Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Culture et éducation dans les mondes hispaniques

 | 
Jean-Louis Guereña
, 
Monica Zapata

III. Univers fictionnels

La cuisine des féministes ou l'au-delà des frontières

Mónica Zapata

Texte intégral

  • 1 Julia Kristeva, Pouvoirs de l'horreur, Paris, Seuil, 1980.

1Frontières, limites, passages : si l'on réfléchit à ces trois termes, on peut penser que les deux premiers nous sont imposés par la loi, que celle-ci soit morale, sociale, politique. Ils relèvent davantage de l'ordre Symbolique-la Loi du Père-que du Réel qui, lui, renvoie au chaos. L'interdit, le tabou sont des limites à ne pas franchir ; les stéréotypes, pour leur part, reflètent souvent des frontières sociales. Comme le montre Julia Kristeva dans Pouvoirs de l'horreur1, la Bible propose de nombreux exemples de démarcation de frontières, entre le pur et l'impur, entre l'animal et l'humain, entre le féminin et le masculin, entre l'homme et Dieu.

  • 2 Cf. R. F. Berkhofer Jr., "The North American frontier as process and context", in H. Lamar et L. Th (...)

2Les historiographes, cependant, et plus précisément les spécialistes nordaméricains, utilisent le terme "frontière" pour définir l'espace géographique où un peuple en mouvement entre en contact avec un autre de culture très différente2. La frontière, c'est aussi le processus d'interaction entres les divers peuples et leurs cultures qui dès lors s'influencent mutuellement. Chronologiquement, la frontière précède l'acculturation, déterminée par la coexistence prolongée et intime de deux ou plusieurs cultures et par l'apparition de phénomènes d'hybridation, de mutation ou d'invention culturelle. C'est donc une zone de passage et de mélange. Ce n'est plus vraiment une limite mais un lieu (topique) d'échanges. On parle ainsi de la Frontière nord-américaine, la Frontière caribéenne ou encore de la Frontière ibérique, espace refuge où les chrétiens résistèrent face aux Maures pendant deux siècles (791-907).

3Quoi qu'il en soit, nous avons besoin des frontières, qu'elles soient limites ou zones de passage. En effet, comprise comme séparation ou comme norme, la frontière recoupe quelque chose de fondamental pour l'individu, à savoir les mécanismes de contrôle du moi et des relations intersubjectives. Et l'on pourrait alors dire que tous les codes sociaux, toutes les représentations culturelles et, plus généralement, la mise en langage elle-même, constituent les frontières de notre désir, sans lesquelles nous ne saurions pas vivre.

  • 3 Cf. Elisheva Rosen, Sur le grotesque. L'ancien et le nouveau dans la réflexion esthétique, Saint-De (...)
  • 4 Ibid., pp. 51 et suivantes.

4En art et en littérature, on s'est de tout temps efforcé de bannir le chaos et de codifier les modes d'expression. Je songe seulement à la condamnation des grotesques par Vitruve dans son traité De Architecture3, aux innombrables Arts poétiques, traités des genres et des figures. Or, depuis toujours bien entendu il y a eu également des défenseurs du mélange et de l'effacement des frontières : Victor Hugo, prêchant pour le grotesque contre le sublime et pour le drame romantique contre la tragédie dans sa préface de Cromwell4, n'est qu'un exemple de théoricien face aux multiples manifestations qui n'ont pas fait l'objet de traités en faveur du mélange à proprement parler. Dans la pratique, et notamment en peinture, Goya va, quant à lui, bien plus loin que Hugo, à la même époque.

5En me rapprochant du domaine qui m'intéresse aujourd'hui, je mentionnerai comme des cas d'hybridation littéraire, en Amérique latine, certaines formes du fantastique du XXe siècle, tels les récits courts de Silvina Ocampo-que l'on a ajuste titre qualifiés de grotesques, d'ailleurs-, le réalisme magique et, encore plus proches de nous, bon nombre des oeuvres des années 1980-90 ou de ce qu'il est désormais convenu d'appeler la postmodernité.

  • 5 Cf. Fredric Jameson, El posmodernismo o la lógica cultural del capitalismo avanzado, trad, par Jose (...)

6Depuis les divers écrits des théoriciens, dont Fredric Jameson entre autres, on sait que le décloisonnement des genres est l'une des caractéristiques des textes dits postmodernes5. Or l'ouvrage que je me propose de présenter-Locas por la cocina-participe de cette tendance, dans la mesure où tout en respectant la structure classique d'un livre de recettes culinaires, les auteures-Angélica Gorodischer, Virginia Haurie, Elvira Ibargüen, Hilda Rais et Ana Sampaolesi-prennent la plume à tour de rôle et s'amusent à parodier le genre et à transgresser les frontières génériques et discursives.

  • 6 Laura Esquivel, Como agua para chocolate, Barcelona, Mondadori, 1989.

7Cet ouvrage, publié en 1998 à Buenos Aires, s'inscrit, de plus, dans une lignée qui, depuis le début des années 1990 et grâce au succès du roman de Laura Esquivel Como agua para chocolate6, fait recette, non seulement en Amérique mais aussi en France. Je veux parler du mélange de fiction romanesque et de recettes de cuisine. Et, comme le titre de ce travail l'annonce d'emblée, il y a une troisième filière qui m'intéresse ici, à savoir celle des écrits féministes des années 1990, néoféminisme si l'on veut, que les cinq auteures revendiquent hautement dans leurs textes respectifs.

  • 7 Claudia Gilman et Graciela Montaldo, Preciosas cautivas, Buenos Aires, Aguilar-Altea-TaurusAlfaguar (...)

8On pourrait bien entendu explorer d'autres voies de filiation, celle de l'écriture en collaboration notamment, pratiquée souvent en Argentine, par Borges et Bioy Casares parmi les plus célèbres, mais aussi, plus récemment, par des femmes telles que Claudia Gilman et Graciela Montaldo dans leur roman épistolaire Preciosas cautivas de 19937. L'exploration de cette voie nous conduirait sans doute à la découverte d'une nouvelle frontière, au sens d'espace de mélange et d'interaction, et ce, de par l'effet que la confluence de plusieurs styles d'écriture ont sur le produit final que nous lisons.

9Je m'en tiendrai ici aux trois premiers volets en gardant au terme frontière son sens de limite ou de démarcation, et je tâcherai de montrer l'originalité du travail des auteures argentines. Je commencerai par le versant féministe pour en venir ensuite au mélange de recettes culinaires et de récit et, enfin, au dépassement généralisé des frontières génériques et discursives.

Un manuel de cuisine féministe

10Locas por la cocina se présente comme un manuel de cuisine écrit par et pour des féministes. Provocatrices dès leur introduction, qui s'intitule d'ailleurs "Seamos claras", les auteures proclament :

  • 8 Angélica Gorodischer, Virginia Haurie, Elvira Ibargüen, Hilda Rais et Ana Sampaolesi, Locas por la (...)

"Si, como dijimos, las mujeres feministas en particular existimos, y las mujeres en general existen también, se concluye que porque existimos, somos. O, dicho de otro modo: como existimos y somos mujeres feministas-y por lo que sabemos hasta ahora ninguna feminista ha logrado sobrevivir sin engullirse algo-, surge como evidencia que la cocina feminista realmente existe"8.

11Or, l'un des traits qui semblent caractériser les écrits des femmes-si l'on en croit les théoriciennes de la littérature féminine des années 1980-est le refus des genres canoniques tels que le roman et la préférence pour une écriture ouverte, errante, qui reproduit à la fois la quête de l'identité et le besoin de s'adresser à un interlocuteur supposé. D'où le choix du genre autobiographique, le journal intime, les lettres. Nos auteures argentines des années 1990 s'insurgent, elles aussi, non pas seulement contre les contraintes d'un genre, mais contre les normes et les consignes en général. Ce qui donne, bien entendu, des résultats pour le moins surprenants dans le contexte d'un manuel de cuisine :

  • 9 Ibid., p. 24.

"En este libro van a encontrar lectoras y lectores menos recetas que curiosidades, más enseñanzas que leyes, menos órdenes que sugerencias, más imaginación que rutina, menos reglas que libertad"9 ;

  • 10 Ibid., p. 75.

"[...] He de advertir que a las feministas no nos gustan los manuales. No nos gusta nada que pretenda abarcar todo el saber y ser acatado. No confiamos en lo que se presenta como único, uno, unidad inapelable ni en la ilusión de completud, como menos aún en la complementaridad de los opuestos"10.

12Cela dit, la forme de manuel convient parfaitement à l'usage du vocatif et au mode pseudo-dialogué qui interpelle constamment le lecteur. L'une des auteures, par ailleurs, écrit sous forme de lettres qu'elle adresse, soit à une amie en particulier, soit à l'ensemble de ses lectrices. La même auteure-Hilda Rais-introduit un poème parodique, qu'elle intitule "La vida no es sueño" et qu'elle signe du pseudonyme "Calderita Barcarola", jouant, bien entendu, sur Calderón de la Barca.

13Mais, là où les féministes argentines s'écartent résolument de ce qui semble être la tradition dans les écrits des femmes, c'est dans l'utilisation de l'espace. En effet, si l'on en croit encore les théoriciennes féministes des années 1980, l'écriture féminine se fonde dans le vide, dans le refus de tout espace organisé, et exprime l'errance, le passage, l'exil où l'être féminin est confiné. La création d'un espace privé, creux et réduit "à ses propres dimensions" serait le propre de l'écriture féminine, et la chambre le lieu privilégié où la féminité se libère. Dans Locas por la cocina, les femmes ne sont pas enfermées, ni lovées dans leur chambre, pas plus qu'elles ne sont attachées à leurs fourneaux. La chambre est évoquée comme un lieu de plaisir, mais elle ne prend jamais la place de protagoniste qu'occupe la cuisine :

  • 11 Ibid., p. 24.

"Irse a dormir o a hacer la siesta, preferiblemente con alguien que haya descorchado el vino y que sea capaz de festejar con risas las pequeñas torpezas cotidianas. Y que todo sea con el mayor placer posible"11.

  • 12 Ibid., p. 85.

14La cuisine, au contraire-et c'est, me semble-t-il, la nouveauté dans ces écrits de femmes depuis Laura Esquivel-est le lieu féminin et féministe par excellence. L'endroit, comme le prétend l'un des textes de A. Gorodischer, "del que nunca debimos haber salido"12, là où la femme est maîtresse, et surtout libre :

  • 13 Ibid., pp. 88-89.

"Pero bueno, dirán ustedes, ¿qué es lo que nos estás proponiendo? ¿Que volvamos a la cocina y nos encerremos en ella para no salir ya nunca más? No, mis queridas, no, por supuesto que no. Para empezar, no estoy proponiendo nada. Ya estamos en condiciones de decirnos: cada una sabrá lo que tiene que hacer con su cocina. Y para seguir, lo que estoy diciendo es que los lugares malditos pueden ser también lugares de bendición siempre que sepamos a qué atenemos. O sea: comprar solamente aquello que queremos comprar, y no todo lo que nos quieran vender"13.

Fiction et recette culinaire

15Et avec la place de choix qu'occupe la cuisine, j'en viens à la deuxième voie de filiation à laquelle je voulais rattacher l'ouvrage des Argentines, afin de montrer, là aussi, leur originalité. Je veux parler de l'exaltation des plaisirs de la table, de la sensualité liée à la nourriture et, en termes de forme littéraire, de la combinaison de fiction et recette culinaire.

  • 14 Plural. Revista cultural de Excelsior, n° 237,juin 1991.
  • 15 Isabel Allende, Afrodita. Cuentos, Recetas y Otros Afrodisíacos, Barcelona, Plaza y Janes, 1997.
  • 16 Marie Rouanet, Petit traité romanesque de cuisine, Paris, Payot, 1997.
  • 17 Didier et Marie-Christine Clément, Les recettes de Colette, Paris, Albin Michel, 1997.
  • 18 Odile Godard, Alice ou le piano des anges. Conte gastronomique, Mouriès, Le fil invisible, 1999.
  • 19 Michèle Kastner et Jean Mascolo, La cuisine de Marguerite, Paris, Benoît Jacob, 1999.

16Dans le monde de l'hispanisme on connaissait, depuis longtemps, les recettes de Pepe Carvalho dans les romans policiers de Vazquez Montalban. Mais il a fallu, me semble-t-il, l'énorme succès de Laura Esquivel, dû en partie à la sortie de la version cinématographique de son roman Como agua para chocolate pour que le mélange fiction-cuisine fasse recette. Il y a eu évidemment des détracteurs qui ont joué sur les termes et c'est ainsi que Excelsior, au Mexique, a publié un article signé par Antonio Marquet, et intitulé "¿Cómo escribir un best-seller ? La receta de Laura Esquivel"14. Toujours est-il que depuis, Isabel Allende a publié Afrodita. Cuentos, Recetas y Otros Afrodisíacos15 et, en français, on a vu rééditer récemment le Petit traité romanesque de cuisine, de Marie Rouanet16, ainsi que Les recettes de Colette, de Didier et Marie-Christine Clément17. En 1999, de plus, Odile Godard a publié son Alice ou le piano des anges, sous-titré Conte gastronomique18, Michèle Kastner et Jean Masco lo La cuisine de Marguerite19, une sorte de reconstruction du carnet de cuisine de Marguerite Duras, interdite à la vente, d'ailleurs, par l'ancien compagnon de la romancière.

17Nos Argentines connaissaient visiblement le succès que cette veine "paralittéraire" pouvait avoir. L'une d'elles avoue ainsi ses hésitations face au projet de l'ouvrage, faisant de manière évidente, allusion à l'oeuvre de Laura Esquivel où l'on trouve, entre autres, une recette de cailles en pétales de rose :

  • 20 Angélica Gorodischer, Virginia Haurie, Elvira Ibargüen, Hilda Rais et Ana Sampaolesi, Locas por la (...)

"Ciertas mujeres que escriben se reúnen. Es de noche, la reunión se realiza después de las tareas cotidianas y la conversación discurre acompañada de empanadas y buen vino. Tal vez por efectos del alcohol [...] terminan fantaseando con que al mercado editorial le falta un libro de cocina feminista. De allí a proponérselo hubo pocas vacilaciones: ¿No te parece que sobran manuales de cocina? ¿Vos te pensas que puedo proponer codornices al mejor estilo mexicano? ¿Alguna vio una codorniz?"20.

18Mais, malgré le lourd héritage, les cinq Argentines réussissent à faire preuve d'originalité, et ce, surtout, grâce à leur humour mordant, à leur engagement ouvertement féministe, que l'on ne trouve guère chez leurs prédécesseurs, et aussi à la pluralité des voix qui alternent. Pour un ouvrage issu d'un projet commun, en effet, il est intéressant de noter que chacune des auteures garde son style personnel qui, au bout de quelques textes, devient aisément reconnaissable. Et cela est capital, au niveau de la lecture car, comme je tâcherai maintenant de le montrer plus en détail, il est des passages où le grotesque de la situation, ou encore la dénonciation virulente de la condition féminine pourraient sembler choquants sans le contrepoids de l'humour et de la parodie.

19L'ouvrage comporte une soixantaine de textes, pour la plupart des récits courts, mais aussi, comme je l'ai déjà signalé, des poèmes et des lettres, qui sont organisés selon les parties traditionnelles d'un livre de recettes : "Sopas", "Condimentos", "Salsas", "Vegetales", etc. Chaque partie est précédée d'un dessin humoristique qui prétend en illustrer le titre : on voit par exemple la mère de famille coiffée de son bonnet de chef et ajoutant on ne sait quel terrible condiment à la nourriture déjà servie, devant les regards effrayés de sa belle-mère et de ses enfants. Ou encore le monsieur au restaurant qui s'apprête à commander un plat de viande alors que le garçon lui apporte déjà un cochon vivant sur son plateau.

20Les auteures se cachent derrière des pseudonymes, dont certains reviennent à plusieurs reprises. A la fin du volume cependant, le nom de chacune est clairement indiqué, à côté des titres des textes dont elle est l'auteure. La répartition est inégale : Angélica Gorodischer est celle qui signe le plus de textes (15), alors que Virginia Haurie n'en écrit que 4 et Hilda Rais 5. Quant à Elvira Ibargüen et Ana Sampaolesi, elles signent 13 et 12 textes respectivement. Il y a, de plus, 11 textes de deux ou trois paragraphes la plupart du temps, qui servent d'introduction à chaque partie et qui sont co-signés par les cinq auteures.

  • 21 Ibid., pp. 118-119.
  • 22 Ibid., p. 33.
  • 23 Ibid., p. 186.

21Il n'y a pas à proprement parler de recettes de cuisine, avec une liste d'ingrédients et la manière de procéder. La seule qui répond à ces caractéristiques est extraite d'un supplément de journal et reproduite littéralement21. Pour le reste, il s'agit la plupart du temps de consignes fantaisistes, d'ingrédients exotiques ou inconnus en Argentine ou encore de quantités pantagruéliques. Angélica Gorodischer se propose de reproduire une série de recettes célèbres, tout en nous prévenant qu'il ne s'agit surtout pas de fast food, mais au contraire de "recetas complicadas que necesitan dedicación, tiempo, amor por los refinamientos del paladar y la lengua, y vocación de placer"22. Tel est le cas, par exemple, de la recette des "faisanes à la durée"23, attribuée à Mme de Staël, ou de la soupe de moelle d'agneau, attribuée à María Agustina Sarmiento, dont voici un extrait :

"Se descarnan tres carneros jóvenes y se aparta la came para futuros platos [...]. Se asierran los huesos cilindricos de las manos y las patas y se cuecen en olla destapada, con tallos de apio, [...] Cuando los tallos están bien cocidos se agregan al caldo dos docenas de hígados de ganso, siete sesos de temera o novillo y una rasada de tripas de cerdo lavadas con leche. Se agregan asimismo las verduras y hortalizas que la dueña de casa privilegie para este tipo de platos. [...] Se cuela el caldo y en él se cuecen arroces, cereales o pastas a discreción. [...] Se le puede agregar manteca o yemas de huevo crudas o claras de huevo cocidas y mezcladas con perejil y echalotes picados.

  • 24 Ibid., p. 34.

En Francia, en donde se sabe que esta receta es sumamente popular, se le agregan tajadas de pan frito en grasa de gallina"24.

22La même auteure présente deux pseudo-recettes de cuisine féministe de l'ère néolithique, qui prétendent retracer l'histoire de l'apparition de la soupe et des condiments grâce, bien entendu, à la sagesse des femmes, le tout étant agrémenté de références à des manuels spécialisés, dont on mentionne le nom de l'auteur, la date et le lieu d'édition. Ma petite recherche personnelle, cependant, à travers les catalogues de la Bibliothèque du Congrès, la British Librairy et la Bibliothèque Nationale de Paris, entre autres, ne m'a pas permis de vérifier l'authenticité de toutes ces références. Voici tout de même un extrait de l'histoire de la soupe :

  • 25 Ibid., p. 40.

"Surge una sociedad diferenciada : los varones trabajan la arcilla, las mujeres cocinan en ella una vez convertida en cuencos, cazos, platos, cucharas. Los varones no dejan de guerrear. Los brujos no dejan de bailotear inútilmente tratando de vencer a la muerte. Las mujeres no dejan de cantar-contar ni de observar las plantas y domesticar animales"25.

23Ana Sampaolesi est plus provocatrice, et propose des recettes de "cocina canalla" dont je ne vous livre ici que quelques lignes, extraites de la recette-"típico de la campiña francesa"-du "Cabrito trois-couleurs" :

"Desollado, lavado y cortadas cabeza y patas, el cabrito deberá ser separado en presas que se remojarán durante seis horas en abundante crema a la que se habrán adicionado dos gotas de esencia de vainilla y perejil picado.

  • 26 Ibid., p. 155.

A continuación se acomodan las presas en una asadera cuidando de armar nuevamente al cabrito de modo que luzca en una postura natural, como si estuviese vivo y echado. Se le vuelca encima toda la crema y luego se divide el cuerpo del cabrito imaginariamente en tres, de modo tal de espolvorear el cuarto trasero con abundante azúcar, el delantero con pasas remojadas en rhum, y de pintarle la cabeza con salsa bechamel espesa que permita luego dibujarle el contorno de los ojos. Se hornea durante una hora a temperatura moderada y antes de servir se le acomoda en la boca una manzanita colorada"26.

24Quant à Virginia Haurie, ses quatre textes sont une dénonciation violente de la condition de la femme argentine en particulier, et de la situation socioéconomique du pays sous le régime néo-libéral de Carlos Menem. Prenons un extrait de "La cocina en tiempos de crisis" :

  • 27 Ibid., pp. 58-59.

"Nuestros consejos son para afrontar la crisis que se vive como consecuencia del ajuste económico. ¿Que no sabe lo que es el ajuste? Si no vive detrás de un cuadro, quedan dos posibilidades: o usted se ha enriquecido gracias al ajuste o sufre uno de los síntomas que este hecho provoca, que es no entender lo que está pasando a su alrededor"27.

  • 28 Ibid., p. 185.

25Mais le ton peut être encore plus virulent et le contenu parfois tragique, comme dans "Asesinato por omisión", où un garçon de quatre ans meurt seul dans un bidonville après avoir essayé de se faire à manger en l'absence de sa mère qui, elle, est hospitalisée, malade d'inanition28.

26Les féministes peuvent donc être très drôles, mais aussi très dures. Elles n'ont pas, en tout cas, la langue dans leur poche... Cette image, qui n'est pas très scientifique, j'en conviens, me ramène cependant à l'idée de passage et de dépassement des frontières. Les femmes sortent de leur soi-disant espace par excellence, le creux, le vide, qui renvoie évidemment au ventre.

  • 29 Cf. Seyla Benhabib, "Feminism and Postmodernism : An Uneasy Alliance", in S. Benhabib, J. Butler, D (...)

27Je pense que même s'il reste sans aucun doute beaucoup à faire, aussi bien dans la reconnaissance sociale et institutionnelle de la femme que dans celle, plus généralement, de l'altérité, les dernières années du XXe siècle auront eu le mérite de réintroduire la réflexion à propos du mélange et de l'hybridation. Les thèses postmodernistes, en effet, et en particulier celle qui postule "la mort du Sujet", ont entraîné, entre autres, la démystification du sujet mâle de la Raison. Postmodernistes et féministes sont d'accord pour situer le sujet dans les pratiques sociales, linguistiques et discursives, qui sont contingentes, historiquement changeantes et culturellement variables29. Le concept de gender, notamment, est issu de ce postulat. Depuis Platon jusqu'à Kant et Hegel la tradition philosophique occidentale, essentialiste, avait bâti le récit du sujet mâle de la Raison-qui est aussi, bien entendu-blanc et chrétien. Par leur méfiance face à une telle posture, les postmodernistes et les féministes ont rendu légitime la prise en compte de catégories ignorées, telles l'altérité et la différence.

Notes

1 Julia Kristeva, Pouvoirs de l'horreur, Paris, Seuil, 1980.

2 Cf. R. F. Berkhofer Jr., "The North American frontier as process and context", in H. Lamar et L. Thompson (eds.), The Frontier in History. North America and Southern Africa compared, New Haven, 1981, pp. 43-75, et aussi Pedro Carrasco et Guillermo Céspedes, Historia de América Latina 1. América indígena. La conquista, Madrid, Alianza editorial, 1985, pp. 269 et suivantes.

3 Cf. Elisheva Rosen, Sur le grotesque. L'ancien et le nouveau dans la réflexion esthétique, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 1991, pp. 13-14.

4 Ibid., pp. 51 et suivantes.

5 Cf. Fredric Jameson, El posmodernismo o la lógica cultural del capitalismo avanzado, trad, par Jose Luis Pardo Torio, Barcelona, Paidós, 1991.

6 Laura Esquivel, Como agua para chocolate, Barcelona, Mondadori, 1989.

7 Claudia Gilman et Graciela Montaldo, Preciosas cautivas, Buenos Aires, Aguilar-Altea-TaurusAlfaguara S. A., 1993.

8 Angélica Gorodischer, Virginia Haurie, Elvira Ibargüen, Hilda Rais et Ana Sampaolesi, Locas por la cocina, Buenos Aires, Editorial Biblos, 1998, p. 14.

9 Ibid., p. 24.

10 Ibid., p. 75.

11 Ibid., p. 24.

12 Ibid., p. 85.

13 Ibid., pp. 88-89.

14 Plural. Revista cultural de Excelsior, n° 237,juin 1991.

15 Isabel Allende, Afrodita. Cuentos, Recetas y Otros Afrodisíacos, Barcelona, Plaza y Janes, 1997.

16 Marie Rouanet, Petit traité romanesque de cuisine, Paris, Payot, 1997.

17 Didier et Marie-Christine Clément, Les recettes de Colette, Paris, Albin Michel, 1997.

18 Odile Godard, Alice ou le piano des anges. Conte gastronomique, Mouriès, Le fil invisible, 1999.

19 Michèle Kastner et Jean Mascolo, La cuisine de Marguerite, Paris, Benoît Jacob, 1999.

20 Angélica Gorodischer, Virginia Haurie, Elvira Ibargüen, Hilda Rais et Ana Sampaolesi, Locas por la cocina, op. cit., p. 44.

21 Ibid., pp. 118-119.

22 Ibid., p. 33.

23 Ibid., p. 186.

24 Ibid., p. 34.

25 Ibid., p. 40.

26 Ibid., p. 155.

27 Ibid., pp. 58-59.

28 Ibid., p. 185.

29 Cf. Seyla Benhabib, "Feminism and Postmodernism : An Uneasy Alliance", in S. Benhabib, J. Butler, D. Cornell, Ν. Fraser, Feminist Contentions, New York and London, Routledge, 1995, pp. 20 et suivantes.

Auteur

C.I.R.E.M.I.A., Université François Rabelais, Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540