Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Famille et éducation en Espagne et en Amérique Latine

 | 
Jean-Louis Guereña

I. Temps des familles, temps scolaires

Famille, éducation et société à Logroño en 1751

Jacques Soubeyroux

Texte intégral

  • 1 Ardrivo Histórico Provincial de Logroño, Libros memoriales, Estado noble, Estado eclesiást.co y Est (...)

1L'étude que je vais vous présenter se propose de mettre en relation, dans une perspective essentiellement sociale, structures familiales et réalités éducatives, telles qu'elles peuvent être analysées dans la documentation de base du Cadastre de La Ensenada, à savoir les "memoriales" remplis par les chefs de famille des trois ordres, noblesse, clergé et tiers-état1. Le cadre géographique choisi est celui dune petite ville castillane, capitale d'une région viticole en plein essor, et rattachée administrativement (jusqu'en 1833) à la province de Burgos.

2Le "Catastro" fournit un instantané de la situation de Logroño au milieu du XVIIIème siècle, que j'utiliserai pour classer les familles selon la typologie définie par Peter Laslett et le Groupe de Cambridge pour l'histoire de la population et des structures sociales. Mais mon objectif ne sera pas une simple description des types de famille : la taille des ménages, la structure nucléaire ou élargie, le nombre d'enfants, la présence ou l'absence de domestiques, sont des données qui n'acquièrent de réelle signification que si on les relie aux réalités économiques et sociales. C'est ce que j'essaierai de faire pour montrer dans quelle mesure les structures familiales ainsi précisées déterminent à leur tour des pratiques éducatives. En un mot comment le Cadastre peut être utilisé pour associer l’étude de la famille à celle de l'éducation.

Structures socioprofessionnelles et structures familiales

  • 2 Jesús Javier Alonso Castroviejo, Problemática agraria y solución burguesa. Logroño, (1750-1833), Lo (...)
  • 3 Sur Madrid, cf. Jacques Soubeyroux, Paupérisme et rapports sociaux à Madrid au XVIIIème siècle, Lil (...)

3Comme beaucoup de villes castillanes, Logroño connaît une phase de croissance démographique qui dure de 1714 à 17702. En 1751, le cadastre donne pour la ville de Logroño et ses faubourgs de Varea et El Cortijo une population de 1.614 "vecinos" et de 6.136 habitants, soit une moyenne de 3,80 habitants par feu, relativement élevée, puisqu'elle est supérieure à celles d'autres villes comme Madrid (3,29), Saint-Jacques de Compostelle (3,4) ou León (3,58)3. Ce coefficient de 3,80 signifie-t-il un nombre d'enfants plus élevé que dans les autres villes citées ? Ou bien des regroupements familiaux différents : davantage de familles élargies ou multiples ? C'est une des questions auxquelles je m'efforcerai de répondre.

4Une fois retranchés les quelques chefs de famille déclarant des biens à Logroño sans y résider, il nous reste 1.601 feux que l'on peut répartir ainsi :

  • 172 feux nobles,

  • 73 feux ecclésiastiques,

  • 1.356 feux correspondant à l'"estado general", incluant un certain nombre de chefs de famille qui se prétendent hidalgos dans leur province d'origine (généralement le pays basque), sans être reconnus comme tels à Logroño.

5Le tableau 1 résume la répartition socioprofessionnelle de ces 1.601 "vecinos". Artisans et journaliers représentent près de la moitié des chefs de famille (46,64 %), et même beaucoup plus (55 %) si on fait abstraction des inactifs (pauvres et sans emploi). J'ajoute que 504 domestiques (319 "criadas" et 185 "criados"), non chefs de famille, apparaissent comme éléments parasitaires au sein des unités familiales, nombre considérable, supérieur à celui des artisans (437) et des journaliers et bergers (308), et correspondant à un domestique pour un peu plus de trois feux (3,17).

6Le classement de ces 1.601 cellules familiales selon la typologie de Laslett montre la forte prédominance des foyers nucléaires (plus de 80 % du total) et la quasi inexistence des familles comprenant plusieurs noyaux conjugaux : 12 seulement, dont 6 d'artisans. On soulignera donc l'absence de grandes maisonnées nobles (un seul cas de famille multiple chez un noble commerçant) et de grandes familles d'agriculteurs (une seule famille multiple de laboureurs).

7Reprenons la répartition des cellules familiales par catégories socioprofessionnelles. Je n'insisterai pas sur les pauvres, qui sont essentiellement des veuves solitaires (type 1) ou avec enfants (type 3d), ni sur les ecclésiastiques dont les deux tiers vivent avec un frère ou un neveu, en plus d'une servante (type 2) et l'autre tiers en solitaire (type 1). Les autres catégories peuvent être divisées en deux groupes en fonction de l'importance relative des types 3 et 4.

8Dans le groupe où les structures de type 3 (noyau conjugal simple) dominent, on trouve :

  • les journaliers, qui présentent une distribution nettement tranchée avec un quart de couples sans enfants et deux tiers de couples avec enfants (les taux les plus élevés de toutes les catégories) pour seulement 6 solitaires et 10 familles élargies. Le noyau conjugal simple (type 3 de Laslett) regroupe plus de 94 %, des feux ;

  • les artisans constituent le groupe le plus nombreux. Le noyau conjugal simple regroupe 64,30 % des feux, mais les couples avec enfants ne représentent plus que 45 % du collectif et les couples sans enfants 11 %. Par contre 123 familles sont "élargies" (28,14 %) par la présence de quelques ascendants ou collatéraux, mais surtout par l'appoint dans 80 % des cas (99 sur 123) de domestiques et d'apprentis ;

  • la structure familiale des 203 feux de laboureurs est statistiquement très proche de celle des artisans : les cellules de type 3 regroupent aussi 64 % des feux (dont 47 % pour les couples avec enfants) et les familles élargies sont au nombre e 62 (30 % du total) dont 45 déclarent des domestiques (le plus souvent qualifiés de "mozos de labranza").

9Ces trois premières catégories, les plus nombreuses, qui correspondent aux secteurs primaire et secondaire, rassemblent 913 cellules familiales (57 % du total de la ville) dont 668 (73 %) relèvent du type 3. Dans le second groupe qui réunit les professions du tertiaire, la structure nucléaire simple représente moins de 50 % du total · 48 % chez les employés, 46 % dans les professions libérales, 28 % chez es commerçants, 16 % chez les juristes ("letrados"). Par contre les familles élargies sont beaucoup plus nombreuses : de 42 % dans les professions libérales a 73 % chez les juristes, en raison de la présence, quasi unanime dans cette dernière catégorie, des domestiques. Relevons que des 16 familles de commerçants nobles, 13 déclarent des serviteurs et/ou des commis.

10Ainsi l'élargissement des familles, qui constitue une des données structurales de la démographie "logroflesa" au milieu du XVIIIème siècle, est rarement dû à la présence d'ascendants (limitée dans moins de 4 % des cas a la mere ou la belle-mère veuve du chef de famille pour qui le foyer du fils ou du gendre remplit une fonction de refuge) ou de collatéraux (3,5 % du total en moyenne, un peu plus chez les nobles et chez les laboureurs où le frère célibataire constitue une force d'appoint supplémentaire dans 6,5 % des cas). C'est essentiellement la présence ou l'absence de domestiques qui traduit la hiérarchie sociale. 55/o des feux nobles et 44 % des feux ecclésiastiques déclarent au moins un domestique contre un peu moins de 17 % des familles du tiers-état (et seulement 3 familles de journaliers sur 273).

11Reste à préciser pour terminer le nombre d'enfants par famille. J ai résumé sur le tableau 3 la répartition des 2.350 enfants déclarés par 1.020 feux (soit une moyenne de 2,3 enfants par famille. On remarquera l'écart sensible entre les familles nobles et les autres ; seulement 48,6 % des feux nobles déclarent un ou deux enfants contre 66,2 % des familles du fiers-état. Au total les familles peu nombreuses (1 ou 2 enfants) regroupent près des deux tiers des foyers (64,41 %) contre un gros tiers (35,58 %) pour les familles de 3 enfants et plus. Le nombre d'enfants par famille varie d'ailleurs sensiblement avec la catégorie socioprofessionnelle :

  • 2,57 chez les nobles,

  • 2,56 chez les employés,

  • 2,44 chez les artisans,

  • 2,42 chez les laboureurs,

  • 2,24 dans les professions libérales,

  • 2,21 chez les juristes,

  • chez les journaliers,

  • 1,60 chez les pauvres.

12Ces pourcentages confirment que les familles populaires nombreuses ne sont qu'un mythe, sans que le Cadastre permette de dire si le petit nombre d'enfants est dû à certaines formes de limitation des naissances ou à une plus forte mortalité infantile. Ce que le Cadastre montre bien par contre, c'est que les familles de plus de 4 enfants sont :

  • inexistantes chez les pauvres,

  • rares chez les journaliers : une de 8 enfants, trois de 5, soit quatre exceptions représentant moins de 1,5 % du total des familles,

  • plus nombreuses chez les artisans : huit familles de 7 enfants, deux de 6, dix-sept de 5 (soit 8,4 % du total),

  • fréquentes chez les employés où elles représentent 27,5 % du total (une de 10 enfants, une de 9, une de 7, trois de 6, huit de 5),

  • plus fréquentes encore chez les commerçants (29 % du total) avec un foyer de 8 enfants, deux de 7, un de 6, cinq de 5, etc..

  • 4 Francisco Chacón Jiménez, "Introducción a la historia de la familia en España. El ejemplo de Murcia (...)

13Ces observations confirment les résultats obtenus par Chacón dans la région de Murcie où les familles "dones" ont toujours plus d'enfants que les familles de journaliers4. Cette structure familiale, caractérisée par des traits spécifiques propres à chaque catégorie socioprofessionnelle, détermine-t-elle aussi des différences en matière d'éducation ? C'est ce que je vais essayer de montrer maintenant en analysant les informations que le Cadastre nous donne sur la scolarisation des jeunes "logrofteses".

Scolarisation et éducation

14Dans la mesure où aucune des questions posées par les enquêteurs au cours de la réalisation du "Catastro" ne portait explicitement sur la scolarisation des enfants, il ne faut pas attendre de notre source des informations exhaustives et précises dans ce domaine. On peut estimer que c'est pour les enfants les plus âgés, pour lesquels le père était amené à signaler qu'ils ne percevaient aucun salaire et qu'ils constituaient même une charge pour la famille, que les renseignements seront les plus fiables. Par contre les lacunes seront très nombreuses au niveau de l'école élémentaire, concernant les enfants qui n'étaient pas en âge de travailler. Il ne saurait donc être question de calculer un quelconque taux de scolarisation, meme approximatif, des quelque mille élèves de 6 à 15 ans constituant la population scolaire potentielle de la ville, ni d'évaluer les forces de résistance à la scolarisation. Ce que la documentation du Cadastre permettra par contre, à travers la mise en relation du statut économique et social des familles avec la situation scolaire des enfants c'est de voir si l'enseignement à Logroño en 1751 servait à reproduire une situation sociale figée, ou s'il peut apparaître comme un facteur d'une possible mobilité sociale.

  • 5 Le Diccionario de Autoridades définit ainsi "cursante : el que asiste en la universidad y acude a l (...)

15Les réponses fournies par les chefs de famille dans les "memoriales" posent des problèmes préalables de vocabulaire que j'évoquerai rapidement. Si les élèves fréquentant l'enseignement élémentaire sont faciles à identifier à travers des expressions comme "ir a la escuela", "aprender a leer y escribir", "asistir a los primeros rudimentos", il n'en va pas toujours de même pour les autres niveaux d'enseignement qu'il est parfois difficile de différencier. A côté de termes precis comme "gramático", "cursante"5 ou "colegial" (étudiant d'un "colegio mayor), on trouve en effet souvent le terme générique "estudiante", appliqué à tous les niveaux d'enseignement, du primaire au supérieur, et aussi parfois des expressions ambiguës comme "ir por la pluma", "seguir la pluma" ou "seguir por el rumbo de la pluma, "ejercitarse por la pluma", dont il est bien difficile de dire à quel type de formation ils font référence. Dans ces cas, c'est par l'âge des étudiants que j'ai du me résoudre à différencier ceux qui étudiaient la grammaire latine ("gramáticos"), de ceux qui avaient atteint le niveau supérieur, en sachant que ce critère de l'âge est peu probant et qu'il existe une zone floue dans laquelle les adolescents concernés peuvent appartenir à l'un ou l'autre des enseignements.

16Ces réserves étant émises, es "memoriales" de la ville de Logroño nous donnent le nombre d'élèves et d'étudiants suivant par niveaux d'études :

  • niveau élémentaire : 23 garçons de 4 à 12 ans, la majorité ayant 8 ou 9 ans

  • enseignement professionnel : 2 garçons de 12 et 17 ans, une fille de 15 ans

  • grammaire latine : 21 garçons de 10 à 15 ans, la majorité ayant 13 ou 14 ans,

  • enseignement supérieur : 36 garçons de 15 à 27 ans.

17La comparaison entre ces résultats et le nombre des maîtres déclarés dans ce même Cadastre confirme les lacunes de la source au niveau de l'école élémentaire.

18La ville de Logroño comptait en effet en 1751 :

  • un établissement d'enseignement, le collège des Jésuites, avec 2 "maestros de leer y escribir" et 2 "maestros de gramática",

  • 4 "maestros de primeras letras" pour les garçons, dont deux avaient établi leur école en ville, le troisième dans le faubourg du Cortijo, et le quatrième donnait des leçons à domicile,

  • 1 maître et 2 maîtresses pour les filles, dont le premier enseignait la musique, et les deux autres la couture, le tricot et quelques rudiments de lecture et d'écriture.

19En dépit des revenus très modestes (de 913 à 440 réaux) déclarés par les trois maîtres d'école libéraux de la ville, entièrement rétribués par les parents de leurs élèves, il est certain que ceux-ci devaient être beaucoup plus nombreux que ne l'indiquent les mémoires, une centaine au moins, sans compter ceux qui fréquentaient le collège des Jésuites. Il en va de même pour l'enseignement féminin (une seule élève déclarée pour deux maîtresses).

  • 6 Jean-Marc Buiguès, "Pour une nouvelle approche des étudiants espagnols au XVIIIème siècle : l'exemp (...)

20Pour ce qui concerne les étudiants en grammaire latine, qui devaient fréquenter le collège, et ceux qui allaient suivre un cycle supérieur dans une ville universitaire plus éloignée (puisqu'il n'en existait aucune dans la région), leur nombre paraît peu élevé si on le compare -référence établie à partir des mêmes sources-à celui de León6, ville qui, bien qu'ayant un millier de feux de moins que Logroño, déclarait quarante étudiants de plus (97 contre 57). Le type d études suivies par les étudiants léonais ou "logroñeses" diffère peu : la grammaire latine, la philosophie, la théologie, le droit, la musique. Quant aux universités ou elles se poursuivent, on remarque que les familles de Logroño hésitent moins que celles de León à envoyer leurs fils dans des universités plus lointaines mais plus prestigieuses, comme Valladolid ou Alcalá, avec leurs colegios mayores de Santa Cruz et "del Rey", fréquentés le premier par un fils de D. Miguel José Vázquez de Acuña, "regidor perpetuo" de la ville, et le second par un fils de D. Juan Martínez de la Mata, Trésorier du Saint-Office.

21Soulignons un détail de la déclaration de Doña Maria Antonia Serrano, veuve noble disposant de quelque dix mille réaux de revenus, qui paie les services d'un précepteur "para el paso de sus dos hijos de 14 y 13 años que estudian gramática". Cette affirmation confirme la permanence d'une pratique (déjà révélée par les activités d'un des maîtres d'école qui dispensait ses classes à domicile) qui devait être répandue (le Cadastre ne permet pas de dire jusqu'à quel point) dans les milieux aristocratiques et aisés. Le fait que l'enseignement de ce précepteur soit réservé aux deux fils de María Antonia Serrano, qui a aussi une fille de 11 ans, est également révélateur des mentalités de l'époque, qui excluaient les filles de l'enseignement supérieur, même dans les familles nobles.

22J'ai regroupé et classé par catégories socioprofessionnelles dans le tableau 4 les 62 familles fournissant les 83 élèves et étudiants de la ville en 1751, en indiquant chaque fois que cela était possible la fourchette des revenus des parents.

23La première observation que je ferai sur ce tableau porte sur les liens familiaux entre les étudiants et les chefs de famille. Contrairement à León où les frères et les neveux sont relativement nombreux en raison du pourcentage eleve de feux ecclésiastiques fournissant des étudiants, on ne trouve à Logroño qu'un tout petit nombre d'étudiants (5) qui ne sont pas des descendants directs du chef de famille et tous dans des feux nobles ou ecclésiastiques : le frère dun clengo de menores" et le neveu d'un prêtre d'une part, un frère, un neveu et un domestique de deux nobles sans emploi et d'un avocat noble d'autre part. Cette situation correspond au petit nombre de collatéraux que j'avais souligné dans l'analyse des structures familiales, comme l'écrasante domination des familles nucléaires dans les familles populaires explique le fait que tous les élèves et étudiants du tiers-état sont des fils du chef de famille. La très faible représentation des feux ecclésiastiques (7 sur 1601 soit 4,55 %) et le tout petit nombre d'étudiants qu'ils soutiennent financièrement (2 seulement sur 83), est sans doute la raison essentielle de la faiblesse quantitative des étudiants "logroñeses", à une époque où enseignement et culture sont encore très largement dominés par le clergé.

24L'analyse de l'origine sociale des élèves montre aussi la part relativement faible de la noblesse (15 familles sur 62) : noblesse et clergé réunis ne fournissent que 22 des 83 élèves et étudiants déclarés (26,5 %). Si on y ajoute les commerçants, les professions libérales, les juristes, les employés et les laboureurs, constituant le groupe des classes qu'on peut considérer comme privilégiées ou aisees, on η arrive qu'à 55 % des familles (34 sur 62) et des étudiants (47 sur 83). Par contre les artisans regroupent à eux seuls près du tiers des familles (20 sur 62) et des étudiants (27 sur 83). La liste des métiers est très diversifiée : cinq tisserands (dont trois veuves), deux tailleurs, deux savetiers, deux chaudronniers, un teinturier, un cordier un rubanier, un ferronnier, un confiseur, un maçon, un bourrelier, un tanneur gantier, une lavandière. Si certains de ces artisans ont des revenus confortables, comme Pedro de Agredan, tanneur gantier dont un des fils est étudiant qui dépasse les sept mille réaux de revenus annuels, d'autres ont un salaire très modeste, comme Catalina de Cubillas, tisserande veuve, qui bien quelle ne gagne pas plus d'un réal et demi par jour, envoie son fils unique a l'ecole ou José de Palacios, maçon, qui ne gagne que deux réaux et demi par jour et declare a propos de ses enfants (un fils et une fille).

"El hijo de 21 años en llegando San Lucas va a la universidad de Zaragoza a estudiar y se mantiene de limosna".

25Un autre fait remarquable est le nombre élevé de veuves, quatorze au total, dans l'échantillon des familles d'étudiants : deux d'entre elles sont nobles et ont des biens, deux autres sont des commerçantes relativement aisées qui ont chacune un fils étudiant, mais certaines ne déclarent aucun revenu : Manuela Martínez Carrascón, dont le fils est apprenti chirurgien, prétend vivre d'aumônes, et Maria Cruz Samaniego n'a d'autre ressource pour payer les études de grammaire latine de son fils de quatorze ans que le loyer d'une chambre qu'elle loue quelques mois par an à des étudiants.

26Et on trouve encore dans notre échantillon un "pobre de solemnidad" aveugle qui envoie ses deux fils de 9 et 12 ans à l'école, et deux journaliers qui gagnent trois réaux par jour.

27Certes les niveaux d'études suivies par les fils des classes privilégiées et ceux des classes populaires diffèrent sensiblement : alors que les premiers représentent 27 des 36 étudiants déclarés, les seconds sont majoritaires dans l'enseignement primaire (14 sur 23) et professionnel, les études secondaires de grammaire latine étant à peu près équitablement partagées entre les deux groupes (11 élèves de familles privilégiées pour 10 de familles populaires). De même les universités les plus lointaines et les plus prestigieuses, celles qui ont des "colegios mayores", sont réservées à l'aristocratie et aux classes économiquement favorisées, alors que les fils des classes moins fortunées se contentent d'études plus courtes ou d'universités plus proches. Mais, en dépit de cette hiérarchisation sociale des cursus et des centres universitaires, il ne me paraît pas exagéré de parler de demande d'éducation populaire : tant du point de vue économique avec 16 familles sur 62 gagnant moins de 4 réaux par jour, que du point de vue culturel avec 6 chefs de famille au moins analphabètes (4 veuves, mais aussi deux artisans : un savetier et un cordier), les "memoriales" de 1751 annoncent la formation d'une classe populaire consciente de la nécessité de l'éducation, dont l'avant-garde est formée par l'artisanat urbain (masculin et féminin), dont j'ai souligné la place importante qu'il occupe dans l'échantillon des familles d'élèves et d'étudiants.

28Parallèlement à cette forte représentation populaire, le collectif des familles d'étudiants montre aussi combien les ordres privilégiés, la noblesse traditionnelle sans emploi, celle des échevins héréditaires, et le clergé, si faiblement représenté, sont d'ores et déjà dépassés ou remplacés dans la formation des élites par une classe ascendante constituée par les professions libérales, les juristes, les employés, les laboureurs, les commerçants et quelques artisans aisés, dont les fils trustent 31 des 36 carrières universitaires. Ce sont les enfants de cette classe ascendante qui renverseront en 1801 la vieille oligarchie des échevins héréditaires pour asseoir leur pouvoir économique et politique sur la ville au XIXème siècle. Cette classe ascendante dans laquelle apparaît déjà entre autres le nom de Martínez Sicilia, famille de commerçants qui a un fils étudiant, branche paternelle des ascendants de Maria Jacinta Martínez de Sicilia y Santacruz, Duquesa de la Victoria et épouse d'Espartero.

29Il ne faut pas demander au "Catastro de La Ensenada", document démographique et fiscal du milieu du XVIIIème siècle, plus qu'il ne peut nous donner. Et j'ai suffisamment souligné tout au long de mon exposé ses lacunes et ses imprécisions pour marquer en conclusion la richesse de ses apports, à condition qu'on ait la patience de dépouiller entièrement la masse des "Libros primeros y segundos", qui renferment les réponses individuelles de tous les chefs de famille.

30J'ai voulu montrer dans ce travail que le Cadastre se prête, tout autant que les dénombrements anglais de l'époque préindustrielle, à une analyse des structures familiales selon la méthode mise au point par l'école de Cambridge. Et que si on prend garde à ne pas se laisser enfermer dans une sociologie de la famille idéologiquement aseptisée, coupée des réalités historiques qui sont les rapports entre les classes sociales, le Cadastre permet de mettre en relation structures familiales, structures sociales et scolarisation.

31Au-delà du traitement quantitatif auquel il a été souvent soumis jusqu'ici, le Cadastre est le seul document du XVIème siècle (bien supérieur aux recensements de Floridablanca et Godoy) qui nous permette d'atteindre l'individuel, de cerner non seulement l'individu des classes privilégiées, mais aussi l'homme moyen vivant en société dans les conditions quotidiennes de sa vie professionnelle, familiale et, jusqu'à un certain point culturelle, puisque les "memoriales nous révèlent la composition de chaque famille, ses revenus, ses biens, la capacité du chef de famille à signer et nous donnent souvent, hélas pas toujours, des informations sur la scolarisation des enfants. Le "catastro" permet donc d abaisser sensiblement le champ de visibilité sociale de l'ensemble de la population et d'intégrer des signes d'identité culturelle dans l'identité économique, sociale et familiale des individus. Signes culturels lacunaires, imprécis, sans doute, mais qui sont d'autant plus précieux qu'aucun autre document de l'époque ne nous apporte autant d'informations sur la famille et la scolarisation que cette gigantesque enquête dont le dépouillement est encore loin d'avoir produit tous ses fruits.

TABLEAU 1. Répartition socio-professionnelle de la population de Logroño en 1751

Sans emploi

141

8,80 %

Pauvres

109

6,80 %

Secteur primaire (labradores, hortelanos, jornaleros, ganaderos, pastores, pesacadores)

518

32,35 %

Secteur secondaire (artisanat)

437

27,29 %

Secteur tertiaire (militaires, "letrados", professions libérales, employés, commerce, services, clergé)

396

24,73 %

Total des feux :

1.601

100 %

TABLEAU 2. Structures familiales à Logroño en 1751 (selon la typologie de Peter Laslett)

TABLEAU 2. Structures familiales à Logroño en 1751 (selon la typologie de Peter Laslett)

TABLEAU 3. Nombre d'enfants par famille à Logroño en 1751

TABLEAU 3. Nombre d'enfants par famille à Logroño en 1751

TABLEAU 4. Origine sociale des élèves et étudiants en 1751

TABLEAU 4. Origine sociale des élèves et étudiants en 1751

Notes

1 Ardrivo Histórico Provincial de Logroño, Libros memoriales, Estado noble, Estado eclesiást.co y Estado general Cette documentation a déjà été utilisée pour une étude plus générale sur "Alfabetización y educación en la ciudad de Logroño en el siglo XVIII", par Marie-Hélène Buisine et Jacques Soubeyroux, à paraître dans Historia de Logroño. Epoca moderna, Ayuntamiento de Logroño y Universidad de La Rioja, sous presse.

2 Jesús Javier Alonso Castroviejo, Problemática agraria y solución burguesa. Logroño, (1750-1833), Logroño, Instituto de Estudios Riojanos, pp. 25-30.

3 Sur Madrid, cf. Jacques Soubeyroux, Paupérisme et rapports sociaux à Madrid au XVIIIème siècle, Lille, 1978, t. 1, p. 16. Sur León et les autres villes, cf. Jean-Marc Buiguès, Economie, société et mentalités en Vieille Castille au XVIIème siècle : la ville de León et sa juridiction, Thèse de Doctorat sous la direction de J. Soubeyroux, Montpellier, 1991, t. 1, p. 157.

4 Francisco Chacón Jiménez, "Introducción a la historia de la familia en España. El ejemplo de Murcia y Orihuela (siglos XVII-XIX)", in Historia social de la familia en España, Alicante, Insl.ituto Juan Gil Albert, 1990, p. 150.

5 Le Diccionario de Autoridades définit ainsi "cursante : el que asiste en la universidad y acude a las cátedras para oír las lecciones".

6 Jean-Marc Buiguès, "Pour une nouvelle approche des étudiants espagnols au XVIIIème siècle : l'exemple de la province de León", Mélanges de la Casa de Velazquez, t. XXV, 1989, pp. 239-278.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 2. Structures familiales à Logroño en 1751 (selon la typologie de Peter Laslett)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6135/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre TABLEAU 3. Nombre d'enfants par famille à Logroño en 1751
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6135/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre TABLEAU 4. Origine sociale des élèves et étudiants en 1751
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6135/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 901k

Auteur

Université de Saint-Etienne

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540