Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Université en Espagne et en Amérique Latine du Moyen Âge à nos jours. II

 | 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

III. L'université entre conservatisme et ouverture. Débats, projets, enjeux (XIXe-XXe siècles)

La rentrée universitaire de Miguel de Unamuno dans la presse salmantine (1900)

Jean-Claude Rabaté

Texte intégral

  • 1 A propos des réalités éducatives de l'époque, voir Jean-Louis Guereña, "Les institutions du culture (...)
  • 2 Quant à l'arrivée du jeune Unamuno à Salamanque en octobre 1891 et à ses premiers mois dans la vill (...)
  • 3 Le discours est du 1-X-1900, la nomination officielle du 24 octobre et la prise de possession du 30 (...)

1Outre la valeur symbolique que prend cette date, 1900 en Espagne est marqué par la création d'un ministère spécifique d'instruction publique avec Antonio García Alix comme ministre. L'Etat semble alors s'engager à modifier profondément les fondements mêmes de l'instruction et de la culture, conformément aux aspirations de l'opinion publique après les douloureux événements de 18981. Dans ce contexte de renouveau, s'inscrit donc la rentrée universitaire à Salamanque. Elle fera date : elle est avant tout celle d'un homme, Miguel de Unamuno. Tout au long de ce mois d'octobre2, depuis le discours inaugural prononcé par le jeune professeur de grec jusqu'à sa prise de possession du rectorat3, le calme apparent du "claustro" va être brisé, les rivalités vont s'intensifier et les querelles de personne éclater au grand jour. Nombreux sont les articles qui évoquent ce climat universitaire devenu brutalement passionné. L'analyse d'une presse salmantine pluraliste et abondante nous permettra, par le jeu de la confrontation des différents journaux, de mieux cerner les préoccupations intellectuelles du nouveau recteur dès son discours d'ouverture et la nature de ces querelles : sont-elles personnelles ou révèlent-elles de profondes divergences idéologiques ?

La ville de Salamanque

  • 4 Nous pensons aux descriptions très significatives de Carlos Gutiérrez de Ceballos, dans Salamanca a (...)
  • 5 El Adelanto, n° 1571, 5-III-1891, s'exclame : "¡Qué horror ! : ¡Defunciones : 96, nacimientos : 52  (...)
  • 6 Lettre de Miguel de Unamuno du 18-7-1891 à son ami Pedro de Múgica, philologue basque, qui réside e (...)
  • 7 D'après El Adelanto, n° 1490, 14-III-1891, les rues et les places offrent un aspect inmonde que n'a (...)
  • 8 "Señora de Gran Nobleza a la que le huelen los pies. La ciudad de Salamanca a finales del Siglo XIX (...)
  • 9 Voir, par exemple, le violent réquisitoire que dresse El Fomento contre une jeunesse "dépravée" (n° (...)
  • 10 El Adelanto, n° 4817, 15-XII-1900.

2Sans perdre de vue le thème central de cet article, une brève évocation de la Salamanque de la dernière décennie du XIXème siècle s'impose. Tous les témoignages concordent4 : Salamanque n'est qu'une grosse bourgade de 20.000 habitants qui dépérit dans ses murailles édifiées au XII ème siècle par Alphonse VIII et qui mérite son surnom de "la ciudad de la muerte"5. Dès son arrivée en 1891, Unamuno parle de "callejas anémicas", de "casuchas tísicas" entourées, il est vrai, de "soberbios edificios"6. A l'intérieur de ses murailles, l'étroitesse de ses rues -moins de cinq mètres-, mal pavées, humides, tortueuses, boueuses, sans égouts, facilite moins la circulation des charrettes que la propagation des épidémies. Les cris d'indignation sont unanimes dans l'abondante presse locale qui n'a de cesse de comparer la ville du Tormes à des villages d'Afrique du Nord7. "Salamanca, Señora de Gran Nobleza a la que le huelen los pies", cette phrase d'un illustre visiteur sous-entend les mauvaises conditions d'hygiène dénoncées sans relâche par l'ensemble de la presse locale8. D'une part, une jeunesse apathique attirée par le mal et le vice9, des fonctionnaires incompétents et paresseux10, des mendiants professionnels qui encombrent les rues, des "quintos" qui bousculent les promeneurs honnêtes, le café chantant de La Iberia et ses scandales, ceux qui passent leur temps à blasphémer dans les lieux publics, donnent l'occasion à la presse conservatrice et catholique de demander au maire de prendre des mesures énergiques et opportunes.

  • 11 Ibid.
  • 12 El Adelanto, n° 4824, 22-XII-1900.
  • 13 El Adelanto, n° 4818, 16-XII-1900.
  • 14 El Adelanto, n° 4821, 19-XII-1900.

3Neuf ans plus tard, en ce mois d'octobre 1900, à la veille de la rentrée universitaire, quelques signes de modernisation se manifestent : de nouveaux quartiers -la population dépasse les 25.000 habitants-, la construction d'un abattoir, d'une "plaza de toros" plus spacieuse, le projet d'un nouveau pont sur le Tormes, le développement de l'électricité, bien que limité au centre ville, un réseau d'égouts en chantier, l'installation téléphonique dans les administrations sont autant de timides signes d'une transformation extrêmement lente du paysage urbain et de progrès techniques très mesurés. Cependant, en cet automne 1900, les ruelles sont les mêmes et la circulation y est toujours aussi anarchique ; en plus des charrettes, apparaissent les "aficionados al ciclismo"11, mais les odeurs sont toujours aussi nauséabondes, les rues souvent rendues impraticables par la pluie12, la mendicité toujours aussi prospère13, et les salmantins honnêtes toujours importunés par les mêmes indésirables14.

L'atmosphère idéologique : catholiques contre libéraux

4A peine arrivé à Salamanque, le jeune Unamuno prend une part active aux querelles entre catholiques et libéraux qui divisent la ville ; bien plus tard, il se souvient :

  • 15 Miguel de Unamuno, Obras Completas, Madrid, Editorial Escelicer, 1966, t. VIII, p. 1203 (dorénavant (...)

"Esta Salamanca era, por entonces, uno de los más activos focos -acaso el más activo- de las luchas intestinas de la derecha antiliberal. Desde aquí se pontificaba, y la más destacada figura era la de don Enrique Gil Robles"15.

  • 16 La Libertad, n° 142, 148, 154, 158 et 162 des 13, 19, 23, 27 et 31 octobre 1891. Le discours de Gil (...)
  • 17 Fray Tomás de Cámara (1847-1904) fut l'une des figures les plus brillantes de l'épiscopat espagnol. (...)
  • 18 Mariano Arés y Sanz (1840-1891), professeur de métaphysique à l'université de Salamanque, fut, selo (...)
  • 19 La Información, 6-XII-1894. La réponse de Miguel de Unamuno au directeur de l'organe intégriste de (...)
  • 20 Ces conflits idéologiques ont été étudiés par I. Berdugo Gómez de la Torre et par B. Hernández Mont (...)

5Il se souvient aussi de sa première rentrée universitaire marquée par le discours de ce même Gil Robles auquel il répondra dans le journal républicain salmantin, La Libertad, sous la forme de cinq articles intitulés "un nocedalino desquiciado" entre le 13 et le 30 octobre 189116. Il y fustige une pensée politique figée héritière des traditionalistes catholiques comme Jaime Balmes ou Juan Donoso Cortés et une société stagnante dans ses structures pseudo-féodales. Non content de s'en prendre au représentant le plus illustre de l'intégrisme salmantin, il attaque le Père Cámara, évêque de Salamanque, accusé de mêler politique et religion et de transformer la chaire en tribune, et ce notamment à l'occasion des élections municipales17. Quelques mois plus tard, l'enterrement de Mariano Arés, universitaire de renom et libre-penseur, avait créé de vives tensions entre catholiques et libéraux à l'intérieur de la ville comme de l'université18. Durant la dernière décennie du XIXème siècle, ces moments de tension restaient fréquents : les collaborations du jeune Unamuno à La Lucha de Clases de Bilbao dès décembre 1894 et son adhésion à la "Agrupación Socialista" de sa ville natale la même année provoquèrent de vives réactions de la part du journal intégriste, La Información, qui demanda sa destitution19. Les candidatures de Miguel de Unamuno et de Pedro Dorado Montero aux élections municipales de Salamanque de 1895, le succès de ce dernier et les débats, au printemps de 1897, autour de "la libertad de cátedra", lors de la destitution de Dorado Montero par le doyen de la Faculté de Droit, Teodoro Peña pour explications "hérétiques", contribuèrent à un climat de tension permanent20.

  • 21 Ce fait est souligné par Mariano Esteban De Vega, dans De la Beneficencia a la Previsión. La Acción (...)
  • 22 L'expression est de Manuel García Blanco.
  • 23 El Diario de Salamanca, n° 21, 21-XI-1894.
  • 24 Les changements sont ceux du ministre conservateur de l'Instruction Publique, Garcia Alix : la réfo (...)

6Au cours des dernières années du siècle, les articles politiques de Miguel de Unamuno dans la presse locale se font de plus en plus rares21 ; de temps en temps, éclate un petit scandale comme celui provoqué par un de ses articles paru dans un numéro extraordinaire d'une revue étudiante célébrant l'héroïsme espagnol durant la guerre de Cuba. Il y dresse un réquisitoire pacifiste et pro-indépendantiste, provoquant l'indignation de la presse catholique de Salamanque. Par contre, la même presse souligne avec enthousiasme son éloignement du Parti Socialiste et parle même de conversion lors de sa propre crise religieuse de 1897. A la suite de ses excursions, il exalte "les hauts-lieux salmantins"22 : "La Flecha" en relation intime avec Fray Luis de León, La Peña de Francia, La Alberca, La Cabrera, Los Arribes del Duero. D'autre part, Unamuno a rendu hommage à plusieurs reprises à l'action de l'évêque, homme courageux et authentique représentant d'une Eglise à l'écoute de son peuple23. Apparemment, Unamuno n'est plus le même homme à la veille de cette rentrée universitaire de 1900 placée sous le signe du changement24.

Traditionalisme et "esprit nouveau" à l'Université

  • 25 Voir la loi d'Instruction Publique de 1857 ou loi Moyano, du nom de l'ancien étudiant de Salamanque (...)
  • 26 Selon José María Hernóndez Díaz dans La Universidad de Salamanca, I, Historia y Proyecciones, Salam (...)

7Pourtant, l'Université de Salamanque, comme bon nombre d'Universités de province à la fin du XIXème siècle, vit dans une profonde léthargie ; elle était même moribonde et menacée de suppression25. Les quelques centaines d'étudiants qui la fréquentent "appartiennent à la petite bourgeoisie ; ils sont de sexe masculin et, pour la plupart, originaires du district"26.

  • 27 "Discurso leído en la solemne apertura del curso académico de 1900 a 1901, en la universidad de Sal (...)

8Cette vie universitaire est marquée depuis trente et un ans exactement par la personnalité d'un homme, le recteur Marnés Esperabé Lozano, véritable institution vivante. Il préside donc, en cette rentrée universitaire de 1900, l'ouverture solennelle des cours dans le "Paraninfo" de l'université, haut lieu des cérémonies culturelles. Le Tout-Salamanque est là pour écouter le discours de rentrée de Miguel de Unamuno27. Dans une lettre, ce dernier avoue que :

  • 28 Lettre du 19-X-1900 adressée à son ami Pedro Jiménez Ilundain, reproduite dans la Revista de la Uni (...)

"El discurso de apertura ha alcanzado cierta resonancia no por su valor intrínseco -es de lo más flojo que he hecho- sino por la ocasión y el sitio. Les sorprende a muchos que me decidiera a predicar tales cosas en una solemne apertura de un curso ante un claustro y revestido de toga, muceta y borla"28.

  • 29 Notre confrontation de la presse salmantine concerne, par ordre alphabétique, les quatre quotidiens (...)

9Les réactions dans la presse locale sont riches en enseignements, à une exception près, El Adelanto ; il n'a pas pris conscience de la portée du discours et se contente de nous offrir un compte-rendu plat et creux29 :

  • 30 El Adelanto, n° 4743, 2-X-1900.

"Don Miguel de Unamuno ocupó la tribuna y leyó un hermoso discurso que fue muy aplaudido por un numeroso público entre el que se hacían notar muchas bellas y distinguidas señoritas. (...) Educación moderna, luz, aire, libertad de cuerpo y de espíritu ; esto reclama el señor Unamuno para la juventud en nombre de la ciencia. (...) La fiesta de ayer se recordara durante mucho tiempo para honra de la Universidad salmantina y gloria de Unamuno"30.

10Si El Combate ne se livre pas à una analyse approfondie du discours, son commentaire est toutefois extrêmement chaleureux et il ne manque pas de vanter la leçon de tolérance administrée par Miguel de Unamuno, pour la reprendre à son compte, et stigmatiser le dogmatisme d'esprits obtus tombés dans la routine des cours magistraux :

  • 31 El Combate, n° 61, 30-IX-1900. Ce même journal promet la transcription intégrale du discours dans p (...)

"esos espíritus intransigentes calcados en antiguos moldes y que no conocen otro sistema de enseñanza que la vieja rutina y con ella el absurdo jesuítico "Magister dixit"31.

11On se félicite de ces vents nouveaux de liberté et de regénération qui se lèvent grâce aux propos de celui qui est qualifié de "nuestro amigo".

  • 32 El Lábaro, n° 1114, 4-X-1900. Mariano Domínguez Berrueta, qui est alors, d'après Enrique Esperabé d (...)

12Quant au journal soi-disant indépendant El Lábaro, il répond, sous la plume de Mariano Domínguez Berrueta32, en appréciant les qualités du discours ; il approuve même Unamuno lorsque celui-ci précise que certains étudiants perdent leur temps en cours alors qu'ils le perdraient moins en se promenant. Ensuite, Domínguez Berrueta devient plus critique pour réhabiliter la culture livresque condamnée par l'orateur et il sanctionne durement le final du discours :

"anarquista y descaminado porque aconseja a los escolares que discutan todo, que pongan todo en tela de juicio, sin excluir nada de esta duda universal".

13Après avoir révélé les dangers du doute systématique dans les domaines scientifique, historique et moral, le directeur du Lábaro, en guise de conclusion, affirme non sans ironie que si :

"la duda constante es la filosofía del charro malicioso, pero nunca será el símbolo del saber, al menos en esta tierra que pisamos y -permítaseme la duda- no sé si pisa el señor Unamuno".

14Chacun aura compris la manière indirecte de traiter l'orateur de "soñador" ou de "iluso", de marchand de rêves ou d'utopies auprès de la jeunesse salmantine.

15Pour achever cette revue de presse locale, il convient de citer El Noticiero Salmantino du journaliste et critique littéraire Juan Barco qui, après un long préambule consacré à la description de l'assistance, vante les mérites d'un discours aussi insolite que novateur avant de conclure :

  • 33 El Noticiero Salmantino, n° 922, 1-X-1900. Bien que l'objet de notre article ne concerne que la pre (...)

"Alguien dijo al oír al señor Unamuno y aludiendo a la forma algo insólita de su discurso: ¡Ha roto los moldes ordinarios! ¿Y por qué no se han de romper, decimos, nosotros, cuando son viejos y gastados? Nuevos horizontes y levantadas ideas, y no raquíticas antiguallas quiere la juventud"33.

  • 34 Le journal de Manuel Sánchez Asensio a été condamné et interdit par le Père Cámara en juin 1897.

16Les commentaires à ce discours dans la presse locale révèlent les clivages traditionnels de la société salmantine. En l'absence du journal intégriste depuis la disparition de La Información34, la presse catholique et conservatrice représentée par El Lábaro souligne les limites et les dangers de la pensée d'Unamuno tandis que l'enthousiasme de El Combate, les articles approbateurs de El Adelanto et du Noticiero Salmantino témoignent de la satisfaction profonde du secteur libéral de la ville et de l'université. Mais au fait, que dit Miguel de Unamuno ?

  • 35 Sept pages contre les soixante-cinq du discours de Gil Robles à la rentrée de 1891. Comme prémices (...)
  • 36 Nous pensons au titre du livre de María Dolores Gómez Molleda, Unamuno "agitador de espíritus " y G (...)

17En un discours bref, il s'adresse directement aux étudiants présents dans le "paraninfo", oubliant volontairement les personnalités ecclésiastiques et universitaires, le monde des adultes35. Il les invite à entrer en contact avec la réalité vivante de leur pays ou de leur région ; c'est une obligation, un devoir moral imposé par celui-là même qui ressent profondément sa mission, celle "d'agitateur des esprits"36. Il les invite à abandonner leur attitude passive, leur culture trop livresque pour adopter un comportement plus actif, il les invite à plonger dans les eaux tumultueuses de la vie, à fuir les dogmes et le sectarisme, à se mettre au travail au lieu de penser aux fêtes et aux défilés pseudo-patriotiques :

  • 37 O.C., t. IX, p. 63. Selon la presse, les applaudissements furent nourris mais un ancien étudiant pr (...)

"No os reunís para fines genuinamente científicos, de ciencia que se hace y no la que se recibe hecha, pero os falta tiempo así que se os ofrezca el más liviano pretexto, para echaros de holgorio por esas calles, paseando las banderas de las facultades. ¡Y a esto hay quien llama patriotismo!"37.

  • 38 Quelque peu désabusé, Unamuno avoua que Paz en la Guerra n'eut pas le succès escompté ; il affirme (...)

18En fait, ce discours a souvent les accents de son essai "La tradición eterna" de 1895 ou des dernières pages de Paz en la Guerra38 ; il vulgarise ses idées basées sur le concept de l'intra-histoire, véritable clef de voûte de sa pensée depuis bientôt dix ans. Il les met à la portée d'une immense majorité d'étudiants pour qu'ils partent à la recherche du peuple silencieux de l'intra-histoire :

  • 39 O.C., t. IX, p. 61.

"Tenéis que descubrir a nuestro pueblo tal como por debajo de la historia vive, trabaja, espera, ora, sufre y goza"39.

  • 40 Le verbe "descubrir" martèle les premières phrases du discours d'Unamuno : "Sois vosotros los que t (...)

19En résumé, Unamuno reprend les thèmes théoriques de sa réflexion sur "L'essence de l'Espagne", mais pour la première fois au cours d'une rentrée universitaire il offre à la jeunesse d'Espagne la possibilité de les mettre en pratique, de concourir à la véritable régénération de son pays réclamée par tant d'espagnols après les douloureux événements de 1898, de partir à la découverte de ces millions d'êtres anonymes40. Un jeune recteur contesté mais ce discours anticonformiste et les réactions diverses de la presse locale n'étaient rien en comparaison de "la bombe" qui allait exploser quelques jours plus tard dans la ville du Tormes. Mais laissons la parole à Miguel de Unamuno :

  • 41 Suite de la lettre à Pedro Jiménez de Ilundain du 19-X-1900.

"¡Y ahora viene lo gordo! Hoy se firmará en Madrid la jubilación de todos los catedráticos que pasan de 70 años. Entre ellos está el Rector de esta Universidad, quedando el rectorado vacante. Escribiéronme de Madrid si lo aceptaría. Contesté, después de pensada la cosa, que sí; y el Ministro ha ofrecido nombrarme (...) La cosa se ha sabido aquí, habiendo caído como una bomba"41.

20Surpris, le tout jeune recteur se plaît à énumérer dans la suite de sa lettre les contradictions d'une telle nomination, sans en analyser les circonstances :

  • 42 Ibid. Yvonne Turin a analysé de Madrid les circonstances de cette nomination dans Unamuno universit (...)

"(...) Figúrese Vd. eso de nombrar un gobierno conservador a un socialista, heteredoxo, propagador de ideas disolventes, que no pasa de 36 años, que no es de la ciudad, que sólo lleva nueve años en el profesorado; y nombrarlo después de haber leído un discurso como el que leí"42.

  • 43 Mamés Esperabé (1830-1906) fut recteur de l'Université de Salamanque de 1869 à 1900. Comme le procl (...)

21Miguel de Unamuno vient d'énumérer de fagon exhaustive les raisons qui vont inciter la majeure partie et du "claustro" et de la ville, à manifester son soutien à l'ancien recteur Marnés Esperabé Lozano43. La nomination de Miguel de Unamuno ne fait qu'aviver des tensions pré-existentes au sein de ce "claustro de los bandos" évoqué par José Balcázar y Sabariegos dans ses souvenirs d'étudiant :

  • 44 José Balcazar y Sabariegos, Memorias de un estudiante de Salamanca, Madrid, Librería de Ε. Prieto 1 (...)

"En la Universidad lucían como astros de primera magnitud D. Enrique Gil Robles de derecho político y Pedro Dorado Montero de derecho penal; el primero integrista; el segundo republicano y, alrededor de ellos, giraban la mayoría de los profesores, aunque los amigos del Padre Cámara, Obispo de la diócesis, no se llevaban ni con unos ni con otros (...)"44.

22Dans la presse salmantine, du côté de El Combate, on jubile ; le titre de l'article est fort significatif et la satisfaction évidente :

  • 45 El Combate, n° 65, 28-X-1900.

"Un aplauso a García Alix".
"¿Por qué razón preguntarán ustedes? ¿Ha conseguido por ventura que todos los maestros perciban sus haberes? ¿Ha publicado alguna R. O prohibiendo el ejercicio de la enseñanza a las órdenes religiosas, o por lo menos les ha exigido los mismos títulos que a los seglares? No señores, pero ha tenido el tacto suficiente para elegir rector de nuestra gloriosa Universidad al sabio catedrático don Miguel de Unamuno"45.

23Plus sérieuse est la suite de l'article du journal républicain qui a dû faire trembler les milieux catholiques et conservateurs de la ville du Tormes, à en juger par les espoirs que soulève cette nomination chez le journaliste :

"Por eso yo espero que su labor será muy amplia, siendo su principal empeño la instrucción de las clases populares en todo el distrito universitario, y la expansión de tan glorioso centro docente; hasta el punto, de que su acción beneficiosa se extenderá, no solamente a la clase escolar, sino también a la masa social, por medio de las conferencias, a la manera que lo hace la Universidad de Oviedo".

  • 46 Comme le proclame Iris M. Zavala, "el krausismo original y su secuela institucionista de modo parti (...)

24Oviedo, un des hauts lieux de l'Education Populaire en relation étroite avec le krausisme puis la Institución Libre de Enseñanza, est une référence obligée car d'actualité46.

25Quant à El Adelanto et au Noticiero Salmantino, ils vont dénoncer les jeux troubles des deux "bandos", "mestizo" et intégriste, unis derrière don Mamés.

  • 47 El Adelanto, n° 4768, 27-X-1900.

26El Adelanto met en doute la sincérité des protestations de certains qui réclament aujourd'hui le retour du recteur retraité alors qu'hier ils étaient en conflit ouvert avec lui. En fait, le journal de Luis Caballero Noguerol stigmatise ceux qui, sous couvert d'organiser une manifestation de soutien et d'amitié à l'ancien recteur, mênent une campagne, "no diremos de odio, por ser dura la palabra, pero sí de desafecto y oposición al señor Unamuno"47.

27Quant au Noticiero Salmantino, il réalise une analyse de fond, pose le problème en termes politiques et fustige les conservateurs accusés de vouloir s'approprier l'Université, d'en faire leur chasse gardée :

  • 48 El Noticiero Salmantino, n° 943, 22-X-1900.

"Quieren hacer la Universidad para ellos, la Universidad conservadora, no tanto siquiera, sino silvelista, es decir, feudataria, egoísta, pequeña, personal. Se esconden los del Comité conservador detrás del Rector jubilado, y quieren aparentar que les interesa su continuación en la rectoral (...)"48.

  • 49 El Noticiero Salmantino, n° 945, 24-X-1900. Cet article évoque les intrigues de certains professeur (...)

28Le lendemain, le même Noticiero Salmantino titre : "¿Cómo se gana una Rectoría ?". Après avoir dénoncé une inflation de candidats au poste de recteur, presque aussi nombreux que les professeurs "silvelistas", le journal proclame bien fort que "no se gana una rectoría en la antecámara del ministro, ni en el seno de un comité político"49.

29Quant au Lábaro, dans un article intitulé "La Universidad con vida", il réclame, au nom de la future autonomie des universités, le droit pour les professeurs de nommer le recteur de leur choix, en l'occurrence don Marnés. Enrique Gil Robles et le fils de l'ancien recteur, Enrique de Esperabé, canaliseront la protestation sous la forme d'une pétition-télégramme et d'une requête adressées au Ministre de l'Instruction Publique. Le journal catholique se réjouit d'une pareille initiative :

  • 50 El Lábaro, n° 1132, 25-X-1900.

"¡Viril manifestación, solemne alarde de vida y de regeneración dió ayer la Universidad de Salamanca!; ¡Basta de ingerencias! ¡Quiere moverse en libertad, ella que es capaz de elegir un jefe, de designar con nobleza el rector que ha de regirla!"50.

30Mais El Noticiero Salmantino rapporte le post-scriptum d'Unamuno rédigé à la requête de ses collègues :

  • 51 El Noticiero Salmantino, n° 947, 26-X-1900.

"conforme en lo que se refiere a la continuación en su puesto del señor Esperabé, pero no en cuanto a los demás extremos de esta exposición"51.

  • 52 "Miguel de Unamuno", El Adelanto, n° 4769, 28-X-1900, et "Don Mamés Esperabé", Ibid., n° 4770, 29-X (...)
  • 53 El Adelanto, n° 4769, 28-X-1900.

31S'il était donc prêt à renoncer à sa charge, le nouveau recteur ne souhaitait pas que Marnés Esperabé continuât d'enseigner. Malgré la mobilisation hostile du "claustro", Unamuno est proclamé officiellement recteur le 26 octobre ; les jours suivants, la presse locale va publier un jour "una semblanza del Rector entrante", le lendemain "una semblanza del Rector saliente"52. Si les éloges se mêlent aux regrets et à la tristesse dans des articles sans grande originalité à l'occasion du départ de don Marnés, la personalité du nouveau recteur est bien difficile à cerner selon El Adelanto53. Quant au Lábaro, il a peur de l'avenir et des vents mauvais qui peuvent se lever sur l'université et sur la ville :

  • 54 El Lábaro, n° 1135, 29-X-1900.

"Espérase, por lo tanto, del nuevo Rector una revolución completa, radical, que no es fácil señalar en donde tendrá término. Ojalá corran aires de saneamiento, si algo hay que sanear, y que siempre vigoricen y robustezcan. ¡Dios nos libre de huracán desecho que lo esterelice todo; de regeneración que no regenere!"54.

  • 55 El Adelanto, n° 4772, 31-X-1900.
  • 56 El Combate, n° 65, 28-X-1900.

32Pour parachever cette rentrée universitaire, il ne reste plus que la prise de possession officielle. Elle n'aura pas lieu à la surprise générale dans le "paraninfo"55. El Combate s'insurge et accuse les ennemis du jeune Unamuno d'avoir voulu minimiser l'événement56. Mais ce refus d'une cérémonie solennelle ne viendrait-il pas du nouveau recteur en personne ? :

  • 57 El Adelanto, n° 4772, 31-X-1900.

"Por cierto que ha causado extrañeza que el Rector interino haya dispuesto que la toma de posesión se verifique en la Rectoral, en una reducida sala con seis sillas y un diván, cuando el número de las personas convocadas no bajará de cincuenta y hubiera sido local más apropiado el paraninfo"57.

  • 58 A propos de cet épisode, voir Valentín del Arco López, Historia de la Universidad, chap. VII, El Si (...)

33De par son attitude, il tourne le dos au grand amphithéâtre et à sa valeur symbolique de lieu d'accueil des personnalités extérieures. Ainsi le Tout-Salamanque sera-t-il exclu du monde universitaire, à commencer par les "cuernócratas", grands propriétaires terriens, éleveurs de taureaux de combat et fidèles défenseurs du traditionalisme politique et religieux58. Tous les comptes rendus de presse mentionnent un discours bref et simple ainsi que la liste des présents ; on remarque les absences de Gil Robles et de don Marnés, l'ex-recteur. Sous la pression chaleureuse des étudiants qui l'applaudissent, Miguel de Unamuno se dirige vers le grand amphithéâtre où il leur adresse, en guise de conclusion, ce conseil :

"Huid de albergar en vuestra alma la envidia y la soberbia".

  • 59 Quatorze ans plus tard, le 30 Août 1914, de retour du Portugal, Unamuno apprendra sa destitution pa (...)
  • 60 "Ayer por la mañana, en la Universidad, en los intermedios de unas clases a otras, los alumnos vito (...)

34En donnant le moins de faste possible à cette prise de possession, le jeune recteur souhaite rompre avec les traditions et dédramatiser la situation. Les articles de presse, le plus souvent très favorables à Unamuno, ceux de ses amis Crotontilo ou de Juan Barco dans El Adelanto ou El Noticiero Salmantino sans parler des papiers enthousiastes de El Combate, ne doivent pas faire oublier l'isolement du nouveau recteur en proie aux cabales permanentes des secteurs les plus conservateurs de la société salmantine. Sa nomination porte en elle des germes de destitution59. Restent les étudiants60, la grande consolation de Miguel de Unamuno mais aussi sa grande préoccupation, comme le révèle cet extrait de lettre à Giner de los Ríos :

  • 61 Lettre de Miguel de Unamuno à Giner de los Ríos du 3-II-1900, citée par María Dolores Gómez Molleda (...)

"Quiero dejar alguna huella en esta Escuela. A ver si se hace aquí algo de lo que en Oviedo. Pienso, sobre todo, dirigirme a los estudiantes, reunirlos, acudir a sus asociaciones, excitarlos a estudiar en vivo costumbre, tradiciones, lenguaje, estación social, situación obrera"61.

  • 62 El Adelanto, n° 4789, 17-XI-1900.

35Les marques de sympathie de ses anciens étudiants abondent dans la presse à l'occasion de sa nomination comme recteur. Ce sont ceux de Manuel Revilla Castàn à travers l'article intitulé "Recuerdos"62, ou de Felipe Fernández del Campo qui souligne l'originalité du professeur Unamuno qui, à la différence de ses collègues, ignore le fauteuil, le brasero et le bonnet :

  • 63 El Noticiero Salmantino, n° 959, 7-XI-1900.

"Lo ordinario es ver al profesor en la plataforma, sentado en el muelle-sillón, arrimado a la mesa y al brasero y cubierta su cabeza con un birrete. Pues nada de esto, que es lo ordinario, se observa en la cátedra del señor Unamuno. La plataforma es para él un verdadero estorbo que no ocupa jamás; el sillón lo usa muy poco; ordinariamente se pasea entre sus discípulos. (...) El brasero es para él un testafero antidiluviano de ningún provecho; si estaba encendido, lo colocaba cerca de sus discípulos. Si no estaba encendido ordenaba al bedel lo sacara inmediatamente, y para renovar el aire él mismo abría las grandes compuertas de las tres ventanas del salón, dando la clase a la temperatura de la calle, que, en la mayor parte de los días, es la temperatura del hielo. Tampoco se pone nunca el birrete. Para él es un chisme sumamente ridículo que satiriza con punzantes y graciosas frases"63.

36En cet automne 1900, et en cette rentrée universitaire si fertile en rebondissements, la rivalité est vive entre l'ancien recteur et le jeune Unamuno. En réalité, la nomination de ce dernier comme recteur exacerbe les passions locales et la lecture des abondants articles de presse révèle bien que la nature de ces querelles dépasse les personnes pour renvoyer à l'affrontement des deux grands courants idéologiques du XIXème siècle. Au-delà de Gil Robles et de Marnés Esparabé, se manifeste le puissant courant conservateur et catholique fortement implanté dans le professorat salmantin incarné par des hommes uniquement préoccupés par le maintien du "statu quo" social, religieux et universitaire. Au-delà de Miguel de Unamuno, se manifestent des courants de pensée qui s'appellent positivisme, rationalisme, matérialisme, naturalisme, socialisme ; toutes ces idées modernes qualifiées "d'impies" par leurs ennemis car incompatibles avec les principes catholiques.

  • 64 Nous pensons aux célèbres essais de En torno al casticismo parus dans la revue La España Moderna en (...)
  • 65 Sous le titre de "Una velada", nous pouvons lire un compte-rendu intéressant qui célèbre l'annivers (...)
  • 66 Ce sont les propres termes de Miguel de Unamuno extraits d'une lettre adressée à son ami Pedro Jimé (...)

37Il faut dépasser les dates de 1897 et de 1898 génératrices de stéréotypes qui introduisent artificiellement un avant et un après dans la vie de Miguel de Unamuno et dans l'Histoire de l'Espagne pour mieux comprendre le sens de son combat engagé dès 1895 contre le casticisme et ses succcédanés64, et poursuivi de façon beaucoup plus prosaïque et pratique aux côtés des étudiants et des ouvriers de la ville du Tormes65. Grâce à cette nomination, Miguel de Unamuno est devenu un intellectuel pleinement conscient de sa mission et il va puiser dans l'atmosphère de la ville de Salamanque la force nécessaire à sa lutte. Il est devenu, en cette rentrée universitaire de 1900, "el gozne de la agitación espiritual de la ciudad" et bientôt de l'Espagne66.

Notes

1 A propos des réalités éducatives de l'époque, voir Jean-Louis Guereña, "Les institutions du culturel : politiques éducatives", dans 1900 en Espagne, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 1988, pp. 47-66.

2 Quant à l'arrivée du jeune Unamuno à Salamanque en octobre 1891 et à ses premiers mois dans la ville du Termes, voir notre travail Unamuno o la crónica del otoño de 1891, Salamanca, Ediciones Colegio de España, 1993, pp. 7-32.

3 Le discours est du 1-X-1900, la nomination officielle du 24 octobre et la prise de possession du 30 octobre.

4 Nous pensons aux descriptions très significatives de Carlos Gutiérrez de Ceballos, dans Salamanca a finales del Siglo XIX, Salamanca, Publicaciones de la Diputación de Salamanca, 1951, ou de Luis Cortés dans Salamanca en la literatura, Salamanca. Ediciones Cervantes, 1973.

5 El Adelanto, n° 1571, 5-III-1891, s'exclame : "¡Qué horror ! : ¡Defunciones : 96, nacimientos : 52 !". Toutefois, ce déséquilibre démographique est compensé par l'exode rural ou par l'arrivée à Salamanque de familles ouvrières qui fuient la crise textile de Béjar.

6 Lettre de Miguel de Unamuno du 18-7-1891 à son ami Pedro de Múgica, philologue basque, qui réside en Allemagne (Cartas inéditas de Unamuno, ed. de Sergio Fernández Larrain, Sda. Edición, 1972, p. 135).

7 D'après El Adelanto, n° 1490, 14-III-1891, les rues et les places offrent un aspect inmonde que n'a certainement pas le plus misérable village du Maroc.

8 "Señora de Gran Nobleza a la que le huelen los pies. La ciudad de Salamanca a finales del Siglo XIX", tel est le titre de l'article de Jesús L. Santamarma dans Studia Histórica. Historia Contemporánea, Salamanca, vol. IV, 1986. Poulets, dindons, cochons sont élevés en liberté dans les patios qui deviennent des basses-cours, on procède à "la matanza" au milieu de la chaussée, le tout à l'égout est, en fait, le tout dans la rue. Les odeurs nauséabondes provoquent de nombreuses plaintes... La nuit, l'obscurité l'emporte sur un éclairage très timide qui prenait fin à minuit et qui était inexistant les nuits de pleine lune. La ville était déserte.

9 Voir, par exemple, le violent réquisitoire que dresse El Fomento contre une jeunesse "dépravée" (n° 2148, 27-V-1891).

10 El Adelanto, n° 4817, 15-XII-1900.

11 Ibid.

12 El Adelanto, n° 4824, 22-XII-1900.

13 El Adelanto, n° 4818, 16-XII-1900.

14 El Adelanto, n° 4821, 19-XII-1900.

15 Miguel de Unamuno, Obras Completas, Madrid, Editorial Escelicer, 1966, t. VIII, p. 1203 (dorénavant O.C.). Enrique Gil Robles, professeur de Droit Politique et Administratif était la figure de proue de l'intégrisme salmantin ; voir le portrait qu'en trace Enrique Esperabé, dans son Diccionario Ilustrado de los Salmantinos Ilustres, Madrid, Gráficos Ibarra, 1952, p. 82.

16 La Libertad, n° 142, 148, 154, 158 et 162 des 13, 19, 23, 27 et 31 octobre 1891. Le discours de Gil Robles s'intitule El absolutismo y la democracia, discurso leído en la apertura del Curso Académico de 1891 a 92, Salamanca, Imprenta de F. Núñez, 1891, 61-XXVII p.

17 Fray Tomás de Cámara (1847-1904) fut l'une des figures les plus brillantes de l'épiscopat espagnol. D'une grande culture, auteur de nombreux ouvrages, fondateur d'un Collège Supérieur d'Etudes Ecclésiastiques, sorte d'université catholique, il créa une imprimerie, et se lança dans des aventures journalistiques qui eurent pour nom El Citerio, El Lábaro ou encore La Semana Católica de Salamanca. Il eut d'excellentes relations avec les hommes politiques de Madrid, mais localement il fut la cible privilégiée des intégristes salmantins. On peut consulter la biographie que lui consacre Enrique Esperabé de Arteaga, op. cit., 1952, pp. 27-33.

18 Mariano Arés y Sanz (1840-1891), professeur de métaphysique à l'université de Salamanque, fut, selon l'expression de María Dolores Gómez Molleda, "una figura simpatizante del krausismo". Conseiller municipal et adjoint au maire de Salamanque de 1879 à 1883, il collabora á plusieurs revues et journaux de Madrid et de Salamanque et publia des ouvrages scientifiques. Républicain convaincu, il jouissait de l'estime de nombreux salmantins (Voir la biographie que lui consacre El Adelanto, n° 1342, 15-III-1891).

19 La Información, 6-XII-1894. La réponse de Miguel de Unamuno au directeur de l'organe intégriste de Salamanque est du 16-XII-1894. Elle figure dans les O.C., t. IX, pp. 485-486.

20 Ces conflits idéologiques ont été étudiés par I. Berdugo Gómez de la Torre et par B. Hernández Montes dans Enfrentamiento del Padre Cámara con Dorado Montero, Salamanca, Publicaciones de la Diputación Provincial, 1984.

21 Ce fait est souligné par Mariano Esteban De Vega, dans De la Beneficencia a la Previsión. La Acción social en Salamanca (1875-1898), Salamanca, Diputación Provincial de Salamanca, 1991, p. 58. Cette remarque est exacte si nous pensons aux articles "sociaux" ou politiques du jeune Unamuno. Par contre, ses articles littéraires abondent dans le Noticiero Salmantino de l'année 1898 ; ces mêmes textes sont regroupés sous le titre Paisajes dans le tome I des Oeuvres complètes. A la même époque, le roman Paz en la Guerra paraît sous forme de feuilleton dans ce même journal.

22 L'expression est de Manuel García Blanco.

23 El Diario de Salamanca, n° 21, 21-XI-1894.

24 Les changements sont ceux du ministre conservateur de l'Instruction Publique, Garcia Alix : la réforme des examens, l'actualisation des programmes, la préparation d'un projet de loi sur les universités.

25 Voir la loi d'Instruction Publique de 1857 ou loi Moyano, du nom de l'ancien étudiant de Salamanque, affirmait lui-même à propos de sa loi : "En fait, il n'y a pas d'autre université que celle de Madrid ; les autres ont leurs facultés ; on les appelle universités, bien qu'elles n'en possèdent plus que le nom". Quant aux étudiants, 423 sont inscrits en 1880-1881, et ce chiffre augmente pour atteindre 820 à la rentrée 1900. Le nombre de professeurs était de 16 en Droit et de 11 en Lettres. Un des grands projets du Père Cámara était de convertir l'université de Salamanque en un centre privé catholique mais ni Cánovas, ni les libéraux ne l'appuieront.

26 Selon José María Hernóndez Díaz dans La Universidad de Salamanca, I, Historia y Proyecciones, Salamanca, 1989, p. 226. Le district universitaire de Salamanque comprenait les provinces d'Avila, Cáceres, Salamanque et Zamora.

27 "Discurso leído en la solemne apertura del curso académico de 1900 a 1901, en la universidad de Salamanca", O.C., t. IX, pp. 60-67.

28 Lettre du 19-X-1900 adressée à son ami Pedro Jiménez Ilundain, reproduite dans la Revista de la Universidad de Buenos Aires, n° 8, Octobre-Décembre 1948.

29 Notre confrontation de la presse salmantine concerne, par ordre alphabétique, les quatre quotidiens suivants : El Adelanto, libéral-progressiste de Luis Caballero Noguerol, El Combate, républicain, El Lábaro du Père Cámara et El Noticiero Salmantino de Juan Barco, ami intime de Miguel de Unamuno. Pour mieux connaître les tendances des journaux de l'époque, on peut consulter Jesús María García García, Prensa y Vida cotidiana en Salamanca (Siglo XIX), Salamanca, Universidad de Salamanca, 1990.

30 El Adelanto, n° 4743, 2-X-1900.

31 El Combate, n° 61, 30-IX-1900. Ce même journal promet la transcription intégrale du discours dans prochains numéros.

32 El Lábaro, n° 1114, 4-X-1900. Mariano Domínguez Berrueta, qui est alors, d'après Enrique Esperabé de Arteaga, "auxiliar en la Facultad de Letras", "desarrolló una intensa actividad en el periodismo como director de El Lábaro, diario fundado por el ilustre Padre Cámara, obispo de la diócesis, y en el que conquistó, con su pluma y sus escritos, una lama mayor aún que la alcanzada en la cátedra..." (op. cit., p. 44).

33 El Noticiero Salmantino, n° 922, 1-X-1900. Bien que l'objet de notre article ne concerne que la presse locale, nous ne pouvons pas ne pas mentionner El Heraldo de Madrid du 1-X-1900 qui consacre toute son édition à la rentrée universitaire et aux discours qui l'accompagnent. D'entrée de jeu, le ton est donné : "Es para la patria la prueba decisiva de si para sus males hay enmienda y curación". Et le journaliste madrilène de fustiger le corps enseignant qui souffre d'un manque de vocation, sombre dans la routine, s'ennuie tout en faisant cours... Par contre, on encense ces professeurs d'université qui innovent le thème de leur discours inaugural en évoquant la mission morale de l'université. Les propos de Miguel de Unamuno s'insèrent donc remarquablement bien dans ce contexte régénérationniste, et la presse madrilène, plus perspicace que El Adelanto, reproduit de larges extraits de ce discours.

34 Le journal de Manuel Sánchez Asensio a été condamné et interdit par le Père Cámara en juin 1897.

35 Sept pages contre les soixante-cinq du discours de Gil Robles à la rentrée de 1891. Comme prémices à ce discours du premier octobre 1900. Unamuno publia dans la revue Vida Nueva, au début de l'année 1899, une série d'articles sur l'enseignement supérieur. De l'aveu même de son auteur, il s'agissait d'une véritable "catalinaria" dans laquelle il vilipendait les manuels, les méthodes, certains professeurs et une culture universitaire figée.

36 Nous pensons au titre du livre de María Dolores Gómez Molleda, Unamuno "agitador de espíritus " y Giner. Correspondencia inédita, Madrid, Narcea, 1977. Dans un article (Adentro, 9-V-1900), Unamuno écrit : "Da de tí lo que más les moleste, que lo que más les conviene..." ou encore : "Te atacan por lo que piensas ; pero los hieres por lo que haces. Hiéreles, hiéreles por amor". La conscience de cette mission est ici évidente, selon Gómez Molleda.

37 O.C., t. IX, p. 63. Selon la presse, les applaudissements furent nourris mais un ancien étudiant présent, Rodrigo Fornos, se souvient : "Fue su primer encuentro con los estudiantes. Abundaron los pitos, las voces, las protestas tumultuosas. Los estudiantes gritaban y no dejaban oir las palabras del orador, y don Miguel, sin inmutarse, leyó su discurso hasta el final" (El Adelanto, 29-IX-1934).

38 Quelque peu désabusé, Unamuno avoua que Paz en la Guerra n'eut pas le succès escompté ; il affirme pourtant "Sospecho que no volveré a hacer nada de tanta intensidad de pensamiento como en el En torno al casticismo y en Paz en la Guerra" (lettre à Pedro Jiménez de Ilundain du 24-V-1899, publiée dans la Revista de la Universidad de Buenos Aires, n° 7, juillet-septembre 1948.

39 O.C., t. IX, p. 61.

40 Le verbe "descubrir" martèle les premières phrases du discours d'Unamuno : "Sois vosotros los que tenéis que descubrirnos a España y marcarla luego un fin, que no lo es ella en sí misma". Ou encore : "menester os es descubrirnos a España", "tenéis que descubrir a nuestro pueblo..." (O.C., t. IX, p. 60).

41 Suite de la lettre à Pedro Jiménez de Ilundain du 19-X-1900.

42 Ibid. Yvonne Turin a analysé de Madrid les circonstances de cette nomination dans Unamuno universitaire, Paris, Sevpen, 1962. Le Ministre conservateur, García Alix, justifia cette nomination en ces termes : "He encontrado en la Asociación de profesores de Salamanca una notabilidad conocida, Unamuno, y le he nombrado sin cuidarme de lo que pensaba o significaba. He hecho lo mismo en Barcelona". Quant à María Dolores Gómez Molleda, elle affirme que le Ministre voulait exprimer par là "su falta de partidismo" dans la nomination des recteurs (op. cit., p. 61).

43 Mamés Esperabé (1830-1906) fut recteur de l'Université de Salamanque de 1869 à 1900. Comme le proclame José Maria Hernández Díaz, "es la gran figura universitaria en la Salamanca del último tercio del siglo XIX". De façon plus générale, voir le chapitre consacré à Esperabé sous le titre : "Un aragonés en Salamanca" (La Universidad de Salamanca, op. cit., vol. I, pp. 213-216). En hommage à sa personne, une revue consacrée à honorer sa mémoire apparut lors du premier anniversaire de sa mort sous la direction d'Evaristo Pinto Sánchez. Même si les collaborateurs viennent d'horizons très différents, les attaques contre la gestion de Unamuno comme recteur sont fréquentes. Si le décret officiel de la nomination d'Unamuno comme recteur n'est signé que le 26 octobre, dès le 18 El Noticiero Salmantino rapporte que la mise à la retraite de don Marnés -âgé de 70 ans depuis le 17 août- et la nomination d'Unamuno sont l'objet de toutes les conversations. Le 19 octobre, le même journal retrace la carrière du recteur sortant.

44 José Balcazar y Sabariegos, Memorias de un estudiante de Salamanca, Madrid, Librería de Ε. Prieto 1935.

45 El Combate, n° 65, 28-X-1900.

46 Comme le proclame Iris M. Zavala, "el krausismo original y su secuela institucionista de modo particular van a ser el gran repulsivo liberal-racionalista de la España decimonónica y posterior. Toda la reacción y el tradicionalismo integristas se enfrentarán con ese movimiento y por todos los medios : anatemas religiosos, persecuciones gubernamentales, polémicas intelectuales, ataques personales" (Historia Social de la Literatura Española, Madrid, Ed. Castalia, 1987, t. II, p. 197).

47 El Adelanto, n° 4768, 27-X-1900.

48 El Noticiero Salmantino, n° 943, 22-X-1900.

49 El Noticiero Salmantino, n° 945, 24-X-1900. Cet article évoque les intrigues de certains professeurs qui ont des appuis à Madrid. La fin de la lettre d'Unamuno à son ami Pedro Jiménez de Ilundain est très claire à cet égard : "Muévense los que se habían constituido en candidatos, porque en mí jamás se pensó. La cosa tiene más de dura que de madura ; pero ¡qué carramba ! una vez metido en ella me gustaría salir bien. Y sobre todo lo quisiera para impedir que lo fuese el señor Peña, cuyo nombramiento me parecería escandaloso. Es cuñado de leche de la Infanta, que le ha hecho catedrático y decano. ¡La mayor calamidad que podría caernos encima !" (Lettre citée du 19-X-1900).

50 El Lábaro, n° 1132, 25-X-1900.

51 El Noticiero Salmantino, n° 947, 26-X-1900.

52 "Miguel de Unamuno", El Adelanto, n° 4769, 28-X-1900, et "Don Mamés Esperabé", Ibid., n° 4770, 29-X-1900 ; "El Rector saliente", El Noticiero Salmantino, n° 940, 19-X-1900, et "El Rector entrante", Ibid., n° 949, 28-X-1900.

53 El Adelanto, n° 4769, 28-X-1900.

54 El Lábaro, n° 1135, 29-X-1900.

55 El Adelanto, n° 4772, 31-X-1900.

56 El Combate, n° 65, 28-X-1900.

57 El Adelanto, n° 4772, 31-X-1900.

58 A propos de cet épisode, voir Valentín del Arco López, Historia de la Universidad, chap. VII, El Siglo XX 1900-1936, op. cit., pp. 238-240.

59 Quatorze ans plus tard, le 30 Août 1914, de retour du Portugal, Unamuno apprendra sa destitution par le Ministre Bergamín en lisant les titres des journaux sur la Plaza Mayor de Salamanque. Voir Emilio Salcedo, Vida de don Miguel, Salamanca, Ed. Anaya, 1964, pp. 185-186.

60 "Ayer por la mañana, en la Universidad, en los intermedios de unas clases a otras, los alumnos vitorearon al nuevo rector, señor Unamuno. No obstante estas manifestaciones de Unamuno, asistieron a las cátedras con puntualidad" (El Adelanto, n° 4771, 30-X-1900).

61 Lettre de Miguel de Unamuno à Giner de los Ríos du 3-II-1900, citée par María Dolores Gómez Molleda, op. cit., p. 89.

62 El Adelanto, n° 4789, 17-XI-1900.

63 El Noticiero Salmantino, n° 959, 7-XI-1900.

64 Nous pensons aux célèbres essais de En torno al casticismo parus dans la revue La España Moderna entre Février et Juin 1895, mais qui ne seront publiés sous forme de livre qu'en 1902.

65 Sous le titre de "Una velada", nous pouvons lire un compte-rendu intéressant qui célèbre l'anniversaire de la fondation de la Société des charpentiers ; parmi les présents, deux universitaires : Pedro Dorado Montero et Miguel de Unamuno : "El señor Unamuno, con esa sencillez que es en él característica, con esa familiaridad que encanta a los que le escuchan, dijo que era para él nota conmovedora el espectáculo de aquellos obreros, reunidos en pobre local, celebrando sencilla fiesta, no para oir brillantes discursos, sino para convivir, con vida de hermanos y fraternizar con cuantos habían acudido a su cariñoso llamamiento. En esa convivencia, fruto inmediato de las sociedades obreras y de sus reuniones, veía el orador algo muy práctico y provechoso, abundoso manantial de enseñanzas, de las que han aprendido mucho los obreros, relegando al olvido antiguos odios de sectarios" (El Adelanto, n° 4810, 8-XII-1900).

66 Ce sont les propres termes de Miguel de Unamuno extraits d'une lettre adressée à son ami Pedro Jiménez Ilundain et datée du 18-IV-1904.

Auteur

Université d'Angers

© Presses universitaires François-Rabelais, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540