Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Robert Beck
, 
Anna Madœuf

I - Dimensions identitaires

Vers une urbanisation des loisirs aristocratiques : la promenade urbaine comme lieu d’interprétation des loisirs de la cour dans la France des xviie et xviiie siècles

Sandra Pascalis

Texte intégral

  • 1 L'histoire des conditions de création matérielles, juridiques et financières des promenades comme (...)

1La promenade est un des éléments clefs pour qui veut comprendre les implications sociales des embellissements urbains des Temps modernes. Témoignant d’une sensibilité nouvelle portée à la nature et de l’ouverture progressive des villes sur la campagne environnante, le cours planté est conçu, au début du xviie siècle, comme lieu de pratiques sociales avant de devenir une solution formelle à l’agrandissement de la cité ou aux questions circulatoires, puis une réponse aux problèmes hygiénistes et à la régénération urbaine. Envisagée comme un lieu d’expression et d’interprétation des loisirs de la cour aux xviie et xviiie siècles, l’analyse de la promenade implique celle des principes d’urbanisation des activités aristocratiques et de la constitution de l’identité citadine d’un public élitiste1. De fait, l’intitulé même de cette contribution exclut l’étude de la promenade du peuple, qui pourrait être le sujet d’une autre publication.

  • 2 Jean-Louis Harouel, « Caliban hors du jardin. Le droit d'accès au jardin public parisien à la fin (...)
  • 3 Voir d'ailleurs Jacques Revel, « Les usages de la civilité », dans Philippe Ariès et Georges Duby (...)

2Une partie des sources consultées - traités de savoir-vivre, répertoires de jurisprudence, chroniques, guides de voyageurs ou représentations picturales - forme une documentation normative qui dépeint des conduites prescrites et non des comportements réels2. Généralement composées pour et par une élite, ces informations reflètent l’imaginaire d’un groupe dominant, pensée qui dévoile des codes identitaires tout en contribuant à la composition idéalisée de la société3. Souvent reprises d’un guide à l’autre, ces descriptions stéréotypées normalisent l’activité de la promenade mais les pratiques sont corrigées par la réalité des faits dévoilée dans les archives municipales et de l’intendance ou les affiches de police. Ainsi, la distinction des classes reste courante dans la littérature ou les figurations, alors que dans la vie quotidienne, les populations se mélangent plus que ne le suggère la théorie. De même, l’ordre et les convenances ne sont pas toujours respectés par l’élite, comme voudraient le faire croire les sources, mais ces dérives sont rarement évoquées en dehors des registres de police. Il s’agit donc de comprendre le contexte urbain, politique et social qui entraîne la naissance des promenades durant la seconde modernité, de cerner les origines de ces espaces, les activités qui s’y déroulent, la mise en place de comportements liés à cette activité de loisir et la constitution d’une étiquette sociale urbaine.

DE L’INVENTION DE LA PROMENADE URBAINE À LA CRÉATION DU COURS PLANTÉ

  • 4 Adolphe Alphand et Alfred-Auguste Ernouf, L'art des jardins : parcs, jardins, promenades, Paris, 3 (...)

« Ce n’est pas qu’on ne puisse faire remonter à une antiquité reculée l’usage des promenades publiques […]. En France, il n’existait point, à proprement parler, de promenades publiques avant Louis XIV, sauf quelques plantations irrégulièrement alignées dans l’intérieur ou aux abords des grandes villes […] »4.

  • 5 Pietro Cataneo, L'architettura, Venise, 1554, cité dans F. Panzini, ibid., p. 7.
  • 6 Franco Panzini, Per i piaceri del popolo. L'evoluzione del giardino pubblico in Europa dalle origi (...)
  • 7 Ibid., p. 46 : Le jardin de l'Arsenal est l'un des premiers parcs parisiens réalisé pour le public (...)

3Par ce résumé historique partisan, A. Alphand et le baron Ernouf présentent le xviie siècle comme un tournant dans l’aménagement des espaces plantés : si durant l’Antiquité ou le Moyen Age, des étendues de verdure servaient à l’utilisation collective des citadins, leur rôle semble différent selon l’époque, la culture, l’idée de la nature, la religion ou la situation politique des sociétés qui les créent. Ces jardins peuvent alors être difficilement considérés comme les ancêtres des promenoirs français. Pourtant, dès le xvie siècle, différents exemples isolés révèlent la lente intégration du vert dans la ville. Ainsi, dans son traité d’architecture de 1554, le Siennois Cataneo suggère de border d’arbres l’intérieur des murs d’enceinte pour des raisons de stratégie militaire5, conseil à rapprocher de la plantation des remparts des villes d’Anvers et de Lucques6. Il ne faudra qu’un pas pour que ces espaces soient ensuite utilisés par les citadins comme lieux de promenade, de récréation et de rencontre. Ce changement de goût se reflète dans la permanence de l’utilisation des prés, l’ouverture de certains jardins de particuliers ou d’ordres religieux à un public choisi, l’accès aux aires de jeu, comme le mail dont le spectacle attire les promeneurs, ainsi que la création de jardins conçus pour le public7.

4La France innovera à partir du milieu du xviie siècle en systématisant l’aménagement d’un nouveau type de promenoir conçu pour le divertissement des citadins : il s’agit du cours, ou corso en Italien. Selon Furetière, ce terme désigne un :

  • 8 Antoine Furetière, Dictionnaire Universel, La Haye, A. et R. Leers, 1690.

« Espace qu’on traverse par un mouvement progressif, quand un corps est transporté d’un lieu à un autre. [... C’]est aussi un lieu agréable où est le rendez-vous du beau monde, pour se promener à certaines heures, et se dit tant du lieu que de l’assemblée qui s’y trouve »8.

  • 9 A. Montandon, Sociopoétique de la promenade, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pasca (...)

5Ce mot exprime donc à la fois l’idée de déplacement, le cadre de la promenade et la pratique sociale engendrée par le site9.

  • 10 Antoine-Chrysostome Quatremère de Quincy, Encyclopédie méthodique. Architecture, Paris, chez Mme A (...)
  • 11 Ferdinand Boyer, « Les promenades publiques en Italie du nord au xviiie siècle », La vie urbaine, (...)
  • 12 Ibid.

6Le corso (Ill. 1) apparaît au xvie siècle en Italie où il se déroule dans la plus belle et la plus grande rue de la ville10 ou dans tout endroit suffisamment vaste pour accueillir la parade des carrosses, comme les places devant les palais privés ou administratifs, les parvis d’églises ou les quais11. On se rend également hors les murs : les bords de mer, les environs des remparts ou les routes deviennent les lieux de rendez-vous de l’aristocratie pourvu qu’ils soient plats, suffisamment larges pour permettre aux voitures de se croiser et qu’éventuellement, ils offrent une belle vue12. En 1580, Montaigne en décrit le principe :

  • 13 Michel de Montaigne, Voyage en Italie par la Suisse et l'Allemagne (1580-81), Paris, Les œuvres re (...)

« Le plus commun des exercices des Romains, c’est se promener par les rues ; et ordinairement l’entreprise de sortir du logis se fait pour aller seulement de rue en rue sans avoir où s’arrêter ; et il y a des rues particulièrement destinées à ce service. À dire vrai, le plus grand fruit qui s’en retire, c’est de voir les dames aux fenêtres, et notamment les courtisanes [...] »13.

Illustration 1 : Le Corso de Rome

Illustration 1 : Le Corso de Rome
  • 14 F. Boyer, op. cit.
  • 15 Ibid.

7L’emplacement du corso varie en fonction des saisons et l’heure diffère selon le climat. On fait le cours le jour du Carnaval et, pour la promenade ordinaire, après le dîner, puis deux heures avant la nuit14. On peut y retourner après le spectacle. Ceux qui ne possèdent pas de voiture vont et viennent sur les trottoirs, sous les portiques, sur les bas-côtés de la voie utilisée pour le corso ou dans les jardins privés ouverts à l’intention du public15. Ces espaces sont donc investis par les citadins, sans qu’aucun aménagement n’y ait été réalisé. Les ardeurs du soleil, la poussière, le manque de place ou d’air ne semblent pas importuner les promeneurs.

8Cette activité est importée en France par une reine d’origine italienne, au début du xviie siècle. Sauval nous apprend que le cours est :

  • 16 Henri Sauval, Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, Paris, Charles Moette et (...)

« […] un mot nouveau et une nouvelle chose, de l’invention de Marie de Médicis. Jusqu’à sa régence, on ne savait point en France d’autres moyens d’user de la promenade qu’à pied et dans les jardins, mais alors elle fit passer de Florence à Paris la mode de se promener en carrosse, aux heures les plus fraîches de l’après-dîné : ce qui se pratique maintenant en tant de lieux »16.

  • 17 Marcel Poëte, La promenade à Paris au xviie siècle. L'art de se promener. Les lieux de promenade d (...)
  • 18 H. Sauval, op. cit., livre VI, p. 671 ; John Evelyn, The state of France as it stood in the IXth y (...)
  • 19 Paul d'Ariste et Maurice Arrivetz, Les Champs-Élysées. Place de la Concorde, Cours-la-Reine,Jardin (...)
  • 20 Ibid.

9À Paris, on se rend sur le cours Saint-Antoine, aux abords de la Bastille, où la rue du faubourg Saint-Antoine et la rue Saint-Antoine sont envahies par les voitures17. En 1616, Marie de Médicis transforme les conditions de ce loisir en créant une scène spécifique à cette activité : il s’agit du Cours-la-Reine (Ill. 2 et 3). Cet ensemble d’avenues s’étend sur 1 300 mètres le long de la Seine, entre le jardin des Tuileries et le pré de la Savonnerie au pied des collines de Chaillot (actuelle place de l’Alma). L’allée centrale mesure une vingtaine de mètres de large, ce qui permet à cinq ou six carrosses de rouler de front sans s’incommoder18 ; la largeur des contre-allées fait la moitié de l’avenue centrale. Le Cours est ponctué en son centre par un rond-point planté (à la hauteur de l’actuel pont des Invalides), d’une centaine de mètres de diamètre19, et « plus de cent voitures peuvent y tourner commodément »20.

  • 21 Selon Pierre Richelet, Dictionnaire français, 1680, t. I, fac-similé Genève, 1994, l'avenue est un (...)
  • 22 P. Richelet, op. cit.

10La structure innovante du Cours devient bientôt un modèle typiquement français caractérisé par une organisation tripartite, les espaces de promenade étant différenciés en avenues carrossables ou piétonnes. Le terme de cours sera appliqué aux promenoirs qui suivent cette typologie formelle. Les allées plantées d’arbres sont à l’origine du succès rencontré ; de nouvelles recherches permettraient d’en comprendre la source, probablement influencée par la symbolique de l’avenue de château21. La promenade française devient indissociable de cette caractéristique, comme en témoigne la définition de Richelet : « Cours : Lieu où l’on va se promener ; grandes et belles allées bordées de tilleuls »22. L’intégration de la nature dans la promenade est à l’origine du succès du Cours-la-Reine, au détriment du cours Saint-Antoine. Ce dernier est démodé dès la fin du règne de Louis XIII à cause de son manque d’aménagement, sa situation dans la ville, l’absence de perspective et de panorama, qualités attribuées au Cours-la-Reine.

Illustration 2 : Boulevard Saint Antoine, Paris

Illustration 2 : Boulevard Saint Antoine, Paris

Illustration 3 : Cours-la-Reine, Paris

Illustration 3 : Cours-la-Reine, Paris
  • 23 F. Panzini, op. cit., p. 50.
  • 24 A. M. Rouen, Registre A26, A28, A40, Chartrier tiroirs n°57, n°77, etc.
  • 25 D. Rabreau, op. cit., p. 304.
  • 26 Jean-Baptiste Noellat, Guide du voyageur et de l'amateur à Dijon, ou statistique monumentale de la (...)

11Ainsi, Marie de Médicis importe en France une manière de se promener pour laquelle elle fait réaliser des travaux d’embellissement novateurs, créant une typologie qui se diffuse rapidement dans le royaume. Cet aménagement correspond à une activité particulière ayant sa propre finalité : on ne s’y rend que pour la promenade à carrosse ou à pied, il ne s’agit pas d’un lieu de passage ou d’un parcours entre deux emplacements23. Différents promenoirs prendront l’appellation emblématique de « Cours-de-la-Reine », en hommage à celle qui fut l’initiatrice de ce modèle en France, comme à Rouen (1649)24, à Caen (1676)25 ou à Dijon (1762)26.

LA PROMENADE, UN LIEU D’EXPRESSION PARISIEN DE L’ÉTIQUETTE SOCIALE URBAINE

  • 27 D. Rabreau, op. cit., p. 304.
  • 28 Ibid., p. 301.
  • 29 Norbert Elias, La société de cour, Paris, Calmann Lévy, 1974 ; J. Revel, op. cit., p. 169 ; C.-L. (...)
  • 30 Rabreau, op. cit., p. 301.
  • 31 M. Poëte, op. cit., p. 112.
  • 32 J. Revel, op. cit., p. 198.
  • 33 M. Poëte, op. cit., p. 130.
  • 34 Ibid.
  • 35 Le gazetier Jean Loret, à propos du dimanche 9 mai 1655, cité dans M. Poëte, op. cit., p. 126 et 1 (...)
  • 36 Frères de Villiers, cité dans M. Poëte, ibid., p. 130.

12La promenade au Cours-la-Reine est initialement réservée à la famille royale et à la haute société27. Cette activité est proposée par une reine aux membres de sa cour qui quittent l’espace du parc de château pour un lieu semi-urbain à la périphérie de la ville. Comme le souligne D. Rabreau, la promenade est le pendant pacifique et citadin de la chasse aristocratique28. Des usages précis s’établissent au Cours-la-Reine qui devient ainsi le théâtre de l’expression de l’esprit courtisan. L’étiquette et le cérémonial de la société de cour reflètent une organisation hiérarchisée dans laquelle les gestes révèlent la place de chacun, symbolisant la distribution du pouvoir et des charges29. Le cours s’inscrit dans une répartition réglementée et reconnaissable des espaces30 : les allées sont fermées à leurs extrémités par un portique architecturé, décoré de bossages rustiques et gardé par un portier ; les côtés sont protégés par des fossés31 de manière à en surveiller l’accès. Se promener au Cours-la-Reine devient donc un moyen d’affirmer dans l’espace sa réussite sociale et les privilèges liés aux grâces du roi ou à son rang32. Ce contexte n’échappe pas à Louis XIV qui se plaît à en jouer dès 1650 en honorant régulièrement le Cours de sa présence33. Tous ses courtisans veulent alors s’y montrer et avoir l’honneur d’y être vus : la règle est d’arrêter sa voiture devant celle du roi ou des membres de la famille royale34 et les femmes doivent ôter leur masque35. Il faut ensuite attendre plusieurs heures pour que les carrosses attirés par la présence du roi ou des princes de sang quittent la promenade36.

  • 37 M. Poëte, ibid., p. 93 et suiv.
  • 38 H. Sauval, op. cit., livre XII, p. 650. Daniel Roche (dir.), Voitures, chevaux et attelages du xvi(...)
  • 39 M. Poëte, op. cit., p. 105 : dans leur Journal, les frères de Villiers comptabilisent plus de troi (...)

13La manière de se promener est codifiée et consiste à se déplacer en voiture sous les allées ombragées. Ce type de loisir à l’italienne s’adapte d’autant plus facilement en France que le luxe37 et le goût des carrosses se sont développés depuis le règne de Louis XIII38. Leur quantité permet d’ailleurs de juger du succès du Cours, d’où la fréquente exagération de leur nombre dans les descriptions39. La vacuité du terrain entraîne un jeu de va-et-vient qui permet de se croiser et de se rencontrer plus que de se déplacer. On fait défiler les voitures en ovale afin d’apercevoir les autres promeneurs dans leur voiture, les chevaux marchant au petit pas. Le Cours est donc un rendez-vous social et mondain que décrit La Bruyère :

  • 40 Jean de La Bruyère, Les Caractères de Théophraste avec les caractères ou les mœurs de ce siècle, 7 (...)

« L’on s’attend au passage réciproquement dans une promenade publique ; l’on y passe en revue l’un devant l’autre ; carrosses, chevaux, livrées, armoiries, rien n’échappe aux yeux, tout est curieusement ou malignement observé ; et selon le plus ou moins de l’équipage, ou l’on respecte les personnes ou on les dédaigne »40.

  • 41 D. Rabreau, op. cit., p. 301.
  • 42 La chasse au vieil grognard de l'antiquité, s. l.,1622, p. 24.
  • 43 Madeleine de Scudéry, Artamène ou le Grand Cyrus, 1650-1653, cité dans P. d'Ariste, op. cit., p. 3 (...)
  • 44 H. Sauval, op. cit., Livre VIII, p. 287.
  • 45 A. Furetière, op. cit. : « Urbanité. Civilité, politesse, courtoisie qu'on trouve parmi les gens d (...)
  • 46 J. Revel, op. cit., p. 169.

14On vient profiter du spectacle qu’offrent les autres promeneurs : « se promener consiste à aller voir, à se faire voir et à être vu »41, la perruque, la parure ou le fard participant à cette mise en scène. Le Cours est une sorte de salon en plein air : on devise, chante, lit et se rend agréable aux compagnies42. Les hommes à cheval suivent les dames et vont d’un carrosse à un autre, rendant cette sortie « tout ensemble promenade et conversation »43 … La politesse y règne : « On s’entre-salue sans se connaître ; et les hommes qui sont presque toujours découverts, n’oseraient manquer à saluer les dames, à moins de passer pour incivils »44. Le Cours-la-Reine devient donc un lieu d’expression de l’urbanité telle que la définit Furetière45. Il entraîne un ensemble de codes et de comportements soumis aux normes de la courtoisie et de la civilité, donc de la vie publique46. Il est créé par une élite qui transpose une étiquette de palais à un espace urbain, la promenade matérialisant les prérogatives des pairs.

  • 47 M. Poëte, Paris, la vie et son cadre. Au jardin des Tuileries. L'art du jardin. La promenade publi (...)
  • 48 Raoul Boutrays, Lutetia, 1611, cité dans M. Poëte, ibid., p. 145.
  • 49 Cité dans M. Poëte, ibid., p. 143
  • 50 F. Panzini, « Le plus intéressant jardin public au monde », Monuments Historiques n°177, novembre (...)

15La création du Cours-la-Reine est concomitante de l’ouverture de jardins royaux et aristocratiques parisiens. L’exemple des Tuileries (Ill. 4) est caractéristique car il s’agit d’un des premiers parcs rendus accessibles au public et il est, sans conteste, le plus fréquemment étudié et cité en exemple au risque de simplifications historiques. Ce jardin est initialement réservé à la famille royale et à la Cour mais les citadins peuvent y pénétrer dès le début du xviie siècle lorsque cette dernière est hors de Paris47. Les longues allées ombragées sont propices à la marche, à la conversation et au jeu48. Selon un compte de 1624, le portier reçoit 150 livres de gages « pour lui donner moyen de vivre sans prendre aucun salaire ni gratification de ceux qui entrent »49 : les sujets du roi peuvent donc venir s’y délasser. Le jardin subit régulièrement des aménagements pour les visiteurs à tel point qu’il devient une référence en matière de promenade dans toute l’Europe, dès le milieu du xviie siècle et jusqu’à la fin du siècle suivant50.

  • 51 David-R. Coffin, « The lex hortorum and access to gardens of Latium during the Renaissance », Jour (...)
  • 52 Ibid., p. 205.
  • 53 Ibid., p. 206.
  • 54 Ibid., p. 202.
  • 55 Ibid., p. 209.
  • 56 Ibid.

16L’ouverture de parcs privés au public semble s’inscrire dans la tradition romaine du xvie siècle, selon laquelle les familles italiennes exposent leurs collections d’antiques dans les jardins qu’elles rendent accessibles. L’invitation à la découverte est manifestée par une inscription sur un mur ou sur la porte d’entrée, la Lex Hortorum51. Cette dernière indique généralement que le jardin est réalisé pour l’agrément des amis, pour le délice des citoyens et des étrangers ou pour la jouissance des artistes et des poètes52. Elle décrit également le bon usage du jardin où les visiteurs sont assez libres, pouvant déambuler et se reposer tant qu’ils n’endommagent rien53, comme à la villa Borghèse sur le Pincio : « Va où tu le désire, cueille ce que tu veux, pars quand tu en as envie »54. Il ne faut pourtant pas interpréter le droit à l’accès de ces jardins selon un sens moderne, puisque l’entrée est régie suivant certains codes - en témoigne le fait que l’inscription soit en latin, langue élitiste55. Le jardin est probablement interdit aux proscrits de la société romaine du xvie siècle tels les mendiants ou les Juifs56.

Illustration 4 : Le jardin des Tuileries, Paris

Illustration 4 : Le jardin des Tuileries, Paris
  • 57 De La Croix, cité dans J.-L. Harouel, op. cit., p. 295
  • 58 Ibid.
  • 59 Ibid., p. 296 - 297.
  • 60 État ou tableau de la ville de Paris, t. II, p. 15-17, cité dans C. Lamarre, op. cit., p. 99.
  • 61 J.-L. Harouel, op. cit., p. 296.
  • 62 David-R. Coffin, op. cit., p. 213 : l'humaniste et homme d'état napolitain Giovanni Pontano, dans (...)
  • 63 Charles Perrault, Mémoires de ma vie, Paris, Renouard et H. Laurens, 1909, p. 126.

17En France, le caractère public du jardin ne signifie pas non plus qu’il soit accessible à tous. Aux Tuileries, la présence de portes ou de grilles d’entrée, de fossés protecteurs, de portiers et de gardes assure une sélection des « citoyens qui se présentent sous des dehors honnêtes »57. Sont exclus les soldats, les domestiques, le menu peuple et les mendiants58. Un siècle après l’ouverture de cette propriété royale, l’avocat au Parlement, de La Croix, justifie ce rejet par la volonté de conservation de cet enclos59. Le peuple peut jouir de toutes les promenades le jour de la Saint-Louis, car « il est juste que la maison du père commun des Citoyens soit le jour de sa fête ouverte à tout son peuple »60 : à Paris, l’entrée des parcs des Tuileries et du Luxembourg, du Jardin du Roi et de la place Royale est permise indistinctement à tous61. Mais alors que l’ouverture des jardins italiens est une preuve de la vertu de splendeur des propriétaires62, celle des parcs royaux révèle la disposition de magnificence du monarque, car ils « ne sont ni si grands et si spacieux qu’afin que tous leurs enfants puissent s’y promener »63. On se promène sous l’œil bienveillant et généreux du propriétaire, en l’occurrence le détenteur du droit divin, un membre de sa famille ou de sa cour. L’étiquette au jardin y est essentielle car :

  • 64 De La Croix, cité dans J.-L. Harouel, op. cit., p. 296.

« tous ceux qui entrent dans un Jardin public pour s’y promener ou pour le traverser, doivent respecter l’image du maître qui est dans tous les lieux qu’ils parcourent, et s’y conduire comme si le maître lui-même les y suivait »64.

  • 65 C. Lamarre, op. cit., p. 98.

18Le jardin révèle et met en scène l’affection des Français pour leur souverain65 ; il s’inscrit dans la politique de propagande qui cultive le « sentiment national » selon lequel la Monarchie forme une grande famille autour de son roi.

19La création du Cours-la-Reine et l’ouverture des jardins royaux ou aristocratiques participent à la mise en place d’un nouveau cadre urbain. Elles présentent des caractéristiques communes telles que leur origine royale, la sélection des promeneurs, l’importance de l’étiquette sociale et du jeu des apparences, l’utilisation des allées devenant le théâtre de la mise en scène de la bonne société. La différence notable entre cours et jardin réside en ce que le second est ouvert à un public plus large que le premier, permettant un certain brassage social. De plus, la forme du jardin permet une diversité de plaisirs que le cours n’offre pas. Le moyen de la promenade (à pied ou en voiture) s’explique simplement par la nature du lieu. La création d’espaces plantés en France s’inspirera de l’ouverture du jardin et de la forme efficace du Cours-la-Reine, divulguant l’étiquette de la cour hors de l’aire du château.

LA PROMENADE COMME NOUVEAU SYMBOLE DE LA MAGNIFICENCE DU ROI : VERS LA DIFFUSION ET L’URBANISATION D’UN LOISIR AULIQUE ?

  • 66 AN H2* 1822, 7 juin 1670, cité dans Yoann Brault, « Le plan de Pierre Bullet (1673-1675) », Les gr (...)
  • 67 D. Rabreau, op. cit., p. 304.
  • 68 Dans le dernier tiers du xviiie siècle, la mode du jardin pittoresque favorisera les allées sinueu (...)

20La création de promenoirs suivant le modèle du Cours-la-Reine se développe rapidement dans les Généralités. Rouen ou Aix-en-Provence semblent parmi les premières villes à se doter de telles structures dès 1649, offrant pour la première fois au public des lieux plantés pour la promenade. Ce mouvement se généralise à partir de 1670, lorsqu’un arrêt du Conseil du roi impose le pavement et la plantation d’une partie des fortifications parisiennes, signe tangible de la politique de pacification menée dans le royaume66. Suivant cet exemple, la typologie du cours est appliquée presque systématiquement à toutes les places créées pour la promenade. Louis XIV poursuit ainsi le mouvement amorcé par Marie de Médicis, en diffusant à l’ensemble de son royaume un modèle formel lié à une activité de loisir aulique. Comme l’ouverture des jardins au public, les promenoirs sont l’œuvre de la magnificence royale car ils sont généralement conçus sur ordre du souverain ou par ses représentants dans les Généralités (gouverneurs militaires au xviie siècle, intendants de Généralité sous Louis XV67, ingénieurs des Ponts et Chaussées ou municipalités). Ils incarnent donc une vision royale et parisienne en rendant l’allée linéaire omniprésente dans le royaume, ces perspectives évoquant à la fois l’avenue de château - réminiscence seigneuriale - le Cours-la-Reine - symbole du courtisan et le jardin régulier de Versailles - apogée du pouvoir absolu68.

  • 69 D. Rabreau, Paris, capitale des arts sous Louis XV. Peinture, sculpture, architecture, fêtes, icon (...)
  • 70 Ibid., p. 22. Daniel Roche, La France des Lumières, Paris, Fayard, 1993, p. 243-248, 595-597.
  • 71 D. Rabreau, Paris, capitale des arts…, op. cit., p. 22.
  • 72 Ibid., p. 25.
  • 73 D. Rabreau, « La promenade urbaine… », op. cit., p. 304.
  • 74 D. Rabreau, Paris, capitale des arts…, op. cit., p. 22.
  • 75 Ibid., p. 17.
  • 76 Nombreuses sont les places royales du xviiie siècle qui associent différents bâtiments administrat (...)
  • 77 Charlotte Chastel-Rousseau, « Promenades d'Anglais sur la place Louis XV ou les aperçus critiques (...)
  • 78 The Oxford Companion to gardens, Oxford-New York, Oxford University Press, 1987.
  • 79 Jeanne Hugueney, « Le caractère social de l'art au xviiie siècle : les jardins publics », Actes du (...)
  • 80 D. Rabreau, « La promenade urbaine… », op. cit., p. 309.

21La diffusion de cette structure dans la ville au xviiie siècle devient un signe d’allégeance à l’autorité monarchique qui impose une vision officielle de l’embellissement par sa maîtrise du territoire national. Les promenades semblent reprendre la fonction allégorique de la place royale, espace conçu autour de l’effigie du souverain pour actualiser la reconnaissance publique. La statue matérialise la « présence symbolique du roi »69 : l’image de Louis XIV, conquérant, sévère et distant, fait place à celle de Louis XV, père du peuple, « roi pacificateur, bon et juste »70. « Au couple sujet/peuple du xviie siècle s’oppose le couple de citoyen/public du xviiie siècle »71. Cette évolution se traduit d’un point de vue formel : si au xviie siècle, le programme de la place royale consiste en un local architecturé et urbain servant d’écrin à la statue et conçu pour le rituel du rassemblement des sujets, la métamorphose du pouvoir absolu72 entraîne au siècle suivant de nouvelles conceptions sociales et donc urbaines. Associée à la promenade73, la place royale incarne l’aspiration de la monarchie à la paix et au bonheur des sujets74 en participant à la « nouvelle physionomie urbaine, fidèle image d’un [gouvernement] synonyme de changement et de bien-être »75. Ce parti urbain, rappel du forum à l’antique76, est celui de la place Louis XV à Paris (actuelle place de la Concorde)77, véritable transition entre le jardin des Tuileries, les avenues des Champs-Élysées et le Cours-la-Reine, de la place royale du Peyrou à Montpellier conçue entre 1688 et 169378 et aménagée en promenoir au milieu du xviiie siècle par la plantation de la terrasse inférieure79, ou de l’un des projets présenté à Nîmes lors de la création du jardin de la Fontaine80. Par l’implantation de la statue du roi « aux champs », la cité s’ouvre sur le paysage, offrant des perspectives sur le reste du royaume. La nature prend ainsi une place importante dans l’histoire politique des villes, acquérant la même valeur d’action civique que Diderot accorde à l’art, avec ses vertus éducatives et moralisantes. Solution à des motivations idéologiques, la promenade transpose la question du style parlant et des objectifs symboliques du grand genre à l’embellissement urbain. La promenade a été conçue pour la cour, que l’Encyclopédie définit de manière obsolète, mais révélatrice, comme :

  • 81 Encyclopédie…, op. cit.

« Le centre de la politesse d’une nation [... dont la perfection] passe dans le langage, dans les jugements, dans les sentiments, dans le maintien, dans les manières, dans le ton, dans la plaisanterie, dans les ouvrages d’esprit, dans la galanterie, dans les ajustements, dans les mœurs mêmes [...] »81.

  • 82 J. Revel, op. cit., p. 197.
  • 83 Ibid.
  • 84 F. Panzini, « Le plus intéressant jardin public au monde », op. cit., p. 58. D. Roche, La France d (...)
  • 85 Hugues Neveux, « Prélèvements et contrôles urbains », dans G. Duby (dir.), Histoire de la France u (...)
  • 86 D. Rabreau, « La promenade urbaine… », op. cit., p. 302 ; Nicole Castan, « Le public et le particu (...)
  • 87 J. Revel, op. cit., p. 431.

22Dès 1630, la monarchie absolue a su soumettre la noblesse en lui consentant « le privilège visible de l’éminence sociale »82 et en l’offrant à l’admiration du reste de la société83. Le modèle proposé s’étend bientôt au sein du « nouveau public urbain formé par l’aristocratie citadine, la bourgeoisie marchande et l’élite culturelle »84, qui se développe dès la première moitié du xviie siècle85. Ce mouvement s’accentue sous la Régence, lorsque la cour s’émancipe de Versailles en découvrant les charmes de Paris où elle étale ses modes de vie86. L’étiquette et les coutumes auliques s’urbanisant, la ville prend sa revanche87. Ainsi que le souligne L.-S. Mercier et malgré l’Encyclopédie, la cour n’a plus le monopole de l’apparition sur la scène de la ville :

  • 88 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, 1783, réédition Paris, Mercure de France, 1994, t. I, c (...)

« Le mot de cour n’en impose plus parmi nous, comme au temps de Louis XIV. [...]. Du temps de Louis XIV, la cour était plus formée que la ville ; aujourd’hui la ville est plus formée que la Cour [...]. La ville parle avec assurance sur tout et sans relâche [...]. La ville, où sont tous les arts et toutes les lumières, [...] décide hardiment, parce qu’elle sent sa force [...] »88.

  • 89 J. Revel, op. cit., p. 201.
  • 90 Ibid., Jean-Baptiste de la Salle, Les règles de la bienséance et de la civilité chrétienne, 1703, (...)
  • 91 D. Rabreau, Paris, capitale des arts…, op. cit., p. 16.
  • 92 D. Roche, Les Républicains des Lettres : gens de culture et Lumières au xviiie siècle, Paris, Faya (...)

23La création des promenades et la diffusion des rites de socialisation vont de pair avec le développement des valeurs de civilité qui s’imposent en France dans le dernier tiers du xviie siècle89. Les traités d’éducation permettent l’imitation des comportements sociables des élites, en diffusant certains codes comme les principes du contrôle des expressions du visage et du dressage des corps90. L’imaginaire de cette nouvelle société en marge de la cour se crée et s’exprime par la quête d’une identité urbaine91 nationale à laquelle participent les salons et les librairies, les clubs et les cafés, le développement des représentations de théâtre et d’opéra, autant de cadres induisant des pratiques sociales et des comportements appropriés92.

  • 93 F. Panzini, op. cit., p. 45, P. d'Ariste et M. Arrivetz, op. cit., p. 30 : les barrières sont supp (...)
  • 94 C. Pieau, La promenade dans les jardins publics parisiens au xviiie siècle, mémoire de DEA d'histo (...)
  • 95 L.-M. Nourry, op. cit., p. 20.
  • 96 Ibid., p. 32.
  • 97 Henri Villard, « L'ancien Cours et ses abords à la fin du Second Empire », Bulletin Officiel du Mu (...)
  • 98 F. Panzini, op. cit., p. 45 et suiv.
  • 99 J. de La Bruyère, op. cit., Paris, E. Michallet, 1688, p. 111.
  • 100 C. Lamarre, op. cit., p. 99.
  • 101 Joachim-Christoph Nemeitz, Séjour de Paris, c'est-à-dire Instructions fidèles pour les voyageurs d (...)

24Contrairement au Cours-la-Reine93 ou aux jardins princiers, les promenoirs du royaume sont généralement ouverts à tous les états. Cependant, on ne peut pas parler de vulgarisation du rituel de la promenade quand la référence imitée demeure la cour94. En s’urbanisant, ce loisir reste élitiste car il est codifié par « la tenue vestimentaire, l’allure, le rythme de la marche »95 ou la compagnie avec laquelle on déambule. Les citadins fréquentent les promenoirs à certaines heures et occupent les allées en fonction de leur catégorie sociale96. La qualité de l’équipage et les démonstrations de richesse restent des marques de différenciation qui s’exhibent dans l’avenue carrossable. On se reconnaît selon l’espace fréquenté et l’on protège son territoire, comme à Marseille (Ill. 5) où la partie du Cours (actuel cours Belsunce) proche de la Canebière est réservée à l’élite, tandis que l’autre tronçon est fréquenté par le peuple97. La sélection des promeneurs98 s’opère généralement de manière tacite, comme le décrivait déjà La Bruyère : « L’on se donne à Paris sans se parler comme un rendez-vous général mais fort exact, tous les soirs au Cours ou aux Tuileries […] »99. De fait, la mode impose l’usage de ces lieux et en exclut l’ignorant : les jours et les horaires deviennent des convenances qu’il faut connaître100, ce à quoi suppléent les guides dont les informations permettent au nouvel arrivant de s’intégrer à la société brillante. Le titre de l’ouvrage de J.-C. Nemeitz est éloquent : Séjour de Paris, c’est-à-dire Instructions fidèles pour les voyageurs de condition101.

Illustration 5 : Cours Marseille

Illustration 5 : Cours Marseille
  • 102 A. M. Rouen, Chartrier n°57 ; A. M. Marseille, série 1BB ; A. M. Nantes, série FF, etc.
  • 103 Caroline-Stéphanie de Genlis, Dictionnaire critique et raisonné des étiquettes de la Cour ou l'Esp (...)
  • 104 C. Pieau, op. cit., p. 35.

25Ces distinctions sociales sont parfois imposées par des arrêtés municipaux, héritiers codifiés de la Lex hortorum. Des réglementations se transmettent du jardin au promenoir urbain dont l’accès reste sélectif et contrôlé, comme l’interdiction d’y porter des armes, d’y jouer à des jeux importunant les promeneurs ou risquant d’abîmer les plantations. D’autres mesures révèlent que tous ne s’y conforment pas, moins par malice ou par esprit de revendication que par incompréhension de l’usage de ces espaces : les femmes utilisent la fontaine du cours pour laver leur linge, d’autres y font paître leurs animaux ou considèrent la promenade comme un simple chemin, en faisant passer leur charrette dans les allées102. Les mélanges de populations semblent être tolérés lorsqu’il s’agit de la présence de petits métiers qui animent la promenade et la rendent plus confortable : bouquetières, enfants que l’on charge de billets, vendeurs de gâteaux…103. L’épanouissement de la prostitution, favorisé par les jeux de rencontre amoureuse sous la frondaison des arbres, entraîne quant à lui une confusion de classes, condamnée par les moralistes104.

  • 105 F. Panzini, op. cit., p. 47.

26Ainsi, la coutume libérale italienne d’ouverture des jardins prend en France une dimension politique toute autre. La condition sociale du propriétaire ou du créateur de ces espaces et la notion de magnificence d’un Grand vis-à-vis des sujets déterminent les modalités d’accès. Peu à peu, ce loisir de cour et l’étiquette qui en découle se transmet par glissement, par mimétisme et par désir de promotion sociale à l’ensemble des promenoirs du royaume. En s’urbanisant, ce rituel de la promenade entraîne une codification des usages, la création de règlements de police remplaçant les habitudes aimables de la cour105. Mais tandis qu’à Paris les cours sont devenus des lieux d’étalage de richesses et de rendez-vous galants, ils sont généralement fréquentés en province par une société bourgeoise aux mœurs « saines » et à la fortune peu démonstrative. Et contrairement à la vision idéale de l’Encyclopédie, la promenade citadine ne consiste pas en une recherche d’exercice physique, mais elle manifeste plutôt l’urbanité d’une société. La multiplicité des fonctions des promenoirs de province permet un développement original dont la forme s’éloigne du cours en associant les caractéristiques de la place royale, du belvédère, du square ou du jardin. Les villes des Généralités ne se contentent donc pas d’imiter les modèles parisiens même s’ils restent des sources d’inspiration évidente, mais elles proposent une riche variété de solutions plastiques en réponse aux contraintes des sites. Les promenoirs de France deviennent d’ailleurs aux yeux des voyageurs une caractéristique française remarquée. Dans son journal, Arthur Young ne s’exclame-t-il pas : « par leurs promenades publiques, les villes de France sont bien supérieures à celles d’Angleterre » ?

Notes

1 L'histoire des conditions de création matérielles, juridiques et financières des promenades comme leurs fonctions d'embellissement urbain ou d'hygiène publique font l'objet d'une thèse de doctorat, actuellement en cours : La nature citadine : promenoirs plantés et lieux de promenade urbains et publics en France du Grand Siècle à l'aube de la Révolution, D. Rabreau (dir.) Université Paris-I Panthéon-Sorbonne, Centre Ledoux.

2 Jean-Louis Harouel, « Caliban hors du jardin. Le droit d'accès au jardin public parisien à la fin de l'Ancien-Régime », Histoire du droit social. Mélanges en hommage à Jean Imbert, Paris, PUF, 1989 ; Christine Lamarre, « Ouvrir ou fermer son jardin ? Bienséance et convivialité au xviiie siècle », dans Alain Montandon (dir.), Les espaces de la civilité, Mont-de-Marsan, Edition Inter-universitaires, 1995 ; Louis-Michel Nourry, Les jardins publics en province, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1997.

3 Voir d'ailleurs Jacques Revel, « Les usages de la civilité », dans Philippe Ariès et Georges Duby (dir.), Histoire de la vie privée, t. III, De la Renaissance aux Lumières, Paris, Seuil, 1986, p. 170.

4 Adolphe Alphand et Alfred-Auguste Ernouf, L'art des jardins : parcs, jardins, promenades, Paris, 3e édition, 1886, p. 298.

5 Pietro Cataneo, L'architettura, Venise, 1554, cité dans F. Panzini, ibid., p. 7.

6 Franco Panzini, Per i piaceri del popolo. L'evoluzione del giardino pubblico in Europa dalle origini al XX secolo, Bologna, Zanichelli, 1993, p. 80.

7 Ibid., p. 46 : Le jardin de l'Arsenal est l'un des premiers parcs parisiens réalisé pour le public, son aménagement devenant un archétype de la nature citadine.

8 Antoine Furetière, Dictionnaire Universel, La Haye, A. et R. Leers, 1690.

9 A. Montandon, Sociopoétique de la promenade, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2000, p. 42.

10 Antoine-Chrysostome Quatremère de Quincy, Encyclopédie méthodique. Architecture, Paris, chez Mme Agasse, 1801-1820, vol. II, p. 138 : « Cours. [...] Dans plusieurs villes d'Italie on donne le nom de cours, corso, à la plus belle et la plus grande rue où l'on a l'usage, aux jours de fête, de donner encore des courses de chevaux [...] ».

11 Ferdinand Boyer, « Les promenades publiques en Italie du nord au xviiie siècle », La vie urbaine, n°3, juillet-septembre 1959, et « Les promenades publiques en Italie du centre et du sud au xviiie siècle », La vie urbaine, n°4, octobre-décembre 1960.

12 Ibid.

13 Michel de Montaigne, Voyage en Italie par la Suisse et l'Allemagne (1580-81), Paris, Les œuvres représentatives, 1932, p. 187.

14 F. Boyer, op. cit.

15 Ibid.

16 Henri Sauval, Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, Paris, Charles Moette et Jacques Chardon, 1724, Genève, Minkoff reprint, 1973, t. II, livre VII, p. 287.

17 Marcel Poëte, La promenade à Paris au xviie siècle. L'art de se promener. Les lieux de promenade dans la ville et aux environs, Paris, Librairie Armand Colin, 1913, p. 99, 100, 105.

18 H. Sauval, op. cit., livre VI, p. 671 ; John Evelyn, The state of France as it stood in the IXth year of this present monarch Lewis XIIII, Londres, 1652, cité dans M. Poëte, op. cit., p. 111.

19 Paul d'Ariste et Maurice Arrivetz, Les Champs-Élysées. Place de la Concorde, Cours-la-Reine,Jardin des Champs-Élysées… Étude topographique, historique et anecdotique jusqu’à nos jours, Paris, Émile-Paul, 1913, p. 30. A.-G. de Manet, « Les promenades parisiennes. Le Cours la reine à travers les âges », Le mois littéraire et pittoresque, t. XXXI, janvier-juin 1914, p. 525.M. Poëte, op. cit., p. 111.

20 Ibid.

21 Selon Pierre Richelet, Dictionnaire français, 1680, t. I, fac-similé Genève, 1994, l'avenue est un « Chemin par où on aborde. [...]. Grande allée qui conduit dans quelque maison de plaisance et qui de part et d'autre est ordinairement bordée d'arbres ». Denis Diderot et Jean le Rond d'Alembert (dir.), Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1765, réédition Stuttgart, 1967, t. I : l'avenue « est une grande allée d'arbres [...]. Ces sortes d'avenues sont ordinairement plantées à l'entrée d'une ville ou d'un château, comme l'avenue de Vincennes près de Paris ». Les liens entre avenue de château et avenue de ville sont développés dans M. Poëte, op. cit., p. 342 et Daniel Rabreau, « La promenade urbaine en France aux xviie et xviiie siècles : entre imaginaire et planification », dans Monique Mosser et Georges Teyssot (dir.), Histoire des jardins de la Renaissance à nos jours, Paris, Flammarion, 1991, p. 301.

22 P. Richelet, op. cit.

23 F. Panzini, op. cit., p. 50.

24 A. M. Rouen, Registre A26, A28, A40, Chartrier tiroirs n°57, n°77, etc.

25 D. Rabreau, op. cit., p. 304.

26 Jean-Baptiste Noellat, Guide du voyageur et de l'amateur à Dijon, ou statistique monumentale de la capitale de l'ancienne Bourgogne, Dijon, Bonnefond-Dumoulin, 1829, p. 305.

27 D. Rabreau, op. cit., p. 304.

28 Ibid., p. 301.

29 Norbert Elias, La société de cour, Paris, Calmann Lévy, 1974 ; J. Revel, op. cit., p. 169 ; C.-L. Haroche et A. Montoia, « Le duc de Saint-Simon et la dimension politique de l'espace dans la société d'Ancien Régime », in A. Montandon (dir.), Les espaces de la civilité, op. cit., p. 11-26.

30 Rabreau, op. cit., p. 301.

31 M. Poëte, op. cit., p. 112.

32 J. Revel, op. cit., p. 198.

33 M. Poëte, op. cit., p. 130.

34 Ibid.

35 Le gazetier Jean Loret, à propos du dimanche 9 mai 1655, cité dans M. Poëte, op. cit., p. 126 et 182.

36 Frères de Villiers, cité dans M. Poëte, ibid., p. 130.

37 M. Poëte, ibid., p. 93 et suiv.

38 H. Sauval, op. cit., livre XII, p. 650. Daniel Roche (dir.), Voitures, chevaux et attelages du xvie au xixe siècle, Paris, Association pour l'académie d'art équestre de Versailles, Établissement public du musée et du domaine national de Versailles, 2000.

39 M. Poëte, op. cit., p. 105 : dans leur Journal, les frères de Villiers comptabilisent plus de trois mille carrosses au cours de la porte S. Antoine, les 6 février 1657 et 5 mars 1658, alors que Nemeitz n'en décrit que six cent à la fin du règne de Louis XIV…

40 Jean de La Bruyère, Les Caractères de Théophraste avec les caractères ou les mœurs de ce siècle, 7e éd., 1692, réédition Paris, H. Chamion, 1999, p. 301.

41 D. Rabreau, op. cit., p. 301.

42 La chasse au vieil grognard de l'antiquité, s. l.,1622, p. 24.

43 Madeleine de Scudéry, Artamène ou le Grand Cyrus, 1650-1653, cité dans P. d'Ariste, op. cit., p. 30.

44 H. Sauval, op. cit., Livre VIII, p. 287.

45 A. Furetière, op. cit. : « Urbanité. Civilité, politesse, courtoisie qu'on trouve parmi les gens du beau monde. L'urbanité consiste aussi aux jeux et passe-temps, et à entretenir une compagnie sans offenser personne ». Ce simple jeu d'esprit, ce trait d'humour propre à une catégorie de personnes distinguées devient peu à peu une politesse propre à culture de la ville comme en témoigne le Dictionnaire universel Français et latin, vulgairement appelé Dictionnaire de Trévoux, nouvelle édition, Paris, compagnie des libraires associés, 1771.

46 J. Revel, op. cit., p. 169.

47 M. Poëte, Paris, la vie et son cadre. Au jardin des Tuileries. L'art du jardin. La promenade publique, Paris, 1924, p. 143.

48 Raoul Boutrays, Lutetia, 1611, cité dans M. Poëte, ibid., p. 145.

49 Cité dans M. Poëte, ibid., p. 143

50 F. Panzini, « Le plus intéressant jardin public au monde », Monuments Historiques n°177, novembre 1991.

51 David-R. Coffin, « The lex hortorum and access to gardens of Latium during the Renaissance », Journal of garden History, vol. 2, n°3, juillet-septembre 1982.

52 Ibid., p. 205.

53 Ibid., p. 206.

54 Ibid., p. 202.

55 Ibid., p. 209.

56 Ibid.

57 De La Croix, cité dans J.-L. Harouel, op. cit., p. 295

58 Ibid.

59 Ibid., p. 296 - 297.

60 État ou tableau de la ville de Paris, t. II, p. 15-17, cité dans C. Lamarre, op. cit., p. 99.

61 J.-L. Harouel, op. cit., p. 296.

62 David-R. Coffin, op. cit., p. 213 : l'humaniste et homme d'état napolitain Giovanni Pontano, dans ses Traités sur les vertus sociales, 1498, accorde à l'architecture le rôle de refléter l'image du propriétaire. La vertu de magnificence s'exprime par des démonstrations visant au bien-être public et la vertu de splendeur, par des commandes, comme le jardin, relevant de la sphère privée.

63 Charles Perrault, Mémoires de ma vie, Paris, Renouard et H. Laurens, 1909, p. 126.

64 De La Croix, cité dans J.-L. Harouel, op. cit., p. 296.

65 C. Lamarre, op. cit., p. 98.

66 AN H2* 1822, 7 juin 1670, cité dans Yoann Brault, « Le plan de Pierre Bullet (1673-1675) », Les grands Boulevards, Paris, Action artistique de la ville de Paris, 2000, p. 29.

67 D. Rabreau, op. cit., p. 304.

68 Dans le dernier tiers du xviiie siècle, la mode du jardin pittoresque favorisera les allées sinueuses qui invitent à la découverte du paysage et à la rêverie. Mais l'allée droite reste omniprésente dans les jardins des palais urbains et des parcs publics : cf. entre autres Jean-Marie Morel, Théorie des Jardins, Paris, 1776, Genève, Minkoff Reprints, 1973, p. 18-19.

69 D. Rabreau, Paris, capitale des arts sous Louis XV. Peinture, sculpture, architecture, fêtes, iconographie, Bordeaux, W. Blake & co., 1997, p. 39.

70 Ibid., p. 22. Daniel Roche, La France des Lumières, Paris, Fayard, 1993, p. 243-248, 595-597.

71 D. Rabreau, Paris, capitale des arts…, op. cit., p. 22.

72 Ibid., p. 25.

73 D. Rabreau, « La promenade urbaine… », op. cit., p. 304.

74 D. Rabreau, Paris, capitale des arts…, op. cit., p. 22.

75 Ibid., p. 17.

76 Nombreuses sont les places royales du xviiie siècle qui associent différents bâtiments administratifs, juridiques et financiers, symboles des pouvoirs étatiques et locaux assemblés autour de l'image du souverain.

77 Charlotte Chastel-Rousseau, « Promenades d'Anglais sur la place Louis XV ou les aperçus critiques d'un mode d'embellissement à la française », Dix-huitième siècle n°32, Paris, PUF, 2000.

78 The Oxford Companion to gardens, Oxford-New York, Oxford University Press, 1987.

79 Jeanne Hugueney, « Le caractère social de l'art au xviiie siècle : les jardins publics », Actes du XVIIe congrès international d'histoire de l'art, La Haye, 1955, p. 473-474.

80 D. Rabreau, « La promenade urbaine… », op. cit., p. 309.

81 Encyclopédie…, op. cit.

82 J. Revel, op. cit., p. 197.

83 Ibid.

84 F. Panzini, « Le plus intéressant jardin public au monde », op. cit., p. 58. D. Roche, La France des Lumières, Paris, Fayard, 1993, p. 235 - 237.

85 Hugues Neveux, « Prélèvements et contrôles urbains », dans G. Duby (dir.), Histoire de la France urbaine, t. III, La ville classique, Paris, Seuil, 1981, p. 92.

86 D. Rabreau, « La promenade urbaine… », op. cit., p. 302 ; Nicole Castan, « Le public et le particulier », dans P. Ariès et G. Duby (dir.), op. cit., p. 431.

87 J. Revel, op. cit., p. 431.

88 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, 1783, réédition Paris, Mercure de France, 1994, t. I, chapitre 347 « De la Cour », p. 953-954.

89 J. Revel, op. cit., p. 201.

90 Ibid., Jean-Baptiste de la Salle, Les règles de la bienséance et de la civilité chrétienne, 1703, réédité dans Jean-Pierre Seguin (dir.), La bienséance, la civilité et la politesse enseignées aux enfants, Bruxelles, Le Cri et Paris, J.-M. Place, 1992. Le chapitre 5 « Des divertissements », article II « De la promenade », p. 172-175, décrit les règles sociales à suivre lors de la promenade à pied.

91 D. Rabreau, Paris, capitale des arts…, op. cit., p. 16.

92 D. Roche, Les Républicains des Lettres : gens de culture et Lumières au xviiie siècle, Paris, Fayard, 1988.

93 F. Panzini, op. cit., p. 45, P. d'Ariste et M. Arrivetz, op. cit., p. 30 : les barrières sont supprimées avant d'être rétablies le 23 juin 1766 par M. de Marigny qui impose l'usage de laissez-passer, en ordonnant aux portiers « de ne les ouvrir qu'aux princes de sang et aux personnes autorisées, sous peine de perdre leur place ». Quelques années plus tard, le passage est libre pour « tout carrosse, soit de personnes qualifiées, soit de bourgeois, les fiacres et voitures de charge devant passer uniquement par le quai ».

94 C. Pieau, La promenade dans les jardins publics parisiens au xviiie siècle, mémoire de DEA d'histoire de l'art et d'archéologie, D. Rabreau (dir.), Centre Ledoux, Université Paris-I, 2003, p. 36.

95 L.-M. Nourry, op. cit., p. 20.

96 Ibid., p. 32.

97 Henri Villard, « L'ancien Cours et ses abords à la fin du Second Empire », Bulletin Officiel du Musée du Vieux Marseille, n°36-37, juillet-août 1935, p. 132 et André Bouyala d'Arnaud, Évocation du Vieux Marseille, Paris, 1961, p. 338.

98 F. Panzini, op. cit., p. 45 et suiv.

99 J. de La Bruyère, op. cit., Paris, E. Michallet, 1688, p. 111.

100 C. Lamarre, op. cit., p. 99.

101 Joachim-Christoph Nemeitz, Séjour de Paris, c'est-à-dire Instructions fidèles pour les voyageurs de condition, comme ils doivent se conduire s'ils veulent faire un bon usage de leur temps et argent durant leur séjour à Paris [...], Leide, J. Van Abcoude, 1727.

102 A. M. Rouen, Chartrier n°57 ; A. M. Marseille, série 1BB ; A. M. Nantes, série FF, etc.

103 Caroline-Stéphanie de Genlis, Dictionnaire critique et raisonné des étiquettes de la Cour ou l'Esprit des étiquettes et des usages anciens comparés aux modernes, Paris, 1818, t. II, p. 167.

104 C. Pieau, op. cit., p. 35.

105 F. Panzini, op. cit., p. 47.

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : Le Corso de Rome
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/617/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Titre Illustration 2 : Boulevard Saint Antoine, Paris
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/617/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Titre Illustration 3 : Cours-la-Reine, Paris
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/617/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Illustration 4 : Le jardin des Tuileries, Paris
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/617/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Titre Illustration 5 : Cours Marseille
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/617/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 217k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre Ledoux

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable