Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Université en Espagne et en Amérique Latine du Moyen Âge à nos jours. II

 | 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

III. L'université entre conservatisme et ouverture. Débats, projets, enjeux (XIXe-XXe siècles)

L'innovation à l'Université Carlos III de Madrid

Evelyne Lopez Campillo et Anna Remis

Texte intégral

1L'idée de fonder une nouvelle université à Madrid n'était pas nouvelle. L'U.C.D. y avait songé en pensant à une université privée, puis les socialistes arrivant au pouvoir reprennent le projet dans une perspective publique et laïque. Donc, dès 1984-1985, les choses se précisent : on cherche des financements, en plus du financement du Ministère de l'Education, nettement insuffisant.

2C'est dans le cadre de la Ley de Reforma Universitaria (L.R.U.) d'août 1983 que l'on essaie de mettre sur pied une réforme de l'Université qui soit innovatrice pour faire face, à la fois, aux exigences des étudiants (signalons pour mémoire les grandes manifestations de 1986-87) et aux échéances européennes. Bien entendu, l'urgence est plus grande encore du fait d'un projet en train de prendre forme dans les milieux favorables à l'Université Privée dont la croissance est régulière.

  • 1 "Alumnos matriculados en educación universitaria", Anuario El País, 1992, p. 178.

Croissances des effectifs de l'Université Privée1

1982

21.775

1983-84

24.030

1984-85

26.450

1986-87

28.817

1987-88

31.157

1988-89

33.619

1990-91

37.943

3Mais il ne faut pas oublier la croissance encore plus grande des effectifs du public et le déséquilibre géographique dans l'implantation des deux grandes universités publiques existantes : la Complutense et la Autónoma (sans compter au nord celle d'Alcalá).

Effectifs des différentes Universités

Complutense

Autónoma

Alcalá

1982

84 000

26 325

5 223

1988-89

121 785

29 000

13 474

1990-91

122 774

29 496

13 954

4Il faut enfin rappeler que les banlieues Sud (socialement démunies) n'avaient pas d'infrastructures universitaires. C'est donc, là aussi (Leganés et Getafe), une fondation à but social.

Les objectifs de l'Université

  • 2 Universidad Carlos III de Madrid, Publ. de la Universidad, Madrid, 1991.
  • 3 Boletín III, n° 0 (décembre 1991), n° 1 (février 1992) et n° 2 (mars 1992).

5L'Université Carlos III de Madrid est donc créée le 5 mai 1989 à Getafe, avec une extension à Leganés. Elle se veut une Université publique qui "respecte le droit à l'éducation établi par la Constitution de 1978"2, mais qui reste fidèle à l'esprit de l'Institution Libre d'enseignement de 1875. Elle est essentiellement orientée vers les enseignements des Sciences Sociales, Juridiques et Economiques et inclut également l'Ecole Polytechnique Supérieure. Mais comme elle se veut l'héritière des Humanités celle-ci a été supprimée. Elle a pour vocation pédagogique de former des "hombres y mujeres libres e íntegros"3, dans un esprit ouvert, libéral et tolérant, l'éducation étant un élément de regénération et de progrès humain, ce que disent les propres documents de l'Université.

6L'Université Carlos III souhaite également être présente au sein de la Communauté universitaire européenne, voire internationale. Pour ce faire, elle cherche à établir des conventions avec différentes Universités européennes, visant ainsi à multiplier les échanges de professeurs et d'étudiants et à mettre en place des réseaux fluides qui permettent de développer des activités conjointes, plus particulièrement dans le domaine de la recherche et de l'enseignement au niveau du 3e cycle.

7Ces échanges ne peuvent être fructueux et enrichissants que dans la mesure où des infrastructures d'accueil sont mises en place. C'est pourquoi, une Résidence universitaire est prévue sur le Campus de Getafe pour accueillir à la fois étudiants et enseignants et créer ainsi une vie universitaire féconde.

La fondation Carlos III et ses buts

8Mais pour mener à bien un projet aussi vaste et ambitieux, il est évident que le budget officiel alloué à l'Université ne suffit pas. L'Université Carlos III a donc cherché, et c'est là sa troisième caractéristique, la collaboration d'organisme privés et d'institutions publiques qui lui fournissent des fonds pour une meilleure réussite de ses objectifs et, à la fois, établissent une sorte de communication entre le secteur privé, la société et le milieu universtaire souvent isolé. C'est dans ce but qu'a été créée, le 18 décembre 1990, la Fondation Universitaire Carlos III qui est "una institución benéfico-docente con carácter de Fundación docente privada de financiación y de promoción, de naturaleza permanente" et qui a pour objectifs de :

  • financer les services, les chaires, les séminaires, les laboratoires ou les enseignements spéciaux ;
  • donner des subventions pour la recherche et créer des Prix pour des travaux déterminés ;
  • subventionner certaines activités et accorder des bourses d'étudiants ;
  • financer la publication de Diplômés, de Mémoires de Maîtrise ou de thèses de Doctorat, de travaux de recherche périodiques ou ponctuels sur des sujets concernant de plus près la Fondation ;
  • essayer d'adapter les enseignements universitaires aux besoins réels de la Société et aider au mieux l'insertion des étudiants en fin de cursus dans un secteur professionnel spécifique.

9Le Président du Patronato, supremo órgano de la Fundación, est le Recteur de l'Université Carlos III, Gregorio Peces-Barba, qui est également le Président de la Commission de Gestion de l'Université Carlos III. Cette Fondation a donc déjà signé plusieurs Conventions de collaboration avec des organismes publics ou privés, le 1er juillet 1990. La Caja de Ahorros a participé, au cours de l'année universitaire 1990-91, pour 40 024 000 pesetas à l'équipement d'un atelier d'informatique pour 56 étudiants du Diplôme d'Economie et de Gestion, mais aussi au paiement d'une indemnité complémentaire aux professeurs de l'Université ayant assumé des responsabilités de direction. La Caja de Ahorros propose également des Bourses de Recherches d'un montant global de 150 millions de pesetas par an.

10Une autre Convention a été signée, le 8 octobre 1991, avec Isidoro Alvarez, Président du Conseil d'Administration de El Corte Inglés, qui contribue ainsi au financement de la Fondation par une participation financière annuelle importante.

11Parmi les autres "mécènes" qui ont contribué par leur donation ou leurs conseils à la construction de l'Université, nous avons noté la RENFE, la Radio Télévision Espagnole, les Mairies de Getafe, de Leganés, de Pinto et de Madrid, la Confédération du Patronat madrilène, le Centre d'Etudes Constitutionnelles, la Banque Hypothécaire, le Conseil Supérieur des Sports... Dans le financement apporté par l'Etat, il faut souligner la participation importante venant de la Communauté Autonome de Madrid et l'appui personnel du Président Leguina.

12Renfoncer et canaliser les relations entre la Société et l'Université, c'est là un autre objectif de la Fondation qui développe ainsi un programme de formation permanente ou Programa de Extension Universitaria, orienté à la fois vers l'organisation de formations courtes de une à deux semaines (Cursos de Extension Universitaria), et qui s'adressent à quiconque ne peut suivre un cursus traditionnel, et vers des "Activités Complémentaires". Citons, parmi les diverses formations proposées cette année :

  • un cours sur "La Fonction Publique Locale", confié au professeur Agustín de Asís et qui s'adresse au personnel des Corporations locales ;
  • un cours sur "Le Régime Local : organisation et fonctionnement", dont le professeur de Droit administratif a la responsabilité. Peuvent y participer tous ceux qui s'intéressent à l'Administration locale ;
  • d'autres cours figurent au programme sur "La femme et la Société" ou "La négociation collective et la grève".

Structure de l'Université Carlos III : Cursus et Masters

13L'Université Carlos III de Madrid comprend actuellement la Faculté des Sciences Sociales et Juridiques, située sur le Campus de Getafe, et l'Ecole Polytechnique, sur le Campus de Leganés. Dans la première, on prépare les licences de Droit, d'Economie, de Gestion et Direction d'Entreprises, les Diplômes de 1er cycle (Diplomatura) de Sciences des Entreprises, de Bibliothéconomie et Documentation, de Gestion et Administration Publique et enfin de Sciences Sociales et Droit du Travail. L'Ecole Polytechnique, de son côté, forme des Ingénieurs Techniques en Informatique et Gestion.

14Les programmes des différents cursus (Plan de Estudios) ont été élaborés conformément à la Ley de Reforma Universitaria, mais aussi selon les tendances des Grandes Universités internationales. De ce fait, le grade de Licencié est obtenu en quatre ans, le titre d'Ingénieur en cinq ans, après que l'étudiant a capitalisé un certain nombre de crédits, 327 en Economie, par exemple, dont 6 doivent être obligatoirement d'Anglais et 6 autres du Cursus des Humanités. L'enseignement d'une seconde langue est envisagé, tout comme la possibilité d'un choix plus vaste entre l'allemand, le français et l'italien. L'Université propose, en outre, un nombre élevé de disciplines optionnelles, choisies dans le cursus suivi ou dans d'autres, pour un total de 119 crédits (en Economie, par exemple).

15L'organisation de ces différents enseignements n'a pas suivi le schéma traditionnel de la progression : les instances ont choisi de mettre en place parallèlement le cursus de première année et une formation doctorale de deux ans. C'est pourquoi, dès l'année universitaire 1990-91, la formation doctorale pour le droit a été confiée au Professeur Luis Aguiar de Luque. En 1991-92, un autre programme de Doctorat, analogue au précédent est à la charge du Professeur Dolores González Ayala. Cette formation est novatrice par rapport aux autres Universités mais respecte les objectifs de base de la LRU, notamment en ce qui concerne la recherche et la méthodologie. Le premier Master créé traite de Politique territoriale et d'urbanisme. Il est organisé conjointement par l'Université Carlos III et l'Université Polytechnique de Barcelone. La promotion 91 compte 91 diplômés. Le panorama de ce 3e cycle s'est enrichi en 1992 de deux nouveaux Masters : le MET et le MEI.

16Le Master d'Economie des Transports (MET) est réalisé en collaboration avec l'Institut d'Etudes des Transports de l'Université de Leeds, réputée pour cette spécialisation. Le financement provient de la RENFE. Les spécialistes de cette matière pourront trouver des débouchés dans les différents niveaux de l'Administration publique, soit Centrale, soit dans les Autonomies, ou bien encore dans les services techniques des différentes entreprises de transport, privées ou publiques. Précisons qu'en 2e année les cours auront lieu exclusivement en anglais. Des stages rémunérés sont prévus entre autres à la RENFE.

17Le Master d'Economie Industrielle (MEI) prétend former des spécialistes de l'analyse micro-économique, des stratégies des marchés, etc... Les spécialisations se feront vers l'analyse des marchés, l'économie des Télécommunications ou l'économie du secteur Energie.

L'Insitut des Humanités

18Mais l'une des grandes originalités de l'Université Carlos III réside, peut-être, dans le fait que tous les étudiants, quelle que soit leur spécialité, doivent, obligatoirement, choisir un certain nimbre d'enseignements en Sciences Humaines, dans le Département des Humanités, prochainement tranformé en Institut des Humanités. Chaque enseignement, de 10 heures, représente la valeur d'un crédit. Les thèmes proposés sont variés et relèvent aussi bien de la Littérature, de l'Histoire, de la Philosophie que de l'Histoire de l'Art ou de l'Urbanisme.

Cursos de Humanidades de la Universidad Carlos IIΙ - año 1991-1992

N° de cursos

N° de Créditos

(Claro)

(oscuro)

19Parmi les sujets traités en 1991-1992, citons:

20- "Orígenes doctrinales del socialismo democrático"
(Professeur Gregorio Peces Barba).

21- "Figuras y grandes obras del mundo griego"
(Professeur García Gual).

22- "Los conjuntos monumentales de las ciudades españolas"
(Professeur Antonio Bonet Correa).

23- "Poder y conflicto"
(Professeur Antonio R. de las Heras).

24- "Novela española : tendencias literarias de última hora"
(Professeur María Dolores de Asís Garrote).

25- "Arte, Arqueología y Física"
(Professeur Manuel Elices Calafat).

26- "Noción de violencia. Violencia política. No violencia"
(Professeur Javier de Lucas Martín).

27- "La representación de la violencia en los medios de comunicación"
(Professeur Gérard Imbert).

28- "Francia y España : encuentros y desencuentros"
(Professeur Joseph Pérez).

29- "Regionalización y nacionalismo en la España contemporánea : el caso catalán"
(Professeur Jordi Cassasas i Imbert).

30- "Mozart y su época"
(Professeur Antonio Baciero).

31Ces cours sont dispensés dans les locaux de l'un ou de l'autre Campus et tous les étudiants peuvent y assister. Ils représentent globalement 300 heures de cours dispensés par 18 enseignants.

32Selon le Professeur A. de las Heras, Directeur de la Section Humanités, un projet prévoit la création, pour l'année 1993-94, de plusieurs Licences et Diplômes Universitaires : une licence d'Humanités avec deux orientations (Humanités et Sciences Sociales - Humanités et Technologie), une licence de Documentation et une licence de Traduction et d'Interprétation.

La notion de "cuatrimestre"

33L'autre grande originalité novatrice de l'Université Carlos III est la conception de l'année universitaire en continu, la division de base n'étant plus ni le trimestre, ni le semestre, mais le "cuatrimestre", période de quatre mois et qui correspond davantage à la réalité universitaire, ce qui présuppose également que l'Université fonctionne à plein temps le troisième "cuatrimestre". Les enseignants peuvent donc choisir avec une plus grande souplesse leur temps d'enseignement.

Le gonflement des effectifs féminins

  • 4 Boletín III, n° 1, op. cit., p. 31.

34Si nous considérons la répartition des étudiants par sexe4 nous constatons qu'en Licence aussi bien que pour la "Diplomatura", le pourcentage des étudiantes est supérieur à celui des étudiants. Ainsi, à la rentrée de 1991, sur 3 923 étudiants, il y a :

54,73 % d'étudiantes (2 147)
45,27 % d'étudiants (1776)

  • 5 María Antonia García de León, El País, 12 décembre 1989.

35Or, il ne s'agit pas d'une Université à dominante littéraire où cette répartition était traditionnelle. Même, à l'Ecole Polytechnique Supérieure, la représentation féminine atteint désormais le tiers des effectifs. Nous pouvons préciser que cet "irresistible ascenso de las universitarias"5 est général depuis 1976. Les effectifs des étudiantes dépassent globalement ceux des étudiants depuis 1986.

1976

1982

1984

Etudiantes

200 000

320 000

380 000

Etudiants

310 000

370 000

400 000

36L'Université Carlos III est donc bien novatrice à plusieurs titres :

  • elle est novatrice parce que, en tant qu'Université publique, elle a su se situer dans un créneau où les Universités religieuses telle que la Universidad Pontificia Comillas (Madrid), par le truchement de l'I.C.A.D.E. (Instituto de Ciencias de la Administración y Dirección de Empresas), ou la Universidad de Navarra, par l'intermédiaire de l'U.E.S.E. (Instituto de Estudios Superiores de Empresas de Barcelona) sont très performantes ;
  • elle est novatrice parce que, en tant qu'Université publique, elle a choisi de collaborer avec le secteur privé et le monde professionnel, tout en gardant le strict contrôle des opérations ;
  • elle est, enfin, novatrice parce qu'elle se veut une Université de haut niveau, tout en étant moins sélective que d'autres à l'entrée des étudiants.

Notes

1 "Alumnos matriculados en educación universitaria", Anuario El País, 1992, p. 178.

2 Universidad Carlos III de Madrid, Publ. de la Universidad, Madrid, 1991.

3 Boletín III, n° 0 (décembre 1991), n° 1 (février 1992) et n° 2 (mars 1992).

4 Boletín III, n° 1, op. cit., p. 31.

5 María Antonia García de León, El País, 12 décembre 1989.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6021/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 17k

Auteurs

Université de Paris IV

Université de Paris IV

© Presses universitaires François-Rabelais, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540