Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Famille et éducation en Espagne et en Amérique Latine

 | 
Jean-Louis Guereña

I. Temps des familles, temps scolaires

Familles populaires, alphabétisation et éducation à Logroño en 1860

Marie-Hélène Soubeyroux

Texte intégral

1S'il n'est plus à démontrer qu'histoire de l'alphabétisation et histoire de l'éducation font partie intégrante de l'histoire sociale alors l'étude de l'alphabétisation suppose la prise en compte de deux paramètres : appartenance sociale et niveau culturel.

2Le recensement de 1860 est le premier document à fournir aux chercheurs ces deux informations pour chaque individu ce qui permet le croisement des données et l'étude précise du niveau d'alphabétisation et de la scolarisation au sein des catégories socioprofessionnelles et des familles et par là-même de cerner le niveau individuel-, but de toute étude sociale.

  • 1 José Maria Jover, Situación social y poder político en la España de Isabel II, publié dans Historia (...)

3C'est ce que je me propose de réaliser pour la ville de Logroño à partir de ce même recensement que j'ai analysé en divisant la société de l'époque en trois secteurs : un secteur primaire regroupant l'ensemble du monde de l'agriculture et de l'élevage (notamment les propriétaires et les journaliers), un secteur réunissant commerce et artisanat inspiré par la classification proposée par José Maria Jover dans Situación social y poder político en la España de Isabel II1 et un secteur tertiaire dans lequel entrent professions libérales, enseignement, employés, services, retraités et rentiers, militaires, membres du clergé, domestiques et pauvres.

  • 2 Néologisme dont je m'autoriserai dorénavant l'emploi.

4Je me centrerai plus particulièrement pour ce travail sur deux catégories importantes, les journaliers et les artisans, puisqu'elles regroupent l'essentiel des classes populaires. Après un bref panorama du contexte démographique et économique "logrognais"2 en 1860, j'étudierai les liens éventuels entre structure familiale populaire et niveau culturel pour dégager la spécificité de leur rapport à l'éducation.

Logroño en 1860

  • 3 Jesús Javier Alonso Castroviejo, Problemática agraria y solución burguesa. Logroño (1750-1833), Gob (...)

5Capitale de la toute jeune province de la Rioja depuis 1833, Logroño est en 1860 une ville en pleine mutation. On assiste en effet à la transformation d'une société à l'origine rurale en société urbaine dont une des caractéristiques est l'absorption de nombreux journaliers des campagnes environnantes. Le contexte démographique "logrognais" de l'époque est donc marqué par l'immigration de brassiers issus des villages de La Rioja et poussés par la crise viticole à venir s'installer dans la capitale où ils espèrent trouver du travail (3.200 entre 1820 et 1860 d'après Alonso Castroviejo)3.

6Ce phénomène démographique se traduira rapidement par le développement du secteur tertiaire au détriment des deux autres : sur 5343 actifs en 1860 26,96 % se partagent les métiers du primaire (journaliers, laboureurs et propriétaires), 25,64 % travaillent dans le secteur commerce et artisanat et 47,44 % dans le tertiaire dont une grande masse de domestiques. Un secteur tertiaire bien plus important encore dans la réalité des faits car pourraient y figurer beaucoup de propriétaires que j'ai classés dans le secteur primaire, ceux-ci déclarent en effet la plupart du temps exercer une profession, nombreux sont les propriétaires-avocats, propriétaires-employés, propriétaires-militaires. Cette situation de double appartenance ne permettant pas de classer avec précision une frange de la population qui n'en est pas pour autant insignifiante. En effet, il s'agit bien là d'une oligarchie naissante fruit des différentes "desamortizaciones" des biens ecclésiastiques organisées durant la première moitié du XIXème siècle et qui s’est affirmée rapidement face à la puissante caste des "regidores perpetuos" qui régnaient sur la ville depuis 1659.

7Dans ce contexte social dominé par l'immigration et la tertiairisation, qu'en est-il de l'intégration démographique et culturelle des nouveaux arrivants ? Quelles structures familiales vont apparaître et quelle influence auront-elles sur le niveau d'alphabétisation et de scolarisation de leurs membres ?

Structures familiales

  • 4 Peter Laslett, Travaux sur l'Angleterre préindustrielle de 1574 à 1821 à partir de 100 recensements (...)

8L'étude du "padrón" de 1860 à la lumière des travaux de Peter Laslett4 met en évidence la primauté de la famille nucléaire (81 %) en tant qu’unité démographique. En 1860, à Logroño 57 % des familles sont des noyaux conjugaux simples et 24 % des noyaux conjugaux élargis. Par ailleurs, il apparaît que structures démographiques et structures sociales sont étroitement liées, les structures familiales transcrivant une véritable hiérarchie sociale. A la base, les catégories les plus défavorisées "services" et "pauvres sans emplois" se caractérisent par un grand nombre de veuves seules ou avec des enfants (60 % des "services et 52 % des "pauvres sans emplois)". Les familles nucléaires dominent très largement chez les journaliers (91,7 % du total) ainsi que chez les artisans (87 %). Les employés, quant à eux, constituent une sorte de catégorie charnière entre classes populaires et privilégiées dans laquelle on retrouve les traits fondamentaux des artisans accentués (80 % de familles nucléaires dont 33 % élargies et 27 % possédant des domestiques). Enfin, propriétaires, commerçants et professions libérales qui forment les catégories les plus favorisées et se confondent souvent par la double appartenance des chefs de famille sont à 80 % des familles nucléaires avec pour la moitié d'entre elles au moins un domestique.

9C'est donc au sein de ces familles nucléaires et plus particulièrement au niveau de la relation parents-enfants que vont se poser les problèmes fondamentaux liés à l'éducation et à l'évolution du niveau d'alphabétisation. Si j'ai choisi de m'intéresser aux journaliers et aux artisans c'est parce que ces deux catégories sont particulièrement importantes tant quantitativement (2.021 actifs : 38 % de la population active et 4.917 personnes avec leurs familles) que par la réserve de ressources qu'elles représentent pour le futur. C'est en effet à partir de celles-ci que va se poursuivre le phénomène de tertiairisation déjà entrepris.

Les journaliers

10En 1860, 900 journaliers vivent et travaillent à Logroño et dans les faubourgs de Varea et El Cortijo et représentent 17 % de la population active. Dans l'immense majorité des cas (91,07 % du total), il s'agit de familles nucléaires qui pour la plupart ont un noyau conjugal simple (type 3 de Laslett) : 82 % dont 60 % sont des couples avec des enfants. Les quelques familles élargies (9,5 %), correspondant au type 4 de Laslett, le sont plus par des ascendants, affirmant ainsi la fonction de refuge de la famille pour des personnes âgées sans ressources, que par des collatéraux ou surtout des domestiques, ceci constitue d'ailleurs un des principaux points de divergence avec les structures familiales d'artisans. Le rapport parents-enfants est donc fondamental dans l'étude de cette catégorie socioprofessionnelle, cependant il faut savoir que l'on a affaire à des familles relativement peu nombreuses, la moyenne étant de 2,04 enfants par famille et les familles de 1 et 2 enfants représentant plus de 70 % de l'ensemble de la catégorie.

11Avant d'en venir à une analyse précise du niveau d'alphabétisation et de la scolarisation des enfants en rapport avec le milieu familial, je m'attarderai quelque peu sur l'étude de l'alphabétisation des couples essayant de dégager ses caractéristiques et de déterminer s'il pouvait exister ou non des influences entre époux.

  • 5 Commerce : 54 % de couples totalement alphabétisés, 32,5 % de couples mixtes ; Professions libérale (...)

12Sur 582 couples avec ou sans enfants, 15 étaient totalement alphabétisés, c'est à dire que maris et femmes savaient lire et écrire, cette part infime (2,5 % du total) de journaliers possédant un bon niveau culturel ne nous surprendra pas. Peut-on parler d'influence des époux bien alphabétisés sur leurs femmes ? Ce trop petit nombre de couples culturellement favorisés ne nous le permet pas d'autant plus que nombreux étaient les couples mixtes dans lesquels le plus souvent le mari était bien alphabétisé et sa femme totalement analphabète. J'en veux pour confirmation 174 cas d'hommes sachant lire et écrire pour seulement 15 femmes. J'ai recensé 216 couples mixtes, c'est à dire 37 % de l'ensemble. Ce taux confirme bien l'écart culturel dominant entre époux. Enfin la grande majorité des couples était totalement analphabète : 60,5 % de l'ensemble. La conclusion me paraît évidente : il est impossible d'observer une influence réelle, comme cela est le cas dans les milieux économiquement favorisés5, des époux sur leurs épouses et l'on ne peut que constater que l'analphabétisme règne sur cette tranche de la population traditionnellement défavorisée au plan culturel mais malgré ce en avance sur le reste de l'Espagne en ce qui concerne les hommes puisque les 29,8 % de journaliers alphabétisés sont très proche du taux moyen masculin national de 31 %.

13Si nous élargissons maintenant le cercle en nous intéressant aux enfants et donc à l'ensemble des familles (j'entends par familles les structures classées par Laslett dans la catégorie 3, noyau conjugal simple, c'est-dire des couples, veufs ou veuves avec enfants), il apparaît que sur 614 familles, 14 seulement étaient totalement alphabétisées (2,5 %). Je tiens à préciser ici que les enfants sont pris en compte à partir de 6 ans, âge normal du début de la scolarité, ce qui bien souvent fait baisser le niveau d'ensemble de la famille car peu d’entre eux sont déjà alphabétisés à cet âge-là. Par ailleurs, il y avait 255 familles mixtes (41,5 % du total) et 345 familles totalement analphabètes (56 %). Il faut pourtant nuancer cette vision négative. En effet, 25 % des parents d'enfants scolarisés étaient des journaliers et le taux de scolarisation des 538 enfants de la tranche 6-20 ans est de 25 % (20 % pour les filles et 26 % pour les garçons) ce qui est légèrement supérieur au pourcentage de l'ensemble du secteur primaire, 24,5 % et assez proche de celui des propriétaires (29,5 %), catégorie qui devrait être nettement plus en avance au niveau éducatif. J'ajouterai que même si 71 % des enfants de 6 à 20 ans sont totalement analphabètes contre uniquement 15 % sachant lire et écrire et environ 14 % ne dominant que la lecture, tendant ainsi à reproduire la situation culturelle de leurs parents, l'étude du taux d'alphabétisation des parents d'enfants scolarisés révèle de gros écarts : seulement 5 % de parents totalement alphabétisés, environ 41 % de parents mixtes et 54 % de parents analphabètes. Il ressort bien que ce n'est pas forcément chez les journaliers de bon niveau culturel que l'on recrutait le plus de candidats à l'éducation, certainement considérée comme promesse d'ascension sociale, mais chez les plus défavorisés. Sans aller jusqu'au cas extrême d'un couple dont aucun des époux ne lit ni écrit et qui ont pourtant un fils de 15 ans déjà "escribiente", je citerais volontiers plusieurs familles dans lesquelles tous les enfants savent lire et écrire alors que leurs parents sont totalement analphabètes. L'attrait de l'éducation est enfin confirmé par la comparaison entre le pourcentage d'actifs par rapport à l'ensemble de la population (17 %) et les 25 % de parents d'élèves journaliers.

Les artisans

14Suivant le même schéma, je m'intéresserai maintenant à la seconde catégorie socio-professionnelle choisie comme objet de cette étude des familles populaires, celle des artisans qui constituent 21 % de la population active.

15De même que chez les journaliers, ce sont les familles nucléaires qui dominent largement puisqu'elles représentent 87 % de l'ensemble. Cependant les couples avec enfants ne représentent plus que 39 % du total contre 60 % chez les journaliers, la moyenne d'enfants par famille restant comparable : 2,02. Par ailleurs, les familles élargies dépassent les 25 %. La caractéristique principale des structures familiales d'artisans est en effet la présence de domestiques et d'apprentis (18 % des familles sont dans ce cas). Dans l'analyse des structures familiales, il m'a donc semblé tout aussi important de prendre en considération le rapport maître-serviteur ou maître-apprenti que le rapport parents-enfants. Mais j'en viendrai tout d'abord aux couples.

1627 % des 564 couples d'artisans recensés sont totalement alphabétisés, taux dix fois supérieur à celui des journaliers mais qui ne peut rivaliser avec les 51 % de couples mixtes dans la grande majorité desquels seuls les hommes savent lire et écrire (208 cas : 37 % des couples). Enfin seulement 22,5 % des couples sont totalement analphabètes. En résumé, dominent les hommes sachant lire et écrire et ayant une épouse analphabète, auxquels on peut ajouter tous ceux qui, restant culturellement favorisés, ont une épouse alphabétisée ou semi-alphabétisée et les couples véritablement mixtes où chacun des deux époux dominent lecture ou écriture selon le cas. On est finalement en présence d'un bon taux d'alphabétisation au sein des couples caractérisé par le bon niveau culturel des époux (400 alphabétisés sur 564) qui semble bien influencer celui de leurs femmes.

17Parmi les 618 familles d'artisans (je me réfère comme pour les journaliers aux couples, veufs ou veuves avec enfants), 42 sont totalement alphabétisées et 42 totalement analphabètes, chaque groupe représentant environ 7 % de l'ensemble alors que 534 sont mêlées. L'écrasante domination des familles mêlées, comparable à celle des couples mêlés, doit sans aucun doute être en partie justifiée par la présence dans les familles d'enfants de 6 ou 7 ans non encore alphabétisés ou ne dominant que la lecture bien que tout le reste de la famille soit totalement alphabétisé. Ce sont ces enfants qui bien souvent font pencher la balance vers la mixité alors qu'en fait il s'agit bien de familles totalement alphabétisées. Par ailleurs, tout ceci est révélateur d'une classe socio-professionnelle en avance sur la voie de l'alphabétisation totale et bien plus favorisée à ce point de vue que celle des journaliers.

18Malgré tout les enfants d'artisans ne sont pas plus scolarisés que ceux des journaliers puisque seulement 23 % des parents d'enfants scolarisés sont des artisans et que 25,5 % des jeunes de 6 à 20 ans sont mentionnés comme écoliers ou étudiants contre 25 %. Le taux de scolarisation des enfants d'artisans n'est guère plus élevé que celui des enfants de journaliers pour un pourcentage d'actifs plus important (21 % pour 17 %) mais une moyenne d'enfants par famille légèrement plus basse (2,0 pour 2,04). Les parents d'enfants scolarisés sont quant à eux semi-alphabétisés à 42 %, alphabétisés à 34 % et comptent seulement 24 % d'analphabètes. Seconde différence entre artisans et journaliers, la majeure partie des familles d'écoliers sont déjà ouvertes à la culture. Ceci s'explique évidemment par le meilleur niveau d'alphabétisation de l'ensemble des artisans par rapport à celui des journaliers. Meilleur niveau qui est aussi évident pour la tranche des 6-20 ans dont 44,5 % des membres lisent et écrivent et 39 % sont analphabètes, rappelons qu'ils étaient 71 % dans la première catégorie étudiée. Le meilleur taux de scolarisation des enfants de journaliers ne compense en rien l'avance culturelle des artisans.

19J'ai évoqué plus haut la présence de domestiques et d'apprentis dans les structures familiales d'artisans. Ceux-ci sont-ils influencés au niveau culturel et éducatif par leurs maîtres ? Il semble bien que oui. J'ai comptabilisé 29 serviteurs et 100 servantes. En ce qui concerne les premiers, 18 d'entre eux sont totalement alphabétisés dont 15 sur le modèle de leur maître et 11 autres sont analphabètes. Les servantes quant à elles ne bénéficient pas autant de l'influence de leur entourage puisque seulement 12 sur 100 dominent lecture et écriture alors que 80 sont analphabètes. Sur les 12 premières 11 ont des maîtres alphabétisés et une seule un maître analphabète, exception qui semble confirmer une règle déjà bien établie. Parmi les 80 analphabètes, 72 ont des maîtres alphabétisés, ce sont évidemment les artisans les plus favorisés culturellement et économiquement qui ont le plus de domestiques.

20Je terminerai avec les apprentis. Je n'ai pu en identifier que 15 bien qu'il y en ait sûrement beaucoup plus, en particulier parmi les enfants d'artisan, mais le fait de m'y attarder n'a pas été dénué d'intérêt, en effet ils se sont révélés être à 100 % alphabétisés, 11 avec des maîtres alphabétisés exerçant des métiers très différents tels que confiseur, ébéniste, tailleur ou horloger, et 4 de maîtres inconnus. Cet excellent pourcentage d'alphabétisés parmi les apprentis confirme bien le fait que nous avons affaire à un groupe socioprofessionnel en voie d'alphabétisation et est promesse d'avenir puisque les apprentis, plus que les enfants dont on ne peut préjuger de la carrière, constituent le futur de toute catégorie socio-professionnelle.

21J’ai essayé tout au long de ce travail de dégager les caractéristiques de deux groupes socio-professionnels au niveau de l'alphabétisation et de la scolarisation. Force est de constater en premier lieu que le poids de l'analphabétisme féminin est encore très lourd au milieu du XIXème dans les milieux populaires tant chez les artisans que chez les journaliers. En second lieu cependant trois facteurs justifient ce que je qualifierai par le terme de "dynamique de l'alphabétisation" dans les familles populaires : tout d'abord, le fort pourcentage de familles mixtes dans le milieu artisan qui met en évidence le fait qu'il s'agit bien d'une catégorie déjà en partie alphabétisée et tendant vers l'alphabétisation totale, ensuite la bonne position des hommes journaliers par rapport au taux moyen masculin national et enfin le fort pourcentage de parents d'enfants scolarisés dans les deux catégories par rapport à l'ensemble de la société (48 %) supérieur au poids économique des deux catégories réunies (38 % des actifs).

22Une telle dynamique de l'alphabétisation dans les familles populaires de La Rioja s'inscrit tout à fait dans le contexte national de demande populaire d'éducation en partie satisfait à partir du règne d'Isabelle II non seulement par le développement du réseau scolaire, mais aussi par l'action d'associations locales qui pourraient faire l'objet d'une autre étude.

"FAMILLES POPULAIRES, ALPHABÉTISATION ET ÉDUCATION À LOGROÑO EN 1860"

"FAMILLES POPULAIRES, ALPHABÉTISATION ET ÉDUCATION À LOGROÑO EN 1860"

• Al = alphabétisés
• Mx = mixtes
• A = analphabètes

Notes

1 José Maria Jover, Situación social y poder político en la España de Isabel II, publié dans Historia social de España. Siglo XIX, Ed. Guadiana, Madrid, 1972, pp.243 et suivantes. Classement de la population en 6 secteurs qui regroupent les rubriques socioprofessionnelles : clergé, employés, armée, professions libérales, agriculture, industrie et commerce, plus des éléments parasites : pauvres, domestiques, aveugles, sourds-muets, handicapés.

2 Néologisme dont je m'autoriserai dorénavant l'emploi.

3 Jesús Javier Alonso Castroviejo, Problemática agraria y solución burguesa. Logroño (1750-1833), Gobierno de La Rioja, IER, Logroño, 1991.

4 Peter Laslett, Travaux sur l'Angleterre préindustrielle de 1574 à 1821 à partir de 100 recensements. Classement des familles proposé : 1. Solitaires : a. Veufs, veuves, b. Célibataires, c. Mariés ; 2. Sans noyau conjugal : a. Frères, soeurs, b. Corrésidents parents, c. Corrésidents sans liens de parenté ; 3. Noyau conjugal simple : a. Couples sans enfants, b. Couples avec enfants, c. Veuves avec enfants, d Veufs avec enfants ; 4 Familles élargies : a. par ascendants, b. par collatéraux, c. par domestiques, a+b, a+c, b+c, a+b+c, 5. Noyaux multiples ; 6. Structure indéterminée.

5 Commerce : 54 % de couples totalement alphabétisés, 32,5 % de couples mixtes ; Professions libérales : 92 % de couples totalement alphabétisés et 8 % de couples mixtes ; Enseignement : 94 % de couples totalement alphabétisés et 6 % de couples mixtes.

Table des illustrations

Titre "FAMILLES POPULAIRES, ALPHABÉTISATION ET ÉDUCATION À LOGROÑO EN 1860"
Légende • Al = alphabétisés• Mx = mixtes• A = analphabètes
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6144/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 580k

Auteur

Université de Saint-Etienne

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540