Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Culture et éducation dans les mondes hispaniques

 | 
Jean-Louis Guereña
, 
Monica Zapata

I. Identités culturelles

La représentation de l'indien dans les manuels scolaires mexicains

Jacqueline Covo

Texte intégral

  • 1 Guillermo Bonfil Batalla, "Los pueblos Indígenas: viejos problemas, nuevas demandas", in Pablo Gonz (...)

"Todos los mexicanos (mestizos o criollos, se entiende) somos descendientes de Cuauhtémoc, símbolo de los más altos valores del pasado remoto; pero los indios de hoy deben dejar de serlo para ser plenamente mexicanos […]"1.

  • 2 Ève-Marie Fell, Les indiens, sociétés et idéologies en Amérique hispanique, Paris, Armand Colin, 19 (...)

1En 1973, Ève-Marie Fell, faisant le point sur les rapports entretenus par les sociétés latino-américaines avec leurs Indiens, notait déjà, chez les intellectuels mexicains: "le double mouvement d'admiration et de distance: admiration de tout ce qui, dans l'univers indigène, apparaît comme suffisamment lointain, héros, mythologie, créations artistiques ; distance vis-à-vis de l'indigène contemporain qu'ils ignorent"2.

  • 3 Ibid., p. 81.
  • 4 Guillermo Bonfil Batalla, op. cit., p. 99.
  • 5 Ibid., p. 97.

2Elle remarquait en même temps que, pour l'idéologie officielle, le problème indigène semblait devoir être définitivement réglé par le métissage3. De même, l'anthropologue Guillermo Bonfil Batalla notait peu après que l'indien, fósil sobreviviente, n'avait aucune place dans l'avenir envisagé par le discours nationaliste: "su recuperación significa su desaparición, el tránsito definitivo al pasado"4 ; l'indien devait se fondre dans la paysannerie. Ce devait être l'objet de l'"indigénisme officiel" qui, à partir du premier Congrès Indigéniste Interaméricain de Pàtzcuaro (Mexique) en 1940, puis la création de l'Instituto Nacional Indigenista, tout en reconnaissant le facteur d'enrichissement de la culture nationale que sont les cultures indigènes, se proposait de fondre les particularismes ethniques dans l'ensemble national pour en consolider l'unité. Et pourtant, corrigeait-il aussitôt: "ciertos grupos afirman con voz cada vez más fuerte que quieren seguir siendo indios"5.

3Attachés à leur identité, les Indiens prétendent aujourd'hui conserver leurs langues et leurs cultures, préserver leurs terres, eaux et forêts, assurer leur représentation au sein de l'appareil d'état-toutes revendications qui, stimulées par la célébration du 5e Centenaire de 1492, ont abouti au soulèvement de l'Armée Zapatiste de Libération Nationale (EZLN) le 1er janvier 1994, dans l'Etat du Chiapas.

  • 6 "Le réveil des indiens d'Amérique latine", Le Monde Diplomatique, mars 1982. Pour les nouveaux mouv (...)
  • 7 Marie France Prévot Schapira, Jean Revel-Mouroz, Le Mexique à l'aube du troisième millénaire, Paris (...)
  • 8 Eve-Marie Fell, Les indiens, sociétés et idéologies en Amérique hispanique, op. cit., p. 13.
  • 9 Cf. Enrique Florescano, Los indios de México, 500 años después, México, Editorial Uno, 1993.
  • 10 Enrique Florescano, Mitos mexicanos, México, Aguilar, 1995, p. 260 ; Josefina Zoraida Vázquez, Naci (...)

4Certes, la population indienne mexicaine est minoritaire, sans être négligeable, et loin des 40 à 50% qu'elle peut atteindre en Bolivie, au Guatemala ou au Pérou6 ; selon les estimations, elle pourrait représenter, à la fin du XXe siècle, 10 à 15% de la population totale, soit 8 à 12 millions de personnes et, si l'on adopte le critère des locuteurs d'une langue indigène, 7 millions, soit 9% de la population ont été recensés en 19907. Ces incertitudes proviennent de la difficulté de définir l'indien ; les critères proposés par E.-M. Fell restent valables8. En outre, la plus grande partie de cette population vit misérable et marginalisée dans les états du sudest et du centre de la fédération, les plus sous-développés du pays-même si les migrations vers les villes et les états développés du nord se multiplient9. Mais paradoxalement, le Mexique, au gré d'un métissage ethnico-culturel plus accentué qu'ailleurs, est peut-être la nation latino-américaine qui a fait la plus grande place à l'Indien dans ses inquiétudes identitaires, au point de disputer de la prééminence de Cortés ou Cuauhtémoc parmi les Padres de la Patria. Florescano attribue l'exaltation de Cuauhtémoc au gouvernement de Porfirio Díaz, sous l'influence de l'anthropologie de son temps. J. Z. Vázquez, dans son ouvrage classique Nacionalismo y educación en México (1970), cite Justo Sierra "México, su evolución social: Los mexicanos somos hijos de dos pueblos y de dos razas [...]. Tanto Cortés como Cuauhtémoc son grandes"10.

  • 11 Denise Jodelet (dir.), Les représentations sociales, Paris, P. U.F., 1997, p. 53.

5Ces contradictions invitent à s'interroger plus avant sur la11 représentation sociale" de l'indien au Mexique, au sens où l'entend Denise Jodelet": "forme de connaissance socialement élaborée et partagée, ayant une visée pratique et concourant à la construction d'une réalité commune à un ensemble social". Pour cette sociologue, les représentations sociales sont une expression des groupes qui engage leur appartenance sociale, un système d'interprétation qui régit leur relation au réel, et un instrument pour agir sur le monde et sur autrui. Où, donc, chercher ces représentations collectives mieux que dans les manuels scolaires qui forment et modèlent le citoyen de l'avenir, assurent ses racines et lui fournissent des clés pour comprendre la société où il vit et s'y faire une place ? Cette fonction est particulièrement marquée au Mexique du fait de l'histoire des libros de texto pour l'enseignement primaire, étroitement liée à la formation volontariste de l'Etat.

Les manuels scolaires au Mexique

  • 12 Victoria Lerner, La educación socialista - Historia de la revolución mexicana, t. 17, México, El Co (...)

6On sait que l'éducation nationale est une priorité au Mexique, depuis que l'article 3 de la Constitution de 1917, issue de la Révolution, a imposé l'enseignement public laïque, et surtout depuis la création, en 1921, sous le gouvernement d'Alvaro Obregón, de la Secretaría (Ministère) de Educación Pública [S.E.P.]. La présidence progressiste de Lázaro Cárdenas (1934-1940) multiplia les structures éducatives et notamment les écoles primaires rurales. Cárdenas se proposait de moderniser les masses rurales, ce à quoi devait contribuer également un maladroit projet d'éducation "socialiste", qui avait surtout pour but de "défanatiser" ces populations12. Jaime Torres Bodet, "Secrétaire à l'Education" du président López Mateos, donna une impulsion significative à l'enseignement en créant, en 1959, la Comisión Nacional de Libros de Texto Gratuitos (CONALITEG) qui fut à l'origine de plusieurs générations de manuels obligatoires pour l'école primaire ; ces manuels devaient uniformiser l'enseignement reçu par les enfants mexicains et ainsi homogénéiser la société ; le décret du 12 février 1959 qui crée la CONALITEG en précise les buts:

  • 13 Cf. Mi cuaderno de trabajo de sexto año, Historia y civismo, Comisión Nacional de Libros de texto g (...)

"[...] desarrollar armónicamente las facultades de los educandos, [...] prepararlos para la vida práctica [...] fomentar en ellos la conciencia de la solidaridad humana, [...] orientarlos hacia las virtudes cívicas y muy principalmente, [...] inculcarles el amor a la Patria, alimentado con el conocimiento cabal de los grandes hechos históricos que han dado fundamento a la evolución democrática de nuestro país"13.

  • 14 Cf. Marie France Prevot Schapira et Jean Revel-Mouroz, Proceso, 7-IX-1992. On trouvera l'exposé de (...)
  • 15 Proceso, 7-9-1992, p. 11, qui cite Antonio Luna Arroyo: Jorge González Camarena en la plástica mexi (...)

7Les premiers manuels édités par la S. E.P. sur concours sortirent en 1960. Ils ne furent distribués que pour l'année scolaire 1961-1962, du fait de violentes oppositions d'associations de Padres de familia soutenues par le P. A.N., parti d'opposition aux réformes du gouvernement de Cárdenas, et l'Eglise, en particulier dans le nord du pays14. Sans nous attarder sur cette série, nous noterons cependant l'emprunt, pour la couverture des manuels Historia y Civismo (4e année), d'une oeuvre de Jorge González Camarena ; la page de titre précise: "Es la reproducción de un cuadro que representa a la nación mexicana avanzando al impulso de su historia y con el triple empuje-cultural, agrícola, industrial-que le da el pueblo" ; or, si la femme chargée d'incarner cette allégorie arbore d'indubitables caractéristiques indigènes-peau brune, yeux bridés, lèvres charnues-elle est intégrée à une conception occidentale de la beauté par l'harmonie des traits, les sages ondulations de la chevelure brune, les drapés de la tunique blanche et l'allure fière. Le modèle serait une femme indigène, maîtresse du peintre González Camarena: "En la portada de los libros, una mujer olvidada"15. Les attributs qui l'entourent-fruits tropicaux, éléments d'architecture mi-helléniques, mi-méso-américains, livre brandicomplètent la mystification, comme si l'image de l'indigène n'était acceptable que revue et corrigée par le classicisme occidental, suivant l'idéologie indigéniste ; elle présente en cela bien des analogies avec les personnages incarnés par les actrices Dolores del Rio ou María Félix dans les films mexicains de "El Indio" Fernández, depuis les années 40.

  • 16 Ils soulevèrent une nouvelle polémique, dont on trouvera l'exposé dans Lorenza Villa Lever, Los lib (...)
  • 17 Enrique Semo (coordinador), México, Un pueblo en la Historia - fin de siglo, vol. 7, México, Alianz (...)

8C'est la deuxième génération de manuels que nous retiendrons ici: élaborée au début des années 70 dans L'ouverture" intellectuelle qui suivit la dramatique répression des étudiants de 1968, et à l'issue d'une réforme éducative, elle lut utilisée avec quelques remaniements pendant plus de vingt ans, jusqu'à ce que le déclin du régime de parti d'Etat et l'adoption des principes de l'économie néo-libérale n'imposent un renouvellement. L'étonnante liberté d'expression de ces manuels, rédigés par des intellectuels progressistes16 coordonnés par l'historienne Josefina Ζ. Vázquez et tirés à trois millions d'exemplaires par an17, est en adéquation avec la politique extérieure du président Echeverría qui, sans entrer de plain-pied dans le groupe des états "non-alignés", marqua cependant la diplomatie mexicaine d'un nationalisme et d'un "tiers-mondisme" qui pouvaient masquer les faiblesses de sa politique intérieure.

  • 18 Programas, 6'grado, educación primaria, México, S. E.P., 1977, p. 173.
  • 19 Josefina Zoraida Vázquez, Tres intentos de cambio social a través de la educación (tapuscrit), UNES (...)

9Optant pour une perspective interdisciplinaire, les auteurs, suivant les directives de l'UNESCO, proposent des manuels de "Sciences Sociales" qui englobent l'anthropologie, la sociologie, la géographie, l'histoire, l'économie. L'objectif, maintes fois répété et conforme à la volonté intégrationniste postrévolutionnaire, est la socialisation de l'enfant qui, à partir du proche et du connu-son groupe social, sa comunidad-l'amène à la connaissance d'autres groupes humains18. La responsable a exposé le propos délibéré de son équipe d'amener les enfants à "observar el medio que les rodea"-le milieu rural pour le 3e niveau, le milieu urbain pour le 4e - tout en incorporant le passé comme clé pour la compréhension du réel contemporain19. Concrètement, le manuel du 3e degré, dans sa partie "Sciences Sociales", commence par inviter l'élève à observer "mi comunidad, el lugar donde vivo (p. 117)". Le manuel du 3e degré réunit Sciences Naturelles et Sciences Sociales ; nous utilisons ici les manuels des 3e, 4e, 5e et 6e degré de l'école primaire, pertinents pour notre étude. Il est donc permis de rechercher si et comment l'enfant originaire des diverses communautés indiennes dispersées sur le territoire mexicain peut se reconnaître dans les pages de ces manuels.

L'indien du passé

10L'Indien du passé mexicain est bien présent dans le texte et dans l'image des manuels, sous des perspectives qui varient suivant l'axe adopté: dans le manuel du 3e degré, construit autour de quatre communautés rurales qui témoignent de phases de développement différentes:

  • 20 Ibid., p. 44.

"Las viejas culturas indígenas se integran dentro del esquema general como comunidades de productores en el pasado. El libro explica cómo cada una de las culturas creció con la producción de suficientes elementos, lo que condujo a una diversificación de actividades y a la complejidad social, política, cultural y económica"20.

  • 21 Ibid., p. 151.
  • 22 Ibid., pp. 151-167.

11Le lien est établi d'emblée entre passé et présent-"Los campesinos de hoy aprendieron a sembrar de sus padres, y sus padres de los suyos, y así desde miles de años"21 - dans une représentation du passé indigène clairement évolutionniste ; elle montre, à partir de l'apparition de la culture du maïs, les apprentissages et progrès techniques successifs -aprender, técnica, sont des termes récurrents-qui ont produit les cultures humaines différenciées des Olmèques, Teotihuacans, Toltèques, pour aboutir aux Mexicas, Zapotèques et Mixtèques. Logiquement, dans un pays qui est alors encore largement rural, où la plupart des élèves de l'école publique sont des ruraux, ce manuel se structure autour des campagnes: Agricultores del pasado, s'intitule le chapitre consacré aux cultures pré-hispaniques22.

  • 23 Ibid., p. 152.
  • 24 Ibid., p. 156.
  • 25 Ibid., p. 164 (la plus petite des trois illustrations de la page).
  • 26 Ibid., p. 48.
  • 27 Lilián Álvarez de Testa, Mexicanidady libro de texto gratuito, México, U. N.A. M., 1992.

12Même traité brièvement, aucun autre domaine de la vie sociale n'est pourtant exclu: organisation sociale (théocratie olmèque, militaires, artisans, commerçants de Tula, etc.) ; arts et techniques (céramiques, codex, têtes géantes olmèques, pyramides, ville de Monte Albán...) ; religion et vision du monde: "Los antiguos tenían un dios del maíz [...]. Era como decían los mayas, la planta sagrada, con cuya masa los dioses habían hecho a los hombres"23 ; au fil des pages, le manuel évoque encore les "légendes" (leyenda, dans le texte) de la création du Cinquième Soleil24, du retour de Quetzalcóatl (p. 157) ou de l'apparition de l'aigle et du serpent à l'origine de la création de la capitale mexica ; il n'élude pas entièrement les sacrifices humains, même si c'est sous une forme édulcorée et en privilégiant le facteur explicatif de la cosmovision: "Creían que el sol se desangraba diriamente en su lucha con Tezcatlipoca, dios de la noche, y le ofrendaban sangre para evitar que muriera y la tierra quedara en tinieblas". Notons cependant qu'une vignette25, probablement empruntée à un codex, montre l'acte du sacrifice, la poitrine ouverte et le coeur brandi par le prêtre vers le soleil. On retrouve le thème, un peu plus explicite, dans une page consacrée aux dieux mexicas du chapitre La patria de los guerreros del sol dans le manuel du 5e degré: (para defender su mundo: el del quinto sol) "guerreaban continuamente y, de tiempo en tiempo, hacían la "guerra florida", para capturar prisioneros que ofrecer al dios, mantener el sol en el cielo y evitar la destrucción del universo"26. Il me semble donc difficile de souscrire à toutes les critiques que fait des manuels étudiés l'ouvrage polémique de Lilian Alvarez de Testa en 1992: si ma démonstration rejoint la sienne, quand elle montre comment la volonté intégrationniste qui s'y manifeste revient à exclure les indigènes de leur propre patrie (p. 24), je ne partage pas entièrement son opinion sur la place insuffisante faite aux cultures préhispaniques, ni sur l'absence de caractérisation spirituelle des peuples méso-américains, attribuée au laïcisme officiel (p. 49). L'auteur revendique la valorisation de la richesse ethnique ancestrale par la généralisation de l'éducation bilingue et biculturelle à tous les enfants, afin d'éliminer la définition métisse du Mexicain27.

  • 28 Ibid., p. 161.

13On constate donc un effort de valorisation des cultures préhispaniques aux yeux des enfants: le lexique souligne la capacité de perfectionnement des techniques grâce à l'observation, l'ingéniosité dans la maîtrise d'une nature excessive, les qualités d'opiniâtreté et d'organisation dont témoignent encore les réalisations d'autrefois. Notons que la première partie "Ciencias Naturales" du manuel du 3e degré, illustre d'un dessin d'inspiration maya et d'une photographie de l'observatoire de Chichén-Itza (mais sans légende identificatrice) le chapitre sur les astres (p. 15) et des calendriers aztèque et maya (à côté de notre calendrier pour 1980 et d'une planche des Heures du Duc de Berry) le chapitre sur le temps (p. 22). Les aspects les plus rebutants pour la sensibilité d'aujourd'hui sont gommés, même si les inégalités de l'organisation sociale et le sort des macehuales sont explicites dans le manuel du 3e degré28.

  • 29 Ibid., p. 151.

14Toutefois, l'expression Nuestros antepasados volontiers utilisée29 (3e degré) suffit-elle pour que l'enfant se sente l'héritier de ces agriculteurs du passé ? C'est, en tout cas, une ambition clairement développée dans le manuel du 4e degré ; structuré, cette fois, autour de la vie urbaine, il incorpore aux pages consacrées à la vie sociale de quatre villes bien représentatives de la diversité mexicaine-Mérida, Guanajuato, Coatzacoalcos, México D. F.-des chapitres historiques en adéquation avec chacune d'entre elles. C'est, pour Mérida, la culture maya et la Conquête ; Guanajuato donne lieu à l'histoire de la Colonie et de l'Indépendance ; Coatzacoalcos aux conflits du XIXe siècle ; le District Fédéral (D. F.) à la Révolution et la période postrévolutionnaire. Or, les six pages consacrées à la culture maya sont appréhendées à partir de la situation scolaire:

  • 30 Ibid., p. 37.

"Un día, la maestra de Rosita [...] les dijo que ese día iban a estudiar cómo vivían sus antepasados, los mayas, para poder depués comparar su vida en el pasado con la nuestra en el presente, y descubrir qué es lo que hemos heredado"30.

15Stimulant implicitement une pédagogie active, le texte décrit la recherche documentaire des enfants qui aboutit à une réflexion ; voici ce qu'écrit Rosita dans son cahier:

  • 31 Ibid., p. 42.

"En algunos pueblos todavía usan la coa o el espegue para sembrar. Mi mamá muele el chile en molcajete parecido a los molcajetes mayas. Todas esas cosas las heredamos de los pueblos antiguos. Ellos fueron los abuelitos de nuestros abuelitos"31.

  • 32 Lilián Álvarez de Testa, op. cit., pp. 34 ss.

16Lilian Alvarez de Testa critique ces pages-destinées en principe à des enfants de 8 ou 9 ans-pour la pauvreté de la langue et la non prise en compte de l'héritage linguistique maya, qui fait préférer, par exemple, le mot "sandalia" au mot "huarache"32. La coa est une houe, le molcajete un mortier.

17Mais les pages d'exposé historique du manuel, censées être le résultat du travail des enfants, nient cette continuité en établissant une distanciation-peut-être inévitable-du fait de la narration historique au passé et des acteurs collectifs: "Los mayas eran buenos comerciantes y llevaban productos a Teotihuacan...". Même si, en ouverture l'interpellation s'efforce d'impliquer l'élève: "La Conquista fue en 1521, ¿verdad ? preguntó Rosita. -No, Rosita, en ese año los españoles sólo lograron conquistar a los mexicas...". Le hiatus est d'autant plus perceptible que les chapitres contemporains manifestent un réel souci d'implication de l'enfant-plus évident encore dans le manuel du 3e degré-grâce aux procédés rhétoriques fréquents que sont le présent de narration, la personnalisation du contenu informatif, les références à l'expérience de l'enfant.

  • 33 Ibid., pp. 42-48.

18Les intentions des auteurs apparaissent plus clairement dans le manuel du 5e degré, consacré à l'histoire universelle de la préhistoire au Siglo de las Luces, qui revient sur le thème préhispanique avec "La patria de los guerreros del Sol"33. Or, ces pages sont intégrées au troisième chapitre, intitulé: "Aportes de las grandes culturas", à savoir, dans l'ordre: "Egipto, don del Nilo" ; "Mesopotamia, la revolución urbana" ; "Los navegantes de Fenicia" ; "China, el país de en medio" ; "La patria de los guerreros del sol" ; "Los incas: gente de las grandes montañas". Toutes, enseignet-on à l'enfant, ont contribué à fonder la civilisation qui est la sienne: naissance de l'agriculture, apparition des villes, diffusion de la culture, grandes inventions... et l'enfant d'aujourd'hui est l'héritier de toutes:

  • 34 Ciencias Sociales, 5'grado, México, S. E.P., 9e édition, 1981, p. 10.

"Con el correr de los tiempos, los pueblos han ido reuniendo los hallazgos de cada uno (el arado, el papel, la escritura, la imprenta, la máquina de vapor), y han formado un gran depósito cultural que pertenece a todos los hombres, y que aproxima a los pueblos"34.

  • 35 Ciencias Sociales, 3e grado, México, S. E.P., 8e édition, 1980, p. 127.

19Cette idée fréquemment exprimée semble chère à l'auteur: "Todos los hombres han tratado de resolver los mismos problemas, por eso todos han aprendido las mismas cosas"35.

20Probablement cette présentation, qui place les cultures meso-américaines sur le même niveau que les grandes cultures universelles, se propose-t-elle de les exalter afin de combattre le complexe d'infériorité des uns et le racisme latent chez les autres ; il n'en reste pas moins qu'elle dilue les spécificités identitaires dans l'universalisme proclamé ; l'enfant doit tout autant à l'agriculteur du haut empire égyptien qu'aux guerriers du soleil. Les chapitres sur la Conquête soulignent cette vision de l'Histoire par le rétrécissement du champ: "Había una vez dos mundos", écrit le manuel du 3e degré, en introduisant l'idée d'encuentro que tenteront d'imposer les célébrations du Centenaire de 1492:

  • 36 Ibid., pp. 180-181.

"Cada pueblo, en su propio mundo, había desarrollado una cultura [...] los pueblos americanos sembraban la tierra, fabricaban instrumentos, y trabajaban los metales; pero no tenían hierro ni bronce, tampoco animales de carga ni carros: su técnica era distinta de la europea"36.

  • 37 Ibid., p. 189.

21Certes, avec les Espagnols "llega una nueva técnica" (c'est le titre du chapitre) ; mais ce sont les orientations de cette technique-la guerre, la navigationqui expliquent la conquête, autant qu'une supériorité qui n'est admise qu'à regret37. Le manuel de 4e année de 1960, dont la perspective est beaucoup plus "héroïque", visualise une pseudo égalité des deux cultures en confrontant dans la page 16 les personnages de Cortés et Cuauhtémoc. Le manuel insiste, d'ailleurs, sur les difficultés de l'entreprise, le courage des vaincus et leur aptitude à s'approprier les "nouvelles techniques" pour modifier leurs conditions de vie et donner ainsi naissance à une culture nouvelle:

"Los indígenas y los españoles también se mezclaron, y de ellos nacimos los mestizos, o sea nosotros, los mexicanos".

  • 38 Ciencias Sociales, 6e grado, México, S. E.P., 9e édition, 1981, p. 173.
  • 39 Ibid., p. 191.

22Idée que l'on retrouve à plusieurs reprises, et par exemple dans le manuel du 6e degré38. Par ailleurs, les manuels n'éludent pas les destructions et injustices de la colonisation, mais elles n'entrent pas dans mon objet39.

23Le nosotros globalisant du manuel généralise la condition de métis à l'ensemble des hommes et des femmes qui forment aujourd'hui la nation mexicaine. Ce faisant, il confond une catégorie historique, le Mexicain résultat d'une évolution historique, et une catégorie ethnique, le métis issu d'un processus biologique et culturel, annulant du même coup tout ceux qui n'entrent pas dans cette dernière: les Espagnols, rejetés à l'Indépendance, et les Indiens. Or, ces derniers sont bien présents dans la réalité mexicaine actuelle comme dans les recensements, même si l'acculturation et l'évolution historique font qu'ils ont peu en commun avec les Mexicas, Mayas ou Tarasques du XVIe siècle, et désormais, on l'a vu, ils revendiquent les spécificités de leurs cultures.

L'indien d'aujourd'hui

  • 40 Ibid., p. 118.

24Quelle place font donc les manuels que nous étudions à ces Indiens d'aujourd'hui ? Force est de constater que cette place est réduite à l'extrême, presque inexistante. Le manuel du 3e degré, consacré à la vie rurale avons-nous dit, est construit autour de quatre comunidades-terme entendu dans son sens sociologique large: "tu familia y las familias que viven cerca de tu casa forman una comunidad"40 bien situées géographiquement dans le Michoacan, le Vera-Cruz, l'Oaxaca et le Sonora. Seul le chapitre qui traite de l'état d'Oaxaca-l'un des états les plus peuplés d'Indiens, en effet, avec le Chiapas, le Guerrero, et le Vera-Cruz-consacre moins d'une page au village indien de San Andrés Saachío, où 232 habitants vivent misérablement, dispersés sur une terre appauvrie par l'érosion:

  • 41 Ibid., p. 177.

"[...] Saachío es un pueblo indígena, los viejos hablan la lengua mixteca y cuentan a sus nietos las historias de los antiguos reyes; también es un pueblo pobre: los habitantes están desnutridos, padecen frecuentes enfermedades, y los hombres toman demasiado pulque"41.

  • 42 Titre du chapitre, p. 168.

25Le sort fait à l'Indien d'aujourd'hui y est d'autant moins enjolivé qu'il est confronté dans la même phrase à la splendeur ancienne. Cependant, dans une stratégie récurrente des manuels, ce chapitre qui occupe la troisième place dans une évolution par étapes illustre la lucha contra la erosión42. Et immédiatement après les lignes citées vient l'ouverture vers un avenir meilleur pour les Indiens du village:

  • 43 Ibid., p. 178.

"Pero este cuadro puede cambiar, porque en San Andrés Saachío se ha reunido un grupo de técnicos para hacer un experimento muy importante: se ha propuesto mejorar la tierra y enseñar a la gente otras técnicas de cultivo"43.

  • 44 Ciencias Sociales, 4e grado, México, S. E.P., 8e édition, 1981, pp. 16-17.
  • 45 Ciencias Sociales, 3e grado, México, S. E.P., 8e édition, 1980, pp. 133-134.
  • 46 Ibid., pp. 184-185.

26De la même façon, les rares mentions d'éléments de culture indigène présents dans la société d'aujourd'hui n'y figurent que pour être aussitôt dépassés: certains Mexicains parlent des langues indigènes, par exemple, pourtant "es más lo que no une que lo que nos separa": lois, institutions, écoles rassemblent tous les Mexicains, et "México a pesar de su aspecto variado es uno solo"44. Et si l'Indien d'hier est très présent dans l'iconographie par l'intermédiaire des codex ou des murales de Rivera, on cherche presque vainement celui ou celle d'aujourd'hui, peutêtre présent de loin en loin sous un rebozo (sorte de châle traditionnel)45, mais jamais identifié en tant que tel ; on retrouve ici la stratégie qui fait de lui un problème en voie de résolution. Edifiant, à cet égard, est le dernier chapitre du dernier manuel, celui du sixième degré, intitulé Tendremos un México mejor, qui privilégie l'iconographie sur le texte. Ses deux premières pages46 rendent visibles les inégalités et injustices-amendables-par le jeu de deux vignettes confrontées ; ce sont probablement des indiennes qui figurent sur deux d'entre elles: une femme accroupie dans la rue avec son enfant, opposée à la bourgeoise qui remplit son "caddy" au supermarché ; la petite fille, de dos, la tête couverte d'un rebozo brodé. Dans les deux cas, il faut le noter, l'essentiel du vêtement, quoique pauvre, est occidental, et la cruche sur le dos, en contraste avec l'homme qui lave sa voiture à grande eau. Ces silhouettes précaires sont révélatrices: si l'Indien apparaît, c'est pour incarner un problème rémanent, non une identité ou une richesse culturelle.

  • 47 El Pais, 27-V-1994.

27"Nosotros sólo respetamos a los indios en los museos", lança Carlos Fuentes en 1994, lorsque la guérilla zapatiste sortit des forêts du Chiapas47. Il est de fait que si l'Indien préhispanique des manuels est une figure valorisante et comme telle revendiquée dans les racines collectives, s'il est assumé comme chaînon entre le passé et le présent, en dépit de l'évidence sociologique, l'Indien d'aujourd'hui-pourtant reconnu par la Constitution, les institutions étatiques comme l'Institut National Indigéniste, et instrumentalisé par l'industrie touristique-semble s'être dissous dans l'identité métisse proclamée, la raza cósmica de Vasconcelos. En 1992, l'article 4 de la Constitution a été amendé comme suit:

  • 48 Bartolomé Clavero, Derecho indígena y cultura constitucional en América, México, Editorial Siglo XX (...)

"La Nación mexicana tiene una composición pluricultural sustentada originalmente en sus pueblos indígenas. La ley protegerá y promoverá el desarrollo de sus lenguas, culturas, usos, costumbres, recursos y formas específicas de organización social..."48.

  • 49 Ibid., p. 101.

28Les nouveaux manuels rédigés vers la même époque ont abandonné l'orientation vers les sciences sociales ; ils ne font donc pas davantage place à l'Indien d'aujourd'hui. On notera que, en dépit de l'image d'Epinal habituelle, Juarez n'est pas présenté comme indien dans le manuel du 4e degré. Il est suggéré qu'il put accéder au pouvoir quoique pauvre, pas quoique indien49. Dans leur souci d'unification, les manuels scolaires pour l'enseignement primaire des années 70, pourtant orientés vers les Sciences Sociales, évacuent un large pan de la société mexicaine et ses particularismes, ce faisant, ils interdisent à l'écolier indien de se reconnaître dans la représentation du Mexicain-ou pire, ils l'humilient en lui montrant une image dégradée de lui-même-et ils occultent aux autres Mexicains les mille facettes ethniques qui font la richesse culturelle de leur pays:

  • 50 G. Bonfil Batalla, op. cit., 1979, pp. 102-103.

"No queremos ser un país indio; que no nos presenten oficialmente con cara de folclor [...] el indio no es políticamente visible [...]. Pero el indio sigue ahí"50.

29J'étudie ici les manuels fédéraux, diffusés dans toute la République ; je crois savoir que les Etats-certains d'entre eux en tout cas-pouvaient diffuser des manuels complémentaires ; on pourrait y chercher confirmation ou infirmation de notre démonstration. J'ai, par ailleurs entre les mains quelques exemplaires d'une publication pour enfants, intitulée Colibî, et publiée comme les manuels par la S. E.P. -Secretaría de Educación Pública-en 1979, dont l'un "Animales mexicanos", entièrement en langue purepecha du Michoacan.

Notes

1 Guillermo Bonfil Batalla, "Los pueblos Indígenas: viejos problemas, nuevas demandas", in Pablo González Casanova y Enrique Florescano (coordinadores), México hoy, México, Editorial Siglo XXI, 1979, p. 101.

2 Ève-Marie Fell, Les indiens, sociétés et idéologies en Amérique hispanique, Paris, Armand Colin, 1973, p. 80.

3 Ibid., p. 81.

4 Guillermo Bonfil Batalla, op. cit., p. 99.

5 Ibid., p. 97.

6 "Le réveil des indiens d'Amérique latine", Le Monde Diplomatique, mars 1982. Pour les nouveaux mouvements "indianistes", cf. entre autres, Marie-Chantal Barre, Ideologías indigenistas y movimientos indios, México, Editorial Siglo XXI, 1983 ; Henri Favre, L'indigénisme, Paris, P. U.F. (col. "Que sais-je ?"), 1996.

7 Marie France Prévot Schapira, Jean Revel-Mouroz, Le Mexique à l'aube du troisième millénaire, Paris, I. H.E. A.L., 1993, pp. 243-244.

8 Eve-Marie Fell, Les indiens, sociétés et idéologies en Amérique hispanique, op. cit., p. 13.

9 Cf. Enrique Florescano, Los indios de México, 500 años después, México, Editorial Uno, 1993.

10 Enrique Florescano, Mitos mexicanos, México, Aguilar, 1995, p. 260 ; Josefina Zoraida Vázquez, Nacionalismo y educación en México, México, El Colegio de México, 1975, pp. 120-122.

11 Denise Jodelet (dir.), Les représentations sociales, Paris, P. U.F., 1997, p. 53.

12 Victoria Lerner, La educación socialista - Historia de la revolución mexicana, t. 17, México, El Colegio de México, 1979.

13 Cf. Mi cuaderno de trabajo de sexto año, Historia y civismo, Comisión Nacional de Libros de texto gratuitos, SEP, 1966, s. p. On trouvera un historique des deux premières séries de manuels scolaires officiels, ceux des années 60 et ceux des années 70, dans l'ouvrage de Lorenza Villa Lever, Los libros de texto gratuitos, México, Universidad de Guadalajara, 1988.

14 Cf. Marie France Prevot Schapira et Jean Revel-Mouroz, Proceso, 7-IX-1992. On trouvera l'exposé de cette polémique dans l'ouvrage cité de L. Villa Lever, pp. 69-94. De l'aveu même de la coordinatrice, l'opposition persista, y compris parmi les maîtres, notamment des écoles privées, qui optèrent pour ne pas les utiliser.

15 Proceso, 7-9-1992, p. 11, qui cite Antonio Luna Arroyo: Jorge González Camarena en la plástica mexicana, México, s. e. 1981. On peut remarquer que la même illustration a été reprise pour les éphémères manuels de la série Mi libro de Historia de Mexico qui, en 1992, ont remplacé celle des années 70, pour être retirés à la suite de violentes polémiques. On trouvera un historique des manuels mexicains dans Jacqueline Covo, "L'enjeu des manuels scolaires au Mexique", in Etats Unis/Mexique, fascinations et répulsions réciproques, Paris, L'Harmatan, 1996, pp. 209-222.

16 Ils soulevèrent une nouvelle polémique, dont on trouvera l'exposé dans Lorenza Villa Lever, Los libros de texto gratuitos, op. cit., pp. 170-200.

17 Enrique Semo (coordinador), México, Un pueblo en la Historia - fin de siglo, vol. 7, México, Alianza Editorial Mexicana, El libro de bolsillo, 1989, pp. 89, 91.

18 Programas, 6'grado, educación primaria, México, S. E.P., 1977, p. 173.

19 Josefina Zoraida Vázquez, Tres intentos de cambio social a través de la educación (tapuscrit), UNESCO, boîte Mexique 1. 03, 1980, pp. 43-44.

20 Ibid., p. 44.

21 Ibid., p. 151.

22 Ibid., pp. 151-167.

23 Ibid., p. 152.

24 Ibid., p. 156.

25 Ibid., p. 164 (la plus petite des trois illustrations de la page).

26 Ibid., p. 48.

27 Lilián Álvarez de Testa, Mexicanidady libro de texto gratuito, México, U. N.A. M., 1992.

28 Ibid., p. 161.

29 Ibid., p. 151.

30 Ibid., p. 37.

31 Ibid., p. 42.

32 Lilián Álvarez de Testa, op. cit., pp. 34 ss.

33 Ibid., pp. 42-48.

34 Ciencias Sociales, 5'grado, México, S. E.P., 9e édition, 1981, p. 10.

35 Ciencias Sociales, 3e grado, México, S. E.P., 8e édition, 1980, p. 127.

36 Ibid., pp. 180-181.

37 Ibid., p. 189.

38 Ciencias Sociales, 6e grado, México, S. E.P., 9e édition, 1981, p. 173.

39 Ibid., p. 191.

40 Ibid., p. 118.

41 Ibid., p. 177.

42 Titre du chapitre, p. 168.

43 Ibid., p. 178.

44 Ciencias Sociales, 4e grado, México, S. E.P., 8e édition, 1981, pp. 16-17.

45 Ciencias Sociales, 3e grado, México, S. E.P., 8e édition, 1980, pp. 133-134.

46 Ibid., pp. 184-185.

47 El Pais, 27-V-1994.

48 Bartolomé Clavero, Derecho indígena y cultura constitucional en América, México, Editorial Siglo XXI, 1994, p. 189.

49 Ibid., p. 101.

50 G. Bonfil Batalla, op. cit., 1979, pp. 102-103.

Auteur

CREATHIS, Université de Lille 3

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540