Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Famille et éducation en Espagne et en Amérique Latine

 | 
Jean-Louis Guereña

I. Temps des familles, temps scolaires

Les premiers manuels de puériculture en Espagne au début du XXe siècle

Josette Borderies Guereña

Texte intégral

  • 1 Nous avions déjà effleuré le sujet dans "Education chrétienne et hygiène domestique 1860-1915", in(...)
  • 2 Cf. Josette Borderies Guereña, "Niños y niñas en familia", in José María Borrás Llop (Ed.), Histor (...)

1Dans le cadre de nos travaux sur l'hygiène et la famille en Espagne aux XIXème et XXème siècles, nous nous proposons simplement d'étudier et de comparer dans cette communication les premiers manuels de "puériculture" [libros de crianza] publiés au début du XXème siècle en Espagne1. En effet, le libro de crianza est, en quelque sorte, le précurseur de ce qui s'appellera plus tard le "manuel de puériculture", c'est-à-dire un ouvrage de vulgarisation médicale destiné aux mères de famille, afin de les guider dans les soins concernant le nouveau-né et le petit enfant2.

  • 3 L'index du Manual de Palau en fournit une première liste, certes incomplète (Indice alfabético de (...)

2Le rythme de publication de ce type d'ouvrage-qui existait déjà au XIXème siècle-semble s'accélérer dans les premières décennies du siècle suivant3. Le contenu de ces "nouveaux" manuels présente toutefois un changement de ton et de nature certain, redevable en partie à la prise de conscience du corps médical et à son engagement dans la lutte contre la mortalité infantile, et donc contre l'ignorance, la tradition, la misère...

3C'est dans ce contexte que nous aborderons quelques points de comparaison et de réflexion entre les divers ouvrages étudiés : leur nature, la période dans laquelle ils s'inscrivent, le public auquel ils s'adressent, les relations des auteurs avec ce public.

Nature des ouvrages

  • 4 Cf. la bibliographie fournie par Alvaro López Núñez, La Protección a la Infancia en España, Madrid (...)

4Le corpus retenu se compose d'un choix d'ouvrages de vulgarisation relatifs à l'hygiène et à la protection du petit enfant âgé précisément de 0 à 2 ans-2 ans et demi, et publiés à l'intention des mères de famille. Une douzaine de manuels, dont l'ensemble serait significatif d'un état de fait et de l'état d'esprit d'une époque-les premières décennies du XXème siècle en Espagne-a donc été sélectionnée4.

5Les ouvrages choisis peuvent se grouper en trois catégories : traités ou manuels de puériculture assez conséquents, cartillas ou résumés des précédents, guides domestiques plus ou moins informels. Les traités ou manuels de puériculture offrent un nombre de pages relativement important, de l'ordre de 100 à 250 selon les auteurs. Ils s'organisent en chapitres ou en plusieurs parties comprenant plusieurs points. Les sujets traités sont pratiquement les mêmes dans tous les manuels, et seul leur ordre d'apparition diffère.

6Ces manuels consacrent en particulier de longs développements à l'allaitement, sous les quatre aspects habituels. L'allaitement maternel, qui est chaudement recommandé, vient toujours en premier, suivi de l'allaitement "mercenaire" (la nourrice), de l'allaitement artificiel et de l'allaitement mixte.

  • 5 Francisco Vidal Solares, Consejos familiares sobre la higiene de la primera infancia, 3ème éd., Ba (...)
  • 6 F. Vidal Solares, Puericultura e higiene de la primera infancia, 10ème éd., Barcelona, Luis Gili, (...)
  • 7 Rafael Ulecia y Cardona, Arte de criar a los niños (Nociones de higiene infantil), 2ème éd. revue (...)
  • 8 Rafael Ulecia y Cardona, Arte de criar a los niños (Nociones de higiene infantil), 4ème éd., Préfa (...)

7Les manuels de Vidal Solares et de Ulecia y Cardona en sont un bon exemple. Ils ont été tous les deux appréciés des mères de famille, si l'on en juge par les nombreuses rééditions effectuées. Le manuel de Francisco Vidal Solares [1854-1922], Consejos familiares sobre la higiene de la primera infancia, primé lors d'un concours universel de l'enfance en 1887, et dont la troisième édition est de 18845, sera réédité en 1915, pour sa dixième édition, sous le titre plus moderne et plus scientifique de Puericultura e higiene de la primera infancia6. Le manuel de Rafael Ulecia y Cardona, Arte de criar a los niños, publié pour la première fois en 19047, sera pour sa part régulièrement réédité, au moins jusqu'en 1919 (pour sa quatrième édition)8.

  • 9 Gerardo González Revilla, Puericultura, Bilbao, 1902 ; Juan Viura y Carreras, Bases de Puericultur (...)
  • 10 Catherine Rollet-Echalier, La politique à l'égard de la petite enfance sous la IIIème République, (...)

8Les titres des autres manuels ne sont pas inintéressants. Les uns reprennent le titre traditionnel de "Arte de criar a un niño", d'autres gardent la notion classique "Crianza de...", tandis que d'autres, enfin, innovent en introduisant le terme, certes plus moderne et plus savant, de "Puericultura"9, lequel fut inventé, semble-t-il, en... 1863 par le Docteur Caron10 !

  • 11 Esteban Rodríguez Ocaña, "Una medicina para la infancia", in Historia de la infancia en la España (...)
  • 12 Rafael Ulecia y Cardona, Nueva cartilla higiénica para las madres, ΙΟ""* éd., Madrid, Primer consu (...)
  • 13 Francisco Vidal Solares, Consejos a las madres, preceptos sobre Puericultura e Higiene de la prime (...)

9Les cartillas sont, comme leurs homologues destinés à l'apprentissage de la lecture, de modestes brochures, de moins de 20 pages (de 8 à 15 pages dans l'échantillon retenu), souvent rédigées par les mêmes auteurs que les manuels. Sorte de "condensés" de ce dernier, elles comportent plusieurs points, toujours clairement numérotés. Elles réussissent à résumer, avec une précision souvent étonnante, ce qu'il est indispensable de savoir, et surtout de faire, quand il faut s'occuper efficacement d'un petit enfant. La plupart du temps, elles sont distribuées gratuitement, soit dans les dispensaires pour nourrissons, soit dans les "Gouttes de lait"11. Ulecia éditera ainsi régulièrement de 1904 à 1911 une Nueva cartilla higiénica para las madres, qui, avec sa dixième édition, atteindra le chiffre considérable de 170.000 exemplaires12. Vidal Solares, à peu près à la même époque, propose à Barcelone au prix d'une peseta, une petite brochure intitulée Preceptos sobre puericultura e higiene de la infancia, et comportant 170 points très concis, structurés en 20 chapitres13.

10Il existe aussi une troisième catégorie d'ouvrages. Ceux-ci sont écrits par des non-spécialistes, des auteurs qui ne sont pas médecins mais qui oeuvrent dans la même direction, et dont le but est de mettre en garde la mère de famille contre de nombreuses pratiques dangereuses pour la santé de l'enfant, de lui en suggérer d'autres qui respectent les nouvelles règles d'hygiène et de comportement infantiles.

  • 14 Carmen de Burgos Seguí, La protección y la higiene de los niños. Boceto de estudio, Valencia, Admi (...)
  • 15 Nemesio Fernández Cuesta, Instantáneas de higiene, dedicadas a las madres que eduquen a sus hijos,(...)
  • 16 Cf. aussi Eduardo Toledo y Toledo, Cómo se cría un niño. Tratado práctico de puericultura, Madrid, (...)

11Bien qu'il soit difficile d'estimer l'impact de tels ouvrages auprès des mères de famille, celui-ci n'a certainement pas été négligeable. Ce fut probablement le cas de La protección e higiene de los niños, publié en 1904 par l'institutrice et écrivain Carmen de Burgos Seguí, alias Colombine [1867-1932]14, ou de Instantáneas de higiene de Nemesio Fernández Cuesta, publié juste à la fin du XIXème siècle15. Les mêmes thèmes s'y retrouvent (allaitement, berceau, vêtements, premiers pas, etc...), mais sous une forme moins rigoureuse, moins systématique. Si le fond reste, sans aucun doute, sérieux, le ton se veut plaisant, ou incisif selon les auteurs16.

Choix de la période

12Pourquoi avoir choisi de limiter ce travail aux deux premières décennies du XXème siècle, alors que ce type d'ouvrage existait auparavant, et continuera, bien sûr, de paraître après ? Le rythme de publication est une des principales raisons de ce choix : presque une publication par an de 1887 à 1919. Qu'est-ce qui pouvait justifier un tel zèle de la part des auteurs ? Les données historiques et sociales avaient-elles changé au point de rendre nécessaire la publication et l'édition répétée de manuels de puériculture, domaine qui jusqu'ici faisait l'objet d'un chapitre à part dans les guides d'éducation domestique ?

  • 17 Antonio Arbeló, La mortalidad de la infancia en España 1901-1950, Madrid, C.S.I.C., 1962, vol. XIX (...)

13Cette étude ne propose pas une réponse, ce qui exigerait une recherche plus approfondie, mais une série de réflexions autour des questions posées. Deux facteurs pourraient expliquer en partie ce phénomène : d'une part, la permanence en Espagne d'un taux élevé de mortalité infantile, comparé à celui d'autres pays d'Europe17 ; d'autre part, un contexte politique et culturel favorable à une prise en compte du problème. Le premier point a fortement préoccupé les intellectuels et les médecins de l'époque, tandis que le second encouragera les efforts des uns et des autres en faveur d'une meilleure sensibilisation de l'opinion publique. Il s'agissait dans un premier temps de frapper l'opinion, pour remédier ensuite à une situation tragique au moyen de manuels simples et accessibles à tous et (surtout) à toutes.

  • 18 R. Ulecia y Cardona, Arte de criar a los niños, 2ème éd., op. cit., p. 117.

14Un des facteurs déterminants dans ce processus au début du siècle, va être raffinement (relatif) de la statistique médicale. C'est un fait nouveau, capital, qui permet de mettre en évidence l'importance, sur le plan numérique, de la mortalité infantile au cours des deux premières années de la vie. Dans son manuel, Ulecia présente par exemple un tableau faisant état d'un fort pourcentage d'enfants mourant lors de la première année à Madrid de 1896 à 190518. Celui-ci équivaut en effet à un cinquième de la population infantile de Madrid.

  • 19 Alvaro López Núñez, La Protección a la Infancia en España, op. cit., 1908, p. 111.
  • 20 Jean-Louis Guereña, "Infancia y escolarización", in Historia de la infancia en la España contempor (...)

15En 1908, Alvaro López Núñez, dans une étude bien documentée, présentée au Congrès national de l'Education protectrice de l'enfance abandonnée, vicieuse et délinquante, retrouve des données identiques, cette fois à l'échelle nationale : pour l'année 1902, 120.355 enfants sur 666.687 meurent en effet au cours de la première année, contre 50.402 au cours de la seconde, soit un quart de la population totale19. Pour cet auteur, comme pour d'autres, l'Espagne accuse un retard certain, dont la cause première serait l'analphabétisme toujours important, voire massif, dans nombre de provinces espagnoles20.

16Ce taux de mortalité catastrophique -jusqu'à 25 % pour la seule première année de vie dans certaines régions- est imputé essentiellement à des problèmes de régime alimentaire, d'où le grand intérêt des auteurs évoqués pour le thème de l'alimentation infantile. Confronté directement au problème, une bonne partie du corps médical réagit et décide d'écrire de véritables manuels de puériculture à l'usage des mères de famille pour en finir avec l'ignorance de certaines règles élémentaires. Il va de soi qu'ils s'adressaient surtout aux mères sachant lire. Or l'analphabétisme touchait à ce moment-là de 49 % à 65 % de la population, et en particulier des femmes...

  • 21 Cf. Concepción Alarcón Román, Catálogo de amuletos del Museo del Pueblo Español, Madrid, Ministeri (...)

17Quel était le sort réservé aux enfants de celles qui. faute d'avoir appris à lire, resteraient dans l'ignorance ? Dans le meilleur des cas, les nourrissons étaient élevés traditionnellement, avec ce que cela supposait de dévouement et d'erreurs. En effet, beaucoup de mères avaient recours à des pratiques superstitieuses pour conjurer la maladie ou la mort. Ces coutumes, qui par ailleurs déchaînaient la colère des médecins, leur permettaient de rendre la mort supportable en dédramatisant la situation ; les mères se sentaient déculpabilisées parce qu'elles avaient fait leur possible en protégeant leur enfant, par exemple, à l'aide d'amulettes21. Dans le pire des cas, nombre d'enfants naissaient et grandissaient dans un dénuement total, sans même le secours de ces pratiques traditionnelles.

  • 22 Memoria referente a la organización, funcionamiento y labor del Instituto de Reformas Sociales 190 (...)

18C'est aussi en ce début de siècle que se mettent en place plusieurs réformes visant à améliorer la condition des femmes et, par voie de conséquence, des très jeunes enfants (la législation concernant le travail des femmes et des enfants est d'ailleurs très souvent conjointe, notamment pour celle en provenance de l'Institut des Réformes Sociales22).

  • 23 Instituto de Reformas Sociales, Manual del Inspector del Trabajo. Práctica del Servicio-Legislació (...)
  • 24 Juan Luis Morales, El niño en la cultura española (ante la medicina y otras ciencias, las letras, (...)

19De nouveaux textes de loi sur le travail en général vont ainsi avoir une incidence directe sur la vie quotidienne des femmes (et notamment des travailleuses), à condition bien entendu d'être appliqués, ce qui était d'ailleurs loin d'être toujours le cas : la loi de mars 1900, par exemple, qui réglemente, entre autres choses, le travail des femmes enceintes23 ; les décrets de 1907 et de 1913 qui prévoient une organisation du temps de travail différente pour les femmes qui allaitent24.

  • 25 Alvaro López Núñez, La Protección a la Infancia en España, op. cit., 1908, pp. 283-300.
  • 26 Juan luis Morales, El niño en la cultura española, op. cit., pp. 825-837 et 840.
  • 27 Alvaro López Núñez, La Protección a la Infancia en España, op. cit., 1908, pp. 176-177.

20Dans un autre domaine que celui du monde du travail, des décisions légales contribuent à améliorer le sort des jeunes enfants. En 1904, sera ainsi adoptée la Loi de protection de la petite enfance, mais il faudra attendre 1908 pour que le règlement correspondant en soit publié25. En 1910, paraît un décret relatif à la puériculture et l'hygiène de la petite enfance, et en 1916 une autre mesure vise à surveiller l'allaitement "mercenaire"26. Enfin, il convient de signaler que la vaccination antivariolique avait été rendue (théoriquement) obligatoire en 190327.

21Bref, sans avoir besoin d'énumérer tous les textes officiels parus en ce début de siècle, on peut penser que l'Espagne disposait en ce début de siècle de l'appareil légal nécessaire à enrayer la mortalité infantile. Il faut néanmoins ajouter que, même si les lois évoquées précédemment étaient appliquées, ce qui n'était d'ailleurs pas toujours le cas comme nous l'avons dit, leur application se heurtait souvent à deux obstacles supplémentaires : l'inertie administrative, et ce que l'on peut qualifier d'"atavisme" féminin.

  • 28 Cf. par exemple l'intervention de Pedro Laín Sorrosal, "Causas que contribuyen a la mortalidad de (...)

22Parallèlement, plusieurs manifestations scientifiques significatives se tiennent à Madrid à la charnière entre les deux siècles. En 1898 a lieu en effet le IXème Congrès international d'hygiène et de démographie, dont la sixième section est consacrée à l'hygiène infantile et scolaire28, et en 1903, le XIVème Congrès international de médecine, dont la section pédiatrique fut la plus importante, ce qui fera dire à López Núñez :

  • 29 Alvaro López Núñez, La Protección a la Infancia en España, op. cit., 1908, p. 170.

"En uno y otro se demostró a la faz del mundo científico que si bien carecemos aún de muchas instituciones, de que justamente se enorgullecen los pueblos ricos, tenemos un elemento de carácter personal y aun social, dotado de la fuerza suficiente para restaurar lo perdido y ponerse a la par de las naciones adelantadas en este linaje de progresos"29.

Public et lectrices

  • 30 Luis Comenge Ferrer, Mortalidad infantil de Barcelona según las clases sociales, Barcelona, Tip. " (...)

23Quelle image se font de leurs lectrices éventuelles les auteurs des manuels ? La mère de famille, la jeune mère en particulier, est dépeinte comme un être à la fois infantile et héroïque, responsable et inculte, une personne pleine de paradoxes. Luis [1854-1916], qui avait déjà publié une courte étude sur la mortalité infantile à Barcelone30, en trace un portrait édifiant à la fin de son livre Generación y crianza qui, tout en étant écrit au début du XXème siècle, rappelle celui des moralistes et hygiénistes du milieu du siècle précédent :

  • 31 Luis Comenge, Generación y crianza o Higiene de la familia, Barcelona, José Espasa (Ed.), s.d. (c. (...)

"Tan desprovista de todo entra la pobre niña en la mocedad, en esta primera estación de su penosa carrera, que, en la inmensa mayoría de los casos, aparece o llega a la edad en que se despiertan las funciones diferenciadoras de su sexo e indicadoras de su providencial destino, sin otra luz que la muy tenue de su natural perspicacia femenina o la muy turbia del instinto y de la desidia educativa"31.

24La femme inculte représenterait donc un réel danger pour sa famille et ses enfants. Le débat entre nature et culture est ancien et toujours actuel ; pourtant, cette évocation de la femme ferait presque sourire si l'on ne se souvenait pas que ce même instinct maternel, tant décrié pour l'heure, a été digne de tous les éloges pendant des siècles...

  • 32 "Ley de Instrucción Pública de 9 de Septiembre de 1857", in Historia de la Educación en España, t. (...)
  • 33 Josette Borderies Guereña, "Traités d'hygiène et d'économie domestique pour les jeunes filles dans (...)
  • 34 Anuario Legislativo de Instrucción pública correspondiente a 1901 publicado por la Sección de Esta (...)

25Le XXème siècle le proclame sans hésiter : le seul instinct maternel ne suffit plus, il faut maintenant une mère (bien) instruite. Et pour devenir une "bonne" mère, la petite fille doit donc recevoir une instruction adéquate. Déjà la Loi Moyano de 1857 avait introduit dans les matières obligatoires pour les jeunes filles l'enseignement de "notions d'hygiène domestique"32, entraînant la production des manuels correspondants33. Le décret du 26 octobre de 1901 fait lui obligation d'enseigner l'hygiène (des "notions d'hygiène et de physiologie humaine") aux jeunes filles comme aux jeunes garçons dans les écoles primaires publiques34. Mais pour le médecin Luis Comenge, qui répond au début du XXème siècle à la question "De quelle instruction ont besoin les jeunes filles ?", l'éducation féminine doit continuer à s'adresser à de futures mères :

  • 35 Luis Comenge, Generación y crianza, op. cit., p. 698.

"La que reclama su misión natural ; la que se necesita para el cumplimiento exacto y fiel de los deberes que el sexo les impone. Ellas [las niñas instruidas] han de constituir el plantel de madres excelentes y de esposas ejemplares [...]"35.

26Ce type d'instruction sous-entend et implique par conséquent un véritable "endoctrinement", qui rende la mère de famille apte à résoudre tous les problèmes de la vie de son enfant...

27Il s'agit donc d'un public en situation de demandeur -mais qui ne l'est pas toujours forcément, à cause du poids de la tradition-, d'un public peu nombreux en fait, à cause de l'analphabétisme ambiant. Mais les médecins et les auteurs divers ne s'y sont pas trompé et ont bien compris l'importance de l'enjeu, de même qu'ils ont bien analysé le mécanisme de la reproduction du modèle bourgeois. Les quelques femmes "instruites" qui allaient appliquer leurs préceptes serviraient de référence, consciente ou non, pour les femmes des classes moins favorisées.

Médecins et écrivains

28Les médecins sont, comme nous l'avons vu, de par leur formation et leur expérience quotidienne, les premiers écrivains de ce type d'ouvrage de vulgarisation. A défaut de tous les évoquer, plusieurs d'entre eux sont particulièrement attachants par leur dévouement à la cause enfantine et leur acharnement à en améliorer le sort.

  • 36 Alvaro López. Núñez. La Protección a la Infancia en España, op. cit., 1908, p. 173.
  • 37 Rafael Ulecia y Cardona, "Primer consultorio de niños de pecho", Gaceta Médica Catalana, Barcelona (...)

29Francisco Vidal Solares, véritable pionnier de la pédiatrie en Catalogne, fonde ainsi en 1890 l'hôpital des enfants pauvres de Barcelone, qui en 1907 recevait plus de 50.000 consultations36. Quant à Rafael Ulecia, il fondera le premier dispensaire pour nourrissons également en 1890, avant la France. Mais il est davantage connu comme étant le fondateur en 1904 de la première "Goutte de lait" [Consultorio de niños de pecho ou Gota de leche] en Espagne dont l'installation s'inspire directement des modèles des "Gouttes de lait" françaises37. Vidal et Ulecia animent et dirigent des revues médicales et ne cesseront de publier qu'à leur mort. Luis Comenge dirige pour sa part l'Institut d'hygiène urbaine de Barcelone. D'autres auteurs-médecins appartiennent au cuerpo de beneficiencia, higiene y sanidad municipal de Madrid. Certains sont psychiatres, comme César Juarros [1879-1942], qui s'intéressera pour la première fois au thème de la sexualité.

  • 38 Juan Luis Morales, El niño en la cultura española, op. cit., pp. 298-302.
  • 39 José Manuel Ollero Caprani, El Hospital del Niño Jesús de Madrid 1877-1919, Madrid, Ed. de la Univ (...)

30Comment ne pas évoquer également le cas de Manuel Tolosa Latour [1857-1919], personnalité marquante, s'il en est, de son temps38. Directeur de l'hôpital pour enfants de Madrid [Hospital del Niño Jesús]39, directeur de l'asile des orphelins du Sacré Coeur de Jésus, membre de l'Académie royale de médecine, il se fait l'obstiné défenseur des droits de l'enfant, ce qui l'amènera à rédiger le règlement d'application de la loi de protection de l'enfance, approuvée par décret royal en 1908. Membre actif de la Société espagnole d'hygiène, il représentera l'Espagne en 1913 à Bruxelles au Congrès international sur la protection de l'enfance.

31Professeur titulaire de l'Ecole Normale, Carmen de Burgos Seguí fait exception à la règle en n'étant pas médecin, mais ses préoccupations et ses ambitions sont proches de celles des médecins. Par ailleurs, elle a en quelque sorte un atout supplémentaire dans la mesure où elle connaît mieux le public féminin de par sa profession et sa nature. Elle lui a consacré un grand nombre de publications sur l'art et la manière de conduire les affaires domestiques.

32Les médecins-écrivains de cette époque ont souvent été comparés à de véritables apôtres. Beaucoup, en effet, se sont sentis investis d'une mission importante, voire essentielle. Il leur fallait faire reculer l'ignorance et réduire, de ce fait, la mortalité infantile. L'on peut dire qu'ils ont considéré leurs lectrices avec une bienveillance certaine et qu'ils se sont efforcés de s'exprimer dans une langue simple et claire, éloignée de tout jargon médical. Il fallait en effet qu’ils réussissent à convaincre sans heurter la sensibilité des mères, et ce dans un domaine qui avait été longtemps la seule affaire des femmes. Ulecia en était parfaitement conscient et le précisera dans la préface à la deuxième édition de son Arte de criar a los niños :

  • 40 R. Ulecia y Cardona, Arte de criar a los niños, op. cit., préface à la 2ème éd., 1906, p. 15.

"Este éxito, [...] no se debe al fondo científico de la misma [...], sino a sus condiciones de claridad, brevedad, sencillez, que le han hecho comprensible hasta a las más medianas inteligencias [...]"40.

  • 41 Antonio Arbeló, La mortalidad de la infancia en España, op. cit., pp. 310-334.

33Tout porte donc à croire que les manuels de puériculture, même s'ils ne s'adressaient directement qu'à une minorité de mères de famille, ont vraisemblablement contribué à faire reculer la mortalité infantile dans l'ensemble des couches sociales. Le taux de ce que l'on peut qualifier de véritable "fléau" va en effet baisser lentement, mais régulièrement, à partir des années 1915-192041.

34Les objectifs des manuels de puériculture, apparemment atteints pour l'essentiel, étaient toutefois doubles. Ils devaient, tout d'abord, attirer l’attention des mères sur des aspects nouveaux de l'éducation des enfants, tels que l'hygiène alimentaire, la pesée régulière du bébé, la vaccination, etc... Ils les amenaient ensuite, en même temps et naturellement, à reconsidérer un ensemble de pratiques dans une optique moderne, comme la propreté des nouveau-nés, le port de certains vêtements, l'exercice de la marche, etc...

35Ils auraient donc réussi, en partie, à modifier les habitudes familiales pour le bien des jeunes enfants ? Voilà qui a mérité, nous semble-t-il, que l'on y réfléchisse...

Notes

1 Nous avions déjà effleuré le sujet dans "Education chrétienne et hygiène domestique 1860-1915", in Jean-René Aymes, Eve-Marie Fell, Jean-Louis Guereña (Eds.), Ecole et Eglise en Espagne et en Amérique latine - Aspects idéologiques et institutionnels, Tours, Publications de l'Université de Tours (Série "Etudes Hispaniques", vol. VIII-IX), 1988, pp. 361-373, et "El discurso higiénico como conformador de la mentalidad femenina, 1865-1915", in Virginia Maquieiria d'Angelo (Ed.), Mujeres y hombres en la formación del pensamiento occidental, Madrid, Ediciones de la Universidad Autónoma de Madrid, vol. II, 1989, pp. 299-309.

2 Cf. Josette Borderies Guereña, "Niños y niñas en familia", in José María Borrás Llop (Ed.), Historia de la infancia en la España contemporánea 1834-1936, Madrid, Ministerio de Trabajo y Asuntos SocialesFundación Germán Sánchez Ruipérez, 1996, pp. 21-106.

3 L'index du Manual de Palau en fournit une première liste, certes incomplète (Indice alfabético de títulosmaterias, correcciones, conexiones y adiciones del Manual del librero hispanoamericano de Antonio Palau y Dulcet), t. VI, Empuries-Oxford, 1986, pp. 47-48.

4 Cf. la bibliographie fournie par Alvaro López Núñez, La Protección a la Infancia en España, Madrid, Imprenta de Eduardo Arias (Congreso Nacional de Educación Protectora de la Infancia abandonada, viciosa y delincuente), 1908, pp. 376-379 (il existe une édition moderne -incomplète- avec une introduction de Manuel Bueno, Julio Mijerza et Miguel Angel Pérez sous le titre de Los inicios de la protección social a la infancia en España, Madrid, CEPE, 1992, pp. 310-312), et la communication de Rosa Ballester, "Los médicos y la medicina popular maternoinfantil 880-1920", in Vème rencontres franco-espagnoles d'Histoire de la Médecine, 1991.

5 Francisco Vidal Solares, Consejos familiares sobre la higiene de la primera infancia, 3ème éd., Barcelona, Imp. Ε. Puig, 1884, 84-2 p. (nous ignorons la date de la première édition). Le Manual del librero hispanoamericano d'A. Palau y Dulcet fournit les références des 4ème [1885], 5ème [1886, sous le titre de Consejos prácticos sobre la higiene de la primera infancia], 6ème [1891] et 7ème [1898, avec un appendice sur les maladies infantiles] éds. (t. XXVI, 1975, nos 363.858 à 363.862).

6 F. Vidal Solares, Puericultura e higiene de la primera infancia, 10ème éd., Barcelona, Luis Gili, Librero-Editor, 1915, XV-200 p. (il s'agit de l'édition que nous utilisons).

7 Rafael Ulecia y Cardona, Arte de criar a los niños (Nociones de higiene infantil), 2ème éd. revue et corrigée, augmentée d'une préface par le Dr. Pierre Budín, Madrid, Administración de la Revista de Medicina y Cirugía prácticas, 1906, 208 p.

8 Rafael Ulecia y Cardona, Arte de criar a los niños (Nociones de higiene infantil), 4ème éd., Préface par le Dr. Pierre Budín, Madrid, Administración de la Revista de Medicina y Cirugía prácticas, 1919, 232 p.

9 Gerardo González Revilla, Puericultura, Bilbao, 1902 ; Juan Viura y Carreras, Bases de Puericultura. Discurso de turno leído en la sesión pública inaugural celebrada por la Academia de Medicina y Cirugía de Barcelona el día 30 de Enero de 1902, Barcelona, Establecimiento tipográfico del Sucesor de F. Sánchez, 1902,38 p.

10 Catherine Rollet-Echalier, La politique à l'égard de la petite enfance sous la IIIème République, Paris, Institut National d'Etudes Démographiques (Travaux et Documents, Cahier n° 127), 1990, p. 24.

11 Esteban Rodríguez Ocaña, "Una medicina para la infancia", in Historia de la infancia en la España contemporánea, op. cit., pp. 164-168.

12 Rafael Ulecia y Cardona, Nueva cartilla higiénica para las madres, ΙΟ""* éd., Madrid, Primer consultorio de niños de pecho, 1911, 8 p. La Cartilla est également reprise dans la 4ème éd. de son Arte de criar a los niños, op. cit., 1919, pp. 217-222.

13 Francisco Vidal Solares, Consejos a las madres, preceptos sobre Puericultura e Higiene de la primera infancia, Barcelona, Tipo-Litografía de J. Casamajó, 1905,16p.

14 Carmen de Burgos Seguí, La protección y la higiene de los niños. Boceto de estudio, Valencia, Administración de Έ1 Campeón del Magisterio", 1904, 54 p.

15 Nemesio Fernández Cuesta, Instantáneas de higiene, dedicadas a las madres que eduquen a sus hijos, Toledo, Rafael Gómez Menoe, 1899, 210 p.

16 Cf. aussi Eduardo Toledo y Toledo, Cómo se cría un niño. Tratado práctico de puericultura, Madrid, Pérez Villavicencio, 1907, 180 p. ; Jorge Maria Anguera de Sojo, Cuidados que exige la primera infancia. Higiene del niño sano y del enfermo, Barcelona, Librería y tipografía católica, 1910, 361 p.

17 Antonio Arbeló, La mortalidad de la infancia en España 1901-1950, Madrid, C.S.I.C., 1962, vol. XIX-608 p. ; Arón Cohen Amselem, "La mortalidad de los niños", in Historia de la Infancia en la España contemporánea, op. cit., pp. 109-148.

18 R. Ulecia y Cardona, Arte de criar a los niños, 2ème éd., op. cit., p. 117.

19 Alvaro López Núñez, La Protección a la Infancia en España, op. cit., 1908, p. 111.

20 Jean-Louis Guereña, "Infancia y escolarización", in Historia de la infancia en la España contemporánea, op. cit., pp. 352-357.

21 Cf. Concepción Alarcón Román, Catálogo de amuletos del Museo del Pueblo Español, Madrid, Ministerio de Cultura, 1987,172 p.

22 Memoria referente a la organización, funcionamiento y labor del Instituto de Reformas Sociales 1904-1915, Madrid, Imp. de la Sucesora de M. Minuesa de los Ríos, 1916, pp. 194-197.

23 Instituto de Reformas Sociales, Manual del Inspector del Trabajo. Práctica del Servicio-Legislación obrera. Higiene y Seguridad del Trabajo, Madrid, Sobrinos de la Suc. de M. Minuesa de los Ríos, 1918, pp. 164-166.

24 Juan Luis Morales, El niño en la cultura española (ante la medicina y otras ciencias, las letras, las artes y las costumbres), Madrid, 1960, t. 1, pp. 810 et 839.

25 Alvaro López Núñez, La Protección a la Infancia en España, op. cit., 1908, pp. 283-300.

26 Juan luis Morales, El niño en la cultura española, op. cit., pp. 825-837 et 840.

27 Alvaro López Núñez, La Protección a la Infancia en España, op. cit., 1908, pp. 176-177.

28 Cf. par exemple l'intervention de Pedro Laín Sorrosal, "Causas que contribuyen a la mortalidad de los niños, y medio de remediarlas", in Enrique Salcedo y Ginestal (Ed.), Actas del IX Congreso Internacional de Higiene y Demografía, vol. V, Madrid, R. Rojas, 1900, pp. 51-65.

29 Alvaro López Núñez, La Protección a la Infancia en España, op. cit., 1908, p. 170.

30 Luis Comenge Ferrer, Mortalidad infantil de Barcelona según las clases sociales, Barcelona, Tip. "La Académica". 1900, 7 p. + un tableau dépliant.

31 Luis Comenge, Generación y crianza o Higiene de la familia, Barcelona, José Espasa (Ed.), s.d. (c. 1906), chap. XLIX, p. 695. Sur Luis Comenge Ferrer, cf. Diccionario histórico de la ciencia moderna en España, Barcelona, Ediciones Península, 1983, vol. I, pp. 246-248.

32 "Ley de Instrucción Pública de 9 de Septiembre de 1857", in Historia de la Educación en España, t. II (De las Cortes de Cádiz a la Revolución de 1868), Madrid, Ministerio de Educación, 1979, art. 5-3, p. 245. Cf. Manuel Alonso Marañón, "Notas sobre la higiene como materia de enseñanza oficial en el siglo XIX", Historia de la Educación, Salamanca, n° 6, 1987, pp. 22-41.

33 Josette Borderies Guereña, "Traités d'hygiène et d'économie domestique pour les jeunes filles dans l'Espagne de la deuxième moitié du XIXème siècle", in Rose Duroux (Ed.), Les traités de savoir-vivre en Espagne et au Portugal du Moyen Age à nos jours, Clermont-Ferrand, Association des Publications de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Clermont-Ferrand (Col. Littératures), 1995, pp. 305-314.

34 Anuario Legislativo de Instrucción pública correspondiente a 1901 publicado por la Sección de Estadística de Instrucción Pública, Madrid, 1902, pp. 750-751.

35 Luis Comenge, Generación y crianza, op. cit., p. 698.

36 Alvaro López. Núñez. La Protección a la Infancia en España, op. cit., 1908, p. 173.

37 Rafael Ulecia y Cardona, "Primer consultorio de niños de pecho", Gaceta Médica Catalana, Barcelona, t. 28, 1905, pp. 163-166, 198-200, et 231-236.

38 Juan Luis Morales, El niño en la cultura española, op. cit., pp. 298-302.

39 José Manuel Ollero Caprani, El Hospital del Niño Jesús de Madrid 1877-1919, Madrid, Ed. de la Universidad Complutense (Tesis doctoral), 1991, 482 p.

40 R. Ulecia y Cardona, Arte de criar a los niños, op. cit., préface à la 2ème éd., 1906, p. 15.

41 Antonio Arbeló, La mortalidad de la infancia en España, op. cit., pp. 310-334.

Auteur

C.I.R.E.M.I.A., Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540