Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Robert Beck
, 
Anna Madœuf

I - Dimensions identitaires

Loisirs et sociablités maçonniques au xviiie siècle

Pierre-Yves Beaurepaire

Texte intégral

  • 1 Antoine Lilti, Le Monde des salons. La sociabilité mondaine à Paris dans la seconde moitié du xvii (...)
  • 2 Bibliothèque nationale de France, Cabinet des manuscrits, FM, FM2 423, dossier Amitié de Strasbour (...)

1Les recherches en cours sur la sociabilité maçonnique mettent en évidence l’existence d’une « Maçonnerie de société » qui déborde le cadre du temple pour investir le théâtre mondain, et proposer aux élites urbaines une offre de loisirs et de divertissements particulièrement relevée. Issue du monde des confréries, elle s’impose dans ce qui est un authentique commerce de société en se montrant compétitive, inventive, en laïcisant progressivement ses pratiques, et en assurant une veille sociable qui lui permet de répondre sans délais aux attentes nouvelles. Elle participe de la prégnance du modèle aristocratique au xviiie siècle, que de récentes études sur les sociétés que l’on nommera salons au xixe siècle, et le théâtre de société, ont revisité et apprécié1. Notons d’ailleurs que l’aristocratie qui anime cette Maçonnerie de société tient la direction de l’Ordre maçonnique en France depuis la fondation du Grand Orient - avec les ducs de Montmorency-Luxembourg et d’Orléans - mais aussi en Prusse, dans l’aire baltique ou en Russie. Significativement, les critiques à l’encontre des loges qui « au lieu de s’occuper des travaux de l’Art Royal, tiennent des loges de femmes, donnent des bals et jouent la comédie dans leur loge »2 émanent d’ateliers socialement disqualifiés et exclus du théâtre mondain.

2La Maçonnerie de société vit au rythme de l’ouverture de nouveaux ateliers, des bals qui saluent leur entrée sur le théâtre mondain. Elle pratique un tir à l’arc chevaleresque au sein des Nobles Jeux et crée les premiers clubs de golf, tout en manifestant son adhésion aux Lumières et la conscience de son rôle social en soutenant les créations de Musées ou de leurs déclinaisons : sociétés des Philathènes de Metz, collège des Philalèthes de Lille. Dans les orients plus modestes, elle favorise l’ouverture de salles de lecture et debibliothèques publiques. À chaque fois, il s’agit de maintenir l’entre-soi d’une société d’élus consciente de son excellence, tout en ménageant des passerelles vers le public et en manifestant l’utilité de la Franc-maçonnerie.

  • 3 Aide-major aux Gardes françaises.
  • 4 Attaché au théâtre du duc d’Orléans, il publie en 1777 son Théâtre de société en trois volumes.
  • 5 Voir http://www.chass.utoronto.ca/~trott/societe/soc_C.htm
  • 6 Antoine Lilti, « Public ou sociabilité ? Les théâtres de société au xviiie siècle », dans Christia (...)

3C’est particulièrement net dans le domaine du théâtre et des concerts. Les loges huppées sont à la fois à l’origine de sociétés de concerts par souscription, mais privilégient la culture légitime, celle des amateurs, en organisant des concerts amateurs et jouant en société des pièces de théâtre. On connaît également la vogue au xviiie siècle du théâtre de société, où l’on est entre-soi, à la fois acteur et spectateur. Les ego-documents de maçons du xviiie siècle témoignent de l’importance de ces divertissements. Les membres de la prestigieuse loge parisienne des Amis Réunis qui revendique de former un club à l’anglaise dans son livre d’or, se réunissent ainsi au Palais-Royal, où ils signent le bail de la Société Olympique, et au château de La Chevrette. Chaque été, alors que s’effectue la migration mondaine vers la campagne, et que les Amis Réunis interrompent leurs travaux parisiens, La Chevrette accueille les membres de la loge et ses visiteurs de marque. L’hôte de La Chevrette est Savalette de Magnanville, garde du Trésor royal. Son fils, Charles Pierre Paul Savalette de Langes est connu comme fondateur du régime des Philalèthes, académie de recherches en hautes sciences qui réunit les plus grands noms de la Maçonnerie européenne, mais il distribue également les rôles au théâtre de société de La Chevrette, auquel participent notamment ses parents Pierre François Denis Dupleix du Perles et Guillaume Joseph Dupleix de Bacquencourt, et leurs alliés : Marie-Daniel Bourrée de Corberon, son frère aîné, Pierre Philibert marquis de Corberon3, musicien talentueux, et son épouse Anne-Marie, nièce du banquier de la Cour et fermier général Jean-Joseph de Laborde. On donne des pièces d’auteurs à succès comme Charles Collé4 et Carmontelle. Œuvre du premier, La Vérité dans le vin5 met ainsi « en scène une petite historiette mondaine et libertine »6.

4Une lettre de Savalette de Langes à son cousin Dupleix du Perles datée du 12 septembre 1772 témoigne de cette pratique du théâtre de société par les membres des Amis Réunis - qui sont en l’espèce parents, confidents et frères en Maçonnerie :

  • 7 Archives départementales des Yvelines, E 905, lettre du 12 septembre 1772 publiée par Robert Chabo (...)

« Eh bien paresseux […]
J’ai cinq à six rôles à te proposer -, et des projets de plus vaste étendue à te communiquer, mais, ma foi, pour ce soir je n’ai pas le temps. Mais voici les rôles que je suis chargé de te proposer. Mande-moi promptement si naturellement tu acceptes :
Le jour de la fête : Le médecin malgré lui. Lucas paysan mari de la nourrice. Dans la parodie de La reine de Golconde, Usbekh, confident Premier ministre de la reine.
Pour les autres jours : dans le légataire universel, le rôle de Géronte, le légataire ; dans Nadine, Blaise ou à choisir marin ; dans Le Joueur, Doranthe, l’oncle du joueur (rôle de complaisance) ; dans Les fausses infidélités, Mondor ou à ton refus je le jouerai, tu en es le maître.
Tu vois que tu n’es pas mal partagé. J’attends ta réponse pour arrêter définitivement la liste des rôles. Nous jouerons vraisemblablement pendant une semaine et sûrement tu t’y amuseras, car tous ceux qui composent la troupe t’aiment et te désirent beaucoup. Dumaisniel est très libre à présent et nous pratique toujours dans le cantori. Aussi nous musiquerons. Crois-moi, mon ami, laisse ta maîtresse et tes amis de Paris et reviens dans le pays, où tu trouveras des gens qui t’aiment et te désirent et surtout un bon et sincère ami qui t’aime de tout son cœur et t’embrasse de même […].
Tu trouveras rue Saint-Jacques au Temple du Goût, chez la Veuve Duchesne, les exemplaires en fascicule. Je t’enverrai bientôt le rôle d’Usbekh »7.

  • 8 Pierre-Yves Beaurepaire, L’espace des francs-maçons. Une sociabilité européenne au xviiie siècle, (...)

5L’espace social8 plus que public - malgré Habermas - est indissociable de cette offre de loisirs et de divertissements mondains. Si elle brille au sein de la sphère maçonnique - où la concurrence est rude - en mettant sur pied des loges prestigieuses par la qualité de leur recrutement, la magnificence de leurs temples et des fêtes qu’elles organisent, la Maçonnerie de société a clairement d’autres objectifs, briller à la cour comme à la ville sans renoncer à l’entre-soi cultivé dans le retrait du temple. Pour ce faire, elle investit l’espace domestique : un rideau tendu, un tapis de loge portatif, des grades conférés par communication et non lors de cérémonies de réception, la loge est partout où le cercle des amis choisis qui se reconnaissent comme pairs se forme et se rejoint : villes d’eau, fêtes princières ou champêtres, cour, congrès diplomatiques. La Maçonnerie de société investit aussi bien les châteaux et les manoirs que les hôtels particuliers et les résidences urbaines. En témoigne le physicien et antiquary William Stukeley :

  • 9 Steven C. Bullock, Revolutionary Brotherhood. Freemasonry and the transformation of the American S (...)

« Nous avons créé une petite loge de maçons, bien réglée […]. Nous avons pris l’habitude d’organiser tous les mois une réunion de société pour danser avec le beau sexe, et une réunion hebdomadaire, pour discuter entre hommes de condition »9.

6Stukeley réunit ses frères dans son jardin où il a élevé un temple d’inspiration druidique.

  • 10 Je remercie M. et Mme Tranié, actuels propriétaires, de m’avoir ouvert les portes du château de Tr (...)
  • 11 Journal de Corberon, 24 juillet 1775.
  • 12 Situé à Saint-Fargeau-Ponthierry dans l’actuel département de Seine-et-Marne.
  • 13 Bibliothèque de l’École nationale des mines, manuscrit 15, notes du chimiste et minéralogiste Anto (...)
  • 14 Sans plus de précision. Voir Hippolyte Monin, Lucien Lazard, Sommier des biens nationaux de la vil (...)
  • 15 Information communiquée par Laurence Chatel de Brancion qui a inventorié les papiers maçonniques C (...)

7La Franc-maçonnerie s’approprie et lit l’espace du jardin, comme un espace serein de conversation, de « société », où l’on peut parler entre pairs, entre frères et sœurs, de sujets maçonniques et profanes, sans devoir se plier aux interdits rigoureux qui règlent les échanges dans le sanctuaire. Le jardin est un espace fraternel, mais ouvert sur la société. Les francs-maçons s’intéressent aux jardins des Nobles-Jeux de l’arc, qu’ils redessinent et enrichissent symboliquement. Au château de Troissereux près de Beauvais, le diplomate franc-maçon Marie Daniel baron Bourrée de Corberon fait aménager un « jardin maçonnique » inspiré de Bernard Palissy où il accueille ses visiteurs10. C’est en Saxe et à Pétersbourg, où il aime à s’y promener en compagnie du baron Heyking et du comte Brühl, que le diplomate français les a découverts et appréciés11. Le Substitut général du Grand Maître comte de Clermont, Augustin Chaillon de Jonville12, l’a précédé, en faisant aménager un jardin symbolique dans le parc du château de Jonville où il accueille le roi de Danemark Christian VII en octobre 1768 pendant son séjour en France13. Le Sommier de la vente des Biens nationaux de la ville de Paris indique la vente d’un « jardin de l’Amitié », rue des Petites-Écuries, section Poissonnière, appartenant aux francs-maçons14, tandis qu’à Montpellier, Jean-Jacques Régis de Cambacérès cotise pour l’entretien du « jardin des francs-maçons » à hauteur de 5 livres par an15. Le jardin appartient à la Vraie Humanité :

  • 16 Cité par Pierre-François Pinaud, Cambacérès, le Premier Surveillant de la Franc-maçonnerie impéria (...)

« Les motifs de cette association étant de réunir des amis d’une convenance réciproque, de leur procurer l’amusement des jeux permis, et l’agrément de la lecture des nouveautés intéressantes […]. Le nombre total des associés est fixé irrévocablement à cinquante »16.

8Avec le jardin privé, l’espace maçonnique ne se limite pas à l’espace sacré, au sanctuaire replié sur lui-même. Multipolaire et modulable, il est ouvert sur la vie sociale, ce que confirme l’enjeu majeur des agapes. En effet, les agapes célèbrent l’affection, l’amour fraternel, c’est le sens précis du mot grec agapê. Elles ne se réduisent pas au banquet copieusement arrosé que prennent pour cible les écrits de divulgation. D’ailleurs, les travaux maçonniques se poursuivent en tenue de table, en « salle humide », avec un rituel spécifique. Mais les francs-maçons aspirent à sortir les agapes de l’espace contraignant et réglé des travaux de l’Art Royal, pour pouvoir cultiver plus librement et joyeusement le plaisir d’être ensemble sans pour autant renoncer à leur caractère fraternel.

  • 17 Il faut également penser aux luxueux services de faïence maçonnique -vaisselles, flacons et soupiè (...)
  • 18 Bibliothèque universitaire, Varsovie, Rps BUW 360, Mes réminiscences ou mémoires de C[harles-Henri (...)
  • 19 De même, en Basse-Normandie, les Séran de Saint-Loup qui associent dès les années 1740 l’Art Royal (...)

9La loge comme société d’amis choisis unis par le lien de l’initiation partagée est un espace de commensalité. C’est pourquoi à côté des banquets d’obligation et de réception - souvent pris en charge par les nouveaux membres -, les ateliers organisent des ambigus -c’est-à-dire des buffets froids - comme à Saint-Jean d’Écosse de Marseille, des pique-niques à l’Union écossaise de Berlin ou des croustillades à Amitié et Fraternité de Dunkerque17. Un ami de Corberon, Karl-Heinrich von Heyking se souvient avec émotion d’un souper de cent couverts organisé par les Trois Globes, orient de Berlin18. Quant à Bertin du Rocheret, il fournit en vin de Champagne les loges parisiennes en vue, à l’époque des Ducs sous l’acacia, en même temps qu’il commande une escadre de l’Ordre de la Félicité à Ay près d’Épernay en 174619, où il possède un pressoir.

10En outre, faire des agapes et de la salle des banquets un temps et espace de transition entre la fin des travaux de loge et le retour à la vie profane, permet de convier les femmes à se joindre aux frères en contournant les réticences des maçons hostiles à toute intrusion féminine dans le temple. À Salins, en Franche-Comté, lors de l’installation de la loge d’adoption l’Union parfaite le 15 mai 1777 - à laquelle participe Choderlos de Laclos qui écrira bientôt Les liaisons dangereuses -, Hennezel orateur de la loge Henri IV du régiment de Toul-Artillerie ne cache pas sa satisfaction :

  • 20 Bibliothèque nationale de France, Cabinet des manuscrits, FM, FM2 412, Extrait du Livre d’architec (...)

« Ainsi mes frères jouissons sans trouble d’une société vive et enjouée, qu’une gaîté douce une plaisanterie fine viennent embellir nos banquets que les fleurs les plus belles réjouissent nos sens, craignons seulement que leurs parfums trop savourés ne produisent l’ivresse »20.

11Si les agapes montrent la capacité de la Maçonnerie de société à s’affranchir des limites du temple, les fêtes au succès desquelles elles contribuent, font l’objet d’une publicité volontaire. La Maçonnerie de société construit et gère son image publique. Expert en gastronomie - il fait venir à Saint-Pétersbourg du vin de Lunel pour accompagner les huîtres du golfe de Finlande dont il régale ses invités -, acteur et observateur méticuleux d’une vie de société particulièrement riche qu’il décrit avec gourmandise à son oncle Samuel Formey, secrétaire de l’Académie des sciences de Berlin, Johann Albrecht Euler en est le témoin. Profane, Euler n’est pas invité à la fête ; en revanche, il assiste au spectacle que Melissino offre à sa loge et au public :

  • 21 Ses collègues au corps des cadets dont Euler est directeur des études.
  • 22 Berlin, Staatsbibliothek zu Berlin, Preußischer Kulturbesitz, Handschriftenabteilung, Nachlaß Form (...)

« Saint-Pétersbourg, 24 juillet/5 août 1775
Nous eûmes [le 19 juillet] à souper les Professeurs Krafft, Guldenstadt, Georgi21 et ma sœur. Après ce souper, c’est-à-dire à 10 heures, nous fûmes encore en deux carrosses, M. Guldenstadt, ma femme et moi dans l’un, Mrs. Kraft et Georgi dans l’autre. Tout droit à Caminoi Ostrovo, où les francs-maçons donnèrent la plus belle fête du monde. Le général Melissino de l’artillerie comme Grand Maître de la loge étant à la tête. Il y avait grand souper et bal en masque dont nous ne fûmes pas n’ayant pas été invités. Mais nous nous fîmes donner une bonne place pour voir un feu d’artifice des plus goûteux et très magnifique, qui dura depuis 11 heures et demi jusqu’à minuit et demi ; de sorte que cette fois-ci nous ne revînmes au logis qu’encore vers deux heures »22.

  • 23 « Nor will the Ladies in this particular be forgotten – a portion of every succeeding number will (...)

12À Londres, le Freemason’s magazine recherche clairement une audience qui déborde la sphère maçonnique. La rédaction se veut notamment attentive au public féminin auquel elle destine tout particulièrement de copieux articles consacrés à la mode et aux artistes en vue23. La vie du monde et des spectacles fait l’objet de comptes-rendus réguliers, auxquels sont associés ceux des fêtes de l’Ordre que des correspondants ont fait parvenir à la rédaction. Le souhait d’intégrer les festivités maçonniques à la vie de société est manifeste. Il s’inscrit dans l’aspiration de la Grande Loge à être reconnue d’utilité publique et partie intégrante de l’Establishment.

  • 24 Elle est depuis 1988 exposée au musée de l’ordre maçonnique suédois à Stockholm. Voir Tom C. Bergr (...)
  • 25 Voir « Expansion maçonnique et relations internationales : le modèle suédois », dans Pierre-Yves B (...)

13En Suède, le duc Charles de Sudermanie, frère du roi Gustave III et futur Charles XIII, Grand Maître des francs-maçons depuis 1780 et Vicarius Salomonis du Grand chapitre illuminé de Stockholm depuis 1777, préside de magnifiques fêtes sur l’île de Riddarholmen, siège de l’Ordre maçonnique, à Ekolsund, au château de Rosersberg, ou encore à Drottningholm. Des tournois sont organisés où s’affrontent des chevaliers en armure, en présence du roi et de la cour. En 1785, la fête a pour thème la « Conquête de la forêt enchantée », avec en arrière-plan la libération de Jérusalem, très présente dans la mythologie des hauts grades templiers. Le duc lui-même y participe en armure24. Des gravures et des comptes-rendus immortalisent ces rencontres qui précèdent les assemblées du chapitre templier réservées aux membres de l’Ordre. Un banquet de plusieurs centaines de couverts et un feu d’artifice concluent la fête. Le duc Charles associe clairement ses ambitions maçonniques - prendre le contrôle de la Stricte Observance Templière en Europe - aux intérêts stratégiques suédois dans l’aire baltique25. Les offensives du rite suédois en Prusse et en Russie inquiètent d’ailleurs Frédéric II et Catherine II. Les fêtes que le Grand Maître organise, témoignent non seulement de sa passion pour la chevalerie et les templiers, qu’il partage avec son frère Gustave, mais célèbrent aussi publiquement la puissance d’une Maçonnerie royale, résolument chrétienne et chevaleresque.

14Avec la Révolution, la sociabilité maçonnique organisée entre en léthargie, à quelques exceptions près. Avec l’émigration et les bouleversements politiques, la Maçonnerie de société qui s’épanouissait dans l’Europe d’Ancien Régime a vécu, ses membres ne reviendront pas dans les ateliers désormais suspects d’avoir dissout le lien social. Loisirs et divertissements n’ont pourtant pas disparu de l’offre de sociabilité des loges nouvelles, mais ils s’agit à présent de salles de billard ou de cercles où par le biais de la philanthropie, la bourgeoisie maçonnique d’aspiration libérale discute des affaires de la cité et s’émancipe progressivement du dogme de la non-intrusion des francs-maçons dans le champ politique. Une page de l’histoire de l’Art Royal a été refermée.

Notes

1 Antoine Lilti, Le Monde des salons. La sociabilité mondaine à Paris dans la seconde moitié du xviiie siècle, thèse pour le doctorat en histoire sous la direction de Daniel Roche, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, 2003, 806 p.

2 Bibliothèque nationale de France, Cabinet des manuscrits, FM, FM2 423, dossier Amitié de Strasbourg, folio 19.

3 Aide-major aux Gardes françaises.

4 Attaché au théâtre du duc d’Orléans, il publie en 1777 son Théâtre de société en trois volumes.

5 Voir http://www.chass.utoronto.ca/~trott/societe/soc_C.htm

6 Antoine Lilti, « Public ou sociabilité ? Les théâtres de société au xviiie siècle », dans Christian Jouhaud et Alain Viala dir., De la publication entre Renaissance et Lumières, Paris, Fayard, Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire, 2003, p. 284.

7 Archives départementales des Yvelines, E 905, lettre du 12 septembre 1772 publiée par Robert Chabot, « Une correspondance inédite (1771-1792) entre Savalette de Langes et son cousin Dupleix du Perles », dans Chroniques d’histoire maçonnique n°49, 1998, p. 18-19. Voir également Yves Durand, Les fermiers généraux au xviiie siècle, Paris, PUF, 1971, p. 545-546.

8 Pierre-Yves Beaurepaire, L’espace des francs-maçons. Une sociabilité européenne au xviiie siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 2003, 231 p.

9 Steven C. Bullock, Revolutionary Brotherhood. Freemasonry and the transformation of the American Social Order, 1730-1840, The University of North Carolina Press, Chapel Hill, 1996, p. 9.

10 Je remercie M. et Mme Tranié, actuels propriétaires, de m’avoir ouvert les portes du château de Troissereux, ainsi que Franck Rolland.

11 Journal de Corberon, 24 juillet 1775.

12 Situé à Saint-Fargeau-Ponthierry dans l’actuel département de Seine-et-Marne.

13 Bibliothèque de l’École nationale des mines, manuscrit 15, notes du chimiste et minéralogiste Antoine Monnet. Informations communiquées par Michel Jonville, auteur de Généalogie Chaillon de Jonville (Guyenne-Ile de France), Paris, chez l’auteur, 1995, 126 p. Par la suite, un monument funéraire sera élevé à proximité en la mémoire de François Joseph Guichard, membre de l’Heureuse Réunion de Paris.

14 Sans plus de précision. Voir Hippolyte Monin, Lucien Lazard, Sommier des biens nationaux de la ville de Paris conservé aux Archives de la Seine, Publications relatives à la Révolution française, Paris, 1920, p. 443-444.

15 Information communiquée par Laurence Chatel de Brancion qui a inventorié les papiers maçonniques Cambacérès acquis par l’Université Kokugakuin de Tokyo. Contrairement néanmoins à ce que cette biographie de l’archichancelier a indiqué lors du colloque Franc-maçonnerie et histoire de Rouen (14-16 novembre 2001), ces documents sont bien accessibles aux chercheurs. Ils sont même en ligne sur le site de l’Université : http://kotodama.kokugakuin.ac.jp/digital/diglib/kanba/mag1/pages/page001.html

16 Cité par Pierre-François Pinaud, Cambacérès, le Premier Surveillant de la Franc-maçonnerie impériale, Paris, EDIMAF, 1998, p. 31-32.

17 Il faut également penser aux luxueux services de faïence maçonnique -vaisselles, flacons et soupières - que les loges ou les frères fortunés comme le marquis de Villeneuve, baron des États du Languedoc, font fabriquer : voir notamment Franc-maçonnerie et faïences, catalogue de l’exposition de Nevers, Palais ducal, 2000, 213 p.

18 Bibliothèque universitaire, Varsovie, Rps BUW 360, Mes réminiscences ou mémoires de C[harles-Henri] B[aron] d’H[eyking] écrits par lui-même avec les portraits de plusieurs hommes du nord, tracés d’après nature, tome II, 1ère partie, chapitre VIII, n. p.

19 De même, en Basse-Normandie, les Séran de Saint-Loup qui associent dès les années 1740 l’Art Royal à une vie de société et mondaine active, appartiennent à l’ordre de la Félicité : Caen, archives privées du Bâtonnier Jean-Claude-Delauney, papiers Séran de Saint-Loup, lettre de Mlle du Clariel, 6 août 1747.

20 Bibliothèque nationale de France, Cabinet des manuscrits, FM, FM2 412, Extrait du Livre d’architecture de la loge Saint-Jean sous le titre distinctif de L’Union Parfaite à l’orient de Salins, discours du frère Hennezel, cité par Gilles Gudin de Vallerin, « Installation par Choderlos de Laclos d’une loge d’adoption à Salins (Jura) en 1777 », dans Mémoires de la Société pour l’histoire du droit et des institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands, 1991, p. 132.

21 Ses collègues au corps des cadets dont Euler est directeur des études.

22 Berlin, Staatsbibliothek zu Berlin, Preußischer Kulturbesitz, Handschriftenabteilung, Nachlaß Formey, lettre à Samuel Formey du 24 juillet/5 août 1775.

23 « Nor will the Ladies in this particular be forgotten – a portion of every succeeding number will be offered to their peculiar attention ; and care will be taken that no subject of an improper tendency shall ever disgrace those volumes which it will be the unremitted endeavours of the proprietors to render worthy of a place in the well-chosen library of genuine taste, in all it’s elegant varieties : where, without a fear, the owner may admit a wife, a sister, or a daughter, assured that female delicacy will in it’s amusement find instruction ». Freemasons’ Magazine, a general and complete library, printed and published by J. W. Bunney, n°7 Newcastle-street, Strand, « and sold by all the Booksellers in Town and the country », August 1793, p. 3.

24 Elle est depuis 1988 exposée au musée de l’ordre maçonnique suédois à Stockholm. Voir Tom C. Bergroth, « Le rêve chevaleresque secret de la Franc-maçonnerie », dans Renaissance traditionnelle, n° 120, octobre 1999, p. 278-282.

25 Voir « Expansion maçonnique et relations internationales : le modèle suédois », dans Pierre-Yves Beaurepaire, L’Europe des francs-maçons xviiie-xxie siècles, Paris, Belin, Europe & Histoire, 2002, p. 48-60.

Auteur

Université de Nice Sophia Antipolis, Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine et Sociologie, histoire, anthropologie des dynamiques culturelles,
UMR CNRS-EHESS Marseille

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable