Espagne -branche du Vicomte de Ros- : il réunissait l'espoir de tant d'années et d'autres projets tombés dans l'oubli ou mort-nés. La gazette de l'obédience reçut toute sorte de félicitations et vœux de succès : les uns envoient des sommes considérables pour une finalité précises (ainsi, un franc-maçon madrilène paye le loyer de l'Asile-Collège), d'autres promettent leur collaboration, etc. L'euphorie est de mise, mais elle ne tarde pas à s'effacer lors des premières critiques. Nous avons retenu une critique envoyé par la loge Alona d'Alicante qui regarde d'un mauvais œil l'article 14 du règlement qui demande aux loges une cotisation de 45 pesetas par mois pour le financement, ce qui révèle l'étroitesse du projet sur des aspects essentiels tels que le recrutement des enfants. La loge d'Alicante se plaint avec amertume de cette exclusion par l'argent et se pose des questions sur la justice sociale de la Franc-Maçonnerie, en fustigeant les privilèges et l'antimaçonnisme de l'article cité27.

  • 28 BOGONE, n° 17, 1 janvier 1889, p. 142.

34Cette doléance révèle les failles et les limites du projet. D'abord, le manque de fonds et la précipitation de sa mise en route ; ensuite, le manque de concertation entre la direction du Grand Orient National d'Espagne (branche du Vicomte de Ros) et les loges, qui se voient imposer une cotisation considérable. Si le projet ne prévoyait pas la fronde des loges, il oubliait l'état de leurs finances ainsi que celui de la Franc-Maçonnerie espagnole en général, qui divisée et pauvre se battait sur les mêmes projets, parfois en concurrence. En dépit de tout, le Collège-Asile est inauguré en juin 1888, inauguration toute symbolique et reflet de l'impuissance de l'Ordre en Espagne. En effet, le centre ne fonctionnera jamais. Les dons ont été insuffisants, les dépenses trop lourdes et, si le cœur y était, la bourse ne suivait pas. Le Grand Maître, le vicomte de Ros, adressa alors une circulaire -le 31 décembre- où il reconnaissait l'échec et nommait une commission afin de clarifier les causes et les motifs d'une telle déconvenue28. En outre, il fallait rembourser les loges et les dons des particuliers.

  • 29 Cité par P. Alvarez Lázaro, "Masonería espanyola e ensenyament", in Masonería i educado a Espanya, (...)
  • 30 Luis Miguel Lázaro Lorente, "Blasco Ibáñez : masonería, librepensamiento, republicanismo y educació (...)

35On est bien obligé de croire aux facteurs matériels et aux données humaines quant aux échecs de ces tentatives dans le domaine de l'éducation. L'ensemble de la société espagnole ne fournissait pas un élan institutionnel hors de la norme établie : l'Etat (conservateur et caciquiste) plus l'Eglise. La Maçonnerie n'avait pas d'argent mais elle était sourde à cette réalité et le manque de réalisme l'a perdue. Déjà, en 1877, un franc-maçon aragonais, M. Amorebieta, de la loge Caballeros de la Noche de Saragosse, parlait de la stérilité d'une éducation exclusivement maçonnique dans toute l'Espagne29. Par ailleurs, Luis Miguel Lázaro Lorente remarque à Valence l'irrégularité et la faiblesse des projets qui se traduisent par une instabilité chronique des écoles maçonniques30.

36Ainsi, ce que ne voulaient pas voir certains, c'était que pour aboutir au développement d'un enseignement libre et laïc, il était nécessaire de fomenter l'union des différents familles républicaines, les librepenseurs, les socialistes et les anarchistes. Cette union des différentes volontés était la seule voie de survie d'une éducation laïque, mais donc la fin de l'école maçonnique.

L'école maçonnique éclatée : la laïcité

  • 31 P. Sánchez i Ferrer, La Maçoneria a Catalunya (1868-1936), Barcelona, Edicions 62, 1990, pp. 131 et (...)

37S'il n'y a pas une date exacte de l'éclatement de l'école maçonnique, car le mouvement laïc connaît une évolution indépendante, en revanche l'attitude pragmatique de la Franc-Maçonnerie catalane n'est pas étrangère à cet éclatement. En Catalogne, les francs-maçons avaient un comportement plus défini et consensuel que dans les autres régions espagnoles. Dès 1880, à Barcelone, la collaboration des loges à l'essor de la Sociedad Catalana de Amigos de la Enseñanza Laica est une réalité déjà confirmée par d'autres participations depuis le Sexenio Revolucionario [1868-1874]. Ce centre était dirigé et coordonné par une Junta de Escuelas Laicas composée par un représentant de chaque loge ; ces loges appartenaient au Grand Orient d'Espagne. Quelques années plus tard, fut créé le Centro Cosmopolita de Enseñanza Libre Popular de Cataluña, intimement lié à la Gran Logia Simbólica Regional Catalano-Balear. Les maçons de cette obédience organisèrent en 1889 le Congrès des Amis de l'Enseignement Laïc, et en août le Congrès Pédagogique de Barcelone, d'où sortira la Confédération Autonome des Amis de l'Enseignement Laïc. C'est dire l'impulsion que les francs-maçons catalans ont donné à cette entreprise qui intègre les librepenseurs et les républicains31.

38Nous ne pouvons dans ce cadre fournir une liste exhaustive des faits. Ce qui nous importe c'est d'aborder la question d'un point de vue maçonnique ou d'observer comment la laïcité a fait sa rentrée dans les loges. Prenons une loge de l'Espagne profonde : la loge Nueva Urci d'Aguilas (Murcie), un petit village de pêcheurs et un port minier ; en 1883, la loge crée une école laïque, financée par les maçons pour :

  • 32 J. A. Ayala, op. cit., 1986, p. 173.

"La propagación de la sana instrucción y de la moral, y no sólo de enseñar a leer, sino a educar inculcando sabias doctrinas, consejos que lleven al amor, al trabajo y a la virtud"32.

39Point d'anticléricalisme ; ici la laïcité est vertueuse, moralement irréprochable et tolérante. Il faut préciser que ce n'est pas sur cet aspect que les francs-maçons trouvent la raison d'être de la laïcité, car en aval, ils s'appuieront sur des principes maçonniques et sur d'autres qui le sont moins.

  • 33 P. Alvarez Lázaro, "Masonería y enseñanza laica durante la Restauración española", in Historia de l (...)

40Il n'est pas rare d'apercevoir une certaine irritation à d'autres endroits ; par ailleurs, cela semble compréhensible face à l'attitude belliqueuse de l'Eglise33. Les francs-maçons de Canaries de la loge Taoro envisagent ainsi que :

  • 34 M. de Paz Sánchez, op. cit., 1984, p. 249.

"La libertad de conciencia, el racionalismo en la enseñanza y el culto a las ideas y a la inteligencia, eran los mejores antídotos contra el'maquiavelismo'y la hipocresía'de las doctrinas jesuíticas"34.

  • 35 Boletín Oficial del Gran Oriente de España, n° 98, 1 septembre 1894, pp. 90-91.
  • 36 M. Hernández González, "Republicanismo y Masonería ai una ciudad portuaria : el papel de Estrada y (...)
  • 37 L. P. Martín, op. cit., 1996, pp. 219-221.

41Ils savent que l'école laïque est une déclaration de guerre aux institutions officielles et suppose un bouleversement des mentalités. Au fond, il y a une catégorie de francs-maçons qui ressentent le problème de l'enseignement comme une terrible injustice, comme l'apothéose d'une société brutale et en régression. Des témoignages ne manquent pas pour souligner qu'en Espagne l'éducation n'est pas une priorité, car "mientras para el sostenimiento del clero se destina una enorme cantidad, para la instrucción sólo se invierte una pequeña suma", comme le clame le vénérable de la loge Hijos del Trabajo de Barcelone35. Et de ce fait, les loges poussent le portillon, et partout on crée des sociétés d'instruction laïques, ouvertes, gratuites et pour les enfants de deux sexes, en travaillant selon la méthode de Froebel, comme le propose la loge Esperanza de Orotava du Puerto de la Luz36. Les loges de Valladolid s'unissent ainsi autour du centre local de la libre-pensée et créent l'école laïque Luz de Castilla, comme à Salamanque où l'on veut donner forme au vieux projet d'une école populaire37.

  • 38 BOGOE, n° 20, 31 juillet 1890, p. 2.
  • 39 Cf. B. Delgado y C. Vilanou, "Masonería y educación en la Cataluña contemporánea", Historia de la E (...)
  • 40 Sur la sociabilité dans le monde de l'éducation, cf. les travaux de P. Sola, M. Morales Muñoz et J. (...)

42L'explication de la laïcité maçonnique implique de l'intégrer tant dans la libre pensée que dans un discours social réformateur ou radical. L'intérêt que l'école laïque suscita chez les francs-maçons venait des deux aspects de la modernisation sociale qu'avait la sécularisation de l'enseignement : un mécanisme électif dans un groupe et une rupture normative par rapport aux institution dominantes. A cela, les francs-maçons ont ajouté leur notion particulière du "progrès de l'humanité" en tant que condition inhérente de la fraternité universelle. Cependant, l'échec de l'école maçonnique s'explique par trois facteurs simultanés. Premièrement, une confusion dans les définitions du projet maçonnique ; deuxièmement, une poussée sociale et globale qui débordait le cadre maçonnique, et troisièmement, une série de confluences idéologiques avec d'autres formations de progrès. Ainsi l'on peut comprendre pourquoi, en 1890, le Gran Oriente Español relance l'Ecole laïque, alors que la société Porvenir ne pouvait plus la maintenir et n'essayait plus de fonder une école maçonnique38. En définitive, l'objectif était la sécularisation. Ici, on trouve également des failles dans le concept du développement : dispersion de moyens, implantations défaillantes, structures peu stables, etc. Il y a eu des écoles laïques qui ont été maçonniques et pas uniquement républicaines ; comme il y a eu des écoles laïques socialistes ou anarchistes, bien que ces dernières préfèrent les écoles dites "intégrales"39. Le débat autour du sujet reste ouvert tant qu'on ne saura pas avec précision le rôle de la sociabilité ouvrière bourgeoise et politique, mais aussi culturelle dans le développement de la laïcité et de l'éducation laïque, car nous ne pouvons pas ignorer que depuis le Sexenio Revolucionario se forme, en même temps que la culture ouvrière, une culture républicaine et laïque qui n'avait pas les mêmes objectifs40.

Notes

1 R. Frau y R. Abrines, Diccionario Enciclopédico de la Masonería, Ed. La Habana, 1956, vol. I, p. 493.

2 Gran Oriente Nacional de España (GONE), Ritual de adopción de menores (Ceremonial), Madrid, 1890, p. 25.

3 Ibid., pp. 76-77.

4 Ibid.

5 GONE, Constituciones del Srmo. Gran Oriente Nacional de España, Madrid, 1890, p. 108.

6 R. Frau y R. Abrines, op. cit., vol. I, p. 22.

7 GONE, op. cit., 1890, p. 78.

8 J. Garrido, El 16 de Abril, consideraciones polltico-religiosas-sociales sobre jornada electoral de este día en Valencia, Valencia, 1899, cité par A. Yanini et Mellado Ponce, "Republicanismo y Masonería en la Valencia de la Restauración alfonsina (1872-1902)", La Masonería en la España del siglo XIX, Valladolid, Junta de Castilla y León, 1987, vol. II, p. 565.

9 Bonifacio Pérez-Rioja, "Una esperanza", Boletín Oficial del Gran Oriente Español (BOGOE), n° 27, 8 janvier 1891, pp. 10-12.

10 Libro de Actas de la Resp. Log. Federación n° 69, Bibliothèque Nationale de Madrid, Mss. 3.602. Je tiens à remercier le professeur F. Randouyer qui m'a donné d'importants renseignements sur la question pour la ville de Madrid.

11 BOGOE, n° 98, 1 septembre 1894, pp. 90-91.

12 J. A. Ayala, La Masonería en la región de Murcia, Murcia, Ed. Mediterráneo, 1986, p. 171.

13 J. A. Ayala, La Masonería en Albacete a finales del siglo XIX, Albacete, Instituto de Estudios Albacetenses, 1988, p. 92.

14 M. de Paz Sánchez, Historia de la Francmasonería en Canarias (1739-1936), Santa Cruz de Tenerife, Cabildo Insular de Gran Canaria, 1984, p. 243.

15 J. A. Ayala, op. cit., 1986, p. 172.

16 Acta de la tenida de Adopción del 25 Abril 1885, Resp. Log. Almogávares de Zaragoza, in J. A Ferrer Benimeli, La Masonería en Aragón, Zaragoza, Librería General, 1980, t. II, p. 177.

17 BOGOE, n° 71, 15 juin 1890, p. 8.

18 Archives Historiques Nationales, Section Guerre Civile (Salamanque) [AHNS], Section Franc-maçonnerie, document n° 861A.

19 AHNS, n° 565A.

20 J. Gay Armenteros et M. Pinto Molina, La Masonería en Andalucía Oriental a finales del siglo XIX : Granada y Jaén, Granada, Universidad de Granada, 1983, p. 298.

21 Ibid.

22 L. P. Martín, La Masonería en Castilla y León en el siglo XIX, Salamanca, Diputación Provincial de Salamanca, 1996, pp. 217-219.

23 Sur cette question, cf. Ε. Maza, "Sombras de una ciudad de provincias : pobreza, epidemias e insalubridad, Valladolid (1880-1890)", in J. M. Palomares et alii, La Comisión de Reformas Sociales y la condición obrera en Valladolid (1883-1903), Valladolid, Universidad de Valladolid-Caja de Ahorros y Monte de Piedad de Salamanca, 1985, pp. 252-259.

24 Boletín Oficial del Gran Oriente Nacional de España (BOGONE), n° 9, 21 mai 1888, p. 64.

25 Ibid., p. 65.

26 Sur l'influence de Fröebel dans la Franc-Maçonnerie, cf. E. M. Ureña, "Orígenes del Krausofröbehsmo y masonería ".Historia de la Educación, Salamanca, n° 9, 1990, pp. 55-62.

27 BOGONE, n° 9, p. 68.

28 BOGONE, n° 17, 1 janvier 1889, p. 142.

29 Cité par P. Alvarez Lázaro, "Masonería espanyola e ensenyament", in Masonería i educado a Espanya, Barcelona, Caixa de Pensions, 1986, p. 112.

30 Luis Miguel Lázaro Lorente, "Blasco Ibáñez : masonería, librepensamiento, republicanismo y educación", in Masonería, Revoludón y Reacción, Alicante, Instituto Juan Gil-Albert, 1990, pp. 217-218.

31 P. Sánchez i Ferrer, La Maçoneria a Catalunya (1868-1936), Barcelona, Edicions 62, 1990, pp. 131 et ss.

32 J. A. Ayala, op. cit., 1986, p. 173.

33 P. Alvarez Lázaro, "Masonería y enseñanza laica durante la Restauración española", in Historia de la Educación, n° 2, 1983.

34 M. de Paz Sánchez, op. cit., 1984, p. 249.

35 Boletín Oficial del Gran Oriente de España, n° 98, 1 septembre 1894, pp. 90-91.

36 M. Hernández González, "Republicanismo y Masonería ai una ciudad portuaria : el papel de Estrada y Madam en el Puerto de la Cruz", in La Masonería en la España del siglo XIX, op. cit., 1987, vol. II, pp. 673-674.

37 L. P. Martín, op. cit., 1996, pp. 219-221.

38 BOGOE, n° 20, 31 juillet 1890, p. 2.

39 Cf. B. Delgado y C. Vilanou, "Masonería y educación en la Cataluña contemporánea", Historia de la Educación, n° 9, 1990, pp. 157-164. Pour la laïcité républicaine, cf. L. M. Lázaro Lórente, op. cit., 1989.

40 Sur la sociabilité dans le monde de l'éducation, cf. les travaux de P. Sola, M. Morales Muñoz et J. A. García Fraile, in J.-L. Guereña et A. Tiana (Eds.), Clases populares, Cultura, Educación Siglos XIX-XX, Madrid, Casa de Velázquez, UNED, 1990. J. L. Guereña nous offre quelques pistes pour les Asturies dans "L'espace associatif dans l'Espagne de la Restauration", in R. Carrasco (Ed.), Solidarités et Sociabilités en Espagne. XVIème-XXème siècle, Paris, Annales Littéraires de l'Université de Besançon, 1991, pp. 350 et ss. En ce qui concerne la culture républicaine, cf. J. Alvarez Junco, "Los amantes de la libertad : la cultura republicana española a principios de siglo", in Ν. Towson (Ed.), El republicanismo en España (1830-1977), Madrid, Alianza Editorial, 1994, pp. 265-292.

Auteur

Université de Valenciennes

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540