Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Famille et éducation en Espagne et en Amérique Latine

 | 
Jean-Louis Guereña

I. Temps des familles, temps scolaires

Instances familiales et système éducatif au Costa Rica : le conseil d'éducation et le patronage scolaire

Jean-Yves Kerzulec

Texte intégral

1Tous les analystes semblent d'accord pour reconnaître que le Costa Rica, pays de longue tradition démocratique, s'est toujours distingué par sa volonté de participation populaire au niveau de toutes les instances. Depuis la fin du XIXème siècle, l'Etat a voulu miser sur l'implication familiale et sur l'engagement civique du citoyen pour vaincre la pauvreté, en favorisant l'instruction, et contribuer ainsi au développement économique, social et culturel du pays.

2Avec les Conseils d'Education, les Patronages scolaires sont en partie à l'origine du développement remarquable de l'éducation au Costa Rica : le taux élevé d'alphabétisation (93,4 % en 1993) le place à égalité avec bon nombre de pays européens, et la fréquentation scolaire, à l'école primaire, avoisine les 100 % pour la tranche d'âge 6-12 ans.

3Les fondements historiques du Patronage scolaire, sa structure et ses différentes attributions, le situent à une place stratégique, car ses activités concernent très précisément la vie quotidienne des élèves. Mais les compétences du Patronage ne sont pas circonscrites à l'enceinte scolaire ni à l'environnement familial : nombreuses sont leurs incidences politiques dans la vie des citoyens, tant au niveau communautaire que national. Le Patronage scolaire est facteur de progrès au Costa Rica.

4Si dans ce projet collectif, les intentions de l'Etat et les intérêts des citoyens semblent complémentaires, il convient d'identifier les points d'articulation afin de préciser les enjeux respectifs et les répercussions.

Une instance de vieille tradition

5Le Patronato escolar est un organisme local qui jouit d'une reconnaissance juridique et qui concerne, sans exception, les 2.850 écoles primaires du Costa Rica (chiffre de 1994). Dans l'organigramme de la Direction Régionale de l'Enseignement, le Patronage scolaire figure comme instance éducative officielle, servant de lien entre la Direction de l'Etablissement scolaire et le Conseil d'Education du district, lequel dépend de l'Administration générale de l'Enseignement :

  • 1 Código de Educación de 1957, San José, Costa Rica, Ed. Trejos - Ministerio de Educación Pública, 19 (...)

"Patronato escolar: Ente con personería jurídica que colabora en la obra encomendada a las Juntas de Educación y en general en todas las labores de carácter docente, promoviendo de preferencia el adelanto material de las escuelas y cuanto tienda al bienestar de los niños. Está integrada por elementos del Personal Docente y vecinos distinguidos de la localidad cuyos hijos o pupilos sean alumnos del plantel respectivo"1.

6Les origines remontent aux débuts de la Réforme de 1885-1889. Mauro Fernández s'est inspiré des modèles en vigueur dans certains états des Etats-Unis, dans les années 1830-1840, et en Argentine, à partir des années 1850-1860. Ces Conseils d'Education serviront à leur tour de modèles à de futurs réformateurs latino-américains.

7Des changements déterminants s'opèrent de 1885, à 1889 dans le système éducatif, selon le modèle libéral : la Réforme de Mauro Fernández tend à démocratiser un enseignement primaire jusqu'alors centralisé, dogmatique et élitiste. La scolarisation est rendue obligatoire et gratuite ; l'enseignement primaire affiche tout d'abord son caractère laïc, la priorité étant donnée à la formation civique et républicaine. Le 17 juillet 1885 sont institués des Conseils d'Education dans tous les endroits du pays où il y a une école. En 1886, la Ley General de Educación Común fixe les directives de ces instances locales dans les 144 districts scolaires qui sont créés à cette date. Chaque Conseil se compose de 3 membres titulaires et de 2 membres suppléants nommés par la Municipalité pour un mandat de 3 ans.

8Le Conseil d'Education a surtout un rôle d'administration, de financement et de gestion : acquisition de terrains, construction des locaux scolaires, réfections, achat du matériel didactique et du mobilier, etc. Il a aussi un rôle moral : il veille à la discipline dans les écoles, au respect de l'obligation scolaire et du règlement de la fonction enseignante. Au moyen d'impôts, taxes, amendes et souscriptions auprès des familles dans chaque commune, l'Etat, par le biais des Conseils d'Education, s'assure la participation des citoyens au processus éducatif et à son financement. Cette participation "obligatoire" sera rendue de plus en plus volontaire et efficace quand ces Conseils organiseront une structure interne dans laquelle les Patronages scolaires se réuniront en commissions : il s'agit d'éveiller chaque famille costaricienne à la responsabilité dans son engagement civique.

9Outre les parents d'élèves, le Patronage scolaire regroupe aussi les enseignants. Cette association Parents/Maîtres d'école/Communauté villageoise ou de quartier suppose par conséquent un consensus dans les décisions : le Patronage scolaire se doit d'avoir un rôle fédérateur. Les projets qui orientent la vie scolaire et parascolaire concernent la première étape de la scolarisation, donc de la socialisation de l'enfant.

10En fait, il ne s'agit pas seulement d'encadrer et d'éduquer les jeunes enfants à tout un ensemble de comportements, mais aussi de sensibiliser les parents au respect des critères éducatifs, des normes d'hygiène et des habitudes alimentaires. Grâce au Patronage scolaire, la plupart des élèves reçoivent quotidiennement à l'école une nourriture équilibrée. Sans la présence effective du Patronage, bon nombre de jeunes ne pourraient ni s'alimenter de façon régulière, ni se vêtir convenablement, ni être vaccinés ni être, par conséquent, prémunis contre les maladies.

  • 2 Memorias Anuales de 1891, 1931, 1950, 1963, 1973, 1984 et 1990 (Archives, Ministerio de Educación P (...)

11D'autre part, c'est aussi grâce à ces Patronages que l'abandon scolaire a considérablement diminué tout au long du XXème siècle : en 1891, le taux de fréquentation était déjà de 65 %, et en 1931 il atteignait 93,6 %. En 1950, pour une population totale de 556.000 habitants, 21 % seulement étaient illettrés. 14 % en 1963, 10 % en 1973, 7,4 % en 1984 et 6,4 % en 19902. S'il faut analyser ces chiffres avec prudence (pour la période 1950-1980, selon les statistiques, le costaricien n'a suivi en moyenne qu'une scolarité de 3,4 années), force est de constater que le Costa Rica a un taux d'alphabétisation sensiblement égal à celui des pays du Cono Sur ou des pays européens. S'il est vrai aussi qu'à peine un élève sur deux entre au collège en 1962, 10 % au lycée et 1 % à l'Université, les critères de santé et d'organisation sociale y sont toutefois nettement supérieurs à ceux de la plupart des pays d'Amérique Latine.

12Tout au long du XXème siècle, le Costa Rica va poursuivre sa politique, désormais traditionnelle, "de escuelas y de caminos". Pour vaincre les inégalités, des écoles et des routes sont construites dans les régions périphériques les plus défavorisées. Actuellement, il y a une école, aussi petite soit-elle, dans les endroits les plus reculés du Costa Rica. Le costaricien est ostensiblement fier de ses écoles et de ses maîtres : "Tenemos más maestros que soldados", entend-on souvent dire. Il est vrai que la Constitution de 1948 a interdit l'Armée en tant qu'institution permanente. Cette éducation démocratique se veut au service du peuple pour vaincre la pauvreté, la faim et la maladie ; par ce biais, l'Etat entend promouvoir la production et l'essor économique. De tout temps, le Costa Rica a misé sur l'éducation de ses enfants et de ses citoyens pour leur permettre d'accéder au bienêtre économique et social.

13D'autre part, cette organisation se veut pragmatique et rationnelle : elle entend réorganiser tout le système éducatif pour l'étendre à tous et le rendre efficace, dans une perspective de "rentabilité". Cette Réforme, à partir de 1889, donne aux municipalités le soin d'organiser leurs écoles. Mais l'obligation scolaire se heurte tout d'abord à la résistance de l'Eglise et du monde rural avant d'être enfin admise et acceptée. L'opposition de l'Eglise est due à la suppression de l'enseignement religieux, en 1885 :

  • 3 Luis Anderson, Memoria Anual de 1890, San José, Costa Rica, M.E.P., 1891,p. 15.

"La nueva legislación engendró recelos y desconfianza en mucha parte del pueblo y, como de esa opinión participaba la casi totalidad de las Juntas de Educación, llamadas a convertir en hechos las prescripciones de la Ley, jamás ésta llegara a ser práctica [...]"3.

14Un décret de 1890 autorise et subventionne à nouveau l'enseignement religieux : les Conseils et Patronages deviennent alors solidaires de la Réforme. Dès lors, les membres des Patronages scolaires auront pour tâche de persuader les familles du bien-fondé de l'obligation scolaire et du respect de la Loi : leur impact sera décisif car les inscriptions augmenteront très nettement à partir de 1892. L'Etat sait désormais qu'il peut et doit compter sur cette instance.

15Le deuxième problème auquel se heurte la Réforme se situe au niveau du monde rural : le monde paysan n'acceptait pas que l'école devînt obligatoire. Le système éducatif entrait en concurrence avec l'économie rurale en ce sens qu'il ôtait une main d'oeuvre rare, nécessaire et précieuse :

  • 4 Memoria Anual de 1887, San José, Costa Rica, M.E.P., 1888, p. 24.
  • 5 Memoria Anual de 1916, San José, Costa Rica, M.E.P., 1917, p. 32.

"Muchas son las dificultades en que las Juntas y los Patronatos han tropezado para llevar a cabo sus buenos propósitos, pero es hasta cierto punto natural, si se atiende el que la mayor parte de los miembros que componen dichas corporaciones son hombres dedicados principalmente a la agricultura"4;
"La compulsión escolar ha sido deficiente y el acercamiento del hogar a la escuela, sobre el cual se tenían las más legítimas esperanzas, no ha dado los resultados que eran de preverse [...]: son muchas las deserciones de alumnos y el mayor número de ellas proceden de los distritos rurales en donde las familias necesitan el concurso de los niños para las labores agrícolas"5.

16S'ils se sont rangés, au début de la Réforme libérale de 1885-1889, du côté des opposants à l'obligation scolaire, ces Conseils et Patronages ont très vite contribué à la faire accepter dans l'esprit des gens. Traditions, mentalités, conditions sociales, nécessité économique, pauvreté, autant d'obstacles auxquels se heurtent ceux-là même qui sont chargés d'appliquer la Réforme. Cette dernière se voit entravée par les membres des Conseils et des Patronages qui comprennent, et parfois cautionnent, le comportement des familles opposées à l'obligation scolaire. Ils ont aussi été controversés par le peuple car leurs membres faisaient souvent partie de l'oligarchie.

17Malgré tout, les costariciens vont devenir de plus en plus solidaires du projet des réformes de 1908 et 1917. Les programmes commencent à prendre en compte les problèmes et les réalités auxquelles est quotidiennement confronté le peuple. Les Programas para Escuelas Urbanas et les Programas para Escuelas Rústicas sont mis en application à partir de 1918 et 1922. La hausse des taux de fréquentation scolaire continuera d'être d'autant plus régulière que l'école axera ses activité sur l'aspect social :

  • 6 Memoria Anual de 1921, San José, Costa Rica, M.E.P., 1922, p. 28.

"Existe notablemente un movimiento en favor de la escuela, asignado en parte por la labor eficiente de varios miembros del personal y también por el aspecto eminentemente social de los actuales programas de las escuelas rurales y urbanas"6.

18Les conditions matérielles et l'infrastructure des écoles s'améliorent grâce aux décisions ministérielles et aux initiatives des Conseils et des Patronages. Le budget de l'éducation augmente considérablement : il oscille entre 22 et 35 % du budget global annuel de l'Etat. Entre 1886 et 1891, il augmente de +79 % par an en moyenne, de 1896, à 1901, de +46 %, et de 1916 à 1921 de +105,5 % annuels).

19La fréquentation scolaire devient plus assidue à partir de 1921. Les familles ont conscience de l'utile légitimité de l'obligation scolaire et l'engagement civique du citoyen s'en trouve consolidé. Elles prennent surtout conscience de l'intérêt qu'apporte à leurs enfants savoir lire et écrire pour mieux affronter les réalités de la vie :

  • 7 Ibid., p. 41.

"La educación pública va siendo ya una verdadera preocupación, no como había sido antes, únicamente para los encargados de dirigirla y velar por su conservación y progreso, sino para todos los ciudadanos que, gracias a la escuela misma, han ido comprendiendo cuanto vale la cultura que el maestro esparce, aun cuando su campo de acción no sea más que el pequeño caserío que se agrupa en torno a la escuela de tercer orden"7.

Structure et attributions des conseils et des patronages

20Ce n'est qu'en 1957, dans la Ley Fundamental de Educación, que les structures, rôles et attributions des Conseils et Patronages sont enfin clairement consignés et définis. Dans l'esprit, ceux-ci n'ont pas changé depuis leur création, mais leur champ d'action s'est multiplié en fonction de l'accroissement démographique spectaculaire et du développement scolaire. Ces Conseils et Patronages étant complémentaires, ils sont toujours traités sous une même rubrique parce qu'ils ont à la fois des attributions communes mais aussi spécifiques :

  • 8 Zaida Sándiez Moya (Ed.), Sistema educativo nacional, San José, Costa Rica, Ministerio de Educación (...)

"Los Patronatos escolares son organismes de apoyo para las Juntas de Educación [...] pero en muchos casos éstas se sustituyen en auxiliares de aquéllas"8.

21Collaborateur direct du Conseil d'Education, instance hiérarchiquement supérieure, le Patronage réalise un travail pratique et efficace auprès des élèves des communautés éducatives (quartiers, villages, secteurs, districts). L'article 73 du Código de Educación de 1957 précise en effet :

  • 9 Ibid.

"Los Patronatos se nombran con el fin de colaborar estrechamente con las actividades que la ley encomienda a las Juntas de Educación"9.

22Actuellement, beaucoup de Conseils ont à leur charge, non plus une seule école, mais un réseau d'établissements scolaires répartis en secteurs. Ce sont les Patronatos qui informent et conseillent les Juntas de Educación, sans pour autant se substituer à elles. Le travail se fait conjointement, mais ce sont les membres des Patronages qui agissent concrètement dans les écoles dont ils ont la responsabilité. Les membres des Conseils sont des fonctionnaires : ils ont à rendre compte de leurs activités au Conseil Municipal et à l'Inspection Départementale qui fait à son tour un rapport à l'Inspection Générale.

23Les membres des Patronages -au moins 8- ne sont pas fonctionnaires : ils sont nommés par le Conseil d'Education sur proposition du chef d'établissement et du Conseil Municipal. Il s'agit de personnes choisies pour leur appartenance politique (toujours clairement affichée au Costa Rica !) mais aussi pour leurs compétences personnelles : ce sont des volontaires et des bénévoles qui se sont distingués par leur engagement civique au sein de la communauté éducative. Seuls les responsables de la direction, du secrétariat et de la trésorerie ont un statut de fonctionnaire. Le Patronage doit rendre compte de ses activités à la Direction de l'école, au Conseil d'Education, à l'Inspection des Ecoles et à l'Association des Parents d'Elèves.

24Voici, en raccourci, les principales attributions communes des Patronages scolaires : veiller à l'hygiène, à la discipline et à la moralité dans chaque école publique de leur district ; veiller au respect de l'obligation scolaire ; s'occuper des constructions, du mobilier et des fournitures ; gérer les finances scolaires et les attribuer selon les urgences, faire au moins une visite mensuelle dans chaque école ; informer le Directeur de Province ou l'Inspecteur-adjoint en cas d'irrégularité dans la conduite des maîtres des écoles publiques ; visiter les établissements privés si des locaux communaux leur ont été prêtés ; renseigner l'Inspection Générale si des manquements ont lieu au niveau des maîtres des établissements privés, du directeur ou des élèves. En bref, ces associations, outre les services qu'elles rendent, exercent aussi un contrôle très étroit, n'hésitant pas à "dénoncer" aux autorités compétentes les dysfonctionnements qu'ils auraient constatés.

25Les attributions spécifiques du Patronage sont clairement définies dans l'article 81 du Code de l'Education (1957) : le comité de Direction du Patronage est responsable des fonds qu'il est chargé de gérer ; il doit tenir le registre des comptes où seront consignées les entrées et les sorties d'argent ; il est tenu d'informer l'Inspection des Ecoles et la Trésorerie Générale de l'état des comptes en présentant les justificatifs ; il doit aussi rendre compte de la situation financière lors des Assemblées ordinaires de Parents d'Elèves et de tenir à jour un registre des compte rendus des séances. La Trésorerie du Patronage scolaire doit respecter les articles 77 et 78 du Code de l'Education. Selon l'article 77, les Patronages scolaires sont chargés de réunir leurs fonds propres au moyen d'activités comme les fêtes, loteries, tombolas, bals, brocantes, contributions etc. Les fonds recueillis serviront aux activités pédagogiques et aux tâches éducatives. L'article 78 précise lui que les Patronages scolaires pourront installer des cantines scolaires pour répondre aux besoins des élèves. Les aliments et les boissons qui y seront vendus seront directement contrôlés par le directeur de l'école et, le cas échéant, par les Services de l'Hygiène afin que les règles soient respectées.

26Ce dernier est essentiel car il permet d'aborder une des fonctions fondamentales des Patronages tout au long du XXème siècle : les cantines scolaires, l'hygiène, la santé, et les potagers scolaires. L'Etat, grâce à l'appui et à l'action des Patronages, a pu mener à bien ses campagnes de lutte contre les deux principaux fléaux qu'étaient la faim et la maladie. Ces perspectives conjointes et consensuelles ont permis au Costa Rica de développer son système économique et social.

27Il apparaît donc que l'existence de ces Conseils d'Education se justifie pour des raisons à la fois fonctionnelles, stratégiques et idéologiques. Astrid Fischel caractérise ainsi leur intérêt politique implicite :

  • 10 Astrid Fischel Volio, Consenso y Represión, San José, Costa Rica, Ediciones Costa Rica, 1987, p. 18 (...)

"Las Juntas constituyen instancias óptimas para la generación de consenso en tomo al orden establecido, por cuanto infunden en el pueblo apego e identificación con pautas específicas de acción estatal. La participación directa, en los asuntos de educación, convierte a la ciudadanía en aliada fundamental de la gran tarea reformadora. De esta manera, asegura una acción comunal ordenada, la cual viene a responder de manera prioritaria a los imperativos del gobierno"10.

28La volonté de l'Etat est manifeste : il cherche à impliquer à tout prix la collectivité locale, la famille et le citoyen, sans discrimination, dans les affaires relatives à l'Instruction Publique. Par-là même, il exerce habilement un pouvoir de contrôle sur l'école et une pression indirecte sur le peuple. Le gouvernement veut créer ainsi toute une mystique autour de la politique éducative afin que chacun adhère et s'identifie aux projets d'état :

  • 11 Ibid., p. 192.

"En esto reside la importancia política fundamental de las Juntas de Educación. Estos cuerpos locales crean la sensación de que asuntos educativos clave son dejados en las manos del pueblo para su manejo y educación. De esta forma la ciudadanía se siente responsable y urgida a actuar en la resolución de los problemas educativos más apremiantes. Sin embargo, es a todas luces claro que el Gobierno controla subrepticiamente todo el accionar de las Juntas, con lo cual se asegura de manera sutil pero efectiva, una marcha educativa acorde con las pautas directrices del Estado"11.

Les répercussions sociales du Patronage scolaire

29Dès la fin du XIXème siècle, le Patronage scolaire a contribué à la diminution des problèmes de nutrition et de santé. Il est aussi à l'origine d'une multitude de mesures sociales au service des enfants et des familles. Si la réalité des faits n'a pas toujours correspondu, et loin s'en faut, à l'idéal souhaité, il serait toutefois abusif de minimiser les intentions louables des gouvernements successifs, intentions mises en pratique avec succès tout au long du XXème siècle. Une institutrice, en 1942, tient ces propos :

  • 12 John et Mavis Biesanz, La vida en Costa Rica (1943), Traduction en espagnol de Carlos Francisco Ech (...)

"Se está tomando medidas preventivas y educacionales para aliviar la pobreza. Cada escuela tiene un Patronato escolar, compuesto de padres y maestros, que recolecta fondos para leche, uniformes y utiles escolares para los alumnos más pobres. Existe un poco de servicio e inspección dental médica gratuitos. El aprendizaje escolar en agricultura se complementa con huertas escolares y visitas de fincas. Las clases de cocina proveen una oportunidad para dar información sobre la dieta apropiada, que también recibe alguna atención en los libros de lectura"12.

30Les fonctions les plus urgentes du Patronage sont donc l'alimentation et la santé. L'amélioration de la qualité des cantines scolaires contribue de façon certaine au progrès du pays. Dans un premier temps, au niveau local, ces cantines constituent un argument suffisant pour persuader les familles d'inscrire leurs enfants à l'école car ils y seront à la fois nourris et instruits. A l'échelle nationale, le développement de ces cantines aura des répercussions bénéfiques, à moyen et long terme, du point de vue éducatif, économique et social, car elles seront génératrices de prises de conscience, d'initiatives et de réalisations concrètes.

31L'origine des comedores escolares remonte à la fin du siècle dernier, quand s'instaura la coutume familiale et communale consistant à aider les écoles par la fourniture de nourritures destinées aux élèves. Les écoles étaient rares et souvent très éloignées du lieu de résidence des enfants. Ne pouvant financer ce service, l'Etat exhorta les familles à procéder de la sorte pour que tous les élèves, surtout les plus démunis, puissent au moins être nourris et tirer le meilleur profit de l'enseignement dispensé, sans avoir le ventre creux.

32A ce niveau, le Patronage scolaire justifie déjà de l'importance de son rôle et de son utilité : c'est lui qui va se charger de collecter les denrées nécessaires à la cantine scolaire par le biais de dons en aliments. Il pourra aussi bénéficier de dons en espèces qui lui permettront d'acheter les aliments de base, nécessaires à un équilibre diététique. Une cotisation infime était demandée aux familles qui pouvaient se le permettre. Le budget alloué par les communes était insuffisant pour couvrir tous les frais ; les recettes des animations réalisées par le Patronage scolaire ne suffisaient pas à pourvoir aux besoins alimentaires quotidiens des enfants. Les rentrées d'argent étaient inégalement réparties sur l'année ainsi que sur l'ensemble du pays. Pour la première fois, à partir de 1943, pendant l'administration de Calderón, ces cantines scolaires seront soutenues financièrement par un programme d'Etat.

33Il faut souligner l'énergie constante des différents gouvernements et le dynamisme déployé par les familles costariciennes pour parvenir à vaincre le problème de la sous-alimentation au Costa Rica. Toute la première partie du XXème siècle est marquée par ces efforts persévérants, mais c'est surtout à partir de 1940 qu'ils vont être multipliés comme en témoignent les discours annuels des Présidents devant l'Assemblée législative. A titre d'exemple, citons les propos du Président Picado :

  • 13 Teodoro Picado, "Discours du 1er mai 1946", in Mensajes presidenciales, Bibliothèque de l'Assemblée (...)

"Dentro de las instituciones auxiliares de la escuela, cobran especial importancia los Patronatos escolares. Los Patronatos constituyen, a no dudarlo, un factor de mejoramiento de gran importancia. Por regla general, los padres de nuestros escolares desempeñan los diferentes puestos de los Patronatos escolares con un entusiasmo y un cariño realmente encomiables. Por eso, estas instituciones han cobrado una gran importancia cultural y económica"13.

34Avec l'aide des maîtres et la collaboration du Patronage, les jardins potagers [las huertas escolares] se sont développés dans la plupart des écoles primaires, surtout dans les campagnes, car depuis 1940 la escuela rural revient au centre des préoccupations gouvernementales. Toutes sortes de légumes sont cultivés dans ces potagers attenants à l'école et les enfants ont même la possibilité d'apprendre à greffer des arbres fruitiers qu'ils pourront, ensuite, ramener chez eux. Ceci ne relève pas d'un simple jeu de jardinage mais d'une réelle politique éducative et d'une "pédagogie" sociale ; en effet, l'objectif est double : cette initiative permet d'approvisionner la cantine scolaire et elle permet aussi d'enseigner aux élèves les rudiments d'un enseignement agricole. Ainsi, ces jeunes se familiarisent très tôt avec les notions d'équilibre alimentaire et avec les diverses techniques de culture et d'agriculture. Ces connaissances pratiques seront précieuses pour bon nombre de ces jeunes qui seront amenés très tôt à travailler la terre.

  • 14 Une visite de 15 jours, en juillet 1994, dans les districts scolaires du sud-ouest du Costa Rica, e (...)

35Ces pratiques sont toujours d'actualités en 1994, et c'est un des points que vérifient en priorité les Inspecteurs scolaires lors de leur visite d'écoles14. Les jardinets jouxtent les baraquements scolaires et les élèves sont enthousiastes et passionnés quand ils font faire "le tour du propriétaire" à leur visiteur parfois venu de très loin ! Ils sont tout aussi fiers quand ils s'arrêtent devant la "fosse à ordures" qui permettra de préparer le compost nécessaire aux futures plantations et qui préserve l'environnement.

36Depuis les années 70, la prise de conscience se porte tout spécialement sur l'écologie : le Costa Rica se distingue en tant que protecteur de sa flore et de sa faune et dans chaque Patronage scolaire il y a un responsable de "la educación ambiental".

37Au début de l'année 1945, le Costa Rica participe à la conférence de l'INCAP (Instituto de Nutrición de Centro-América - Panamá) sur les problèmes de l'alimentation. Le Costa Rica s'y fait remarquer par son avance très nette sur les autres pays, quant aux progrès réalisés dans les domaines de l'équilibre diététique, de la santé et de l'éducation. Pourtant, de graves problèmes concernant l'alimentation et la santé ne sont toujours pas résolus dans les campagnes, même si les trois "calamités" que constituent la dénutrition, la fièvre jaune et la gastroentérite commencent à être enrayées. Sous la présidence de Picado, en 1946, est mis en place le Programa de Mejoramiento de la Escuela Rural :

  • 15 Memoria Anual de 1946, San José, Costa Rica, M.E.P., 1947, p. 31.

"La primera obligación de nuestra escuela rural la constituye el cuidado de la salud del campesino costarricense. Por esa razón se dio importancia a una labor directa de la educación higiénica, tendiente a formar hábitos más que a dar conocimientos. A fin de dirigir esta labor y guiar en ella a los maestros, se creó una Inspección de Educación Sanitaria que ha venido divulgando en el país conocimientos y prácticas hasta ahora totalmente desconocidos"15.

38En 1952, sous la présidence de Ulate, commence à se développer le Programme dit du "Verre de Lait" : c'est toute une philosophie pragmatique, humaniste et sociale de l'Education que le Président veut mettre en œuvre :

  • 16 Otilio Ulate Blanco, "Discours du 1er mai 1952", in Mensajes presidenciales, Bibliothèque de l'Asse (...)

"El más notable servicio de cooperación y coordinación de actividades se realizó para mejorar la nutrición de los escolares. Más de 105 000 niños de las escuelas públicas recibieron diariamente un vaso de leche [121 000 en 1961 - 338 000 en 1967] ; muchos, también, recibieron diariamente queso y otros mantequilla, carne, frutas, vitaminas y sales minerales. Jamás se había logrado tal esfuerzo ni se había entendido mejor que la tarea de educar es fundamentalmente una tarea de enseñar a vivir, nutriendo y procurando la buena salud de las generaciones. Hacer más por el hombre real, lleno de necesidades16 ".

39Des campagnes d'information sont mises en place pour se prémunir contre les maladies et les visites médicales à domicile se multiplient. La vaccination, l'hygiène bucco-dentaire, le contrôle des naissances et la lutte contre l’alcoolisme sont autant de points sur lesquels sont portés les efforts. L'infrastructure hospitalière et les services médicaux sont particulièrement développés au Costa Rica : la recherche médicale y est très avancée, notamment en ce qui concerne les vaccins. Les progrès et les découvertes intéressent précisément les Etats-Unis (qui subventionnent ces recherches) ainsi que des pays d'Europe dont la France.

40La mission est claire : Etat, Ecole et Familles doivent œuvrer conjointement pour le progrès économique et social du pays, dans un esprit civique fondé sur la collaboration et la solidarité. Ce sont ces valeurs que l'Etat entend inculquer à tout citoyen et c'est surtout par le biais de l'Ecole que ce projet peut être mené à bon terme. Ulate termine en ces termes son discours de 1952 ;

"No hay que olvidar finalmente que, para muchos lugares del país, las escuelas siguen siendo la única agencia del Estado que está al servicio del país".

41Il y a une continuité dans la politique éducative au Costa Rica, même si l'alternance des deux partis au pouvoir (le PLN -Partido de Liberación Nacional- et le PUSC -Partido de Unidad Social Cristiana-) depuis la courte guerre civile de 1948, retarde souvent les mesures prises pendant le mandat présidentiel antérieur. Toutes les administrations misent sur l'école, pilier de la démocratie, pour que soit impliqué, dans chaque famille costaricienne, un esprit civique, responsable et autonome. Orlich, Président de 1962 à 1966, clôturait ainsi son dernier discours ;

  • 17 Francisco J. Orlich, "Discours du 1er mai 1966", in Mensajes presidenciales, Bibliothèque de l'Asse (...)

"Al iniciar mi gobierno habíamos proclamado la necesidad de orientar las comunidades, para que a base de una integración de sus recursos totales pudieran contribuir a la solución de sus propios problemas. Así queríamos acentuar su sentido de la responsabilidad cívica, disminuir la constante dependencia del Estado en que algunos pueblos quieren vivir, afirmar el vigor de la Democracia y disminuir las cargas del erario nacional17 ".

42Et en 1968, le Président Trejos Fernández déclarait de son côté :

  • 18 José Trejos Fernández, Discours du 1er mai 1968, Mensajes presidenciales, Bibliothèque de l'Assembl (...)

"En 1967 trabajaron 165 escuelas en el Programa de Nutrición y Huertas Escolares. Desearíamos hacer posible que más y más escuelas, principalmente rurales, adopten este programa con el calor y entusiasmo que ponen en él varias escuelas rurales que he visitado. Hemos procurado aunar los esfuerzos de los Ministerios de Educación, Agricultura y Ganadería y Salubridad, así como de organizaciones dependientes o afiliadas a las Naciones Unidas como FAO, UNICEF y OMS, en apoyo de los citados programas de Nutrición y Huertas Escolares"18.

43Cette stratégie politique de longue date, qui a consisté à rendre chaque citoyen responsable de son implication au niveau du développement et du progrès local, a fini par devenir une sorte d'engagement civique établi. A partir de 1970, le Président José Figueres encourage les initiatives des Patronages scolaires pour que la communauté acquière de plus en plus d'autonomie : c'est la décentralisation, avant l'heure, qui est déjà visée. Il crée d'autre part l'IMAS (Instituto Mixto de Asistencia Social) : cet organisme est désormais chargé de coordonner les 152 institutions de bien public du pays, afin d'harmoniser les efforts et les multiples initiatives éparses. L'IMAS prend en charge les Programmes de logement, d'alimentation et d'éducation des personnes ou des familles sans ressources. Un de ses objectifs prioritaires est de subvenir aux besoins alimentaires dans les écoles publiques.

44En 1975 sont mis en place le Programa de Asignaciones Familiares et la Ley de Desarrollo Social, programmes d'urgence destinés à faire face à la crise économique. Aux allocations familiales et aux diverses subventions, s'ajoutent d'autres mesures sociales dont la retraite pour ceux qui n'avaient jamais cotisé. La Sécurité Sociale, créée en 1942, couvrait 77 % de la population en 1977. Le Programa I.V.M. (Invalidez, Vejez, Muerte) aide financièrement les plus nécessiteux. L'INVU (Instituto Nacional de la Vivienda), créé en 1962, a construit plus de 600.000 logements pour les familles à revenus modestes, depuis cette date jusqu'à 1980. Parallèlement, l'ITCO (Instituto de Tierras y Colonización) a distribué 120.000 hectares de terres à 10.000 familles.

45De multiples services de formation et d'information ont été institués ces dernières décennies pour répondre aux attentes de la population, telles des émanations, à grande échelle, des initiatives locales amorcées à la fin du siècle dernier.

46La Division de Alimentación y Nutrición del Escolar y del Adolescente, (DANEA), est à la fois un service national, régional et local chargé de veiller à la qualité de l'alimentation de la population scolaire jusqu'à 18 ans, et qui proclame que :

"El buen estado nutricional es el factor determinante del desarrollo intelectual, físico, mental y social".

47Ce service cherche à rendre participatif les élèves, les maîtres et les parents, les Patronages scolaires et les municipalités. Son deuxième objectif consiste à promouvoir les potagers scolaires. Le troisième objectif vise le développement agricole et la production. Le dernier tend à rendre autonome la gestion de chaque programme local.

48C'est par le biais du Patronage scolaire, au moyen d'organes d'information, que les services parviennent à toucher un vaste public. Il s'agit, plus précisément, de livrets intitulés Modulo Instructional del Funcionamiento de los Patronatos escolares qui proposent une série de thèmes concernant le bon fonctionnement des Patronages, des Associations de Parents et des Comités de Cantine. Largement illustrés et très didactiques, ces livrets contiennent notamment des conseils et des méthodes pour que chaque responsable engagé au niveau des Patronages scolaires puissent mener à bien ses fonctions spécifiques.

49Depuis les années 1980, le Ministère publie, dans une collection ainsi intitulée Educando a nuestro hijo, une série de livrets à l'usage des parents où sont décrits les comportements familiaux "types" pour faire acquérir à leurs enfants le sens des valeurs tels la discipline, le respect, la tolérance, le partage et autres valeurs patriotiques. La série publiée dans cette collection Programa de Capacitación a Padres vise les mêmes objectifs, c'est à dire l'acquisition des vertus civiques auxquelles tout costaricien est sensé adhérer. Les Patronages scolaires et les parents se réunissent une fois par mois autour de l'enseignant pour discuter des différents thèmes proposés.

50L'enseignement du coopératisme a été rendu obligatoire dans toutes les écoles du pays le 15 mars 1980. L'existence des coopératives scolaires remonte à 1968. La loi stipule qu'il est nécessaire que les élèves soient familiarisés très tôt avec les pratiques de l'entraide mutuelle, pour travailler en équipe, prendre démocratiquement des décisions et respecter les droits d'autrui, dans un esprit social tolérant. Les Patronages participent à ces coopératives scolaires locales. L'objectif de ces coopératives et de son enseignement répond à des critères d'ordre économique pour qu'il y ait transfert de ces pratiques au monde du travail, surtout en milieu rural. Le système coopératif, de plus en plus important depuis près de 25 ans, semble être un des seuls remèdes efficaces pour faire face à la crise qui sévit depuis les années 1980.

51Pendant plus d'un siècle, le Costa Rica a fait en sorte de maintenir son système démocratique à l'avant-garde en matière de progrès éducatifs et sociaux pour favoriser l'essor économique. Le pays a montré cette détermination en s'ouvrant très tôt aux courants philosophiques et aux méthodes pédagogiques modernes : des professeurs et des scientifiques venus d'Europe, des Etats-Unis, du Chili et du Mexique ont favorisé cette ouverture. Citons, à titre d'exemples, l'influence des méthodes du Belge Decroly et de l'Américain Dewey, ou encore celles de Pestalozzi, Montessori, Frenet et Piaget.

52Outre Emma Gamboa qui a beaucoup oeuvré pour les jardins d'enfants et les méthodes de lecture en primaire, parmi les pédagogues costariciens qui se sont particulièrement distingués figurent Brenes Mesén, Carlos Monge et Omar Dengo, notamment quand ils ont dirigé l'Ecole Normale de Heredia, ouverte en 1914. Les maîtres furent formés dans une perspective qui prenait tout particulièrement en compte l'aspect social. Tous les programmes furent soutenus par l'UNESCO à partir de 1951.

53L'appareil éducatif costaricien semble s'identifier à l'Etat duquel, historiquement, il ne peut être dissocié. Le Conseil d'Education et le Patronage scolaire constituent un maillon indispensable à l'Etat pour un meilleur fonctionnement interne de l'établissement scolaire et pour un plus grand contrôle de celui-ci. Mais ce maillon devient maillage dès lors qu'il se prolonge et interfère au niveau social, économique, politique et idéologique : le régime démocratique costaricien trouve donc une large part de ses fondements dans ce rapport consensuel qui unit dans un projet bilatéral les intérêts spécifiques de l'Etat et les attentes collectives du peuple.

Notes

1 Código de Educación de 1957, San José, Costa Rica, Ed. Trejos - Ministerio de Educación Pública, 1965, p. 38.

2 Memorias Anuales de 1891, 1931, 1950, 1963, 1973, 1984 et 1990 (Archives, Ministerio de Educación Pública, San José, Costa Rica).

3 Luis Anderson, Memoria Anual de 1890, San José, Costa Rica, M.E.P., 1891,p. 15.

4 Memoria Anual de 1887, San José, Costa Rica, M.E.P., 1888, p. 24.

5 Memoria Anual de 1916, San José, Costa Rica, M.E.P., 1917, p. 32.

6 Memoria Anual de 1921, San José, Costa Rica, M.E.P., 1922, p. 28.

7 Ibid., p. 41.

8 Zaida Sándiez Moya (Ed.), Sistema educativo nacional, San José, Costa Rica, Ministerio de Educación de Costa Rica, ICER, 1993, p. 48.

9 Ibid.

10 Astrid Fischel Volio, Consenso y Represión, San José, Costa Rica, Ediciones Costa Rica, 1987, p. 189.

11 Ibid., p. 192.

12 John et Mavis Biesanz, La vida en Costa Rica (1943), Traduction en espagnol de Carlos Francisco Echeverría, San José, Costa Rica, Ministerio de Cultura, Juventud y Deportes (Serie Nos Ven, n° 5), 1975, p. 202.

13 Teodoro Picado, "Discours du 1er mai 1946", in Mensajes presidenciales, Bibliothèque de l'Assemblée Législative, 1946, p. 11.

14 Une visite de 15 jours, en juillet 1994, dans les districts scolaires du sud-ouest du Costa Rica, en compagnie des Inspecteurs Généraux, m'a permis de "découvrir" très précisément ces différents aspects.

15 Memoria Anual de 1946, San José, Costa Rica, M.E.P., 1947, p. 31.

16 Otilio Ulate Blanco, "Discours du 1er mai 1952", in Mensajes presidenciales, Bibliothèque de l'Assemblée Législative, 1952, p. 21.

17 Francisco J. Orlich, "Discours du 1er mai 1966", in Mensajes presidenciales, Bibliothèque de l'Assemblée Législative, 1966, p. 20.

18 José Trejos Fernández, Discours du 1er mai 1968, Mensajes presidenciales, Bibliothèque de l'Assemblée Législative, 1968, p. 46.

Auteur

C.I.R.E.M.I.A., Université François Rabelais, Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540