Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Université en Espagne et en Amérique Latine du Moyen Âge à nos jours. II

 | 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

III. L'université entre conservatisme et ouverture. Débats, projets, enjeux (XIXe-XXe siècles)

La Réforme de Córdoba en 1918 : mythe fondateur des mouvements étudiants latino-américains

Sylvie Cheveau-Richon

Texte intégral

1Les historiens s'accordent à reconnaître que les mouvements étudiants sont traditionnellement très impliqués dans la vie politique des sociétés latino-américaines, souvent sans vraiment définir de quelle façon s'exerce leur influence. Du côté des gouvernements, on essaie de les récupérer ou bien on Les assimile parfois à une subversion anarchique et dangereuse ou tout simplement à la délinquance juvénile. Une autre interprétation se voulant psychologique consiste à limiter l'agitation étudiante à un conflit de générations : les adolescents vivent une période de transition et ils ne refusent temporairement l'ordre et leur classe sociale que pour mieux les accepter ensuite.

  • 1 Voir les théories d'Humberto Cuenca, analysées par Pierre Vayssière dans Les révolutions d'Amériqu (...)

2A l'inverse, dans les années 60, le marxisme latino-américain a proposé une nouvelle approche des mouvements étudiants. Pour des raisons sociales, psychologiques, intellectuelles et historiques, les étudiants devaient constituer une avant-garde révolutionnaire, rôle que le prolétariat latino-américain n'était pas en mesure d'assurer. Un professeur de droit vénézuélien, Humberto Cuenca souhaitait même introduire un enseignement militaire et idéologique dans les universités afin de mieux préparer les étudiants1.

  • 2 Arturo Piga Dacchena, Por qué se rebelan los jóvenes?, Santiago de Chile, Editorial del Pacífico, (...)

3En dehors de l'optique marxiste, les mouvements étudiants ont une image plutôt positive dans l'opinion. Eternels opposants aux dictatures, ils font presque partie du folklore latino-américain : une version plus intellectuelle de Zorro en quelque sorte. En 1972 le professeur Arturo Piga Dacchena explique que les jeunes se révoltent parce qu'ils sont par nature utopistes et que depuis toujours ils réclament plus de justice2. Il n'est ni le premier ni le seul à projeter cette image d'une jeunesse forcément idéaliste, altruiste et révoltée par l'injustice de la société de ses aînés.

4Ces mouvements suscitent donc de multiples représentations. D'un stéréotype à l'autre, l'étudiant-Zorro devient un révolutionnaire modèle mais il demeure l'emblème du progrès et de la justice sociale. Dans les deux cas, c'est sa nature même qui le prédestine à être le porte-parole des faibles et des opprimés. Certes les luttes étudiantes sont nombreuses et réelles mais cela ne suffit pas à expliquer pourquoi et comment les mouvements étudiants incarnent toujours les mêmes espoirs et donnent lieu à des interprétations similaires.

5Le premier mouvement étudiant important du XXe siècle est la Réforme argentine de 1918 à Córdoba. Celle-ci est devenue peu à peu une référence incontournable. D'ailleurs, l'essentiel des thèmes qu'elle aborde sont repris dans la plupart des universités latino-américaines jusque dans les années soixante, même si à cette période la formulation est bien différente. La Réforme de Córdoba, mouvement universitaire à l'origine, a pris une dimension continentale et intemporelle, quasiment mythique.

6Pourtant, en 1918 Córdoba était une petite ville provinciale assoupie dans une atmosphère encore toute coloniale. Fondée en 1613, elle s'occupait essentiellement de médecine et de droit et était entièrement soumise à l'Eglise. En 1918 on y trouvait le seul cours de droit public ecclésiastique d'Argentine.

  • 3 Pour la chronologie des événements à Córdoba en 1918, voir Juan Carlos Fortantiero, Estudiantes y (...)

7Le mouvement débuta fin 1917 lorsque les étudiants en médecine protestèrent contre la suppression de l'internat. Il s'étendit rapidement et en mars 1918, les étudiants de toutes les disciplines fondèrent le Comité pour la Réforme3. Le 14 mars 1918, le premier document de la Réforme Universitaire appelait à la grève générale ; les étudiants y dénonçaient les structures caduques de l'université. Le contexte politique et la présidence d'Yrigoyen laissaient présager un soutien gouvernemental. C'est pourquoi face à l'intransigeance des autorités universitaires locales, le Comité s'adressa directement au gouvernement qui envoya un émissaire : José Nicolás Matienzo. Celui-ci proposa rapidement un projet de réforme. Les étudiants obtinrent donc certaines de leurs revendications mais le projet n'incluait pas encore la représentation étudiante au Conseil de l'université, thème osé pour l'époque mais déjà abordé lors du premier Congrès Américain des Etudiants à Montevideo, en 1908.

8Encouragés par leurs succès, les étudiants créèrent une organisation plus stable : la Fédération Universitaire de Córdoba et commencèrent à éditer un journal : La Gaceta Universitaria.

9Les cours reprirent à Córdoba malgré la démission de certains enseignants, en désaccord avec les réformes. Pourtant, lors de l'élection du recteur, à laquelle les professeurs participaient pour la première fois, un candidat très conservateur fut désigné. Les étudiants refusèrent alors que la réforme obtenue soit vidée de son sens. Ils déclarèrent la grève générale, proclamèrent "l'université libre" et lancèrent un appel à tous les étudiants d'Amérique latine :

  • 4 Cité par Juan Carlos Portantiero, Estudiantes y política en América latina, op. cit., p 41.

"En un gesto incontenible, la juventud se ha levantado (...). Ni amenazas ni opresiones han de dominarnos, pues entendemos trabajar por el bien de la patria y el sacrificio es su precio"4.

  • 5 Manifeste rédigé par Deodoro Roca, signé par la direction de la Federación Universitaria de Córdob (...)

10Le Manifeste de la Réforme est publié le 21 juin. Il s'intitule : "La juventud universitaria de Córdoba a los hombres libres de Sudamérica"5. Ce document est intéressant à plus d'un titre. D'abord, il faut le considérer par rapport au processus en cours à Córdoba en 1918 puisqu'il fait état de la situation, justifie les décisions prises par la Fédération et appelle à la solidarité des autres étudiants. Mais le Manifeste se préoccupe d'abord de la situation continentale et affirme sa vocation américaniste, ses conceptions éducatives, politiques et morales. Il ne s'agit pas seulement d'un texte revendicatif et explicatif mais plutôt d'une profession de foi qui définit un certain nombre de valeurs. Ce Manifeste a contribué à forger une image stéréotypée, voire mythique de la jeunesse étudiante.

11On y découvre les thèmes essentiels de la pensée et de l'action étudiante. Mais en confrontant les principaux axes de réflexion avec la réalité historique de l'Amérique latine dans les années 20, on s'aperçoit que les résultats concrets ne correspondent pas toujours aux espoirs formulés. Alors pourquoi continue-t-on à le citer 20, 30 ou 40 ans après sa parution ? Le Manifeste aurait donc laissé une trace dans les esprits plutôt que dans la réalité ?

12En examinant les principaux thèmes de réflexion du Manifeste, on essaiera de définir comment ils sont traités et de quelle façon s'établit ce balancement entre la réalité des résultats obtenus et l'image souvent mythifiée qui est née du mouvement de Córdoba et du Manifeste.

L'américanisme

13Le Manifeste s'adresse aux "hommes libres d'Amérique du Sud" et se place d'emblée dans une perspective qui dépasse le cadre universitaire et national. "Estamos viviendo una hora americana". Dès le premier paragraphe, avant même de citer le nom de Córdoba, il se réclame du continent tout entier. Jusqu'à la dernière ligne on retrouve la même volonté d'atteindre l'ensemble du continent et de faire connaître "à leur pays et à l'Amérique" l'aventure que les argentins sont en train de vivre. A plusieurs reprises, le Manifeste apostrophe la jeunesse : "Recojamos la lección, compañeros de toda América !" Toute la jeunesse du continent doit être concernée :

"La redención espiritual de las juventudes americanas [es] nuestra única recompensa, pues sabemos que nuestras verdades lo son de todo el continente".

14Un autre texte, qui date du 23 juin 1918, proclame :

  • 6 Ordre du jour de la Federación Universitaria de Córdoba, proclamation lue en public le 23 juin 191 (...)

"(...) el nuevo ciclo de civilización que se inicia, cuya sede radicará en América, porque así lo determinan factores históricos innegables, exige un cambio total de los valores humanos y una distinta orientación de las fuerzas espirituales (...)"6.

15Pourtant, d'un point de vue culturel, l'Amérique latine s'était voulue proche de l'Europe, son modèle de toujours. Mais celle-ci, en proie à la barbarie de la première guerre mondiale, n'était pas le meilleur exemple de civilisation. Beaucoup d'intellectuels ont vu en cette guerre le symbole de son déclin. L'avenir appartenait dorénavant au continent américain.

16La dernière phrase du manifeste est explicite :

"La juventud universitaria de Córdoba, por intermedio de su federación, saluda a los compañeros de la América toda y les incita a colaborar en la obra de libertad que inicia".

17C'est un véritable appel à l'union latino-américaine, élevée ici au rang de valeur suprême. De Bolívar à l'anti-impérialisme virulent des années 60, le thème n'est pas nouveau, il a même été repris récemment sous l'angle de l'intégration économique régionale. La Réforme de Córdoba s'inscrit dans une longue tradition intellectuelle et politique mais elle permet de redéfinir l'utopie bolivarienne, formulée un siècle auparavant.

18Les étudiants de Córdoba ont été entendus en Amérique latine. L'écho a été immense et a concerné quasiment tous les pays. Les plus réceptifs ont été le Pérou, le Chili, l'Uruguay, la Bolivie, Cuba. Les manifestes des fédérations d'étudiants qui se créent dans les années 20 reprennent presque mot pour mot les idées et l'américanisme du Manifeste de Córdoba qu'ils tentent d'appliquer. Malgré les conflits territoriaux et les nationalismes, les Fédérations du Pérou et du Chili nouèrent des liens. On les accusa dans leurs pays respectifs de trahison. Mais conformément à l'idéal de la Réforme ils tentèrent de dépasser les nationalismes. Ils y ont réussi à leur niveau, puisque dès 1921, le premier Congrès International des Etudiants s'ouvrit à Mexico.

19Pourtant, malgré cette volonté, le continent n'est guère uni quarante ans plus tard. Il semble bien que l'américanisme soit décidément une utopie. Pourtant en 1958 Enrique Barros, lors d'un colloque se réfère au mouvement de Córdoba :

  • 7 Cité par A. Ciria et H. Sanguinetti, Los reformistas, op. cit., p. 171.

"Desde 1918, una estela de sangre (...) va señalando la ruta futura de un gran destino nacional americano (...) el movimiento de la Reforma se perfila ya como la Segunda Revolución, revolución telúrica, de la Unidad Indoamericana y de la emancipación de la inteligencia, la del surgimiento de las masas y de la reestructuración de la América latina"7.

20C'est là qu'apparaît la valeur mythique de la Réforme. Elle est considérée comme une référence aussi significative que peuvent l'être les processus d'indépendance au début du XIXe siècle.

La philosophie politique et morale

21La première phrase du manifeste donne le ton :

"Hombres de una república libre, acabamos de romper la última cadena, que, en pleno siglo XX, nos ataba a la antigua dominación monárquica y monástica (...) estamos pisando sobre una revolución".

22Un peu plus loin le Manifeste utilise l'image, du feu purificateur :

"La Federación Universitaria de Córdoba (...) quiere levantar bien alta la llama que está quemando el viejo reducto de la opresión clerical".

23Ces quelques phrases ont un style représentatif du Manifeste qui multiplie les adjectifs et les métaphores.

24A travers ces images, qui d'ailleurs ont parfois une connotation religieuse, la réforme définit une philosophie politique : la liberté contre les chaînes, la vérité contre l'ignorance et l'obscurantisme, la révolution contre l'"immobilisme sénile". Il faut attendre encore une dizaine de lignes pour que soient mentionnés les problèmes universitaires qui ont conduit à la rébellion :

"Las universidades han sido hasta aquí el refugio secular de los mediocres, la renta de los ignorantes (...) han llegado a ser así fiel reflejo de estas sociedades decadentes".

25Les événements de 1918 sont considérés comme un symptôme du dysfonctionnement du système éducatif et à travers lui, des structures sociales. "La juventud universitaria (...) se levantó contra un régimen administrativo, contra un método docente, contra un concepto de autoridad". La lutte contre la situation de l'université de Córdoba est vite supplantée par la dénonciation de l'autorité abusive.

26D autre part, même si la lutte que mènent les étudiants est légitimée par le détournement de la réforme Matienzo, ils sont guidés par un droit "sacré" :

"(...) si en nombre del orden se nos quiere seguir burlando y embruteciendo, proclamamos bien alto el derecho sagrado a la insurrección".

27Les explications et les justifications de la révolte, voire même des désordres sont toujours liées à des idées morales et non à leurs revendications.

"Los actos de violencia de los cuales nos responsabilizamos íntegramente, se cumplían como en el ejercicio de puras ideas (...)".

28La violence à laquelle il est fait allusion est de toute façori restée très limitée en 1918. Mais il est intéressant de constater que les étudiants ne l'excluent pas lorqu'il s'agit de défendre leur droit : "No podemos dejar librada nuestra suerte a la tiranía de una secta religiosa". D'autre part, le Manifeste cite les paroles du recteur de l'Université : "Prefiero antes de renunciar que quede el tendal de cadáveres de los estudiantes" et les commente ensuite "Palabras llenas de piedad y de amor (...) palabras dignas del jefe de una casa de altos estudios".

29Il ne s'agit pas d'une justification de la violence comme moyen d'action, loin de là, mais c'est en tout cas une voie que les étudiants ne s'interdisent pas. La violence est parfois vue comme l'expression de la force irrépressible de la jeunesse. Quelques décennies plus tard, le thème est repris, la violence s'intègre à l'idéologie et devient alors, pour certains groupes, un moyen d'action légitime.

30Ce n'est qu'à la troisième page du manifeste qu'il est fait mention de "los sucesos acaecidos recientemente en la Universidad de Córdoba". Mais très vite, on revient à la volonté continentale du mouvement. "En la Universidad Nacional de Córdoba (...) se ha contemplado el nacimiento de una verdadera revolución que pronto ha de agrupar bajo su bandera a todos los hombres libres del continente".

31Le manifeste est porté par l'idée que le combat mené est en fait celui du bien contre le mal. "La sanción moral es nuestra. El derecho también." La révolte des étudiants est de nature morale et juste face aux religieux pervertis. "Los jesuítas habían preparado el triunfo de una profunda inmoralidad (...). La mayoría expresaba la suma de la regresión, de la ignorancia y del vicio". La teneur morale du message est très forte et il est frappant de constater qu'en dépit de son anticléricalime virulent, le Manifeste a souvent recours aux métaphores et au vocabulaire religieux. "Hicimos una santa revolución." La juxtaposition pourrait prêter à sourire et pourtant elle entre parfaitement dans la logique des étudiants, portés par leur "destin héroïque", leur "pureté" et la "rédemption spirituelle" entreprise.

Les étudiants et la société argentine

32Ce mouvement n'aurait-il donc que des motivations et des revendications morales ? Pourtant l'Argentine du début du XXe siècle est marquée par l'émergence des classes moyennes, par des mouvements sociaux et par l'irruption de la bourgeoisie, qui, fortifiée par ses succès économiques, veut prendre la place qui lui revient. Il ne s'agit pas pour elle de bouleverser l'ordre social mais elle représente une catégorie de la population en expansion qui prend le pouvoir au détriment de l'ancienne oligarchie en perte de vitesse. Il s'avère donc nécessaire d'adapter des structures sociales désormais inadéquates. Où se situent les étudiants de Córdoba par rapport à la société argentine ? Ils appartiennent en général à la classe moyenne et à la bourgeoisie. Beaucoup sont fils d'immigrants ou immigrants eux-mêmes et ont un très fort désir d'ascension sociale. De plus, à partir de la fin du XIXe siècle, les grandes villes de l'intérieur sont en expansion suite à l'occupation des territoires indiens et grâce au développement du chemin de fer. Bien entendu, les universités reflètent tôt ou tard les changements sociaux de l'Argentine du XXe siècle. D'ailleurs en 1906, les mouvements étudiants de Buenos Aires avaient déjà obtenu certaines modifications au statut de leur université.

  • 8 Voir Aldo Solari, "La Universidad en América latina", in Estudiantes y política en América latina,(...)

33On touche ici l'un des paradoxes des mouvements étudiants, dégagé par Aldo Solari, spécialiste des problèmes de l'éducation à la CEPAL. Comment évaluer la fonction des révoltes étudiantes ? En dépit des appels à la révolution, les mouvements étudiants ne reflètent-ils pas finalement l'exigence d'une meilleure insertion dans la société plutôt que le refus de cette société elle-même ?8 :

"Se nos acusa ahora de insurrectos en nombre de un orden que no discutimos pero que nada tiene que hacer con nosotros (...). Que en nuestro país una ley (...) se opone a nuestros anhelos? Pues a reformar la ley (...)".

34Cette remise en question de la classe détentrice de l'autorité plutôt que de l'autorité en elle-même permet, non pas de limiter le mouvement à cet aspect mais du moins d'en tenir compte. Il est significatif que Deodoro Roca, rédacteur du Manifeste, soit devenu professeur de droit à l'Université de Córdoba dès 1920. La Réforme de Córdoba, même si elle ne le dit pas clairement, exprime aussi les aspirations de certaines catégories sociales qui voulaient être reconnues au sein de la société argentine.

35D'autre part, les étudiants avaient le soutien du président Yrigoyen, un radical élu justement par ces mêmes classes moyennes et ils ne s'opposaient pas à l'ordre social en vigueur. Au contraire, le Manifeste rend hommage à la réforme Matienzo, même si elle a été détournée de ses objectifs :

"La reforma, sinceramente liberal, aportada a la Universidad de Córdoba por el doctor José Nicolas Matienzo sólo ha venido a probar que el mal era más afligente de lo que imaginábamos y que los antiguos privilegios disimulaban un estado avanzado de descomposición".

36D'ailleurs le mot "révolution", constamment employé, n'a pas du tout le sens qu'il aura quelques années plus tard. La révolution russe de 1917, le marxisme ne sont même pas mentionnés dans le manifeste. Un parti socialiste existait à l'époque en Argentine mais ses contacts avec le mouvement étudiant furent quasiment inexistants. On a d'ailleurs reproché à la Réforme d'avoir oublié la révolution russe et les courants idéologiques de l'époque. La Réforme n'aurait donné naissance qu'à "une idéologie de petit bourgeois". Mais les étudiants qui ont fait la Réforme appartenaient justement aux classes moyennes en pleine ascension et on comprend aisément l'origine de l'idéologie ou plutôt des idéaux qui se manifestent à l'occasion de la Réforme.

La philosophie de l'éducation

  • 9 Sur ce point précis, cf. Joseph Tulchin, "La reforma universitaria en América latina : Córdoba 191 (...)

37On a vu que d'un point de vue politique, la Réforme de Córdoba était très hétérogène9. En effet, certains de ses leaders vont en donner une interprétation socialiste alors que d'autres se rangeront sous la bannière du conservatisme, tout en continuant à se réclamer de la Réforme. Les uns mettent l'accent sur la libéralisation et la laïcisation nécessaires et les autres sur l'idéalisme et la spiritualité retrouvés après l'influence du positivisme sur le monde universitaire du XIXe siècle. Le manifeste se situe à la croisée de plusieurs influences. Il réclame un enseignement plus scientifique. On retrouve là les idées positivistes dont la pénétration avait été retardée par le conservatisme du corps professoral de l'Université de Córdoba, restée à l'écart des débats intellectuels du moment. Mais la Réforme découvre simultanément que le positivisme, qui d'ailleurs avait été quelque peu déconsidéré après avoir servi de doctrine officielle à la dictature de Porfirio Díaz au Mexique, a ses limites. En fait à cause de l'immobilisme universitaire, la Réforme doit assimiler en même temps une théorie et sa remise en question. Le manifeste reflète cette pluralité des idées, qui parfois touche à la confusion.

38Ce qui lui donne son unité, c'est sa philosophie éducative. D'ailleurs, lors des premières pages le manifeste ne s'attache pas à la situation particulière de Córdoba car il s'agit avant tout de réfléchir aux fondements éthiques de l'enseignement et au rôle des étudiants. Le Manifeste pose d'abord une déclaration de principe :

"La Federación Universitaria de Córdoba (...) reclama un gobierno estrictamente democrático y sostiene que (...) la soberanía radica principalemente en los estudiantes".

39Le manifeste n'est rien moins que la proclamation d'une "démocratie universitaire" formée selon des principes philosophiques d'égalité et de respect mutuel : "Las almas de los jóvenes deben ser movidas por fuerzas espirituales". Il ne s'agit pas de définir ce qu'on nommerait aujourd'hui la relation pédagogique mais d'établir une morale de l'éducation, en des termes qui rappellent les conceptions rousseauistes :

"Si no existe una vinculación espiritual entre el que enseña y el que aprende, toda enseñanza es hostil y por consiguiente infecunda. Toda educación es una larga obra de amor a los que aprenden".

40Les étudiants réclament également la "libre docencia", c'est à dire que l'assistance à tous les cours cesse d'être obligatoire. Les étudiants pourraient ainsi "démasquer" les mauvais professeurs.

41Le consensus est également général face au dogmatisme et à un mandarinat archaïque :

"Las funciones públicas se ejercitaban en beneficio de determinadas camarillas (...). Nuestro régimen universitario está fundado sobre (...) el derecho divino del profesor universitario".

42Il faut se rappeler que le corps professoral dépendait étroitement des jésuites qui contrôlaient l'Université. Quant aux méthodes de l'Université de Córdoba, elles étaient sûrement plus proches de la scolastique moyenâgeuse que des principes pédagogiques du début du XXe siècle :

"Los métodos docentes estaban viciados de un estrecho dogmatismo, contribuyendo a mantener a la universidad alejada de la ciencia y de las disciplinas modernas. Las lecciones, encerradas en la repetición interminable de viejos textos, amparaban el espíritu de rutina y de sumisión".

43Pourtant les étudiants ne refusent pas l'autorité mais en font l'émanation du respect et du lien créé entre maître et élève :

"Queremos arrancar de raíz -disent les étudiants- el arcaico y bárbaro concepto de autoridad (...) que sólo sirve para proteger criminalmente la falsa dignidad y la falsa competencia (...). El concepto de autoridad que corresponde y acompaña a un director o a un maestro no puede apoyarse en la fuerza (...). La autoridad, en un hogar de estudiantes, no se ejercita mandando, sino sugiriendo y amando: enseñando".

44Cet idéalisme proclamé demeure bien théorique. Comme pour les autres thèmes que nous avons déjà traité, il s'agit davantage de définir une philosophie plutôt qu'un programme concret. Pourtant c'est l'aspect pédagogique de la Réforme qui a eu le plus de conséquences immédiates et qui sera le moins sujet à controverses. Très vite, l'influence réformiste va faire évoluer l'université. La Réforme a permis un véritable rajeunissement du corps professoral (nous avons vu que Deodoro Roca était devenu professeur) et a mis fin au monopole de l'Eglise en ce qui concernait le choix des enseignants et des matières.

45Concrètement, des universités libres vont se créer un peu partout en Amérique latine. Animées par des étudiants, elles sont ouvertes à tous et destinées en priorité aux oubliés des systèmes éducatifs de l'époque. La première université libre est fondée à Lima en 1920 par Raúl Haya de la Torre. La même année l'"Universidad Popular Lastarria" ouvre ses portes au Chili. Toutefois, si elles s'inspirent des idéaux réformistes, elles se rattachent aussi aux courants politiques socialistes.

Le destin héroïque de la jeunesse

46Après avoir exposé les objectifs de la Réforme, l'établissement d'une université nouvelle et régénérée, le manifeste décrit la jeunesse qui doit l'occuper :

"(...) la única puerta que nos queda abierta a la esperanza es el destino heroico de la juventud. El sacrificio es nuestro mejor estímulo; la redención espiritual de las juventudes americanas nuestra única recompensa (...). La juventud siempre vive en trance de heroísmo. Es desinteresada, es pura. No ha tenido tiempo aún de contaminarse. No se equivoca nunca en la elección de sus propios maestros. Ante la juventud no se hace méritos adulando o comprando (...). En adelante, sólo podrán ser maestros en la futura república universitaria los verdaderos constructores de almas, de verdad, de belleza y de bien".

47Le manifeste assimile la jeunesse aux valeurs qu'elle veut incarner. Les termes qui qualifient l'action étudiante se déclinent autour des thèmes de la vertu et de la morale (...). Le champ sémantique appliqué à leurs adversaires est beaucoup plus diversifié : médiocrité, ignorance, perfidie, immoralité, dogmatisme, sectarisme, bassesse, tyrannie, trahison, etc.

48La jeunesse universitaire est donc porteuse de qualités spécifiques et c'est à elle que revient la mission de régénérer une société archaïque et d'introduire les valeurs de la justice et de la liberté. Le thème n'est pas nouveau. Il correspond à un courant de pensée qui apparaît à la fin du XIXe siècle et se confirme avec des ouvrages comme El hombre mediocre de José Ingenieros (1911), qui constituait déjà une critique de l'universitaire typique de Córdoba. Le sous-titre complet de l'édition de 1917 est le suivant :

  • 10 Cité par Arturo Andrés Roig, "Teodoro Roca y el manifiesto de la Reforma de 1918", Universidades, (...)

"El hombre mediocre: ensayo moral sobre la mediocridad humana como causa de rutina, hipocresía y domesticidad en las sociedades contemporáneas, con utiles reflexiones de idealismo experimental para que los jóvenes puedan evitarla educando libremente su ingenio, su virtud y su dignidad"10.

  • 11 José Enrique Rodó, Ariel, Caracas, Biblioteca Ayacucho, 1976, p. 4 (1ère éd., Montevideo, 1900).

49Ariel de José Enrique Rodó était paru en 1900. Il est dédié à "la juventud de América" et est constamment réédité, à Montevideo, à La Havane, à Mexico. Ariel est un essai profondément lyrique, imprégné de romantisme et de culture européenne. Il exalte la force créatrice de la jeunesse et affirme : "Hablar a la juventud sobre nobles y elevados motivos (...) es un género de oratoria sagrada"11. Tous les thèmes du Manifeste sont présents dans Ariel. La formulation et le ton sont parfois presque identiques. On y retrouve la référence au sacré et à la morale. Les étudiants de Córdoba donnent une existence réelle à la jeunesse abstraite et idéalisée que dépeint Rodó. Il est possible que le livre soit apparu comme un modèle à suivre.

50Il est certain que ces ouvrages préparent l'apparition de cette jeunesse qui se veut rédemptrice. Le destin de l'étudiant est de lutter sans trêve contre l'oppression. Le manifeste s'inscrit dans ce courant et reprend les thèmes développés par ces deux auteurs. Enfin, la thématique religieuse que nous avions déjà mentionnée contribue à la création d'une sorte de mystique étudiante.

51Cet aspect mythique, voire mystique ne doit pas faire oublier la réalité des luttes étudiantes, la résistance physique aux dictatures, la participation aux guérillas. L'action étudiante ne s'est pas limitée aux déclarations lyriques. Les étudiants ont été présents dans toutes les luttes sociales du continent et ont été victimes de la répression partout en Amérique latine. De l'assassinat de Juan Antonio Mella, leader de la Réforme cubaine, au massacre de Tlatelolco en 1968, ils ont souvent payé chèrement leurs convictions et leur engagement.

52Ce qui est intéressant c'est justement de constater comment un idéal abstrait, celui de la pureté de la démocratie, de la lutte contre la dictature, peut revêtir des "habits idéologiques" différents, libéralisme, marxisme, mais s'incarne à chaque fois dans un symbole précis, celui de l'étudiant.

53Or, accepter que les étudiants soient par "nature" idéalistes et généreux, c'est méconnaître toute la dimension sociale de leurs mouvements. Cependant, on a vu que la Réforme de Córdoba correspondait à l'ascension des classes moyennes. Tous les mouvements étudiants expriment les courants idéologiques et philosophiques de leur époque et dépendent aussi des contextes nationaux, ainsi que de leurs intérêts personnels. Jorge Graciarena exprime très nettement cette ambivalence :

  • 12 Jorge Graciarena, "Clases medias y movimientos etudiantiles : El Reformismo argentino 1918-1966", (...)

"[Un movimiento estudiantil] no es un complejo autónomo que se maneja con su propia dinámica y que define con entera libertad su medios y sus objetivos, [es] la expresión de un amplio conjunto de fuerzas sociales que en él alcanzan una manifestación peculiar"12.

54Un mouvement social ne peut se construire sans idéal mais il ne peut non plus se matérialiser sans un intérêt commun :

  • 13 Ibid., p. 78.

"En síntesis, el movimiento reformista surgió como la expresión universitaria de un movimiento social más general, cuyo centro estratégico estaba formado por las nuevas clases medias urbanas y en cuyo orden social se integró facilmente aportándole un dinamismo considerable. Por eso, por formar parte de esta coalición de fuerzas que había alcanzado una posición dominante, su radicalización estuvo circunscrita a los límites políticos establecidos (...)"13.

55Dans le Manifeste, les étudiants ont délibérément mis l'accent sur l'idéalisme sans vraiment aborder l'aspect revendicatif de leur mouvement. Cela s'est traduit par un certain flou idéologique et lui donne un ton romantique. Paradoxalement c'est probablement cette imprécision, ce ton lyrique voire grandiloquent qui confèrent une dimension universelle au manifeste et qui lui ont permis de devenir une référence mythique qui pouvait s'adapter au continent entier. Plus explicite, plus cohérent, plus rationnel et moins lyrique, il se serait limité à l'explication logique d'une situation et d'un mouvement social, même emprunt d'idéalisme. L'originalité du Manifeste est peut-être qu'il ne présente jamais la Réforme en tant que mouvement social mais comme un élan et procède en opposant des valeurs : jeunesse et vieillesse, bien et mal, spiritualité et ignorance... La Réforme réclame un enseignement scientifique mais elle fait appel à une foi presque messianique, certaine d'incarner le bien.

56Cette image de leur mouvement qu'ont donné les étudiants de Córdoba a beaucoup séduit. Leurs termes ont été réemployés pendant des décennies. Ils ont très fortement contribué, par l'intermédiaire du Manifeste et des notions qui s'y inscrivent, à la création d'un symbole romantique et même littéraire.

  • 14 Alejo Carpentier, El recurso del método, Siglo XXI, Obras completas, vol. 6, 1984, (1ère édition, (...)

57Bien plus tard, Alejo Carpentier a créé un personnage qui affronte le dictateur décrit dans El recurso del método : "El Estudiante" éternel symbole de la lutte pour la liberté. Comme par hasard, il est originaire d'une ville nommée Nueva Córdoba : "El Estudiante se nos está volviendo un mito (...)"14 :

  • 15 Ibid., p. 233.

"No quiero mitos -decía el Primer Magistrado, ante la realidad creciente del Estudiante (...). No quiero mitos. Nada camina tanto en este continente como un mito"15.

58Le mythe de L'Etudiant prend corps, il se matérialise et progresse sans cesse et il est finalement bien plus dangereux que tous les généraux comploteurs. On n'arrête pas L'Etudiant parce qu'on n'arrête pas la marche de l'histoire. Pour Alejo Carpentier, le mythe est ici placé résolument sous la bannière du socialisme. Mais son personnage se laisse également interpréter de façon plus large. L'Etudiant, c'est une idée, un pur principe et on n'arrête pas non plus un concept philosophique.

59A trop considérer le mythe, on en oublie la réalité. Il faut reconnaître qu'il est facile de trouver des arguments qui minimisent la portée de la Réforme de Córdoba et avec elle l'ensemble des mouvements étudiants. En effet, sur un plan strictement événementiel, les succès obtenus furent limités au domaine universitaire et encore furent-ils fortement remis en question à partir de 1922, dès l'arrivée au pouvoir d'Alvear. La Réforme n'a eu que peu de réalisations concrètes et le Manifeste lui-même présentait peu de revendications précises. Pourtant elle a fait évoluer l'enseignement en Argentine et surtout elle constitue une étape importante dans l'histoire des idées en Amérique latine. De plus, ce qu'on entend généralement par la Réforme dépasse le cadre strictement argentin et intègre les réformes péruviennes, chiliennes, etc. La Réforme de Córdoba, à travers son Manifeste est en quelque sorte un détonateur, un document de base, un plan qui indique les grandes directions à suivre. A posteriori, elle symbolise le foisonnement intellectuel qui a suivi son apparition... Elle laisse un héritage réel, imbriqué dans le mythe et parfois difficile à distinguer. Edgar Montiel, sociologue péruvien, estime que le mouvement de réforme universitaire et non plus seulement le mouvement argentin est :

  • 16 Edgar Montiel, "Aspects de la participation de la jeunesse en Amérique latine", Perspectives Unesc (...)

"très souvent sous-estimé par l'historiographie officielle..., il occupe une place fondamentale dans l'évolution des institutions politiques et sociales du continent. Une grande partie des institutions (partis politiques, structures universitaires et procédures gouvernementales) s'est forgée dans le creuset du mouvement étudiant"16.

  • 17 Horacio Sanguinetti, "El estudiante, objeto de estudio", Mundo Nuevo, avril 1969, n° 34, p. 37.

60C'est cet aspect qu'il faut souligner. L'influence de la Réforme est ressentie tout au long du XXe siècle dans le monde étudiant mais aussi dans la société tout entière. Haya de la Torre, leader de la Réforme péruvienne fonde en 1924 l'APRA et revendique l'héritage de la Réforme. Les leaders étudiants des années 20 deviennent les hommes d'Etat des années 50. Ils tentent d'établir des régimes libéraux et ils sont parfois amenés à combattre des mouvements étudiants radicalisés qui se transforment en guérillas. C'est le cas de Rómulo Betancourt au Venezuela, lors de son deuxième mandat présidentiel. Ancien leader étudiant, il avait été emprisonné lors de la dictature de Juan Vicente Gómez. La Réforme a aussi contribué à la formation politique des personnalités de la génération suivante. Horacio Sanguinetti affirme que "hombres como Castro y Guevara recibieron oportunamente su influjo"17.

61Il faut envisager l'influence profonde du mouvement bien au delà du mythe qu'il a contribué à créer ou du cadre strictement événementiel. Juan Carlos Portantiero a parfaitement défini la Réforme de Córdoba : elle est une "école idéologique". Elle ne se limite pas à son aspect local et universitaire, ni même à l'élaboration d'une image mythique des mouvements étudiants mais elle s'inscrit dans l'histoire des idées philosophiques et politiques en Argentine et à l'échelle du continent.

Notes

1 Voir les théories d'Humberto Cuenca, analysées par Pierre Vayssière dans Les révolutions d'Amérique latine, Paris, Le Seuil, 1991, pp. 296-305, ainsi que par Marta Harnecker, Estudiantes, cristianos e indígenas en la revolución, México, Siglo XXI, 1987.

2 Arturo Piga Dacchena, Por qué se rebelan los jóvenes?, Santiago de Chile, Editorial del Pacífico, 1972.

3 Pour la chronologie des événements à Córdoba en 1918, voir Juan Carlos Fortantiero, Estudiantes y política en América latina, México, Siglo XXI, 1978, pp. 13-57, ainsi qu'Alberto Ciria et Horacio Sanguinetti, Los reformistas, Buenos Aires, Editorial Jorge Alvarez, 1968, pp. 21-63.

4 Cité par Juan Carlos Portantiero, Estudiantes y política en América latina, op. cit., p 41.

5 Manifeste rédigé par Deodoro Roca, signé par la direction de la Federación Universitaria de Córdoba, publié le 21 juin 1918 dans La Gaceta universitaria et repris dans toutes les villes universitaires d'Amérique, en particulier au Pérou, au Chili, en Uruguay. Juan Carlos Portantiero l'intègre à son étude Estudiantes y política en América latina, op. cit., pp. 131-136. Toutes les citations qui suivent sont extraites de ce texte. Il est également reproduit dans A. Ciria et H. Sanguinetti, Los reformistas, op. cit, pp. 269-276.

6 Ordre du jour de la Federación Universitaria de Córdoba, proclamation lue en public le 23 juin 1918 et adressée à tous les étudiants du pays, (J.C. Portantiero, Estudiantes y política en América latina, op. cit, pp. 136-137).

7 Cité par A. Ciria et H. Sanguinetti, Los reformistas, op. cit., p. 171.

8 Voir Aldo Solari, "La Universidad en América latina", in Estudiantes y política en América latina, Caracas. Monte Avila Editores, 1968, pp. 9-110.

9 Sur ce point précis, cf. Joseph Tulchin, "La reforma universitaria en América latina : Córdoba 1918", Criterio, 23-VII-1970, n° 1600, pp. 491-496.

10 Cité par Arturo Andrés Roig, "Teodoro Roca y el manifiesto de la Reforma de 1918", Universidades, janvier-mars 1980, p. 92.

11 José Enrique Rodó, Ariel, Caracas, Biblioteca Ayacucho, 1976, p. 4 (1ère éd., Montevideo, 1900).

12 Jorge Graciarena, "Clases medias y movimientos etudiantiles : El Reformismo argentino 1918-1966", Revista mexicana de ciencia política, UNAM, avril-juin 1971, n° 64, p. 66.

13 Ibid., p. 78.

14 Alejo Carpentier, El recurso del método, Siglo XXI, Obras completas, vol. 6, 1984, (1ère édition, 1974), p. 231.

15 Ibid., p. 233.

16 Edgar Montiel, "Aspects de la participation de la jeunesse en Amérique latine", Perspectives Unesco vol. XIV, n° 2, 1984, p. 264.

17 Horacio Sanguinetti, "El estudiante, objeto de estudio", Mundo Nuevo, avril 1969, n° 34, p. 37.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540