Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Culture et éducation dans les mondes hispaniques

 | 
Jean-Louis Guereña
, 
Monica Zapata

I. Identités culturelles

Le monopole de la Casa de la Cultura Ecuatoriana : bilan critique de l'adhésion des intellectuels à l'entreprise culturelle proposée par Benjamin Carrión en 1944

Anne-Claudine Morel

Texte intégral

  • 1 "Sobre nuestra obligación suprema : volver a tener patria", in Carlas al Ecuador, Quito, Editorial (...)
  • 2 Voir l'étude détaillée des activités de la Casa de la Cultura Ecuatoriana in Anne-Claudine Morel, L (...)
  • 3 Actividades de la Casa de la Cultura Ecuatoriana, 1944-1948, Quito, Ed. Casa de la Cultura Ecuatori (...)

1Le processus d'institutionnalisation de la culture en Equateur, matérialisé par la Casa de la Cultura Ecuatoriana, a engendré un phénomène qui a bel et bien contribué au développement culturel de la nation, ainsi que l'avait rêvé et conçu Benjamín Carrión dans les textes qui ont servi de fondement théorique à cet organisme1 : ce phénomène est la situation de monopole de l'institution, tout au long d'une vingtaine d'année. Les premières activités développées par l'institution manifestent clairement l'importance de premier plan de l'entreprise culturelle conduite de main de maître par Benjamín Carrión ; la venue de plusieurs intellectuels de renom et du monde entier, de représentants de nombreuses ambassades (française et chinoise entre autres), ainsi que la participation des chercheurs et artistes les plus renommés du monde artistique et littéraire, nationaux et internationaux, est une preuve de son incontestable prépondérance2. Durant les premières années de son fonctionnement, elle surpasse en importance et en prestige toute autre organisation culturelle dans le pays, et elle force l'admiration et le respect des critiques spécialisés ; témoins en sont les commentaires élogieux de la presse nationale de droite comme de gauche, ainsi que les comptes rendus de la presse internationale, reproduits dans un fascicule édité par la Casa de la Cultura Ecuatoriana en 19483.

  • 4 Article non signé, La Patria, Quito, 27 Mai 1946, p. 1.
  • 5 El Escenario, n° 46, IIe année, 8 juin 1946, p. 3.
  • 6 Fragment des considérations préliminaires du décret n° 707 de fondation de la Casa de la Cultura Ec (...)

2Néanmoins, le privilège exclusif de l'institution, qui semblait avoir favorisé un consensus intellectuel et artistique satisfaisant, ne tarde pas à susciter des rivalités ; certaines opinions critiques paraissent à partir de 1946 dans la presse conservatrice qui s'indigne d'une sélection d'artistes lors de l'organisation du Second Salon des Beaux Arts, en mai de cette même année ; le titre de l'article est éloquent : "Una expresión de pintura en la calle Cuenca, de obras rechazadas para el II Salón Nacional de Bellas Artes"4. Un autre article signé de l'artiste Leonardo Caspicara s'intitule "La última exposición de pintura auspiciada por la CCE, impresiones y notas al vuelo", et paraît dans le journal El Escenario5 ; le peintre constate avec amertume que certains artistes de talent ne figurent pas dans cette manifestation, et s'interroge sur la permanence de certains de ses confrères qui occupent des fonctions au sein de l'entité culturelle. Cette indignation naissante est motivée par la contradiction entre les principes énoncés par le décret fondateur de l'institution et l'attitude de ses dirigeants ; le principe de sélection est essentiellement incompatible avec le désir initial de forger une culture nationale dans laquelle doivent participer "[...] los valores sustantivos del pensamiento ecuatoriano, en la Literatura, las Ciencias y las Artes, así del pasado como del presente"6.

  • 7 Ibid.
  • 8 Extraits de l'article 9, § a du décret de fondation de la Casa de la Cultura Ecuatoriana (ibid).
  • 9 Citons encore les considérations préliminaires du décret : entre autres motifs de l'élaboration de (...)

3Imbue de son rôle d'institution centrale "director y orientador de las actividades científicas y artísticas nacionales"7-qui doit diriger la culture-"con espíritu esencialmente nacional"8, et au prétexte qu'un noyau d'intellectuels et d'artistes président depuis sa création le destin de la Casa, l'entité s'est emmurée littéralement dans un programme d'activités décidé par un petit groupe. Les membres titulaires, élus solennellement par l'ensemble du personnel et investis d'une mission grave puisque le destin de la nation reposait sur leurs épaules9, ont succombé à ce que nous pourrions appeler "le Syndrome des élus" : leur réélection permanente n'a pas permis de renouveler les orientations initiales prises par l'institution et la Casa de la Cultura Ecuatoriana a finalement été victime de la gloire fulgurante engrangée lors des deux premières années de son fonctionnement.

4Sourds aux premiers signes de contestation qui sont apparus essentiellement par la voie de la presse, les dirigeants de l'entité ont choisi de rester fidèles à un utopique programme de réhabilitation de la nation par son apogée culturelle, sans tenir compte des changements d'ordre économique, politique et social qui ont affecté la nation à partir de l'année 1946.

  • 10 Voir essentiellement ses fameux textes écrits dans les rapports présidentiels dans lesquels il déta (...)

5A cette foi en leur leader intellectuel et en leur rôle de sauveurs de la nation, vient s'ajouter une certaine impatience de récolter des résultats concrets et immédiats, conjuguée à un espoir d'attirer une masse populaire aux spectacles et aux concerts organisés par la Casa de la Cultura Ecuatoriana ; ses membres pensent attirer des foules prêtes à se convertir à la religion culturelle, permettant ainsi de réaliser enfin cette vocation culturelle pressentie par Benjamín Carrión avec tant de véhémence10.

La montée des critiques

  • 11 "Ponce y la Casa de la Cultura", art. non signé, El Telégrafo, Guayaquil, 16 septembre 1956, p. 10.

6Toutefois, c'est à partir de l'année 1956 que les critiques vont devenir plus incisives à rencontre de l'institution, fustigeant son monopole et les privilèges qu'elle s'est arrogés depuis sa fondation par décret d'Etat ; le bilan établi par certains détracteurs de la Casa de la Cultura Ecuatoriana en cette année 1956 coïncide précisément avec les accusations du président de la République, Camilo Ponce, contre l'institution11. Ceux-ci soulignent que celle-ci s'est repliée sur elle-même, concentrée d'abord sur une fonction d'attraction de la culture internationale, puis s'efforçant de développer les activités littéraires et artistiques d'un nombre réduit d'élus, tous amis de Benjamín Carrión, et, faut-il le préciser, partageant la plupart une idéologie de gauche. L'évidente disparition du pluralisme intellectuel et idéologique qui caractérisait les premiers moments de l'institution a déchaîné les critiques contre l'organisme et a mis à mal sa situation de monopole.

7La meilleure illustration de ce mouvement empreint d'hostilité envers la Casa de la Cultura Ecuatoriana est un pamphlet signé par d'anonymes "Intellectuels Indépendants", rédigé en 1956 et paru dans le supplément d'un journal de droite ; il justifie les graves accusations lancées par le président de la République contre le prosélytisme de l'institution contrôlée par Benjamín Carrión. Dans cet article destiné à une lecture massive, le monopole exercé par la Casa de la Cultura Ecuatoriana est mis en cause au nom des principes démocratiques de liberté et d'égalité ; on y évoque l'abolition des privilèges, clin d'oeil ironique à l'abolition des principes révolutionnaires que l'institution a bafoué malgré ses propositions initiales d'insurrection contre le monopole de certaines académies élitistes.

  • 12 Benjamín Carrión, América dada al Diablo, Caracas, Monte Avila Editores, 1981.
  • 13 Benjamín Carrión, Trece años de cultura nacional, Quito, Ed. Casa de la Cultura Ecuatoriana, 1957, (...)

8Benjamín Carrión insistait sur le fait que la Casa de la Cultura Ecuatoriana "se creó en un momento de revolución, en consonancia con el espíritu nacional [...]"12. Puis dans un rapport présidentiel écrit en 1957, il précise : "En realidad, la Casa de la Cultura Ecuatoriana representa la insurgencia histórica contra el academismo, contra el sistema cerrado […]"13. Les auteurs du pamphlet se demandent de quel droit ou de quel privilège usent les Membres "élus" de la Casa de la Cultura Ecuatoriana pour s'arroger la qualité d"'élus du peuple", dépositaires des traditions culturelles de la nation et seuls capables de les transmettre. Le foyer accueillant, tel que Benjamín Carrión souhaitait que fût la Casa de la Cultura Ecuatoriana, ouverte aux inquiétudes de tous les intellectuels, s'est transformé, selon ses détracteurs, en une forteresse du savoir et de l'intelligence, plus inaccessible encore que les tours d'ivoire méprisées par Benjamín Carrión et une génération d'intellectuels ouverts aux préoccupations populaires dans les années 20 :

  • 14 Intelectuales Independientes, El monopolio de la Casa de la Cultura Ecuatoriana, Quito, Ed. Ecuador (...)

"Inexplicable es realmente este fenómeno de supervivencia de una institución convertida en un castillo amurallado, en ínsula Barrataria del genio, « producto de dos factores: talento y esfuerzo », inexplicable que ese centro luminoso, perdido en lontananza y rodeado por un espeso continente de ignorancia, se haya sostenido en su aislamiento de tabú, de cosa vedada a los simples mortales. [...] Allí solamente habitan los « genios », solitarios, señeros, lejanos. Fuera de ella, los pobres hombres que trabajan, que luchan, que producen en el silencio del anonimato doloroso y atroz, pero cuyo esfuerzo no puede ni podrá jamás ser conocido porque le falta el espaldarazo del clan de los privilegiados del talento, de los usufructuarios del espíritu y de la cultura. [...] ¿Y el talento? Ah, esto es un duro problema de aprendizaje bajo su acertada dirección: cantar la paz con voz meridiana de segundo y tercer orden, reconocer a Stalin y ahora a Kruschev como hacedores únicos del universo y de la médula materialista de la inteligencia, escribir o pintar de acuerdo a las recetas químicas del « realismo socialista », llenarse el alma de toda la ponzoña del mundo [...].
[Se] convencen que sólo ellos, exclusivamente ellos, son los intelectuales de este país castigado en las tinieblas. Nadie más. Los otros son los enemigos que desean derramar su divina sangre"14.

  • 15 "No se trata de atacar a ciegas a la cultura, de destrozar a la Institución. [...] Se trata de comb (...)

9La diatribe est féroce, et les "Intellectuels Indépendants" profitent de l'occasion pour attaquer aussi la gestion économique de l'institution ; selon eux, elle dilapide l'argent de l'État en réalisant de coûteux voyages à Moscou ou Pékin, et en éditant des livres de certains de ses membres peu talentueux. Le comble de la critique à l'encontre de Benjamin Carrión consiste à douter de la moralité de l'institution15, alors que Benjamin Carrión tentait précisément d'instituer un "doctorat en civisme". Dans une lettre destinée à son ami Pedro Jorge Vera, datée du 17 février 1945, il écrivait :

"[...] Y yo personalmente, creí que en ningún sitio mejor podrían ser utilizados mis modestos esfuerzos de cultura que en esta Institución, desde la que he soñado, desinteresadamente, buscar para los hombres del Ecuador, eso que tanta falta hace: el doctorado en civismo".

Politique et Culture

10A la lumière de cette profession de foi et du sentiment d'abnégation de l'intellectuel équatorien, l'opposition des "Intellectuels Indépendants" mécontents est plus critique encore ; leur revendication est simple et terrible à la fois, et elle sonne comme une déclaration d'échec de l'entreprise de Benjamín Carrión :

  • 16 El monopolio de la Casa de la Cultura Ecuatoriana, op. cit.

"[...] Lo único que deseamos es que la Casa de la Cultura sea en verdad Ecuatoriana, que sea de todos los que hacen obra, de todos los que crean con amplitud y en libertad"16.

11On peut s'interroger sur l'importance de l'anonymat qui caractérise cette lettre ouverte aux membres et dirigeants de la Casa de la Cultura. La situation de monopole de l'institution n'est sans doute pas étrangère à cette absence de signature des intellectuels mécontents qui manifestent ainsi leur crainte de voir se fermer les portes des circuits traditionnels de diffusion des oeuvres ; l'importance prise par la maison d'édition de la Casa de la Cultura durant les dix premières années de sa création est telle qu'elle est devenue un passage obligé pour les auteurs qui aspirent à une reconnaissance immédiate. Elle est relayée en cela par la revue de l'institution qui publie tous les mois des articles sur les auteurs du moment qu'elle a choisi d'épauler et de faire connaître. La menace d'une exclusion du système de diffusion mis en place et controlé par cette institution d'Etat au prestige encore considérable pèse sur tous les intellectuels de la nation.

12Par ailleurs, il faut souligner une fois encore l'inextricable lien entre le politique et le culturel, qui illustre si bien la notion de privilège prépondérant ou monopole, et que les "Intellectuels Indépendants" manifestent en ces termes :

  • 17 Ibid.

"Los que así pensamos somos intelectuales de todas posiciones, intelectuales independientes que no pertecemos a la terrible secta de los "genios" del comunismo"17.

13En soulignant leur cohésion et leur organisation apparemment non politique, ils manifestent la possibilité d'un consensus intellectuel érigé contre une institution qui se vantait, à ses début, de réunir des intellectuels de toutes les tendances politiques, idéologiques, artistiques.

  • 18 Cf. M Handelsman, "El rol del escritor y del intelectual", in Ideario de Benjamín Carrión, Quito, E (...)

14La désapprobation, de la part de ces intellectuels organisés pour attaquer la politique culturelle entreprise par la Casa de la Cultura Ecuatoriana, est plus terrible pour Benjamín Carrión que la désapprobation de l'État, sur lequel il n'a jamais véritablement compté pour accomplir sa mission. Jusqu'alors, les théories de Carrión avaient suscité tant d'espoir dans le monde culturel équatorien que ses propositions culturelles et son idée de placer la culture parmi les priorités nationales constituaient une solution ultime pour sortir le pays de la crise politique, économique, sociale et morale : ces propositions impliquaient une telle responsabilité de la part des intellectuels au sein de la vie nationale que les sceptiques ne s'étaient jamais regroupés pour les attaquer et les dévaloriser18.

15Il est intéressant toutefois de souligner que les revendications des "Intellectuels Indépendants" préfigurent celles d'intellectuels de l'avant-garde qui envahirent, en 1966, la Casa de la Cultura Ecuatoriana pour réclamer une démocratisation de l'entité ; ces avangardistes, de même que ce groupe d'intellectuels de tendance conservatrice, accuseront l'organisme de fermer ses portes aux artistes et intellectuels du pays qui n'appartiennent pas à un "petit cercle d'élus".

16Rappelons à cet égard que le système d'élection des Membres Titulaires et des "dignitaires" de l'institution réduit leur possibilité d'accueillir des éléments nouveaux au sein de la Casa de la Cultura Ecuatoriana. Chaque Membre est élu pour trois ans et peut être réélu indéfiniment, selon l'article 3 du décret fondateur. Cette brève évocation d'événements qui affecteront postérieurement la Casa de la Cultura Ecuatoriana permet de souligner un fait significatif : en effet, à la fin des années 50, la Casa se caractérise par son isolement alors qu'en 1944 l'entreprise culturelle de Benjamín Carrión bénéficiait de la solidarité d'un vaste groupe d'intellectuels, d'artistes et de personnalités politiques de tous horizons politiques et sociaux. Attaquée par les milieux conservateurs, dès 1946 et plus ouvertement en 1956, puis par la gauche en 1966, la Casa de la Cultura Ecuatoriana symbolise ironiquement l'impossible unité nationale ; elle contredit ainsi son propos initial qui consistait à réaliser l'unité nationale et à donner un sens à la Nation grâce à la recherche, entreprise par des intellectuels dévoués à la cause de la patrie, d'une équatorianité supposée et grâce à l'édification d'une puissance culturelle à laquelle aurait participé tout le peuple, réconcilié enfin avec ses vocations essentielles ; mais en 1956, après la publication du pamphlet des "Intellectuels Indépendants" elle apparaît plutôt comme un sanctuaire dont la présence au sein de la vie nationale avive les luttes partisanes.

  • 19 Benjamín Carrión fut président de l'institution durant cette période, excepté de 1948 à 1950, pério (...)
  • 20 Letras del Ecuador, n° 19-20, IIe année, décembre 1946 - février 1947, p. 4.

17Une brève observation finale s'impose : quelques observateurs du phénomène culturel équatorien ont tenté de définir la politique culturelle qui a mené l'institution à un tel degré d'isolement, dans les années 1960, après avoir joui si longtemps d'une situation de monopole contestée de loin en loin par quelques critiques parues par voie de presse. Cette difficile appréciation des conceptions et des objectifs du développement culturel entrepris par Benjamín Carrión de 1944 à 195719 provient à notre sens d'une définition floue de l'expression "politique culturelle" ; nous n'avons d'ailleurs recensé qu'un seul article, dans la revue éditée par l'institution, qui constitue un élément de réflexion théorique et explicite au sujet de ce thème : il s'intitule "Posibilidad de una política cultural" et il est rédigé par un membre titulaire présent dès la création de l'institution, Humberto Mata Martínez20.

  • 21 Nous nous référons à la terminologie de Néstor García Canclini, in Políticas culturales en América (...)
  • 22 M. Handelsman, En torno al verdadero Benjamín Carrión, Quito, Ed. El Conejo, 1989, p. 20, et A. Mor (...)

18Benjamín Carrión a toujours hésité, au travers de ses rapports présidentiels et de ses réflexions regroupées dans Cartas al Ecuador, entre deux "paradigmes idéologiques" de la politique culturelle21 ; cette oscillation permanente renvoie à une contradiction typique du concepteur de la Casa de la Cultura Ecuatoriana22 qui n'a pas su éloigner son institution du modèle que Canclini dénomme "traditionalisme patrimonialiste", qui consiste à "[...] usar del patrimonio tradicional como espacio no conflictivo para la identificación de todas las clases" ; témoin en est la référence constante de Carrión à la fameuse vocation pour les arts manuels des gens de son pays, et l'organisation de l'Exposition Nationale des Arts Manuels en 1953. La vocation pour les arts manuels constitue en effet pour Benjamín Carrión un dénominateur commun entre tous les Équatoriens, ainsi que la supposée vocation pour la culture et la liberté, héritière d'"une tradition historique et d'éléments d'un patrimoine commun et unificateur".

19Par ailleurs, l'institution s'est proposé, dès sa création, d'entreprendre une diffusion et une popularisation d'une culture savante, conformément au modèle de la démocratisation culturelle ; les moyens énoncés dans l'article 10 du décret fondateur soulignent un désir de diffuser parmi les citoyens une connaissance et une science réservées jusqu'alors à une élite ; il s'agit de faire connaître à tous les charmes de la danse et de la musique classique, les plaisirs de la littérature européenne et surtout les joies des spectacles de théâtre organisés par des compagnies étrangères invitées par la Casa de la Cultura Ecuatoriana. Cependant, cet accès égalitaire de tous aux bienfaits des biens culturels n'aboutit pas, comme le prouve l'article des "Intellectuels Indépendants". Ou plus exactement, les activités de l'institution ont contribué à favoriser une exclusion de certains artistes et intellectuels, ainsi que d'un certain public.

20Enfin, une étude approfondie des activités de la Casa de la Cultura Ecuatoriana à partir de 1946 tend également à révéler un tarissement des activités destinées à un large public ; la réduction notable de ces activités ne peut pas être imputée au seul problème de budget qui affecte l'institution mais aussi à une certaine torpeur des sections qui configurent l'institution et qui amèneront Benjamín Carrión à pousser un cri d'alarme en 1952 à travers son fameux article "La tercera llamada". Conscient d'une dérive des objectifs initiaux du foyer culturel, il s'est adressé, au travers de cet appel, aux intellectuels de son pays, mais aussi à tous les membres de l'institution :

  • 23 Benjamin Carrión, "La tercera llamada", Letras del Ecuador, VIIIe année, n° 81, décembre 1952, pp. (...)

"[...] Pero esa vida inicial, ese ímpetu fecundo de las primeras horas, se ha detenido, ha adoptado un ritmo de lentitud, aún en la obra de los propios iniciadores. "Cámara lenta", disminución de cantidad y, hay que decirlo, de calidad también. [...] ¿Es que la nueva intelectualidad ecuatoriana va, nuevamente, como antes de 1925, a buscar los caminos de la fuga, las rutas de evasión, apartándose desdeñosamente de la vida, de las angustias y de las esperanzas, los dolores y júbilos del pueblo de que forma parte?"23

21A travers cette pathétique interrogation se renouvelle l'inadéquation du projet initial de Benjamín Carrión avec la marche de l'Histoire ; la démocratisation culturelle n'intéresse plus autant le peuple équatorien qui se satisfait de la certitude qu'un organisme spécialisé se charge du destin de la culture de la pays. Après un bref moment de revendications sociales et culturelles, porté à son comble lors de la Révolution de 1944, la demande du public diminue, les masses se satisfont d'une amélioration de leurs conditions de vie, obtenue grâce à l'embellie de la production bananière qui coïncide avec une période d'exceptionnelle stabilité politique ; le désir de partager avec une élite un savoir et une connaissance ne se justifie plus, puisque d'autres voies de salut se dessinent. Ces considérations économiques et politiques sont quelques-uns des éléments qui justifient la perte d'intérêt pour les manifestations culturelles, de la part du public ; quant aux intellectuels de la nation, ils ont compris que la réorganisation économique et politique du pays assurait un avenir meilleur à l'Équateur que l'organisation d'une hypothétique République des Lettres, surtout si celle-ci devait se transformer en une dictature de quelques intellectuels et artistes.

Notes

1 "Sobre nuestra obligación suprema : volver a tener patria", in Carlas al Ecuador, Quito, Editorial Gutemberg, 1943, pp. 165-168, et "Teoría y plan de la pequeña nación", m Β. Carrión, Informe sobre la obra realizada en la matriz y los núcleos durante el bienio 1950-52, Quito, Ed. Casa de la Cultura Ecuatoriana, pp. 5-7.

2 Voir l'étude détaillée des activités de la Casa de la Cultura Ecuatoriana in Anne-Claudine Morel, La Casa de la Cultura Ecuatoriana. Recherches sur l'organisation et le développement d'une institution culturelle en Equateur : les enjeux d'une politique culturelle ambitieuse (1944-1957), Thèse de doctorat, Université François Rabelais, Tours, 1994.

3 Actividades de la Casa de la Cultura Ecuatoriana, 1944-1948, Quito, Ed. Casa de la Cultura Ecuatoriana, 1948, pp. 25-39.

4 Article non signé, La Patria, Quito, 27 Mai 1946, p. 1.

5 El Escenario, n° 46, IIe année, 8 juin 1946, p. 3.

6 Fragment des considérations préliminaires du décret n° 707 de fondation de la Casa de la Cultura Ecuatoriana, 9 Août 1944, reproduit par Alfredo Pérez Guerrero, La Casa de la Cultura Ecuatoriana. Leyes y decretos. Estatutos-Reglamentos, Quito, Ed. Casa de la Cultura Ecuatoriana, p. 5.

7 Ibid.

8 Extraits de l'article 9, § a du décret de fondation de la Casa de la Cultura Ecuatoriana (ibid).

9 Citons encore les considérations préliminaires du décret : entre autres motifs de l'élaboration de la Casa de la Cultura Ecuatoriana, Carrión évoque "la necesidad de "fortalecer el alma national y esclarecer la vocación y el destino de la Patria" (ibid).

10 Voir essentiellement ses fameux textes écrits dans les rapports présidentiels dans lesquels il détache la vocation du peuple pour la culture, la liberté et l'artisanat : "Cultura y libertad", in Benjamín Carrión, Informe sobre la obra realizada, op. cit., pp. 7-9, et l'article "Memoria", Revista de la Casa de la Cultura Ecuatoriana, n° 3, Ie année, janvier-décembre 1946, pp. 5-40.

11 "Ponce y la Casa de la Cultura", art. non signé, El Telégrafo, Guayaquil, 16 septembre 1956, p. 10.

12 Benjamín Carrión, América dada al Diablo, Caracas, Monte Avila Editores, 1981.

13 Benjamín Carrión, Trece años de cultura nacional, Quito, Ed. Casa de la Cultura Ecuatoriana, 1957, p. 114.

14 Intelectuales Independientes, El monopolio de la Casa de la Cultura Ecuatoriana, Quito, Ed. Ecuador, 1956, un feuillet.

15 "No se trata de atacar a ciegas a la cultura, de destrozar a la Institución. [...] Se trata de combatir la inmoralidad, contra el negocio inicuo de la inteligencia y la cultura" (ibid).

16 El monopolio de la Casa de la Cultura Ecuatoriana, op. cit.

17 Ibid.

18 Cf. M Handelsman, "El rol del escritor y del intelectual", in Ideario de Benjamín Carrión, Quito, Editorial Planeta, 1991, pp. 31-34.

19 Benjamín Carrión fut président de l'institution durant cette période, excepté de 1948 à 1950, période pendant laquelle il fut remplacé par l'indigéniste Pío Jaramillo Alvarado ; une étude de la gestion de la Casa de la Cultura Ecuatoriana par l'auteur de El Indio Ecuatoriano nous a amenée à constater qu'il a suivi presque fidèlemnt les principes de déveoppement culturel énoncés par son disciple et ami Benjamin Carrión.

20 Letras del Ecuador, n° 19-20, IIe année, décembre 1946 - février 1947, p. 4.

21 Nous nous référons à la terminologie de Néstor García Canclini, in Políticas culturales en América Latina, México, Editorial Grijalbo, 1987, p. 27.

22 M. Handelsman, En torno al verdadero Benjamín Carrión, Quito, Ed. El Conejo, 1989, p. 20, et A. Moreano, "Benjamín Carrión : el desarrollo y la crisis del pensamiento democrático", Argumentos, n° 1, août 1980, pp. 23-34.

23 Benjamin Carrión, "La tercera llamada", Letras del Ecuador, VIIIe année, n° 81, décembre 1952, pp. 1-2.

Auteur

Université de Nice-Sophia Antipolis

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540