Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Culture et éducation dans les mondes hispaniques

 | 
Jean-Louis Guereña
, 
Monica Zapata

I. Identités culturelles

La trinidad del indio o costumbres del interior, un roman péruvien de 1885

Isabelle Tauzin Castellanos

Texte intégral

1La Trinidad del indio est un roman publié en 1885 à Lima sous la signature de José T. Itolarrares. L'année 1885 correspond à une période de réorganisation de la vie politique et culturelle dans la capitale du Pérou occupée de 1881 à 1883 par les troupes chiliennes puis tenaillée par les rivalités entre chefs militaires jusqu'à la victoire du général Cáceres (novembre 1885).

  • 1 Cette indication nous a été fournie par le professeur Oswaldo Holguín qui nous a transmis le texte (...)

2Au cours de la guerre du Pacifique, les Liméniens ont entrevu la réalité andine, avec ses soldats enrôlés de force qui ne parlent pas l'espagnol, avec aussi les manifestations d'hostilité en province contre les décisions du pouvoir central, puis les actions de guérilla dans les Andes contre l'armée d'occupation. Pour la génération d'intellectuels qui a pris une part active à la guerre comme le journaliste Abelardo Gamarra, ou ceux qui ont participé à la défense de Lima comme le poète Manuel González Prada, il faut désormais peindre le Pérou tel qu'il est et non tel que les habitants de la capitale voudraient qu'il soit. C'est cette réalité d'un pays différent de sa vitrine européenne que José T. Itolarrares est le premier à montrer dans La Trinidad del indio. Itolarrares est l'anagramme de José Torres Lara. Au cours des années 80, un seul autre écrit de cet auteur a été répertorié1 ; il s'agit de El ángel del náufrago, une allégorie religieuse publiée en 1888 et sans aucun point commun avec le thème ni le ton de La Trinidad del indio. Par la suite, Torres Lara a édité ses souvenirs de la guerre du Pacifique, des "réflexions sur la race indigène" et un essai sur la région de Loreto.

  • 2 Jorge Basadre, Introducción a las bases documentales para la historia de la república del Perú, Lim (...)

3La Trinidad del indio, comme son auteur, est resté inconnu des critiques de la littérature. Seul Mario Castro Arenas mentionnait ce texte dans La novela peruana y la evolución social (1967) ; en revanche, l'historien Jorge Basadre s'y intéressait en indiquant qu'il s'agissait d'"un roman indigéniste antérieur à Aves sin nido"2, une perspective qui aurait dû éveiller la curiosité des chercheurs. Mais aucune relecture n'a été proposée depuis, aucune réédition n'a suivi l'édition de 1885.

4La Trinidad del indio a été classée par son auteur comme un roman ("novela") et porte en sous-titre "costumbres del interior". Nous nous intéresserons d'abord à la structuration du récit puis, dans un second temps, nous nous attacherons à la peinture proprement dite des "coutumes de l'intérieur".

La structuration du récit

5L'organisation textuelle de La Trinidad del indio est entachée de vices de forme comme les romans contemporains récompensés par l'Athénée de Lima à sa fondation, en 1886. L'oeuvre de Torres Lara est composée de vingt-trois chapitres non numérotés et de longueur inégale, simplement signalés par un titre, à la façon des scènes de genre insérées à partir de 1840 dans les journaux. Le titre est parfois explicatif ("Los habitantes del pueblo de Cashcanca", ch. 1), parfois énigmatique ("El secreto del juez", ch. 21), souvent ironique ("Los temores del cura y las cuentas del gobernador", ch. 8 ; "El cura no se duerme", ch. 14).

6A la différence des autres romanciers, Torres Lara ne cherche pas à construire une intrigue centrée sur un héros ou une héroïne. Aucun protagoniste n'a de nom ni même de prénom. Le curé, le juge, le gouverneur et l'habitant de la Côte ("el costeño" ou "el forastero"), tels sont les personnages principaux. Après de nombreux rebondissements, le lecteur assistera au renversement de la hiérarchie initiale : l'autorité du prêtre et celle du gouverneur seront annihilées par le juge de paix, mais auparavant celui-ci aura été victime de l'alliance des deux compères. Finalement, c'est l'anarchie qui s'imposera dans l'attente de l'hypothétique arrivée du sous-préfet. La Trinidad del indio laissera une impression d'inachevé comme si Torres Lara avait renoncé à un nouvel épisode, contraint par quelque impératif extralittéraire que nous ignorons.

7Le lecteur, pour sa part, ne peut s'identifier à aucun personnage car l'ironie présente dès les premières lignes maintient une grande distance entre le public et les figures romanesques. Le premier point de vue est celui d'un voyageur qui s'apprête à explorer ces régions reculées et se trouve rejeté d'emblée :

  • 3 José T. Itolarrares [José Torres Lara], La trinidad del indio, Lima, Bolognesi, 1885, p. 11. Les it (...)

"[...] Sólo buscáis un asilo contra la inclemencia de la naturaleza y os encontráis con la inclemencia de los hombres, como si la de aquélla se les inoculara por los poros. Tal sucede cuando se viaja por esa región donde hasta la verdad es ilusoria, cruel desengaño para el viajero que subiendo por esta gigantesca escala que parece infinita, se encuentra en un helado y desierto pico, donde apenas oye más voz humana que el manan-canchu ; saludo de mal venida que dan los andinos a sus huéspedes"3.

8La vie des habitants des Andes se déroule de façon contraire à l'ordre et à la loi institués sur la Côte ; c'est un monde à l'envers où le droit est bafoué et où règne l'arbitraire :

  • 4 Ibid., p. 11.

"Y la escala de Jacob que se os presentó en un sueño delicioso, no es sino el camino del infierno, y al llegar a su término os encontráis con los señores cura, gobernador y juez de paz; creíais subir al cielo y por más que el infierno aseguran los teólogos que es un abismo, os veis obligados a confesar que es la cima de los Andes"4.

9Cette citation qui clôt le premier chapitre est caractéristique du ton et de la thèse développée dans La Trinidad del indio. Pour donner plus de force à sa dénonciation, Torres Lara a recours à la symbolique chrétienne en détournant les images religieuses. C'est ainsi qu'en lieu et place des saints apôtres, c'est un trio infernal qui siège sur les sommets andins, entre ciel et terre.

10Au fur et à mesure qu'avance le récit, la focalisation change. Le visiteur du début cède la parole au prêtre, au gouverneur et au juge qui apprécient chacun la situation de façon différente, en fonction de leurs intérêts respectifs. Un processus d'humanisation des personnages est amorcé lorsque le récit fait brièvement fusionner rêve et réalité pour le juge emprisonné ("Sueño y libertad del juez", ch. 13). Mais cette perspective n'est pas maintenue ; le narrateur omniscient et tout-puissant reprend les rênes de la narration et s'oppose au moindre processus d'identification en ironisant :

  • 5 Ibid., p. 60.

"[...] Sabemos que después de repletarse el estómago, a costillas del de su mujer y sus hijos, se quedó el juez tan profundamente dormido, que no bastarían a despertarlo cien carretones pasando por sobre él; como no bastaron los lamentos de su mujer que sonaban más que cien carretones"5.

La peinture des "coutumes de l'intérieur"

11Le village de Cashcanca où se déroule l'action est un lieu probablement imaginaire, situé dans les Andes centrales sans aucune indication précise d'une ville moyenne à proximité : Cashcanca a vocation à représenter toutes les bourgades isolées du pays. Avec ses personnages archétypiques, La Trinidad del indio tient du "cuadro de costumbres" et du conte populaire dont l'action se déroule en dehors du temps historique :

  • 6 Ibid., p. 93

"Todo el día continúa el pueblo en la mayor consternación: las mujeres lloran, y los hombres se apedrean ; y por la tarde, no pudiendo vencerse los partidos, se retiran, el cura con su ganado (reses e indios) a una altura, y el gobernador con el suyo a otra desde donde continúan haciéndose cruda guerra a gritos y hondasos [sic]; y el juez, convertido en mensajero de la paz, se queda en el pueblo [...]. Así estos dos hombres, convertidos en dueños y señores de esta tierra, hacían matar, el uno a su rebaño, el otro a sus protejidos; y por cuatro reales, semejantes a tigres feroces o hambrientos buitres se devoraban unos a otros"6.

12La perpétuation ou répétition cyclique des scènes de violence est le message négatif sur lequel s'achève le livre. La dimension psychologique est, elle, réduite au minimum. L'intrigue avance en reproduisant les mêmes situations et en faisant simplement varier les acteurs, au reste peu nombreux. Le thème initial est un vol, vol sacrilège commis par le prêtre lui-même ("Revelación", ch. 3). Ensuite a lieu l'épisode de l'école où les enfants du village travaillent les champs du curé au lieu d'apprendre à lire et à écrire ; le gouverneur, qui est à l'origine de la création de l'école, vend ses troupeaux à vil prix du fait des erreurs de calcul de son jeune fils ("Los temores del cura y las cuentas del hijo del gobernador", ch. 8). Victime encore des manigances du curé, le juge se voit dérober toutes ses bêtes ("¡A la cárcel el juez !", ch. 10) puis toutes ses économies et ses titres de propriété ("El cura no se duerme", ch. 14).

13À cette série de vols correspond une succession d'emprisonnements abusifs : un étranger coupable d'avoir appris à compter aux enfants du juge est incarcéré ("Fin de la escuela", ch. 9), puis le juge est emprisonné pour s'être opposé au curé ("En la cárcel", ch. 11) ; à la fin, un second étranger est arrêté pour avoir essayé de récupérer le troupeau du juge acheté au prêtre receleur ("Prisión del costeño", ch. 20). Les procès s'enchaînent en présence ou en l'absence de l'autorité judiciaire, aussi sommaires les uns que les autres. Torres Lara ne cherche pas à surprendre le lecteur par une aventure originale : les injustices de la vie quotidienne dans les Andes constituent la trame du roman.

  • 7 Ibid., p. 68.

14Les descriptions sont réduites à l'extrême et ne ralentissent pas les soubresauts de l'action7. La seule pause descriptive correspond aux préparatifs du marché aux bestiaux :

"Al día siguiente los cerros fueron de pronto coronados por una multitud que, corriendo por las alturas, parecía volar por las nubes; y gritos por allá y por acullá, el ganado acudía y se reunía, con la mejor buena voluntad, en los llanos bajos. El señor gobernador y el señor cura, cada uno por su parte, presenciaban arrobados este cuadro pintoresco y pastoril; pero no arrobados como el poeta, sino ante la prosaica consideración de sus numerosos ganados que parecían ríos vivientes descendiendo o brotando de los flancos de la montaña [...]".

15Le lecteur se trouve donc transformé en témoin d'un spectacle permanent. Sans répit, il assiste à des saynètes où l'échange de répliques joue un rôle déterminant dans le déroulement de l'action comme dans la caractérisation des personnages. Outre les scènes de procès citées plus haut, d'autres dialogues exposent une confrontation burlesque : c'est le cas du premier échange verbal entre le gouverneur et le curé de Cashcanca, lorsque l'autorité civile sollicite les lumières du prêtre afin de tirer son fils de l'ignorance :

  • 8 Ibid., pp. 23-24.

"-Señor cora, yo sopongo, por sopoesto, que osté habrás aprendido a cora en Lema [...]. Yo, poes, he pensado mandar a este mochacho [...] a estodiar en coligio, a ver que sale si pato o gallareta, y querea poes saber to consejo, to que has estado poes osté allá, a ver si es cosa de mucho gastar, porque si ha de ser malgastado, mas vale que no se gaste y se guarde"8.

16A la prononciation ridicule, marque du sentiment de supériorité de l'auteur, s'ajoutent le comique des gestes et le comique de situation : au début de La Trinidad del indio, les villageois surprennent le curé en train de voler l'épée en or de Saint Michel ; superstitieux et en état d'ébriété, ils croient qu'il s'agit du diable en personne ; comble d'ironie, la statue de l'archange est une marionnette de don Juan habilement métamorphosée par un marchand de passage. Autre situation comique : le fils du gouverneur feint de savoir compter en répétant toujours la même leçon à son père analphabète. Les épisodes cocasses s'enchaînent de telle sorte que le texte de Torres Lara n'est qu'une succession d'histoires drôles agrémentées de jeux de mots et d'effets de sens, un héritage de l'écriture "costumbrista" qui va disparaître avec l'avènement du réalisme.

17Tous ces éléments nous conduisent à considérer que, du point de vue formel, La Trinidad del indio correspond à une étape dans l'histoire littéraire péruvienne : c'est la première fois qu'un auteur tente de concilier la longueur du roman, la dérision du cuadro de costumbres et, d'autre part, la représentation du monde andin.

18Torres Lara renonce au terme d'"indien" et choisit la dénomination "los andinos" puis "los serranos" par opposition aux "costeños" :

  • 9 Ibid., p. 7.
  • 10 Ibid., p. 9.

"A su vez los andinos se admiran de esos seres que viven entre yermos arenales, siempre con la perspectiva del Océano o en valles deliciosos; y el lector se admirará a su vez de estos bárbaros y esos atenienses y les concederá su respectivo lugar en el diapasón de la civilización"9; "Por lo demás, los serranos tienen los mismos instintos humanos que los costeños"10.

19"Los andinos", catégorie inusuelle, permet de regrouper sous une seule étiquette riches et pauvres. Lorsque le mot "indio" apparaît, il est utilisé de manière particulière comme un singulier collectif, ce qui suggère une absence totale d'individualisation et équivaut au dépréciatif "indiada" :

  • 11 Ibid., pp. 7-9.
  • 12 Ibid., p. 37.

"[...] La soledad y un horizonte que limita las miras y las miradas embrutece y ha encarnado en la naturaleza del indio la desconfianza y una sombria melancolía"11; "La famélica indiada no pide la cabeza, pide las cenizas, menos aún, los átomos del costeño, quiere verlo convertido en humo"12.

  • 13 Ève-Marie Fell, Les Indiens, Sociétés et idéologies en Amérique hispanique, Paris, Armand Colin, 19 (...)

20Cet emploi discriminant coincide avec les observations faites par ÈveMarie Fell à propos du refus d'être classé comme indien : "être indien, c'est disposer d'un statut peu envié, et l'individu tend à s'en échapper, même si le milieu extérieur l'y rejette à son corps défendant"13. L'expression "la Trinidad del indio" deviendra même "la india Trinidad", illustration de la proximité entre notables et petits paysans, au fond tout aussi indiens les uns que les autres pour un visiteur étranger :

  • 14 José T. Itolarres, La Trinidad del indio, op. cit., p. 43.

"[...] Advertido de que los rebaños del cura se habían engrosado con reses que llevaban la marca del juez de paz, entablóse sobre el asunto una discusión que estuvo a punto de usar lengua más persuasiva que la que se habla, y romper la buena armonía de los personajes a que, por la vacancia del juez, había quedado reducida la india trinidad"14.

21Quant au mot "indigène", il est utilisé une seule fois, au sujet de la femme du juge de paix, définie ainsi indirectement comme indienne :

  • 15 Ibid., p. 61.

"[...] Para desfogar su pecho [el juez] embistió sobre [su mujer] como hombre que se ha convertido en fiera y por consiguiente peor que las mismas fieras, y la menudeó tal cantidad de puñetes y puntapiés que la dejó como Cristo; la pobre sollozó, pero llevó en paciencia esta singular prueba del amor de los indíjenas [sic], convencida sin duda de que cuanto más duro la pegara más la querría"15.

22Les habitants du village imaginaire de Cashcanca sont évoqués d'abord par une série de généralités. Ils s'apparentent à des bêtes sauvages car ils vivent dans des abris de fortune, s'habillent et s'alimentent de manière fruste :

  • 16 Ibid., p. 8.

"[...] Cantaradas de las llamas, viven en chozas, o rediles o nidos, [...] moradas que sólo ellos pueden habitar, y aunque tengan formas humanas vistiendo de un modo que hace de ellos animales que Dios no crió. [...] Estos hombres comen poco, pero en cambio beben mucho. El Yaco-chupe, un poco de cancha y un poco de coca que chacchar he aquí cuanto apetece su perruno estómago"16.

23La citation est à l'image de l'ensemble du roman ; le point de vue de Torres Lara est extrêmement négatif à l'égard des indigènes : ce sont des animaux avec une apparence humaine. Privés d'intelligence, ils parlent "une langue primitive" ; dépourvus de sens moral et mus par l'instinct, ils commettent de menus larcins :

  • 17 Ibid., p. 9.

"[...] Si un indio os roba un zapato, no se empeñará mucho en robar el otro, pero por más que conozca la inutilidad de este objeto tampoco os lo devolverá, sea simplemente por el placer de quedarse con él, sea que constituya un trofeo para él o para que tengáis derecho de llamarlo ladrón"17.

24Le dimanche, les Indiens s'abreuvent avec l'alcool que leur vend sans scrupules le curé du village. Aveuglés par leurs croyances religieuses et maintenus dans l'ignorance, ils servent les intérêts particuliers du prêtre et constituent sa meute pour toutes les expéditions punitives.

  • 18 Ibid., p. 37.
  • 19 Ibid., p. 93.

"[...] Exaltados por tan patéticas palabras corren los hombres a buscar al prófugo y las mujeres a amontonar leña para tan solemne holocausto en aras del Dios de las venganzas, o sea dios del señor cura"18; "Todo el día continúa el pueblo en la mayor consternación: las mujeres lloran, y los hombres se apedrean; y por la tarde, no pudiendo vencerse los partidos, se retiran, el cura con su ganado (reses e indios) a una altura, y el gobernador con el suyo a otra desde donde continúan haciéndose cruda guerra a gritos y hondasos [sic]"19.

25L'auteur de La Trinidad del indio manifeste à peine un sentiment de pitié pour ces parias :

  • 20 Ibid., p. 19.

"[...] No parece si no que el indio no tuviera más que seis días de vida, y no días por supuesto como los de la creación ; y que su existencia fuera una serie de existencias, tantas como el número de semanas que viven: así después de un no ser que dura veinticuatro horas, el indio nace o comienza a vivir nuevamente el lunes; este día su cuerpo aún vacila y su mente no concibe; en los días sucesivos va tomando embrionaria forma su inteligencia, y aún no ha acabado de desarrollarse cuando llega otra vez el domingo y la nueva muerte parcial [...]"20

26Aucune solidarité ni aucune tendresse n'affleurent comme ce sera le cas sous la plume de Clorinda Matto de Turner. Les indigènes de Torres Lara sont avilis et incapables d'esquisser le moindre geste de révolte. La rébellion, encore individuelle, commencera à prendre forme dans Aves sin nido.

27Plutôt que des Indiens pauvres et ineptes, le romancier préfère représenter les autorités du village et surtout le prêtre qui exerce une sorte de prééminence. L'anticléricalisme s'exprime sans ambages :

  • 21 Ibid., p. 8.

"[...] El cura y demás comerciantes del lugar llevan un poco de ron y como la sabia providencia les ha concedido bastante agua, ellos lo cristianizan, siguiendo sin duda los preceptos de su religión; y a manera de Dios al instituir el sagrado sacramento, base y origen de la sociedad, ellos dicen al agua y al ron: creced y multiplicaos; y de este modo se multiplican los borrachos y las monedas en los bolsillos del cura y demás sacerdotes del dios oro"21.

28Le curé de Cashcanca est affligé de tous les défauts. C'est d'abord son cynisme qui est mis en évidence : profitant des croyances des Indiens, il n'hésite pas à dépouiller la nuit les saints et s'approprier les offrandes, quitte à accuser ensuite les puissances du Mal.

29Cette malhonnêteté est viscérale : cupide, il exploite les enfants auxquels il est censé apprendre la lecture. Au lieu de se consacrer au service de Dieu, il se livre à toutes sortes de trafics et, au vu et au su de tous, viole l'obligation de célibat en entretenant femme et "neveux". Son intelligence est limitée mais capable de concevoir n'importe quel stratagème pour se débarrasser d'un ennemi ; il prêche ainsi la guerre de religion pour éliminer un étranger qui menace son autorité :

  • 22 Ibid., p. 37.

"[...] En un enérgico sermon, notable por los términos más enérgicos aún, que la pluma se resiste a reproducir, teniendo por púlpito su mula, les hace recordar que ellos son serranos y cristianos y aquél, costeño y judío, y que por consiguiente no debe escapar de la hoguera en que Dios quema a los hereges [sic] en este y en el otro mundo"22.

30Plus tard, il abusera de l'infortune du juge emprisonné pour voler ses biens sous prétexte d'une aide généreuse. C'est un escroc étranger au village qui a usurpé la soutane et entend tirer parti de la crédulité et de l'isolement de ses ouailles :

  • 23 Ibid., p. 23.
  • 24 Ibid., p. 64.

"El cura que, dicho sea de paso, no tenía de tal sino la corona, estaba cuando entró [el gobernador] en mangas de camisa, tejiendo una soga de cerdas pues aperaba una recua para mandar a la costa por artículos de comercio"23;
"[...] El bendito sólo tenía de serrano las bayetas que lo cubrían; ya se ve, era sacerdote"24.

  • 25 On pourra consulter à ce sujet notre article "La vida literaria limeña y el papel de Manuel Gonzále (...)

31L'outrance du portrait est étonnante ; pourtant, à la différence du Padre Horán de Narciso Aréstegui (1848), La Trinidad del indio n'a suscité aucun scandale. Sans doute cette indulgence s'explique-t-elle par l'agitation politique et le renouveau intellectuel des années [1885-1886]25, et aussi par la protection qu'a assurée à son auteur l'adoption d'un pseudonyme.

32Aux côtés du curé, avec moins de virulence, Torres Lara se contente d'ébaucher le personnage du gouverneur, l'autorité civile garante du maintien de l'ordre public à Cashcanca. Le portrait moral prévaut sur l'apparence physique mais il ne s'agit pas d'exposer la complexité des sentiments : le gouverneur du village est obtus et cette bêtise foncière est accrue par l'ignorance. Analphabète, s'exprimant difficilement en espagnol, incapable de calculer sans compter avec des grains de maïs, ce notable d'opérette ignore même le sens du mot "collège" comme le révèle ce passage burlesque :

  • 26 José T. Itolarres, La Trinidad del indio, op. cit., p. 24.

"Cómo poes, taita cora, ¿que to eres coligio o estás en Lema ? interrumpió vivamente el Gobernador, admirado con semejantes palabras, porque no comprendía cómo podía enseñar el cura sin ser colegio, y aprenderse ahí, sin ser Lima [...]"26.

33En dépit de telles lacunes, la dignité de gouverneur continue de se transmettre de père en fils. Pour exercer cette responsabilité, la violence physique est utilisée par des hommes de main au service des intérêts particuliers du gouverneur. Aucune transformation radicale de la société andine n'est envisageable ; faute de l'instruction et de la liberté qui sont les rouages indispensables au progrès, seule se manifeste la lente évolution des mentalités :

  • 27 Ibid., p. 20.

"La idea del progreso es innata: nuestros pueblos han progresado instintivamente y por consiguiente con una lentitud muy próxima a la inmovilidad, por la carencia de instrucción y libertad que son sus palancas indispensables"27.

34En définitive, le gouverneur n'est qu'une pâle imitation du curé de Cashcanca. Le personnage du juge complète la "trinité de l'Indien". Moins maltraité que ses rivaux, il se situe au troisième rang dans la hiérarchie sociale du village et sait lire et écrire en espagnol. Marié à une Indienne, Indien ou métis lui-même peu importe, il mène la même vie fruste que les plus pauvres habitants de la région et se contente de manger le rustique "yaco-chupe". Pourtant, avant d'être dépouillé par ses compères, il possédait un troupeau de plus de cent têtes, des champs de luzerne et de pommes de terre acquis en abusant de son pouvoir auprès des justiciables. Malgré ces excès, c'est le plus humain des trois notables : il est proche de ses enfants (ch. 10) et révéré par sa femme (ch. 15). Naïf, il croit en la toute-puissance du curé comme représentant de Dieu sur la Terre jusqu'au moment où il comprend les manoeuvres du prêtre et fait preuve de la même habileté tactique pour manipuler à son tour le gouverneur et récupérer ses biens. Au terme du roman, les hostilités sont déclarées entre autorités religieuse et civile ; le juge, enfin libéré, assiste sans intervenir à la bataille rangée qui oppose les partisans des deux larrons.

35Finalement, le pessimisme l'emporte : pour Torres Lara qui évoque la vie dans les Andes avec un relatif détachement, aucun espoir n'est possible ; seul le temps fera évoluer progressivement les mentalités et modifiera les coutumes à défaut d'un bouleversement imposé par l'exécutif. Cet échec vaut pour l'ensemble du Pérou :

  • 28 La contribution des indigènes à la guerre du Pacifique est un sujet sur lequel reviendra Torres Lar (...)
  • 29 José T. Itolarres, La Trinidad del indio, op. cit., p. 9.

"[...] Podrá ver el lector que a estos pueblos se les puede cebar y mandar a un camal28 (como a menudo sucede) con la misma facilidad con que se les podría civilizar si hubiera voluntad; y digo esto, tanto de los vecinos y camaradas de las llamas descendientes de MancoCapac, como de los blancos, negros, zambos, mestizos y demás menjurje descendientes de Pizarro y del resto del género humano […]"29.

36Le scepticisme de Torres Lara sera dépassé par Manuel G. Prada, et c'est sans doute la raison du succès de ce dernier ; au lieu d'attendre les effets de l'inéluctable évolution des races comme Torres Lara, Prada prêche l'action immédiate :

  • 30 Manuel G. Prada, "Discurso en el Politeama" (1888), in Pajinas Libres, Lima, Peisa, 1887, p. 63 [lè (...)

"A vosotros, maestros de escuela, toca galvanizar una raza que se adormece bajo la tiranía del juez de paz, del gobernador y del cura, esa trinidad embrutecedora del indio"30.

  • 31 Ce thème est abordé pour la première fois dans "Nuestros indios" (1904) inclus dans l'édition posth (...)

37Cette foi en l'instruction est caractéristique de l'esprit du XIXe siècle. Prada changera de point de vue vingt ans plus tard en donnant la priorité à la question de la propriété de la terre31. En tout état de cause, en 1888, son optimisme produit une sorte d'électrochoc dans l'opinion à l'inverse du silence qui a entouré La Trinidad del indio.

38Au fond, le roman de Torres Lara propose une image parcellaire de la réalité andine car son seul but est la dénonciation des abus ; le regard est distant et supérieur à l'égard des indigènes. Cette perspective déjà novatrice sera dépassée par l'humanisation des Indiens que proposera Clorinda Matto de Turner dans Aves sin nido (1889).

Notes

1 Cette indication nous a été fournie par le professeur Oswaldo Holguín qui nous a transmis le texte paru dans El Perú Ilustrado.

2 Jorge Basadre, Introducción a las bases documentales para la historia de la república del Perú, Lima, PLV, 1971, t. 2, p. 607.

3 José T. Itolarrares [José Torres Lara], La trinidad del indio, Lima, Bolognesi, 1885, p. 11. Les italiques ("manan canchu"/"je ne comprends pas") sont de l'auteur qui a ajouté une note en bas de page : "Es muy frecuente en la sierra estar a muy corta distancia de un punto y tener que atravesar una larga para llegar a él".

4 Ibid., p. 11.

5 Ibid., p. 60.

6 Ibid., p. 93

7 Ibid., p. 68.

8 Ibid., pp. 23-24.

9 Ibid., p. 7.

10 Ibid., p. 9.

11 Ibid., pp. 7-9.

12 Ibid., p. 37.

13 Ève-Marie Fell, Les Indiens, Sociétés et idéologies en Amérique hispanique, Paris, Armand Colin, 1973, p. 9.

14 José T. Itolarres, La Trinidad del indio, op. cit., p. 43.

15 Ibid., p. 61.

16 Ibid., p. 8.

17 Ibid., p. 9.

18 Ibid., p. 37.

19 Ibid., p. 93.

20 Ibid., p. 19.

21 Ibid., p. 8.

22 Ibid., p. 37.

23 Ibid., p. 23.

24 Ibid., p. 64.

25 On pourra consulter à ce sujet notre article "La vida literaria limeña y el papel de Manuel González Prada entre 1885 y 1889", in I encuentro internacional de peruanistas - Estado de los estudios históricosociales sobre el Perú a fines del siglo XX, Lima, Universidad de Lima, t. 2, pp. 513-526.

26 José T. Itolarres, La Trinidad del indio, op. cit., p. 24.

27 Ibid., p. 20.

28 La contribution des indigènes à la guerre du Pacifique est un sujet sur lequel reviendra Torres Lara dans ses écrits postérieurs, notamment dans Páginas casi inéditas de un libro casi inédito, precedido de algunas reflexiones sobre la raza indígena, Lima, 1903.

29 José T. Itolarres, La Trinidad del indio, op. cit., p. 9.

30 Manuel G. Prada, "Discurso en el Politeama" (1888), in Pajinas Libres, Lima, Peisa, 1887, p. 63 [lère édition, Paris, 1894],

31 Ce thème est abordé pour la première fois dans "Nuestros indios" (1904) inclus dans l'édition posthume de Horas de Lucha (1924).

Auteur

Université Michel de Montaigne-Bordeaux III

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540