Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Culture et éducation dans les mondes hispaniques

 | 
Jean-Louis Guereña
, 
Monica Zapata

II. Modèles et constructions pédagogiques

L'éducation féminine dans l'Équateur des années 1925-1945 : un nouveau rôle de la femme ?

Emmanuelle Sinardet

Texte intégral

  • 1 "Decreto de Julio de 1895, para autorizar a Aurelia Palmieri el ingreso a la Universidad de Guayaqu (...)

1La Révolution Libérale de 1895 accordait dans son projet de construction nationale un rôle déterminant à la femme, et ce pour la première fois dans l'histoire du pays. La femme devait entrer sur le marché du travail, participer au développement économique et être un des moteurs de la modernisation. L'éducation primaire publique se faisait l'écho de cette orientation progressiste en rendant obligatoire l'éducation de tous les enfants, fillettes comme garçons. De même, le secondaire et le supérieur semblaient s'ouvrir aux femmes. Ainsi, un décret de juillet 18951, après délibération de l'Assemblée, autorisait Aurelia Palmieri à étudier à l'université. Lentement, la femme n'était plus confinée dans un espace privé, celui du foyer, mais commençait à jouer un rôle économique et social dans la vie publique.

  • 2 Cf. Emmanuelle Sinardet, "La mujer en el proyecto nacional de la Revolución Liberal ecuatoriana (18 (...)

2Cependant, en 1925, à la chute du libéralisme, il s'avère que ces réalisations ne permettent pas une réelle intégration de la femme dans la vie publique. En 1925, les femmes n'ont toujours pas le droit de voter. Elles demeurent des citoyennes de seconde catégorie, des mineures sous la tutelle du père ou du mari. Plus généralement, la représentation traditionnelle de la femme, exclusivement gardienne du foyer, mère dévouée et épouse fidèle, dévolue par nature à la sphère privée, reste tenace. Toute incursion prolongée dans la sphère publique fait l'objet de soupçons qui mettent parfois en question la "decencia" de la mère. Ainsi le libéralisme n'aurait-il participé que fort timidement à l'émancipation de la femme, celle-ci restant, avec les populations indiennes, la grande oubliée des réformes libérales2.

3Toutefois, un changement déterminant semble se dessiner avec la Révolution de juillet 1925 et la formation de gouvernements progressistes qui prétendent oeuvrer en faveur des "masses" et des femmes. Ainsi en 1929, la femme équatorienne est parmi les premières en Amérique Latine à obtenir le droit de vote. Cette conquête paraît témoigner d'une ouverture inédite qui tend à en faire un citoyen à part entière, à l'égal de l'homme. Est-ce à dire que la représentation de la femme évolue tangiblement ? Ou au contraire faut-il y voir une simple concession au "progrès social", la femme demeurant représentée comme un être par nature attaché au foyer, selon la conception traditionnelle ? En d'autres termes, de 1925 (la Révolution Julienne) à 1945 (émission d'une nouvelle Constitution éminemment progressiste, quoique suspendue en 1946 après le durcissement du régime de Velasco Ibarra), la période post-libérale parviendrait-elle à réaliser le projet de la Révolution Libérale ?

  • 3 Cf. Ana María Goetschel, "Educación e imágenes de la mujer en los años treinta : Quito-Ecuador", Bu (...)

4Nous nous efforcerons de cerner l'éventuelle évolution de la représentation du rôle de la femme au sein de la société équatorienne en nous appuyant sur l'étude de la volonté politique d'éduquer la jeune fille. L'approche sera donc l'éducation, révélatrice d'une ouverture grâce à laquelle la femme peut prétendre exister socialement autrement que par le rôle exclusif d'épouse et de mère. Notre intention est ainsi d'enrichir les recherches actuelles par une approche complémentaire, à la lumière de l'étude, sur quelque vingt années, de la population féminine au sein du système éducatif et de l'analyse des programmes scolaires féminins3.

La présence féminine au sein du système éducatif. Une présence consolidée à tous les niveaux

5En ce qui concerne le primaire, l'évolution de la répartition de la population scolaire dans les établissements publics est parlante :

  • 4 Ministerio de Instrucción Pública, Informe del Ministro de Instrucción Pública Correos, Telégrafos, (...)
  • 5 Ministerio de Educación Pública, Informe a la Nación, Quito, Talleres Gráficos Nacionales, 1949, an (...)

Garçons

Filles

Elèves inscrits en 19284

69. 531

59. 215

Elèves inscrits en 19475

178. 423

149. 822

6Il est indéniable que les femmes ont bénéficié des efforts gouvernementaux en ce qui concerne la démocratisation de l'enseignement. De 1928 à 1947, leur population augmente aussi rapidement que celle des garçons, même si elles se trouvent proportionnellement moins représentées. Certes, l'accès à l'éducation bénéficie toujours avant tout aux garçons, mais les filles ne sont plus exclues, loin de là, d'une éducation indispensable à une insertion dans la vie publique. Car le droit de vote est soumis à la condition de savoir lire et écrire. L'éducation primaire généralisée aux femmes leur ouvre ainsi, aussi sûrement que l'extension du droit de vote lui-même, la possibilité de devenir citoyennes à part entière.

  • 6 Ministerio de Instrucción Pública, Informe que el Ministro de Instrucción Pública, Bellas Artes, Co (...)
  • 7 Ana María Goetschel, op. cit., p. 408.

7Pour ce qui est du secondaire, en 1930, le ministre de l'Instruction Publique se félicite de l'augmentation du nombre de fillettes dans les collèges et de la disparition des "préjugés" qui faisaient obstacle à la poursuite du cursus scolaire audelà des années obligatoires du primaire6. Il est vrai que l'Etat a fait de réels efforts pour créer des collèges féminins dignes de ce nom. Car dans les années 1910, la distinction entre "école" et "collège" pour filles n'était encore que sociale : les "collèges" restaient en définitive des écoles primaires destinées aux fillettes des milieux aisés. Or la création, en 1922, du collège féminin 24 de Mayo témoigne de la volonté de réformer l'enseignement secondaire féminin et d'ouvrir les portes de l'éducation supérieure aux femmes. Il est doté de toutes les infrastructures nécessaires, de professeurs en nombre suffisant, et offre enfin un enseignement conforme aux consignes du Ministère. Bref, il s'agit là d'un collège qui n'a rien à envier aux établissements masculins et qui remplit pleinement sa fonction d'accès au supérieur, puisque les étudiantes universitaires des années trente et quarante seront dans leur majorité des anciennes élèves du 24 de Mayo7.

  • 8 Ministerio de Instrucción Pública, Informe, op. cit., 1930, p. 77.
  • 9 Ministerio de Educación Pública, Informe, op. cit., 1949, annexe n° 33.

8Plus généralement, le ministre recense, en 1929, 10,94 % de jeunes filles dans les collèges publics et, en 1930, 11,45 %8. Certes, la progression est lente, mais elle ne se dément pas durant toute la période étudiée. Ainsi, en 1947, elles sont 5. 061 jeunes filles à être inscrites dans les collèges pour 10. 465 garçons, et représentent environ 35 % de la population9.

  • 10 Ministerio de Instrucción Pública, Informe, op. cit., 1930, p. 89.
  • 11 Ministerio de Educación Pública, Informe, op. cit., 1949, annexe n° 33.

9Simultanément, l'entrée des femmes dans les établissements de formation professionnelle s'accélère. En 1930, il existe dans le pays quatre Ecoles Normales, dont deux féminines ; l'une à Quito, l'autre à Guayaquil. Des "sections féminines" sont ouvertes au sein du Liceo Mercantil de Bahía ; au sein des Conservatoires de musique de Quito et Guayaquil ; de l'Ecole des Beaux-Arts de Quito ; des écoles des Arts et Métiers de Quito, Tulcán et Portoviejo. Parallèlement, certains établissements secondaires féminins se dotent de ces filières professionnelles, tels le 24 de Mayo de Quito et le 9 de Octubre de Guayaquil, qui offrent désormais des formations spécialisées de mécanographie, de couture et de broderie. En 1930, ces sections spéciales regroupent un total de 3. 195 élèves, dont 1. 498 hommes et 1. 697 femmes10 ; chiffres qui témoignent d'une part des opportunités professionnelles et, partant, sociales offertes aux femmes, et d'autre part de la rapidité de ces dernières à les saisir. En 1947, dans ces sections qui se sont entre-temps considérablement multipliées, elles sont 13. 080 femmes pour 2. 431 hommes, soit quelque 84 % de la population inscrite11. L'entrée en force dans le système éducatif est évidente, et la professionnalisation semble témoigner d'une réelle volonté de faire des femmes de véritables actrices de l'économie et de la vie nationale.

Un "rattrapage" incomplet

10Pouvons-nous conclure à une évolution radicale de la conception du rôle de la femme ? En 1947, si les jeunes filles sont de façon écrasante majoritaires dans les formations courtes débouchant sur une activité d'employée (mécanographe, comptable, vendeuse, employée d'administration, couturière, aide-soignante), elles ne représentent qu'un tiers de la population des collèges, seuls établissements à garantir l'accès à l'université. Si entrée sur le marché du travail il y a, elle concerne les postes subalternes.

  • 12 Ministerio de Instrucción Pública, Informe, op. cit., 1930, p. 118.
  • 13 Ministerio de Instrucción Pública, Informe, op. cit., 1930, p. 109.
  • 14 Ministerio de Educación Pública, Informe, op. cit., 1949, annexe n° 33.

11Cette lecture est confirmée par la faible présence féminine dans la population universitaire. En 1930, seules 6 femmes obtiennent leur diplôme de fin d'études sur un total de 95 diplômés, toutes dans le domaine de la santé, traditionnellement féminin : "4 enfermeras en la Universidad Central, y una obstetriz y una odontóloga en la de Guayaquil"12. Les années suivantes, le nombre d'inscrites demeure relativement réduit. En 1930, les facultés de droit du pays comptent 232 étudiants et 1 étudiante seulement ; celles de médecine, 249 étudiants et 7 étudiantes ; celles de pharmacie, 49 étudiants pour 6 étudiantes ; les études dentaires, 47 étudiants pour 5 étudiantes ; les facultés de lettres et philosophie, 146 étudiants pour 22 étudiantes, les facultés de sciences, 78 étudiants pour une seule étudiante13. En 1947, les femmes sont 484 sur une population de 3. 345 étudiants, et ne représentent encore que 14,5 % de cette population14. Non seulement elles sont sensiblement moins présentes dans le secondaire, mais leur présence dans le secondaire n'implique pas leur entrée dans les mêmes proportions à l'université. L'université, aux formations valorisantes (droit, médecine, architecture), reste un univers avant tout masculin.

12Il ne s'agit pas ici de remettre en question la progression de la population féminine dans le système éducatif, générale à tous les niveaux. Cependant, force est de constater que cette progression concerne principalement les filières moins valorisantes qui, si elles autorisent la femme à jouer un rôle économique, ne lui permettent pas de jouer un rôle déterminant. Il est donc difficile de conclure à une sensible évolution de la représentation du rôle féminin dans la société équatorienne.

  • 15 Ley de Educación Primaria y Secundaria", Registro Oficial n° 151-152, Quito, 29-30 Abril de 1938 pp (...)
  • 16 Ibid.

13Par ailleurs, la femme occupe des postes traditionnellement féminins, dans les bureaux, les administrations, dans le secteur de la santé et évidemment celui de l'éducation. Ce ne sont pas de nouveaux secteurs qui s'ouvrent aux femmes, mais ce sont les secteurs traditionnellement féminins qui se développent. L'entrée de la femme dans la vie publique s'effectue ainsi sans rupture avec la représentation communément admise de sa fonction. En d'autres termes, si la femme semble jouer presque naturellement un rôle dans le système éducatif, c'est aussi parce que l'école est considérée comme une sorte de "foyer", une forme d'excroissance de la sphère privée. A ce titre, l'utilisation du masculin et du féminin pour qualifier le personnel enseignant est fort significative. La loi de 1938 parle du personnel des "jardines de infantes" au féminin, excluant d'emblée l'élément masculin du personnel pédagogique : ce sont des "maestras" et des "inspectoras de jardines de infantes"15. En revanche, dès qu'il s'agit du primaire et du secondaire, le féminin disparaît et le texte de loi parle du "profesorado", des "maestros" ou du "personal docente"16. La femme serait par nature plus apte à s'occuper des petits. Elle est représentée professionnellement dans sa fonction maternelle. Et les débouchés qui s'offrent à elle, éducation, santé, se définissent dans la prolongation de cette représentation. Le ministre de l'Instruction Publique ne s'y trompe pas lorsqu'il évoque l'origine géographique des fillettes scolarisées dans les écoles annexes de l'Ecole Normale Manuela Cañizares de Quito :

  • 17 Ministerio de Instrucción Pública, Informe que el Ministro de Educación Pública presenta a la Nació (...)

"La numerosa concurrencia de niñas que acuden hasta de los más apartados barrios de la ciudad, se explica porque casi todas ellas aspiran al ingreso inmediato en la Sección Normal, pues, es un hecho evidente que para la mujer ecuatoriana la profesión del magisterio constituye uno de los pocos campos que le reportan un porvenir seguro independiente"17.

14Si le ministre n'est pas dupe, est-ce à dire que l'Etat s'opposerait à la représentation traditionnelle d'une femme dévolue à la sphère privée et familiale ? L'Education incarnerait-elle la volonté progressiste de faire évoluer ce rôle et les mentalités, de lutter contre les "préjugés" ? Comme nous l'avons souligné plus haut, le Ministère de l'Education, dans la rédaction de ses textes, n'échappe pas à la représentation traditionnelle du rôle de la femme. Cette lecture, qui établirait le maintien de la représentation traditionnelle y compris parmi les secteurs progressistes, semble confirmée par le contenu de l'enseignement lui-même et l'introduction dans l'éducation féminine d'activités érigées en matière à part entière : la gymnastique rythmique et surtout l'éducation domestique.

Les programmes scolaires : un contenu spécifiquement féminin

  • 18 Pour une étude des théories de l'école active et de leur implantation en Equateur, voir Emmanuelle (...)

15Si l'on en croit les directives du Ministère, les innovations pédagogiques doivent être appliquées uniformément, sans distinction de sexe, ce qui implique a priori une égalité totale. Il est vrai que les principes de l'école active et de l'éducation intégrale concernent autant les fillettes que les garçons18. On leur reconnaît le droit et la capacité de développer harmonieusement leur personnalité et leurs aptitudes innées. Cependant, quelle est la nature de ces aptitudes ? Pose-t-on une spécificité féminine ? Au-delà de l'apparente uniformité de l'enseignement, nous proposons de cerner les écarts entre les enseignements masculin et féminin.

  • 19 Ibid., pp. 35-48.
  • 20 Ministerio de Instrucción Pública, Informe, op. cit., 1928, p. 35.

16L'un des axes privilégiés de l'éducation intégrale, généralisée dans les années trente et quarante, est l'éducation physique qui participe à la formation d'un esprit sain dans un corps sain19. Fait remarquable, le développement de l'éducation physique concerne autant les filles que les garçons. Sur la lancée des travaux de la première mission pédagogique allemande (1914-1918) et surtout de la seconde mission (1920-1922), les Ecoles Normales féminines forment des enseignantes spécialisées dans l'éducation physique. L'Allemande Eleonora Neumann forme notamment María A. Idrobo, Elena Mendizábal et Carola Castro qui devient même championne latino-américaine de course. Pour sa part, le décret n° 193 du 14 juin 192820, qui définit les conditions d'obtention du titre de professeur d'éducation physique, pose des exigences identiques aux enseignants des deux sexes, rappelant ainsi que l'éducation physique des fillettes ne doit pas être moins importante que celle des garçons. Nous ne reviendrons pas sur les implications du sport dans la libération du corps féminin, désormais autorisé à s'exposer en public dans le cadre d'événements sportifs. Soulignons combien la femme semble bénéficier d'un enseignement aussi complet et surtout aussi exigeant que celui des garçons.

  • 21 Cf. Emmanuelle Sinardet, "La preocupación higienista en la educación ecuatoriana en los años treint (...)
  • 22 Cf. Francisco Coronel Pareja, "Educación física femenina", Boletín de higiene escolar, n° 13, Enero (...)

17Remarquons également combien la femme est l'objet des attentions hygiénistes qui visent à réformer physiquement la population, à la rendre plus forte, plus saine, et donc à même de participer au développement du pays21. L'orientation hygiéniste s'inscrit dans la mise en place de nouveaux modèles d'intégration nationale, en vue de l'expansion du marché interne, au moyen de la création de nouveaux consommateurs, orientation qui naît de l'effondrement du modèle agroexportateur dans les années 1920. Cette nécessité de créer davantage de consommateurs entraîne celle de transformer les masses, notamment indiennes. Car l'Indien est considéré comme dégénéré et de ce fait incapable de s'intégrer au marché national, de produire et consommer. Dans cette définition éminemment positiviste et darwinienne d'une dégénérescence biologique des "races", les solutions proposées passent toutes prioritairement par l'amélioration des conditions biologiques, et notamment par l'éducation physique. La femme est bien perçue comme l'un des rouages indispensables à la construction nationale, au même titre que les garçons. La généralisation de l'éducation physique féminine implique la reconnaissance de l'importance du rôle de la femme et sa valorisation. Cette préoccupation d'une éducation physique et sportive féminine digne de ce nom ne faiblit pas puisque, dans les années 1940, nombre de travaux pédagogiques insistent sur son enjeu"22.

18Cependant, le fait même que, dans les années quarante, des pédagogues recommandent toujours le développement d'une véritable éducation physique pour les filles, indique les déficiences de l'enseignement de cette matière. Certes, les garçons souffrent du manque de moyens financiers, manifeste dans le pauvre équipement des écoles en stades et gymnases. Mais ce sont les filles qui sont particulièrement affectées par l'absence d'enseignantes correctement formées et se voient souvent privées de tout enseignement de la matière. La qualité pédagogique de l'enseignement féminin reste, dans la réalité des faits, inférieure. Ainsi, si l'éducation physique connaît un difficile développement, les difficultés sont bien plus pénalisantes pour les fillettes, comme si, en définitive, l'éducation physique était moins prioritaire pour le correct développement de la femme que de l'homme.

19Par ailleurs, dans les années quarante, l'éducation physique prend une orientation qui se veut typiquement féminine, révélatrice de la permanence d'une image traditionnelle de la femme. Le Ministère considère en effet, dans l'éducation féminine, le développement de la gymnastique rythmique comme prioritaire. Les arguments avancés en soulignent les effets bénéfiques sur le corps et l'esprit, mais mettent aussi en avant le bon goût artistique :

  • 23 Ministerio de Educación Pública, Informe a la Nación del Ministerio de Educación Pública, Quito, Ta (...)

"La enseñanza de gimnasia rítmica dentro de la educación femenina es de vital importancia, pues perfecciona la función muscular dando flexibilidad, actividad, elegancia y gracia del movimiento; enseña a coordinar la función del cerebro con la del movimiento físico; cultiva la capacidad creadora y el don de interpretación artística de los motivos naturales; educa el oído, el sentido rítmico y el sentimiento musical; perfecciona la emotividad. [...] La danza procura la perfección coordinadora del sentido muscular, el gusto musical y el sentido artístico"23.

  • 24 Ministerio de Educación Pública, Informe, op. cit., 1941, p. 115.

20Certes, le souci de la vigueur et de la santé du corps est bien présent : la femme participe, au même titre que les garçons, à la régénération physique et culturelle prônée à travers l'éducation physique. Mais l'orientation artistique révèle la définition traditionnelle d'une nature féminine plus sensible, plus raffinée. L'introduction de la gymnastique rythmique elle-même reste ponctuelle dans les années quarante. Si le Ministère engage une enseignante spécialisée qui organise en avril et décembre 1940 deux cours intensifs, l'essor de cette matière est fort imparfait. En effet, les cours intensifs ont lieu à Quito seulement et s'adressent exclusivement à des fillettes de l'enseignement secondaire. Par ailleurs, les directives en faveur de la diffusion de la gymnastique rythmique qui réforment l'enseignement de l'éducation physique des fillettes des écoles primaires urbaines restent lettre morte, faute de moyens suffisants24.

21Les arts, le bon goût, l'élégance du mouvement, bref une certaine délicatesse doivent absolument être présents chez la femme, alors qu'ils sont moins importants chez l'homme. La gymnastique rythmique est bien d'une "importance vitale", car elle permet de réconcilier le rôle de régénération que la femme doit jouer et le respect de "l'éternel" féminin, sensible et délicat. En d'autres termes, il s'agit là de faire participer la femme au projet national, mais sans qu'il y ait rupture avec sa représentation traditionnelle.

22Est-il possible d'en conclure que, si la femme doit participer au développement du pays, elle est censée accomplir cette mission dans la sphère privée plus que publique ? Qu'il y a véritablement continuité entre la représentation traditionnelle du rôle de la femme et ce rôle régénérateur que veut lui faire jouer l'Etat ? La réponse semble être positive si l'on tient compte de la particularité caractérisant les années 1925-1945 : l'essor considérable de l'éducation domestique.

23Durant cette période, l'éducation domestique cesse d'être une simple activité pour devenir une matière à part entière, faisant l'objet de plans de travail, de circulaires, et d'horaires adaptés. L'Equateur s'inspire ici des orientations des pays européens et notamment de la Belgique. Dans son projet de développement économique et culturel, l'Equateur prend pour modèles autant la Belgique et la Suisse, petits pays pacifiques et néanmoins prospères et "civilisés", que les EtatsUnis, l'Angleterre ou la France, traditionnelles références en matière de développement économique et culturel. L'éducation domestique est, en Europe et surtout en Belgique, un enseignement en plein essor dont les revues pédagogiques équatoriennes se font l'écho :

  • 25 Luis F. Torres, "Información educativa mundial", Revista Educación, Quito, Año IX, n° 86-89, EneroA (...)

"Bélgica -Educación doméstica- En este país se da gran importancia a la enseñanza de economía doméstica y de trabajos femeninos, indipensables para la preparación de la mujer, como elemento activo de la familia y de la sociedad. Hay cursos especiales para la formación de la maestras de economía doméstica, que duran dos años: uno de estudios teóricos y otro de aprendizaje práctico. Se preparan en corte y confección, costura, lavado y planchado, limpieza, arreglo de ropa, jardinería, cultivo de animales domésticos, aparte del programa relativo a la formación moral, familiar y social de la mujer"25.

  • 26 Ministerio de Educación Pública, Informe, op. cit., 1941, p. 43. La mission quittera l'année suivan (...)

24A son tour, l'Equateur étend cet enseignement exclusivement destiné aux fillettes à tous ses programmes scolaires, et ce, dès le primaire. Ainsi, dans le primaire, l'éducation domestique apparaît-elle aux programmes des premier, second et troisième cycles (équivalent des cours préparatoires, cours élémentaires et cours moyens français). Elle concerne autant l'éducation populaire des établissements ruraux ou nocturnes que l'école urbaine. L'arrivée en 1941 d'une mission pédagogique espagnole envoyée par Franco26 doit renforcer encore la préparation des enseignantes à la matière, grâce à la spécialisation d'un membre de la mission, Amparo Mendico Acisores, en éducation domestique.

25Cependant, par rapport au compte rendu du contenu de l'éducation domestique belge, l'éducation domestique équatorienne présente une orientation légèrement différente. Certes, comme en Europe, l'éducation domestique équatorienne prétend donner à la jeune fille des rudiments susceptibles d'améliorer le bien-être de la famille ("corte y confección, costura, lavado y planchado, limpieza, arreglo de ropa, jardinería, cultivo de animales"). Toutefois, elle insiste davantage sur la future fonction de mère. En témoigne le programme pour le second "grado" des écoles populaires de la province de Manabí :

  • 27 "De la práctica escolar : plan de trabajo de las escuelas nocturnas y secciones de adultos de los P (...)

"Educación doméstica-Para las mujeres. Arreglo de la ropa: coser, lavar, planchar. Elaboración de jabones y almidón. La cocina: selección de alimentos, preparación, servicio-. La higiene en la cocina-Recetas varias para preparar alimentos-. La defensa del niño:-protección a la infancia. Los ciudados para el niño en los primeros días de la vida: la alimentación, el sueño, la higiene, etc. Peligros de la sobrealimentación-"27.

26L'école forme bien la future mère, développant tout particulièrement l'enseignement de la puériculture. Car la puériculture, alliée à la correcte alimentation, à la propreté, au confort de l'habillement et à l'hygiène du foyer, converge vers le projet de développement national. Les secteurs dirigeants voient dans les masses, notamment indiennes, les causes du retard de la modernisation du pays. Les populations vivant dans l'ignorance et l'abandon physique sont considérées comme les stigmates d'une "barbarie" héritée des siècles précédents. D'où l'essor de l'éducation physique et plus généralement hygiéniste comme moyen de régénérer physiquement les futures générations, nous l'avons vu. A son tour, l'éducation domestique s'intègre totalement dans cette préoccupation hygiéniste. Elle prône l'hygiène et la santé, et notamment les soins des nourrissons, à même d'éradiquer les causes de la dégénérescence biologique. Dans cette perspective, la mère-davantage que la femme-doit participer pleinement à la construction d'une nation forte et saine. Cette fonction rejoint la représentation traditionnelle du rôle "patriotique" de la mère de famille selon laquelle, derrière chaque bon citoyen et vrai patriote, se trouve une excellente mère. Car la mère détient le pouvoir éducatif sur la jeunesse et c'est en faisant bon usage de ce pouvoir qu'elle peut servir la patrie, comme l'affirme l'auteur du conservateur Guía de la mujer : Lectura propia para esposas, novias y señoritas que deseen un hogar feliz, útil para jóvenes y maestras, en 1939 :

  • 28 Mariano Alarcón Guerrero, Guía de la mujer : Lectura propia para esposas, novias y señoritas que de (...)

"He querido denominar así [Guía de la mujer] estas nuevas páginas, por cuanto en ellas se veían nombres de matronas distinguidas, cuyo brillo en el hogar y en la sociedad, les dan la inmortalidad, por el fruto de ciencia y amor maternal alcanzado en sus hijos que han sido y son el honor de la patria"28.

27L'éducation domestique, relais des politiques de régénération physique et culturelle, rejoint la vision traditionnelle d'une femme aimante et dévouée à sa famille et, partant, à la patrie. L'enjeu de la mère dans ce projet de développement national explique les efforts de l'Etat pour éduquer la femme et, par conséquent, la forte progression de la présence féminine dans le système éducatif. Devenue mère, la jeune fille prolongera dans son foyer les enseignements qu'elle aura reçus, devenant le meilleur relais de l'action publique de l'Etat. La préoccupation en faveur de l'éducation domestique est une constante durant toute la période étudiée.

28Nombreuses sont les circulaires du Ministère et des "Directores de Estudios" rappelant l'importance de cet enseignement, tout particulièrement dans les écoles populaires, comme en témoigne celle-ci :

  • 29 "Circular n° 5 del Director de Estudios de la provincia de Latacunga - Los horarios alternados en l (...)

"Por ningún motivo se descuidará la enseñanza de Puericultura y Economía Doméstica. Cualquier negligencia en este sentido, será sancionada severamente. En las escuelas mixtas, mientras las niñas harán trabajos manuales; y cuando a las primeras se enseñe Puericultura y Economía Doméstica, a los segundos se dictará, a juicio del preceptor, la asignatura que necesite intensificación"29.

29Elle est bien un acteur fondamental de la réalisation du projet de développement national, mais prioritairement depuis la sphère privée. Dès lors, la représentation même du rôle de la femme n'évolue pas sensiblement. L'évolution concerne seulement les modalités de ce rôle. L'action de l'Etat ne vise pas une rupture avec la représentation traditionnelle féminine mais la réactive à son profit.

L'éducation domestique dans l'école populaire

30N'y a-t-il pas, malgré tout, une contradiction à prétendre former une mère idéale et, simultanément, à professionnaliser la préparation féminine comme nous l'avons souligné dans un premier temps ? Cette apparente contradiction disparaît au regard de l'introduction sélective des activités professionnalisantes dans l'enseignement domestique. Ces activités, qui visent à faciliter l'entrée de la femme sur le marché du travail, concernent seulement les écoles populaires. Ainsi, le troisième et dernier "grado" des écoles rurales de la province de Manabí introduit en 1934 un début de formation professionnelle destinée à des fillettes pauvres, devant rapidement gagner leur vie au sortir de l'école :

  • 30 "De la práctica escolar : plan de trabajo de las escuelas nocturnas y secciones de adultos de los P (...)

"Educación doméstica - Para las mujeres : el mejoramiento de la cocina. El tejido de sombrero de paja toquilla y las precauciones higiénicas que deben tomarse. El uso de la máquina de coser. El gobierno y dirección de la casa. La asistencia de los enfermos. El papel de la madre de familia como educadora"30.

31Outre les contenus habituels de l'enseignement, notons d'une part les rudiments d'une fonction d'aide-soignante ("la asistencia de los enfermos") et de couturière ("el uso de la máquina de coser") et, d'autre part, la préparation au travail de la "paja toquilla", l'une des principales activités de la province de Manabi réputée pour ses chapeaux dits "de Panama". L'orientation de l'éducation domestique répond ici au critère d'utilité de l'école populaire. Elle doit donner aux élèves les moyens de s'insérer rapidement dans l'économie locale au développement de laquelle ils participeront activement. Dans cette perspective pragmatique, l'ouverture de la formation féminine au marché du travail n'a rien de particulièrement progressiste.Elle ne fait qu'entériner un état de fait dans les secteurs populaires, où les femmes se voient obligées de travailler afin de nourrir leur famille. L'approche professionnelle ne répond pas à un désir particulier de faire évoluer le rôle de la femme, mais s'adapte à une contrainte économique et sociale en milieu populaire. Et si la femme est forcée de travailler, pourquoi ne le ferait-elle pas "utilement", en participant au développement de l'économie locale ? La préparation aux débouchés régionaux, ici la "paja toquilla", sert davantage les intérêts de l'élite locale que ceux de la femme travailleuse.

32Ces orientations à but professionnel de l'éducation domestique disparaissent en milieu aisé. La femme n'a pas à travailler si elle n'y est pas économiquement contrainte et reste bien, avant tout, une mère de famille. En fait, dans la représentation féminine, le critère de la bienséance demeure prépondérant et le Ministère, loin d'aller à l'encontre des mentalités, s'y adapte. Entre la femme quittant la sphère privée pour entrer dans la sphère publique et la femme "publique", la frontière est encore mince pour les mentalités. Ainsi le souci de la "decencia" explique-t-il le choix de la non-mixité pour les établissements publics. Pour le primaire, seules sont autorisées à être mixtes les écoles situées dans des zones où la population est insuffisante et ne justifie pas la création de deux écoles, une pour filles et une pour garçons. Pour le reste, les établissements primaires et secondaires sont non mixtes. De même, les femmes sortant du foyer, y compris pour étudier, vont toujours à l'encontre de la bienséance et de la "decencia". Des mesures spéciales sont parfois nécessaires afin d'éviter que les cours du soir ne soient boycottés par les familles qui craignent pour la réputation de leurs filles. Par exemple, dans une circulaire de 1934 dirigée aux directeurs d'établissements, le "Director de Estudios" de la province de Latacunga recommande la plus grande prudence dans l'adoption des horaires alternés, notamment ceux du soir :

  • 31 "Circular n° 5 del Director de Estudios de la provincia de Latacunga - Los horarios alternados en l (...)

"A fin de evitar murmuraciones de parte de los moradores, sería conveniente que Usted provoque una reunión de padres de familia, previa invitación oportuna al mayor número posible y les hable sobre las ventajas que ofrece este sistema [de horarios alternados]"31.

33Les enseignantes elles-mêmes n'échappent pas aux soupçons, à tel point que la recommandation suivante-qui n'a rien de pédagogique-apparaît, en 1947, dans un code déontologique adressé aux maîtres, afin de ne pas discréditer la réputation de l'éducation publique :

  • 32 Justino Cornejo, Bosquejo de una deontologia para maestros, Quito, Talleres Gráficos Nacionales, 19 (...)

"Con las mujeres, sobre todo, extrema tu respeto: no las coloques en el caso de dejar lo más precioso que ellas tienen, la honra, a cambio de un empleo. Con mujeres deshonradas por sus mismos jefes, ¿qué educación cabe?..."32.

  • 33 Mariano Alarcón Guerrero, op. cit., p. 51.

34Les représentants de l'Etat semblent particulièrement soucieux de respecter les critères de "decencia". Il est vrai que l'éducation publique doit toujours faire face à la très active concurrence de l'éducation privée catholique, qui se pose en championne de la bienséance. Mariano Alarcón Guerrero, dans son Guía de la mujer de 1939, ne défend-il pas la supériorité de l'enseignement privé religieux sur l'enseignement public et laïque en se basant sur le critère de bienséance, lorsqu'il affirme que "el profesorado de escuelas y colegios fiscales parece ser muy deficiente en punto de cultura social ?"33.

  • 34 Ibid., p. 52.
  • 35 Ibid., p. 56.
  • 36 Ibid., p. 82.

35L'éducation féminine doit s'appuyer, davantage que l'éducation masculine, sur les critères de "decencia" et de "buenos modales", censés garantir une conduite irréprochable. Or, dans les milieux conservateurs, cette conduite est induite par la morale catholique. Alarcón Guerrero oppose ainsi au "trato inculto"34 des enseignants des établissements publics la culture sociale des enseignants des établissements catholiques, sur la base des principes religieux garants de la morale, "pues el respeto a la moral es el fundamento de las leyes sociales"35. A travers la supposée supériorité de l'enseignement catholique pour les filles, se maintient aussi la représentation de la femme "ángel", "alma pura"36, caractérisée par une supériorité morale sur l'homme qu'elle doit guider discrètement. Or cette conception n'est pas le seul fait des conservateurs mais domine, de façon diffuse et moins théorisée, les mentalités. Les familles aisées préfèrent ainsi placer leurs filles dans les établissements religieux. Dans tous les rapports de la période étudiée, le nombre de collèges catholiques pour filles est supérieur au nombre de collèges catholiques masculins. Cette création en plus grand nombre de collèges féminins témoigne de la volonté des ordres éducatifs de satisfaire la réelle demande des familles qui veulent voir leurs filles éduquées par des religieuses et non par des enseignantes laïques.

36Face à cette concurrence, l'éducation publique est forcée de s'adapter. Qu'elle partage les valeurs traditionnelles ou qu'elle cherche pragmatiquement à conserver son crédit, elle ne peut envisager un rôle féminin dans le projet de développement national que depuis la sphère privée. Il nous est difficile de déterminer si la permanence de la représentation traditionnelle du rôle social féminin au sein du Ministère de l'Education a pour origine un manque de volonté, la crainte (réaliste) de l'échec face aux mentalités réticentes à voir la femme changer de statut, la nécessité de s'adapter à la concurrence de l'éducation privée catholique, ou une adhésion sincère à cette représentation traditionnelle. L'instabilité politique des années trente et quarante, durant lesquelles alternent des gouvernements progressistes et conservateurs de courte durée, explique notamment cette difficulté à dégager une position claire sur les moyen et long termes.

37Les programmes mis en oeuvre durant la période 1925-1945 tendent à respecter "l'éternel" féminin et la fonction maternelle d'une représentation traditionnelle qui domine largement les mentalités. La femme y est bien perçue comme une mère et une épouse dévouée, gardienne du foyer. Pour leur part, les préparations professionnelles sont principalement destinées aux secteurs moins privilégiés où la femme ne peut pas ne pas travailler, issue des secteurs populaires dans le primaire et des classes moyennes appauvries dans les sections professionnelles du secondaire. Rappelons que l'Equateur des années vingt et surtout trente connaît une profonde crise économique qui tend à appauvrir les classes moyennes nées notamment de la période libérale, et qui ne s'achève qu'à la fin des années quarante avec le boum de la banane. Plus généralement, l'éducation féminine et notamment l'éducation physique et l'éducation domestique cherchent à réconcilier le rôle modernisateur de la femme, la représentation traditionnelle de la femmemère, et la nécessité économique du travail féminin. Elles s'efforcent ainsi de satisfaire les exigences des familles tout en servant le projet de développement national.

38Certes, il n'y a pas de rupture significative avec la période précédente. Toutefois, de 1925 à 1945, il existe une réelle évolution dont témoigne la progression notable de la femme dans le système éducatif. Il convient ici de replacer la période étudiée dans une perspective plus générale, celle du XXe siècle. La période 1925-1945 prépare l'arrivée dans les années soixante de ces professionnelles issues des classes moyennes et formées à l'université, qui, par leur nouveau statut, marquent une véritable rupture. Dans la seconde moitié du XXe siècle, ces femmes occupent des fonctions qui, bien qu'elles restent de façon générale moins valorisantes, se diversifient. La génération des avocates, architectes, médecins spécialisés, ingénieurs, est l'héritière de la lente évolution des années trente et quarante.

Notes

1 "Decreto de Julio de 1895, para autorizar a Aurelia Palmieri el ingreso a la Universidad de Guayaquil", in Jenny Estrada, Una mujer total : Matilde Hidalgo de Procel, Guayaquil, Imprenta de la Universidad de Guayaquil, 1981, pp. 48-49.

2 Cf. Emmanuelle Sinardet, "La mujer en el proyecto nacional de la Revolución Liberal ecuatoriana (1895-1925) : ¿Qué representación de la mujer ?", communication au VIIIe Congrès de l'Association Espagnole des Américanistes, Las Palmas, septembre 1998.

3 Cf. Ana María Goetschel, "Educación e imágenes de la mujer en los años treinta : Quito-Ecuador", Bulletin de l'Institut Français d'Etudes Andines, Lima, t. 28, n° 3, 1999, pp. 401-410.

4 Ministerio de Instrucción Pública, Informe del Ministro de Instrucción Pública Correos, Telégrafos, etc., Quito, Imprenta Nacional, 1928, tableau final n° 2.

5 Ministerio de Educación Pública, Informe a la Nación, Quito, Talleres Gráficos Nacionales, 1949, annexe n° 33.

6 Ministerio de Instrucción Pública, Informe que el Ministro de Instrucción Pública, Bellas Artes, Correos, Telégrafos, etc... presenta a la Nación en 1930, Quito, Talleres Gráficos Nacionales, 1930, p. 77.

7 Ana María Goetschel, op. cit., p. 408.

8 Ministerio de Instrucción Pública, Informe, op. cit., 1930, p. 77.

9 Ministerio de Educación Pública, Informe, op. cit., 1949, annexe n° 33.

10 Ministerio de Instrucción Pública, Informe, op. cit., 1930, p. 89.

11 Ministerio de Educación Pública, Informe, op. cit., 1949, annexe n° 33.

12 Ministerio de Instrucción Pública, Informe, op. cit., 1930, p. 118.

13 Ministerio de Instrucción Pública, Informe, op. cit., 1930, p. 109.

14 Ministerio de Educación Pública, Informe, op. cit., 1949, annexe n° 33.

15 Ley de Educación Primaria y Secundaria", Registro Oficial n° 151-152, Quito, 29-30 Abril de 1938 pp. 3169-3182.

16 Ibid.

17 Ministerio de Instrucción Pública, Informe que el Ministro de Educación Pública presenta a la Nación, Quito, Talleres Gráficos Nacionales, 1932, pp. 120-121.

18 Pour une étude des théories de l'école active et de leur implantation en Equateur, voir Emmanuelle Sinardet, Les activités pédagogiques de l'éducation publique équatorienne (1925-1945) : l'essor de l'école active, Quito, CEDAI-PUCE, 1999, pp. 31-91.

19 Ibid., pp. 35-48.

20 Ministerio de Instrucción Pública, Informe, op. cit., 1928, p. 35.

21 Cf. Emmanuelle Sinardet, "La preocupación higienista en la educación ecuatoriana en los años treinta y cuarenta", Bulletin de l'Institut Français d'Etudes Andines, Lima, t. 28, n° 3, 1999, pp. 411-432.

22 Cf. Francisco Coronel Pareja, "Educación física femenina", Boletín de higiene escolar, n° 13, Enero de 1942, pp. 30-34 ; et Evangelina Falconi, "Desarrollo de la educación femenina en la humanidad", Boletín del Colegio Nacional Maldonado, n° 1, juin 1945, pp. 59-60.

23 Ministerio de Educación Pública, Informe a la Nación del Ministerio de Educación Pública, Quito, Talleres Gráficos de Educación, 1941, pp. 114-115.

24 Ministerio de Educación Pública, Informe, op. cit., 1941, p. 115.

25 Luis F. Torres, "Información educativa mundial", Revista Educación, Quito, Año IX, n° 86-89, EneroAbril de 1934, p. 89.

26 Ministerio de Educación Pública, Informe, op. cit., 1941, p. 43. La mission quittera l'année suivante l'Equateur, à la suite de différends avec le Ministère.

27 "De la práctica escolar : plan de trabajo de las escuelas nocturnas y secciones de adultos de los Planteles Rurales de Manabí", Revista Educación, Quito, Año IX, n° 86-89, Enero-Abril de 1934, p. 47.

28 Mariano Alarcón Guerrero, Guía de la mujer : Lectura propia para esposas, novias y señoritas que deseen un hogarfeliz, útil parajóvenes y maestras, Quito, Talleres Gráficos de Educación, 1939, p. 96.

29 "Circular n° 5 del Director de Estudios de la provincia de Latacunga - Los horarios alternados en las escuelas rurales", Revista Educación, Quito, Año IX, n° 86-89, Enero-Abril de 1934, p. 62.

30 "De la práctica escolar : plan de trabajo de las escuelas nocturnas y secciones de adultos de los Planteles Rurales de Manabi", op. cit., p. 48.

31 "Circular n° 5 del Director de Estudios de la provincia de Latacunga - Los horarios alternados en las escuelas rurales", Revista Educación, Quito, Año IX, n° 86-89, Enero-Abril de 1934, p. 60.

32 Justino Cornejo, Bosquejo de una deontologia para maestros, Quito, Talleres Gráficos Nacionales, 1947, p. 107.

33 Mariano Alarcón Guerrero, op. cit., p. 51.

34 Ibid., p. 52.

35 Ibid., p. 56.

36 Ibid., p. 82.

Auteur

Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III, C.I.R.E.M.I.A.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable