Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Famille et éducation en Espagne et en Amérique Latine

 | 
Jean-Louis Guereña

I. Temps des familles, temps scolaires

École et pouvoir à la fin du siècle des Lumières : l'exemple du Real Instituto Militar Pestalozziano de Madrid

Marie-Thérèse Terrasa

Texte intégral

"Forcé de combattre la nature ou les institutions sociales, il faut opter entre faire un homme ou un citoyen : car on ne peut faire à la fois l'un et l'autre"
(Jean-Jacques Rousseau, Emile ou de l'éducation)

1Le 4 novembre 1806, est inauguré à Madrid le Real Instituto Militar Pestalozziano. Deux discours sont prononcés, l'un par le président de la Junte de l'Institut, José Maria Puig, l'autre par le premier directeur de l'établissement, le capitaine Franz Joseph Voitel. Deux discours, l'un politique, l'autre pédagogique, donnent le coup d'envoi d'une expérience qui sera courte (1806-1808) mais d'une grande importance à long terme pour le futur système éducatif de l'Espagne. Le Real Instituto Militar Pestalozziano fait partie des nouveaux centres de formation mis en place par le pouvoir pour transformer le système éducatif. Ce sont les "sociétés économiques du pays" qui vont être à l'origine de centres d'élites, comme les Reales Estudios de San Isidro (1770), le Seminario de Nobles (1725 et 1783), le Seminario de Vergara et le Real Instituto Asturiano de Gijón (1792). L'expérience du Real Instituto Militar Pestalozziano va se dérouler dans le cadre des Lumières finissantes et deux conceptions de l'éducation vont s'affronter une conception utopiste et naturaliste (celle de Rousseau et Montesquieu), et une conception pragmatique de l'éducation, celle de Godoy et Amorós, comme moyen de transformation de la société. "Quel est le vrai but de l'éducation d'un jeune homme ? C'est de le rendre heureux", écrit ainsi Rousseau à Monsieur de Mably dans le Mémoire sur l'éducation de son fils.

2L'expérience de l'institut marque donc le début d'un changement d'orientation de la conception de la pratique pédagogique en Espagne. En s'écartant des modèles traditionnels et en introduisant dans le pays des idées qui donneront naissance au modèle éducatif moderne, il s'agit pour ces fondateurs d'agir pour la première fois en profondeur sur cette pratique pédagogique. Pour l'un des auteurs du rapport sur l'institut publié en 1807, les dirigeants du pays sont confrontés à :

  • 1 "Al examinar tan vastos obgetos, ocurrió á S.E. la idea de la absoluta necesidad de mudar la enseñ (...)

"L'absolue nécessité de changer l'enseignement dans sa façon et son essence : c'est-à-dire qu'il [leur] faut lutter contre l'inutilité de la plupart des notions qui sont enseignées et la confusion et l'incompréhension qu'elles inspirent aux jeunes gens"1.

3Pour cela, il leur faut s'opposer à l'enseignement livresque et théorique en utilisant de nouvelles méthodes.

  • 2 Il sera éludé en Espagne par tous les plans nationaux concernant l'éducation jusqu'en 1970.

4C'est la méthode pestalozzienne qui va être choisie. Elle sera introduite en Espagne par des militaires suisses, et sera diffusée grâce aux membres des Sociétés des Amis du Pays et grâce à une campagne de presse menée par la Gaceta de Madrid et El Mercurio. L'utilisation d'une méthode donne au maître une nouvelle dimension professionnelle ; il devra être formé en conséquence. Le Real Instituto Militar Pestalozziano sera donc à la fois une école militaire (ressemblant en cela aux lycées français mis en place par Napoléon en 1802) et un centre de formation de maîtres : 50 observateurs et futurs maîtres y seront accueillis. Pour la première fois, l'Etat, par l'intermédiaire de son premier ministre, va assumer la création et le financement d'un centre d'éducation. Ce problème du financement va s'avérer crucial2. L'une des leçons à tirer de l'expérience est que sans la mise en place d'une infrastructure administrative et financière, on ne pouvait espérer obtenir à long terme un projet éducatif viable. L'Institut nous apparaît donc aujourd'hui comme le modèle idéal le plus abouti de la pensée ilustrada-, il se présente aussi à nous comme un modèle de transition.

Les sources d'information concernant le Real Instituto Militar Pestalozziano

5Il existe trois documents fondamentaux concernant l'Institut. Il y a d'abord le fascicule intitulé Noticia de las providencias tomadas por el gobierno para observar el nuevo método de la enseñanza primaria de Enrique Pestalozzi y de los progresos que ha hecho este establecimiento desde su origen hasta principios del año 1807, publié à Madrid par la Imprenta Real en 1807. Il contient une présentation de Pestalozzi et de sa méthode, différents textes concernant la création et le fonctionnement de l'Institut, des rapports de la commission d'observation de l'institut, des discours qui y furent prononcés, ainsi que la liste de ses membres et de ses élèves. La première étude historique a été écrite en 1876 par Henri Morf, directeur de l'ecole normale de Winterthur. Intitulée Pestalozzi en Espagne, elle nous décrit l'aventure de l'Institut selon le point de vue des Suisses. Elle est rédigée à partir de documents consultes par Morf en Allemagne et à Yverdon. 40 ans après la mort des principaux protagonistes. Cette étude, traduite en espagnol, sera publiée en 1887 dans le Boletín de la Institución libre de enseñanza. Du côté espagnol, la première étude historique est écrite en 1909 par Rufino Blanco, professeur à la Escuela Superior de Magisterio de Madrid. Ce livre, intitulé Pestalozzi, su vida y sus obras. Pestalozzi en España, reprend largement les deux ouvrages antérieurs, mais cite aussi un grand nombre de documents qui ont été détruits par la suite durant la Guerre Civile, ce qui en fait une précieuse source d'information.

  • 3 Memorias, Ed. de Carlos Seco Serrano, Madrid, Atlas (B.A.E.), 1965, pp. 88-89.

6Pour les mêmes raisons, les Documentos para la historia escolar de España, publiés à Madrid en 1916 par Lorenzo Luzuriaga ? sont devenus indispensables : on y trouve tous les textes de loi concernant la mise en place, le financement et la fermeture du Real Instituto Militar Pestalozziano. Sur un autre plan, les Memorias du Príncipe de la Paz3 nous apportent le témoignage -parfois sujet à caution- d'un des principaux acteurs de cette aventure.

  • 4 Antonio Viñao Frago, Política y educación en los orígenes de la España contemporáneo o examen espe (...)
  • 5 Emilio la Parra López, La alianza de Godoy con los revoluciónanos (España y Francia afines del sig (...)

7A ces ouvrages, il convient d'ajouter des analyses récentes concernant l'Institut ou ses protagonistes. Nous ne citerons que trois titres : d'abord, Política y educación en los orígenes de la España contemporánea, d'Antonio Viñao Frago4 ; ensuite, la thèse de Bernât Sureda, intitulée Del Pestalozzianismo al movimiento normalista : los métodos educativos en el tránsito del Antiguo al Nuevo Régimen en España. 1803-1839, thèse soutenue à l'Université de Barcelone en 1982 ; et enfin, le livre d'Emilio Laparra, La alianza de Godoy con los revolucionarios publié en 19925.

8Tous ces ouvrages nous permettent de faire le point sur le Real Instituto Militar Pestalozziano, ses fondateurs, ses enseignants, le cadre socio-politique dans lequel l'expérience s'est déroulée... Cependant, on aimerait savoir au profit de qui Voitel, Amorós et Godoy s'investissent dans ce projet : en un mot, quels en étaient les destinataires. Après avoir présenté ces différents fondateurs et tenté de définir leur apport à l'histoire de l'Institut, il faudra en effet s'interroger sur les principaux bénéficiaires de l'expérience, ces élèves dont il ne reste qu'une liste de noms et dont nous avons essayé de retrouver la trace.

Godoy et l'Institut

  • 6 Cf. le journal de Jovellanos, où celui-ci est en effet très choqué par le spectacle donné par le f (...)

9Manuel Godoy est l'un des personnages les plus controversés de l'histoire espagnole. Il a bénéficié d'une ascension fulgurante. Mais ce n'est qu'après la Paix d'Amiens qu'il va favoriser des opérations destinées à présenter l'Espagne comme un pays civilisé : l'expédition de Balmis en Amérique, en 1803, pour y diffuser la vaccination, puis la fondation de l'Institut Pestalozzien en 1806. On peut s'interroger sur ses motivations. A-t-il agi par caprice, par calcul-augmenter sa gloire, flatter sa vanité-ou pour des raisons plus honorables ou plus complexes ? C'est la première explication qui est le plus souvent retenue par les historiens, et aussi parce que nous avons du mal à justifier l'apparition de l'Institut dans le tableau économique et social de l'Ancien Régime. Pourtant, Gonzalo Anes, Carlos Seco Serrano et Emilio Laparra nous donnent une autre image du favori. Ils le présentent plutôt comme un despote éclairé, confronté à deux obstacles insurmontables : la résistance traditionnelle des masses populaires et celle des élites, qu'il va choquer par l'origine de son ascension6. Dans ses mémoires, Godoy insiste sur l'importance apportée par son gouvernement à la diffusion de la culture et de l'éducation :

"Una idea fija y nunca abandonada [...] dominó mi pensamiento [...], regenerar un pueblo sin cometer violencia y sin turbar el orden, con el solo auxilio de las leyes".

10Pour le Prince de la Paix, l'éducation devait permettre à la société d'évoluer graduellement, sans heurts, en évitant les révolutions et les changements violents, et en facilitant l'accès au pouvoir de nouvelles catégories sociales (les fonctionnaires de l'administration bourbonienne vont jouer un rôle important dans la création de l'Institut Pestalozzien). L'éducation apparaît, à travers ces mémoires, comme un moyen de transformer la société en douceur, grâce à la famille :

  • 7 Manuel Godoy, Memorias, Madrid, Ed. Atlas (B.A.E.), 1965, p. 135.

"De una misma andada, formar los hijos y los padres, los primeros por la enseñanza, y los segundos por contacto"7.

11Ce que nous savons à partir de ces mémoires, c'est que Godoy interviendra personnellement en envoyant des ambassadeurs pour se renseigner sur les méthodes utilisées en Europe. Il octroie sa protection à l'Institut de Gijón ; il crée en 1794 l'école des sourds-muets ; en 1804, il demande à l'ambassadeur d'Espagne à Berne, José Camaño, de lui envoyer un rapport sur Pestalozzi ; il est ensuite informé par son secrétaire privé, Amorós, de l'existence d'une expérience pestalozzienne en territoire espagnol, au sein du régiment Wimpfen de Tarragone. Andújar, secrétaire de la Sociedad Cantábrica, avait signalé l'expérience au Duc de Frías, président de la Sociedad et chambellan du roi ; celui-ci en avait informé Amorós. Ainsi, par un réseau de personnages éclairés, l'information arrive au ministre. Le rapport demandé sur l'expérience de Tarragone étant très favorable, Godoy pourvoie au financement du projet, et c'est après son intervention que la Junta de Propios accorde 17.000 réaux. Godoy écrira :

"Me puse al frente de esta empresa, le di un carácter militar para guardarle de enemigos y pedantes".

  • 8 Ordonnance du 20 août 1807, citée par Lorenzo Luzuriaga, op. cit.

12Le 4 août 1806 est publié le décret royal qui donne le départ officiel de l'expérience. Très vite, le problème du financement va se reposer ; le premier ministre est incapable, malgré ses demandes, d'obtenir des fonds permanents et fixes pour l'institut. En août 1807, Godoy s'adresse au colector de espolios et au commissaire général des armées, pour obtenir un local désaffecté appartenant à un ordre religieux, car il a besoin d'espace pour mener à bien son ambitieux projet. Il lui faut un bâtiment suffisamment grand pour abriter des dortoirs, un gymnase, une chapelle, une bibliothèque, une piscine, et disposant également d'un très grand jardin pour y installer tout un complexe sportif8. Ce bâtiment, c'est celui du Salvador, rue de San Bernardo, bâtiment immense occupé par une poignée de religieux, dont il demande le transfert ou la relégation dans une aile de l'édifice.

13Il y avait chez Godoy un réel souci d'implantation d'un système nouveau. Il échoue à cause d'un problème économique et financier conjoncturel -l'état de banqueroute permanent-, mais il s'avère aussi incapable de trouver des solutions financières efficaces et stables : par exemple, un budget fixe consacré un l'éducation. Godoy devra fermer l'Institut, par un décret qu'il adresse à Pedro Cevallos le 13 janvier 1808. Deux raisons sont invoquées. La première est qu'il y a eu des plaintes de la part de certaines familles (accusation de gentílica) ; la seconde, plus vraisemblable, est que "les circonstances présentes ne permettent pas d'assurer les dépenses que l'expérience entraîne". Ces "circonstances présentes" sont, qu'en effet, les troupes françaises sont aux portes de Madrid. L'insurrection d'Aranjuez aura lieu deux mois plus tard, le 18 mars 1808.

L'apport d'Amorós

14Le colonel Francisco Amorós y Ondeano est né à Valence le 19 février 1769. Ce personnage complexe, ministre du Prince de la Paix, deviendra plus tard un français célèbre et attachant, connu de nos jours par tous les professeurs d'éducation physique et sportive. Issu de la petite noblesse, comme Godoy, il choisit la carrière militaire car il y a peu d'alternative pour cette frange de la noblesse, réduite à une véritable pauvreté hors de la cour ou de l'armée qui, avec ses nombreux emplois d'officier, offre la possibilité d'accéder à d’importants commandements. Il fait preuve de beaucoup de bravoure ; il se révèle être un meneur d'hommes remarquable et un très bon instructeur. Deux traits de son caractère apparaissent très vite : son goût du pouvoir et ses qualités de pédagogue. Il entre au ministère de la guerre, devient en 1802 secrétaire à la cour de Charles IV. Homme de terrain, le voilà administrateur ; c'est lui qui met en place l'organisation du Ministère de l'Intérieur, qui n'existait pas auparavant. Il gère les conflits qui éclatent lors de la grande épidémie de fièvre jaune qui ravage le sud de l'Espagne en 1803. En raison des services rendus, il est alors nommé membre et président du Conseil des Indes. Informé par Andújar, Amorós sera probablement la personne qui va proposer à Godoy la création d'un Institut Pestalozzien à Madrid. Godoy et Amorós connaissaient la méthode ; le favori savait qu'il fallait entreprendre une réforme du système éducatif espagnol ; Amorós en sera le catalyseur.

15Il est décrit comme un être calculateur et ambitieux par les Suisses de l'Institut. C'est lui qui évince le théoricien et homme de terrain qu'est Voitel. Il devient alors le deuxième directeur du Real Instituto Militar Pestalozziano. Sa prise en main va accentuer le côté militaire de l'établissement ; tambours, uniformes et surtout, gymnastique. Supérieur de Voitel sur le plan économique, il le devient aussi sur le plan pédagogique. Il enseigne lui-même la gymnastique et la natation. Parallèlement, il devient précepteur de l'infant Francisco de Paula, éduqué selon la méthode pestalozzienne. Il saura attirer à l'institut des hommes remarquables, comme Lea, Aijona, Blanco-White et Antillón. Par amitié, en effet, certains d’entre eux vont participer à la vie de l'institut, malgré l'antipathie qu’ils éprouvent pour Godoy. Tous seront conscients de l'importance du projet et y adhéreront. Amorós deviendra l'archétype de l’afrancesado de 1808 ; il sera conseiller d'état et commissaire royal à Burgos. Pour échapper à la vindicte populaire, il se réfugie en France, où il obtient la nationalité française en 1816. Il ne va plus faire de politique ; il se passionne pour les problèmes d'éducation et se consacre à l'enseignement de la gymnastique, d'abord dans une école privée, puis au sein du gymnase normal militaire et civil. En 1830, il publie son Manuel d'éducation physique, gymnastique et morale, qui contient les bases de l'éducation physique d'aujourd'hui. En 1831, il devient inspecteur de tous les établissements où est enseignée sa spécialité. Il meurt le 8 août 1848, pauvre et oublié, à l'âge de 78 ans. Après avoir essayé de mettre en place un système éducatif moderne en Espagne, c'est à partir de son activité pédagogique en France qu'il entrera dans l'histoire de l'éducation.

Un militaire et pédagogue suisse : Franz Joseph Voitel

  • 9 Lettre datée du 28 juillet 1803, citée par R. Blanco, op. cit., p. 343.

16Franz-Joseph Voitel est né le 25 décembre 1773 à Soleure, en Suisse. C'est le cadet d'une famille de huit enfants. Son père, d'origine française, est capitaine-major d'un régiment suisse- ; lorsqu'il meurt, en 1785, Franz Joseph n'est âgé que de douze ans. Son père le destinait à la carrière militaire : sa mère, une bonne catholique, l'enverra donc en 1790, à l'École des Cadets de Madrid, afin de le soustraire aux influences de la révolution française. Il devient caporal en 1793, puis capitaine quatre ans plus tard. Il se marie avec la fille d'un capitaine suisse, Franziska-Paula Wirtz, née à Majorque, qui lui donnera un premier enfant en 1800. Voitel séjournera en Suisse pour un congé de 18 mois, à partir de 1802. Selon l'ambassadeur d'Espagne à Fribourg, José Camaño, il "fraternise en uniforme avec des Jacobins" et "intrigue en faveur d'un parti qu'il est inadmissible de protéger lorsqu'on est vassal du roi"9.

17Voitel. en homme de son siècle, s'intéresse à la pensée des Lumières. C'est dans un de ces salons où les idées nouvelles sont propagées, qu'il rencontre Heinrich Pestalozzi et découvre son système d'éducation et d'enseignement. Sa décision est prise :

  • 10 Lettre de Voitel à Hopf, enseignant de l'Institut Pestalozzien d'Yverdon, datée du 20 avril 1806, (...)

"Sans arriver à comprendre tout à fait comment il fonctionnait, mais en étant entièrement convaincu de sa valeur intrinsèque et des avantages qu'on pouvait en tirer, je décidais de me l'approprier pour pouvoir l'introduire en Espagne"10.

  • 11 Ibid pp. 86-87. Ces pages de Morf sont une excellente approche biographique de Voitel.
  • 12 Dans le Jardin Botánico de Madrid, journal scientifique, nous pouvons lire sous la plume de Franci (...)

18A son retour dans la péninsule, à Tarragone, il se met à étudier le livre de Pestalozzi, Comment Gertrude enseigna à ses enfants, et il réunit bientôt entre 20 et 30 enfants de soldats pauvres, auxquels il apprend à lire et à écrire11. Avec l'autorisation de son colonel, il crée donc la première école pestalozzienne en Espagne Elle est gratuite et dans une certaine mesure, obligatoire, car les parents doivent envoyer leurs enfants à l'heure fixée. Elle attire l'attention de divers observateurs des Sociedades económicas -notamment la Cantábrica- qui lui proposent de diriger une école à Madrid. Voitel refuse, malgré une offre financièrement intéressante, décidé à ne pas quitter Tarragone avant d'avoir reçu l'assurance que le gouvernement espagnol lui-même prendrait en charge te nouvel établissement. Son collaborateur, l'aumônier Döbeli, dirigera une école d'essai à Madrid, dont il ne reste que peu de traces dans les archives12.

  • 13 Noticia de las providencias, op. cit., 1807, p. 57.
  • 14 Ibid., pp. 61-62.

19Lorsque le Real Instituto Militar Pestalozziano sera inauguré en grandes pompes le 4 novembre 1806, Franz Joseph Voitel en sera nommé officiellement directeur-professeur13. Il fera passer ce jour-là, en présence d'environ 400 personnes, un examen à l'un des cadets de son régiment, 1e petit Agustín Petit-Pierre, âgé de 9 ans, qui a travaillé grâce à la méthode pestalozzienne pendant 9 mois. L'enfant répond très rapidement et correctement à toutes les questions de Voitel, et ce en anglais, français et espagnol. Il trouve la solution de plusieurs de problèmes dont deux très compliqués, et pour éviter toute accusation de fraude, il en résout également certains dont l'énoncé est donné par deux personnes qui ne sont pas des professeurs14.

  • 15 La correspondance que Voitel va entretenir avec Pestalozzi pendant son séjour à Madrid -4 lettres- (...)

20Mais quelques semaines plus tard, un nouveau règlement de l'Institut est publié, et de nouveaux locaux sont trouvés, calle del Pez. Voitel doit alors partager son statut de directeur avec Amorós -pour lequel il éprouve une franche antipathie, le qualifiant même de "fripon" dans sa correspondance15-, et ne s'occuper que de la partie pédagogique : mise en place des emplois du temps, répartition des élèves par âge et capacités, mise en place des grilles d'évaluation et des contenus des examens, des tâches d'enseignement et de formation des maîtres. Mais à partir de ce moment-là, l'Institut n'appartient plus aux pédagogues ; il devient officiellement un "objet" dont les enjeux s'affichent comme étant clairement politiques.

21Le 21 février 1808, Schmeller écrira au pédagogue suisse :

  • 16 Morf, op. cit. p. 122b.

"Très cher Pestalozzi, vous connaissez déjà la nouvelle catastrophique concernant notre Institut. L'établissement a été fermé le 18 janvier, après publication d'un décret royal le 13 janvier, les enfants et les maîtres ont été renvoyés dans leurs foyers en présence d'un "ayudante de plaza con guardia militar", comme s'il s'était agi de fermer un club d'ennemis de l'État. Aucun frais de remboursement de voyage n'est prévu dans le décret pour Voitel, Studer et moi [..,]"16.

22Voitel, là aussi, se montre fidèle à lui-même : il refuse de devenir le précepteur d'enfants de riches familles -anciens élèves de l'Institut- et préfère réintégrer son régiment. Le 13 octobre 1808, il participe à la campagne contre les Français et il est fait prisonnier à la bataille de Molins de Rei, le 21 décembre de cette même année.

Les élèves du Real Instituto Militar Pestalozziano

23Il convient d'évoquer dans une dernière partie les élèves de l'Institut. Il existe de nombreux documents sur les enfants d'Yverdon et de Burgdorf. Pensionnaire de ces deux Instituts Pestalozziens, il écrivaient de longues lettres à leurs familles. Rien de tel en Espagne : les élèves étaient externes, et de plus, les archives les concernant auraient été brûlées durant la Guerre Civile. Que reste-t-il au chercheur ? Des citations : Godoy dans ses mémoires les décrit ainsi :

"Varios niños de familias beneméritas, de padres militares mayormente y por primera vez se vio en España al hijo de un monarca educado en común con hijos de su puéblo".

24Blanco-White évoque dans son autobiographie la noblesse de la capitale demandant son admission dans la nouvelle école. Enfin, José de Narganes, professeur de littérature espagnole au collège de Sorèze parle en 1807 d"'une poignée de jeunes gens, fils pour la plupart de pères sans éducation". Qui étaient donc les destinataires de l'Institut ? Le fils du roi, les enfants de la noblesse, ceux des militaires-mais de quel grade ? Qui sont ces familles méritantes citées par Godoy ? Est-ce une école destinée au peuple, ou à une élite ?

  • 17 La liste située aux pp. 69-70 du document, comporte les noms suivants Fermín Daoiz, Juan de Villal (...)
  • 18 La liste des treinta discípulos observadores donnée à la page 70 de Noticia de las providencias ne (...)

25L'état actuel de nos recherches nous permet de livrer une partie de la réponse. Nous ne disposons que d'une liste de noms d'élèves publiée en 1807 dans Noticia de las providencias17, mais nous savons, par contre, qui étaient les élèves observateurs. Certains d'entre eux sont ce que l'on appelle aujourd'hui des instituteurs (maestros de primeras letras). D'autres sont des prêtres. D'autres, enfin, sont des militaires d'origine suisse, comme le lieutenant-colonel Juan de Dios Loftus, le capitaine Gaspar de Neff et le caporal Edouard Hoffingen. Il y a également un fonctionnaire administrateur, Ramón Berreta, et enfin, un professeur, célèbre mathématicien, José Mariano Vallejo18. Militaires, instituteurs, professeurs, prêtres constituent donc le réseau d'informateurs qui sans la Guerre d'Indépendance auraient dû logiquement implanter sur tout le territoire un système d'éducation moderne.

26Les 10, 11 et 13 novembre 1807, les élèves observateurs passeront un examen, qui leur donnera la possibilité, en cas de réussite, de devenir observateurs. Réussissent l'examen : le prêtre Joaquín Franco, le capitaine de régiment de Tolède Diego Carta, l'instituteur au Real Instituto de San Ildefonso Luas Maria Romero, Félix Torner de Águila, instituteur à Carthagène, Gesualdo Manuel Díaz, instituteur à Murcia, Tomás de Lianes, lieutenant-colonel de grenadiers, Guillermo Jaramillo professeur de grammaire, membre du Real colegio académico de primeras letras, et enfin, Juan Kearney, militaire, futur directeur de l'école Lancasterienne de Madrid, futur associé de Pablo Montesino.

27Ces maîtres, marqués par l'expérience pestalozzienne, constituent le ferment d'où naîtra le système éducatif moderne en Espagne. Les fondateurs de l'école normale de 1839 et ceux de la Institución libre de enseñanza revendiqueront cette paternité sur le plan pédagogique.

  • 19 Rufino Blanco, op. cit., tableaux situés entre les pp. 388-389.

28Et qui sont les élèves, dont l'âge s'échelonnait entre 2 et 20 ans ? Il y a d'abord les deux enfants d'Amorós, Manuel et Antonio (âgés de 2 et 5 ans)19. Rufino Blanco nous renseigne aussi sur l'identité de Joaquín Mora y Piscatori, âgé de 6 ans, fils de Pedro Mora, intendant de la province de Madrid. Nous avons pu retrouver la trace du petit Joaquin : il deviendra fonctionnaire (Dependiente de consumos), comme son père, et mourra en 1863.

29Pour les autres élèves, il est difficile de fournir une réponse précise actuellement. L'étude de listes de fonctionnaires appartenant directement au service d'Amorós ou à d'autres services administratifs nous permet d'établir des correspondances entre le nom des enfants et le nom des fonctionnaires en activité entre 1806 et 1808. En effet, ces listes contiennent le nom du fonctionnaire, celui de son épouse et de ses enfants, ainsi que la date de naissance de ces derniers. Il existe plusieurs noms de fonctionnaires identiques pour chacun des enfants (17 Delgado, Il Soldevilla, Il Quintana, 7 Rivas, etc.). Il appartient au chercheur de retrouver le véritable père à partir de la date de naissance et du prénom des enfants. De fortes présomptions nous portent donc à croire que la plus grande partie de l'effectif des élèves était en fait constituée d'enfants appartenant à ces familles de fonctionnaires bourboniens, anciens militaires pour beaucoup d'entre eux, espérant être intégrés dans cette hiérarchie d'administrateurs qui se met en place.

30Rappelons que le 17 août 1806, 13 jours à peine après la publication du décret de création de l'Institut, une liste de 30 élèves est publiée. Comment a-t-on pu les trouver en si peu de temps ? Si notre hypothèse était confirmée, le Real Instituto Militar Pestalozziano apparaîtrait comme un instrument au service même de ceux qui le mettent en place.

Notes

1 "Al examinar tan vastos obgetos, ocurrió á S.E. la idea de la absoluta necesidad de mudar la enseñanza en el modo y en la sustancia ; es decir, la inutilidad de muchas de las cosas que se enseñan, y la contusión y oscuridad con que se inspiran i los jóvenes" (Noticia de las providencias tomadas por el gobierno para observar el nuevo método de la enseñanza primaria de Enrique Pestalozzi y de los progresos que ha hecho este establecimiento desde su origen hasta principios del año 1807, Madrid, Imprenta Real, 1807, p. 1).

2 Il sera éludé en Espagne par tous les plans nationaux concernant l'éducation jusqu'en 1970.

3 Memorias, Ed. de Carlos Seco Serrano, Madrid, Atlas (B.A.E.), 1965, pp. 88-89.

4 Antonio Viñao Frago, Política y educación en los orígenes de la España contemporáneo o examen especial de unas relaciones con la enseñanza secundaria, Madrid, Siglo XXI, 1982, VIII - 516 ρ

5 Emilio la Parra López, La alianza de Godoy con los revoluciónanos (España y Francia afines del siglo XVIII), Madrid, C.S.I.C., 1992,210 p.

6 Cf. le journal de Jovellanos, où celui-ci est en effet très choqué par le spectacle donné par le favori, s'affidiant lors d'un repas avec son épouse et ses deux maîtresses, la reine Marie-Louise et Pepita Tudó.

7 Manuel Godoy, Memorias, Madrid, Ed. Atlas (B.A.E.), 1965, p. 135.

8 Ordonnance du 20 août 1807, citée par Lorenzo Luzuriaga, op. cit.

9 Lettre datée du 28 juillet 1803, citée par R. Blanco, op. cit., p. 343.

10 Lettre de Voitel à Hopf, enseignant de l'Institut Pestalozzien d'Yverdon, datée du 20 avril 1806, et citée par Morf, op. cit., t. XI, p. 86.

11 Ibid pp. 86-87. Ces pages de Morf sont une excellente approche biographique de Voitel.

12 Dans le Jardin Botánico de Madrid, journal scientifique, nous pouvons lire sous la plume de Francisco Zea la note suivante : "[...] Juan Döbeli fit un autre essai [de la méthode pestalozzienne] en février 1805 avec quelques enfants qui furent soumis à un examen en présence de délégués de la Société Cantabrique, A ce dans la maison de Son Excellence [le duc de Frías, présidait de la Société]."

13 Noticia de las providencias, op. cit., 1807, p. 57.

14 Ibid., pp. 61-62.

15 La correspondance que Voitel va entretenir avec Pestalozzi pendant son séjour à Madrid -4 lettres- constitue l'essentiel de l'information dont disposent ses biographes, que ce soit Morf, dans les articles cités, ou Man V. Keller-Zschokke, Franz Josef Stephan Voitel Von Soletthurn (1773-1839). Obersteleutn im ersten spanishen schweizer-regiment, public à Soleure en 1929.

16 Morf, op. cit. p. 122b.

17 La liste située aux pp. 69-70 du document, comporte les noms suivants Fermín Daoiz, Juan de Villalonga Ramón Alcázar, Matías Olmedo, Fermín Alcayde, León García Calatrava, Luis Escobar, Benito Navarro Francisco Camón, Felipe Bauza, José Cellini, Camilo Vilio, Vicente Riezu Jose Gonzalez Delgado, Juan María Delgado, Manuel Antonio Amor [en réalité, selon R. Blanco, il s’agirait de Manuel el Antonio Amorós]. Antonio Loresedia, Joaquín Loresedia, Joaquín Rafael Hallegg, Pedro Agudo y Andrade, Remigio Mendizábal, Inocente Mercadillo, José Juan de la Lastra, Andres Angelis y Vargas Pedro Angelis y Vargas Lino Fabrat, José Pérez, José Villaroel, Antonio de Manuel y Gimbemat, Juan Sevilla, Jose Romero, Pablo José Ramírez y Fernández, Ramón Ferrari, Patricio O-Connor, Diego O-Connor Juan Bauti Iturralde Joaquín Ibáñez, Faustino Ascargorta, Manuel Ascargorta, Pedro Ascargorta Salvador Tegedor, Juan Nepomuceno Abella, Romualdo Juan Manzano, Bernardo Maynardi, Gabriel de Morales y Guzman, José María Bossart, José Camargo, Mariano Torrecilla, Martí Torra José Torres, Dionisio Rico Perez, Mariano Balanzat, José Alpuente, Mariano Moliner, Diego Laplana, Valentin Fernández, José Mana Varela, José Martínez de Mercadillo, Miguel Arizcun, Juan Ruiz de Alegría, Matías Ruiz de Alegna, Franasco Zubieta y Garriga, Gerónimo de la Cruz, Blas Martín Blanco, José Mana Valdes, Manuel Garcia de Miranda, Blas Martínez Gaona, Manuel Ramos A Antonio López de Moya.

18 La liste des treinta discípulos observadores donnée à la page 70 de Noticia de las providencias ne contient pas le nom de tous les observateurs ; elle a pu être complétée grâce aux informations données par Morf et R. Blanco dans leurs ouvrages respectifs.

19 Rufino Blanco, op. cit., tableaux situés entre les pp. 388-389.

Auteur

I.U.F.M. - Aix-Marseille

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540