Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Culture et éducation dans les mondes hispaniques

 | 
Jean-Louis Guereña
, 
Monica Zapata

III. Univers fictionnels

Como agua para chocolate de Laura Esquivel : des "premiers pas" d'un roman à succès

Sarah Legros

Texte intégral

1Un grand nombre de facteurs peuvent peser sur 1'accueil que le public va réserver à un livre, au moment de sa sortie. Des facteurs liés au texte lui-même, bien sûr, mais aussi des facteurs qui, tout en le concernant, lui sont extérieurs. C'est ce que Gérard Genette appelle le "paratexte factuel" :

  • 1 Gérard Genette, Seuils, Paris, Seuil, Collection Poétique, 1987, p. 12.

"Je qualifie de factuel le paratexte qui consiste, non en un message explicite (verbal ou autre), mais en un fait dont la seule existence, si elle est connue du public, apporte quelque commentaire au texte et pèse sur sa réception"1.

2Il en est ainsi, continue-t-il, de l'âge ou du sexe de l'auteur :

  • 2 Ibid., pp. 12-13.

"Combien d'oeuvres ont dû, de Rimbaud à Sollers, une part de leur gloire ou de leur succès au prestige de la jeunesse ? Et lit-on jamais un « roman de femme » tout à fait comme un roman tout court, c'est-à-dire un roman d'homme ?"2.

3Ou encore, de la date de l'oeuvre, de l'obtention d'un prix littéraire, du contexte qui entoure le livre en question...

  • 3 Joaquim Ibarz, "Entrevista, Laura Esquivel - « Me duele que los campesinos pidan ahora lo mismo que (...)

4Dans le cas de Como agua para chocolate, quelques-uns de ces éléments ont été mis en avant pour expliquer le succès que ce roman a remporté parmi eux : la mode de la littérature écrite par les femmes, l'augmentation du nombre des lectrices ou encore, son adaptation au cinéma. Un point rarement étudié, en revanche, est celui qui se rapporte à son arrivée sur le marché, à la préparation dont elle a pu être l'objet. Comme cela a souvent été écrit et dit, sa sortie n'aurait été ni annoncée ni préparée par une campagne publicitaire et le seul "bouche à oreille" serait à l'origine de ses premiers bons résultats de vente : "En México, en cambio, nunca fue necesario hacer promoción, no fue preciso colocar ni un solo anuncio, las ventas funcionaron de boca en boca"3, dira Laura Esquivel.

  • 4 Ibid., p. 15.
  • 5 Sergio González Rodríguez, "Crítica de la razón dietética", Nexos, n° 142, octobre 1989, p. 53.

5Pourtant, lorsque nous examinons attentivement les différents articles qui sont parus sur lui au moment de sa sortie, un certain nombre de détails, qui disparaîtront par la suite, nous amènent à nous interroger sur ce que nous pouvons appeler ses "premiers pas" dans le monde. Par exemple, quelle que soit la réédition que nous prenions, il est indiqué que Como agua para chocolate a été publié en 1989. Il en est de même dans les différents ouvrages ou articles, spécialisés ou non, qui en parlent et l'auteur lui-même donne cette date : "Se publicó en 1989", dit-elle dans une interview parue dans La Vanguardia Magazine en 19944. C'est même au mois de février de cette année 1989 qu'il aurait été publié pour la première fois. Pourtant, en examinant attentivement tous les articles que nous avons réunis à son sujet, nous en avons trouvé un dans lequel apparaît l'indication suivante : "Laura Esquivel : Como agua para chocolate, Mortiz/Planeta, México, 1988, 244 p."5.

  • 6 Patricia Vega, "Publica Laura Esquivel su primer libro - Como agua para chocolate, una novela, y un (...)
  • 7 Patricia Morales, "Femenina, mágica, mexicana", Uno más uno, 12 décembre 1988, p. 27.
  • 8 Marco Antonio Rueda, "Libro - Como agua para chocolate de Laura Esquivel", El Universal y la cultur (...)

6S'agirait-il d'une erreur ou y aurait-il eu une édition en 1988 ? Nous avons également remarqué que dans un article du 18 février 1989, Patricia Vega fait allusion à une édition en 400 exemplaires qui semblerait avoir précédé celle destinée au grand public6. Enfin, quelques articles, parmi ceux que nous avons trouvés, datent du mois de décembre 1988. Le 12 décembre, par exemple, Patricia Morales annonce non seulement sa prochaine sortie mais, en plus, elle rédige déjà tout un article sur lui, son contenu et l'écriture de l'auteur7. Elle a déjà lu le livre alors qu'apparemment il n'a pas encore été publié. Il semble en être de même pour Marco Antonio Rueda qui en parle dans un article du 18 décembre 19888.

7Qu'une première épreuve, qu'un manuscrit, circule, avant publication, entre les mains d'un éditeur, de ses collaborateurs et de quelques critiques, cela n'a rien d'étonnant, cela est même plutôt usuel. En revanche, il est rare que deux mois s'écoulent entre la parution dans les journaux des articles qui annoncent sa sortie et l'effective mise en vente du livre.

8Dans le cas qui nous occupe, nous allons le voir, les choses sont allées plus loin qu'une simple première épreuve, ou qu'un manuscrit, et le "bouche à oreille" n'est peut-être pas le seul responsable de ses premiers bons résultats de vente. Mais tel un "secret de fabrication", les véritables "premiers pas" dans le monde de Como agua para chocolate, s'ils sont parfois, mais rarement, évoqués en 1989, ils ne le seront plus-ou pratiquement plus-les années suivantes. C'est-à-dire, d'après nous, lorsque l'ouvrage connaîtra le succès que nous savons et que certains critiques commenceront à s'interroger sur ce succès et à le critiquer, parfois violemment. Soit lorsque l'évocation de ses "premiers pas" deviendra une information pouvant nuire à son succès en servant les arguments de ses détracteurs.

Une publication en trois étapes

  • 9 Román Castillo, "Laura Esquivel", Vogue, México, 10e année, n° 107, avril 1989, p. 66.

9Tout commence le jour où une amie de Laura Esquivel prédit à ce futur auteur l'écriture d'un roman : "[...] Un día una amiga me aseguró con tanto énfasis : Tú vas a escribir una novela, que me convenció"9. Notons qu'en juin 1989, dans un autre article, cette amie est devenue une "voyante " :

  • 10 Javier Molina, "Presentó la escritora la novela de Laura Esquivel - Como agua para chocolate, libro (...)

"En pleno siglo veinte una pitonisa me dijo que escribiría una novela, pero no me dijo cómo hacerla. Entonces, me lancé a la aventura de escribirla. Es el comienzo de la historia de Como agua para chocolate [...]"10

  • 11 Román Castillo, "Laura Esquivel", op. cit., p. 66.
  • 12 Deux enregistrements sur lesquels se trouvait leur travail ayant été effacés, ils durent recommence (...)
  • 13 Ibid.

10Esquivel finit par s'en convaincre et commence par réunir un groupe d'amis en une sorte d'atelier. Celui-ci ne tiendra pas bien longtemps, explique-t-elle dans un article de Vogue paru en avril 198911, mais, pleine d'enthousiasme, elle écrit tout de même un premier chapitre qu'elle leur lira et que tous apprécieront. Peu de temps après, paraît l'annonce du concours de romans Novedades-Diana et elle décide d'y participer. Elle écrit tous les jours et, précise-t-elle dans le même article, Alfonso (Alfonso Arau, le réalisateur, qui était alors son mari) l'aidait beaucoup. Malheureusement, ils ne peuvent pas terminer à temps et ils ne présentent pas le manuscrit au concours12. Les premiers moments de déception passés, le roman est là et ils décident d'en faire des photocopies et de le distribuer à des amis : "[...] Tuve ya la novela completa, de la cual fuimos dando copias a todos los amigos"13.

11Et c'est ainsi que son roman s'est d'abord fait connaître comme elle le confirme à la fin de l'interview de Román Castillo. C'est aussi ce qu'affirme Patricia Vega dans son article du 18 février 1989 :

  • 14 Patricia Vega, "Publica Laura Esquivel su primer libro - Como agua para chocolate, una novela, y un (...)

"[...] Ella simplemente dio a leer su manuscrito a algunas amistades y, de boca en boca, empezó a extenderse por la ciudad la fama de ésta […]"14.

12Comme d'autres personnalités, c'est donc, peut-être, cette "première épreuve", ces photocopies, que Patricia Vega, Patricia Morales et Marco Antonio Rueda, ont lues. A moins qu'il ne s'agisse encore d'une autre version. Car l'histoire des "premiers pas" de Como agua para chocolate n'est pas tout à fait terminée.

13Suite à la distribution des photocopies de son manuscrit à ses amis, ceux-ci l'ayant tellement aimé, la première prise de contact avec ses premiers lecteurs ayant été tellement positive, Laura Esquivel se laisse convaincre et confie son roman à un éditeur :

  • 15 Dolores Carbonell Iturburu, "Laura Esquivel", Hogar y vida, 6e année, n° 63, décembre 1989, p. 14.

"[...] De inmediato comencé a recibir respuestas maravillosas que provenían de los amigos, entre quienes la novela circuló en copias. Fue precisamente una amiga la que me recomendó y me sugirió llevarla a la editorial Planeta, aunque yo había escrito la novela para entrar en un concurso, en el que finalmente ni participé. Los editores me llamaron de inmediato y una semana después firmé el contrato de publicación"15.

14L'histoire plaisant à l'éditeur, mais peut-être aussi suite à l'enthousiasme que ce roman a suscité parmi ses premiers lecteurs, il est décidé que celui-ci sera publié :

  • 16 Patricia Vega, "Publica Laura Esquivel su primer libro - Como agua para chocolate, una novela, y un (...)

"No es de extrañar entonces, que Jaime Aljure, de Editorial Planeta, enloqueciera con esta singular novela y la devolviera a los lectores en una bella edición especial de 400 ejemplares (firmados y numerados) para bibliófilos [...]"16.

15Toutefois, il ne s'agira pas d'une publication ordinaire et c'est là la deuxième étape : l'éditeur décide, dès le début, d'en faire une édition spéciale, une édition de luxe, signée et numérotée, de 400 exemplaires. Ceci en plus de l'édition ordinaire pour le grand public :

  • 17 Alejandro Hermida, "Como agua para chocolate - Jefecita sagrada, Jefecita coatlicue y haciendo el a (...)

"Y para sorpresa de Laura, una semana más tarde [après que le manuscrit ait été porté chez Planeta] le hablaron para informarle que sería editada en dos presentaciones: una normal para todo público y otra de lujo para los bibliófilos [...]"17.

16Les deux éditions sont donc programmées mais c'est l'édition de luxe qui sera d'abord mise en vente et ce... au mois de décembre 1988 :

  • 18 Mariano Morales, "Tres libros de mujeres - Entre la cocina y las visiones", El Financiero (Cultura) (...)

"Si bien el ejemplar que cayó en mis manos de Como agua para chocolate es la edición de la autora-400 ejemplares tirados en diciembre de 1988-, al público no llegó sino hasta que Planeta la reeditó y la puso en circulación a mediados del 89"18.

17La sortie de l'édition pour le grand public se fera plus tard, en 1989, au mois de février. Ainsi, avant celle-ci, il y en eut donc bien une autre, au mois de décembre 1988. Elle ne fut tirée qu'en 400 exemplaires mais elle est bel et bien la première édition du manuscrit.

18Remarquons que dans cette citation, il est précisé qu'il s'agit là de "l'édition de l'auteur". Ces exemplaires lui appartenaient-ils ? C'est, en effet, ce que nous a dit un écrivain mexicain : Laura Esquivel aurait acheté les 400 premiers exemplaires de son livre et c'est ce qui aurait permis à la maison d'édition d'affirmer, en guise de publicité, que ce roman s'était vendu en moins d'un mois.

  • 19 Le mois de juillet serait, en effet, le mois de la sortie de sa deuxième édition. Cf. Consuelo Góme (...)

19S'agit-il d'une rumeur malveillante ? Nous n'avons pas réussi à le savoir. Toutefois, nous avons quelques remarques à faire : tout d'abord, si l'édition pour le grand public-celle qui est présentée comme la première édition et qui a été tirée en 3. 000 exemplaires et mise en vente au mois de février 1989,-s'était effectivement vendue en moins d'un mois, l'éditeur aurait-il vraiment attendu le mois de juillet pour mettre en vente une deuxième édition19 ? Ensuite, il nous faut remarquer que ces 400 premiers exemplaires seront en vente mais pas en vente libre, pas en librairie. Ils ne seront disponibles que sur demande, à un numéro de téléphone précis :

  • 20 Alejandro Hermida, op. cit., p. 63.

"Ahora puede ser adquirida en una fina edición numerada de 400 ejemplares [...] y se consigue llamando al tel. 689-39-89"20

20Ces exemplaires pourraient ainsi, effectivement, appartenir à quelqu'un et, si c'est l'auteur qui les a achetés, cela n'était apparemment pas pour les distribuer à des amis, comme cela se fait parfois. Dans ce cas, pourquoi les avoir achetés ?

  • 21 Patricia Vega,'Publica Laura Esquivel su primer libro - Como agua para chocolate, una novela, y un (...)
  • 22 Román Castillo, "Laura Esquivel", op. cit., p. 66.

21Enfin, comment faire fi de cette rumeur lorsque l'on sait que si l'on ne prend pas en compte cette vente, le fait est que les 400 exemplaires n'ont pas vraiment été vendus en moins d'un mois ? En effet, le 18 février ils seraient seulement "sur le point d'être épuisés"21. De plus, lorsque Román Castillo évoque, lors d'une interview, le "si chaleureux accueil" que le livre aurait immédiatement reçu, il ne peut pas s'agir de la première édition, supposée celle en 3. 000 exemplaires pour le grand public, puisque celle-ci n'est pas encore sortie : "está por aparecer", dit Laura Esquivel22.

22Ainsi, tout porte à croire que l'édition qui est présentée comme la "première" édition du livre, celle qui est sortie en février et qui a été tirée en 3. 000 exemplaires, n'est pas celle qui, comme annoncée, s'est vendue en moins d'un mois. Fait exprès ou non, ce qui doit concerner les 400 premiers livres semble s'être déplacé vers l'édition en 3. 000 exemplaires. Cela n'était-il pas, en effet, préférable ? La vente de 400 livres, en un mois ou même en moins d'un mois, cela n'a finalement rien d impressionnant et cela n'attire pas l'attention. Ne valait-il donc pas mieux que cet argument publicitaire soit déplacé et que le grand public ne pense pas, ne sache pas, que la première édition vendue en moins d'un mois soit une édition tirée... en 400 exemplaires seulement ?

  • 23 Alejandro Hermida, op. cit., p. 63.

23Enfin, dernière étape de ces "premiers pas" entre ombre et lumière, parmi certains privilégiés mais encore à l'écart du grand public, puisque l'édition qui lui est destinée n'est toujours pas sortie, le 16 décembre 1988, Elena Poniatowska en fait une présentation : "El 16 de diciembre, Elena Poniatowska presentó la novela [...]"23.

  • 24 Patricia Vega," Publica Laura Esquivel su primer libro - Como agua para chocolate, una novela, y un (...)

24Et dans l'article du 18 février 1989 de Patricia Vega, nous apprenons que Laura Esquivel a essayé de "personnaliser" ce moment, d'en faire un événement particulier : "[...] Para la presentación del libro preparé más de mil tortas de Navidad, algo titánico pero gozoso"24.

25Pour la première présentation de son ouvrage, l'auteur n'a pas hésité à préparer une des recettes de son livre pour la faire goûter, pour partager cet élément "romanesque" avec les invités. Il s'agissait, sans aucun doute, de faire bonne impression et de marquer les esprits en faisant de celle-ci une présentation différente de toutes les autres. Como agua para chocolate devait se distinguer des autres ouvrages.

26Enfin, au mois de février 1989, l'édition pour le grand public est mise en vente et avec elle commencent les "premiers pas" officiels de Como agua para chocolate. Là encore, nous avons quelques remarques à faire sur ses premiers moments de "vie" cette fois, au sein du grand public et le rôle que le seul "bouche à oreille" aurait joué.

Des premiers mois de sa "vie" publique

27Au moment de sa sortie, les ventes du premier roman de Laura Esquivel ne semblent pas avoir été immédiatement aussi fortes et rapides que ce qui s'est dit et écrit. Encore une fois, le "bouche à oreille" ne semble pas avoir été suffisant ; du moins, il ne peut pas être considéré comme la seule et unique clef de ses premiers bons résultats de vente.

  • 25 Alba Nora Martínez, "¡Está « como agua para chocolate » !", El Norte (Cultura), 13 juin 1989, p. 6D

28Quelque temps après sa sortie, d'autres moyens, plus radicaux, vont être mis en oeuvre. Afin qu'il soit largement connu du grand public, Como agua para chocolate va être "lancé". Et ce qui est important, c'est qu'une grande partie de ce lancement ne va pas se faire par l'intermédiaire des journaux mais par celui de la télévision : "[...] Su novela [...] ha llamado la atención de la prensa y la televisión, medio en el que le han hecho gran difusión a través de entrevistas"25.

  • 26 Perla Schwartz, "Ser best seller es como hacer un mole delicioso : Laura Esquivel" El Universal 1er(...)

29Ce roman a attiré l'attention de la presse, nous dit Alba Nora Martínez, mais surtout la télévision en a beaucoup parlé en diffusant des interviews de l auteur. Et ce n'est qu'à partir de ce lancement, qui a eu lieu au mois d'avril, que ses ventes vont vraiment augmenter : "Desde el mes de abril de 1989, mes de su lanzamiento, la novela "Como agua para chocolate", de Laura Esquivel, ha tenido un gran éxito de venta [...]"26 Notons également qu'à la fin du mois de mai 1989, il sera de nouveau l'objet d'une présentation à laquelle participera, entre autres et encore une fois, Elena Poniatowska.

  • 27 Román Castillo, "Laura Esquivel", op. cit., p. 64.
  • 28 Ibid.
  • 29 Ibid.

30Ainsi, ce livre n'aurait pas eu besoin de publicité : "[...] Es uno de esos libros que se presentan solos ; no necesitan más publicidad que la que el lector le hace después de leerlo [...]"27. Il n'aurait bénéficié d'aucun conseil : "Es un libro que no nació de talleres literarios ni de concursos ni de recomendaciones de críticos especializados"28. Cet ouvrage et son succès seraient les purs fruits du hasard : "Es simplemente algo que el venturoso azar ha puesto en nuestras manos"29.

  • 30 Cf. Patricia Vega, "Publica Laura Esquivel su primer libro - Como agua para chocolate, una novela, (...)

31Mais, en est-on bien sûr ? En effet, en ce qui concerne les photocopies du manuscrit qui ont d'abord été distribuées à des amis, elles sont, en quelque sorte, la première épreuve de l'ouvrage. Une première épreuve qui a pu servir de premier test, qui a pu être une première "prise de température" quant au possible accueil du public. De plus, cela a également pu permettre au manuscrit de bénéficier des conseils et des suggestions que ses amis, premiers lecteurs, ont éventuellement pu faire à l'auteur30. Par exemple, le sous-titre du livre que donne Patricia Vega dans son article paru dans La Jornada du 18 février 1989, est : "Novela de entregas mensuales con recetas, amores y remedios caseros para todo tipo de males". "Para todo tipo de males" sera supprimé, ces quelques mots n'apparaissant pas dans le sous-titre de la première édition pour le grand public. Peut-être est-ce là le résultat d'un conseil donné par un de ses amis, premiers lecteurs. Notons que c'est également le sous-titre que Román Castillo et Patricia Morales indiquent dans leurs articles.

32Pour ce qui est de la deuxième étape, la première édition en 400 exemplaires numérotés et signés, elle va permettre au livre de faire encore plus parler de lui et ce alors qu'il n'est pas encore dans les librairies. En effet, peu à peu, des articles le concernant paraissent dans les journaux. Il plaît et son nom est sur de nombreuses lèvres ou du moins, sur celles de lecteurs privilégiés (par leur situation de premiers lecteurs mais aussi, pour certains, par leur situation sociale), sur celles de différentes personnalités qui ont des projets pour lui et dont parlent les journalistes :

  • 31 Patricia Vega, "Publica Laura Esquivel su primer libro - Como agua para chocolate, una novela, y un (...)

"[...] Que Josefina King esté estudiando la posibilidad de llevarla a Radio Educación en forma de radionovela; que Alejandro Jodorowsky se haya llevado un ejemplar a París con la seguridad de que pronto será traducida al francés; que Alfonso Arau esté dispuesto a dirigir la versión cinematográfica [...]"31.

33Ainsi, avant même d'être en vente libre, Como agua para chocolate se fait connaître et acquiert une bonne réputation : on se le prête, on veut le lire, on veut qu'il soit lu et le grand public, qui ne peut pas encore l'acheter, en entend parler. Comment pourrait-il alors, ne pas en avoir envie ? Avant même d avoir été vraiment publié Como agua para chocolate devient le livre qu'il faut avoir lu.

  • 32 Wolfgang Vogt, "La primera novela de Laura Esquivel", El Informador, 11 février 1990, p. 2.

34Enfin, pour ce qui est de la troisième étape, la présentation faite par Elena Poniatowska, nous pouvons facilement imaginer l'importance de son intervention, des louanges et des compliments qu'elle va faire sur ce livre, dans la mesure où, pour la majorité des lecteurs, elle fait partie des grands auteurs du Mexique. Ses propos enthousiastes sur Como agua para chocolate seront d'ailleurs souvent repris, dans leur intégralité ou en extraits, dans différents articles de journaux le concernant et ce sont aussi ces propos, qui vont apparaître sur la quatrième de couverture de l'édition mexicaine. Son opinion sera mise en avant, comme une sorte de caution, de garantie, quant à la qualité du roman. Wolfgang Vogt écrira même que ce dernier lui doit une bonne part de son succès : "El éxito de Como agua para chocolate se debe en gran parte a los elogios que recibió este libro por Elena Poniatowsca [sic]"32.

35Et pour ce qui est de son lancement, il est également facile d'imaginer son importance dans la mesure où il se serait fait, surtout et avant tout, à la télévision. Si l'éditeur voulait toucher un large public, un maximum de lecteurs, quel meilleur moyen que celui-ci ?

36Ainsi, le hasard et le "bouche à oreille" peuvent-ils vraiment être considérés comme les principaux responsables des premiers bons résultats de vente de Como agua para chocolate ?, des ventes qui, nous le rappelons, n'ont pas été immédiatement aussi rapides et fortes que ce qui a souvent été dit et écrit. Ces étapes n'auraient-elles pas pu, effectivement, créer des conditions favorables à sa réception ?

Notes

1 Gérard Genette, Seuils, Paris, Seuil, Collection Poétique, 1987, p. 12.

2 Ibid., pp. 12-13.

3 Joaquim Ibarz, "Entrevista, Laura Esquivel - « Me duele que los campesinos pidan ahora lo mismo que Zapata hace 80 años »", La Vanguardia Magazine, 23 janvier 1994, p. 16.

4 Ibid., p. 15.

5 Sergio González Rodríguez, "Crítica de la razón dietética", Nexos, n° 142, octobre 1989, p. 53.

6 Patricia Vega, "Publica Laura Esquivel su primer libro - Como agua para chocolate, una novela, y un verdadero banquete", La Jornada (Cultura), 18 février 1989, p. 26.

7 Patricia Morales, "Femenina, mágica, mexicana", Uno más uno, 12 décembre 1988, p. 27.

8 Marco Antonio Rueda, "Libro - Como agua para chocolate de Laura Esquivel", El Universal y la cultura, 18 décembre 1988.

9 Román Castillo, "Laura Esquivel", Vogue, México, 10e année, n° 107, avril 1989, p. 66.

10 Javier Molina, "Presentó la escritora la novela de Laura Esquivel - Como agua para chocolate, libro único en México : Poniatowska", La Jomada (Cultura), 4 juin 1989, p. 26.

11 Román Castillo, "Laura Esquivel", op. cit., p. 66.

12 Deux enregistrements sur lesquels se trouvait leur travail ayant été effacés, ils durent recommencer à l'écrire à partir d'un autre mauvais enregistrement qu'ils possédaient (Ibid., p. 66).

13 Ibid.

14 Patricia Vega, "Publica Laura Esquivel su primer libro - Como agua para chocolate, una novela, y un verdadero banquete", op. cit., p. 26.

15 Dolores Carbonell Iturburu, "Laura Esquivel", Hogar y vida, 6e année, n° 63, décembre 1989, p. 14.

16 Patricia Vega, "Publica Laura Esquivel su primer libro - Como agua para chocolate, una novela, y un verdadero banquete", op. cit., p. 26.

17 Alejandro Hermida, "Como agua para chocolate - Jefecita sagrada, Jefecita coatlicue y haciendo el amor en la cocina". Nous ne possédons pas les références exactes de cet article que nous nous sommes procuré aux éditions Planeta à Mexico. Toutefois, il a dû être publié au mois de décembre 1988 ou de janvier 1989.

18 Mariano Morales, "Tres libros de mujeres - Entre la cocina y las visiones", El Financiero (Cultura), 30 janvier 1990, p. 80.

19 Le mois de juillet serait, en effet, le mois de la sortie de sa deuxième édition. Cf. Consuelo Gómez, "Una novela de la cocina - Entrevista con Laura Esquivel", El Universal y la Cultura, 9 juillet 1989, p. 1.'

20 Alejandro Hermida, op. cit., p. 63.

21 Patricia Vega,'Publica Laura Esquivel su primer libro - Como agua para chocolate, una novela, y un verdadero banquete", op. cit., p. 26.

22 Román Castillo, "Laura Esquivel", op. cit., p. 66.

23 Alejandro Hermida, op. cit., p. 63.

24 Patricia Vega," Publica Laura Esquivel su primer libro - Como agua para chocolate, una novela, y un verdadero banquete", op. cit., p. 26...

25 Alba Nora Martínez, "¡Está « como agua para chocolate » !", El Norte (Cultura), 13 juin 1989, p. 6D.

26 Perla Schwartz, "Ser best seller es como hacer un mole delicioso : Laura Esquivel" El Universal 1er février 1991.

27 Román Castillo, "Laura Esquivel", op. cit., p. 64.

28 Ibid.

29 Ibid.

30 Cf. Patricia Vega, "Publica Laura Esquivel su primer libro - Como agua para chocolate, una novela, y un verdadero banquete", op. cit., p. 26 ; Román Castillo, "Laura Esquivel", op. cit., p. 64 ; Patricia Morales, "Femenina, mágica, mexicana", op. cit., p. 27.

31 Patricia Vega, "Publica Laura Esquivel su primer libro - Como agua para chocolate, una novela, y un verdadero banquete", op. cit., p. 26.

32 Wolfgang Vogt, "La primera novela de Laura Esquivel", El Informador, 11 février 1990, p. 2.

Auteur

C.I.R.E.M.I.A., Université François Rabelais, Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540