Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Université en Espagne et en Amérique Latine du Moyen Âge à nos jours. II

 | 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

III. L'université entre conservatisme et ouverture. Débats, projets, enjeux (XIXe-XXe siècles)

Giner de los Ríos et le problème des "moyens pour l'École"

Jean-Marc Pelorson

Texte intégral

"La fuerte personalidad de Giner desborda incluso el marco del institucionismo"
(Manuel Tuñón de Lara)

1Fondateur et figure de proue de la Institución Libre de Enseñanza (I.L.E.), c'est-à-dire d'un centre pédagogique d'avant-garde, mais payant et réservé à des élèves de familles très aisées, Giner est parfois enfermé, par ceux qui jugent aujourd'hui son oeuvre, dans cette entreprise élitiste. Considérant l'ampleur du problème national de l'éducation en Espagne au XIXe siècle et les retards accumulés par ce pays par rapport à la plupart des autres nations d'Europe, Pierre Vilar en vient à parler en termes très sévères du caractère "artificiel" de la I.L.E., comme s'il craignait que sa réputation devienne "l'arbre qui cache la forêt". Beaucoup plus positive est l'appréciation de Manuel Tuñón de Lara aussi bien à l'égard de la personnalité du fondateur qu'envers les étapes successives de l'"Institutionismo" jusqu'à la IIe République, mais cet historien, lui aussi, souligne l'élitisme de l'équipe entourant Giner. La phrase que nous citons en exergue laisse entrevoir, toutefois, une sorte de prééminence du fondateur.

2On voudrait ici abonder en ce sens au nom de certains écrits de Giner qui, publiés dans le bulletin de la I.L.E., n'en touchent pas moins à de grands problèmes de l'Instruction Publique.

3De façon générale, ces écrits de Giner sont un peu oubliés aujourd'hui, en France notamment. Yvonne Turin ne les avait-elle pas déclarés plutôt ennuyeux ? Notre impression personnelle est moins négative. Il est vrai que ces textes sont presque toujours des articles à sujets très dispersés, parfois simples notes de lectures ou de réflexion, ailleurs longues périodes gonflées par une rhétorique très 1900, et où les considérations philosophiques et éthiques (legs du krausisme) deviennent souvent éthérées ; mais la grande culture européenne de Giner et, par moments, sa capacité de perception critique des réalités pédagogiques de son pays, mériteraient assurément d'être mieux connues chez nous. A quand une anthologie de Giner en France ?

4Les textes qu'on voudrait ici rappeler et réhabiliter sont les suivants :

  • "La futura ley de Instrucción pública" (1869) ;1.
  • "Maestros y catedráticos" (1893) ;2.
  • "Problemas urgentes de nuestra educación nacional" (1902)3.

5Ces trois jalons montrent que la défiance fondamentale de Giner à l'égard de l'Etat ne l'a pas empêché, en tant que professeur d'Université et en tant que citoyen, d'attendre de l'Etat une aide, certes limitée, mais indispensable pour résoudre le problème national de l'éducation, et que les conditions matérielles de l'enseignement primaire étaient pour cet "élitiste" une question primordiale.

  • 4 Voir à ce sujet le témoignage de Cossío, cité par Antonio Jiménez-Landi, La Institución libre de E (...)

6Pour le "républicain modéré" (l'expression est de Cossío) qu'était Giner, dans la conjonture de la "Septembrina", le projet de loi sur l'Instruction Publique, discuté en 1869, devait s'occuper de l'organisation et de la gestion administrative des établissements d'enseignement tout en laissant à la "société", concrètement à l'ensemble des pédagogues des divers ordres d'enseignement, le soin d'établir "les bases permanentes de leur vie, le plan de leur activité intérieure". Mais ce souci d'autonomie pédagogique, qui sera une constante de la pensée de Giner, ne doit pas faire oublier le rôle de mentor qui fut le sien auprès des personnalités politiques s'occupant de la question scolaire entre 1868 et 18754.

  • 5 Cf. "La verdadera descentralizacón en la enseñanza del Estado" (1886), Obras completas, t. XVII, p (...)

7Dans le contexte beaucoup moins favorable de la Restauration qui avait provoqué sa démission de l'Université de Madrid, Giner écrit en 1883, deux ans après avoir été réintégré dans cette Université, tout en continuant à diriger son centre privé, un article particulièrement inspiré sur les conditions concrètes de l'enseignement public en Espagne dans le primaire et dans le supérieur. Plus que jamais défiant à l'égard de l'Etat, Giner se garde bien de lui réclamer, comme l'eût fait à l'époque tout bon laïque français, les fonds nécessaires pour améliorer une situation des écoles publiques jugée par lui catastrophique. Là encore, au moment d'envisager des solutions, c'est du côté de la "société" qu'il se tourne : cet appel aux hommes de bonne volonté a quelque chose d'éthéré, et même d'irritant, car c'est tout le problème de la gratuité et de l'obligation de l'enseignement primaire qui se trouve éludé par Giner : multiplier les écoles, mieux former les maîtres dans les écoles normales, améliorer le sort des autres instituteurs issus du prolétariat rural, combler le retard de l'Espagne dans l'instruction des masses, tout ce programme ambitieux est en filigrane dans le texte de Giner et pourtant n'aboutit pas à une demande énergique de fonds publics. Giner, dans le même texte, se garde bien de faire appel à la bienveillance municipale. On sait en effet qu'il redoutait, plus encore que la bureaucratie d'Etat, les pressions locales des caciques sur l'école5. Dès lors tout le volet de son article consacré aux "maestros" débouche sur une sorte de vide.

8Et pourtant, il faut relire l'admirable page où Giner, pour une fois concret, évoque une scène illustrant l'arriération des écoles rurales.

"Si alguna vez, lectores, deseosos de apreciar por vosotros mismos la verdad de las cosas y el modo como se realiza ese ministerio de la educación nacional, sobre el cual tan amenos discursos se pronuncian en nuestros Parlamentos, encontráis en una escuela a tal cual maestro de exterior desaliñado, de zapatillas, cubierta la cabeza, acabando de inficionar con el humo del cigarro el aire que lentamente envenena a las pobres criaturas confiadas a su solicitud; si leéis en su semblante y en toda su persona la tristeza, el cansancio y el tedio; si lo véis pasear por la clase, extraño a cuanto le rodea, o saliendo y entrando desde ella a su habitación, "por hacer algo", mientras le desempeñan la escuela unos cuantos niños, convertidos en instructores (cómodo sistema, que si a veces halla excusa en la irracional aglomeración de alumnos, otras sabe pararse hasta sin el más leve pretexto); si comprendéis -cuando no lo oigáis de sus propios labios- que está "harto de andar entre niños", y, no ya disgustado, sino casi, casi avergonzado de su profesión, a la cual le amarra dura esclavitud, de que ansia emanciparse a toda costa; si comparáis su desdén, su abatimiento, y al par su presunción, con la humildad del maestro rural "habilitado" e "incompleto", pobre bracero, contento al menos con su mísera suerte, y en el cual el primero repugna ver a un colega..., ¡ah!, no le culpéis cruel y neciamente! Culpad a ese divorcio entre la idea que de su profesión se le había hecho concebir y los medios que ha hallado a su alcance para realizarla; culpad a esa falta de una preparación sobria y elemental, pero cabal, sólida y práctica; culpad al carácter verbalista, mecánico y cuantitativo de nuestra enseñanza en sus varias esferas, que atrofia las más nobles facultades del espíritu para hipertrofiar la memoria, olvidando que lo que alimenta -como alguien ha dicho- no es lo que se come, sino lo que se digiere; culpad a ese abandono de toda dirección pedagógica, en que, una vez salido de la Escuela Normal, se deja para siempre su cultura; culpad a su aislamiento, su miseria, su preterición, su desamparo, no ya del Gobierno, sobre el cual, a fuer de buenos españoles, es grato condensar todas las culpas, sino de la sociedad entera, que se encoge indiferente de hombros ante el problema de la educación nacional, útil tan sólo para alimentar los lugares comunes de oradores, periodistas y candidatos a direcciones y carteras."

9Dans un tel passage ce n'est pas le directeur d'un centre élitiste qui parle (même si cet article a été vendu pour une "peseta" aux parents des élèves fréquentant l'Institution) ! Ce n'est pas l'élitisme qui inspire les fines remarques psychologiques de Giner sur le désarroi de l'instituteur d'origine citadine, placé en milieu rural, et sur le relatif contentement du maître d'école semi-prolétaire issu de ce milieu.

10Le second volet du même texte présente un tableau non moins sombre de l'enseignement supérieur. Giner dénonce l'absentéisme, les cumuls, le carriérisme d'une bonne partie des professeurs d'Universités et la comparaison avec les maîtres d'école obéit surtout à une intention polémique ; même placés dans des conditions déplorables, les maîtres d'école, par force, s'occupent de pédagogie alors que les professeurs d'Université, pour la plupart, s'en croient dispensés. On peut juger assez artificiel et rhétorique le montage d'un tel diptyque mais il a l'intérêt de nous rappeler que Giner avait coutume de poser les problèmes de la pédagogie sans se laisser impressionner par les cloissonnements et les hiérarchies entre ordres d'enseignement. Pour ce professeur d'université l'école primaire était bien la question primordiale.

  • 6 Cf. "El problema de la educación nacional y las clases productoras", Obras completas, t. XII, pp. (...)
  • 7 M.D. Gómez Molleda, Los reformadores de la España contemporánea, Madrid, C.S.I.C., 1966, p. 489. r (...)

11Le texte de 1902 sur les problèmes urgents de l'Education Nationale, atteste une légère atténuation de la défiance de Giner à l'égard de l'Etat : une fois de plus, certes, Giner délimite soigneusement la zone d'intervention qu'il recconnaît à l'Etat. Il n'attend de lui qu'une action "extérieure", "indirecte" ; mais il admet que cette action peut et doit être supplétive : manifestement le grand élan attendu de la "société", c'est-à-dire de la communauté des pédagogues et des familles, n'a pas produit pour Giner les effets escomptés. A la différence du texte de 82, le texte de 1902 marque nettement que Giner compte sur des fonds d'Etat pour améliorer les conditions matérielles de l'enseignement primaire, pour multiplier les bibliothèques, les musées, etc. C'est l'époque où Giner place certains espoirs dans l'action, pourtant politique, de Joaquín Costa6. Les déclarations répétées de Giner contre la bureaucratie et les ingérences étatiques, les anecdotes biographiques fameuses sur sa phobie de toute récupération de son oeuvre par les pouvoirs publics7, ne doivent pas masquer une certaine évolution de ce pédagogue vers les années 1900, à l'époque où est enfin créé un ministère de l'Instruction Publique et où nombre de ses collaborateurs vont être promus à des postes clés. Giner n'est peut-être pas tout à fait le pédagogue éthéré, politiquement myope, que nous a légué une certaine imagerie.

12En tout cas, il a entrevu l'ampleur du problème national de l'Education. Il a su aussi par certaines enquêtes précises sur d'autres pays (par exemple quand il compare en 1893 les salaires des maîtres d'école de divers pays d'Europe et d'Amérique) accuser le retard de son propre pays. Cette pensée civique, en marge de l'oeuvre de la I.L.E. et du rayonnement personnel du professeur de l'Université de Madrid, n'a certes pas suffi, ne pouvait pas suffire, à résoudre les problèmes. Mais si l'on admet la force des idées, il faut sans doute faire une place à Giner dans la mobilisation progressive des énergies pour un programme d'effort national impliquant de plus en plus l'intervention et la responsabilité des pouvoirs publics.

13La promotion de Rafael Altamira à la direction de l'enseignement primaire, la réforme des Ecoles Normales, et même, plus tard, l'entreprise pionnière de la IIe République pour une formation universitaire en trois ans des instituteurs, ou encore l'engagement du vieux compagnon de lutte Cossío dans les Missions Pédagogiques, ces grandes impulsions, entre autres, sont venues s'inscrire dans le large, "débordant" sillage de Giner.

Notes

1 F. Giner de los Ríos, Obras completas, Madrid, 1925, t. XII, pp. 89-146.

2 Ibid., pp. 73-83.

3 Ibid., t. XVII, 1927, pp. 73-100.

4 Voir à ce sujet le témoignage de Cossío, cité par Antonio Jiménez-Landi, La Institución libre de Enseñanza. I. Los orígenes, Madrid, Taurus, 1971, p. 319.

5 Cf. "La verdadera descentralizacón en la enseñanza del Estado" (1886), Obras completas, t. XVII, p. 128.

6 Cf. "El problema de la educación nacional y las clases productoras", Obras completas, t. XII, pp. 285-286.

7 M.D. Gómez Molleda, Los reformadores de la España contemporánea, Madrid, C.S.I.C., 1966, p. 489. rappelle la dérobade de Giner lorsque le roi manifesta son intention de rendre visite à la I.L.E. et son exclamation en apprenant que Jiménez Fraud allait recevoir le monarque peu après l'ouverture de la "Residencia" : "Créatura" ¡qué responsabilidad !

Auteur

Université de Poitiers

© Presses universitaires François-Rabelais, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540