Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Culture et éducation dans les mondes hispaniques

 | 
Jean-Louis Guereña
, 
Monica Zapata

II. Modèles et constructions pédagogiques

L'éducation dans le Seminario Pintoresco Español (1836-1857)

Jean-René Aymes

Texte intégral

  • 1 José F. Montesinos, Costumbrismo y novela, Madrid, Editorial Castalia, 1981.
  • 2 Enrique Rubio Cremades, Ramón de Mesonero Romanos y el Semanario Pintoresco Español, Alicante, Gen (...)

1La lecture du petit ouvrage, à la fois pionnier et classique, de José Montesinos intitulé Costumbrismo y novela alimente l'impression trompeuse que le Semanario Pintoresco Español [5. P.E.] qui y est étudié au long de plusieurs pages est une revue presque exclusivement "costumbrista", c'est-à-dire offrant une description, plaisante ou nostalgique, de scènes et de types nationaux ou régionaux1. La lecture d'un ouvrage plus substantiel, plus ordonné et plus minutieux, consacré plus récemment par Enrique Rubio Cremades au S.P.E. -à son histoire interne et à sa thématique variée-, corrige heureusement l'image réductrice qu'on pourrait se faire de ladite revue2.

2En vérité, le S.P.E. est, au total, moins divertissant qu'il n'y paraît, ne seraitce qu'en raison de l'affleurement occasionnel de thèmes moraux ou d'actualité nullement badins.

  • 3 "(....) cuadros animados que a la par instruyan y deleiten", S.P.E., 1837, p. 233.
  • 4 S.P.E., 1838, p. 622.

3On se propose de montrer ici que, en application de la règle que se sont fixée les promoteurs de la revue-"instruir y deleitar"3-, l'éducation entre dans le vaste champ des sujets importants, à traiter avec le plus grand sérieux. Du reste, le terme lui-même "éducation" figure dans la liste, dressée en 1838, des domaines abordés, où, en principe, l'humour n'a pas sa place : "[....] Conocimientos utiles-Educación-Moral privada-[....] Economía doméstica-Higiene [4".

Les concepts fondamentaux

  • 5 S.P.E., 1837, p. 177.
  • 6 Faute de disposer en français d'une traduction littérale de "articulista", on va utiliser le terme (...)

4Dès 1837, c'est-à-dire un an après la naissance du S.P.E., un auteur anonyme ayant entrepris de donner une réponse à la question ardue "Qué es educación"5, conclut à l'existence de trois types complémentaires d'éducation, dictinction qui courra implicitement au long des années de vie de la revue : l'une, "professionnelle", rend les individus habiles dans la pratique de leur métier, la deuxième, "morale et politique", leur fait connaître leurs obligations d'hommes et de citoyens ; enfin, la troisième, "religieuse", leur apprend les devoirs à l'égard de Dieu. Mais, comme il existe à cette fin un magistère et des ouvrages spécifiques (catéchismes, traités religieux...) et que les écrivains du S.P.E. se refusent à se mêler de la vie spirituelle de chacun, cette éducation religieuse ne sera ni dispensée, ni abordée directement dans le S.P.E., revue apparement laïque de ce point de vue, quoique attentive à ne jamais aller contre les préceptes de l'Eglise et le rite catholique6.

  • 7 S.P.E., 1837, p. 377.
  • 8 S.P.E., p. 355.

5A plusieurs reprises-en 1837, 1839, 1853-, il est rappelé, en des termes voisins, que "la educación es la base principal que sustenta y modela casi a voluntad, el carácter del hombre", au dire de Ramón de Mesonero Romanos, alias "El Curioso Parlante"7. En 1839, une éminente figure de l'"affancesamiento" du temps de la Guerre d'Indépendance, Francisco Amorós, marquis de Sotelo, s'exprimant de manière solennelle devant le Liceo de Valencia, reprend cette idée-véritable axiome et leit-motiv-que le caractère et le comportement de l'homme sont façonnés par son éducation. L'une des conséquences en est, aux yeux d'Amorós, que "la obra de educarle bien y de empezar temprano este trabajo es la más útil y la más urgente"8.

6Trois concepts proches, tantôt cheminent parallèlement, tantôt se superposent et se confondent : ceux de "educación", de "instrucción" et de "enseñanza". Le moins utilisé est celui de "enseñanza", car il s'applique à l'éducation formalisée qui s'inscrit dans un cadre défini-scolaire et universitaire-et relève des autorités. Le S.P.E., dès lors, s'abstient de toute intrusion.

  • 9 S.P.E., p. 283.

7Pour la même raison, la "instrucción pública", qui est au nombre des "objetos de interés político que se presentan naturalmente a las meditaciones del legislador"9, et qui est prise en charge par les professeurs d'universités, les précepteurs, les maîtres d'école et leurs substituts, se situe en dehors du champ d'examen du S.P.E., ce qui n'empêche pas de proclamer que l'instruction tout court est à la base de la civilisation, entendue ici comme l'aptitude d'un peuple à tirer un maximum d'avantages matériels des machines et de la technique :

  • 10 S.P.E., p. 346.

"La instrucción que ha estimulado a los hombres pensadores a aumentar el trabajo provechoso de la nación multiplicando así las comodidades de cada individuo"10.

8Toute une chaîne de concepts proches les uns des autres se met en place, qui-comme on vient de le voir-articulent "instrucción", "educación", "civilización", mais aussi les substantifs "estudio", "saber", "ciencias" et les adjectifs "culto" et "erudito".

  • 11 S.P.E., p. 310.

9L'enseignement des sciences, des belles-lettres et des beaux-arts a le pouvoir-est-il expliqué-de forger des individus admirables ou, plus exactement, des citoyens spécialement exemplaires qui peuvent être des diplomates, des savants, des magistrats, dont l'oeuvre, bénéfique pour tous, transforme leur pays en "nación culta". Le nommé José Morales y Sanz qui, en 1852, livre ses considérations "Sobre la importancia del estudio", ne manque pas d'associer l'instruction à la morale, incarnées conjointement dans "la persona erudita y ejemplar"11.

  • 12 S.P.E., p. 827.

10Car si le S.P.E. ne veut pas se substituer aux législateurs et aux ministres en se prononçant sur la "instrucción pública", en revanche il s'applique à oeuvrer en faveur de la "moral pública", étroitement liée à l'éducation, comme le rappellent, en 1838, les membres de l'Ateneo de Madrid dont la Junte décide la création d'une chaire de "moral y educación pública", confiée au "Sr Lasagra" [sic]12. Les sciences et les études, en marge de leur utilité tangible (améliorations techniques et meilleur confort de vie), doivent être considérées comme une thérapie contre l'immoralité, les vices, la dissolution des moeurs et les atteintes aux principes religieux.

11D'où la triple composante-religieuse, morale et civique-de l'homme parfait que le précepteur, auquel peuvent recourir les (seules) familles riches, doit s'employer à construire :

  • 13 S.P.E., p. 31.

"Cuando un ayo ha sabido igualarse sin esfuerzo con su educando y formar de él un alma religiosa, un hombre honrado, un buen ciudadano, puede decirse que ha cumplido completamente con su obligación"13.

  • 14 S.P.E., p. 229.

12Les liens étroits entre "éducation" et "morale" se relâchent et s'examinent moins fréquemment quand ils mettent en rapport l'éducation et l'économie domestique ; mais ils existent et nous paraissent propres de la mentalité bourgeoise de l'époque. Il est clair, en effet, qu'une gestion intelligente et équilibrée du budget familial, où doivent entrer les dépenses de nourriture, d'habillement et d'ameublement, implique qu'une place soit accordée aux dépenses d'éducation, une fois éliminées les dépenses inconsidérées ou somptuaires, provoquées par un excès d'orgueil ou un goût immodéré du luxe : "La educación de los hijos debe ser correspondiente a la posición en que se hallan sus padres"14.

13Le S.P.E. qui, au-delà de ses premières années de vie (1836 et 1837), ne se mêle plus de livrer aux chefs de famille des conseils sur la façon judicieuse de gérer leurs revenus, maintient, au contraire, son intérêt, jusqu'aux années 1845-1846, pour les problèmes d'hygiène :

  • 15 S.P.E., p. 136. Cf. également S.P.E., 1838, p. 75 et 1847, p. 319.

"Siendo pocos los que conocen la difícil ciencia de la higiene, creemos de nuestro deber entrar en algunos pormenores sobre los elementos de esta ciencia más fáciles de poner en práctica"15.

  • 16 S.P.E., 1839, pp. 354-355 ; 1842, pp. 52-54 ; 1845, p. 322 et 1846, p. 175.

14Le S.P.E. entend s'attribuer un rôle important dans cet enseignement domestique qui touche à l'habitation, à l'habillement, à l'alimentation, aux soins médicaux et aux jeux gymniques (examinés par le détail, de façon récurrente)16.

15Il est amusant de constater qu'en matière de santé, aux côtés de celle des bébés, des adolescents et des mères qui allaitent, soit prise en considération celle des hommes de lettres, des savants, des négociants et des avocats, qui devraient corriger leurs habitudes alimentaires et vestimentaires :

  • 17 S. P.E', 1839, p. 35.

"Los dedicados a las ciencias y artes, y sobre todo los que se entregan a un trabajo mental continuo, se conducen por lo regular peor que las gentes menos instruidas en punto a cuidar de su salud. Absorbidos en sus estudios y meditaciones, descuidan de sí propios, y se esponen a una multitud de enfermedades"17.

  • 18 S.P.E., 1839, p. 133.

16Ce discours pourrait donner à penser que le S.P.E., destiné à être lu par la moyenne et la petite bourgeoisies, se préoccupe uniquement de la santé des "intellectuels" et des hommes d'affaires, et non pas de celle des travailleurs de classe populaire, probablement peu nombreux à lire cette revue. Or, la vérité oblige à dire que, une fois, mais une fois seulement, à la rubrique "Higiene", la leçon (entendons, des conseils pratiques pour s'habiller et lutter contre les maladies professionnelles, si on peut dire) s'adresse à toutes sortes de travailleurs manuels, du portefaix au doreur de métaux, du meunier au porteur d'eau18. Le S.P.E. veut apprendre, aussi bien aux artisans qu'aux prolétaires, à prendre soin de leur corps endommagé par l'exercice d'un travail physiquement éprouvant : émanation, peut-être, du rêve (bourgeois) d'une main-d'oeuvre efficace, parce que saine et robuste.

La mise en oeuvre

17Examinons tout d'abord l'enseignement pour les enfants et les jeunes gens. La tranche d'âge qu'occupe cette fraction importante de la population est moins représentée dans le S.P.E. qu'on eût pu l'imaginer. La raison en est-rappelons-leque, pour les responsables de la revue, l'enseignement qui s'adresse à ces jeunes personnes est l'affaire des hommes versés dans la politique et la législation.

  • 19 S.P.E., 1839, p. 292.

18L'enseignement universitaire est rarement abordé. Il l'est sous deux angles, tout d'abord dans la perspective de sa réforme souhaitable, qui doit se donner pour objectif-comme l'écrit J. Arias Girón en 183919 - de "obtener uniformidad en los usos y costumbres de una monarquía". A cette fin, au lieu de permettre que chaque université conçoive les études à sa convenance et dans l'ignorance de ce que font les autres, il faut tendre à une uniformisation de l'enseignement (mêmes principes et diffusion du même savoir) ; mais l'auteur se garde de suggérer au gouvernement la marche à suivre. En tout état de cause, le modèle français-jacobin, centralisateur, imposé par voie d'autorité-est à récuser.

19La réforme préconisée, dans la parfaite continuité de la réforme "ilustrada" de l'époque de Charles III, toucherait à la nature et au dosage des disciplines enseignées : en philosophie, moins de théologie et de métaphysique ; une morale n'abandonnant certes pas son fondement chrétien, mais s'infléchissant du côté d'une morale civique exigeante, qui mettrait l'accent sur les "deberes sociales" ; moins d'histoire de l'Antiquité, et davantage d'histoire moderne ; moins de littérature étrangère-sans doute pour affaiblir l'emprise des oeuvres venues du nord des Pyrénées, traduites, appréciées et abondamment commentées-, et davantage de littérature espagnole, car il va sans dire que l'un des caractères dominants du S.P.E. est son penchant nationaliste, sans débordements xénophobes toutefois ; moins d'enseignements abstraits, théoriques, et plus d'économie ; moins de droit romain, et davantage de droit politique, applicable aux réalités actuelles ; moins de latin et de grec, et davantage d'apprentissage des langues modernes, et en particulier du français, dont on ne saurait se passer (et il doit en coûter de l'admettre).

  • 20 Cf. Antonio Viñao Frago, Política y educación en los orígenes de la España contemporánea - Examen (...)

20Entre l'enseignement universitaire et l'enseignement primaire s'étend, dans le S.P.E., une grande zone d'ombre, surprenante, car on ne peut imaginer que les nombreux lecteurs bourgeois, désireux de faciliter la carrière de leurs enfants, se désintéressent de l'enseignement secondaire. Or celui-ci n'est pas même désigné par une expression propre, du genre "segunda enseñanza", "enseñanza secundaria" ou "enseñanza media". Osera-t-on suggérer une corrélation entre cet apparent désintérêt des écrivains de la revue et la stagnation, au milieu du XIXe siècle, du nombre des élèves relevant de l'enseignement secondaire ?20.

  • 21 S.P.E., 1838, p. 686.

21La "instrucción primaria" ou "primera educación" se taille la part du lion dans le S.P.E. Il n'est pas exclu que l'auteur de l'article intitulé "De la instrucción primaria"21, qui dissimule son identité sous les initiales "A. G. y Z.", soit Antonio Gil de Zárate, auteur, plusieurs années plus tard (en 1855), de De la instrucción pública en España. Quoi qu'il en soit, A. G. y Z. souligne que l'enseignement élémentaire est dans une situation affligeante, avec seulement 16000 écoles et un tiers de maîtres "examinados", c'est-à-dire reconnus aptes à exercer leur fonction. Le résultat est à la mesure de l'insuffisance et de la médiocrité des moyens mis en oeuvre : seul un Espagnol sur 8 sait lire et écrire.

22En parfaite conformité avec le "moderantismo" de la revue dans tous les domaines, A. G. y Z. se garde de réclamer l'enseignement gratuit et obligatoire pour tout le monde.

23Pas plus que le S.P.E. ne préconise, en matière d'éducation, de réformes institutionnelles radicales et, encore moins, révolutionnaires, il ne se fait le champion d'innovations pédagogiques séduisantes, et ce à une époque où les projets fleurissent, où, par exemple, l'enseignement mutuel passe pour être la panacée. Il faut attendre l'année 1852 pour que soit préconisée une réforme pédagogique vieille, au bas mot, d'un siècle, puisque l'idée qu'il ne faut pas compter seulement sur la mémoire, qu'il convient de ne pas la surcharger, qu'il importe de développer l'intelligence plus que la mémoire et que, pour ce faire, il faut exercer la raison et le jugement, est d'une pauvre banalité, susceptible de créer un large consensus, sans débat d'accompagnement, ni risque de polémique.

  • 22 Cf. Jean-Louis Guereña, "Les écoles d'adultes en Espagne (1838-1873)", Cuadernos de Historia Conte (...)

24Les rubriques se rapportant à l'enseignement pour adultes sont plus nombreuses et abondantes que celles ayant trait aux enseignements institutionnalisés22. La raison en est qu'on n'empiète pas ici sur le domaine de l'Etat et qu'on touche à celui de l'initiative privée que le S.P.E. entend stimuler partout. L'enseignement pour adultes doit inspirer des projets variés, originaux, sectoriels.

  • 23 "El espíritu de asociación", S.P.E., 1839, p. 411.

25Il faut voir là, comme le rappelle "El Curioso Parlante"23, la marque de l'époque, à savoir l'extraordinaire essor de l'esprit d'association. L'enseignement de tous ordres, la littérature, les beaux-arts, la presse, ont trouvé ainsi de nouvelles institutions pour les protéger et de nouveaux espaces pour se développer :

  • 24 S.P.E., 1840, p. 374.

"Testimonio de esta verdad [observe José de la Revilla] son el crecido número de asociaciones literarias que bajo el nombre de academias, ateneos, institutos, liceos, etc., se han establecido en la capital y provincias de España, la multitud de periódicos, folletos, y aun de obras literarias de un mérito positivo, que han visto la pública luz desde 1833 hasta el presente [....]"24.

  • 25 Respectivement, S.P.E., 1839, p. 162 ; 1841, p. 54 et 296 ; 1845, p. 257.

26Au sein de ces nouveaux organismes se mêlent l'enseignement et la culture, dont les frontières se brouillent, à la faveur d'un décloisonnement des disciplines. La quasi-totalité de ces "ilustres corporaciones" sont madrilènes, ce qui nous rappelle au passage le rôle moteur, voulu exemplaire, que la capitale joue et est appelée à jouer. La province est réduite à la portion congrue dans le S.P.E. Tout juste apprendt-on l'existence de la "Escuela de Nobles Artes de San Eloy" de Salamanque, de la "Academia de práctica forense" de Valladolid et d'une Académie de dessin à Vitoria25.

  • 26 S.P.E., 1838, p. 425. Autre article consacré à l'Ateneo in S.P.E., 1839, p. 154. Sur l'Ateneo, cf. (...)

27A Madrid, l'institution la plus longuement décrite et la plus admirée est l'Ateneo, particulièrement en honneur, en 1838, dans le S.P.E. où sont transcrits les discours de Ramón de la Sagra et du secrétaire, José Morales Santisteban26. La classique distinction entre "éducation" et "enseignement" est ici rappelée, de même que l'axiome applicable à tous les niveaux de l'enseignement, à savoir que celui-ci doit moins compter que l'éducation, car une bonne éducation, morale et civique, dans un pays permet d'y asseoir les institutions, de garantir les libertés et d'assurer la paix sociale. L'Ateneo a, certes, pour mission de recevoir et fêter des "genios eminentes", mais surtout de faire en sorte que ces personnages puissent se rendre utiles à "aquellos para quien (sic) brillan las esperanzas de un glorioso porvenir". L'Ateneo a vocation à exercer une fonction pédagogique, à former les futurs cadres dirigeants-si on peut dire-du pays.

  • 27 Cf. Francisco Villacorta Baños, Burguesía y cultura - Los intelectuales españoles, Madrid, Siglo X (...)
  • 28 S.P.E., 1838, p. 432 et 1839, p. 7.

28Le Liceo Artístico y Literario27, quoique davantage tourné vers la littérature et la musique symphonique, fonctionne également comme un cénacle culturel, au sein duquel l'éducation l'emporte sur le divertissement. Le Liceo, ouvert aux représentants de la classe moyenne éclairée, a pour objectif de développer "el cultivo de la ciencia, y el deseo de promover sus adelantos por medio de los esfuerzos unidos de las clases ilustradas". On comprend dès lors pourquoi le S.P.E. soutient avec ferveur les activités de cette "asociación moderna"28.

29Les promoteurs de la revue voient du même oeil favorable la Sociedad Económica Matritense qui, dans le cadre des enseignements qu'elle offre, de haute volée et innovateurs, fait une place, en 1839, à l'économie politique, à la taquigraphie et à la paléologie :

  • 29 S.P.E., 1839, p. 32.

"Entre los muchos beneficios que esta ilustrada corporación ha hecho desde su establecimiento, debe contarse por uno de los más importantes el de varias enseñanzas que ha planteado, de conocida y general utilidad [....]. Es de esperar que el Gobierno mire con la atención que merecen estos esfuerzos de la ilustración y patriotismo de la Sociedad matritense [....]"29.

  • 30 S.P.E., 1838, p. 636.
  • 31 Cf. Géraldine Scanlon, "Liberalismo y reforma social : la Sociedad para Propagar y Mejorar la Educ (...)

30Par ailleurs, ladite société a pris l'heureuse initiative, saluée par le S.P.E. en 18 3830, de créer la "Sociedad para propagar y mejorar la educación del pueblo". Cette société31 sera placée sous le patronage de la Reine elle-même-suprême caution-, mais aura grand soin d'éviter toute dépendance à l'égard d'un quelconque parti, car le danger qui guette, aux yeux des promoteurs du S.P.E., est la manipulation ou la récupération politique.

  • 32 S.P.E., 1839, p. 247.
  • 33 S.P.E., 1838, p. 560 et p. 736 ; et 1842, p. 134.

31Cependant, cette rassurante déclaration de strict apolitisme ne doit pas nous abuser : cette "filantrópica asociación" n'est pas, certes, comme l'Ateneo ou le Liceo, au service des classes hautes ou éclairées ; elle oeuvre en faveur du "pueblo de Madrid", mais dans un but éducatif qui n'est pas étranger à la politique, à la paix sociale et à la lutte contre les doctrines et mouvements révolutionnaires. Comme le secrétaire de la "Junta directiva" le proclame, se faisant implicitement le porteparole des privilégiés, il importe de "tomar por nuestro propio interés medidas eficaces para impedir que la generación naciente no vaya contagiándose con aquellos malos ejemplos" ; de là, "la utilidad, mayor que lo ha sido en tiempo alguno, de infundir en las clases menesterosas la idea de que las más afortunadas toman un grande interés en la mejora de su suerte […]"32. Il s'agit, en somme, de légitimer, aux yeux des déshérités, l'inégalité des sorts et la prétention des nantis à exercer leur pouvoir et à conserver leur ascendant sur les prolétaires. L'effort de la Société porte, concrètement, sur les "escuelas de párvulos, o salas de asilo"33.

  • 34 S.P.E., 1840, p. 48.

32En 1840, le S.P.E. se range naturellement aux côtés des promoteurs et des bienfaiteurs-parmi eux, détail significatif, se trouvent deux nobles et l'archevêque de Valencia-de 1'Instituto de la Juventud Española où est prévue l'ouverture de 20 chaires. Le magnifique local, offert par le duc de la Roca, est fréquenté, tout comme l'Ateneo et le Liceo, par "una distinguida sociedad", par un millier de personnes "entre las cuales se veía todo cuanto encierra Madrid de notable, en talento, belleza y distinguida posición social"34. On ne saurait mieux dire que la culture (ici, la musique symphonique) et le savoir (ici, l'enseignement de la géographie) sont réservés à une élite recrutée en fonction de la fortune et des titres.

  • 35 S.P.E., 1840, p. 369.

33Reconnaissons toutefois que les membres de cette élite madrilène, soucieux de se retrouver entre eux, d'apprendre, de se cultiver et de se distraire, songent, de temps à autre, à promouvoir la diffusion d'un savoir utile auprès de leurs compatriotes de condition populaire, puisqu'il est entendu que "la enseñanza [....] es el ramo más esencial para el bienestar de las familias y para la prosperidad de las naciones"35. Quoique songeant surtout aux "jóvenes que disfrutan de comodidades", F. Merás ne veut pas exclure les jeunes appartenant à des familles modestes de ces Escuelas de Artes y Comercio dont il souhaite la création en Espagne, sur le modèle de l'Ecole de Commerce et Arts Industriels qu'il vient de visiter à Paris.

  • 36 S.P.E., 1839, p. 270.

34Même chose, c'est-à-dire ouverture aux jeunes de la classe populaire, pour ces écoles d'agriculture, de dessin, que le marquis de Pontejos voudrait voir fréquentées par les charpentiers, serruriers, forgerons, maçons et tailleurs de pierres36.

  • 37 Enseignement pour aveugles in S.P.E., 1837, p. III ; pour les sourds-muets in S.P.E., 1852, p. 52.

35Enfin, en écho aux préoccupations qui se font jour dans d'autres pays européens, les écrivains du S.P.E. s'intéressent à l'enseignement spécifique auquel devraient accéder des individus maltraités par le sort : les aveugles et les sourds-muets37.

36Les écrivains du S.P.E. recherchent également une complémentarité entre l'éducation institutionnalisée, idéale, loin encore de pouvoir être généralisée, assurée dans les écoles maternelles ("escuelas para párvulos") et l'éducation informelle, traditionnelle, délivrée au sein des familles, par la mère principalement.

  • 38 S.P.E., 1838, p. 429.
  • 39 S.P.E., 1847, p. 319.

37Dans ce domaine, le père est pratiquement absent, sauf en ce qui concerne, facultativement sa participation aux jeux des enfants, et obligatoirement leur éducation physique38 : "Es del todo conveniente que los padres dediquen en los primeros años a sus hijos a ejercicios corporales ; en una palabra, a la gimnástica"39.

38Même pour l'acquisition du savoir professionnel, on ne compte guère sur les pères, comme si l'on craignait-il en était de même à l'époque "ilustrada"-qu'ils ne transmettent à leurs enfants et successeurs un savoir archaïque ou routinier, leur méfiance invétérée à l'égard de la technique moderne et leur refus sytématique de toute innovation.

  • 40 S.P.E., 1837, p. 222. Cf. également l'article "Palabras de una madre a su hijo", S.P.E., 1853, p. (...)

39Encore qu'ils aient à déplorer le trop grand nombre de mères ignorantes, mal élevées ou indifférentes à l'avenir de leur progéniture, les écrivains du S.P.E. confient, à peu près exclusivement, aux mères, dont ils attendent beaucoup pour ce qui a trait à la morale et à la religion, et non aux connaissances, et pour cause. Un court article anonyme, intitulé "Educación maternal", offre la quintessence de cette axiomatique qui place la mère au centre de cette éducation fondamentale, indispensable, à laquelle l'école ne peut se substituer : "¿Quién mejor que una madre puede inculcar en la mente de su hijo las máximas de sana moral ?"40.

  • 41 S.P.E., 1837, p. 230. Cf. également les articles de Fermfn Morón, "La mujer", S.P.E., 1854, p. 389 (...)
  • 42 S.P.E., 1837, p. 222.

40Pour que cette éducation porte ses fruits, encore faut-il que la mère, sans se borner à dicter des maximes, observe une conduite en accord avec elles. De là, la définition de "la mejor de las mujeres" : "La que hace felices a su esposo y a sus hijos, apartando al uno del vicio y guiando los otros a la virtud"41. S'il en est ainsi, la mère aura rempli son importante mission à l'égard de ses enfants : "Hacerlos miembros útiles y dignos de la sociedad"42.

41Les modalités de transmission du savoir, de la morale et des règles de bonne éducation peuvent être réduites à deux : à la parole (celle des parents, du maître d'école, du professeur) et à l'écrit.

42De la presse, on se bornera à dire ici que les responsables du S.P.E. s'enorgueillissent d'offir aux lecteurs une production qui se veut, à la fois, divertissante et instructive.

  • 43 S.P.E., 1836, "Prospecto", p. 1.

43Comme tous les Espagnols un tant soit peu éclairés, ils élèvent au rang de postulat que "la lectura es la base de la instrucción Un pueblo que no lee opondrá siempre una fuerza invencible a su prosperidad"43.

  • 44 S.P.E., 1847, p. 383.

44Les lectures sont de deux types clairement hiérarchisés. La lecturedivertissement sert à passer un moment agréable ; elle est étrangère à l'instruction ; elle ne laisse pas de trace dans la mémoire ; elle est utile cependant, car elle peut apporter de la consolation aux personnes plongées dans le chagrin ; elle est, en définitive, plus tolérée que préconisée44.

45La lecture la plus recommandable, parce qu'elle est éminemment profitable, est la lecture-instruction, sérieuse, qui requiert un effort mental.

  • 45 S.P.E., 1852, p. 86.

46L'idéal, en rien nouveau, est que le livre soit, en même temps, "ameno e instructivo"45.

  • 46 S.P.E., 1839, p. 190.

47Que faut-il entendre par "bonne lecture" ? En application d'un critère éthique, elle doit être, non seulement inoffensive, mais, en tous points, conforme à la morale. Par ailleurs, il n'est pas besoin que l'auteur soit génial ; il suffit qu'il soit instruit, doté de raison et résolu à faire oeuvre utile46. Le critère esthétique demeure flou : le bon goût, pour un public bourgeois, signifie que doivent être bannis l'outrance, le négligé, l'extravagance, le désir de heurter.

48Les tendances de lecture de ce public se retrouvent dans la promotion de deux produits éditoriaux spécifiques : les encyclopédies et les bibliothèques (terme entendu, ici, de façon particulière).

  • 47 Cf. Pierre Jourdan, "Algunas reflexiones en torno a una enciclopedia popular del siglo XIX", in Ho (...)

49Les encyclopédies-ouvrages coûteux que, seuls, peuvent acquérir des individus à l'aise économiquement-offrent à ces bourgeois, qui aspirent à être des "honnêtes hommes" et à faire étalage d'un vernis de culture, des connaissances variées, panoramiques, superficielles47, c'est-à-dire, au bout du compte, suffisantes et satisfaisantes, à leurs yeux.

50Les "Bibliotecas", telle cette "Biblioteca Universal Diaria" destinée aux enfants, sont conçues dans le même esprit que les encyclopédies : les listes des ouvrages, publiées dans le S.P.E., qui touchent à la langue, la littérature, l'histoire, la religion, les sciences, les beaux-arts, etc., montrent que le but poursuivi par les promoteurs est :

  • 48 S.P.E., 1852, p. 86.

"No sólo aprender los conocimientos generales sobre las materias más importantes, según los gustos, las ocupaciones y los intereses de cada cual, sino también reparar, reconstruir y completar el edificio más o menos sólido de la educación recibida"48.

  • 49 S.P.E., 1841, p. 416.

51Tout ceci n'est qu'un début, car les écrivains du S.P.E., lorsqu'ils se penchent sur "el ramo de la librería en España", déplorent sa situation calamiteuse, imputable, moins au public (pas aussi indifférent qu'on ne le dit) qu'aux éditeurs et aux libraires, trop peu soucieux de contribuer à la "ilustración del pueblo" et trop confortablement installés dans "la indolencia y falta de arrojo"49.

  • 50 S.P.E., 1840, p. 374.

52Presqu'à la même époque (1840), José de la Revilla est moins désespéré, car, prenant la mesure des progrès accomplis depuis la fin de l'"ignominieuse décennie" (1823-1833), il voit des signes encourageants de progrès, notamment dans "la multitud de periódicos, folletos y aún de obras positivas que han visto la pública luz desde el año 1833 hasta el presente" et dans l'apparition de plusieurs journaux, dont le S.P.E., "de agradable instrucción y deleite"50.

53Si, dépassant à cet instant le seul domaine de l'industrie éditoriale espagnole, on embrasse le vaste champ de l'enseignement et de l'éducation, on sera frappé par l'extrême sévérité du constat dressé dans le S.P.E. : tout est à revoir ou à bâtir dans le système éducatif pour les adultes et pour les jeunes, tout comme en matière d'éducation informelle, parentale. Cependant, et on pourrait voir là une contradiction si on perdait de vue que le S.P.E. est au service d'un libéralisme extrêmement modéré, les écrivains de cette revue, confrontés à tant de retards et de carences, s'abstiennent de réclamer une intervention étatique plus vigoureuse. C'est qu'ils s'en remettent, pour l'essentiel, aux initiatives collectives privées dont ils souhaitent simplement que les autorités gouvernementales les cautionnent, sans qu'elles aient à les financer et sans qu'elles s'immiscent.

  • 51 Cf. Bernat Sureda, Pablo de Montesino : liberalismo y educación en España, Palma de Mallorca, Pren (...)

54Certes, le S.P.E. n'avait pas vocation à être le relais du gouvernement, ni à transcrire et commenter les nouveaux textes, législatifs et réglementaires, relatifs à l'enseignement, mais on aurait pu penser que la revue ferait allusion, pour le moins, aux grands débats, aux grandes doctrines et aux grandes mesures concernant l'enseignement entre 1833 et 1850. Or on est loin du compte-Pablo Montesino, par exemple, est ignoré51 -, exception faite, comme on l'a vu, des écoles maternelles, de l'Ateneo, de l'Association pour l'Amélioration de l'Education du Peuple et de quelques autres institutions.

  • 52 "La erudición", S.P.E., 1838, p. 628.

55Il n'en reste pas moins que, si on prend de la hauteur, on voit se dessiner plusieurs lignes de force en matière d'enseignement et d'éducation, qui permettent de rattacher le S.P.E. à la famille libérale espagnole, dans sa branche modérée-redisons-le-. On détachera schématiquement les points suivants : le refus d'introduire toute innovation qui pourrait aller contre la morale et la religion ; le souci de former l'homme dès la plus tendre enfance (de là, l'intérêt porté aux "escuelas para párvulos") ; l'avènement du concept d'éducation intégrale qui incorpore, pour chaque individu, plusieurs composantes : l'éducation morale, la religieuse, l'intellectuelle, mais aussi la corporelle (de là, l'intérêt porté aux exercices physiques, à la gymnastique, à l'équitation) ; la priorité donnée à l'éducation entendue dans un sens très large, avec le recul corrélatif de l'instruction au deuxième rang et la relégation de l'érudition52 et du savoir théorique au troisième ; enfin-et on verra là l'un des signes identitaires de la pensée bourgeoise au XIXe siècle-la prise en compte de l'enseignement qui s'adresse aux pauvres dont la montée des revendications est redoutée par les écrivains du S.P.E., comme s'ils avaient présent à l'esprit le pronostic formulé par Pablo Montesino en 1842 :

  • 53 Texte cité par B. Sureda, op. cit., p. 33.

"Lo cierto es que si se procura sólo facilitar conocimientos a la clase media, si sólo para ésta y la más elevada ha de haber progresos en la instrucción, se pone a los pobres en circunstancias más difíciles que aquéllas en que se han hallado antes Desatendida la formación del carácter moral del pueblo, las leyes serán ineficaces, las instituciones políticas no tendrán estabilidad y el mal estar será cada día más sensible y más difícil de remediar"53.

Notes

1 José F. Montesinos, Costumbrismo y novela, Madrid, Editorial Castalia, 1981.

2 Enrique Rubio Cremades, Ramón de Mesonero Romanos y el Semanario Pintoresco Español, Alicante, Generalitat Valenciana - Institut de Cultura Juan Gil-Albert, 1995.

3 "(....) cuadros animados que a la par instruyan y deleiten", S.P.E., 1837, p. 233.

4 S.P.E., 1838, p. 622.

5 S.P.E., 1837, p. 177.

6 Faute de disposer en français d'une traduction littérale de "articulista", on va utiliser le terme écrivain, excessivement flatteur pour la plupart des auteurs-peu connus ou anonymes-des articles publiés dans le S.P.E.) mais le terme "journaliste" aurait été encore plus impropre.

7 S.P.E., 1837, p. 377.

8 S.P.E., p. 355.

9 S.P.E., p. 283.

10 S.P.E., p. 346.

11 S.P.E., p. 310.

12 S.P.E., p. 827.

13 S.P.E., p. 31.

14 S.P.E., p. 229.

15 S.P.E., p. 136. Cf. également S.P.E., 1838, p. 75 et 1847, p. 319.

16 S.P.E., 1839, pp. 354-355 ; 1842, pp. 52-54 ; 1845, p. 322 et 1846, p. 175.

17 S. P.E', 1839, p. 35.

18 S.P.E., 1839, p. 133.

19 S.P.E., 1839, p. 292.

20 Cf. Antonio Viñao Frago, Política y educación en los orígenes de la España contemporánea - Examen especial de sus relaciones en la enseñanza secundaria, Madrid, Siglo XXI editores, 1982, pp. 408-409.

21 S.P.E., 1838, p. 686.

22 Cf. Jean-Louis Guereña, "Les écoles d'adultes en Espagne (1838-1873)", Cuadernos de Historia Contemporánea, Madrid, Editorial Universidad Complutense, n° 12, año 1990, pp. 11-44 et Jean-René Aymes, "L'éducation populaire en Espagne au cours de la première moitié du XIXe siècle : problèmes idéologiques et réalisations", in Clases populares, cultura, educación - Siglos XIXy XX, Madrid, Casa de Velázquez - UNED, 1989, pp. 47-75.

23 "El espíritu de asociación", S.P.E., 1839, p. 411.

24 S.P.E., 1840, p. 374.

25 Respectivement, S.P.E., 1839, p. 162 ; 1841, p. 54 et 296 ; 1845, p. 257.

26 S.P.E., 1838, p. 425. Autre article consacré à l'Ateneo in S.P.E., 1839, p. 154. Sur l'Ateneo, cf. entre autres : Angel Garrorena Morales, El Ateneo de Madrid y la teoría de la Monarquía Liberal, 1836-1847, Madrid, Instituto de Estudios Políticos, 1974.

27 Cf. Francisco Villacorta Baños, Burguesía y cultura - Los intelectuales españoles, Madrid, Siglo XXI de España, 1980, pp. 32-34.

28 S.P.E., 1838, p. 432 et 1839, p. 7.

29 S.P.E., 1839, p. 32.

30 S.P.E., 1838, p. 636.

31 Cf. Géraldine Scanlon, "Liberalismo y reforma social : la Sociedad para Propagar y Mejorar la Educación del Pueblo, 1838-1850", Cuadernos de Historia Contemporánea, Madrid, Editorial Universidad Complutense, n° 10, 1988, pp. 23-43.

32 S.P.E., 1839, p. 247.

33 S.P.E., 1838, p. 560 et p. 736 ; et 1842, p. 134.

34 S.P.E., 1840, p. 48.

35 S.P.E., 1840, p. 369.

36 S.P.E., 1839, p. 270.

37 Enseignement pour aveugles in S.P.E., 1837, p. III ; pour les sourds-muets in S.P.E., 1852, p. 52.

38 S.P.E., 1838, p. 429.

39 S.P.E., 1847, p. 319.

40 S.P.E., 1837, p. 222. Cf. également l'article "Palabras de una madre a su hijo", S.P.E., 1853, p. 252.

41 S.P.E., 1837, p. 230. Cf. également les articles de Fermfn Morón, "La mujer", S.P.E., 1854, p. 389 ; de Antonio de Trueba, "Las mujeres y los niños", S.P.E., 1856, pp. 19-20 ; et de David Acebal, "Defensa de la mujer", S.P.E., 1857, pp. 229-230.

42 S.P.E., 1837, p. 222.

43 S.P.E., 1836, "Prospecto", p. 1.

44 S.P.E., 1847, p. 383.

45 S.P.E., 1852, p. 86.

46 S.P.E., 1839, p. 190.

47 Cf. Pierre Jourdan, "Algunas reflexiones en torno a una enciclopedia popular del siglo XIX", in Hommage à Jean-Louis Flecniakoska, Montpellier, Université Paul Valéry, 1980,t. I, pp. 185-209. Sur la lecture en Espagne, à l'époque qui nous occupe, cf., entre autres : Jesús A. Martínez Marín, Lecturas y lectores de la España isabelina (1833-1868), 2 vol., Madrid, 1986 et Jean-François Botrel, Libros, Prensa y Lectura en la España del siglo XIX, Madrid, Fundación Germán Sánchez Ruipérez, 1993.

48 S.P.E., 1852, p. 86.

49 S.P.E., 1841, p. 416.

50 S.P.E., 1840, p. 374.

51 Cf. Bernat Sureda, Pablo de Montesino : liberalismo y educación en España, Palma de Mallorca, Prensa Universitaria, 1984.

52 "La erudición", S.P.E., 1838, p. 628.

53 Texte cité par B. Sureda, op. cit., p. 33.

Auteur

Université de Paris III, Sorbonne Nouvelle

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable