Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Culture et éducation dans les mondes hispaniques

 | 
Jean-Louis Guereña
, 
Monica Zapata

III. Univers fictionnels

Au Paraguay : l'école de la vie

Carla Fernandes

Texte intégral

1La recherche sur l'éducation dans le domaine paraguayen porte actuellement sur la réforme éducative entreprise en 1992 tandis que le pays s'engageait sur le chemin de la démocratisation. L'Article 5 de la Constitution de 1967 stipule que "Los idiomas nacionales de la República son el guaraní y el español. Será de uso oficial el español", alors que l'Article 140 de la Constitution de 1992 indique :

"El Paraguay es un país pluricultural y bilingüe. Son idiomas oficiales el castellano y el guaraní. La ley establecerá las modalidades de utilización de uno y otro. Las lenguas indígenas, así como las de otras minorías, forman parte del patrimonio cultural de la Nación".

  • 1 Cf. Reforma educativa. Compromiso de todos. Informe del Consejo asesor de la Reforma Educativa, Asu (...)

2La décision d'instaurer l'éducation bilingue pour tous les enfants paraguayens scolarisés est sans doute l'application la plus immédiate de ce nouveau statut officiel de la langue guarani. La réforme éducative, dont l'enseignement bilingue n'est que l'une des facettes, se présente comme une claire manifestation de la démocratie et comme "compromiso de todos"1. Elle se fonde sur le principe de l'enseignement dans la langue maternelle et met en application l'Article 77 de la Constitution de 1992 :

"La enseñanza en los comienzos del proceso escolar se realizará en la lengua oficial materna del educando. Se instruirá asimismo en el conocimiento y en el empleo de ambos idiomas oficiales de la república. En el caso de las minorías étnicas, cuya lengua materna no sea el guaraní, se podrá elegir uno de los idiomas oficiales".

3La culture et plus particulièrement la création littéraire paraguayenne trouve sa source dans le double univers linguistique espagnol et guarani dont la richesse et la complexité est admise par les orientations de la politique éducative antérieurement évoquée. Nous n'entreprendrons pas ici une étude de son application et de ses résultats sur le terrain. En fondant cette analyse sur les différentes formes d'éducation et de transmission de la culture rencontrées dans l'univers narratif du Paraguayen Augusto Roa Bastos, nous entrons de plain-pied dans la représentation fictionnelle. Ceci à travers la figure de l'instituteur, la leçon humaniste et la leçon d'histoire, abordées du point de vue de leur transmission et de leur réception.

L'instituteur

  • 2 Arturo Roa Bastos, Moriencia, Barcelona, Plaza & Janés Editores, 1984, pp. 17-23 ("Moriencia") ; pp (...)
  • 3 "Bajo el puente", op. cit., p. 52.

4"Moriencia", "Bajo el puente" et "Cuerpo presente" mettent en scène la communauté villageoise d'Itacuruvi et de Manorá, équivalent littéraire d'Iturbe, le village natal de Roa Bastos2. Un personnage-narrateur, qui a passé son enfance dans ces villages, prend en charge les récits, à des moments différents de sa vie. Dans "Bajo el puente" par exemple, il évoque le souvenir de l'instituteur alors qu'il a le même âge que lui : "Tengo la misma edad del maestro cuando se desgració bajo el puente, esa mañana en que todos los alumnos fuimos en fila a ver su cara bajo el agua borrosa"3. Dans "Moriencia" et "Cuerpo presente", le narrateur évoque la mort du télégraphiste de Manorá, qui ressemble tellement à l'instituteur que parfois ils paraissent former un seul être, depuis la perspective de l'enfant ("Cuerpo presente") ou de l'adulte ("Moriencia") et en présence de gens différents : une commère dans "Moriencia" et les gens du cirque dans "Cuerpo presente".

5Nous nous trouvons face à un double niveau de représentation où la mort s'oppose à la vie, où l'irréel, l'abstraction et le temps cyclique contredisent le déroulement linéaire, chronologique, des différents apprentissages transmis aux enfants.

  • 4 "Moriencia", op. cit., p. 19.

6En effet, une conception cyclique du temps et de l'existence humaine préside au déroulement de ces trois récits : "No hay más que el principio y lo que está antes del principio"4, sentence qui fait se rejoindre la mort et la vie en un éternel recommencement. Or, il est intéressant de constater que le personnage de l'instituteur s'inscrit totalement dans cet espace-temps de la stagnation, qui écarte la moindre chance de progrès et d'évolution (comme ensuite le vieux mendiant Macario dans Hijo de hombre). D'une part, la communauté villageoise est soumise à des cataclysmes naturels tels que des pluies diluviennes et des inondations, ainsi qu'à des soubresauts politiques qui font qu'elle se trouve prise au centre d'opérations militaires destinées à ramener l'ordre dans la région. D'autre part, dans ce contexte, les deux hommes sont unis par le fait qu'ils attendent la mort et la préparent l'un en sculptant son cercueil, l'autre une embarcation dont il se sert déjà de son vivant :

  • 5 Ibid., pp. 21-22.

"Cuando Chepé murió fue como si el maestro hubiera perdido su sombra [...]. Fue como si, a partir de ese momento él solo hubiera quedado en el pueblo con todo el trabajo de destejer la hebra negra del no-ser, que entre los dos habían tejido con santa paciencia, descansadamente, durante más de medio siglo"5.

7Dans "Bajo el puente", dans ce village du bout du monde, microscome aquatique, touché par un déluge qui semble annoncer la fin du monde, il y a une tension ou contradiction entre le cadre spatio-temporel évanescent et irréel de ce Manorá "lugar para la muerte" et le mystérieux instituteur, davantage lié à la mort qu'à la vie et l'image héroïque que les autorités transmettent de lui. Le personnage a une double caractéristique : son ancrage dans la réalité villageoise, à travers laquelle il exerce son activité éducative et son autorité morale et sa capacité d'abstraction et d'oubli total du monde qui l'entoure.

  • 6 "Bajo el puente", op. cit., pp. 37-38.

8Pour ce qui est du premier point, lorsqu'il meurt, il a plus de soixante dix ans. Il joue un rôle essentiel dans les célébrations religieuses du village. Le personnage narrateur le qualifie de "hombre de orden, de trabajo [...]. Un hombre activo como ninguno, de provecho, cumplidor. La escuela. Su chacra lena de plantíos de muchas clases. El cuidado de los pájaros y animales silvestres en su casa..."6. A l'école précisément, le récit fait référence autant à la description de la salle de cours qu'à l'évocation des activités d'artisanat auxquelles les élèves se livrent dans ce monde rural :

  • 7 Ibid., p. 39.

"Le miramos la cara para ver si hace buen tiempo. Entonces salimos a sacar la paja podrida del techo, a trenzar tientos y bozales; a tejer sombreros y guayacas, para el mercado"7.

  • 8 Ibid., p. 41.
  • 9 Ibid., p. 43.

9Il se caractérise aussi par sa distraction et une capacité d'abstraction qui le font disparaître aux yeux des écoliers8. Il est en quelque sorte mythifié par la rumeur publique. Ainsi, d'un mystérieux voyage à la capitale, l'instituteur ramène des fleurs qui vont grandir et recouvrir la lagune. Il vit en dehors de tout ce qui n'est pas sa réalité-l'école et la lagune-ne s'occupant même pas des soldats qui enrôlent les hommes du village. Le vieil homme continue d'exercer une autorité morale et méprise ouvertement ceux qui ont quitté le village, pour des raisons qui apparaissent implicitement comme politiques ou économiques, et qui y reviennent momentanément9. Les deux caractéristiques semblent se rejoindre et la tension se résoudre dans l'activité débordante du vieil instituteur qui contraste avec l'inefficacité, l'immobilisme de l'État vis-à-vis de l'éducation symbolisé ici par l'un de ces représentants et le présent de la narration rend la critique plus aiguë :

  • 10 Ibid., p. 39.

"La escuela no le cuesta al gobierno más que la venida del inspector, que a saber a qué viene. Nada más que a emborracharse en la fonda del pueblo, a poner su firma en el registro, como de que todo está en orden. Nos hace cantar el himno al pie del asta pelada (ni bandera tenemos), y se va"10.

10Il attend que l'État lui envoie un remplaçant et en parle aux enfants, la veille de sa mort : "Un día va a llegar aquí un desconocido. Y no lo van a ver si no están preparados". La visite du commandant à l'école donne lieu à un portrait contrasté de l'instituteur et du militaire et de la part de ce dernier, à une exaltation idéologique et politique de l'entreprise d'éducation :

  • 11 Ibid., pp. 45-46.

"Dijo que nosotros éramos la esperanza de la patria y que el maestro era el héroe ignorado en la batalla contra la ignorancia. Así como ellos estaban ahora en lucha contra el bandidaje. [...]. Prometió ocuparse de la escuela, apenas regresara a la capital: Aquí hay que levantar una escuela nueva, dijo midiendo con los ojos un espacio como para diez [...]. Y a usted, mi amigo, le vamos a conseguir esa bendita jubilación [...]. Lo que yo quiero, dijo, es un reemplazante [...]. También se lo vamos a mandar"11.

  • 12 Ibid., p. 52.

11Le départ des soldats qui ont vidé le village de ses hommes va marquer le mouvement de déclin définitif de celui-ci. Les chiens et la nature semblent occuper la place laissée vide par les hommes. Le tempo narratif s'accélère pour évoquer le vieillissement rapide de l'instituteur et la mort qui gagne le village. Le vieil homme semble régresser au stade de l'enfant puis du nouveau-né une fois mort : "Lo que vimos desde el puente... era la cara arrugada de un chico. Menos que eso : era la de un recién nacido"12.

12La découverte du corps du vieil instituteur se produit simultanément à celle de l'arrivée mystérieuse d'un inconnu qui pourrait être le remplaçant tant attendu. L'instituteur ainsi que Macario Francia, sont des anciens du village. Dans le cas de Hijo de hombre, la fonction du vieil homme, qui vit de la charité publique, est double. Oralement, il transmet aux enfants d'Itapé - parmi lesquels se trouve Miguel Vera, personnage-narrateur du chapitre, les épisodes de l'histoire paraguayenne qu'il a vécus et une partie de l'histoire de la communauté villageoise ayant trait à son neveu Gaspar Mora et au Christ lépreux qu'il a sculpté.

La leçon humaniste

  • 13 A. Roa Bastos, Cuentos, Buenos Aires, Ed. Losada, 1976 (lre édition, Buenos Aires, 1953).

13Gaspar Mora, comme Solano Rojas sont deux membres engagés de la communauté. Leur engagement est de nature différente mais a une portée idéologique semblable. Ils placent l'homme au centre de leur enseignement qui consiste à transmettre une expérience vécue. "El trueno entre las hojas y el humanismo revolucionario" tel est le titre des pages qui servent de prologue au premier recueil de contes de Roa Bastos13.

14Le passeur et musicien, devenu aveugle, est l'archétype du combattant pour la liberté :

"Se apostó allí y dio a su vigilancia una forma servicial: su trabajo de pasero, que era poco menos que gratuito y filantrópico, pues nunca aceptó que le pagaran en dinero. [...] Durante el trayecto les hablaba, especialmente a los chicos. [...] Tenía indudablemente conciencia de una oscura y vital labor docente. Su cátedra era la balsa, sobre el río; unos toscos tablones boyando en un agua incesante como la vida. [...] Los harapientos mita'i lo contemplaban con una especie de fascinada veneración mientras remaba".

15C'est tout naturellement qu'il s'érige en modèle pour les jeunes enfants ;

  • 14 Ibid., pp. 227-228.

"No tenía más de cuarenta años pero parecía un viejo. Sólo llevaba puesto un rotoso pantalón de a'ópoi arremangado sobre las rodillas. El torso flaco y desnudo estaba vestido con las cicatrices que el látigo de los capangas primero y el yatagán de los guardiacárceles después habían garabateado en su piel. En esa oscura cuartilla los chicos analfabetos leían la lección que les callaba Solano"14.

16Il est un guide spirituel sur le chemin de la rébellion. C'est de la transmission d'une culture politique qu'il s'agit dans ce récit. Macario est aussi celui qui connaît la partie secrète de l'histoire de Gaspar Mora. Celle-ci se situe non dans un temps chronologique et linéaire mais dans un temps cosmique, cyclique qui l'associe au passage de la comète, symbole-signe de la destruction du monde :

  • 15 A. Roa Bastos, Hijo de hombre, Madrid, Alfaguara, 1981, p. 32.

"A él no le interesaba el cometa sino en relación con la historia del sobrino leproso. La contaba cambiándola un poco cada vez. Superponía los hechos, trocaba nombres, fechas, lugares... "15.

  • 16 Ibid., p. 34.

17Gaspar est musicien. Il vend les instruments qu'il fabrique et partage l'argent avec ceux qui sont dans le besoin. Il joue également un rôle important dans l'éducation et la formation des enfants ; "Enseñaba el oficio y la solfa a los que querían aprender. También levantó la escuelita y talló las cabriadas y los fustes de los horcones"16.

  • 17 Ibid., p. 25 et fin du chapitre.

18La vie el l'histoire de Gaspar, qui avant de mourir sculpte un Christ lépreux à son image et devient l'initiateur d'une religion de l'homme et non plus de Dieu à Itapé17, transmise par Macario exclusivement aux garçons du village est formatrice et s'inscrit dans une sorte de récit d'initiation.

La leçon d'histoire

19Macario Francia est au premier rang de ceux qui transmettent l'histoire paraguayenne. Il permet de relier le XIXe siècle au XXe siècle. Le XIXe siècle apparaît à travers la figure du dictateur Gaspar Rodríguez de Francia-el Supremo-et la Guerre de la Triple Alliance (1865-1870) à laquelle Macario a participé. Miguel Vera, narrateur et l'un des personnages auxquels s'adresse le récit, participera par la suite à la Guerre du Chaco (1932-1935).

  • 18 Ibid., pp. 25-29.
  • 19 Ibid., p. 27.

20Personnage central du premier chapitre, Macario transmet un savoir historique qui coïncide avec un vécu personnel puisqu'il a connu le Suprême. L'évocation orale participe de la mythification des événements : "Era un maravilloso contador de cuentos" ; "Nos tenía empayenados con sus cuentos"18, précise Miguel Vera à propos du vieil homme et de l'effet que ses récits produisent sur l'auditoire constitué d'enfants. Il choisit des anecdotes en rapport avec sa vie mais qui caractérisent le Suprême dans toute son omnipotence et son omniscience. Grâce à cela, les enfants parviennent à visualiser ce qui leur est raconté : "El Supremo se recortaba imponente ante nosotros contra un fondo de cielos y noches, vigilando el país con el rigor implacable de su voluntad y un poder omnímodo como el destino" ; "Veíamos los sótanos oscuros llenos de enterrados vivos..." ; "Lo veíamos cabalgar en su paseo vespertino por las calles desiertas..."19.

  • 20 Ibid., p. 26.

21Tout au long de cette leçon d'histoire orale, Macario s'exprime toujours en guarani : "Siempre hablaba en guaraní. El dejo suave de la lengua india tornaba apacible el horror, lo metía en la sangre. Ecos de otros ecos. Sombras de sombras. Reflejos de reflejos. No la verdad de los hechos, pero si su encantamiento"20. Le souvenir et l'évocation surgit à travers la contemplation d'une marque (la cicatrice de la brûlure de la paume de la main, dans le cas du Suprême) ou d'un objet tangible (la boucle en argent d'une ceinture dans le cas de la Guerre de la Triple Alliance) qui recouvrent pour les enfants un aspect magique.

22L'allusion à la Guerre de la Triple Alliance donne lieu à une vision panoramique du conflit et de la vie de l'homme qui le traverse :

  • 21 Ibid., p. 31.

"La Guerra Grande cayó sobre el país y lo devastó de un confín a otro. Macario Francia ya era para entonces un hombre maduro. [...] Macario atravesó de punta a punta el horror de la hecatombe que duró cinco años, hasta la derrota de la última espectral guerrilla de López en Cerro Korá. El mismo era un Lázaro resucitado del gran exterminio"21.

23Macario va raconter aux enfants l'épisode de sa blessure, que soigne la femme du Maréchal López en personne.

24La dictature du Suprême comme la Guerre de la Triple Alliance sont des moments importants pour la nation paraguayenne. Le premier correspond à sa formation après l'indépendance. Le second, à la fin du XIXe siècle, marque un moment de déclin : le Paraguay est en ruines et exsangue. Il s'agit donc d'une leçon d'histoire vécue qui recouvre deux moments importants du devenir de la nation paraguayenne.

25Macario, comme l'instituteur est un vieillard qui, en mourant, devient un nouveau-né :

  • 22 Ibid., pp. 56-57.

"Se fue quedando solo, ciego, sin memoria, en el peor de los olvidos, el de la indiferencia. [...] Un puñado de polvo lanzado por la mano de un chico podía borrarlo. [...] Una mañana de invierno, lo encontraron duro y quieto sobre la helada, entre sus guiñapos blancos, al pie del cerrito. [...] Lo enterraron en un cajón de criatura"22.

  • 23 A. Roa Bastos, Yo el Supremo, Madrid, Ed. Cátedra, 1983, p. 570.
  • 24 Ibid., p. 572.

26Plaçons nous maintenant du côté des écoliers, de ceux qui reçoivent la leçon d'histoire, et des travaux qu'ils produisent sur demande : le Suprême, sujet de rédaction dont le résultat lu débouche sur une fictionnalisation du personnage, véritable conglomérat de peurs enfantines. En effet, dans Yo el Supremo, Patiño le secrétaire lit au Suprême les réponses formulées par certains élèves à la question : "cómo ven (ellos) la imagen sacrosanta de nuestro Supremo Gobierno Nacional"23. Il faut relever l'importance donnée à l'image que conservent les enfants de ce personnage. Dans Hijo de hombre, les enfants sont les dépositaires des souvenirs de Macario, qu'ils transmettront à leur tour. Dans Yo el Supremo, les réflexions des élèves sont une sorte de première conclusion du roman et une synthèse de ce que sera/est le Suprême pour la postérité. Elles apparaissent en effet avant la "Convocatoria", l'"Apéndice" et la "Nota final del compilador" que l'on peut considérer comme des textes un peu à part. Le Suprême leur accorde toute son attention affirmant que "La verdad de los niños no se rompe ni se dobla"24.

27Ces différents témoignages dégagent plusieurs facettes du Suprême. Il est Dieu, ou plus vieux que Dieu ; une divinité ou une force cosmique bienfaisante dont l'action est contrecarrée par Dieu ou le Diable ; il est invisible, omnipotent et omniscent ; il est un homme différent de tous les autres, un Grand Mur autour du monde, ou encore une araignée velue qui s'en prend aux enfants désobéissants :

"El Supremo es el Hombre-Dueño-del susto. Papá dice que es un Hombre que nunca duerme. Escribe día y noche y nos quiere al revés. Dicen también que es una Gran Paredalrededor del mundo que nadie puede atravesar. Mamá dice que es una araña peluda siempre tejiendo su tela en la Casa del Gobierno. Nadie escapa de ella, dice: ¡El Karaí va a meter una pata peluda por la ventana y te va a llevar!".

28Son image est polysémique et participe de l'imaginaire collectif paraguayen dont se nourrissent les rédactions des écoliers, véritables discours sur le Suprême. En effet, ils fixent par écrit ce qui est véhiculé oralement et permettent de mesurer l'ampleur de la mythification.

29Ainsi, dans cette oeuvre, l'éducation "informelle" est de teneur idéologique et politique. Elle est historique et porte sur des événements et les hommes qui les ont faits. La transmission orale les mythifie. Dans cet univers fictionnel, l'apprentissage manuel et la communication orale constituent deux modes importants de transmission du savoir. Le contenu culturel est d'ordre politique, moral et se veut formateur. C'est donc d'une école de la vie dont témoigne cette oeuvre paraguayenne. Les dilemmes de la situation linguistique dont le système éducatif se veut aujourd'hui un reflet harmonieux apparaissent à travers le sort réservé au guarani dans l'oeuvre et à l'évolution des procédés de sa mise en écriture.

30Il est à souligner que Roa Bastos retient l'aspect universel de la relation enseigné-enseignant : les membres de la communauté qui se distinguent par leur action (Solano Rojas ou Gaspar Mora), par leur profession (l'instituteur) ou par leur grand âge (l'instituteur et Macario Francia) vont transmettre une expérience vécue aux enfants et contribuer en cela à leur formation d'adultes. On retrouve là le fonctionnement d'une société rurale, isolée et ignorée de la capitale où se prennent les décisions, qui se fonde sur la tradition et sa transmission orale, sur la mémoire collective et sur le rôle dévolu aux anciens.

Notes

1 Cf. Reforma educativa. Compromiso de todos. Informe del Consejo asesor de la Reforma Educativa, Asunción, mars 1992, 130 p.

2 Arturo Roa Bastos, Moriencia, Barcelona, Plaza & Janés Editores, 1984, pp. 17-23 ("Moriencia") ; pp. 37-52 ("Bajo el puente") et pp. 61-73 ("Cuerpo presente").

3 "Bajo el puente", op. cit., p. 52.

4 "Moriencia", op. cit., p. 19.

5 Ibid., pp. 21-22.

6 "Bajo el puente", op. cit., pp. 37-38.

7 Ibid., p. 39.

8 Ibid., p. 41.

9 Ibid., p. 43.

10 Ibid., p. 39.

11 Ibid., pp. 45-46.

12 Ibid., p. 52.

13 A. Roa Bastos, Cuentos, Buenos Aires, Ed. Losada, 1976 (lre édition, Buenos Aires, 1953).

14 Ibid., pp. 227-228.

15 A. Roa Bastos, Hijo de hombre, Madrid, Alfaguara, 1981, p. 32.

16 Ibid., p. 34.

17 Ibid., p. 25 et fin du chapitre.

18 Ibid., pp. 25-29.

19 Ibid., p. 27.

20 Ibid., p. 26.

21 Ibid., p. 31.

22 Ibid., pp. 56-57.

23 A. Roa Bastos, Yo el Supremo, Madrid, Ed. Cátedra, 1983, p. 570.

24 Ibid., p. 572.

Auteur

Université de Toulouse-Le Mirail

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540