Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Université en Espagne et en Amérique Latine du Moyen Âge à nos jours. II

 | 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

III. L'université entre conservatisme et ouverture. Débats, projets, enjeux (XIXe-XXe siècles)

José Ortega y Gasset et la "Mission de l'Université"

Béatrice Fonck

Texte intégral

  • 1 Publiée dans ses Oeuvres complètes. Revista de Occidente, Madrid 1983, Tome IV, pp. 313-353, et da (...)

1Depuis sa conférence "La Pédagogie Sociale comme Programme Politique", en 1910, Ortega, fidèle à l'esprit de la Institución Libre de Enseñanza, n'a jamais cessé de faire valoir l'importance du rôle de l'enseignement dans la régénération de l'Espagne. En octobre 1939, il met l'accent sur celui de l'Université, en prononçant une conférence à la faculté de Madrid, à la demande de la F.U.E., publiée ensuite dans le journal El Sol1. Cet acte public cautionne implicitement les activités d'un mouvement ostensiblement antimonarchiste, tout en tentant de sensibiliser les universitaires et l'opinion à la question fondamentale du rôle de l'Université dans la société espagnole des années 1930. Il y a donc, pour le philosophe, un enjeu politique et culturel qu'il convient d'examiner dans le contexte de l'Espagne prérépublicaine. Au cours de la dictature, il avait pu mesurer l'impact du mouvement étudiant sur l'évolution du régime, et il l'avait cautionné en démissionnant de sa chaire le 29 mars 1929, en signe de solidarité et de protestation contre l'arrestation des professeurs L. Jiménez de Asúa et L. Recasén Siches. En octobre 1930, réhabilité dans ses fonctions par le gouvernement, Berenguer est-il prêt pour autant à encourager l'antimonarchisme déclaré des étudiants et des universitaires ; que son propre journal El sol avait révélé lors d'une enquête sur l'Université au printemps 1930 ?. Il semble, en effet, épouser leur cause lorsqu'il lie la nécessité de la réforme de l'Université à celle de l'Etat :

  • 2 Misión de la Universidad, op. cit., p. 16.

"A la hora presente, en toda la existencia nacional, las constelaciones han cambiado. Han venido los hechos con su puñado cerrado, a tapar las bocas maldicientes, y a convencer al más remiso de que el Estado y la Universidad de España necesitan una reforma, que no es cuestión desearla o no, sino que su intento es ineludible, porque ni aquél ni ésta marchan."2

  • 3 Teresa Rodríguez de Lecea dans son prologue à Escritos sobre la Universidad Española de F. Giner d (...)

2Cependant, ceux qui attendaient un encouragement contre les abus du régime ou des institutions universitaires seront déçus, car il s'attache essentiellement à définir la "mission" de l'Université, et à la doter d'une connotation morale inspirée de F. Giner de los Ríos. Dès le début de son discours, il rappelle que des articles sur l'Université, publiés 25 ans plus tôt, lui avaient valu l'amitié du fondateur de la Institución Libre de Enseñanza, et, à ce titre, il se présente comme son continuateur3.

3Sa conception de l'enseignement en général, repose sur une conviction qui lui est effectivement commune avec celle de Giner : l'harmonisation de la société dépend de la qualité du savoir dispensé aux individus. Toutes les fondations d'Ortega vont dans ce sens, et si la pédagogie sociale est pour lui un programme politique, la Ligue d'Education Politique, qu'il fonde en 1914, a une mission particulière : former une minorité d'intellectuels chargée de l'éducation politique des masses, dans un projet d'épanouissement personnel des individus qui, de fait, contribuerait au réveil du peuple espagnol, à sa "nationalisation". Derrière ce terme, le philosophe entend susciter une mobilisation des Espagnols autour d'un projet de réforme de la nation, inciter les individus, les institutions, la Monarchie, à une prise en charge de plus en plus effective de leurs responsabilités personnelles et collectives. La "nationalisation" implique l'existence d'une cohésion nationale, d'une réelle collaboration entre les différentes structures et institutions de la nation, d'une convivialité (convivencia) où la tolérance et l'ouverture d'esprit favorisent la création et le renouveau culturel.

  • 4 Op. cit., p. 87.

4Un projet aussi ambitieux impliquait pour Ortega, et beaucoup de ses contemporains, préoccupés par l'avenir de leur pays, le choix d'une double vie : il lui fallait poursuivre ses activités de recherche et d'enseignement universitaire, et prêcher la bonne parole dans la presse, les conférences, les débats. Il disait notamment que tout intellectuel actif se devait de pratiquer une "pédagogie de la contamination"4. C'était en 1917, au moment où les intellectuels européens prenaient conscience de la fragilité de la pensée au regard des déferlement de violences engendrées par la guerre.

  • 5 Ibid., p. 41.

5Ortega pensait que pour combattre ce pessimisme, il fallait s'immiscer par tous les moyens possibles de diffusion au sein de l'opinion publique. La croissance culturelle des individus était à ce prix, l'avenir de la nation aussi, car, pensait-il, la crise culturelle provenait du fait de la confusion entre les données du savoir et les conditions d'existence de ce savoir5.

6En 1930, il est convaincu de l'imminence d'un changement institutionnel en Espagne, mais c'est d'abord sur l'enjeu universitaire qu'il met l'accent publiquement :

  • 6 Ibid., p. 65.

"Se vive aquí y ahora sin posible demora ni traspaso. La vida nos es disparada a quemarropa. Ya la cultura, que no es sino su interpretación, no puede tampoco esperar."6.

  • 7 Ibid., p. 79.
  • 8 Ibid., p. 66.

7En même temps, le philosophe madrilène est particulièrement soucieux de concevoir une réforme universitaire dans une optique européenne, car il affirme que l'Université doit redevenir un principe moteur de l'histoire européenne7. Dans cette perspective, l'Université doit être, en premier lieu, dispensatrice d'un savoir humaniste. Non pas qu'il lui dénie son rôle dans la formation professionnelle, ni dans la recherche scientifique, mais, à son point de vue, l'Université a une mission spécifique dans ce premier tiers du XXe siècle : dispenser principalement un répertoire de convictions ou d'idées sur la vie, une image du monde qui permette de vivre dans la certitude d'une certaine cohérence de l'existence8.

8La culture doit être le plan de la vie, le "guide des chemins à travers la jungle de l'existence". La mission de l'Université doit ouvrir l'homme sur le monde de la vie multidimensionnelle, afin qu'il puisse s'y insérer en toute authenticité :

  • 9 Ibid., p. 67.

"De aquí la importancia histórica que tiene devolver a la Universidad su tarea central de" Ilustración "del hombre, de enseñarle la plena cultura del tiempo, de descubrirle con claridad y precisión el gigantesco mundo presente, donde tiene que encajarse su vida para ser auténtica."9.

  • 10 Ibid, pp. 53, 66-68.

9Par l'effet d'une spécialisation croissante des chercheurs, les tâches d'initiation et d'enseignement général se laissent de plus en plus distancer par les travaux de recherche spécialisés. Il faut donc forger un nouveau type de savoir, un nouveau type de "sagesse", en définitive, une philosophie de la vie personnelle et social, à partir de chaque science, de chaque discipline enseignée10.

10Cet enseignement implique nécessairement une pluridisciplinarité qui favoriserait l'invention, et l'enrichissement mutuel.

  • 11 Ibid., p. 68.

11Si les données du savoir doivent être révisées, il en va de même pour les conditions de leur enseignement qui nécessitent une redéfinition des rapports entre l'enseignant et l'enseigné, ce qu'il appelle le "principe de l'économie de l'enseignement", c'est-à-dire une rationalisation des méthodes pédagogiques adaptées à la capacité réelle d'assimilation de l'étudiant11.

  • 12 Là aussi, Ortega reste fidèle aux vues de Giner, en conférant à la Junta para Ampliaciones de Estu (...)

12Quant à la recherche, elle ne doit pas être l'aboutissement obligatoire du cursus de l'étudiant, mais être destinée à quelques-uns, réellement motivés par elle. Ortega est bien conscient que l'Université ne peut se couper de l'univers de la recherche, mais celuici doit être intégré dans un organisme parallèle12, car avant tout, la tâche fondamentale de l'enseignement universitaire est de former des esprits de synthèse :

  • 13 Ibid., p. 69.

"(...) hay que criar y depurar un tipo de talentos específicamente sintetizadores. Va en ello el destino de la ciencia misma13.

  • 14 Sous la IIe République, Manuel Garcia Morente, son disciple s'est incontestablement inspiré de ces (...)

13Telles sont les grandes lignes d'un projet particulièrement novateur, dans la mesure où il tente de répondre, dès 1930, à la question de l'adaptation de l'enseignement d'un savoir aux nouvelles condition économiques et sociales de l'Europe, à laquelle les Universités continuent encore de chercher une solution14.

14En ce qui concerne notre étude, ce bref rappel du projet universitaire d'Ortega entend éclairer davantage les liens entre la mission de l'Université, et celle qu'Ortega entend se donner dans l'Espagne prérépublicaine, compte tenu des circonstance politiques de cette conférence.

15A cette occasion, Ortega inaugurait l'ouverture d'une faculté fermée depuis mai 1930, en raison de la mort d'un ouvrier survenue lors d'une manifestation pour la réception d'Unamuno à Madrid. Le projet du philosophe, prônant l'humanisme, la rationalisation du savoir, la réflexion pondérée, pouvait-il susciter l'attention d'une jeunesse en pleine rébellion ?

  • 15 Ibid., p. 13.

16On peut, en effet, aisément imaginer son désappointement, quand Ortega proclame qu'il a de l'enthousiasme pour ce mouvement, mais qu'il n'a pas la foi15. Pire, alors que de nombreux hommes politiques se sont officiellement déclarés en faveur de la République, alors que le Pacte de Saint Sébastien commençait à structurer le mouvement républicain, alors que, quelques jours avant sa conférence, avait eu lieu le meeting républicain à la Plaza de toros de Madrid, Ortega insiste à deux reprises sur l'incapacité des contestataires à concevoir une réforme de l'Etat :

  • 16 Ibid., p. 17.

"Como he venido aquí para ejercitar la más estricta sinceridad hacia ustedes, y suficiente lealtad conmigo mismo; como he venido aquí a decir sencillamente mi verdad, no puedo rodear de ambages mi duda vehemente de que exista hoy, en este día en que hablo, grupo alguno capaz de hacer la reforma del Estado -y concretándome a mi tema- la reforma de la Universidad"16.

17Mais qu'à cela ne tienne, ajoute-t-il aussitôt, il est temps de contribuer à son éclosion.

18Ainsi, un mois avant son engagement officiel pour la République, Ortega semble s'inscrire résolument en dehors de la dynamique des républicains, et paraît avant tout soucieux de mettre en garde ses auditeurs contre les éventuels débordement violents qu'un changement de régime, conçu dans la précipitation, occasionnerait :

  • 17 Ibid., p. 22.

"Si ustedes pretenden actuar en la vida pública sin prepararse antes debidamente, pasará ésto: como actuar en la vida pública es actuar sobre la gran masa nacional y ustedes, sin forma, no son grupo fuerte y orgánico, sino una pequeña masa, se cumplirán las leyes inexorables de la mecánica histórica, que son, en este punto, idénticas a la material: la masa mayor aplastará a la menor."17

19En fait, Ortega veut persuader les partisans de la République qu'il ne peut y avoir de véritable changement politique, sans une organisation préalable de leur mouvement autour d'un projet commun. Un projet de réforme des institutions dont la conception ne peut se passer de bases culturelles solides, que seule une Université, adaptée aux nouvelles données de la société du XXe siècle, est en mesure de fournir. Dans La révolte des masses, qu'il vient de publier en articles dans El Sol, il s'est en effet attaché à montrer comment l'évolution sociologique des sociétés libérales, dominées par le décloisonnement des individus dans la masse, risque de voir celle-ci menacées par des mouvement qui savent en tirer partie, tels que le fascisme et le communisme.

20Son engagement dans la bataille politique est essentiellement freiné par cette vision sociologique de l'Europe, qui l'incite à militer pour la défense d'un "Pouvoir spirituel" de l'Université capable d'enrayer la montée du totalitarisme, avant d'entreprendre une bataille politique.

  • 18 Les articles publiés dans El Sol correspondent aux chapitres publiés dans les Oeuvres Complètes d' (...)

21A-t-il le sentiment d'avoir été mal compris, d'avoir déçu son auditoire ? Dans les jours qui suivent sa conférence à la Faculté de Madrid, il en publie le texte en feuilleton dans El Sol, en supprimant les passages ayant trait à l'incitation à la modération et au doute sur les capacités des groupes contestataires18.

22Cette diffusion dans la presse répond assurément à son souci constant de toujours dépasser le cercle restreint de l'amphithéâtre, pour rejoindre celui de l'opinion publique de l'"homme moyen". C'est sans doute à celui-ci qu'il réserve, en dernier ressort, le soin de découvrir son choix de voir disparaître la Monarchie. En effet, il conclut, dans le dernier article de la série sur La mission de l'Université, à la nécessité de détruire la Monarchie :

  • 19 Ibid., p. 79 ; la formule latine n'apparaît que dans le journal El Sol, le 9-XI-1930.

"Para ello tiene la Universidad que intervenir en la actualidad como tal Universidad, tratando los grandes temas del día -desde su punto de vista propio- cultural, profesional o científico. De este modo no será una institución sólo para estudiantes, un recinto ad usum delphinis, sino que, metida en medio de la vida, de sus urgencias, de sus pasiones, ha de imponerse como un "poder espiritual" superior frente a la Prensa representando la serenidad frente al frenesí, la seria agudeza frente a la frivolidad y la franca estupidez". "Entonces volverá a ser la Universidad lo que fué en su hora mejor: un principio promotor de la historia europea". "Censeo delendam esse Mon archiam"19.

23L'enjeu est important, car désormais la défense du pouvoir spirituel de l'Université est liée à la chute de la Monarchie, c'est la conclusion à laquelle Ortega se rallie un mois, jour pour jour, après sa conférence à l'Université.

24Dans un premier prologue à l'édition en livre de Mission de l'Université, il note qu'il aurait voulu intituler cette conférence : L'idée de l'Université, mais, ajoute-t-il, cela aurait nécessité une étude globale de la civilisation contemporaine ; il lui aurait alors fallu reprendre les thèmes abordés dans La révolte des masses.

25Nous avons évoqué précédemment le pessimisme de son diagnostic sociologique : l'apparition de l'homme-masse, irresponsable devant la vie, la culture et la civilisation, est pour lui le phénomène générateur de la crise européenne. Cet homme est guetté par le primitivisme qu'engendre l'amnésie du passé, et, s'il est instruit, il est guetté par la "barbarie de la spécialisation". Il en résulte un vide d'opinions, de croyances, et donc un vide du pouvoir, car, pour Ortega, les deux sont intimement liés :

  • 20 La rebelión de las masas, Oeuvres Complètes, Tome IV, p. 234.

"Sin opiniones, la convivencia humana sería un caos; menos aún la nada histórica. Sin opiniones, la vida de los hombres carecería de arquitectura, de organicidad. Por eso, sin un poder espiritual, sin alguién que mande, y en la medida que ello falte, reina en la humanidad el caos. Y parejamente, todo desplazamiento del poder, todo camino de imperantes, es a la vez, un cambio de gravitación histórica"20

26Pouvoir des idées, pouvoir spirituel, Ortega, sous ce label, est en train de faire des intellectuels les protagonistes de toute mutation du pouvoir, et il n'hésite pas à les rendre responsables de l'avenir de l'Europe :

  • 21 Oeuvres Complètes, Tome XI, p. 197.

"Europa no tiene remisión si su destino no es puesto en manos de gentes verdaderamente "contemporáneas", que sientan bajo sí palpitar el subsuelo histérico, que conozcan la altitud presente de la vida, y repugnen todo gesto arcáico y silvestre. Necesitamos de la historia íntegra para ver si logramos escapar de ella, no recaier en ella"21

27En considérant l'Université comme un pouvoir spirituel, Ortega n'était pas en train d'envoyer en mission les intellectuels espagnols, comme il l'avait insinué dans La révolte des masses pour l'intellectualité européenne ? De fait, la condition de l'efficacité de leur action dépend à la fois de la mission qu'ils doivent accomplir au sein de l'Université, et en dehors, en étant libres d'accéder à tous les moyens de communication.

28En novembre 1930, constatant l'impossibilité de mener de front ces deux activités, il se prononce contre la Monarchie. Examinons les causes lointaines et immédiates de ce revirement assez spectaculaire. Depuis le début de la dictature, Ortega répète que l'avenir d'un pays repose sur le comportement de l'homme moyen, et le projet politique conçu dans La Rédemption des Provinces repose essentiellement sur la conversion de cet homme moyen :

  • 22 Mission de la Universidad, Alianza Editorial, op. cit., p. 42.

"(...) un pueblo es y vale en la Historia lo que sea y valga el tipo medio de sus hombres."22

29Or, la réforme proposée pour l'Université est fondée sur la même conviction : la majorité des étudiants appartient à un type moyen d'individus ; c'est donc à lui que s'adresse en premier lieu la réforme :

  • 23 Ibid., p. 42.

"Ahora bién, las instituciones existen -son necesarias y tienen sentido- porque el hombre medio existe. Si sólo hubiera criaturas de excepción, es muy probable que no hubiera instituciones pedagógicas, ni Poder Público. Es, pues, forzoso referir toda institución al hombre de dotes medias; para él esta hecha y él tiene que ser su unidad de medida."23

  • 24 "Peligro en Europa", La Nación, Buenos Aires, 20-VIII-1930.
  • 25 Misión de la Universidad, op. cit., p. 32.

30Dans La révolte des masses, Ortega avait constaté l'apparition d'un nouvel individu, peu fréquentable : l'homme-masse. Vidé de toute pensée personnelle, de toute croyance, et content de sa médiocrité, cet "homme nouveau" était prêt à se laisser séduire par des mouvements qui en tiraient partie : le fascisme et le communisme, et ceci constituait un danger pour l'Europe24. Procéder à la régénération morale des individus est donc une affaire sérieuse en 1930, et ceux qui en sont conscients doivent pouvoir bénéficier de toutes latitudes pour pouvoir renverser le processus de décloisonnement de l'individu, et donc de l'homme moyen, Monsieur Tout le monde, guetté par ce fléau. C'est parce qu'il est convaincu que ce phénomène n'est pas irréversible qu'Ortega insiste sur le rôle déterminant de cet homme moyen qu'en l'occurrence il ne confond jamais avec l'homme-masse. S'il constate que l'homme moyen de l'Université appartient en général aux classes privilégiées, il envisage qu'un jour la classe ouvrière y accédera ; raison de plus, dit-il, pour faire en sorte que ces hommes, appelés à exercer un pouvoir social dans le futur, sachent s'orienter dans le monde de la vie dans toutes ses dimensions25. Pour l'instant donc, l'Université n'atteint qu'un cercle restreint d'individus, c'est pourquoi elle doit pouvoir s'exprimer dans la presse, parce que celle-ci représente une masse d'hommes moyens à plus grande échelle : l'opinion publique :

  • 26 Ibid., p. 77.

"Necesita también contacto con la existencia pública, con la realidad histórica, con el presente (...). La Universidad tiene que estar también abierta a la plena actualidad; mas aún tiene que estar en medio de ella, sumergida en ella."26

31Cette intervention est indispensable car, ajoute-t-il, la Presse ne participe pas à l'élévations du niveau culturel de l'opinion, au contraire, elle l'enfonce :

  • 27 Ibid., p. 78.

"Europa camina desde hace tiempo con la cabeza para abajo y los pies pirueteando en lo alto -se debe a ese imperio individo de la Prensa-, único "poder espiritual"27

  • 28 J.M. Desvois et P. Aubert, "El Sol, un grand quotidien atypique (1917-1939)", in Typologie de la p (...)

32A l'époque, Ortega avait des raisons personnelles de vilipender contre la Presse, El Sol connaissait des conflits internes entre différents courants d'opinion, du fait de la mainmise de financiers monarchistes sur le conseil d'administration du journal, remettant en question l'indépendance des journalistes28. Au fait de ces difficultés, Ortega assimile désormais la Presse à un facteur de régression sociale. On peut dire que lorsque qu'il accompagne sa diatribe contre le pouvoir de la presse d'une prise de position antimonarchiste, il succombe à l'exaspération que lui créent ses problèmes professionnels de journaliste.

33En opposant ainsi le pouvoir spirituel de l'Université à celui de la Presse, le philosophe défend d'abord l'idée d'une éducation indépendante de l'opinion, face aux dangers de manipulation des masses que constitue une presse inféodée aux intérêts privés :

  • 29 "Sobre el poder de la Prensa", O.C., t. XI, p. 117.

"(...) es una fuerza histórica elemental y tremenda, sobre la cual tenemos que meditar todos, usted y yo, los periodistas madrileños y los ciudadanos de todas las naciones."29

  • 30 Il publie notamment dans El Sol la série sur La rédemption des provinces, entre le 18-XI-1927 et l (...)

34En revendiquant la liberté d'expression pour les universitaires dans une presse indépendant des pressions politiques et financières, il ne pouvait que conforter les intellectuels qui avaient été tous particulièrement visés par la censure de la dictature, et qu l'avait lui aussi censuré, au moment où il croyait pouvoir faire entendre son projet de réforme politique30.

35En revendiquant la liberté d'expression des universitaires dans une presse indépendante et libre, en même temps que la disparition de la Monarchie, Ortega considère que les structures actuelles du pouvoir en place entravent la promotion de la mission de l'Université, qui n'est que celles des intellectuels. La défense du pouvoir spirituel de l'Université signifie, pour lui, l'affirmation de la primauté de la culture dans la réforme de la société, parce qu'elle est le principal objet de ralliement des intellectuels qui, en Espagne, comme en Europe, doivent défendre le pouvoir des idées face à l'invasion du néant idéologique des masses. La défense de l'Université, c'est aussi la défense de l'exercice d'un contre pouvoir indispensable à une pratique réelle du libéralisme.

36Ainsi, la première prise de position antimonarchique officielle d'Ortega apparaît liée à la défense du pouvoir de l'Université, avant d'être celle d'un projet politique annoncé six jours plus tard dans le célèbre article : "El error Berenguer". Ce fait est particulièrement révélateur de la complexité de son attitude : en s'engageant d'abord en tant qu'universitaire, il continue d'affirmer que tout changement politique implique une éducation des masses et de leurs dirigeants. Car il est convaincu qu'il ne peut y avoir de modification réelle du Pouvoir, sans premier lieu, c'est-à-dire les universitaires, et non les journalistes. C'est paradoxal pour un homme qui reconnaît avoir publié une grande partie de son oeuvre dans la presse ; c'est vital pour celui qui en connaît suffisamment les rouages pour avoir l'intuition des ravages qui peuvent en découler sur les esprits.

37En 1930, Ortega confère une mission précise à l'Université : faire reconnaître et entendre le pouvoir des idées de de la culture, lutter contre la déshumanisation de l'homme, inspirer les réformes politiques et sociales, mettre la culture au service de l'opinion ; serait-il contredit aujourd'hui ?

38En d'autres temps, pour le moins, Auguste Comte qui aspirait à l'exercice du pouvoir spirituel des intellectuels, ne l'aurait pas contredit, notamment lorsqu'il affirmait dans son Cours de Philosophie Positive :

  • 31 Tome I, p. 26.

"Les idées gouvernent et bouleversent le monde, ou, en d'autres termes, tout le mécanisme social repose finalement sur des opinions. La grande crise politique et morale des sociétés actuelle tient, en dernière analyse à l'anarchie intellectuelle (...). Tant que les intelligences individuelles n'auront pas adhéré par un assentiment unanime à un certain nombre d'idées générales capables de former une doctrine sociale commune, on ne peut se dissimuler que l'état des nations restera, de toute nécessité, essentiellement révolutionnaire, malgré tous les palliatifs politiques qui pourront être adoptés, et ne comportera que des institutions provisoires"31.

Notes

1 Publiée dans ses Oeuvres complètes. Revista de Occidente, Madrid 1983, Tome IV, pp. 313-353, et dans l'édition d'Alianza Editorial, Madrid 1982, sous la direction de Paulino Garagorri, Misión de la Universidad, qui comporte une partie inédite de la conférence dans les Oeuvres complètes. Toutes nos références se rapportent à cet ouvrage.

2 Misión de la Universidad, op. cit., p. 16.

3 Teresa Rodríguez de Lecea dans son prologue à Escritos sobre la Universidad Española de F. Giner de los Ríos, Madrid, Espasa Calpe, 1990, pp. 28-34, évoque tout particulièrement cette question, et notamment la convergence de vue de ces deux hommes sur l'aspect moral et scientifique de l'éducation.

4 Op. cit., p. 87.

5 Ibid., p. 41.

6 Ibid., p. 65.

7 Ibid., p. 79.

8 Ibid., p. 66.

9 Ibid., p. 67.

10 Ibid, pp. 53, 66-68.

11 Ibid., p. 68.

12 Là aussi, Ortega reste fidèle aux vues de Giner, en conférant à la Junta para Ampliaciones de Estudios une activité suprauniversitaire.

13 Ibid., p. 69.

14 Sous la IIe République, Manuel Garcia Morente, son disciple s'est incontestablement inspiré de ces idées dans son plan de réforme de la faculté de Philosophie de Madrid. Sur ce point voir l'ouvrage de J-L. Abellán, Historia crítica del pensamiento español, Madrid, Espasa Calpe, 1991, Tome 5/III, pp. 229-259.

15 Ibid., p. 13.

16 Ibid., p. 17.

17 Ibid., p. 22.

18 Les articles publiés dans El Sol correspondent aux chapitres publiés dans les Oeuvres Complètes d'Ortega y Gasset. Les articles sont publiés dans El Sol les 12, 17, 19, 26 octobre et les 2 et 9 novembre 1930.

19 Ibid., p. 79 ; la formule latine n'apparaît que dans le journal El Sol, le 9-XI-1930.

20 La rebelión de las masas, Oeuvres Complètes, Tome IV, p. 234.

21 Oeuvres Complètes, Tome XI, p. 197.

22 Mission de la Universidad, Alianza Editorial, op. cit., p. 42.

23 Ibid., p. 42.

24 "Peligro en Europa", La Nación, Buenos Aires, 20-VIII-1930.

25 Misión de la Universidad, op. cit., p. 32.

26 Ibid., p. 77.

27 Ibid., p. 78.

28 J.M. Desvois et P. Aubert, "El Sol, un grand quotidien atypique (1917-1939)", in Typologie de la presse, Actes du Colloque de Rennes, 1984, pp. 97-108.

29 "Sobre el poder de la Prensa", O.C., t. XI, p. 117.

30 Il publie notamment dans El Sol la série sur La rédemption des provinces, entre le 18-XI-1927 et le 24-II-1928, mais le dernier article exposant les grandes lignes d'une réforme régionale est censuré par Primo de Rivera.

31 Tome I, p. 26.

Auteur

Institut Catholique de Paris

© Presses universitaires François-Rabelais, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540