Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Famille et éducation en Espagne et en Amérique Latine

 | 
Jean-Louis Guereña

I. Temps des familles, temps scolaires

Des hommes, des écoles et des moutons : réseau scolaire et économie de la montagne léonaise au XVIIIe siècle

Jean-Marc Buiguès

Texte intégral

1Le point de départ de ce travail est une enquête sur le réseau scolaire de la province de Léon au XVIIIème siècle à partir de l'analyse des divers documents qui forment le Catastro de la Ensenada, gigantesque enquête menée dans la couronne de Castille entre 1749 et 1755.

2Rappelons en un mot la structure de cette documentation. Le Catastro de la Ensenada présente deux niveaux d'élaboration de l'information : la commune qui constitue le premier niveau de collecte de l'information, et Madrid ou Simancas qui constituent le second niveau, celui où l'information est synthétisée, résumée. A l'échelon local on trouve deux séries de documents : d'une part, les réponses à un questionnaire (Respuestas generales), élaborées lors d'une réunion où la majeure partie de la communauté villageoise est présente, et qui fournissent une série de renseignements précieux (situation du village, nombre de maisons, production agricole, structure artisanale, commerciale, et administrative, etc.) ; d’autre part, toujours à l'échelon local, quatre recensements différents ; deux listes des feux (l'une des feux laïcs, l'autre des feux ecclésiastiques), et deux listes des propriétés foncières et des animaux possédés (l'une pour les laïcs, l'autre pour les ecclésiastiques).

3Il fallait délimiter un cadre géographique cohérent tenant compte dans la mesure du possible des réalités de l'époque. Par ailleurs, l'unité minimale d'analyse du réseau scolaire étant la commune, il m'apparut assez vite qu’il fallait arrêter un niveau intermédiaire de découpage de l'espace, niveau intermédiaire entre la province et la commune, niveau qui permettrait de dégager une vision plus synthétique que le réseau communal.

4L'étude des différentes juridictions du XVIIIème siècle révéla assez vite d'énormes disparités qui rendaient difficile la comparaison. Finalement, les partidos judiciales, au nombre de dix pour la province, semblaient un bon compromis puisqu'ils assuraient un découpage en blocs assez réguliers et homogènes. Sur les dix partidos, j'ai volontairement écarté les partidos de Ponferrada et de Villafranca del Bierzo qui constituent la région nommée Bierzo et forment un ensemble homogène que je compte aborder plus tard. La singularité de cette région n'avait d'ailleurs pas échappé aux français qui pendant la Guerre d'Indépendance avaient projeté de créer une province du Bierzo indépendante de la province de Léon. Dans cette étude, on entendra donc, pour des raisons de commodité d'exposition, par "province de Léon", la totalité de la province à l'exception du Bierzo.

5On peut schématiquement opposer des partidos qui se situent dans des zones de haute et moyenne montagne - Riaño, La Vecilla, et Murías de Paredes-, des partidos qui sont pour l'essentiel sur le plateau castillan - Valencia de don Juan, La Bañeza et Sahagún-et des partidos de transition-Léon et Astorga-.

  • 1 Dictionnaire dont la première édition réalisée à Madrid est de 1845-1850. J'ai utilisé l'édition ai (...)

6L'étude porte sur le XVIIIème siècle, même si dans le cadre de ce travail j'ai examiné des documents antérieurs (en particulier du XVIIème siècle) et utilisé également des documents du XIXème siècle, en particulier, le Diccionario Geográfico-Estadístico-Histórico de España y sus posesiones de Ultramar de Pascual Madoz1. Mis à part le Catastro qui constitue la documentation de base, les archives municipales et ecclésiastiques m'ont permis d'éclairer certains points, mais j'y reviendrai plus avant.

7Une précision en ce qui concerne le Catastro de la Ensenada. J'ai dépouillé toutes les Respuestas Generales, en premier lieu celles conservées aux archives départementales de Léon (Archivo Histórico Provincial), et pour celles qui ne figuraient pas à Léon (une minorité) j'ai consulté celles des Archives de Simancas. A titre de contrôle j'ai également dépouillé les résumés ou mapas conservés aux Archives Nationales de Madrid (Archivo Histórico Nacional).

  • 2 Les résultats de cette enquête ont été publiés dans mon article : "Pour une nouvelle approche des é (...)

8Plus original sans doute est le dépouillement d'environ le tiers des libros primeros (listes de feux laïcs et ecclésiastiques) conservés aux archives départementales, soit l'examen de 17.000 feux ou si l'on préfère 40 % des feux de la province2.

9Les objectifs de l'enquête étaient multiples : démographiques (nombre et structure du feu), économiques et sociaux (paysans, artisans commerçants, professions libérales). En particulier, je recherchais tous les éléments permettant de mieux connaître le réseau scolaire d'enseignement au XVIIIème siècle. Je ne retiendrai donc ici que ce qui concerne le réseau scolaire.

10Les Respuestas generales permettent de voir quelles sont les municipalités qui payent un maître d'école (question 25), mais d'autres questions peuvent faire apparaître l'éventuel maître d'école (questions 30 à 33), ou également une fondation pieuse dont le but était l'enseignement (fondation d'école, mais aussi bourse à des étudiants). Voici l'intitulé des différentes questions susceptibles de fournir des indications sur le réseau scolaire et les enseignants :

  • 3 Le numéro correspond à celui de la question dans le document original, le questionnaire imprimé dis (...)

11233- "Qué propios tiene el común y a qué asciende su producto al año, de que se deberá pedir justificación".

1224- "Si el común disfruta algún arbitrio, sisa u otra cosa, de que se deberá pedir justificación, quedándose con copia, que acompañe estas diligencias, qué cantidad produce cada una al año: a qué fin se concedió, sobre qué especies, para conocer si es temporal o perpetuo, y si su producto cubre o excede de su aplicación".

1325- "Qué gastos debe satisfacer el común, como salario de justicia y regidores, fiestas de Corpus u otras: empredrado, fuentes, sirvientes, etc. de que se deberá pedir relación auténtica".

1430- "Si hay hospitales".

15Les questions 31 à 35 portent sur différents métiers et emplois (pour l'essentiel les professions libérales, le commerce et l'artisanat). Les questions 38 et 39 se réfèrent aux ecclésiastiques, aux couvents et monastères (dont certains pouvaient assurer des fonctions d'enseignement).

16L'examen des listes de feux permet de vérifier que des enseignants n'étaient pas passés au travers du premier filtre (je n'ai trouvé qu'un cas), mais également de mieux cerner la personnalité de ces enseignants, pour la plupart des maîtres avec toutefois quelques précepteurs de grammaire latine (composition de la famille, biens possédés par le maître, mais aussi cumul de métiers).

17Enfin les archives ecclésiastiques permettent de compléter cet ensemble par le repérage de fondations pieuses à but pédagogique.

18J'évoquerai en premier lieu le réseau scolaire léonais, puis j'examinerai ensuite les revenus municipaux et terminerai en envisageant les rapports entre la Mesta et le réseau scolaire.

Le réseau scolaire primaire léonais

  • 4 Je n'aborderai pas ici les autres éléments du réseau : enseignement secondaire et universitaire.

19Les huit partidos de la province totalisent un ensemble de 1.053 villages (une fois écartés les despoblados) et de 32.000 feux. Seulement 81 écoles apparaissent dans le Catastro4, autrement dit en moyenne une école pour treize communes. Si on compare ces chiffres à ceux d'autres provinces, on est surpris de la relative faiblesse du nombre d'écoles. Ainsi la province de Burgos compte une école pour 4 villages et demi (364 écoles pour 1.659 villages), celle de Guadalajara (116 écoles pour 33 villages), un peu plus d'une école pour trois villages. Dans la province de Léon, seulement 8 % des communes ont une école, alors qu'à Burgos 21 %, à Guadalajara 35 % et en Andalousie 50 %.

20La faible richesse de la province-tous les témoins, et Jovellanos en particulier, le disent-, son absence de dynamisme économique et social expliquent sans doute en grande partie ce médiocre résultat. Les revenus moyens par habitant d'après le Catastro (240 réaux) donnent une idée de cette situation : ils placent la province en sixième position sur sept ; seule la Galice fait moins bien avec 124 réaux.

21Le tableau donné en annexe indique un certain nombre de paramètres permettant de nuancer cette première approche globale. Il fait apparaître des nuances intrarégionales, parfois très fortes. La carte donnée en annexe fixe clairement ces différences. Un partido judicial, celui de Riaño, totalise avec 34 écoles à lui seul près de 40 % du total des écoles de la province. Cinq partidos (Sahagún, Valencia, Murias, La Bañeza et Astorga) ont entre 6 et 9 écoles ; deux partidos (Léon et La Vecilla) font triste mine avec seulement 4 écoles.

22Si on compare le nombre de communes ayant une école au nombre total de communes du partido, Riaño arrive largement en tête avec une école pour 3,3 commîmes (ce qui le met au niveau de Guadalajara). Le sud de la province (Sahagún et Valencia) ont environ une école pour 11 communes. Un troisième ensemble se dessine avec une école pour 18 à 22 communes (Murias, La Bañeza et Astorga). Enfin La Vecilla (avec une école pour 37 communes) et Léon (une pour 44) obtiennent les plus mauvais résultats.

23Dans le cas du partido de Léon, la présence de la capitale de la province explique paradoxalement en partie ce mauvais résultat. Il est sûr que la ville regroupe une série d'instances éducatives (la moitié des écoles mentionnées, des précepteurs de grammaire, le séminaire de San Froilán, des couvents assurant un enseignement secondaire et un collège de jésuites) qui compensent en partie le faible taux d'écoles du partido.

24Dans 94 % des cas, les salaires des maîtres d'école sont totalement ou partiellement versés par les municipalités. Dans 6 % des cas uniquement, il s'agit de fondations pieuses ayant des revenus propres. Les documents mentionnent également dans un certain nombre de cas, en complément du salaire municipal ou constituant la totalité du salaire, une participation des habitants de la commune (en général en nature, du blé, le plus souvent). Aucune information n'est donnée sur d'éventuels versements effectués par les seules familles des élèves, mais ce n’est pas pour autant à exclure.

25Revenons à ces quelques écoles qui sont des fondations pieuses elles se répartissent dans l'ensemble de la province sans qu'il y ait une tendance très nette (leur nombre assez faible est cependant révélateur). J'ai d'ailleurs essayé de dresser une carte des fondations pieuses (écoles, mais aussi bourses d'étudiants) pour la province : le résultat est assez décevant. Les documents consultés dans différentes archives ecclésiastique locales et à la Bibliothèque Nationale de Madrid ne m'ont permis de relever qu'une vingtaine de fondations entre 1650 et 1812. La plupart d'entre elles sont d'ailleurs des fondations pour étudiants.

26Ces fondations se répartissent assez harmonieusement sur les différents partidos. C'est en règle générale un ecclésiastique, parfois un noble, qui est à l'origine de la fondation. Et bien souvent les études financées par la fondation sont des études religieuses ayant pour but dans certains cas même de pourvoir au poste de chapelain qui accompagne la bourse d'études. Il y a donc un rapport entre le désir de perpétuer sa mémoire, mais aussi de s'assurer de la présence d'un clerc compétent (appartenant de surcroît au lignage) qui dira toutes les messes nécessaires au salut du défunt, en particulier les messes d'anniversaire (cabo de año).

27Les monastères qui assurent un enseignement sont en général situés dans des communes qui ont déjà une ou des écoles et des précepteurs de grammaire (la capitale, Léon, mais aussi Astorga, Sahagún, Valderas, La Bañeza). Ce n’est donc pas non plus le réseau des monastères qui pourrait expliquer ces déséquilibres régionaux. Notons cependant la présence d'un certain nombre de monastères près de la capitale (Eslonza, Sandoval) qui pourraient compenser localement l'absence d'écoles.

28Au total, une province avec un réseau scolaire très faible, essentiellement municipal que ne peuvent guère compléter les quelques fondations pieuses à but éducatif et les très rares monastères ruraux (San Andrés de Espinareda ou Tríanos). Mais à l'intérieur de la province, le partido de Riaño fait figure d'exception par la relative densité de son réseau scolaire, renforcée par la disposition de ces écoles. En effet, la disposition des vallées dans cette région de haute montagne implique qu'une école bien située peut drainer les élèves d'une grande partie des villages d'une même vallée.

Les revenus municipaux

29La première hypothèse qui vient à l'esprit pour expliquer les différences intrarégionales et l'exception que constitue Riaño, est que le montant des revenus municipaux doit sans doute être en rapport direct avec le nombre d'écoles puisque celles-ci sont dans la plupart des cas municipales.

30Les grandes villes comme Léon et Astorga ont des revenus municipaux d'origine variée. Dans les communes rurales, ces revenus municipaux sont assurés par la vente de bois, la location d'un puits pour récolter de la neige, d'un emplacement de pêche sur une rivière, d'une tuilerie, d'un débit de boisson ou encore d'éventuels droits sur un pont ou une barque. Mais ces cas de figure sont assez rares et produisent généralement de faibles revenus. Seule la location de terres communales peut représenter une somme importante, surtout s'il s'agit de pâturages de haute montagne. Les réponses d'un grand nombre de communes sont à cet égard révélatrices : par exemple celle de Valbueno indique à la question 23 :

"No tienen propios algunos que rindan maravedís ni otro aprobechamiento mas que los montes de maderas gruesas para los menesteres de sus casas lo matorral y monte vajo para la corta de leña de su consumo y los suelos y camperas para el rozo y pasto de los ganados".

31Le village doit dépenser 40 réaux en salaire de l’alcalde del consejo, 80 réaux tous les deux ans pour la fête du Corpus et 80 réaux pour l'entretien du pont. Au chapitre des dépenses les plus fréquentes relevons : les droits prélevés par les diverses administrations de tutelle, les émoluments des regidores, les droits perçus lors des visites, les amendes ou divers versements frais de justice ; la contribution versée à l'asile de fous de Valladolid ; celles versées à la justice de Léon, au notaire qui tient les registres municipaux, au collecteur de la Bulle ; les frais d'hébergement de soldats de passage ; ceux du maintien de la taverne lorsqu'elle n'est pas louée ; ceux du maintien des ponts, des chaussées et fontaines ; les salaires versés aux éventuels chirurgiens, maître châtreur, médecin, barbier, sonneur de cloche, sacristain, maître d'école ou maréchal ferrant ; les frais de maintien d’animaux reproducteurs (taureaux, chevaux, chèvres) ; ceux occasionnés par la protection des hommes et des bêtes par la chasse (poudre, devoir de faire des battues régulièrement), par l'entretien de trappes à loup et de mâtins (environ 100 réaux) ; enfin ceux liés à la religion : fête du Corpus (de 50 à 500 réaux), Noël, Semaine Sainte, etc.

32Seuls trois partidos (voir tableau) -Murias, Riaño et La Vecilla- ont des revenus municipaux conséquents (plus de 100.000 réaux). Ailleurs, la faiblesse des revenus municipaux est souvent extrême. Les dépenses y sont très faibles et se répartissent en général entre les habitants du village, car souvent les revenus ne couvrent pas les dépenses. Les villes elles-mêmes ne sont pas à l'abri de ce déséquilibre budgétaire : ainsi la ville d'Astorga déclare 9.671 réaux de revenus pour 12.069 réaux de dépenses.

33Le point commun entre les trois partidos qui ont des revenus municipaux importants est leur situation géographique : tous les trois sont situés dans la montagne léonaise, dans la cordillère cantabrique qui longe la province et la limite au nord d'une barrière qui s'étend d'est en ouest. Dans un grand nombre de ces communes, les revenus s'expliquent par la location de pâturages d'été a des troupeaux extérieurs au village, aux grands troupeaux transhumants de la Mesta.

34L'importance de ces revenus est soulignée par un document du 9 septembre 1810 Les représentants d'une vingtaine de communes de la montagne de Riaño se réunissent pour dresser un état de la situation très grave liée à la Guerre d'Indépendance :

"Ha desaparecido el arbitrio de los puertos [donde] herbajeaban ganados Anos trashumantes a los que sus respectivos dueños se las han proporcionado en países bajos".

  • 5 Liste établie postérieurement au Catastro (mais d'après ses données) et conservée aux archives de S (...)

35J'ai dépouillé complètement la liste de ces revenus municipaux de la montagne léonaise. Il faut noter que, dans la plupart des cas, revenus municipaux et revenus des pâturages sont rigoureusement identiques. Il faut donc en conclure que les municipalités possédaient la plus grande partie des terres de pâture. La carte des mayores hacendados5 fait d'ailleurs clairement apparaître que dans les régions de montagne ce sont souvent les municipalités qui arrivent en première position, que ce sont elles les plus gros contribuables de la commune.

36Il y a donc là une originalité très grande de la montagne léonaise et le parallélisme entre les revenus municipaux et les courbes de niveau, l'altitude, est constant. Les trois partidos qui bénéficient de ce type de revenus -Riaño, La Vecilla et Murías- correspondent aux deux grandes drailles qui viennent du sud pour amener les troupeaux de la Mesta dans leurs pâturages d'été :

  • "la cañada ganadera de La Vizana o real cañada coruñesa [...] se inicia en Babia (= partido de Murías de Paredes)".

  • "la Real leonesa comienza en los puertos de Valdeburón (= partido de Riaño)".

37Pour fixer un ordre de grandeur, indiquons les revenus municipaux des deux plus grandes villes de la province : Astorga frise les 10.000 réaux, Léon atteint 30.000 réaux. Dans les trois partidos de la montagne léonaise, bon nombre de communes dépassent 5.000 réaux et quelques unes atteignent 20.000 réaux.

38Il est donc clair que les communes de ces trois partidos ont les moyens financiers de payer le salaire d'un maître d'école. Cependant, seul le partido de Riaño semble utiliser cette possibilité de façon importante. Il faut donc faire intervenir d'autres facteurs qui puissent expliquer cette particularité.

39Je n'ai pas pu mener une enquête sur les niveaux d'alphabétisation de ce partido, mais il est fort à parier que le résultat en serait un niveau élevé. En revanche, c'est le seul partido où l'on trouve des archives municipales anciennes, antérieures au XIXème siècle. Cela n'est pas dû à une meilleure conservation mais bien au fait que Riaño est le seul partido où existe une tradition écrite de la gestion municipale. En effet, dans le Catastro on demande toujours aux habitants de la commune s'il existe des archives municipales, au moins des comptes-rendus de session du conseil municipal. La réponse est unanimement négative, les habitants déclarant souvent qu'ils se gouvernent à l'aide de bâtons entaillés. Il semble donc bien que la région de Riaño se caractérise par un rapport privilégié à l'écrit, à l'alphabélisation et à l'école. Il est difficile d'expliquer cette situation ; sans doute faudrait-il remonter au Moyen Age et voir la force de l'emprise seigneuriale et ecclésiastiques dans la zone. Il se peut qu'elle ait été moins forte qu'à Murías et La Vecilla, soumises en grande partie au puissant comte de Luna, à la ville et à l'évêché de Léon. Il semble que la tradition communautaire et l'indépendance des villages de Riaño soient plus fortes. Il se peut donc que des stratégies municipales aient pesé pour créer cette situation particulière.

40Il faut sans doute y ajouter des stratégies familiales et individuelles. En effet, le hasard des archives m'a fait rencontrer une série de documents concernant l'organisation des troupeaux transhumants de la Mesta. Il existe toute une hiérarchie des bergers et même une véritable structure administrative qui suit le troupeau dans ses déplacements. Un grand troupeau, c'est au bas mot une centaine d'hommes encadrés par des responsables, et en particulier par des bergers en chef en quelque sorte. Les documents nous indiquent cette hiérarchie :

"No daban, de ordinario, en el último siglo, a un rabadan mas de 20 ducados por año (220 réaux), al compañero solían dar 18 (198 réaux), quince al primer ayudador (165 réaux), de diez a doce al segundo (110 à 134 réaux), y de seis a ocho al zagal (66 à 88 réaux); para la manutención de los suministros: un pan de dos libras por persona y 16 reales por rebaño en Extremadura, en las sierras añadiendo solo por via de adehala una pequeña cantidad que jamas pasaba de quince a veinte reales por hato al empezar cualquiera de los dos viajes anuales; pero les permitían tener reses lanares propias, que no excedieran de 80 o ciento por rebaño, siendo la lana por el amo de este; les correspondía disponer para sus propios usos de los sebos y las carnes que quedaban comestibles de los animales muertos por vejez, golpe, enfermedad, ataque de lobo u otro accidente; tenían ademas los pastores muchos privilegios personales: para uso de armas desde 1516, para exención de ciertos derechos de los que siempre han estado establecido sobre los consumos, para el uso de la sal y para la conducción de otros comestibles, desde la real cédula de 4 de diciembre de 1528, para no ser incluido en quintas ni levas desde 1641, para que no se les pudiera obligar al desempeño de cargas concejiles desde 1722".

41Ainsi, l'alphabétisation aurait pu jouer un rôle de promotion interne dans la Mesta : les habitants de ces villages occupant de façon majoritaire les postes de responsabilité les mieux payés, nécessitant sans doute quelques rudiments d'écriture. On aurait ainsi un modèle d'économie de montagne particulier associant la possession de terres communales à haute valeur locative (élément qui ailleurs n'existe pas), des revenus municipaux importants permettant le maintien d'un réseau assez dense d'écoles et une rentabilisation directe de cet investissement dans l'encadrement des troupeaux de la Mesta. Hypothèse qu'il faudrait vérifier par l'étude d'autres archives où le personnel de la Mesta apparaîtrait plus précisément.

  • 6 Leur dépouillement est en cours de réalisation.
  • 7 Une enquête réalisée au séminaire de San Froilán de Léon révèle que dans les années 1825-1829, 20 % (...)

42Deux autres activités expliquent aussi peut-être ce particularisme de la zone de Riaño. La faiblesse des ressources familiales y est aussi nette que l'est l'importance des revenus municipaux. Dans le cadre d'une économie bloquée, il est par conséquent également possible qu'un des membres de la famille ait utilisé ses compétences (lecture, écriture, savoir compter) pour, au moins pendant les mois d'hiver, s'exiler et aller travailler dans d'autres zones comme maître d'école itinérant. Certains documents d'archives corroborent l'existence de cette pratique6. Par ailleurs, il ne faut pas écarter le débouché ecclésiastique. Il semble que la zone soit aussi une grande pourvoyeuse d'ecclésiastiques, mais là encore, cela demande à être confirmé par une enquête précise7.

43En définitive il n'y a donc pas de déterminisme direct entre revenus municipaux et existence d'un réseau scolaire : si la condition nécessaire est bien l'existence de revenus municipaux conséquents, il faut que d'autres facteurs interviennent pour qu'effectivement existe un réseau scolaire digne de ce nom. Ces facteurs semblent complexes : sans doute historiques (des différences dans la vigueur de traditions communautaires antérieures à l'époque moderne, dans la mainmise du pouvoir royal, seigneurial et ecclésiastique), mais aussi familiaux. Le miracle scolaire du partido de Riaño résulte donc de la conjonction de facteurs divers : importance des revenus municipaux certes mais aussi interaction des stratégies communales et familiales. Tout doit être fait pour améliorer le niveau de vie dans des zones où les conditions d'existence sont dures (climat et pauvreté) : ici, cette amélioration passait par l'alphabétisation et ce faisant Riaño adoptait là une stratégie peu commune dans l'Espagne de l'Ancien Régime.

Le réseau scolaire : écoles et villages
(Source : Catastro)

Le réseau scolaire : écoles et villages(Source : Catastro)

Notes

1 Dictionnaire dont la première édition réalisée à Madrid est de 1845-1850. J'ai utilisé l'édition ai fac-similé des Editions Ambito, Valladolid, 1983, car elle offre l'avantage de réunir toute l'information concernant la province de Léon en un seul volume.

2 Les résultats de cette enquête ont été publiés dans mon article : "Pour une nouvelle approche des étudiants espagnols du XVIIIème siècle : l'exemple de la province de Léon", Mélanges de la Casa de Velàzquez, Madrid, t. XXV, 1989, pp. 239-278.

3 Le numéro correspond à celui de la question dans le document original, le questionnaire imprimé distribue par la Couronne à toutes les communes.

4 Je n'aborderai pas ici les autres éléments du réseau : enseignement secondaire et universitaire.

5 Liste établie postérieurement au Catastro (mais d'après ses données) et conservée aux archives de Simancas permettant de connaître le plus gros contribuable de chaque commune.

6 Leur dépouillement est en cours de réalisation.

7 Une enquête réalisée au séminaire de San Froilán de Léon révèle que dans les années 1825-1829, 20 % des étudiants proviennent du partido de Riaño.

Table des illustrations

Titre Le réseau scolaire : écoles et villages(Source : Catastro)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6137/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6137/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 791k

Auteur

Université de Bordeaux III

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540