Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Famille et éducation en Espagne et en Amérique Latine

 | 
Jean-Louis Guereña

I. Temps des familles, temps scolaires

Expériences d'alphabétisation et d'éducation en milieu rural en équateur dans les années 1950 et 1960

Anne-Claudine Morel

Texte intégral

1Il semble évident aujourd'hui que les politiques culturelles modernes accordent une part importante aux nouvelles méthodes de communication audiovisuelles, et parmi elles, la radio fait figure d'instrument privilégié, notamment parce qu'elle permet de s'adresser à un public éloigné géographiquement, exclu des systèmes scolaires classiques, ou encore peu familiarisé avec des outils de communication traditionnels tel que le livre, les revues, les quotidiens ; elle est également un instrument qui s'utilise aisément dans le milieu familial, et on peut même la considérer comme un facteur de rassemblement des membres de la cellule familiale lorsque la télévision est encore rare.

2Nous nous sommes intéressée plus particulièrement à l'utilisation de la radio dans le cadre des campagnes d'alphabétisation et d'éducation en Equateur dans les années 1950 et 1960 ; deux initiatives ont plus particulièrement attiré notre attention : il s'agit d'une part de celle des dirigeants de la Casa de la Cultura Ecuatoriana, et d'autre part de celle d'un évêque de province qui a tenté de mettre en place des Écoles Radiophoniques Populaires. L'étude de l'utilisation de la radio par une institution culturelle nationale, en 1949, et par l'Eglise, dès 1962, est instructive ; le bilan de ces deux expériences permet de savoir si l'utilisation d'un radio émetteur a répondu en partie ou totalement à l'attente de certains secteurs de la population, marquée par une diversité ethnique, culturelle et économique, ou si elle a été l'instrument d'un programme d'acculturation destiné à couler l'ensemble de la population dans le moule d'une "culture équatorienne" telle que la concevait Carrión, le fondateur socialiste de la Casa de la Cultura Ecuatoriana, ou encore si elle n'a été qu'un instrument au service de l'idéologie diffusée par l'Eglise. Quelques travaux sur la question donnent également une idée de la résistance ou de l'intérêt manifestés par la population équatorienne concernée par ces programmes d'éducation, et plus particulièrement par la cellule familiale en milieu rural et urbain.

3Sans faire un historique complet de l'utilisation du radio-émetteur en Equateur, il faut toutefois signaler que son utilisation à des fins éducatives, et plus particulièrement son intégration dans des programmes d'alphabétisation, a été tardive. Le 4 juillet 1944, au lendemain de la chute du régime oligarchique, le président constitutionnel Velasco Ibarra décrète que :

  • 1 Registro Oficial, n° 28, 4 juillet 1944.

"[...] la radio es uno de los modernos medios de difusión de las ideas y de divulgación de las ciencias, artes, etc..."1.

4Néanmoins, l'Etat ne disposera pas d'émetteur servant la promotion de ses activités avant 1960, date à laquelle est créée la Radiodifusora Nacional del Ecuador. Il faut également signaler que le ministère de l'Education publique n'a jamais cherché à participer aux programmes mis en place par cette radio, et en l'absence d'une initiative gouvernementale qui consisterait à utiliser cette technologie moderne dans le cadre d'une politique d'éducation ou de programmes culturels organisés, certains intellectuels équatoriens ont cherché à mettre à profit cet outil de communication.

Benjamín Carrión et la Casa de la Cultura Ecuatoriana

5L'initiative de la Casa de la Cultura Ecuatoriana, créée en 1944 par Benjamín Carrión, est d'autant plus intéressante que l'institution culturelle s'est assignée de nobles objectifs dès sa création ; ces objectifs, à notre sens, ne peuvent être dissociés d'une politique d'éducation entreprise soit par l'Etat, soit par l'institution elle-même ; l'entreprise culturelle de Carrión est notamment motivée par sa conception de la nation qu'il expose dans sa fameuse "Théorie de la petite nation". L'Equateur, selon les conclusions de Carrión, ne peut être une grande puissance économique ni militaire, mais elle peut en revanche devenir une grande puissance culturelle. La question est de savoir si cette entreprise culturelle était destinée à fonctionner en circuit fermé, réservée à une élite et aux intellectuels du pays chargés de développer les connaissances et les recherches dans tous les domaines possibles, ou si Benjamín Carrión envisageait l'éclosion culturelle de l'Equateur en symbiose avec les progrès de l'éducation. On peut se demander légitimement si la lutte contre l'analphabétisme et l'entreprise pédagogique telle qu'elle est menée par les membres d'une des sections de l'institution, nommée Section des Sciences Philosophiques et de l'Education, faisaient partie du plan initial proposé par Benjamín Carrión.

6Quelques éléments permettent de se forger une opinion sur les intentions originales de Carrión et sur sa conception de la relation entre son institution et les besoins en matière d'éducation et d'alphabétisation. Le premier est d'ordre politique ; il s'agit de l'approbation, par l'Assemblée Constituante réunie en 1944, de nouvelles mesures en faveur de l'éducation ; ces mesures coïncident avec la création de l'institution culturelle. Dans la nouvelle constitution d'août 44, il est précisé que

  • 2 E. Uzcátegui, La educación ecuatoriana en el siglo del liberalismo, Quito, Ed. Voluntad, 1985, p. 1 (...)

"Se reconoce que la educación es función estatal, aunque se la priva del carácter de primordial. [...] El Estado y las Municipalidades deberán eliminar el analfabetismo y el primero además atenderá especialmente el desarrollo de la educación técnica"2.

7Les mesures prises en matière d'éducation semblent donc corroborer, dans un premier temps, le plan de développement culturel prévu par Carrión et dont la Casa de la Cultura Ecuatoriana est un élément essentiel. La lutte contre l'analphabétisme, la gratuité de l'éducation et l'augmentation du nombre des députés représentants pour l'éducation -10 en tout- sont des mesures complémentaires et préalables au plan de développement culturel envisagé par Benjamín Carrión.

8Cependant, le 2 janvier 1947, le président Velasco Ibarra qui s'est proclamé dictateur en mars 1946, convoque l'Assemblée Constituante qui promulgue une nouvelle constitution ; elle modifie de façon notable les mesures progressistes prises en matière d'éducation ; il y est précisé en outre que :

  • 3 Ibid., p. 200.

"La educación es deber y derecho primarios de los padres y de quienes los representan. Al Estado simplemente le corresponde vigilar y facilitar su cumplimiento"3.

9Une politique qui favorise l'enseignement privé se développe alors ; il est subventionné par l'Etat et les municipalités, alors que la gratuité de l'enseignement se réduit aux écoles primaires et à l'Ecole des Arts et Métiers. Le seul recours pour les enfants désireux de poursuivre leur scolarité repose donc sur la fortune des parents, et on imagine aisément les conséquence de cette mesure en milieu rural.

10Deux questions cruciales se posent alors à cette époque : la Casa de la Cultura Ecuatoriana se doit-elle de pallier à ce désengagement de l'Etat en matière d'éducation ? Et le projet initial de Carrión est-il réalisable si l'Etat ne poursuit pas parallèlement une politique démocratique en matière d'éducation ? Ces questions pressantes provoquent un débat sérieux au sein des milieux intellectuels de la capitale. Une lourde ambiguïté sur les objectifs de l'entité apparaît : la Casa de la Cultura Ecuatoriana est-elle franchement en marge des activités menées par le ministère de l'Education publique, ou en est-elle le prolongement, ou encore le complément nécessaire ? L'opinion d'un journaliste du quotidien El Nacional de Quito -journal indépendant, de tendance vélasquiste, fondé en 1947- souligne l'orientation exclusivement culturelle de la Casa de la Cultura Ecuatoriana, détachée des préoccupations éducatives, et adoptant une perspective élitiste qu'il ne condamne pas par ailleurs :

  • 4 "La Casa de la Cultura Ecuatoriana", art. non signé, El Nacional, Quito, 14 septembre 1948, p. 3. " (...)

"Sin ofender a la enseñanza primaria, secundaria, especial y superior, la Casa de la Cultura Ecuatoriana hace lo que ellas no pueden ni están subordinadas a hacer; no la educación de los ecuatorianos, sino la unión de los ecuatorianos educados ya, para el ejercicio de la alta cultura, ejercicio del que dependen el nombre y el porvenir de la Patria"4.

11Dans un article paru quelques jours plus tard dans le même quotidien, il est précisé :

"No confundamos el significado de la cultura y los fines de esa Institución, con los de la enseñanza pública, el sueldo de los maestros y la falta de edificios escolares; porque si vamos a estirar el concepto de cultura ya podríamos pedirle a la Casa que establezca baños públicos, mercados higiénicos, servicio de buses, etc...".

12El Universo -quotidien de Guayaquil, libéral et indépendant- manifeste un avis contraire, ainsi que d'autres quotidiens de gauche :

  • 5 "Afirmación de la cultura ecuatoriana", ait. non signé, El Universo, Guayaquil, 15 septembre 1948, (...)

"[...] Hay que hacer de la cultura, no un privilegio de clases, como lo fúera en el pasado, sino un elemento vital de la comunidad, una expresión del alma ecuatoriana que, arrancando desde la escuela, permita al hombre llegar a los colegios secundarios, a los centros profesionales y técnicos, a las universidades y academias, adentrar en los laboratorios, investigar nuestra naturaleza y los hechos aún imprecisos de nuestra historia"5.

13Avant la mise en place d'un émetteur radio, la seule activité concrète de l'institution en faveur d'une lutte contre l'analphabétisme est sa collaboration avec l'Union Nationale des Journalistes ; elle prête le concours de sa maison d'édition pour éditer des fascicules destinés à l'alphabétisation des populations rurales. On peut ainsi lire un bref encart concernant ces activités encore secondaires de l'institution dans la revue de l'entité, en 1945 :

  • 6 "Edición de cartillas de alfabetización", art. non signé, Letras del Ecuador, n° 8, año I, novembre (...)

"A pedido de la Unión Nacional de Periodistas, nuestra Editorial acaba de terminar la edición de diez mil ejemplares de las cartillas de alfabetización que utiliza la Unión Nacional de Periodistas en su patriótica y excitosa campaña"6.

14Cet intérêt de l'institution pour les problèmes d'éducation se manifeste à travers ce que Carrión intitule la "Difusión popular de la cultura", dans son rapport de 1957 ;

  • 7 Benjamín Camón, Trece años, pp. 107-108.

"Difusión popular de la cultura: puede sintetizarse la labor desarrollada por la Casa de la Cultura Ecuatoriana en favor del pueblo, en las siguientes actividades específicas: Exposición de Artes Manuales Populares; cine educativo; escuelas de ballet y coro; divulgación de la música clásica por medio de conjuntos orquestales y sus radiodifusoras, museos y bibliotecas; diferentes funciones teatrales par niños; apoyo para mejorar la técnica de los tejidos; apoyo para exposiciones realizadas por planteles de educación; auxilio a instituciones obreras para la difusión de sus publicaciones y realización de diferentes actos culturales; reparto de material escolar a las escuelas de la frontera; apoyo a las escuelas populares para la formación permanente de libros y la impresión de fichas escolares; donación permanente de libros y otras publicaciones para todas las bibliotecas municipales, de instituciones y de planteles del país. […]"7.

15Cette démarche sera constante tout au long des treize premières années de vie de la Casa de la Cultura Ecuatoriana, et cependant la part de son engagement réel dans l'oeuvre d'éducation est difficile à mesurer.

16Au nombre des activités de l'institution qui oscillent entre une diffusion savante et populaire de la culture figure justement la radio de la Casa de la Cultura Ecuatoriana. Le premier juin 1945, le maire de Quito pose ses conditions au moment de céder des terrains de la municipalité à la Casa de la Cultura Ecuatoriana ; celle-ci devra installer à son compte un émetteur radio. Le premier mai 1949, la station de radio est inaugurée officiellement en présence des ministres du gouvernement dont celui de l'Education publique. Dans le discours d'inauguration, Pío Jaramillo Alvarado, alors président de l'institution, fixe les objectifs de l'installation radiophonique en ces termes :

  • 8 Pío Jaramillo Alvarado, "Discurso de inauguración de la Radiodifusora", Letras del Ecuador, vème an (...)

"Tenderá íntegramente a la divulgación de los valores que posee la nación ecuatoriana, en todos los órdenes de la actividad humana. Se propone por otra parte, con un alto sentido de responsabilidad, contribuir a elevar el nivel artístico de nuestro pueblo, sobre todo en el aspecto musical, sin echar de lado sus gratas predilecciones por lo autóctono"8.

17Ce programme s'inscrit en droite ligne des objectifs fixés par le décret fondateur de l'institution. Malgré la présence symbolique du ministre de l'Education publique, il n'est fait à aucun moment mention d'un usage éducatif de la radio ; elle ne constitue un lien entre la culture savante et les masses populaires plus ou moins alphabétisées que dans la mesure où elle sert à inculquer au peuple certaines valeurs qui lui sont étrangères, puisqu'il s'agit essentiellement de la diffusion d'une culture importée d'Europe, classique et savante.

18Ce n'est qu'en 1952 que Benjamín Carrión introduit les termes programas educativos dans un article consacré aux activités de la radio, élargissant ainsi la perspective initiale de son utilisation :

  • 9 Benjamin Carrion, Informe del presidente, p. 13.

"Párrafo aparte merece la Radioemisora de la Casa de la Cultura Ecuatoriana, cuyo prestigio es, sin duda, de primera magnitud. Su boletín mensual consulta los mejores programas culturales, educativos y artísticos que radio alguna puede ofrecer en el mundo"9.

19La radio est avant tout un organe de diffusion des activités prestigieuses développées par la Casa de la Cultura Ecuatoriana dans le domaine de la culture, mais désormais certains programmes sont élaborés avec un souci pédagogique. Ainsi, un programme à la charge de quelques sections de l'entité est destiné plus particulièrement aux enfants, avec l'émission La hora infantil, aux enseignants, avec Temas pedagógicos, aux étudiants et aux auditeurs intéressés par des émissions scientifiques avec Vida científica ; toutes sont abordées avec un grand souci de vulgarisation.

20Outre ces programmes réalisés par les différentes sections de la Casa de la Cultura Ecuatoriana, quelques autres sont classés dans la rubriques Programas educativos, en collaboration avec d'autres institutions, selon la présentation du travail de la radio faite dans le nos 70-72 de Letras del Ecuador :

  • 10 "Radiodifusión de cultura", art. non signé, Letras del Ecuador, VIème année, nos 70-72, août-octobr (...)

"Programas educativos:[...] "escuela del aire", con grabaciones de la Benjamin Carrión de Londres, 30 minutos semanales; "Higiene del pueblo", a cargo de la Dirección Municipal, 15 minutos semanales; "Rincón de los niños", 15 minutos diarios"10.

  • 11 L'expression est de G. Rubio Orbe ; il s'agit de Boletines qui annoncent le programme de ces émissi (...)

21Il faut mentionner également l'existence des fameux Folletitos para la lectura popular11, à l'initiative de G. Rubio Orbe, membre de la Section des Sciences Philosophiques et de l'Education ; ils lui ont permis de diffuser par la voie des ondes des leçons à thème populaires, sur l'hygiène ou l'histoire de la patrie : "Riesgos de la salud", "El valor de las vacunaciones", "La higiene ambiental", "La higiene del hogar", "Conocimiento de la patria", "La historia y la geografía del Ecuador", sont quelques-uns des thèmes choisis ; ces programmes de vulgarisation se caractérisent par leur aspect pratique et sont tout spécialement destinés aux masses populaires non urbaines et à une écoute familiale ; l'initiative, entreprise tardivement à partir de 1957, est cependant marginale et éphémère.

22Le public concerné par les émissions de radio est donc parfaitement déterminé. Les émissions touchent pour une faible part les enfants, ceux qui peuvent tout au moins s'acheter une radio et consacrer du temps à l'écouter, les étudiants, les enseignants, et surtout les spécialistes de tel domaine scientifique ou littéraire, et en règle général les auditeurs érudits qui s'intéressent à la vie culturelle du pays. Bien peu d'émissions s'adressent réellement aux masses populaires, exception faite des programmes mis en place par Lilo Linke, journaliste anglaise résidant à Quito et qui semble s'intéresser d'avantage à la réalité nationale que ne le fait la Casa de la Cultura Ecuatoriana :

  • 12 Alvaro San Félix, Radiodifusión en la mitad del mundo, Quito, Editora Nacional, 1991, p. 86.

"También Lilo Linke, talentuosa periodista que conoció ampliamente la realidad nacional, mantuvo programas infantiles y de alfabetización"12.

23Ces programmes s'adressaient tout particulièrement aux analphabètes, et pourtant sa collaboration avec l'équipe de la radio de la Casa de la Cultura Ecuatoriana ne sera jamais mentionnée dans la revue de l'institution.

24Il faudra attendre le rapport de 1957 pour voir associés les mots analfabetismo et radiodifusión. Cette année coïncide avec l'initiative de G. Rubio Orbe mentionnée ci-dessus. Benjamín Carrión, dans un chapitre de son rapport présidentiel consacré à la Radioemisora, met en évidence pour la première fois le problème crucial de l'analphabétisme qu'il convient de traiter avant celui de la diffusion culturelle qui lui est chère :

  • 13 Benjamín Carrión, Trece años, op. cit., p. 159.

"Nuestro país, desgraciadamente, cuenta con un elevado por ciento de analfabetismo. Las estadísticas internacionales nos hacen salir los colores a la cara. Por lo mismo, y mientras se intensifique la obra de alfabetización, sólo se puede llegar a todos los hombres, mujeres y niños del Ecuador por medio de la radiodifusión que trasmita programas cuidadosamente preparados [...], se difundan conocimientos útiles para el hogar y el campo; instrucciones sanitarias para la defensa del capital humano nacional; estímulos educativos para todos los niños de la patria [...]"13.

25A travers les propos de Benjamín Carrión, la radioemisora acquiert enfin un statut nouveau ; elle devient un outil d'éducation et de culture, un lien concret entre les milieux intellectuels urbains et les masses rurales éloignées des centres de diffusion du savoir ; elle s'introduit également dans les foyers pour allier alphabétisation et conseils pratiques.

26Toutefois, malgré ces déclarations d'intention prometteuses, un article paru en 1954 dans la Revista de Educación, publiée la section des Sciences de l'Education de la Casa de la Cultura Ecuatoriana, révèle le peu d'intérêt manifesté par les dirigeants de l'institution culturelle à l'égard de certains secteurs de la population ; ces secteurs semblent exclus de cette reconstruction de l'Equateur basée sur un développement culturel et intellectuel sans précédent ; les propositions de Gonzalo Rubio Orbe, auteur de l'article, sont les suivantes :

  • 14 Gonzalo Rubio Orbe, "La Casa de la Cultura Ecuatoriana", Revista Ecuatoriana de Educación, VIIème a (...)

"Intensificar el plan de acción de sentido popular. Algunas actividades se han realizado en este sentido. Digamos: las dos magníficas exposiciones de arte popular [...]; algunos programas radiales; la ayuda a organizaciones obreras. Pero sería muy interesante si se emprendiera la publicación de folletos y lecturas para el pueblo, para los grupos campesinos. Esta labor beneficiaría no sólo a la cultura, sino serviría para educar e instruir, según los temas elegidos [..]"14.

27Ces propos sont révélateurs ; ils constituent une véritable proposition d'une politique culturelle qui fait apparaître en creux celle qui est menée par la Casa de la Cultura Ecuatoriana ; son manque d'intérêt pour les classes sociales populaires et paysannes apparaît comme illogique pour une institution qui se propose d'explorer la réalité nationale, comme se plaît à l'affirmer Benjamín Carrión à l'occasion de tous ses discours.

28Bien que Benjamín Carrión reconnaisse les besoins de la population en matière d'éducation, il ne met pas tout en œuvre pour y remédier, alors que la radio a été envisagée pendant un temps comme l'instrument idéal de la lutte contre l'analphabétisme. Cette expérience radiophonique se solde par un échec, faute d'une volonté suffisante de la part des dirigeants de l'institution qui préfèrent privilégier la diffusion culturelle en direction d'une élite, et faute bien sûr de moyens économiques.

Las Escuelas Radiofónicas Populares

  • 15 Alvaro San Félix, op. cit., p. 143.

29Tout de suite après cette initiative frustrée menée par le dirigeant de la Casa de la Cultura Ecuatoriana qui, pourtant, est résolument engagé à gauche, une autre expérience est tentée par un homme d'Eglise, Monseigneur Leonidas Proaño, surnommé très vite "l'évêque des indiens". Nommé en 1960 dans le diocèse de Riobamba, il y trouve "[...] une population indigène appauvrie, fanatisée et ignorante"15 ; devant cette alarmante situation, cet évêque qui milite pour une "Eglise des pauvres" depuis 1954 cherche des solutions et décide de fonder les Escuelas Radiofónicas Populares. Les émissions commencent en 1962, et Monseigneur Proafio justifie cette création comme étant la réponse de l'Eglise :

  • 16 Alain Dubly, Evaluación de las Escuelas Radiofónicas de Riobamba, mimeografiado, Quito, Ciespal, 19 (...)

"[...] a las numerosas y apremiantes necesidades del campo de la provincia del Chimborazo; pésimo estado sanitario, defectuosa tenencia de la tierra, religiosidad mezclada con supersticiones, individualismo, falta de líderes, analfabetismo"16.

30Il ne s'agit pas cette fois-ci de diffuser une culture d'élite, mais de remédier à une situation sociale, économique et scolaire qui est nuisible à l'emprise de l'Eglise en milieu indigène et à son entreprise d'évangélisation. Sous couvert d'un discours humanitaire et charitable, la campagne d'alphabétisation et d'éducation de Monseigneur Proaño n'a pas tant pour but d'"équatorianiser" des masses populaires ignorantes des valeurs civilisatrices -ainsi que le souhaitait Benjamín Carrión- que de racheter, au sens moral mais aussi économique du terme, ces secteurs de la population qui courent le risque de déstabiliser le pouvoir en place par des révoltes populaires ou un embrigadement politique dirigé par l'opposition.

31Le ministère de l'Équipement et des Communications autorise le 4 janvier 1962 le fonctionnement pour cinq ans des Ecoles Radiophoniques Populaires, après avoir reçu l'avis favorable du ministère de l'Education qui les déclare Estaciones Culturales de Radiodifusión et les exonère de la taxe de location de la fréquence. En 1963, six personnes seulement travaillent dans cette station de radio ; en 1969, elles sont trente à élaborer les programmes. Le ministère de l'Education Nationale apporte sa contribution en payant trois professeurs auxquels on demande de superviser le travail pédagogique. A cette époque, Monseigneur Proaño déclare :

  • 17 "La radio y la TV frente a la necesidad cultural de América Latina", Informe final, Quito, Ciespal, (...)

"Es un hecho que la radiodifusión, merced al transistor, está llegando como vehículo de cultura a las inmensas masas de Latinoamérica, urbanas y rurales. Le llevan cultura musical, cultura literaria, cultura religiosa, cultura técnica, cultura social, cultura científica. De modo particular, la radiodifusión ha roto la valla detrás de la cual se hallaban encerradas las masas populares, principalmente las rurales: gracias a su participación y rápida propagación, se han abierto al mundo ν de masas cerradas e impenetrables se van transformando en masas abiertas y receptivas"17.

  • 18 Cf. Xavier Andrade y Fredy Rivera, "El movimiento campesino e indígena en el último período : fases (...)

32Apparemment, le discours du prélat n'est guère éloigné de celui de Benjamín Carrión ; véhicule d'une culture et de valeurs qui diffèrent, selon l'orateur, dans chacun des discours sur la radio, celle-ci est envisagé dans tous les cas comme un outil de rédemption des populations dont la dégradation des conditions de vie est due à l'ignorance et à leur éloignement du savoir. Il faut également souligner que l'initiative de l'évêque correspond à une période de revendications paysannes que l'Etat peut satisfaire en partie grâce aux bénéfices qu'il tire à l'époque de l'exploitation pétrolière ; néanmoins, l'irruption de mouvements indigènes contestataires met en péril le plan de modernisation de certains secteurs économiques ; l'Eglise se propose donc d'appuyer l'action de l'Etat en favorisant l'idée d'homogénéité ethnique et de nationalisation des activités. Le développement démocratique souhaité par les paysans métis se heurte à cette époque aux revendications des paysans indigènes qui souhaitent traiter le problème ethnique avant tout, c'est-à-dire éliminer les formes d'oppression et de discrimination dont ils sont victimes18.

  • 19 Alain Dubly, op.cit., p. 36.
  • 20 Ibid.

33Le succès de ces écoles radiophoniques est considérable, mais hélas éphémère : de 1962 à 1964, 96 écoles sont organisées. Puis le chiffre augmente considérablement ; en 1965, il en existe 165, et 346 en 1969 ; le nombre d'élèves est de 3.020 en 1967, mais il retombe à 1.141 en 197019. La collaboration avec d'autres stations de radio locales permet d'étendre le volume des activités des Escuelas Radiofónicas ; par exemple, dans la province du Pichincha, Radio Mensaje s'installe en 1964 à Tabacundo et sert de véhicule aux Radioescuelas spécialisées dans l'alphabétisation. Entre 1963-1964, 18 écoles radiophoniques sont mises en place dans le nord de la province du Pichincha ; elles dépendent des Escuelas Radiofónica Populares. Elles cessent de fonctionner en 1968, faute de moyens techniques. Au cours de l'année 1966, de nouvelles écoles remplacent celles qui ont fermé leur porte dans la localité de Pedro Moncayo ; enfin, en 1970, un émetteur plus puissant permet de rétablir les plans programmés, grâce à l'appui des autorités religieuses du diocèse de Quito, du ministère de l'Education, de l'institution américaine Catholic Relief Service, de l'université du Massachusetts et de quelques organismes chrétiens d'Europe20.

34Vers le milieu des années 60, les Ecoles Radiophoniques Populaires sont réparties dans 9 provinces et concernent environ 3.828 paysans qui bénéficient d'un programme dénommé "Education intégrale", selon les informations fournies par le quotidien El Comercio daté du 1er janvier 1965. L'infrastructure mise en place pour développer les systèmes audiovisuels qui sont à la base du programme "Education intégrale" est lourde, et les réticences de certains milieux politiques ne tardent pas à se manifester. Par exemple, des fonds pour soutenir cette campagne d'alphabétisation sont collectés auprès des milieux aisés de la capitale, notamment auprès des catholiques et des conservateurs qui soutiennent la dictature militaire ; mais ces milieux retirent leur appui à cette cause en réalisant qu'elle est destinée à apporter la culture aux indigènes. La plus grande aide économique provient donc d'institutions privées, européennes et nord-américaines ; on peut noter en particulier la présence d'organisations épiscopales allemandes (Misreor et Adveniat), et de la Sainte Enfance de France. Le gouvernement équatorien a contribué momentanément à ce projet d'éducation des masses en faisant don de 120 000 sucres, de même que le Conseil Provincial, diverses institutions publiques de la province de Riobamba, et quelques riches particuliers. Ces fonds collectés ont permis d'améliorer le matériel radiophonique.

35Le modèle des Radioescuelas est emprunté à une radio colombienne, Radio Sutatensa, qui est mise en service dès 1949. Quelques étudiants équatoriens ont bénéficié d'une bourse gouvernementale pour étudier auprès de ce modèle colombien la technique de diffusion des programmes et l'élaboration des programmes d'éducation. On peut ainsi dresser un premier bilan de ces efforts pédagogiques. L'alphabétisation d'une partie de la population rurale est un succès, même s'il est limité géographiquement, mais il est important de souligner que les paysans exigent en outre des choses pratiques :

  • 21 Radio Mensaje y Radioescuelas de Pichincha, Tabacundo, Seminario de escuelas radiofónicas del Ecuad (...)

"No necesitamos que nos enseñen a sacar la raíz cuadrada -decían- lo que necesitamos es que nos enseñen a sacar la raíz del suelo"21.

36Cette pression de la population rurale qui réagit pour la première fois aux propositions qui lui sont faites oblige les organisateurs de la campagne d'alphabétisation à rechercher une méthodologie appropriée ainsi que de nouveaux systèmes d'éducation ; un livret intitulé Cultivemos hortalizas sera ainsi édité et diffusé par les organisateurs des Ecoles Radiophoniques Populaires. En 1972, l'équipe de Monseigneur Proaño créera également des "jardins scolaires" : les traditionnelles salles de classes s'ouvrent à l'air libre et les cours magistraux diffusés par les ondes cèdent la place à des travaux pratiques sur le terrain. On y travaille de nouvelles manières de s'alimenter, de faire du commerce et de travailler dans la communauté. L'objectif primordial est la prise de conscience des problèmes quotidiens du paysan au moyen d'une mise en situation réelle.

37L'université de Massachusetts collaborera également aux expériences menées par les équipes de Monseigneur Proaño : elle offrira des magnétophones pour un programme dénommé "Mensaje campesino" ; cette expérience consiste à enregistrer les paysans et à leur faire écouter leurs propres analyses des problèmes qu'ils mettent à jour.

38Malgré tous ces efforts, on note une stagnation des progrès et de l'intérêt des paysans qui furent surpris par :

  • 22 Alain Dubly, Evaluación de las Radioescuelas de Pichincha, Tabacundo, Quito, Inedes, 1973, p. 73.

"[...] el paso brusco de una sociedad agraria a una urbana e industrial; el campesino perdió interés por la alfabetización y promoción, pero a pesar de eso, Radio Mensaje siguió trabajando"22.

39La ténacité des autorités ecclésiastiques soutenues dans leur action éducative par le gouvernement qui cherche à récupérer la confiance des masses paysannes, à les éduquer et les éloigner de la menace communiste et de l'embrigadement des partis de gauche, est insuffisante ; la masse paysanne ne s'adapte qu'avec réticence et difficulté aux nouvelles méthodes technologiques qui sont mises à sa disposition et qui sont destinées à lui faire prendre conscience d'une possible amélioration de ses conditions de vie par l'acquisition d'un savoir et d'un savoir faire.

40Toutes ces expériences n'apportent pas une solution définitive au problème agraire, aux relations entre les paysans et les grands propriétaires terriens ou les autorités locales, et ne font qu'exacerber, à notre sens, leur sentiment d'exploitation. Les deux tentatives d'utilisation de la radio dans le cadre de programmes d'alphabétisation et d'éducation des familles rurales sont en définitive perçues par la population rurale comme des tentatives de déstabilisation de leurs conditions de vie originales, et par les milieux intellectuels citadins comme des tentatives d'assimilation forcée des populations rurales à des valeurs qui leurs sont étrangères ou qui constituent le privilège de quelques uns. Ce n'est que très récemment que certains groupes indigènes ont profité de la "démocratisation de la radio" pour défendre leurs droits et leur culture, comme l'a fait par exemple la Fédération des Centres Shuar :

  • 23 Claudio Malo González, Pensamiento indigenista del Ecuador, Quito, Editora Nacional, vol. 34, p. 72

"[...] por medio de la Radio Federación han implantado un sistema educativo de admirable eficiencia tanto en español como en shuar […]"23.

41Ces exemples illustrent parfaitement, à notre sens, la difficile frontière entre une réelle volonté d'éducation et un danger d'acculturation ou d'embrigadement, aggravé dans le cas présent par l'outil technique mis à la disposition des populations rurales. L'absence d'un contact physique avec les enseignants ou les formateurs est mal vécue à l'époque, et l'hésitation permanente entre des méthodes d'alphabétisation et des conseils destinés à améliorer les conditions de vie de la population rurale met en évidence le caractère ponctuel, éphémère et expérimental de ces deux initiatives. Cette étude sur l'utilisation de la radio permet également d'évoquer brièvement aussi l'évolution de l'indigénisme en tant que pensée : elle révèle l'ambivalence entre une volonté d'acculturation (destruction de la culture) et une volonté de préserver une authentique et traditionnelle culture indigène, éloignée des méthodes techniques et technologiques modernes donc désavantagée par rapport aux avancées technologiques du reste du pays.

42L'étude des deux initiatives de Carrión et Monseigneur Proaño montre enfin l'évolution progressive des communautés indigènes vis à vis des méthodes de diffusion culturelle et éducatives ; d'abord réticentes voir hostiles, elles accueillent plus volontiers les systèmes d'éducation qui s'accordent avec leur culture et les réclament, comme en témoigne le succès d'une récente campagne d'alphabétisation (1980).

  • 24 En mare 1976, sur 4.500 enfants Shuar, 3.109 étaient inscrits comme élèves des Ecoles Radiophonique (...)

43En Equateur, l'éducation en milieu rural, même si elle est dispensée par une technologie moderne, n'a été accueillie favorablement que lorsqu'elle a cessé d'être perçue comme un mécanisme d'acculturation ; le succès des émissions culturelles bilingues en espagnol et en Shuar de Radio Federación (1968) le montre ; autant qu'un moyen d'alphabétisation et de diffiision culturelle, cette radio est devenue dans les années 70 un véhicule ordinaire de communication entre familles Shuar ; elle leur offrait de nombreux espaces pour communiquer et se contacter, et son programme scolaire bilingue mis en place depuis 1972-1973 assure avec succès la formation des écoliers au niveau du primaire24.

Notes

1 Registro Oficial, n° 28, 4 juillet 1944.

2 E. Uzcátegui, La educación ecuatoriana en el siglo del liberalismo, Quito, Ed. Voluntad, 1985, p. 199.

3 Ibid., p. 200.

4 "La Casa de la Cultura Ecuatoriana", art. non signé, El Nacional, Quito, 14 septembre 1948, p. 3. "Algo sobre la Casa de la Cultura Ecuatoriana", art. non signé, El Nacional, Quito, 22 septembre 1948, p. 2.

5 "Afirmación de la cultura ecuatoriana", ait. non signé, El Universo, Guayaquil, 15 septembre 1948, p. 3.

6 "Edición de cartillas de alfabetización", art. non signé, Letras del Ecuador, n° 8, año I, novembre 1945, p. 13.

7 Benjamín Camón, Trece años, pp. 107-108.

8 Pío Jaramillo Alvarado, "Discurso de inauguración de la Radiodifusora", Letras del Ecuador, vème annee, nos 44-45, avril-mai 1949, p. 4.

9 Benjamin Carrion, Informe del presidente, p. 13.

10 "Radiodifusión de cultura", art. non signé, Letras del Ecuador, VIème année, nos 70-72, août-octobre 1951, p. 14.

11 L'expression est de G. Rubio Orbe ; il s'agit de Boletines qui annoncent le programme de ces émissions populaires. Ils s'intitulent Casa de la Cultura Ecuatoriana. Lecturas populares, ss. ind. d'auteur, le n° 1 paraît en 1957, édité par la Casa de Cultura Ecuatoriana à Quito et rédigé par le Professeur Francisco Teràn.

12 Alvaro San Félix, Radiodifusión en la mitad del mundo, Quito, Editora Nacional, 1991, p. 86.

13 Benjamín Carrión, Trece años, op. cit., p. 159.

14 Gonzalo Rubio Orbe, "La Casa de la Cultura Ecuatoriana", Revista Ecuatoriana de Educación, VIIème année, n° 33, septembre-octobre 1954, pp. 124-125.

15 Alvaro San Félix, op. cit., p. 143.

16 Alain Dubly, Evaluación de las Escuelas Radiofónicas de Riobamba, mimeografiado, Quito, Ciespal, 1966, p. 95.

17 "La radio y la TV frente a la necesidad cultural de América Latina", Informe final, Quito, Ciespal, 1966, p. 95.

18 Cf. Xavier Andrade y Fredy Rivera, "El movimiento campesino e indígena en el último período : fases, actores y contenidos políticos", in Nueva historia del Ecuador, Quito, Corporación Editora Nacional, 1983, pp. 266-267.

19 Alain Dubly, op.cit., p. 36.

20 Ibid.

21 Radio Mensaje y Radioescuelas de Pichincha, Tabacundo, Seminario de escuelas radiofónicas del Ecuador, mimeog., Quito, Inedes, 1981.

22 Alain Dubly, Evaluación de las Radioescuelas de Pichincha, Tabacundo, Quito, Inedes, 1973, p. 73.

23 Claudio Malo González, Pensamiento indigenista del Ecuador, Quito, Editora Nacional, vol. 34, p. 72.

24 En mare 1976, sur 4.500 enfants Shuar, 3.109 étaient inscrits comme élèves des Ecoles Radiophoniques des Centres Shuar. Les membres de cette communauté ont ainsi accepté sans réserve ce véhicule de diffiision culturelle et d'alphabétisation qu'ils considèrent comme un moyen important d'auto-développement (Federación de Centros Shuar, Solución original a un problema actual, Sucúa, 1976, p. 191).

Auteur

Université de Nice, Sofia Antipolis

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable