Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Université en Espagne et en Amérique Latine du Moyen Âge à nos jours. II

 | 
Ève-Marie Fell
, 
Jean-Louis Guereña

III. L'université entre conservatisme et ouverture. Débats, projets, enjeux (XIXe-XXe siècles)

L'image "costumbrista" de l'étudiant espagnol à l'époque romantique (1830-1850)

Jean-René Aymes

Texte intégral

  • 1 En dehors d'un allègement dont je ferai état plus loin, auquel j'ai procédé, faute de place, la mu (...)

1Si l'on veut bien considérer comme une notable exception -et c'est effectivement une exception au sein de la littérature espagnole du XIXe siècle- le long poème esproncédien El estudiante de Salamanca, on tiendra pour improbable que l'étudiant fasse partie de la galerie de personnages littéraires typiquement romantiques comme le sont le poète, le proscrit, le bandit, l'insurgé... Il peut donc sembler vain ou illogique de prétendre cerner un type littéraire qui n'appartient pas en propre à la thèmatique et à la sensibilité romantique. L'expression "époque romantique" qui figure dans l'intitulé de ce travail sera donc entendue au sens le plus large, pour désigner approximativement deux décennies (1830-1850) au cours desquelles, en Espagne, prédominent trois tendances littéraires, parfois appelées "écoles", qui, selon des modalités diverses, s'affrontent ou s'amalgament : le néoclassicisme (agonisant), le romantisme (en plein essor) et le "costumbrismo" (qui poursuit une brillante carrière)1.

  • 2 J'omets sciemment de parler d'une possible quatrième tendance l'"eclecticismo" (l'"éclectisme") qu (...)
  • 3 Les textes sur lesquels se fonde mon travail sont les suivants (classement chronologique) : Anonym (...)
  • 4 Il y a lieu de s'étonner que le maître de la littérature "costumbrista" espagnole, Ramón del Meson (...)
  • 5 En particulier dans sa longue introduction aux Costumbristas españoles, t. I, Madrid, Aguilar, 2e (...)
  • 6 Le manque de place m'a obligé également à supprimer les pages qui constituaient initialement une l (...)

2Il va sans dire que le personnage de l'étudiant, dont les racines ne sont que médiévales, se place hors du champ du néo-classicisme. En revanche, même si le romantisme ne retient pas l'étudiant parmi ses personnages de prédilection2, l'influence de cette mode littéraire est parfois perceptible dans le traitement que le "costumbrismo" à ce personnage qui, cette fois, appartient à sa panoplie de types3, encore que le caractère principalement madrilène du "costumbrismo" espagnol ne le prédispose pas à réserver une place éminente à cet étranger à la capitale, puisque établi à Salamanque, à Alcalá, voire dans des villes de l'Espagne périphérique. Par contre, quatre raisons, au moins, militent en faveur de l'admission de l'étudiant dans la galerie de portraits "costumbristas" : en premier lieu, l'étudiant, qu'il soit d'origine plébéienne, noble ou bourgeoise, s'insère dans ce milieu urbain que les écrivains "costumbristas" décrivent plus volontiers que le milieu rural ou le monde ouvrier ; en second lieu, l'étudiant, après son passage à l'université, est appelé à faire partie ou à s'élever au-dessus de ces classes moyennes auxquelles les écrivains "costumbristas" accordent une attention privilégiée en raison de leur puissance économique ascendante et du rôle de leader qu'elles vont jouer dans l'Espagne en cours de modernisation ; en troisième lieu, l'origine sociale, rarement médiocre, de la plupart des écrivains "costumbristas" les a conduits généralement à entreprendre autrefois des études universitaires qui les ont rendus familiers des moeurs des étudiants et des avantages liés à cette condition4 ; enfin, comme l'ont démontré plusieurs critiques, entre autres Evaristo Correa Calderón5, le "costumbrismo" espagnol du XIXe siècle recherche ses lettres de noblesse dans l'existence, au Siècle d'Or et même antérieurement, d'une littérature descriptive d'une réalité humaine ordonnée en catégories professionnelles, littérature nourrie d'éléments folkloriques, divertissante, non subversive, éventuellement moralisante6.

Les coordonnées géographiques

3L'article que J. Arias Jirón consacre dans le Semanario Pintoresco Español de 1839 à des étudiants qui ont tâté successivement aux universités de Cervera, Séville, Oviedo, Alcalá et Salamanque pourrait laisser espérer que les écrivains "costumbristas", par souci de refléter une réalité espagnole dans sa diversité, feraient visiter la majeure partie des villes universitaires, pour souligner les différences d'atmosphère ou les particularités locales des moeurs estudiantines. Or il n'en est rien et, en l'occurrence, l'écrivain "costumbrista" unifie et gomme les écarts.

  • 7 "El día de San Blas en Meco", Semanario Pintoresco Español (par la suite : S.P.E.), 1842, p. 13.

4Sauf exceptions qui nous seraient passées inaperçues et qu'il faudrait rechercher dans les publications périodiques -régionales et locales-, on dirait, quand est mentionnée explicitement une ville, que seules existent dans la Péninsule les universités de Salamanque et d'Alcalá. Pour une raison évidente, Alcalá ne pourra supplanter Salamanque dans la littérature "costumbrista" si celle-ci doit continuer à évoquer prioritairement une réalité contemporaine de l'écrivain, car Vicente de la Fuente nous rappelle en 1842 que "ya no hay universidad en Alcalá", et ce depuis l'année antérieure7. A Salamanque nous transportent Espronceda dans son long poème bien connu, J. Arias Jirón dans le Semanario Pintoresco Español de 1839 et J. Guillén Buzarán dans la même revue en 1843. En revanche, le lecteur se déplace à Alcalá avec, de nouveau, J. Guillén Buzarán dans La Risa, "V. de la F." (Vicente de la Fuente) dans le Semanario Pintoresco Español de 1841 et de 1842, et Antonio Flores dans Ayer, hoy y mañana.

5Dans tous les autres cas, le lieu des exploits des étudiants n'est pas précisé, conformément à une tendance propre à la littérature "costumbrista" qui bannit les processus singularisants et recherche la plus grande généralité possible. C'est dire qu'en l'absence de toute mention toponymique, l'étudiant "costumbrista" pourra être tenu pour typiquement espagnol, et non pour le produit exclusif de l'une ou l'autre des deux fameuses universités castillanes.

Statut social et identité individuelle

  • 8 Op. cit., p. 1.

6Le fonds folklorique dont se nourrit l'image littéraire de l'étudiant du Siècle d'Or ne fournit pas de riches informations relatives au milieu familial et social d'où est issu le dit étudiant. Maxime Chevalier doit se borner à constater que "l'étudiant que nous présente la littérature mange peu et mal, (que) l'étudiant de la nouvelle et du théâtre vit difficilement"8, ce qui laisse entendre que le jeune n'est pas de condition aisée. Mais, comme on est dans le champ de la littérature, gardons-nous de confondre tradition et information sociologique.

  • 9 S.P.E., 1843, p. 379.
  • 10 L'expression "étudiant costumbrista" qui, à partir de maintenant, sera employée à maintes reprises (...)
  • 11 El Vapor, 1-VI-1833, p. 3.

7Cette remarque vaudra pareillement pour la littérature "costumbrista", mais ne dispense pas de faire observer ici une sensible mutation dans l'ordre de la convention littéraire (on ne se prononcera pas sur la réalité historico-sociale en arrière-fond). La nouveauté tient à l'apparition littéraire de l'étudant issu de milieu relativement aisé, sans que pour autant cet étudiant fortuné en vienne à constituer un sous-type : l'étudiant d'Antonio Flores, qui arrive à Alcalá monté sur une mule, en compagnie de "monsieur son père", a la bourse pleine ; la visite que son père fait successivement au maire, à un chanoine et au recteur de l'université marque que cet étudiant a la prétention -il devra vite y renoncer- de faire partie d'une élite estudiantine. L'un des deux étudiants de J. Guillén Buzarán se place à la frontière même du genre "costumbrista" en livrant son nom patronymique (Don Juan de Avendaño) et sa condition de "noble propietario de la ciudad de Trujillo"9 : double singularisation et double anomalie, au regard de la convention "costumbrista". Enfin, le père de l'un des étudiants des "Memorias estudiantiles" offerts par El Vapor est "alcalde mayor de una ciudad subalterna" ; héros d'une aventure rocambolesque au cours de laquelle il peut déployer les talents propres à l'étudiant "costumbrista" dans le goût d'une tradition séculaire10, cet étudiant est, en fin de compte, le seul étudiant "costumbrista" ayant un statut matériel confortable et enviable11.

  • 12 Sur les étudiants "sopistas", cf. en particulier José Garcia Mercadal, Estudiantes, sopistas y pic (...)

8Tous ses condisciples sont sans ressources, non pas parce que telle est la réalité générale à l'époque romantique, mais parce que leurs créateurs ont respecté, ou même radicalisé, la loi du genre : les étudiants "costumbristas" sont, presque obligatoirement, des "sopistas", c'est-à-dire des étudiants sans ressources, vivant surtout de la mendicité12.

9Leur dénuement -car on hésite à dire, par récurrence, l'humilité de leur origine sociale- se lit (autre convention du genre "costumbrista") dans leurs vêtements fripés, sales, déchirés ou rapiécés. Devant parer au plus pressé, ces étudiants désargentés ne sont pas en mesure, ni de renouveler leur garde-robe, ni d'accéder à un confort domestique minimal. Engagés dans la lutte pour la simple survie, leur principal problème est celui de la recherche de la nourriture quiotidienne, qui les affronte à l'alternative suivante : la mendicité ou la "burla" restauratrice de leurs finances. Mais, encore une fois, cette pauvreté est trop affichée ou pittoresque ou caricaturale pour être émouvante ou tenue pour le triste reflet de la réalité. Le "costumbrismo" est un tissu de lieux-communs, et l'extrême pauvreté de l'étudiant est l'un d'eux, dont les intéressés jouent avec leur théâtralité et leurs créativité lexicale bien connues (et tout aussi conventionnelles), comme dans la zarzuela "La fuente de los amores" :

  • 13 Linterna mágica, 1850, p. 154.

"Ya están aquí los estudiantes pálidos, escurridos, misérrimos, escuálidos, que semejan pretéritos inválidos implorando la pública piedad"13.

  • 14 Op. cit., Barcelona, Ed. Montaner y Simón, 1892, tome I, p. 245.

10L'étudiant "costumbrista" a besoin d'être miséreux pour fontionner, si l'on peut dire. C'est la misère ou, plus exactement, le besoin qui le rend ingénieux, disert, entreprenant, c'est-à-dire qui l'élève à la catégorie de héros littéraire. L'écrivain "costumbrista" n'a que faire de l'étudiant installé dans la routine d'une existence bourgeoise, studieuse et raisonnable. C'est pourquoi Antonio Flores, qui s'était donné un étudiant du genre "fils à papa", est condamné à le livrer à des "estudiantes pobres que el vulgo llama estudiantes o sopistas" qui vont le déniaiser et, donc, le rendre intéressant14.

  • 15 "El Estudiante de Alcalá", La Risa, op. cit.
  • 16 Antonio Flores, "El Estudiante de Alcalá", op. cit.
  • 17 S.P.E., 1841.
  • 18 S.P.E., 1839.
  • 19 S.P.E.. 1842.

11Conformément à la convention du genre "costumbrista" par nature généralisant et, comme l'a rappelé Mesonero Romanos, soucieux de ne jamais se livrer à une critique ad nominem, l'étudiant "costumbrista", qui tend à s'élever à la catégorie de type, ou bien ne porte pas le moindre nom patronymique, ou bien porte un nom d'emprunt dépourvu de signification, tel que D. Pedro de Enquídanos15, ou bien porte un simple prénom également dépourvu de signification, tels que "Pascual" et "Francho"16, ou bien enfin, s'inscrivant dans la tradition picaresque, arbore quelque surnom divertissant qui, cette fois, en dit long, par déduction ou par anti-phrase, sur la mentalité et les moeurs de ces fripons, ce qui donne "el Tunante", "Garduña", "Tragante", "Carraspera"17, "el licenciado Catafiambres", "el licenciado Juan Zarpa", "el bachiller Zancadillas", "el bachiller Tomás Pérez Tragacorreas"18, et "el bachiller Sotanillas"19.

La tenue vestimentaire

  • 20 Quand on se rappelle tout l'intérêt (recherche du pittoresque de l'extravagance, de l'effet de sur (...)

12Alors que le prochain (à partir de la seconde moitié du XIXe siècle) rattachement de la "tuna" au folklore estudiantin20, c'est-à-dire à une forme désormais stabilisée immédiatement identifiable et plutôt séduisante, va lier définitivement la cape, avec sa coupe, sa couleur et ses ornements déterminés, à l'étudiant espagnol, l'étudiant "costumbrista" ne semble pas avoir encore revêtu une espèce unique d'habits. Mais la "sotana" et le "sombrero de tres picos" paraissent appartenir à une époque révolue, comme l'indique Antonio Flores en attribuant ledit vêtement ecclésiastique et le tricorne à l'étudiant "complutense" d'hier (1800).

  • 21 S.P.E., 1842.

13Quoique se situant en marge de la littérature "costumbrista", le témoignage de José Zorrilla a également sa valeur ; dans ses Recuerdos del tiempo viejo, l'auteur de Don Juan Tenorio, évoquant sa jeunesse, s'identifie à l'étudiant de la jeune génération romantique, par opposition à l'étudiant de génération antérieure, celle de son père, c'est-à-dire au "buen estudiante ergotista de las Universidades de sotana y manteo", c’est-à-dire à la fin du XVIIIe siècle21. Auparavant, il n'avait pas manqué de déplorer que la disparition du "manteo" ait porté un coup mortel (sic) au "génie estudiantin".

  • 22 Vicente Cárcel Orti, Política Eclesial de los Gobiernos Liberales Españoles, 1830-1840, Pamplona E (...)

14La disparition de la longue cape a d'ailleurs été voulue par les autorités gouvernementales : l'une des premières mesures, en rapport avec l'éducation et la religion, prises par le gouvernement Mendizábal en septembre 1835 a été l'interdiction du port de la "capa talar" qui n'était plus en harmonie avec les coutumes du siècle, entraînait des dépenses inutiles et éloignait les étudiants du soin et de la propreté22.

  • 23 S.P.E., 1839.

15Comme l'explique Juan Martínez Villergas dans El Fandango de février 1845, tandis que le "manteo", qualifié de "vestimenta antigua", est définitivement abandonné, la cape traditionnelle, qui bientôt va devenir l'unique vêtement emblématique de l'étudiant est elle-même ménacée par le frac et la redingote, portés en été. Martínez Villergas se situe pleinement dans la tradition "costumbrista" lorsqu'il estime que le "manteo" d'autrefois, à vertu uniformisante, incitait les étudiants de toute condition et de tout tempérament à se montrer, à l'unisson, entreprenants et sans crupules, alors que la redingote moderne relève l'origine sociale de l'étudiant -populaire ou huppée- selon la manière, maladroite ou élégante, de porter cet habit bourgeois. Quelle que soit la pertinence du jugement de Martínez Villergas, on est là dans le registre "costumbrista" : le vêtement déclare l'appartenance à un groupe (social, professionnel, politique) et autorise des rapprochements avec la mentalité ou la psychologie du porteur, qu'il y ait homologie ou contraste. En tout état de cause, on peut voir un signe des temps dans une certaine diversification de la tenue vestimentaire, avant la "folklorisation" de la cape portée par les étudiants des "tunas" : ainsi, J. Arias Jirón, dans sa description des "Costumbres salamanquinas"23, se refuse à unifier la tenue de ses étudiants, donnant une soutane à l'un, à l'autre une grande veste de drap gris, avec une petite cravate de velours noir, et affublant un troisième d'un immense et curieux chapeau deux fois plus large au sommet qu'à la base. En vérité, il y a eu passage de l'humour, car celui-ci, lorqu'il porte sur les vêtements de l'étudiant, conduit habituellement à les montrer plus rapiécés ou haillonneux qu'ils ne le sont dans la réalité.

Les lieux de vie

  • 24 Ibid.

16Le faible intérêt que l'étudiant "costumbrista" porte à l'étude, sa recherche du plaisir, son besoin de se donner en spectacle -ou d'en montrer un, concrètement- font de lui un être nullement casanier. Alors que, statistiquement, c'est à son domicile qu'il doit passer, au cours d'une année, la plus grande partie de son temps, la description et le récit "costumbristas" ne réservent qu'une place exiguë au lieu où il passe ses nuits, prend ses repas et, en principe, retrouve le tête-à-tête de ses livres et de ses cahiers. Deux textes seulement, dont un passablement vague, font entrevoir les conditions de logement de l'étudiant "costumbrista". Celui de Antonio Flores, après avoir séjourné pendant quelque temps dans une très convenable "casa de huéspedes" d'Alcalá, se laisse entraîner par des camarades peu recommandables à transporter ses malles dans un "nuevo pupilaje", plus médiocre, où la cohabitation avec les "sopistas" aura tôt fait de le gâter. Dans "Los estudiantes de la tuna"24. J. Arias Jirón avait également fait cohabiter quatre "sopistas" salmantins dans un petit logement loué en commun, qui semble avoir l'étroitesse et l'inconfort d'une mansarde. C'est la seule fois où un auteur "costumbrista" daigne nous donner quelques détails sur la vie quotidienne de l'étudiant, en dehors des cours, ce qui -il faut en convenir- demeure un paradoxe ; aux côtés de l'obligatoire guitare figurent, pour tout mobilier, une pauvre table et, pour tout "coin cuisine", deux cruches dont l'une contenant du vin : en matière gastronomique, la pauvreté est signifiée par le recours à la salade, bon marché. Mais, encore une fois, ne confondons pas description "costumbrista" et description réaliste : certains détails nous apparaissent plus symboliques et convenus que fournis par une réalité effectivement appréhendée ; ainsi, le dénuement financier, qui interdit toute dépense d'entretien, ne pouvait être suggéré que par les gouttières au plafond et l'absence de vitres à la fenêtre.

17Un possible déterminisme qui aurait pu faire porter à l'étudiant la marque (vêtements, mentalité, comportement) de la ville où il séjourne est d'autant moins envisageable que l'étudiant "costumbrista" n'a établi aucun lien particulier avec ce lieu dont il s'empresse de s'éloigner, sans soulagement ni satisfaction particuliers, dès que les cours ont pris fin. L'étudiant "costumbrista" est, en définitive, moins urbain qu'itinérant. Plus encore qu'à la taverne ou qu'à son domicile, il est attaché aux grands espaces campagnards où, en compagnie de ses camarades, il peut "correr la tuna", c'est-à-dire mener une vie libre et dissipée au cours de laquelle il a besoin d'un public populaire qu'il s'emploie à amuser et à berner.

18Il va sans dire que, pas plus qu'il n'a évoqué les monuments et les rues de Salamanque et d'Alcalá, l'écrivain "costumbrista" ne se soucie de décrire le champ, paysagistique et villageois, des exploits de ces étudiants qui, souvent, ressemblent à des vagabonds. L'étudiant "costumbrista" ne se plaît pas à la campagne parce qu'il en est issu ou parce que la nature lui inspire des sentiments particuliers, mais tout simplement parce qu'elle est propre à lui fournir, plus que la ville, un auditoire complaisant, des victimes désarmées et une relative impunité.

Divertissements et incartades : spectateurs et victimes

19Les divertissements vont occuper une place d'autant plus importante dans la littérature "costumbrista" que les étudiants sont vus d'ordinaire hors de l'université, soit pendant la période des cours, soit à leur terme.

20Ces divertissements sont de deux classes : ou bien, relevant du "solaz" espagnol, ils accompagnent le farniente et procurent des plaisirs de plus ou moins haute qualité ou bien, liés à la "burla", ils impliquent la présence d'étrangers voués à un rôle de victimes ou de comiques malgré eux.

  • 25 Ibid.

21Dans le premier cas, comme si les étudiants étaient tous doués, pour la musique, on les voit accéder facilement au plaisir, voire au bonheur, grâce à leur talent de guitaristes. Cet instrument, dans leurs mains ou accroché au mur dans leur logis, est l'objet le plus étroitement associé à l'étudiant ; la guitare a définitivement supplanté le livre ou tout substitut du cartable. C'est encore la guitare, accompagnée cette fois par le tambourin et la flûte, qui s'intègre à l'appareil musical de l'orchestre estudiantin qui déambule à travers le pays25. Selon l'usage qui en est fait, la guitare de l'étudiant devient ainsi gagne-pain, justification de la demande d'aumônes ou moyen d'accéder, en solitaire, à une forme de bonheur facile, né de la rêverie et de la délectation musicale. L'étudiant guitariste sait chanter également car sa maîtrise de discours (latinisant, jargonnant, malicieux) va de pair d'ordinaire, avec la maîtrise du chant vocal, destiné à recueillir quelques petits écus d'or auprès de publics populaires, admirateurs ou amusés.

  • 26 S.P.E., 1842.

22Rarement évoqué dans son logis, et encore plus rarement dans des lieux universitaires, l'étudiant "costumbrista" est ainsi amené à rencontrer du monde -beaucoup de monde-, soit dans sa ville universitaire, soit sur le chemin qui le conduit de son université à son foyer familial, et vice versa. A la ville, comme les lieux qu'il fréquente sont les maisons d'hôtes, les auberges, les maisons de jeu et les commerces où il se procure les objets de première nécessité, les individus auxquels il a affaire, et que le récit "costumbrista" fait entrevoir au second plan, sont les patrons et patronnes de maison d'hôtes, les aubergistes, les tailleurs, les confiseurs, etc., dont il doit rémunérer les services, qui sont souvent ses créditeurs et qu'il s'ingénie à tranquilliser, à faire taire ou à tromper. En raison de son fréquent dénuement, il a, avec ces gens-là, des rapports si gravement conflictuels que les représentants de l'ordre -les corrégidors et les alguazils- sont parfois obligés d'intervenir pour faire rentrer dans l'ordre et le respect des bons usages ces jeunes gens dont ni la conduite ni la morale ne sont exemplaires. Dans son évocation de "El día de San Blas en Meco"26, Vicente de la Fuente prétend ne rien inventer en assurant que, en 1836, l'affrontement qui opposa, dans le petit village proche d'Alcalá, des étudiants et les paysans indigènes qui avaient dû recourir aux pierres et aux bâtons provoqua une descente de la milice d'Alcalá qui procéda à seize arrestations.

  • 27 S.P.E., 1841.

23Les étudiants "costumbristas" ne sont pas toutefois les agents actifs et réfléchis d'on ne sait quel chambardement politico-social : les commerçants ne sont les ennemis ou les souffre-douleur des étudiants que dans la mesure où ils en sont les créditeurs ; si les étudiants parviennent à payer dûment l'aubergiste, le tailleur ou la tenancière de la "casa de huéspedes", ils laisseront ces gens-là en paix, de même qu'ils ne s'en prendront aux corrégidors et aux alguazils que si ces personnages -comme c'est le cas dans "el alguacil alguacilado"- sont trop sévères ou trop rigidement respectueux de l'ordre et du devoir. L'étudiant "costumbrista" n'annonce ni le gauchiste ni l'anarchiste de notre époque. Lorsque, par exemple, il conspue et même assaille le corrégidor d'Alcalá27, il vise plutôt l'individu en charge d'une fonction (qu'il remplit mal, selon lui) que la fonction même.

24Par-delà ces quelques représentants urbains du commerce et de la "fonction publique", on devine parfois tout un secteur de la population installée dans la crainte et qui est constituée principalement par la foule considérable des sots et de tous ceux qui se trouvent mal armés intellectuellement pour résister à des étudiants emberlificoteurs.

25Mais cette population promise, par son pauvre standing intellectuel, à être la victime de ces jeunes gens est surtout rurale. C'est elle, du reste, qui est le plus souvent mise en scène lorsqu'une "burla" estudiantine est montée. Le "menguado patán", le corrégidor vaniteux, l'aubergiste simplet sont les plus exposés à faire les frais des plaisanteries orales et des farces préjudiciables aux images de marque et aux bourses.

  • 28 S.P.E., 1843.

26Au sein de la population féminine, les jeunes filles sont également exposées, non pas à être mises à mal, ruinées ou tournées en ridicule, mais simplement à entendre les propos, gracieux ou lestes, des étudiants qui justifient leur réputation ancienne de coureurs de jupons, d'autant plus redoutables qu'ils ont de l'audace, du bagout et peu de retenue. Mais ces entreprises de séduction et ces amourettes ne constituent pas un des traits dominants de la vie estudiantine. Ils ne se privent pas de tourner des "piropos" à l'égard des jeunes filles et des séduisantes veuves, ni de jouer de la guitare sous la fenêtre des belles, mais ils ne sont pas des "desfacedores de donzellas". Si cela se produit, comme dans l'article de J. Guillén Buzarán28, l'étudiant qui vient d'outrepasser les limites de la "calaverada" tombe alors dans la catégorie des "mancebos libertinos" qui n'est pas assimilable à celle des étudiants. C'est pourquoi, malgré leur propension, parfois rappelée, à être des coureurs de jupons, les étudiants "costumbristas" ne rangent pas la jeune fille au rang de leurs victimes de choix, c'est-à-dire aux côtés des nigauds bons à railler et à gruger.

Les études ?

  • 29 Ibid.

27L étudiant "costumbrista" ne donne pas l'impression d'être un étudiant sérieux, assidu et désireux d'apprendre. Sans doute est-ce la faute, tout simplement, de l'écrivain "costumbrista" qui, s'inscrivant à dessein dans une tradition littéraire, se complaît à l'évoquer en train de se divertir, et non pas en train d'écouter les leçons magistrales. Si, par exception, l'étudiant est vu au travail, c'est à son domicile, en tête-à-tête avec ses livres. Hors série est l'un des deux étudiants de J. Guillén Buzarán29 : le jeune homme est sérieux, travailleur, bien élevé... jusqu'au jour où, tombé amoureux, il jette par-dessus bord ses bonnes résolutions et ses bonnes manières. Aucun étudiant "costumbrista" ne place ses études par-dessus tout. Aucun ne sera, au demeurant, paresseux par nature. Simplement, ils ont d'autres perspectives et d'autres préoccupations prioritaires. Comme ils sont plutôt malins que bornés, ils sont nombreux à connaître l'art de retenir des bribes de savoir dans plusieurs disciplines, comme l'explique le camarade de Pascual, l'étudiant d'Antonio Flores :

  • 30 Op. cit., p. 250.

"De memoria has de aprender cinco o seis arengas en latín algo sublime, con sus usos de cadencia, y tal cual término griego que a los oyentes suspenda. Procura también saber un trozo de cada ciencia, para que así pases plaza de docto, aunque no lo seas"30.

28Rares sont les étudiants "costumbristas" qui sortent de l'université ignorants comme devant ; dans les domaines variés, énumérés par le camarade de Pascual (l'histoire, la médicine, la physique, l'astrologie, la théologie, la jurisprudence), ils ont appris à se donner un vernis de savoir et à maîtriser l'art de faire illusion auprès des personnes moins dégourdies qu'eux. Mais, au passage, se voient dévaluées, sinon disqualifiées, toutes ces sciences où peuvent briller, sans grands efforts ni risques, des individus peu sérieux, peu vaillants et peu recommandables.

L'"immense flux labial"

29A cause de ses variations vestimentaires (de la soutane et du "manteo" à la redingote en passant par la cape), l'étudiant "costumbrista" est, en définitive, moins immédiatement identifiable par son habit que par son parler, qui lui est propre.

  • 31 S.P.E., 1842.

30De temps à autre, il emploie, soit avec ses condisciples, soit avec des étrangers, des mots castillans auxquels a été conféré un sens particulier que le lecteur est en mesure de saisir. L'écrivain "costumbrista" se borne alors, sans donner d'explication ou d'équivalent, à mettre entre guillemets le terme qui appartient au jargon estudiantin. C'est ainsi que procède Vicente de la Fuente en rapportant les expressions "un trinquis" (un coup à boire), "enlazar cinco días" ("sécher" les cours pendant cinq jours) ou "un ciclope" (un paysan balours)31.

31L'étudiant "costumbrista" -en cela descendant direct de l'étudiant du Siècle d'Or- s'applique à ne pas parler la langue commune lorsqu'il s'adresse à des non-étudiants, de catégorie sociale inférieure, ce qui est le cas courant en dehors des "patios" et des "aulas" universitaires. La faconde, la flexibilité de son parler et ses fréquents emprunts à des langages spécifiques constituent l'un des traits majeurs de sa personnalité saisie de l'extérieur.

  • 32 L'expression est empruntée à la zarzuela "La fuente de los amores", La linterna mágica, op. cit.

32L'"inmenso flujo lábico"32 lui sert d'arme pour éblouir ou abuser tous ceux qui ne maîtrisent pas l'art de parler beau. Selon les circonstances et les besoins, l'étudiant "costumbrista" est capable d'utiliser, en vue d'un profit immédiat, le jargon médical, juridique, scientifique. Etant donné une vieille tradition universitaire, les deux langues appelées à servir d'écran ou de piège sont le grec (pratiquement absent dans la littérature "costumbrista" en raison des difficultés techniques de transcription) et, surtout, le latin qui permet aux étudiants, en herbe ou diplômés, de se faire passer pour de futurs et doctes médecins, hommes de sciences ou magistrats. L'étudiant "costumbrista" donne l'impression d'avoir oublié la langue de son milieu d'origine (populaire ou aisé) ; il n'a pas fabriqué non plus, à usage de communication avec ses camarades, quelque langue argotique, raffinée ou relâchée ; placé sous les regards des profanes, c'est-à-dire de tous ceux qui n'ont pas eu accès aux études universitaires, il est généralement "latino-parlant". Dès lors, cessant d'être totalement compris par ses compatriotes qu'il feint de tenir pour ignares, il peut les mettre à sa merci, en s'en moquant ou en les escroquant. Le discours latinisant et amphigourique devient ainsi, aux côtés de la "burla" montée comme un scénario, l'une des sources de la "comicité" de la séquence "costumbrista" à base d'étudiants.

33Provisoirement -et comme, par définition, l'étudiant ne peut être vu dans l'exercice de la profession pour laquelle il s'est formé à l'université-, cette apparente maîtrise de la langue latine ou, plus exactement, de rudiments de la langue latine, est la seule manifestation tangible du passage à l'université. Le "parlamento" (humoristique, parodique, moqueur, embobineur...) et la "burla" apparaissent comme le résidu, extraordinairement pauvre, inarticulé et dénaturé, d'un savoir qui ne donne pas l'impression de s'être constitué.

L'intellect et la morale

34"Costumbrismo" et "psychologisme" sont, à première vue, deux concepts difficiles à accorder, car le "costumbrismo" se borne, en principe, à être une description d'objets et d'individus appréhendés de l'extérieur, à travers des apparences, des discours et des agissements. Sans doute ne peut-on s'attendre à une investigation, minutieuse et nuancée, portant sur les ressorts de l'âme humaine, mais on aurait tort de ne voir qu'une description, plate, de personnages figés ou en mouvement. En l'occurrence, le portrait psychologique et moral de l'étudiant, fourni par l'écrivain, ou que le lecteur est en mesure de reconstituer, est plus riche qu'on ne l'aurait cru au premier abord, même si la tendance à la généralisation, inhérente au genre "costumbrista", élimine la possibilité de voir se développer contrastes, nuances et évolutions.

  • 33 Antonio Flores, op. cit., pp. 250-252.

35La première surprise pour l'observateur est que la mentalité de l'étudiant "costumbrista" n'est pas façonnée, pour l'essentiel, par la pratique même des études (on sait qu'il n'en fait pas grand cas ou qu'il s'en détourne). L'étudiant "costumbrista" n'est pas sot congénitalement. S'il avait fait le choix d'être sérieux et assidu aux cours, on ne douterait pas de son succès aux examens. Le long poème destiné à faciliter l'entrée du nouvel arrivé dans la "carrera de estudiante de la tuna" livre la façon, accessible, de retenir des bribes de savoir et de se faire passer pour savant, à peu de frais33. L'étudiant "costumbrista", loin d'être un benêt, excelle dans plusieurs exercices intellectuels extra-universitaires : dans l'art de la "burla", qui exiger sens de l'humour, ingéniosité et audace, et dans l'art de la parole -l'éloquence des "catedráticos" parfois écoutés porterait donc des fruits-, mis au service de deux principales entreprises : la tromperie et la composition poétique, à tous niveaux de qualité, depuis le solennel poème épique jusqu'au quatrain scabreux.

36Les étudiants "costumbristas" tournent le dos aux études, mais ne renoncent par pour autant aux carrières professionnelles enviables qu'ouvrent des études universitaires même bâclées. Comme le proclame l'un d'eux avec cynisme à la face des rustauds sommés de leur prêter assistance, ils n'ont pas renoncé à contituer, plus tard, l'élite de la nation :

  • 34 "La fuente de los amores", op. cit.

"Socorred filantrópicos agrícolas más sublimes que escelsos planetícolas a los seres científicos inbícolas porvenir de la culta sociedad"34.

37Pendant ce temps béni de leur jeunesse, les étudiants "costumbristas" ont simplement choisi un art de vivre attrayant qui se réduit à rechercher le plaisir, à se contenter de peu, à vivre dans l'instant, à faire contre mauvaise fortune bon coeur. Cette sagesse élémentaire, non philosophique, passe par le mépris de l'argent, lequel ne vaut qu'à être dépensé après avoir été gagné par ruse. On observera, au passage, que certains commentaires d'écrivains "costumbristas" peuvent être tenus pour des éléments d'une éthique très commune, proposée hors du milieu estudiantin, à tout Espagnol sans ressources : simple et discrète application du vieil axiome selon lequel quiconque peut accéder au bonheur à condition de réduire ses prétentions et de ne pas se lancer dans une course affrénée à la richesse :

  • 35 El Estudiante, n° 13, 16-V-1839.

"Cualidad estudiantil es la des desprecio del dinero, y aunque ni el juicio lo manda, ni la economía política lo aconseja, ello es que con un sombrero mugriento y un manto raído, un pan, un plato de callos y medio cuartillo de vino, se contempla un estudiante hombre feliz - Si a esto se añaden tres pesetas disponibles para convidar en día de toros a una real moza, y unos cuartejos con que comprar tal o cual libro y las cuerdas que necesita su guitarra, ni Rotschild ni Aguado ni un lord inglés se puede comparar con el tal estudiante"35.

38L'étudiant à qui est proposée ici une philosophie à bon marché est considéré implicitement comme un individu sain d'esprit. Mais on a vu que, en général, l'étudiant "costumbrista" n'est pas pétri de qualités morales, bien au contraire. Son agilité mentale et ses dons d'éloquence sont mis couramment au service d'une moralité relâchée, d'une grande dureté à l'égard des inférieurs et d'une conscience civique émoussée. Pour peu qu'il ne contrôle pas son humour, il peut tomber dans la grivoiserie, l'impudence et la violence. Quand sa "burla" est lourde, il peut blesser ses victimes et leur causer un préjudice matériel. Par ce biais-là persiste la tradition de l'étudiant "picaro" et, plus précisément, celle de l'étudiant "tunante", encanaillé, version édulcorée du "maleante".

Conclusion

39Il est dans la nature du "costumbrismo" d'être un genre littéraire jamais stabilisé, sauf en ce qui concerne la référence à des modèles appartenant au passé, puisque, en effet, la réalité contemporaine qu'il se propose d'évoquer est en incessante mutation en raison du cours naturel de l'Histoire et des choses. C'est pourquoi le "costumbrismo", comme mode littéraire, doit lui-même s'adapter, s'ouvrir, intégrer des tendances littéraires nouvelles en échappant au danger qui menace un romantisme trop vite ankylosé à la distorsion caricaturale et à la moquerie disqualifiante. De là l'instabilité congénitale du "costumbrismo" qui se heurte à une impossibilité : la typification d'une réalité évanescente, sur le point de disparaître ou déjà disparue. Faute de parvenir à cerner cette réalité devenue insaisissable, l'écrivain "costumbrista" est condamné, soit à archaïser fortement son sujet d'étude -d'où l'impression que l'étudiant espagnol des années 1830-1850 se distingue mal de l'étudiant des décennies antérieures-, soit à recourir à la mémoire, ici littéraire, plus qu'au regard observateur.

40En puisant dans un fonds imprimé, fourni par l'abondante littérature du Siècle d'Or, l'écrivain "costumbrista" assure la perpétuation d'une tradition qui transforme ici l'étudiant en un personnage divertissant, héros de contes burlesques, non obligatoirement inscrits dans des coordonnées spatio-chronologiques précises.

41Comme l'écrivain "costumbrista" a pris conscience, même s'il ne le déclare pas, que le personnage de l'étudiant porteur de traditions séculaires est à la veille de disparaître, il se résigne, faute de pouvoir rendre compte de la spécificité de son parler, de sa mentalité et de son mode de vie, à mettre en valeur le seul signe caractéristique qui sera préservé : le groupe d'étudiants chanteurs et musiciens ("la tuna" ou la "estudiantina"), réalité déjà fixée -encore aujourd'hui- dans un folklore qui appartient, en l'occurrence, à l'ensemble plus vaste de l'"espagnolade ".

42Face au progressif brouillage de la réalité estudiantine offerte au regard et à la plume de l'écrivain observateur des moeurs contemporaines, ce dernier dispose encore de plusieurs recours s'il ne veut pas abandonner le thème estudiantin : soit discourir à propos des étudiants plutôt que les décrire, en donnant la priorité à des considérations versant sur ces futurs membres de l'élite nationale ; soit se glisser à l'intérieur même du personnage de l'étudiant traditionnellement éloquent et irrévérencieux, pour lui confier un rôle de porte-parole, soit -mais Espronceda n'est-il pas le seul de son espèce ?- en faire un intellectuel hors du commun et lui conférer le sinistre privilège de pouvoir se corrompre à sa guise et se diaboliser. L'époque "romántico-costumbrista" est le chant du cygne de l'étudiant espagnol comme personnage littéraire doté de vieilles lettres de noblesse. Seuls, désormais, peuvent le maintenir en vie le folklore et la réflexion politique.

Notes

1 En dehors d'un allègement dont je ferai état plus loin, auquel j'ai procédé, faute de place, la mutilation la plus grave, douloureuse, voire anormale, que j'ai fait subir à ce travail concerne la partie terminale : débordant, mais à peine, les limites de la littérature "costumbrista", j'avais étudié l'image de l'étudiant sous deux angles nouveaux, à savoir "l'inflexion romantique" et "L'ingérence éthico-politique". Je me donnais ainsi l'occasion de caractériser les interprétations de Mariano José de Larra ("Figaro al estudiante") et d'Espronceda ("El estudiante de Salamanca"). Cette inclusion des deux illustres écrivains et l'examen de la presse d'opinions contemporaine répondaient, du reste, à l'intutulé primitif de ce travail : "L'image de l'étudiant espagnol à l'époque romantique (1830-1850)".

2 J'omets sciemment de parler d'une possible quatrième tendance l'"eclecticismo" (l'"éclectisme") qui est une appellation, certes bien commode pour désigner toutes formes d'amalgame, mais qui n'avait pas cours à l'époque.

3 Les textes sur lesquels se fonde mon travail sont les suivants (classement chronologique) : Anonyme, "Costumbres de antaño-Memorias estudiantiles", El Vapor, Barcelona, n° 32, 1-VI-1833, et n° 35, 8-VI-1833 ; Anonyme, "Variedades-De los jóvenes y estudiantes", Estafeta de San Sebastián. Periódico político, literario e industrial, n° 24, 21-I-1834 ; José de Espronceda, El Estudiante de Salamanca, 1837 ; Anonyme, "El Estudiante a los estudiantes de la Universidad de Madrid", El Estudiante. Periódico de Madrid, satírico y festivo, político y literario, Madrid, t. I, n° 13, 16-V-1839 ; J. Arias Jirón, "Costumbres salamanquinas-Los estudiantes de la tuna", Semanario Pintoresco Español, Madrid, 2e série, t. I, n° 22, 2-VI-1839 ; G. C., "Anales estudiantinos-La función teatral", La Aurora. Periódico de ciencias, artes y literatura, Zaragoza, n° 12, 17-XI-1839 ; El estudiante, "La Estudiantina", Abenámar y el Estudiante, t. I, Palma, 1840 ; V. de la F, (Vicente de La Fuente), "Costumbres estudiantinas-El alguacil alguacilado", Semanario Pintoresco Español, Madrid, 2e série, t. III, n° 3, 17-I-1841 ; V. de la F. (Vicente de La Fuente), "Costumbres estudiantiles-El día de San Blas en Meco", et "La tuna", Semanario Pintoresco Español, Madrid, 2e série, t. IV, 1842 ; J. Guillén Buzarán, "El estudiante D. Pedro" (Cuento), La Risa, Madrid, t. III, 1843 ; J. Guillén Buzarán, "Costumbres-Los dos estudiantes", Madrid, 3e série, t. I, Ville année, n° 48, 26-XI-1843 et n° 49, 3-XII-1843 ; Carlos Massa, "El Estudiante" (poesía), El Domine Lucas, Madrid, n° 3, l-VI-1844 ; Juan Martínez Villergas. "La Estudiantina", El Fandango, Madrid, n° 3, 15-II-1845 ; Vicente Alvares Miranda, "La fuente de los amores" (zarzuela), La linterna mágica. Periódico risueño por Don Wenceslao Auguals de Izco, jocosidad, jovialidad, hilaridad, Madrid, 1850 ; Antonio Flores, "El estudiante de Alcalá", Ayer, hoy y mañana o la fe, el vapory la electricidad, Madrid, 1853.

4 Il y a lieu de s'étonner que le maître de la littérature "costumbrista" espagnole, Ramón del Mesonero Romanos n'ait pas fait de place à l'étudiant dans sa galerie de types, alors que dans ses Memorias de un setentón il évoque, certes brièvement, l'enseignement dispensé dans la célèbre université de Salamanque, en 1818, par "una espléndida pléyade de ilustres profesores". Mais plusieurs raisons militaient en faveur de l'éliminantion de l'étudiant au sein d'une série de types : tout d'abord, il faut se rappeler dans quelles limites géographiques exigües Mesonero évolue : Madrid, et pas même les deux Castilles ; ensuite, s'il est vrai qu'au domicile paternel le jeune Mesonero (15 ans en 1818) côtoyait plusieurs "insignios doctores del gremio universitario" qui, pour motifs d'affaires financières, venaient rendre visite à son père, "apoderado general de la Universidad", lui-même, pour des raisons obscures, a renoncé à entreprendre des études universitaires, alors que les revenus familiaux autorisaient une pareille dépense ; enfin il faut le rappeler -et Mesonero lui-même nous le rappelle- que, sous le ministère du fanatique (sic) Lozano de Torres, l'université était bâillonnée et les étudiants, plus enclins à comploter ou protester qu'à s'amuser follement.

5 En particulier dans sa longue introduction aux Costumbristas españoles, t. I, Madrid, Aguilar, 2e éd., 1964, pp. XI-CXXX.

6 Le manque de place m'a obligé également à supprimer les pages qui constituaient initialement une longue introduction à ce travail et qui, sous le titre "L'arrière-fond et les antécédents", se subdivisaient en deux rubriques : "Le Siècle d'Or ou la mine inépuisable" et "Le XVIIIe siècle ou la transition facultative". M'avaient été fort utiles, à cette occasion, les deux ouvrages suivants : Maxime Chevalier, Tipos cómicos y folklore-Siglos XVI-XVII, Madrid, Edi. 6 (Colección "Temas y formas de literatura" n° 1), 1982 ; Luis Cortés Vázquez, La vida estudiantil en la Salamanca clásica, Salamanca, Universidad de Salamanca, 1985.

7 "El día de San Blas en Meco", Semanario Pintoresco Español (par la suite : S.P.E.), 1842, p. 13.

8 Op. cit., p. 1.

9 S.P.E., 1843, p. 379.

10 L'expression "étudiant costumbrista" qui, à partir de maintenant, sera employée à maintes reprises ne devra pas être entendue comme "étudiant respectueux de coutumes ou traditions estudiantes", mais comme "étudiant tel qu'il apparaît dans la littérature espagnole" costumbrista "des années 1830-1850".

11 El Vapor, 1-VI-1833, p. 3.

12 Sur les étudiants "sopistas", cf. en particulier José Garcia Mercadal, Estudiantes, sopistas y picaros, Madrid, Plutarco, 1934.

13 Linterna mágica, 1850, p. 154.

14 Op. cit., Barcelona, Ed. Montaner y Simón, 1892, tome I, p. 245.

15 "El Estudiante de Alcalá", La Risa, op. cit.

16 Antonio Flores, "El Estudiante de Alcalá", op. cit.

17 S.P.E., 1841.

18 S.P.E., 1839.

19 S.P.E.. 1842.

20 Quand on se rappelle tout l'intérêt (recherche du pittoresque de l'extravagance, de l'effet de surprise, du scabreux...) que les écrivains de l'époque "ilustrada" portaient à l'évocation des "rites initiatiques" auxquels devaient se plier les "novatos", on peut être surpris que les écrivains "costumbristas" n'aient pas exploité littérairement ce thème, car on hésite à penser que toutes les forme de "bizuthage" à l'espagnole avaient disparu définitivement.

21 S.P.E., 1842.

22 Vicente Cárcel Orti, Política Eclesial de los Gobiernos Liberales Españoles, 1830-1840, Pamplona EUNSA, 1975, p. 289.

23 S.P.E., 1839.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 S.P.E., 1842.

27 S.P.E., 1841.

28 S.P.E., 1843.

29 Ibid.

30 Op. cit., p. 250.

31 S.P.E., 1842.

32 L'expression est empruntée à la zarzuela "La fuente de los amores", La linterna mágica, op. cit.

33 Antonio Flores, op. cit., pp. 250-252.

34 "La fuente de los amores", op. cit.

35 El Estudiante, n° 13, 16-V-1839.

Auteur

Université de Paris III-CIREMIA

© Presses universitaires François-Rabelais, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable