Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Famille et éducation en Espagne et en Amérique Latine

 | 
Jean-Louis Guereña

I. Temps des familles, temps scolaires

Cuba : renaissance de la société, réalités de l'éducation (1959-1989)

Dominique Gay-Sylvestre

Texte intégral

11959 : la révolution armée s'achève à Cuba. Les dirigeants cubains, conscients des difficultés qui les attendent, ont néanmoins foi en l'avenir. Le moment est exaltant et particulièrement émouvant, car cette Révolution qui les a libérés de la dictature de Batista, prend un tour nouveau. Il s'agit, désormais, de vaincre un état d'esprit préjudiciable, non seulement au développement de la nouvelle société qui peu à peu va voir le jour à Cuba, mais aussi à l'épanouissement de la femme, sans laquelle la renaissance tant attendue ne verra pas le jour.

  • 1 Federación de Mujeres Cubanas, Estatutos, La Habana, 1986, p. 3.

2Comment envisager alors, d'améliorer le sort quotidien des habitants, confrontés jusque là, à la maladie, à la faim, au chômage, à la prostitution, à la mort prématurée, à l'analphabétisme ?..., si ce n'est à travers une politique éducative intensive, capable d'élever le niveau idéologique, politique et culturel. Il n'est pas question, bien sûr, de heurter les mentalités, mais il faut, par ce biais, parvenir à promouvoir la participation de tous les citoyens aux tâches "d'édification, de consolidation et de défense" de la nouvelle société, car il ne peut y avoir de réelle liberté, sans éducation, et l'oppression ne pourra disparaître sans une politique véritablement élaborée1.

Une campagne d'alphabétisation sans précédent

3L'un des objectifs premiers du gouvernement cubain consistera à lancer une campagne d'alphabétisation d'une ampleur sans précédent, dans laquelle la population cubaine, toute entière, est partie prenante. Mais comment mettre en place ce genre de projet dans un pays totalement dépourvu de structures, et où le taux d'analphabétisme est considérable ?

  • 2 M. Huteau et J. Lautrey, L'Education à Cuba, Paris, 1973.

4En effet, selon M. Huteau et J. Lautrey, près du quart de la population est alors analphabète, et 54 % des enfants ne sont pas scolarisés. En 1953, c'est à La Havane que le taux d'analphabètes est le moins élevé (9,2 % de la population), tandis qu'ils sont 35,3 %, dans la province d'Oriente. Ils sont aussi moins nombreux dans les villes -11 %- que dans les campagnes -41,3 %-2.

  • 3 F. Castro, Conversión de otro cuartel en escuela para el pueblo, in L. Séjourné, La mujer cubana e (...)

5Menée par la F.M.C. et dirigée par Mario Díaz, la campagne d'alphabétisation fait appel à toutes les bonnes volontés. Le 26 septembre 1960, Fidel Castro, de la tribune de l'O.N.U., annonce les objectifs de la révolution en matière d'alphabétisation, et déclare qu'à la fin de l'année 1961 tous les cubains sauront lire et écrire3. Au début de 1961, est prévue donc la création d'un manuel, dont le contenu révolutionnaire "doit constituer une motivation adéquate à l'apprentissage". En cours d'année, on fait appel aux jeunes de l'enseignement secondaire, pour aller enseigner dans les régions isolées du pays et combler ainsi le manque d'enseignants dans les campagnes. L'enthousiasme est tel que les jeunes ne se font aucunement prier pour participer à cet effort collectif. Ils ignorent ce qui les attend !

6Toute personne titulaire du certificat d'études primaire ou ayant un niveau d'études voisin, est un éducateur potentiel. Plus de 120.000 personnes, "les enseignants populaires", se déclarent ainsi prêts à participer à la campagne. Par ailleurs, on permet aux collèges et aux lycées de fermer les portes de leurs établissements à partir du 15 avril 1961, afin que leurs élèves puissent s'inscrire comme instructeurs et commencer leur initiation dans des centres de formation. Ces derniers doivent alors faire parvenir au Ministère de l'Education la liste des postulants, ainsi que leur âge, leur adresse, le nom du centre, leur niveau d'étude et leurs motivations, afin que le Ministère forme les brigades qui seront chargées d'alphabétiser. La population cubaine a une telle conscience de l'importance de cette nouvelle tâche que nombreux sont les parents qui envoient leurs enfants âgés de dix ou onze ans enseigner aux autres le peu qu'ils ont déjà appris. Seuls les étudiants sont dispensés de participer à la campagne d'alphabétisation, car la Révolution a un besoin urgent d'ingénieurs, d'architectes et de techniciens.

7La première étape de ce processus consiste d'abord à pallier l'inexpérience de ces instructeurs, en leur donnant la formation préliminaire indispensable à la réussite de leur entreprise :

  • 4 Mónica Ramos Reyes, in 0. Lewis, R. Lewis, S. Rigdon, Trois femmes dans la révolution cubaine, Par (...)

"Avant de commencer la campagne, il fallait subir une préparation d'une semaine à Varadero. On commença par nous apprendre l'utilisation du syllabaire phonétique. La discipline était sévère ; les élèves étaient logés à Granma et les filles à Caguamo, et nous ne pouvions pas nous voir. Au début, il y eut des crises de nerfs chez les filles. Nous étions toutes très jeunes et la plupart, nous n'avions jamais quitté nos parents"4.

  • 5 M. Huteau et J. Lautrey, op. cit., p. 25.

8"Les brigades pilotes" issues de ces centres de formation sont dirigées par un enseignant volontaire ou un responsable des Jeunes Rebelles, qui en 1962 prendront le nom d'Union des Jeunesses Communistes (U.J.C.). Sur les 105.000 membres des brigades, 55.000 sont des filles ; 52 % viennent de l'école primaire. 32 % du secondaire, les autres des instituts pré-universitaires et des établissements d'enseignement supérieur5. Ces "brigades" sont acheminées en train ou en camion sur les lieux qui leur ont été assignés pour partager la vie des paysans. Les instructeurs participent aux travaux agricoles pendant la journée et le soir apprennent à lire aux membres de la famille qui les héberge. Le bon sens de ces jeunes, leur perspicacité, leur obstination et l'enthousiasme que leur confère leur jeunesse, sont mis à rude épreuve, car le monde qu'ils découvrent est réellement hallucinant ! Les paysannes sont ignorantes en tout et méconnaissent les choses les plus élémentaires, comme se laver ou se couper les cheveux. Aller chez le médecin, suivre une hygiène rigoureuse, connaître son corps et en prendre soin, sont absolument inconcevables.

9Ces difficultés, et l'existence d'un monde totalement étranger aux normes habituelles connues, ne découragent pourtant pas les esprits. Les adolescentes, seules ou par groupes de deux, visitent inlassablement les maisons des zones qu'on leur a assignées. La brigade d'alphabétisation est là pour les soutenir, car les paysans n'ont pas toujours conscience des conditions infra humaines dans lesquelles ils vivent. Or, paradoxalement, les femmes, plus que les hommes, refusent toute alphabétisation, surtout, d'ailleurs, si elles ont affaire à des femmes. Il n'est pas rare, en effet, de voir les paysannes considérer leur institutrice comme une libertine, surtout si elle vient de la capitale, porte des pantalons et fume ! Mais, pire encore sont les zones minières où le mineur fait vivre sa femme et son entourage sous un régime féodal auquel la maîtresse d'école elle-même n'échappe pas. Il lui faut alors, parfois contre son gré, se plier aux croyances et aux tabous de la population qu'elle est chargée d'alphabétiser :

  • 6 Migdalia Calvo, in L. Séjourné, La mujer cubana, op cit., p. 288.

"[...] Había una burra, pero yo no la podía montar porque había la firme creencia de que si una mujer montaba en un burro, no se casaba, así que sólo lo podía hacer a escondidas [...]"6.

  • 7 Ibid.

10Cependant, dans l'ensemble, des relations de confiance s'établissent entre les jeunes pédagogues et les familles qui les hébergent. Leurs efforts sont parfois récompensés, car des familles entières apprennent à lire et à écrire7. De façon générale, la campagne d'alphabétisation est bien acceptée, car, outre les bases indispensables à l'écriture et à la lecture, les leçons qui sont imparties font surtout appel au bon sens et aux connaissances pratiques. On donne des informations sur la réforme agraire, la réforme urbaine et on explique et commente sur un mode amène, les objectifs de la Révolution et les transformations à venir... :

  • 8 L. Séjourné, La mujer cubana, op. cit., pp. 287-288.

"A la gente le fascinaba la cartilla porque no era una cosa aburrida ; de enseñarles que la 1 con la a es la, sino por ejemplo, con la OEA y tú dabas vocales y les dabas una historia de lo que era la OEA, todo además muy vinculado con América Latina y Cuba"8.

11Il faut même ruser avec certains des futurs alphabétisés, si l'on ne veut pas les perdre en cours d'instruction ! :

  • 9 Ibid., p. 288.

"El que un campesino, por ejemplo, aprendiera a firmar, que era de las cosas que uno trataba de que no aprendiera pronto. El campesino, a la primera clase que va, lo que pide a uno es que se le enseñe a firmar ; es lo primero porque es lo que necesita : no poner más la huella digital sino firmar, y justamente eso es lo único que no hay que hacer, porque si aprende, no te vuelve a ver nunca más en la vida"9.

12Dans le secteur rural, la campagne d'alphabétisation constitue donc un véritable succès. Une fois terminée, la zone devient "territoire libre d'analphabétisme" et l'on hisse le drapeau rose. Mais dans les villes également, les choses s'organisent : si les quartiers n'ont pas tous leur école d'alphabétisation, les maisons sont suffisamment accueillantes pour que la classe puisse y avoir lieu et les hommes et les femmes s'y retrouver sans éprouver de gêne.

13Le 22 décembre 1961, le Ministre de l'Education Armando Hart annonce que le taux d'analphabétisme à Cuba est passé de 23,6 % à 3,9 %. Dans ce chiffre, il n'inclut pas les quelques 25.000 Haïtiens qui résident dans les régions agricoles d'Oriente et de Camagüey -ne parlant pas espagnol, ils n'ont pu être alphabétisés-, les déficients mentaux et les personnes qui, en raison de leur âge, ont été déclarées "irrécupérables". Cette "Année de l'Education" se révèle ainsi très encourageante. Les volontaires ont terminé leur travail et retournent dans leur famille. Ils ont alors la possibilité, les filles aussi bien que les garçons, de devenir instituteurs ou de poursuivre des études en tant que boursiers. Dans le même temps, dès 1961, des Ecoles pour adultes sont créées, afin de maintenir les résultats acquis à l'issue de la campagne d'alphabétisation et incorporer tous ceux et celles qui n'auraient pu atteindre le niveau de fin d'études primaire.

La formation des maîtres

14Il est maintenant nécessaire de mettre en place les structures indispensables à la poursuite d'un système éducatif de grande envergure. Tel est l'objectif des nombreuses écoles pionnières qui vont fleurir à la même époque. Les Ecoles Normales sont installées dans les villes. Les enseignants qui en sont issus éprouvent d'énormes difficultés à s'adapter à la vie à la campagne. Il faut donc créer des écoles qui les préparent psychologiquement et physiquement aux conditions de vie très rudes des petits villages isolés dans les montagnes, sans médecins, sans chemins accessibles. Ils doivent aussi avoir une solide formation idéologique, puisqu'ils sont, en quelque sorte, les représentants de la révolution dans les régions les moins faciles à informer des transformations en cours. A l'issue de leur formation, ces jeunes volontaires constitueront le corps des instructeurs révolutionnaires. Ces écoles, dont la justification et l'utilité tenaient aux conditions que devait affronter l'instituteur, ont aujourd'hui disparu. La formation des maîtres se fait désormais dans des Ecoles Normales régionales. Les élèves-maîtres sont ensuite regroupés au niveau national à l'Institut pédagogique Makarenko pour y suivre deux années de formation.

15L'école prevocacional de San Lorenzo représente ainsi le premier chaînon de la vocation pédagogique que le gouvernement révolutionnaire met en place dans le secteur rural. Elle accueille des paysannes qui, à l'issue de la campagne d'alphabétisation, n'ont pu terminer leur dernière année de primaire (sexto grado). L'expérience est également tentée, à peu près à la même époque, dans les provinces de Las Villas et de Pinar del Río.

16Leur cycle préparatoire achevé, les élèves ont alors la possibilité de poursuivre leurs études en s'inscrivant à l'école vocacional de Minas del Frío. L'emplacement de Minas del Frío, en altitude, est tout à fait symbolique. C'est là que se trouvait pendant la lutte révolutionnaire, dans la Sierra Maestra, une base de guerrilla et où l'on avait installé une école de soldats. Leurs qualités physiques, plus encore que leurs qualités pédagogiques, sont déterminantes pour la suite de leur carrière d'enseignants dans la Sierra Maestra. Celles et ceux qui ont résisté pendant un an à l'épreuve de Minas del Frío s'inscrivent alors à l'école Manuel Ascunce Domenech de Topes de Collantes, où leur formation dure deux ans. Cette école est un ancien sanatorium : également située en altitude, les conditions de vie y sont toutefois moins dures qu'à Minas del Frío. Les futurs enseignants y reçoivent un enseignement de premier cycle de collège (sixième et cinquième), dans lequel sont approfondies les matières de base qu'ils seront chargés d'enseigner. La journée d'études est longue, de 6 heures et demie à 22 heures trente. La soirée est consacrée aux devoirs et aux leçons, aux activités sociales et personnelles. Les étudiants s'occupent de tout : ils lavent leur linge, font leur lit, le ménage de leurs dortoirs et servent à table chacun à leur tour. Dans la journée, ils aident aux travaux de construction. Les dimanches sont consacrés au repos et aux activités sportives. La plupart des enseignants sont diplômés de Topes de Collantes ; ils n'en poursuivent pas moins leurs études, en assistant le samedi soir à des cours donnés par des professeurs de l'Université de Santa Clara.

17Installé tout d'abord dans l'ancienne université de Villanueva, puis à Tarará, aux portes de La Havane, l'Institut Pédagogique Makarenko constitue l'étape finale du second cycle, et l'achèvement -au bout de deux ans- d'un apprentissage qui permettra aux futurs enseignants d'exercer pleinement leur métier d'instructeurs : les deux dernières années sont en effet consacrées à la formation pédagogique, avec des stages d'application pratique. Les stagiaires ont la responsabilité d'une classe au cours de la cinquième année -le plus souvent à La Havane- et ne retournent à l'Institut que pour y compléter leur formation (en mathématiques, histoire, géographie, sciences naturelles, économie politique, éducation physique, pédagogie), pour y pratiquer une langue étrangère et préparer leur classe le soir et le samedi. Leurs professeurs sont recrutés parmi les enseignants qui n'ont pas fui la Révolution et qui ont accepté de mettre leurs connaissances et aptitudes à son service. Le passage par cet Institut est d'autant plus important que 300 élèves parmi les meilleures vont être choisies pour des cours de perfectionnement de deux ans, afin d'entrer à l'université et de constituer le corps des professeurs chargés de former les élèves-maîtresses de Topes de Collantes.

18Pendant ce temps, les cours ne peuvent être assurés dans les montagnes. On demande alors aux maîtres et aux maîtresses des brigades d'avant garde de la campagne d'alphabétisation d'assurer la transition pendant deux ans, le temps pour tous ces jeunes d'être capables de faire leurs preuves. La brigade "Frank País", réservée à ses débuts aux instituteurs envoyés dans les zones montagneuses, sera créée à cet effet.

Les Ecoles paysannes

19En janvier 1961, l'Ecole d'Instruction Révolutionnaire et Politique "Conrado Benítez" accepte la candidature de 300 jeunes filles. Elles sont choisies pour leur action, leur esprit d'abnégation et leur capacité, parmi les contingents de maîtres volontaires qui ont participé à la campagne d'alphabétisation dans les zones rurales et montagneuses. L'ampleur des carences dans le domaine éducatif est tel qu'un second groupe intègre l'école en juillet 1961. Les élèves, boursières, comme toutes celles de la Révolution, suivent la formation pratiquée dans l'île, qui combine de façon équilibrée l'étude et le travail sur le terrain. Le premier groupe d'instructrices issu de l'école, sera chargé d'organiser les écoles nocturnes pour domestiques. Les plus compétentes en assument la direction, tandis que les autres occupent les emplois d'institutrices, sous l'orientation technique de groupes expérimentés. Par la suite, on leur adjoindra une partie des élèves-maîtresses de l'Institut Pédagogique Makarenko.

  • 10 Oria Ester Calcines Bolaños, in L. Séjourné, La mujer cubana, op. cit., p. 128.

20Soucieux de rendre justice aux femmes issues du secteur rural, et désireux de les remercier pour leur engagement aux côtés des soldats de l'Armée Rebelle, Fidel Castro, aidé d'Elsa Gutiérrez (qui en assurera la direction) et d'Elena Gil crée en 1961 l'école paysanne "Ana Betancourt", qui disparaîtra en 1970. Elle revêt, tout d'abord, les caractéristiques d'une simple école de coupe et de couture, car il faut, avant tout, vaincre la résistance des hommes -pères, frères, époux-, qui répugnent à se séparer de leurs femmes pour les envoyer à la capitale, où l'imaginaire collectif considère qu'elles finiront comme prostituées ou comme domestiques10. L'accent mis sur cet apprentissage de la coupe et de la couture, facilite l'adhésion des femmes-des hommes aussi !-, sensibles au caractère utilitaire de cet enseignement (ces cours ne durent qu'un an). En réalité, c'est grâce aux dirigeants de l'A.Ν.Α.Ρ. (Association Nationale des Petits Agriculteurs) dans lesquels les paysans ont confiance, que les choses se passent sans trop de heurts. La campagne connaît ainsi un succès retentissant, puisque 3.000 candidates sont attendues à l'école. Mais, ce qui survient alors dépasse tout ce qui était prévu, puisque ce ne sont pas 3.000, mais 11.000 élèves âgées de 12 à 14 ans qui arrivent dans la capitale !

21L'école, installée à La Havane, à l'hôtel Nacional, accueille les jeunes filles et jeunes femmes, originaires pour la plupart des zones déshéritées de la Sierra Maestra en Oriente et de l'Escambray. Elles sont logées dans les demeures des quartiers résidentiels de Tarará et de Siboney, abandonnées par leurs propriétaires qui ont fui l'île. Après leur avoir fait passer des tests simples (une composition, quelques additions et soustractions), on découvre qu'environ 97 % d'entre elles ne dépassent pas le niveau élémentaire. Le faible niveau de scolarité de ces paysannes oblige alors les dirigeantes de l'école à élaborer un système à la fois attrayant et efficace. On fait appel à toutes les méthodes possibles de coupe et de couture, puis on les réunit en une seule méthode d'enseignement, qui prend le nom d'Ana Betancourt. Cependant, le véritable problème reste celui de l'encadrement les écoles des employées de maison sont en pleine activité et l'on ne peut avoir recours aux institutrices qui y travaillent. On fait donc appel, un peu partout, à toutes les maîtresses disponibles, puis on les forme à cette nouvelle technique pédagogique unifiée et simplificatrice. Celle-ci comprend un approfondissement de l'enseignement primaire, ainsi que des cours d'hygiène, de puériculture, des informations sur la réforme urbaine, la nationalisation des banques et des entreprises "impérialistes".

22Néanmoins, les débuts sont difficiles. Les paysannes dont l'âge varie entre 13 et 16 ans, et qui ne sont jamais sorties de leur campagne, se sentent totalement perdues et isolées dans cette grande ville qu'est La Havane. Elles ont peur de tout, vivent sous l'emprise des préjugés les plus incroyables et pratiquent des séances de spiritisme qui épouvantent leurs jeunes instructrices, si bien que les dirigeantes doivent régler les problèmes sur tous les fronts. Toutefois, huit mois après le début de l'expérience, les jeunes paysannes sont métamorphosées. Elles ont pris du poids, sont allées chez le coiffeur, chez le dentiste. Le jour de la fête des Mères, leurs mères qui ont répondu à l'invitation d'Eisa Gutiérrez et de Fidel Castro de venir rejoindre leurs filles à La Havane (seul le stade de La Ciudad Deportiva est suffisamment grand pour les accueillir toutes), ont les plus grandes difficultés à reconnaître leur progéniture. Mais, à l'issue de ce premier cours, les mentalités ont changé et les préjugés diminué. On leur fait cadeau d'une machine à coudre portative et elles s'engagent, de retour dans leur village, à enseigner à coudre à dix femmes. L'expérience est renouvelée en 1962. Cette fois-là, plus de 14.000 jeunes filles et jeunes femmes fréquentent les bancs de l'école sous la houlette des instructrices révolutionnaires "Conrado Benitez". Elles suivent des cours le matin et l'après-midi, tandis que le soir, ce sont elles qui assurent les cours. En 1963, les paysannes ayant reçu une éducation de base, l'école peut désormais se consacrer à l'enseignement primaire, comme n'importe quelle autre école. Les inscriptions sont limitées à 10.000 élèves, mais celles qui montrent des dispositions particulières, ont le droit de la renouveler. Le programme académique est très soutenu puisqu'il permet aux élèves de franchir deux degrés de l'enseignement primaire en l'espace d'un an. Les bonnes élèves, celles dont le rendement scolaire est satisfaisant et la conduite jugée conforme à l'optique révolutionnaire, ont la possibilité, si elles le souhaitent, de revenir l'année suivante et d'acquérir une formation plus poussée. Cependant, à l'issue de leur scolarité, toutes les élèves peuvent retourner dans leurs foyers respectifs, à la campagne. Néanmoins, celles qui ont achevé leurs études au collège, ont la possibilité d'entrer au lycée, d'envisager, par la suite, des études universitaires, s'inscrire dans une école technologique, voire même poursuivre une carrière professorale.

23En effet, à l'instar de tout le système éducatif mis en place à Cuba, et pour pallier les nombreuses insuffisances, l'école "Ana Betancourt" oriente dès 1965, les élèves du secondaire ainsi que ceux inscrits aux cours de formation des maîtres, vers l'enseignement dans les classes primaires, car les Makarenko ne sont pas remplacées lorsqu'elles quittent leur poste. On prépare donc les nouvelles recrues à l'apprentissage des techniques spécifiques aux différents degrés d'enseignement, grâce à des orientations didactiques et à un encadrement de techniciens spécialisés. Par ailleurs, conformément aux exigences du gouvernement révolutionnaire, l'école combine à la fois l'étude et le travail. En 1970, l'école "Ana Betancourt" incorpore des jeunes filles âgées de 14 ans et plus à l'industrie, et plus particulièrement à l'industrie textile. Bon nombre des "élèves-paysannes" ont achevé des études universitaires, d'autres occupent des emplois de responsabilité dans des centres de travail et dans des organismes politiques et au sein même de la Fédération des Femmes Cubaines (F.M.C.).

24A dire vrai, toutes les activités proposées, même les plus anodines, visent à ce que les élèves acquièrent au plus vite une certaine maturité politique. L'objectif de l'école dépasse donc le cadre scolaire strict, puisqu'il s'agit, par le biais de l'éducation, de créer et de modeler la nouvelle femme, le nouvel homme cubain.

L'éducation des jeunes filles et adultes marginalisées

25Souhaité par Fidel Castro au lendemain de la Révolution, le Centre Educatif industriel et artisanal "Clodomira", dirigé à ses débuts par Reina Mestre, puis par Elena Gil, répond au besoin d'aider et d'orienter les jeunes filles de 13 à 17 ans, en proie à de graves conflits sociaux et familiaux. Là aussi, les résistances sont nombreuses. Les élèves sont en effet recrutées dans des quartiers réputés difficiles, ce qui oblige les instructrices à faire du porte à porte pour convaincre les familles du bien fondé d'envoyer leurs filles dans des écoles où le gouvernement, de surcroît, leur accorde une bourse. Les premières instructrices sont au nombre de 7. Certaines ont déjà travaillé à l'école des prostituées de Camagüey et savent donc comment réagir face à ces jeunes, élevées dans la rue, en haillons, et sur lesquelles les parents n'ont plus aucun contrôle.

26Des groupes homogènes et équilibrés sont tout d'abord organisés, afin que les unes et les autres puissent se soutenir et s'aider pour résoudre tous les conflits qui les agitent. A cet effet, on crée des détachements menés par des élèves-responsables avec la supervision d'une maîtresse guide, aidée dans sa tâche par deux ou trois autres maîtresses. Dans la mesure où l'essentiel des problèmes repose sur une indiscipline que l'on pourrait presque qualifier de chronique, l'éducation proprement dite prime presque, dans un premier temps, sur tout autre enseignement, en dépit de la combinaison études-travail. Bien souvent d'ailleurs, outre le travail collectif axé sur le groupe, le plus important reste en fait le travail individuel, basé sur la confiance et le respect de la personne. Les élèves sont autorisées à sortir les samedi et dimanche. A leur retour, tout le travail réalisé pendant la semaine est à refaire, car l'environnement a été le plus fort. Par la suite, les choses évoluent et l'on note, même chez les plus récalcitrantes, une volonté profonde de changer et d'apprendre. Certaines d'entre elles sont aujourd'hui ingénieurs, agronomes... ; quelques unes ont suivi les cours de l'université -ce sont malgré tout, les moins nombreuses, car la plupart ont préféré un cursus plus modeste et moins long de techniciennes-.

27Enfin, toujours en 1961, on organise des écoles pour adultes. Leur but est de maintenir les résultats acquis à l'issue de la campagne d'alphabétisation et d'incorporer tous ceux et celles qui n'auraient pu atteindre le niveau de fin d'études primaire. La F.M.C. ne peut en effet rester insensible aux problèmes posés par les secteurs les plus défavorisés, à savoir les prostituées et les employées de maison.

  • 11 Cf. F. Castro, Primer aniversario de los Comités de Defensa de la Revolución, 9 de octubre de 1961 (...)

"(...) La prostitución es una consecuencia del régimen de explotación del hombre por el hombre, y las medidas que la Revolución tomará en ese sentido, no serán las medidas que toma contra los parásitos, sino mediante procedimientos en que combinará la educación con la ayuda económica y con los procedimientos adecuados para ayudar a la rehabilitación social de esa parte de los sectores humildes del pueblo, educarlas, darles trabajo y ayudarlas. No serán procemimientos drásticos ni mucho menos, sino un procedimiento muy estudiado, contando con la ayuda y la colaboración de las mujeres que han sido víctimas de esa lacra social"11.

28La campagne est lancée en 1961. Elle va durer 6 ans. Elle n'a pas, au début, de plan vraiment préconçu ; au contraire, chaque étape surgit de façon spontanée et l'on préfère aller à la rencontre des prostituées dans les maisons closes, afin de les convaincre de renoncer à leur mode de vie. Le traitement initial est "philanthropique par nature". Il s'agit, avant tout, de former des groupes de femmes à qui l'on explique la nature de la Révolution qui vient d'avoir lieu et la politique suivie par le nouvel Etat. Celui-ci ne tolère pas leur façon de vivre, mais se déclare prêt à leur garantir du travail, à condition de changer de vie.

29L'école a une organisation spécifique qui ne rappelle en rien les images traditionnelles. Sa structure est très cloisonnée : les prostituées sont accueillies à leur arrivée par l'instructrice la plus compétente, qui les réunit dans une brigade dont elle assume la direction. Sa tâche est ingrate, car il lui faut éduquer des femmes qui ignorent tout des normes de l'existence et du savoir vivre, et qui sont en rupture complète avec leur passé. Un grand nombre d'entre elles ont de très sérieux problèmes de santé, sont droguées ou alcooliques et doivent subir des cures de désintoxication. Passé le cap de cette première brigade, elles sont ensuite placées dans une brigade centrale, puis regroupées, en fonction de leur âge et du temps passé à exercer la prostitution, en trois brigades ; on y inclut enfin une brigade spéciale constituée par des élèves "d'avant garde".

30Les premiers temps sont consacrés à l'observation et à l'analyse de la conduite des prostituées. Mais que font-elles dans cette école ? Leur journée est répartie entre l'étude et le travail sur le terrain, puisqu'on les prépare à être de futures ouvrières. Très peu d'entre elles savent lire et écrire ; aussi est-il important de leur donner un niveau au moins égal à celui du cours élémentaire première et deuxième année, pour qu'elles puissent commencer à travailler. La discipline est très rigoureuse et les sorties réglementées, même si tout repose sur le volontariat. En effet, le plus dur reste le contact avec le monde extérieur, c'est-à-dire le monde du travail : elles découvrent des horizons inconnus et elles apprennent pour la première fois ce qu'est le travail productif. Même si, dans l'ensemble, elles sont souvent bien perçues et acceptées par leurs collègues, des conflits sont prévisibles. Les ouvrières considèrent les nouvelles arrivantes comme des prostituées avec lesquelles il ne faut pas frayer et non pas comme des "réhabilitées". Pour remédier à ces conflits, on organise des réunions dans les usines même, en présence de la directrice de l'école et des représentants du Ministère de l'Intérieur.

31Cette campagne de réhabilitation ne constitue néanmoins qu'un demi succès, car bon nombre de prostituées rejoignent leurs souteneurs aux Etats-Unis ou se retrouvent en prison, parce qu'elles ont récidivé. Par contre, toutes les facilités sont accordées à celles qui réintègrent la société pour qu'elles puissent aller s'installer dans les villes où elles ne sont pas connues. Les prostituées réhabilitées issues de l'école exercent toutes un métier ; la plupart ont continué à travailler en usine, mais certaines ont aussi repris des études et réussi à passer le diplôme d'Education Ouvrière Paysanne (Educación Obrera Campesina) mis en place dans les années 1962-1964, et qui comporte trois cycles. Les programmes du premier cycle conduisent au certificat d'études. Le second cycle, qui dure un an, est constitué par le cours supérieur ; le troisième cycle correspond à la Faculté Préparatoire ou Faculté Ouvrière Paysanne (Facultad Obrera Campesina).

32Les employées de maison, elles aussi, font dès le début, l'objet de programmes spéciaux, grâce auxquels elles auront, pour la première fois, la possibilité d'exercer un métier où il leur sera loisible de développer leurs capacités. Elena Gil, en 1961, est chargée par Fidel Castro de la mise en place de ce second projet de réhabilitation. Lourde tâche, qui nécessitera, dans un premier temps, notamment à La Havane, la création de 20 écoles de "perfectionnement domestique". La préparation n'y est pas d'un haut niveau, mais elle suffit néanmoins aux employées de maison, pour débuter une nouvelle vie et aider ainsi au développement économique de leur pays.

De nouvelles structures éducatives

33Ces écoles de perfectionnement fonctionnent de 1961 à 1967. Les instructrices sont issues de l'Ecole d'Instructrices Révolutionnaires "Conrado Benítez". Le cursus suivi par ces écoles est différent du cursus traditionnel. Sont dispensés, outre les cours de niveau primaire et les cours d'instruction révolutionnaire, une préparation pour des travaux bien précis -des emplois de type administratif en particulier-. Elles délivrent aussi des diplômes de secrétaires, de sténographes, de mécanographes et il y a même une école d'automobilisme, qui forme les femmes au métier de chauffeur de taxis. Dans un souci constant de rendre la vie quotidienne des femmes plus aisée et de faciliter leur insertion dans le monde du travail, la F.M.C. décide de s'attaquer aussi aux difficultés rencontrées par les femmes dans les campagnes. Cojimar, un projet de "ferme-école" pilote, où seuls seront admis les enfants de paysans est lancé. Elle fonctionne de façon absolument autonome, et tout est produit sur place -le surplus étant investi dans la création d'autres "fermes-écoles"-. L'intérêt de ce programme, outre qu'il allie l'étude au travail de la terre, vient du fait que l'enfant est pris en charge très tôt le matin par l'école et ne revient chez lui que tard le soir. La femme a donc plus de temps pour se consacrer au travail productif auquel l'Etat l'exhorte. Grâce aux bourses qui leur sont allouées, elles peuvent même poursuivre une carrière universitaire.

34D'autre part, les femmes au foyer ne sont pas oubliées. Des plans spéciaux de perfectionnement, intensifs et de courte durée, sont organisés. Ils n'ont pas un caractère systématique. Ils dépendent à la fois du Ministère de l'Education, des organismes de production et obéissent au principe de la formation pyramidale. Ils répondent aux besoins de la production et préparent les femmes-grâce à des classes diurnes, dont l'horaire correspond davantage à leurs activités-à leur future intégration au travail productif. Des Académies de coupe et de couture sont créées par la F.M.C. pour dispenser des connaissances pratiques et faciliter l'adhésion des femmes aux différentes tâches prônées par l'organisation. Au sein de ces Académies, les femmes forment un conseil dirigé par les professeurs, où sont désignées les responsables chargées entre autres du perfectionnement culturel des élèves. Dans le même temps, la F.M.C. met en place des classes de perfectionnement destinées aux femmes n'ayant pas atteint le niveau de fin d'études primaire, et auxquels sont associés des cercles d'études politiques, des débats sur la santé, des journées consacrées au travail productif. Les activités manuelles pratiquées dans ces Académies trouvent un débouché inattendu dans l'approvisionnement des crèches et des classes maternelles en vêtements, housses de lits, broderies, jouets et autres objets dont ces établissements sont démunis. Les élèves qui le souhaitent peuvent s'inscrire aux cours de perfectionnement technique. Les professeurs, quant à eux, reçoivent en permanence une formation continue, au moyen de séminaires politiques et techniques. Ces Académies reçoivent néanmoins un accueil mitigé.

35En collaboration avec l'Institut National d'Education Physique et de Récréation (I.N.D.E.R.), la F.M.C. encourage la pratique active d'un sport chez les femmes au foyer. Sont mis en place des cercles de gymnastique élémentaire, tenus par des activistes choisies dans les régions et les municipalités. Puis, à partir de 1975, on essaie d'incorporer la femme dans un vaste projet de gymnastique de masse. Pour ce faire, l'I.N.D.E.R. implante et développe toute une série d'activités sportives au niveau des écoles primaires en milieu rural et urbain.

36La F.M.C. considère en outre, qu'il est de son devoir de développer le niveau culturel des associées et plus particulièrement celui des dirigeantes de son organisation. Elle décide alors d'intensifier les cours dispensés aux femmes, en créant, en collaboration avec l'Education Ouvrière et Paysanne un plus grand nombre de classes diurnes dans les campagnes et les régions montagneuses, afin que ces femmes atteignent dans un délai très bref, le niveau d'études primaires et puissent s'incorporer plus aisément au travail productif.

37Créée en 1969, l'école de "Támara Bunke" aux environs de Bayamo, regroupe un nombre important de femmes, choisies par la Fédération, en considération de leur attitude et des travaux qu'elles ont réalisé auprès des organismes de base. Ces élèves, qui ont dépassé l'âge scolaire normal d'une élève de primaire, pratiquent des activités politiques, sportives et culturelles et peuvent ainsi atteindre le niveau requis de fin d'études primaire. A l'issue des cours, la Fédération choisit parmi ces jeunes filles celles qui, par leur attitude et leurs travaux politiques, se détachent des autres et leur propose des emplois de cadres dans les différents quartiers et les municipalités. Mais elles ont aussi la possibilité de commencer d'autres études et de parvenir à un niveau supérieur. Au sein même de l'école "Támara Bunke", l'école de "contrôle technique" permet aux femmes d'acquérir les connaissances nécessaires au contrôle technique animalier dans les laiteries et des compétences agricoles. Ces deux écoles disparaissent peu après 1972. Au cours des années 1966-1967, des cours d'éducation culinaire, de cuniculture, de gravure, de sculpture, d'artisanat et d'aviculture, sont mis en place, puis les besoins ayant été couverts, ils sont rapidement supprimés.

38Dès 1960, Clementina Serra, en collaboration avec la F.M.C., est chargée de la création de crèches destinées en priorité aux femmes qui travaillent ou qui ont à affronter un problème social grave. Ce n'est que le 10 avril 1961, en raison de moyens financiers limités et d'un réel problème d'encadrement, que les premières crèches feront leur apparition. Au début, les besoins sont couverts par les jardins d'enfants. Tous les services éducatifs ne sont pas assurés et l'on n'accueille les enfants qu'à partir de trois ans. Parrainées par les centres de travail, les crèches sont payantes de 1961 à 1970, puis gratuites de 1970 à 1973 en vertu de la politique éducative suivie par gouvernement, et de nouveau payantes à partir de 1973. Leurs horaires d'ouverture correspondent à ceux des centres de travail. Les enfants y sont acceptés dès qu'ils ont 45 joins, et ce jusqu'à l'âge de six ans. Il existe des crèches dites de "régime interne" où les enfants sont totalement pris en charge du lundi au samedi inclus, et enfin les crèches dites à "régime mixte", qui maintiennent un horaire double, à savoir celui des crèches externes et des crèches internes.

39En 1968, le Ministère de la Santé Publique amplifie son action en faveur des crèches : dans la mesure où, estime-t-il, le problème dépasse la seule compétence des médecins, il considère nécessaire d'y adjoindre des psychologues, des éducateurs, des sociologues. Comme, par ailleurs, cette intégration ne peut se faire que dans le cadre d'un ministère, il décide la mise en place d'un organisme interministériel le 1er juin 1971, et dont la F.M.C. assure la supervision. De 1975 à 1988, on assiste à une augmentation de 55,2 % du nombre de crèches, à La Havane, tout particulièrement, où 174 crèches sont implantées en 1988.

40En outre, pour répondre aux besoins du Plan Turquino, destiné à développer les zones montagneuses du pays, on inaugure à Guantánamo une école à classe unique, où la crèche débouche sur le cycle primaire, puis, en 1989, on construit d'autres crèches réservées cette fois, aux femmes travaillant dans des coopératives. On envisage même en 1990 un vaste programme de construction de 400 crèches, dépassant sans conteste toutes les réalisations élaborées depuis 1987, et destiné à faciliter l'incorporation massive des femmes à la vie active.

41Au niveau primaire et secondaire, des structures nouvelles apparaissent. En effet, dans chaque école sont instaurés des conseils d'écoles, qui assurent le lien entre les parents, l'école et les organisations de masse des quartiers. Ils réunissent le directeur de l'école, les délégués des parents, un représentant du syndicat des instituteurs, un représentant du Comité local de la Révolution, une représentante de la F.M.C. et un représentant du Parti. Ce conseil, qui n'a qu'un rôle consultatif, permet cependant "d'intégrer davantage l'école à la vie sociale de la localité, et d'associer les parents aux choix éducatifs". Il facilite aussi le passage de l'élève de la vie scolaire à la vie familiale, aidé en cela par les "mères combattantes", mères d'élèves qui participent activement et de façon volontaire à la vie de l'école. Regroupées en brigades, dirigées par la déléguée de la F.M.C. qui siège au Conseil des Ecoles, elles constituent un lien privilégié entre les familles et les enseignants. Leur travail est aussi un travail politique et idéologique, ce qui accroît leurs responsabilités.

42En 1988, 98 % des enfants de 6 à 14 ans -premier cycle de collège-, sont scolarisés. Ce taux gratifiant pour la politique entreprise, est une preuve supplémentaire, s'il en était, que l'éducation à Cuba, n'est pas différenciée. L'existence d'un système d'internats et de semi-internats fréquentés par 44,3 % des élèves des écoles maternelles, des classes primaires et secondaires, favorise cet essor -la prise en charge totale de l'Etat, permettant au couple de travailler, sans avoir à se soucier des problèmes et du suivi éducatifs de leurs enfants-.

43L'éducation supérieure voit croître les inscriptions féminines. Les taux d'inscription passent de 40,4 %, au cours de l'année scolaire 1976-1977, à 54 % en 1985-1986, pour atteindre 57 % en 1988-1989. Ceci s'explique par le renforcement en 1980, du régime études-travail, qui combine l'école avec la vie et l'enseignement avec la production. Or, les universités cubaines offrent trois types de cours : le cours régulier pour les jeunes provenant de l'enseignement secondaire, les cours du soir pour les travailleurs ayant un niveau similaire d'enseignement, les cours dirigés libres.

44Ce système éducatif a l'avantage d'être plus accessible à certaines couches de la société, si bien qu'on en arrive à des pourcentages encourageants chez les femmes exerçant une activité professionnelle. Leur inscription dans des cours d'éducation supérieure passe de 29,2 % en 1974-1975 à 56,6 % en 1988-1989. On note, par ailleurs, l'indice élevé -77,8 %- de femmes dans les domaines éducatifs et pédagogiques, ainsi que dans des domaines moins traditionnels, à savoir les mathématiques et les sciences naturelles -65,4 %-, la technologie -34,7 %-, l'élevage et l'agriculture -42,7 %- et des progrès notables dans l'incorporation des femmes dans la formation post-universitaire. Par contre, les sports -22,7 %- et l'art -39,1 %- ne connaissent qu'un engouement limité.

45L'année 1985 marque un tournant important dans la bataille engagée par la F.M.C., pour parvenir à augmenter la scolarisation de la population cubaine, jusqu'à la fin du premier cycle secondaire. Il y a encore beaucoup à faire, mais l'on constate cependant, que les femmes au foyer suivent de plus en plus facilement les cours d'éducation pour adultes. Pour preuve, les chiffres éloquents fournis par la F.M.C. pour l'année scolaire 1988-1989. En effet, sur un total de 42.504 femmes recensées dans les différentes provinces de l'île, on note que 68 % d'entre elles sont inscrites et suivent les cours des Facultés Ouvrières et Paysannes, 17 % se trouvent dans les Ecoles Ouvrières et Paysannes, 9 % dans les Ecoles Secondaires Ouvrières et Paysannes, et 6 % étudient des langues étrangères.

46Les programmes gouvernementaux et la F.M.C. ont dû suivre une évolution lente et prudente dans leur conception des rapports entre les hommes et les femmes, en raison de mentalités inégalitaires. La participation de la femme à la vie sociale et à l'exercice de l'égalité a été la condition essentielle qui a prévalu à la création de la nouvelle société cubaine. Pour ce faire, les programmes gouvernementaux ont dû élaborer des stratégies adaptées à la nécessaire évolution des rapports, entre les hommes et les femmes. Une politique éducative intensive, clé du progrès humain a été mise en place, afin d'assurer à tous, l'égalité des chances prônée par la révolution et la réalisation des ambitions personnelles, dans le respect de la collectivité.

Notes

1 Federación de Mujeres Cubanas, Estatutos, La Habana, 1986, p. 3.

2 M. Huteau et J. Lautrey, L'Education à Cuba, Paris, 1973.

3 F. Castro, Conversión de otro cuartel en escuela para el pueblo, in L. Séjourné, La mujer cubana en el quehacer de la historia, México, 1980, p. 272.

4 Mónica Ramos Reyes, in 0. Lewis, R. Lewis, S. Rigdon, Trois femmes dans la révolution cubaine, Paris, 1980, p. 90.

5 M. Huteau et J. Lautrey, op. cit., p. 25.

6 Migdalia Calvo, in L. Séjourné, La mujer cubana, op cit., p. 288.

7 Ibid.

8 L. Séjourné, La mujer cubana, op. cit., pp. 287-288.

9 Ibid., p. 288.

10 Oria Ester Calcines Bolaños, in L. Séjourné, La mujer cubana, op. cit., p. 128.

11 Cf. F. Castro, Primer aniversario de los Comités de Defensa de la Revolución, 9 de octubre de 1961, in L. Séjourné, La mujer cubana, op. cit., p. 37.

Auteur

Université François Rabelais, Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540