Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Culture et éducation dans les mondes hispaniques

 | 
Jean-Louis Guereña
, 
Monica Zapata

III. Univers fictionnels

L'éducation dans les romans de la génération de 1940 au Costa Rica

Mariannick Guennec

Texte intégral

  • 1 Surco, n° 1, 15 septembre 1940, p. 2 ; n° 2, p. B ; n° 3, pp. 6-7 ; n° 4, pp. 7-8 ; n° 5, p. 12 ; n (...)
  • 2 Joaquín Gutiérrez, Manglar, Santiago de Chile, Nascimento, 1947,246 p.
  • 3 Fabián Dobles a appartenu au CEPN avant d'en être exclu en 1942.
  • 4 Notre but ici n'est pas d'étudier l'éducation costaricienne en tant que telle, même s'il s'agit d'a (...)

1Dans les années 40 du XXe siècle, l'amélioration du système éducatif costaricien est une des grandes préoccupations, exprimées entre autres par El Centro para el estudio de los Problemas nacionales (CEPN) dans son mensuel Surco, qui publie un article sur le thème dans ses huit premiers numéros1. Les écrivains de cette génération sont les témoins de ce phénomène, à tel point que le personnage principal de Manglar, publié en 1947, est une maîtresse d'école qui part dans le Guanacaste, région pauvre à l'ouest du pays2. Mais contrairement au Centro, qui pose les problèmes et cherche des solutions, les trois principaux représentants communistes de la génération de 1940 que sont Carlos Luis Fallas, Joaquín Gutiérrez et Fabián Dobles se contentent presque d'un état des lieux3, que ce soit pour décrire l'enseignement dispensé et le déroulement des examens, pour faire le portrait des enseignants et de leurs conditions de travail, ou pour présenter les relations entre la famille et l'éducation4.

2Les renseignements sur le programme d'étude sont pratiquement absents dans les romans de la génération de 1940. En général, il semble se réduire à l'apprentissage de la lecture, de l'écriture et du calcul. Cette absence correspond aux idées d'une majorité de parents qui ne voit pas l'intérêt de l'école si ce n'est pour acquérir ces connaissances de base, comme nous le verrons ultérieurement. En outre elle répond à la volonté des écrivains de situer le problème ailleurs, même lorsqu'ils restent dans le domaine de l'éducation.

  • 5 Carlos Luis Fallas, Mi madrina, San José, Editorial Costa Rica, 1973 [imprenta Falce, 1954], p. 61. (...)

3Dans Puerto Limón de Joaquín Gutiérrez, quelques disciplines sont indiquées par Silvano, le personnage principal. Celui-ci vient en effet de passer son baccalauréat en biologie et il indique les mentions qu'il a eues dans certaines épreuves : espagnol, mathématiques, géométrie, géographie5. Néanmoins, ce ne sont que quelques remarques, ajoutées dans la deuxième version du roman, avec la même conclusion que dans la variante précédente : toutes ces matières ne servent à rien pour affronter la vie, encore moins quand on est le neveu d'un producteur bananier et qu'on est censé prendre la suite de l'affaire. C'est un des problèmes posés par la génération de 40.

4Le plus précis sur le sujet du contenu de l'enseignement est Fallas. Dans Mi madrina, la seule indication concerne la récitation du Notre Père au début de la journée et les cours de religion à l'école primaire :

  • 6 Ibid., p. 84.

"Gané el año, con magníficas calificaciones. Sólo en Religión parecía flaquear un poco : no me gustaba esa asignatura, y me dormía en la clase apenas la maestra comenzaba a rezar el Padrenuestro. Tal vez esa inconsciente aversión la despertaran en mí el recuerdo de los aburridos novenarios y el monótono bisbiseo de plegarias que continuamente oía en mi casa"6.

5Mais Fallas est prolixe dans Marcos Ramírez puisque ce roman, sous-titré Aventuras de un muchacho, a pour personnage principal un enfant qui raconte sa vie depuis sa naissance jusqu'à son adolescence, lorsqu'il décide de partir travailler à Limón pour la compagnie bananière, à l'est du pays. Bien sûr, une des principales occupations de ce garçon est l'école, conjointement à sa passion pour la lecture. C'est dans celle-ci qu'il trouve toutes sortes de renseignements pour agrémenter les cours, dont nous avons la liste presque complète :

  • 7 Carlos Luis Fallas, Marcos Ramírez, San José, Editorial Costa Rica, 1989, pp. 203-204. L'action se (...)

"Cuando estos [profesores] me interrogaban, siempre contestaba con seguridad y soltura, y algunas veces, sobre toda [sic] tratándose de literatura, historia, geografía, botánica y zoología, ampliaba mis intervenciones con datos, detalles y referencias de mi cosecha, pescados a lo largo de mis muchas lecturas. Pero odiaba las matemáticas, el inglés, la química y la gramática y algunas otras disciplinas que, como esas [sic], exigían concentrados esfuerzos de memoria y dejaban poco o ningún espacio para las expansiones de mi fantasía"7.

Le collège

6La formation au collège semble relativement complète dans les années 20. Cependant, le déroulement des examens prouve que c'est en partie une illusion. Dès le collège, les élèves ont droit à quinze jours de révisions, dont ils profitent pour se retrouver :

  • 8 Ibid., p. 230.

"Se aproximaban los exámenes finales. Quince días de repaso general, en el Colegio, y quince días libres, para estudiar y prepararse en la casa. Durante esa última quincena, en las frías y ventosas madrugadas, casi todos los muchachos, para ayudarse mutuamente en el estudio y no interrumpir el sueño de la familia, se congregaban en grupos friolentos en el parque, en el atrio de la catedral y en algunos otros sitios que contaban con alumbrado eléctrico"8.

  • 9 Ibid., pp. 232 et 283.

7Evidemment, l'éternel chahuteur qu'est Marcos en profite pour s'amuser, mais il réussit en général ses examens grâce à sa faconde, ne se laissant pas influencer par les conditions dans lesquelles se déroulent les épreuves. Pour chacune d'elles, le collégien est interrogé sur une leçon tirée au hasard par un jury composé de plusieurs professeurs, voire du directeur lui-même9. Le résultat est que tous les élèves timides échouent, parfois pour des détails anodins qui augmentent leur stress, alors que ceux qui se montrent sûrs d'eux, beaux parleurs, réussissent à s'en sortir. Ce contre quoi s'insurge le narrateur à plusieurs reprises, dramatisant parfois les conséquences :

  • 10 Ibid., p. 237. Voir aussi pp. 236-238 et 283.

"En esos exámenes finales, de los que se hacía depender definitivamente el aplazamiento o la promoción del alumno, se malograron muchos estudiantes talentuosos y prometedores. Unos, aturdidos por su nerviosismo ; y otros, serenos y audaces, porque, sabiendo que en ellos podían sorprender y engañar a los profesores, no se preocupaban entonces en estudiar de verdad"10.

  • 11 Ibid., p. 232 : "En ese tiempo, el « uno » era la mejor calificación y el cuatro la más mala, y se (...)
  • 12 Joaquín Gutiérrez, Manglar, op. cit., p. 288.

8Marcos s'insurge également contre les notes qui sont attribuées. Alors qu'il est persuadé d'avoir très bien réussi un examen, comme le lui a confirmé le professeur, et donc d'avoir obtenu 1, la note maximale11, le directeur lui annonce qu'il a 1,25, ce qui ne compense plus les notes obtenues au cours de l'année et implique son redoublement. Marcos quitte alors définitivement l'école, trop honteux d'avoir à annoncer son échec à sa mère12.

  • 13 Ibid., p. 208.

9C'est d'ailleurs le même sentiment de honte et d'injustice qui l'avait transformé du bon élève qu'il avait été pendant deux mois, en cancre chahuteur, à la suite de la publication du tableau d'honneur du premier semestre. Il s'agissait d'afficher, pour chaque classe, le nom des trois meilleurs élèves, avant même la publication des notes. Or Marcos, persuadé là encore d'arriver premier parce qu'il a énormément travaillé, se retrouve troisième, après la fille d'un professeur et celle du secrétaire du collège13. Cette déception l'incite à ne plus étudier du tout et le narrateur-Marcos adulte-conclut, amer :

  • 14 Ibid., p. 209.

"El sistema de las temas, en nuestro medio, resultaba un absurdo pedagógico, pues en ellas, como sucedía frecuentemente, más aquel esfuerzo del alumno decidía el capricho o la pasión del profesor. Es cierto que lo mismo puede ocurrir y ocurre con el sistema de las simples notas. Pero la inclusión en una terna se consideraba un honor, y eso pesaba mucho en el ánimo de los profesores ; y la terna, también, destacaba y exhibía la injusticia ante los ojos de todos, y así ésta hería y mortificaba más"14.

10Dans le cas d'un enfant qui est plus souvent battu qu'encouragé, la déception face au tableau d'honneur fait disparaître la motivation qu'il avait suscitée dans un premier temps, aspect positif qu'oublie le narrateur dans son amertume. Et la formation insuffisante des professeurs ne facilite pas l'amélioration de la situation.

Les enseignants

  • 15 Ibid., p. 46. Bien sûr, le nom du hameau n'est pas choisi au hasard, mais correspond à l'état d'esp (...)

11Le rôle des enseignants et leurs conditions de travail diffèrent selon qu'on se trouve à la campagne ou en ville, même si la formation et les méthodes sont les mêmes. Lorsque le personnage principal de Manglar, Cecilia, arrive comme institutrice à Naranjos Agrios, distrito de Tierras Morenas, cantón de Tilarán, provincia de Guanacaste, c'est par esprit de sacrifice, dit-elle15. Son discours de rentrée devant l'ensemble des élèves est révélateur :

  • 16 Joaquín Gutiérrez, Manglar, op. cit., p. 50.

"La vida del magisterio es sólo sacrificios, penurias, vivir lejos del hogar, abandonarlo todo [...] con tal de traer la educación hasta estos confines. Y encontrar siempre como pago incomprensión e ingratitud"16.

12Pourtant, la réalité est bien différente, et dès que Cecilia prend confiance en elle et oublie un peu la discipline obligatoire, le lecteur découvre les vraies raisons de sa venue : le désir d'échapper à une mère possessive et rendue encore plus tyrannique après la mort accidentelle de Flora, la soeur de Cecilia. Loin d'être un sacerdoce, l'enseignement hors de la capitale se transforme en recherche existentielle, en libération.

  • 17 Ibid., p. 46.
  • 18 Ibid., p. 92.
  • 19 Ibid., pp. 129-130.
  • 20 Fabián Dobles, En el San Juan hay tiburón, San José, Editorial L'Atelier, 1967, p. 29.
  • 21 Carlos Luis Fallas, Mi madrina, op. cit., pp. 83-85.

13Les conditions n'en restent pas moins difficiles, aussi bien pour la maîtresse que pour les élèves : classe unique composée de jeunes enfants et d'adultes17, absence de matériel scolaire, impossibilité d'assister aux cours pendant toute une période de l'année parce que les chemins sont impraticables18, espace réduit (Cecilia transforme une partie de sa chambre en salle de jeu pour les plus petits)19. Le rôle de l'enseignante est alors d'instruire, de guider les lectures, de motiver, mais aussi de panser les blessures20, de protéger l'enfant contre les autres élèves...21. Le résultat est que bien peu ont des chances de poursuivre des études. Une mère se plaint à ce sujet en parlant de son fils et des conditions d'apprentissage :

  • 22 Fabián Dobles, Aguas turbias, San José, Editorial Costa Rica, 1989, p. 10.

"Es una lástima que en el pueblo no haya más que un galerón de una sola pieza para servir de escuela, donde un solo maestro, venido por nueve meses desde la villa, enseña a leer y escribir, toda vez que Lorenzo es un muchacho de buena casta-según lo ha podido colegir ella y se lo dijo un día el mestro rural-, quien, como es tan avispado, podría adelantar muchísimo y dejar de ser un futuro jornalero si viviera en la ciudad, pasara del segundo grado de escuela, y luego estuviera en colegio"22.

  • 23 Joaquín Gutiérrez, Murámonos, Federico, pp. 166-167.

14De toute façon, seule la ville offre des collèges et des lycées, et jusque dans les années 40, les seules filières offertes par l'Université costaricienne sont le droit, la pharmacie, l'agriculture et les beaux-arts, d'où l'obligation de partir à l'étranger, notamment aux Etats-Unis ou au Chili. Cela amène cette remarque amusante d'une jeune fille en mal de compagnons dans Murámonos, Federico : "Como todos los muchachos se van a la Universidad, o a trabajar a San José, aquí no queda nadie"23.

  • 24 Carlos Luis Fallas, Marcos Ramírez, op. cit., pp. 283-285.

15La formation des enseignants n'aide pas non plus, parfois, pour continuer. Marcos Ramírez nous offre une superbe galerie de professeurs avec leurs principaux défauts. Le premier est leur niveau d'études, souvent faible. S'ils font illusion lorsqu'ils ont leurs fiches en cours, cela devient vite catastrophique le jour de l'examen lorsqu'ils ne peuvent plus les sortir. Evidemment, le personnage de Marcos en profite, même si l'exercice est un peu périlleux. Pour l'épreuve de géographie par exemple, il est interrogé sur l'Angleterre en présence du professeur d'anglais, néozélandais mais tout à fait capable de vérifier les chiffres qui sont donnés24. Il est vrai que parfois la chaleur rend la concentration des professeurs difficile, quelque soit le diplôme présenté, d'où des descriptions complètement saugrenues. Parfois, le manque d'assurance ou d'intérêt des enseignants permet à certains candidats quelques libertés, même le jour du baccalauréat :

  • 25 Joaquín Gutiérrez, Puerto Limón, Santiago de Chile, Nascimento, 1950, p. 15. C est la version qui s (...)

"El objeto biológico de la reproducción cromática de las matrices es conservar la herencia específica. Son las dos de la tarde, es mitad de verano, hace calor. Uno de los examinadores se despatarra en la silla y por el boquete del escritorio lo mira desabotonarse el pantalón. Quizás ni lo estén escuchando :... si se cruza un albino con un negro los hijos serán... notarios, poetas, telegrafistas, todos con los ojos de un lindo color violeta, con los pantalones desabotonados..."25.

  • 26 Carlos Luis Fallas, Marcos Ramírez, op. cit., pp. 283-285.

16Ce qui se passe dans le cas de Marcos est tout aussi drôle, puisque le professeur de biologie vient lui demander, après un examen brillant, d'où il tire ses informations sur la vie des tortues. La réponse du collégien est la suivante : "De un libro de Julio Verne o de Salgari ; no recuerdo exactamente, porque eso lo leí hace mucho tiempo - le dije, sonriendo"26.

  • 27 Voir le cas d'une institutrice nicaraguayenne recrutée au Costa Rica dans Fabián Dobles, En el San (...)

17C'est que, dans certains cas, le professeur n'a pas fait d'études secondaires complètes27, ou n'est devenu enseignant que parce que le directeur a pris pitié de lui :

  • 28 Carlos Luis Fallas, Marcos Ramírez, op. cit., p. 210. N'oublions pas, néanmoins, que c'est un des é (...)

"Don Homero Chaverri, un pobre diablo a quien, porque lo improvisaron profesor para que no se muriese de hambre, se le habían subido mucho los humos a la cabeza"28.

Mémorisation et violence

18Le deuxième défaut souligné par Fallas est celui de la mémorisation comme principale méthode d'apprentissage. Non seulement parce qu'elle nie toute possibilité de réfléchir, d'analyser voire de comprendre. Mais aussi pour le frein quelle représente au moment de poursuivre des études longues, quand la quantité d'informations à enregistrer est beaucoup trop importante ou lorsqu'il faut trouver un travail :

  • 29 Ibid., p. 282.

"El memorismo, que practicara con entusiasmo don Gordiano y que impusieran también don Homero y algunos otros profesores, causó un daño tremendo a muchos estudiantes empeñosos que, deslumhrados por el prestigio del viejo profesor de gramática, aplicaron ese método de estudio a todas las demás asignaturas. En su mayoría estos muchachos-me enteré después-hicieron los últimos años del bachillerato a empujones, dificultosamente, agotados y entontecidos por ese constante esfuerzo mental tan absurdamente practicado. Y luego, en la vida, los mejores de ellos apenas si pudieron estancarse en el pantano de la mediocridad, como maestros de escuela rutinarios e incapaces, o como rábulas fracasados o empleaditos de oficina de tercera categoría, ayunos todos de personalidad, sin inquietudes, sin ideal alguno y sin más ambición que la de poder vegetar y reproducirse"29.

19Le fait que le narrateur évoque comme futur métier celui d'enseignant implique que le système se reproduit d'une génération à l'autre, provoquant toujours ce qu'il considère comme des ravages.

20Malgré tout, malgré la justification de certains selon lesquels tout a déjà été dit, écrit, ce qui explique la nécessité d'apprendre par coeur le plus intéressant, d'autres remettent en cause cette méthode ou du moins s'interrogent sur sa validité. C'est le cas de Don Gordiano, professeur de latin, qui avoue à Marcos au cours d'une conversation :

  • 30 Ibid., pp. 280-281.

"A usted no le gusta memorizar, ¿verdad ? Jem, jem, jem... tal vez tenga usted razón ; tal vez esté equivocado... pero es muy tarde ya para cambiar, Ramírez. A mí me enseñaron así, y con palmeta, no vaya a creer... ¡Dichoso usted que comienza apenas a vivir y tiene oportunidad de formarse en moldes nuevos... ! Yo ya estoy muy viejo y muy cansado, me falla a veces la memoria, me duermo en clase..."30.

21Toutefois, le plus grave pour Fallas, Dobles et, dans une moindre mesure, Gutiérrez, c'est la violence qui règne, les coups qui sont donnés, alors qu'il faudrait développer l'aspect ludique. Lorsque Marcos fait une bêtise à l'école, comme ici de tricher en cours de mathématiques en recopiant la correction de l'exercice à faire à la maison sur son cahier, comme s'il l'avait fait chez lui, voici la punition imposée à l'école :

  • 31 Carlos Luis Fallas, Marcos Ramírez, op. cit., p. 143.

"Suspendido del pelo llevóme hasta la puerta de nuestra aula, me soltó allí y de un violento puntapié en el trasero me hizo ir a dar, trastabillando, hasta el centro del patio de la escuela. Y luego sentenció desde allá, a grandes voces y con enérgicos ademanes : ¡Se me queda allí, sin moverse, hasta la hora de salida ! Hacía un sol de todos los diablos. Pero allí tuve que permanecer, tostándome, inmóvil como un poste, y ahogándome de rabia impotente cuando los muchachillos de los primeros grados, a la hora de los recreos, llegaban a dar vueltas a mi alrededor, burlándose y riendo regocijadamente"31.

  • 32 Ibid., p. 142 : "A pesar de la severidad de mi tío y de su constante vigilancia, yo casi nunca hací (...)

22En plus de l'usage de la force, Don Severo recourt à l'humiliation pour compenser celle qu'il a sans doute ressentie lorsqu'il s'est rendu compte que Marcos trichait. En effet, il avait remis en cause sa capacité à surveiller, à contrôler, bref, son autorité. Pourtant la violence de l'humiliation ne fait qu'empirer les choses : Marcos reçoit les coups à l'école ou à la maison de son oncle, sans pour autant se mettre à travailler32, alors que la faiblesse ou la générosité d'un professeur, la peine de sa mère, le font réagir, se tenir tranquille, voire faire des efforts pour améliorer ses résultats. D'où la conclusion suivante, à propos de son oncle mais que nous pouvons facilement généraliser à ses professeurs :

  • 33 Ibid., p. 63.

"Se puede y debe corregir sin azotes al muchacho más terco y fogoso, pero se necesita para eso la sabiduría del verdadero maestro, con mucha vocación, mucha paciencia y un profundo conocimiento del alma humana. Y eso no se podía exigir, en aquellos tiempos, de un hombre como mi tío. Otros hay que, especulando a tontas y a locas con las nuevas normas educacionales, caen en el extremo opuesto, en el de la tolerancia y la alcahuetería, tan perjudiciales y peligrosas para el muchacho como esas medioevales severidades de mi tío Zacarías"33.

  • 34 Fabián Dobles, El sitio de las abras, San José, Editorial Costa Rica, 1989 [1950], pp. 181-182.

23Cette idée est d'ailleurs reprise par Dobles dans El sitio de las abras, lorsque l'importance du jeu pour l'apprentissage est soulignée par celui qui en a été le bénéficiaire, Martín : "Es como enseñar a leer y escribir a un niño [...] ; sin que se dé cuenta, con dibujos y cuentos, con amabilidades"...34.

  • 35 Dans Joaquín Gutiérrez, Manglar, op. cit., pp. 129-130, Cecilia organise des jeux pour les plus pet (...)

24Montrer le côté agréable, ne pas oublier les jeux au lieu d'imposer la discipline35, favoriser la réflexion au lieu d'insister systématiquement sur la mémoire, tels sont les conseils que donnent les écrivains de la génération de 40 aux enseignants ainsi qu'aux parents.

Famille et éducation

25Les relations entre famille et éducation n'en restent pas moins déterminantes elles aussi. Les relations entre l'éducation et la famille sont conditionnées par le niveau social de celle-ci, avec une réaction différente si nous examinons l'attitude des destinataires.

  • 36 Ibid., p. 42.
  • 37 Ibid., p. 48.

26Pour les classes les plus pauvres, l'éducation est une source de dépenses plus ou moins utiles, depuis le cahier, l'abécédaire, quelques crayons, un brouillon ou une ardoise, jusqu'aux chaussures, voire à l'uniforme dans les collèges des grandes villes. L'école ne fournit en effet aucun matériel et dans Manglar, Cecilia arrive à Guanacaste avec sa valise remplie d'affaires personnelles sous le bras, mais, apparemment, sans livres ni cahiers pour les élèves36. Cela explique d'ailleurs que dans son petit village, il n'y a qu'un membre de chaque famille qui vienne dans la classe unique, même si un autre élément intervient d'après un des élèves : "Tata icía con uno que leyera en la familia había de sobra. Que pa'eso no había sordos en la casa"37.

  • 38 Marielos Aguilar confirme les faits dans Marielos Aguilar, Clase trabajadora y organización sindica (...)

27Dans les régions les plus éloignées de la capitale, parmi les paysans les plus pauvres, l'éducation ne présente d'autre intérêt que de permettre de lire le journal ou les lettres des propriétaires, les articles de loi, quand il y a un problème. Cela devient vite une perte de temps alors qu'il faut travailler aux champs, quand les conditions météorologiques et l'état des chemins n'empêchent pas tout simplement d'arriver jusqu'à l'école. D'ailleurs, jusque dans les années 50, l'État s'intéresse assez peu aux problèmes économiques posés par l'éducation ou à ces régions éloignées, et les écoles se concentrent dans la Meseta Central38.

28Ces difficultés financières expliquent aussi le fait que les filles en général ne poursuivent pas d'études ou alors moins longtemps. C'est le cas de la génération des années 20, pour Rosaura par exemple dans Mi madrina de Carlos Luis Fallas ou de Ninfa dans Aguas turbias de Fabián Dobles.

29Bien sûr, il existe un système de bourses pour les bons élèves qui ont reçu l'appui d'un de leurs professeurs ou du directeur. Tous les espoirs sont alors permis, même celui de partir étudier à l'étranger :

  • 39 Carlos Luis Fallas, Mi madrina, op. cit., p. 103. Le fils de doña Mercedes est parti au Mexique pou (...)

"Cursaba entonces los primeros meses del quinto grado y, como era más alto que la mayor parte de los alumnos de la escuela, creíame ya un hombre hecho y derecho y comenzaba a pensar muy seriamente en mi futura carrera : quería estudiar medicina, como el hijo de doña Mercedes, para satisfacer los deseos de mi madrina y también los del pobre Bernardo, el lisiado. Don Rafael, el Director, me alentaba siempre con sus consejos, me prestaba sus libros y habíame prometido gestionar una beca para que pudiera así cursar con mayor desahogo los cinco años de Enseñanza Superior"39.

30Mais, en général, c'est le travail des parents qui permet ou non de payer les études, et la situation est d'autant plus difficile que la famille est monoparentale. Pour dramatiser le récit, et aussi pour témoigner d'une situation rarement prise en compte, les écrivains de la génération de 40 décrivent souvent les problèmes accrus par ce type de situation, les efforts des femmes seules pour permettre à leur enfant de poursuivre des études ou l'obligation pour l'aîné de travailler afin de payer les études du cadet. Dans El sitio de las abras, de Dobles, c'est parce que la mère travaille pour le grand propriétaire terrien, habite chez lui, que la préceptrice est française et a des idées révolutionnaires que Martín peut apprendre à lire ; dans En el San Juan hay tiburón, c'est la grand-mère qui lave des montagnes de linge ; dans El Barrilete, comedia dramática en dos actos y un epilogo, le frère travaille ; dans Mi madrina, de Fallas, la marraine s'adonne à la sorcellerie pour obtenir de l'argent ; dans Marcos Ramírez, la mère essaie de mettre quelques pièces de côté en prévision de l'avenir, à l'insu du beau-père de Marcos...

  • 40 Dans Marcos Ramírez, un des oncles du personnage principal devient juge et maire (Carlos Luis Falla (...)

31Car pour toutes ces femmes exemplaires, l'école est le seul moyen de s'élever dans la société, que ce soit en devenant médecin comme le souhaitait cidessus Juan Ramón ou en obtenant un poste de fonctionnaire comme l'oncle de Marcos40.

32L'attitude des plus riches vis-à-vis de l'éducation est totalement différente. En même temps que disparaissent les problèmes financiers, l'intérêt de poursuivre des études se réduit à une sorte d'obligation de classe, sans rapport avec la réalité. C'est du moins le point de vue de Dobles et de Gutiérrez.

33Le premier présente cette théorie dans deux personnages de El Sitio de las abras, les fils du propriétaire González Leflair, opposant ironiquement leurs connaissances philosophiques et leur "piété" à leur mépris pour les ouvriers de leur père :

  • 41 Fabián Dobles, El sitio de las abras, op. cit., p. 163. Pour insister sur l'inutilité complète des (...)

"Poseen brillante inteligencia y su conversación resulta interesante. Saben bastante de música y de filosofía. Piensan que en su pecho anida un buen corazón porque cuando en alguna covacha de su hacienda un hombre agoniza a veces le traen médico y regalan una pequeña cantidad de dinero a sus hijos"41.

  • 42 La grève de 1934 fut la première grande grève bananière costaricienne, dirigée principalement par M (...)

34Gutiérrez reprend cette opposition entre les études et la vie menée par la suite dans Puerto Limón, roman dans lequel le personnage principal, Silvano, connaît une crise quand il quitte le lycée, monde clos et protégé, pour rejoindre son oncle dans la propriété bananière au moment de la grève de 193442. L'accueil de son oncle y est pour beaucoup, puisque celui-ci ne fait qu'insister sur le manque d'intérêt total des connaissances apprises par coeur au lycée et son désintérêt pour ce qu'a fait son neveu, alors même qu'il a financé ses études :

  • 43 Joaquín Gutiérrez, Puerto Limón, op. cit., pp. 25-26.

"-Terminé mi bachillerato - dijo con voz suave.
- Sí supe.
-Me saqué tres coloradas en biología.
-¿Qué es eso ?
-Bios, vida, estudio de la vida.
-Pues aquí veremos cómo ponés en práctica lo aprendido... ¿Estudiode la vida ? mjm ! - ¿Usted no sabía ?
-Sí, sí sabía"43.

35Tous les espoirs fondés sur les études s'évanouissent alors, ce qui est souvent le cas pour les enfants qui apparaissent dans les romans de cette génération, quelle que soit leur condition sociale.

  • 44 Fabián Dobles, El barrilete, comedia dramática en dos actos y un epílogo, in Obras completas, San J (...)
  • 45 Carlos Luis Fallas, Marcos Ramírez, op. cit., respectivement pp. 198, 202-203 et 73-74.

36Les enfants qui réussissent à réaliser leurs rêves et ceux de leurs parents, comme Juan Ramón qui devient effectivement médecin, sont très rares dans les romans de la génération de 40. Dans la plupart des cas, l'indiscipline fait perdre tout espoir d'avoir une bourse44, ou alors la confrontation avec la réalité brise tous les espoirs fondés. Dans Marcos Ramírez, roman largement autobiographique, Fallas peint à plusieurs reprises l'humiliation dont sont victimes les enfants les plus pauvres en ville, parce qu'ils doivent demander au directeur de payer les frais d'inscription en retard, qu'ils ne peuvent pas avoir de chaussures, que leurs parents doivent faire de véritables sacrifices pour pouvoir acheter l'uniforme imposé, sans raison légale, ou tout simplement parce qu'ils n'ont pas d'argent pour acheter des friandises comme les autres45. Cette humiliation constante et le manque d'encouragements font qu'un enfant agité comme Marcos préfère la fugue et arrête ses études, cherchant ailleurs la considération qu'il ne peut pas obtenir à l'école.

  • 46 Joaquín Gutiérrez, Puerto Limón, op. cit., p 380. C'est la dernière page du roman. La version de 19 (...)

37Toutefois la théorie développée par Dobles et Gutiérrez, d'un milieu plus aisé-le père de Dobles était médecin et celui de Gutiérrez avait une exploitation bananière-situe ailleurs les difficultés posées par l'école. Pour eux, le problème principal est le décalage entre l'éducation et la réalité. Silvano le résout en quittant sa famille pour s'embarquer sur un navire en partance pour l'étranger, là où personne ne le connaît et là où l'esprit critique né de la comparaison entre la vie des ouvriers et celle de la famille de son oncle pourra être développé et nourri46.

  • 47 Joaquín Gutiérrez, Murámonos, Federico, op. cit., pp. 152-153 : "Acordate que somos profesionales l (...)

38Dans un autre roman, un ancien étudiant de droit fait le bilan de sa vie et de celle du pharmacien du village : plein d'espoirs, de grands projets, la vie les a aigris47. Devenu propriétaire terrien, le premier est sur le point de devoir vendre son exploitation à la compagnie bananière étrangère qui l'accule à la faillite, notamment en faisant pression sur ses créanciers ou en refusant d'acheter sa récolte. La confrontation avec la réalité est tout aussi violente pour une autre de ses connaissances, qui a fait ses études d'architecture au Chili :

  • 48 Ibid., p. 153.

"Yo tengo un conocido que se graduó de arquitecto en Chile, en donde parece que hasta los tontos son izquierdistas, y llegó aquí con grandes ideas, dispuesto a construir unidades racionales urbanas, a planificar el desarrollo de San José, con áreas verdes, avenidas circulares, etcétera, etcétera. Pero se encontró con que al año ya le decían el loco Zúñiga. Bajó la cabeza y comenzó muy humilde a construir chalecitos en Los Yoses. Porque los pobres, me explicaba, no pagan a un arquitecto. Los pobres con cuatro palos y ocho latas levantan sus casas. Y los únicos clientes que puede tener un arquitecto, aunque sea genial, son los de la piatita"48.

39Quant à Dobles, dans El sitio de las abras, il préfère développer cette idée plutôt que de terminer son roman sur le départ de Martín. Il passe alors de l'éducation assumée par la tante de Concha, sa compagne de jeux et fille du propriétaire, à une éducation politique grâce à la lecture de journaux, sans doute communistes, puis à un voyage à travers tout le pays pour rencontrer d'autres ouvriers et apprendre d'eux. Cette éducation est acquise à l'adolescence puis, et surtout, à l'âge adulte. Mais elle n'est possible que grâce à l'apprentissage antérieur de la lecture et à l'acquisition d'un esprit critique.

40Qu'ils passent rapidement sur le programme d'études, qu'ils dénoncent le déroulement des examens sous les dures conditions de travail dans les écoles, le manque de formation des maîtres, qu'ils s'insurgent contre la mémorisation et la violence comme méthode d'éducation à l'école ou en famille, qu'ils posent le problème économique ou celui du décalage entre espoirs et réalités, les auteurs de la génération de 1940 ne traitent en fait qu'un seul point : il faut que tous puissent accéder à l'éducation pour acquérir un sens critique. Ce sens critique prend tout son sens dans l'idéologie communiste, partagée par ces auteurs. Il permettra au peuple de s'opposer à toutes les formes d'exploitation et d'injustice. Le passage de la fiction littéraire à une application institutionnelle n'en reste pas moins difficile. C'est une des raisons pour lesquelles les communistes mettent en place des cours du soir pendant cette période.

Notes

1 Surco, n° 1, 15 septembre 1940, p. 2 ; n° 2, p. B ; n° 3, pp. 6-7 ; n° 4, pp. 7-8 ; n° 5, p. 12 ; n° 6, pp. 9-10 ; n° 7, pp. 7-8, n° 8, pp. 4-5. D'après Oscar Aguilar Bulgarelli, Costa Rica y sus hechos políticos de 1948 : problemática de una década, San José, Editorial Costa Rica, 1993, pp. 651-652.

2 Joaquín Gutiérrez, Manglar, Santiago de Chile, Nascimento, 1947,246 p.

3 Fabián Dobles a appartenu au CEPN avant d'en être exclu en 1942.

4 Notre but ici n'est pas d'étudier l'éducation costaricienne en tant que telle, même s'il s'agit d'auteurs réalistes, car les oeuvres prises en compte sont des romans et non des essais historiques argumentés et illustrés. Il s'agit de voir comment le système éducatif est décrit dans un projet dénonciateur par des auteurs engagés.

5 Carlos Luis Fallas, Mi madrina, San José, Editorial Costa Rica, 1973 [imprenta Falce, 1954], p. 61. Ce type de cours vaut la peine d'être souligné quand on sait que, parallèlement, ce n'est qu'en 1940 que l'enseignement religieux est de nouveau autorisé.

6 Ibid., p. 84.

7 Carlos Luis Fallas, Marcos Ramírez, San José, Editorial Costa Rica, 1989, pp. 203-204. L'action se situe en 1920, au collège, c'est-à-dire que cela correspond à la période de formation des auteurs de la génération de 1940 (ibid., p. 237). Voir aussi pp. 236-238 et 283.

8 Ibid., p. 230.

9 Ibid., pp. 232 et 283.

10 Ibid., p. 237. Voir aussi pp. 236-238 et 283.

11 Ibid., p. 232 : "En ese tiempo, el « uno » era la mejor calificación y el cuatro la más mala, y se empleaban fracciones".

12 Joaquín Gutiérrez, Manglar, op. cit., p. 288.

13 Ibid., p. 208.

14 Ibid., p. 209.

15 Ibid., p. 46. Bien sûr, le nom du hameau n'est pas choisi au hasard, mais correspond à l'état d'esprit de Cecilia qui arrive ici avec l'impression de se "sacrifier pour éduquer les plus pauvres".

16 Joaquín Gutiérrez, Manglar, op. cit., p. 50.

17 Ibid., p. 46.

18 Ibid., p. 92.

19 Ibid., pp. 129-130.

20 Fabián Dobles, En el San Juan hay tiburón, San José, Editorial L'Atelier, 1967, p. 29.

21 Carlos Luis Fallas, Mi madrina, op. cit., pp. 83-85.

22 Fabián Dobles, Aguas turbias, San José, Editorial Costa Rica, 1989, p. 10.

23 Joaquín Gutiérrez, Murámonos, Federico, pp. 166-167.

24 Carlos Luis Fallas, Marcos Ramírez, op. cit., pp. 283-285.

25 Joaquín Gutiérrez, Puerto Limón, Santiago de Chile, Nascimento, 1950, p. 15. C est la version qui sera désormais citée.

26 Carlos Luis Fallas, Marcos Ramírez, op. cit., pp. 283-285.

27 Voir le cas d'une institutrice nicaraguayenne recrutée au Costa Rica dans Fabián Dobles, En el San Juan hay tiburón, op. cit., p. 20 : "Cuando yo trabajaba de cocinera en Villa Quesada hasta pasó por colegio. No pudo terminar porque nos vinimos para acá, pero para maestra de unos cuantos panzoncillos mal no lo hace - dice muy ufana la madre".

28 Carlos Luis Fallas, Marcos Ramírez, op. cit., p. 210. N'oublions pas, néanmoins, que c'est un des élèves, devenu adulte, qui parle, alors qu'il a fait des études désastreuses. Même si beaucoup de lecteurs, contemporains, affirment avoir reconnu les modèles ayant servi pour élaborer les portraits des professeurs d'Alajuela, l'exagération n'est pas à écarter totalement.

29 Ibid., p. 282.

30 Ibid., pp. 280-281.

31 Carlos Luis Fallas, Marcos Ramírez, op. cit., p. 143.

32 Ibid., p. 142 : "A pesar de la severidad de mi tío y de su constante vigilancia, yo casi nunca hacía mi tareas escolares".

33 Ibid., p. 63.

34 Fabián Dobles, El sitio de las abras, San José, Editorial Costa Rica, 1989 [1950], pp. 181-182.

35 Dans Joaquín Gutiérrez, Manglar, op. cit., pp. 129-130, Cecilia organise des jeux pour les plus petits, tout en répondant aux questions : "Sacrificó su cuarto para los niños y les organizó un campo de juegos rústicos : dos gruesas cuerdas con nudos, colgadas de las vigas del techo, para que traparan a pulso. Construyó una gran mesa de arena y los chicos edificaban castillos imponentes que caían derribados con cualquier remazón".

36 Ibid., p. 42.

37 Ibid., p. 48.

38 Marielos Aguilar confirme les faits dans Marielos Aguilar, Clase trabajadora y organización sindical en Costa Rica, San José, Editorial Porvenir-Flacso-Ices, 1989, p. 55 : "Todavía en 1950, el sistema educativo costarricense estaba al servicio fundamentalmente de los habitantes de la región central. Las zonas alejadas, valga decir los trabajadores del campo, tenían muy pocas posibilidades de recibir una instrucción que incluyera la enseñanza primaria y secundaria, pues para entonces el país solo contaba con 4. 448 maestros y 384 profesores de secundaria. Además, las escuelas no llegaban a mil, en todo el país. Mientras tanto, según el Censo de Población de 1950, el 66. 4 % de la población en edad escolar no podía asistir a la escuela por falta de recursos".

39 Carlos Luis Fallas, Mi madrina, op. cit., p. 103. Le fils de doña Mercedes est parti au Mexique pour faire ses études de médecine.

40 Dans Marcos Ramírez, un des oncles du personnage principal devient juge et maire (Carlos Luis Fallas, Marcos Ramírez, op. cit., p. 184).

41 Fabián Dobles, El sitio de las abras, op. cit., p. 163. Pour insister sur l'inutilité complète des études, Dobles précise dans le même paragraphe que l'aîné est allé à Harvard pour ses études de philosophie.

42 La grève de 1934 fut la première grande grève bananière costaricienne, dirigée principalement par Manuel Mora et Carlos Luis Fallas, contre la United Fruit Company, compagnie américaine. Mais les petits propriétaires furent aussi touchés car les ouvriers refusaient de couper les régimes ou empêchaient la circulation des trains assurant leur transport.

43 Joaquín Gutiérrez, Puerto Limón, op. cit., pp. 25-26.

44 Fabián Dobles, El barrilete, comedia dramática en dos actos y un epílogo, in Obras completas, San José, Editorial Universidad de Costa Rica, 1993, t. III, pp. 290-291.

45 Carlos Luis Fallas, Marcos Ramírez, op. cit., respectivement pp. 198, 202-203 et 73-74.

46 Joaquín Gutiérrez, Puerto Limón, op. cit., p 380. C'est la dernière page du roman. La version de 1977 évoque Veracruz comme destination incertaine.

47 Joaquín Gutiérrez, Murámonos, Federico, op. cit., pp. 152-153 : "Acordate que somos profesionales liberales, lo mismo que los agrónomos, los ingenieros, los auditores o los veterinarios. Y que cuando nos dieron el diploma creíamos que íbamos a realizarnos con nuestras profesiones, a hacer cosas chirotísimas, muy importantes o muy dignas, pero resultó que andando el tiempo y casi sin sentirlo nos fuimos convirtiendo en unos lacayitos. Sí, mi viejo, unos lacayitos !".

48 Ibid., p. 153.

Auteur

Université de Lorient

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable